BORIS JOHNSON WILL NOT PAY FOR BREXIT

Considered the favorite to succeed Theresa May, Boris Johnson warned Saturday that if he became Prime Minister, he would refuse the UK to pay the Brexit bill until the European Union agreed to better terms and conditions. withdrawal. Fervent defender of a hard Brexit he promises to ensure that the country leaves the Union no later than October 31, whether an agreement was found or not.

The survival of the conservative party depends on it, he says. In addition, Boris Johnson warns Brussels, saying it would refuse that the United Kingdom pays the Brexit bill until the European Union accepts better conditions of withdrawal.

"Our friends and partners need to understand that the money will be kept until we have more clarity on the way to go," said this "Brexit" supporter in a Sunday Times interview. In total, the amount of the bill has not yet been precisely established, but it should amount to "39 billion pounds," according to Johnson, between 40 and 45 billion euros.

"In a good deal, the money is an excellent solvent and a very good lubricant," said the one who was in charge of Foreign Affairs, on the occasion of his first speech since the resignation of Ms. May Friday of the head from the Conservative Party.

The agreement between London and Brussels, rejected by the British Parliament, provides for the settlement of commitments made by the United Kingdom under the current multiannual budget (2014-2020), which also covers the transitional period provided for by the agreement. The text does not give figures for the invoice, but a method of calculation.

Great Brexit craftsman

Theresa May remains head of government by the end of July, until the party appoints its new leader, who will immediately become prime minister. Johnson is seen as the favorite among the ten or so candidates.

"Bojo" (54) was one of the great architects of the Brexit victory in the June 2016 referendum. He wants the UK to leave the EU on October 31, renegotiated or not. Appreciated by the base of his party, the former mayor of London raises, however, more contrasted reactions among Tory deputies.

On June 7, the British court rejected the prosecution of Boris Johnson for lying during the Brexit referendum campaign. Boris Johnson was accused of knowingly lying when he was mayor of London, saying that the UK was paying 350 million pounds a week in Brussels.

Fervent defender of a hard line on the Brexit, the former mayor of London also promises to lead the country with an "elite team".

"I really feel like I'm the best equipped candidate, not only to organize the Brexit," but also to give color to the Conservative party, he adds.

Britney Delsey for DayNewsWorld

SUCCESSFUL TRUMP ARM WRESTLING

WITH MEXICO AGAINST CLANDESTINE IMMIGRATION

USA President Donald Trump threatened to apply a 5% tariff on all Mexican goods as early as Monday if his neighbor to the South did not commit to adequate measures against illegal immigration.

According to the US Customs and Border Protection (CBP), more than 144,200 migrants were arrested or turned back in May on the southern border of the United States. An increase of 32% compared to the previous month and 178% compared to May 2018, and a record over the last thirteen years. The majority of these migrants are from the Central American "North Triangle" (Guatemala, Honduras, El Salvador)

After several days of negotiations and ten hours of intense discussions Friday on the issue of migration with its southern neighbor, the United States finally reached an agreement with Mexico

Mexico will step up control at its borders to limit illegal immigration, primarily to the southern border of the country, with Guatemala. What raise the threat of tariffs on Mexican products brandished by the US President.

The United States and Mexico snatched an immigration deal on Friday night in Washington, after several days of tough negotiations, lifting the threat of tariffs on Mexican products brandished by Donald Trump and potentially damaging to their savings.

"The United States has reached an agreement with Mexico. The tariffs scheduled to be applied Monday by the United States, against Mexico, are therefore suspended indefinitely, "wrote Trump on Twitter.

He added that Mexico will take "strong measures to stem the flow of migration" through his country to the southern border of the United States where police and customs are overwhelmed by the number of arrivals.

"This will greatly reduce, or eliminate, illegal immigration from Mexico to the United States," he said.

National Guard deployed on the southern border

The United States was of the view that Mexico was not doing enough to control its border with Guatemala, south of its territory, allowing networks to migrate to the United States on its soil. These are mainly from Guatemala, Honduras and El Salvador and are only passing through Mexican soil.

"The deployment of its National Guard across Mexico, primarily to its southern border," is among the measures of the agreement, said the statement.

The figure of 6000 men was announced Thursday by Mexico after extensive discussions at the US State Department between the delegations of both countries.

Waiting for asylum from Mexico

Mexico should also have access to another US request. All migrants coming to seek asylum in the United States will be returned to Mexico until they are processed by US courts.

While leaving the State Department in Washington on Friday night, Mexican Foreign Minister Marcelo Ebrard called the deal "fair balance," noting that the US "had more drastic demands at the outset" . "Thanks to the support of all Mexicans, the imposition of customs duties on Mexican products exported to the United States could be avoided," welcomed Mexican President Andrés Manuel López Obrador on Twitter.

The use of the commercial weapon in this case had worried the business community, as the economic relations are close between the two countries.

According to the Chamber of Commerce, the 5% tax would have cost American consumers more than $ 17 billion a year; 87 billion if the customs bill climbed to 25%.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

SINO-AMERICAN COMMERCIAL WAR OR THE EMERGENCY STATE ON THE TECH

Donald Trump on Wednesday (May 15th) signed a decree banning US telecommunications companies from using foreign material, targeting, without naming them, China and Huawei, which the US president accuses of espionage.

"Economic and industrial espionage"

In full trade tensions with Beijing, the US president has declared a "national emergency" to take this decree. Although not explicitly named in the decree, the White House targets China and Huawei in particular, thus avoiding "foreign opponents increasingly exploiting vulnerabilities in information technology services and infrastructures". communication in the United States ".

The text thus makes it possible to take measures described as "national emergency" against "malicious acts favored by the Internet, including economic and industrial espionage".

Huawei denounces illegitimate measure

The Chinese group has strongly retorted immediately denouncing "unreasonable restrictions [that] will infringe on Huawei's rights". Adding that to prevent the trade of its devices on US territory "will not make the United States safer or stronger" thus reducing the country to "substandard and still more expensive alternatives, leaving the United States lagging behind for the deployment of the 5G ". Huawei qualifies as "the unrivaled leader of the 5G", whose deployment on the US territory was totally written off by this agreement.

This is one of the most severe measures taken by the Trump government against the rapidly expanding Chinese technology sector, particularly in emerging markets in Africa, Latin America and Asia.

An essentially symbolic decree

For the world leader in telecom equipment, the impact of this decree is however more symbolic than economic. Huawei, whose turnover reached 93.5 billion euros in 2018, makes most of its sales in Asia and Europe. The American continent accounts for only 6.6% of its annual result.

But the Chinese giant, who intends to race in the lead on the 5G, has faced since November 2018 a wave of global suspicion on the security of its telecom equipment.

Its president, Liang Hua, also defended again Tuesday, May 16 against the espionage charges during a trip to London and, said he was ready to sign "non-espionage" agreements with governments.

Emily Jackson for DayNewsWorld

MEASURES ANNOUNCED BY EMMANUEL MACRON ARE NOT AT THE HEIGHT OF THE APPLICATIONS

YELLOW VEST


At a press conference, an unprecedented exercise since his election in 2017, in front of some 320 journalists, the head of state on Thursday hailed the "just claims to the origin" of the "unprecedented movement" of the yellow vests that has deeply upset the five-year since November 17 last.

But from the preliminary stage he warned that he had not made a mistake, thinking "very deeply that the orientations taken during these first two years, in many respects, have been correct". "The ongoing transformations and transformations needed in our country must not be stopped, because they respond profoundly to the aspiration of our fellow citizens," he insisted. He will not change the course of his policy.

The head of state was eagerly awaited by the "yellow vests" on the fiscal, social, and legislative side.

By his announcements of Emmanuel Macron he answered Thursday night the main claims carried by the "yellow vests"?

A drop in taxes but no recovery of the ISF

Emmanuel Macron proposed to reduce "significantly" the income tax, to respond to fiscal injustice at the heart of the mobilization of "yellow vests". This tax cut of around 5 billion will be financed not only by the elimination of some tax loopholes for companies but also by the need to work more and reductions in public spending. This tax cut should affect the first two tranches. Government to "define the quantum".

On the other hand, he voted against the reinstatement of the wealth tax (ISF), one of the main demands of the "yellow vests", presenting his decision to suppress this tax as a "reform to produce, not a reform for the more fortunate ". However, he stressed that the impact of this deletion would be "evaluated in 2020", with a view to possible corrections.

No citizens' initiative referendum, but a softer RIP

Emmanuel Macron dismissed one of the main demands of the "yellow vests" which demanded more direct democracy with the RIC. He believes that the RIC, as proposed, seems to "challenge participatory democracy", adding not to believe "in the Republic of the permanent referendum". However, he is in favor of "more room for referendum in our democracy". Thus, the head of state said he wanted to "go further on the referendum of shared initiative" by proposing to reduce to 1 million the number of signatures necessary to seize the Parliament. This measure would figure in the constitutional reform that the head of state wants to see return to Parliament "in the summer". Currently, the referendum of shared initiative, in force since 2015, requires the support of 20% of parliamentarians and 10% of the electorate, that is to say nearly 4.5 million signatures.

The introduction of a proportional dose

To avoid a crisis of representation in the assemblies the head of state said Thursday "favorable" to the introduction of a dose of 20% proportional to the National Assembly (against 15% so far ).

The president also mentioned a decrease in the number of parliamentarians (577 deputies and 348 senators currently), which would be of the order of 25% to 30%, as well as a limitation of mandates in time.

No recognition of the white vote, no compulsory voting.

If in a televised speech on December 16, 2018, the head of state had said he was ready to open the debate on the taking into account of the white vote, he finally dismissed this possibility arguing that the vote was not to make any decision. "White, that does not decide. It is too easy, it is the aggregation of rejections, "he said. He also swept the possibility of a "compulsory vote", that one does not "respond to a democratic crisis by the constraint".

Retreats reindexed

The President of the Republic announced that pensions of less than 2,000 euros will be reindexed on inflation from 1 January 2020, expected measure, but also that no pension will increase less quickly than prices from 2021 .

Emmanuel Macron also wished that the "minimum retirement" for a full career be increased to 1 000 euros, an amount according to him "significantly higher" to the minimum old age that he promised to raise to 900 euros, an amount according to him " significantly higher than the minimum age he has promised to raise to 900 euros next year.

He also added that he did not intend to go back on the legal retirement age, preferring the track leading to the extension of the contribution period.

Emmanuel Macron wanted the family allowance funds (CAF) to have the "prerogative to collect family support" and thus help single-parent families.

"These famous single-parent families are often these mothers living alone," said the President of the Republic, saying that "we can not rely on mothers incivility of their former spouses."

A "new act of decentralization" within a year

The president announced "a new act of decentralization" in the territories, which will culminate in "the first quarter of 2020". This new decentralization must be "adapted to each territory" and bring "on the politics of everyday life" as "housing, transport, ecological transition to guarantee decisions taken closer to the field," he said. added.

At the same time, Edouard Philippe will present in May "a profound reform of the administration" intended to deploy "more officials on the ground". The head of state also announced the creation in each canton by the end of the five-year period of a "place where we can find a solution to the problems", called "France services".

To do this, the president will certainly abandon the goal of 120,000 cuts in public service posts that he has set if the government deems it necessary.

If Emmanuel Macron does not exclude the reorganization of the public services he wished "not to have by the end of the five-year period new closures, no hospitals, no schools without the mayor's approval".

An "ecological defense council"

Emmanuel Macron wanted to set up an "ecological defense council" that will bring together the dedicated ministers to make the "strategic choices" imposed by the climate emergency.

Mostly, the "yellow vests" were particularly disappointed by what they call the "measures" of the President of the Republic. Some believe that he has only "congratulate" others think that his speech was "only theater".

In response, the figures of the movement call to take the street.

Britney Delsey for DayNewsWorld
There are no translations available.

NON A LA TAXE GAFA !!!

Alors que les géants du numérique sont en moyenne deux fois moins imposés que les entreprises traditionnelles en Europe, les Etats européens ont échoué à s'entendre sur la création d'une taxe commune sur leurs chiffres d'affaires. Par suite, plusieurs pays dont la France mettent en place leur propre « axe GAFA » en ordre dispersé.

La taxe a cette semaine été votée en France en première lecture à l'Assemblée Nationale. Elle concerne les activités numériques qui « créent de la valeur grâce aux internautes français ». Elle repose aussi sur « la notion de “travail gratuit” des utilisateurs ».

Et au ministre français de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, de le confirmer: l 'Hexagone commencera à prélever la taxe sur les Gafa à compter du 1er janvier prochain.

«La taxe s'appliquera en tout état de cause au 1er janvier 2019 et elle portera donc sur l'ensemble de l'année 2019 pour un montant que nous évaluons à 500 millions d'euros», a affirmé Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse, à Paris.

Car les géants du numérique profitent largement de ces écarts entre pays de la zone pour minorer leurs impôts. Car même si les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), et plus largement les multinationales de l'économie digitale (Uber, Airbnb, etc.), se déploient dans des secteurs différents, ils ont une particularité commune : proposer leurs services sur le web leur permet de localiser leur siège social (et donc leurs bénéfices) dans un pays différent de celui où se trouvent leurs utilisateurs. Leur modèle repose sur des algorithmes et bases de données.

Or dans les pays européens, les règles actuelles d'imposition des bénéfices sont fondées sur le principe de l'établissement stable. Autrement dit, l'entreprise paye des impôts sur ses bénéfices dans le pays où elle est présente physiquement. Une présence qui se mesure par le nombre employés ou encore le montant des actifs corporels : usines, terrains, machines, etc.

Si bien qu'en l'absence d'harmonisation fiscale européenne, les GAFA peuvent implanter leurs filiales européennes – et donc leur présence physique – dans les pays qui proposent les taux d'imposition les plus faibles, tout en limitant leur présence physique dans les autres.

Par exemple, Google France n'a déclaré en 2017 qu'un chiffre d'affaires de 325 millions d'euros et a payé en France 14 millions d'euros d'impôts. Pourtant, les seules recettes publicitaires réalisées en France auraient rapporté à Google environ 2 milliards d'euros, estime le Syndicat des régies internet.

Résultat : en moyenne dans l'UE, les entreprises du numérique sont soumises à un taux d'imposition effectif deux fois moins élevé que celui applicable aux entreprises traditionnelles, selon la Commission européenne. Ce qui crée des conditions de concurrence défavorables et prive les États membres d'importantes recettes fiscales.

L'idée est donc de taxer à hauteur de 3%, dans tous les Etats membres de l'UE, le chiffre d'affaires (et non pas les seuls bénéfices comme dans le système classique) généré par certaines activités numériques : la vente de données personnelles, la vente d'espaces publicitaires en ligne ciblant les utilisateurs selon les données qu'ils ont fournies, et les services qui permettent les interactions entre utilisateurs et facilitent la vente de biens et de services entre eux.

Une taxe ne frappant que les très grandes entreprises de l'économie numérique (et donc les plus susceptibles de se livrer à une planification fiscale agressive), celles qui réalisent un chiffre d'affaires mondial annuel supérieur à 750 millions d'euros, dont 50 millions imposables dans l'Union européenne.

Soit 120 à 150 entreprises concernées seulement: des géants de la tech dont la moitié est américaine, un tiers asiatique et un tiers européen. Les recettes fiscaless comptées sont conséquentes : 5 milliards d'euros par an, dont 500 millions à peine pour la France.

La France est petite joueuse !

Seule une société française, Criteo, en fait partie. Elle est l'un des symboles de la French Tech, fondée en 2005, et est cotée au Nasdaq, à New-York, où elle est valorisée à hauteur de 1,34 milliard de dollars au 9 avril 2019. Plusieurs ex-entreprises françaises devenues des filiales de groupes étrangers devraient être concernées comme Le Bon Coin, Rakuten France et Meetic,notamment.

Selon Attac cependant, 64% du chiffre d'affaires des Gafam échappera à la taxe. "Le projet du gouvernement est loin de résoudre l'anomalie qu'il prétend combattre", souligne l'ONG. Dans son rapport, Attac estime en effet à 9,4 milliards d'euros le chiffre d'affaires réalisé grâce à des ventes en France qui ne sont pas déclarées dans l'Hexagone. En moyenne, ces entreprises dissimulent 74% de leur chiffre d'affaires, avec des écarts allant de 58% pour Amazon à 85% pour Google, selon le document.

On comprend mieux dès lors l'acharnement de Bercy ! Mais les pays concernés ne pourraient-ils pas prendre des mesures de rétorsion? Si le géant Google a dit qu'il paierait, il n'en est pas de même pour d'autres qui ont vu leur valeur en bourse baisser à l'annonce de la taxe...

D'ailleurs certains pays se sont opposés à un projet du même ordre au niveau européen, dont l’Irlande. Et ce sont les Etats Unis qui ne veulent surtout pas d'une telle réglementation. Washington a jugé la semaine dernière la loi française « extrêmement discriminatoire à l’égard des multinationales basées aux Etats-Unis ».

Larry Ricky pour DayNewsWorld

TOWARDS A REFERENDUM ON THE PRIVATIZATION OF PARIS AIRPORTS

While the French government seems reluctant about the citizens' initiative referendum, the Socialist Group in the National Assembly, for its part, announced on Tuesday that it had gathered the 185 signatures of parliamentarians necessary to initiate the procedure of organizing its parliamentary counterpart. what is the referendum of shared initiative against the privatization of Paris Airport.

Socialist deputies and senators but also the Republicans, communists and members of the group Libertés and territories, in total 197, have already given their agreement, announced the socialist deputy Boris Vallaud.

For the first time, the threshold of 185 parliamentarians necessary to trigger the process leading to the organization of a referendum of shared initiative (RIP) has thus been reached.

The provision is provided for in the Pact Act, which must be voted on definitively this week.

Of course, the organization of such a referendum also requires more than 4.5 million signatures of voters (10% of the electorate) in nine months to support this referendum proposal.

But between these two stages there is that, still very uncertain, the validation of the approach by the Constitutional Council. The latter must decide on the compliance of the initiative with the rules of the RIP.

"We did not want to commit the error that turned into a scandal, the privatization of motorways, with the privatization of Paris airports," Boris Vallaud told a press conference.

This is the first time that the measure, which was voted in 2008 under Nicolas Sarkozy, and entered into force under François Hollande, is launched.

Andrew Preston for DayNewsWorld

THE SHOCK REVELATIONS OF CARLOS GHOSN

JUSTICE NIPPONNE IN QUESTION

Pursued by Japanese justice for several months, Carlos Ghosn has decided to give us in a video his version of the facts before just been arrested again. And at the same time to scratch the Japanese legal system that does not seem to have anything to do with a fair trial.

The rigidity of a legal system

It was first his wife Carole who gave us some details about the Japanese justice. "I was searched several times, I was in pajamas!

A woman followed me into my shower, my toilet.

I felt humiliated. She recounts in the Sunday Diary, April 7, 2019, when her husband was once again arrested.

She protests against the system and calls France to help, not so that her husband receives a preferential treatment but to have a fair trial.

"I just received a message just a few minutes ago from my fellow Japanese lawyers who have just made a very unusual decision [...]

They just wrote to Tokyo's chief prosecutor asking him - I quote - to stop torturing Carlos Ghosn, "said Zimeray, a lawyer for the family on April 8. "Technically, when you try to interrogate someone eight hours a day, including at night, including at night (...) it's called torture.

Since he was re-arrested he is under that regime, "said the lawyer, adding that the United Nations had an expression to describe the Japanese system:" the system of the hostage. An expression that is cold in the back.

Three bowl of rice a day and incessant questioning.

Carlos Gohosn's first interrogation took place on his private jet on the tarmac on 19 November 2019 on the tarmac at Haneda Airport in Tokyo.

It lasts three hours and sets the tone for the next few months.

Months of custody in renewable!

A new arrest warrant, a new police custody!

Imprisoned, the car magnate Carlos could see his wife only 15 minutes a day, in the presence of a guard and with the obligation to speak to him in Japanese.

Difficult to understand when neither of them can master the language! He was also forced to sign written documents in Japanese, which were only translated verbally.

No wonder the CEO's health deteriorates.

"The first week, he lost ten pounds. He had a fever. He was deprived of his heart medicine: only Japanese drugs are allowed, "said Carole Ghosn recently. He is fed only three bowls of rice a day.

For his part, Anthony Ghosn, son of the couple, denounces the interrogation conditions. The former boss would be subject to the question two to three times a day, sometimes very early in the morning or very late at night, and for one to two hours each time. In a video recorded before his arrest, the former CEO of Renault-Nissan reaffirms his innocence and denounces the egoism of some Nissan leaders.

"It's a story of conspiracy, conspiracy, treason," insists Carlos Ghosn.

"It's a story of conspiracy, conspiracy, treason." This is how Carlos Ghosn summarizes the case that has already earned him three indictments and a new detention in Kosuge prison in Tokyo. The former leader of the Renault-Nissan-Mitsubishi Alliance again denounces the maneuvers of senior executives at Nissan who allegedly orchestrated his fall.

"There was the fear that the next stage of the Alliance in terms of convergence would threaten some people or possibly the autonomy of Nissan, which in the process has never been threatened in the last 19 years," he says. "But this autonomy is based on performance," says Carlos Ghosn who says that some leaders in the current management felt threatened, because of the "poor results" of the manufacturer.

These leaders have played "a game very unhealthy," says the former boss.Carlos Ghosn sweeps in this respect all the charges against him, reaffirms his love for Japan, is said today "worried" for the future from the Japanese manufacturer.

Faced with numerous international critics, Shin Kukimoto, deputy prosecutor of Tokyo, protested:

"Every country has its own history, its own tradition, its own judicial systems.

I do not criticize the rules of other countries just because they are different, and I find it wrong to do so. ", did he declare.

Alize Marion for DayNewsWorld

CAROLE GHOSN RETURNED TO FRANCE IN SECRET

Carole Ghosn had joined her husband in Japan.

She was in Tokyo, alongside her husband, Thursday, April 4, during his umpteenth arrest.

She could no longer leave Japan, her Lebanese passport having been confiscated by the Japanese police.

But it was not counting on the American passport that holds the wife of Carlos Ghosn.

Carole Ghosn, therefore decided to leave Japan to return to France after the new arrest of her husband in Tokyo, Thursday, April 4.

"The Japanese police had taken my Lebanese passport but I had my US passport left," she said in an interview in the Sunday Journal.

She would have felt in danger.

"I waited to see if Carlos was going to stay in jail or if he could go out quickly.

When I realized and the lawyers told me that I could not communicate with him for days, I made my decision, "she says.

"On Friday evening, the French ambassador accompanied me to the airport, he did not let me go on the plane." "Until the last second, I did not know if they would let me take off."

"I thought I was reliving the scene of the movie Argo, until the last second I did not know if they would let me take off.

It was unreal. !!! "

Finally France begins to realize that the situation of the Ghosn is most delicate and that Carlos Ghosn has the right to a fair trial ???

"Everyone dropped it, out of cowardice, including the bosses. It disgusts me. "Concludes Carole Ghosn.

Britney Delsey for DayNewsWorld

CARLOS GHOSN ALONE AGAINST ALL

The investigators from the prosecutor's office went early in the morning to Carlos Ghosn's building on Thursday morning in Tokyo.

He was taken to the Kosuge detention center, where he has already spent more than 100 days before being released on bail barely a month ago.

Like what happened after his initial arrest on November 19, he can remain in police custody for up to 22 days.

In detail, before the end of the first 48 hours, the prosecutor's office must request a ten-day extension for a judge and then another ten days for the purposes of the investigation.

The court gives the green light in the overwhelming majority of cases.

At the end of this period, the suspect can be charged, released without prosecution (in 50% of the cases) or arrested again for another reason.

Once custody ends, if charged, the suspect can then remain imprisoned pending trial.

Alone against all ?

"A small team of intriguers" against a fighting man who calls himself "innocent", a French citizen who has doubts about Japanese justice. Mr Ghosn's lawyers want a fair trial.

A relentless ... A hellish gear suffered by the captain of industry that is above all Carlos Ghosn proud to have been at the head of the Alliance.

Carl Delsey for DayNewsWorld
There are no translations available.

PRIVATISATIONS EN MARCHE

Les députés donnent leur feu vert à la privatisation d’Aéroports de Paris.

En effet l’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture l’article 49 du projet de loi Pacte, qui prévoit de supprimer l’obligation pour l’Etat de détenir la majorité du capital d’ADP.

« On ne pourra pas dire que le débat sur la privatisation d’Aéroports de Paris a été escamoté. » lancé a le ministre de l’économie, Bruno Le Maire.

Mais l’opposition comme la majorité se sont inquiétés du fait que l’exécutif cède une entreprise « stratégique » pour la France en termes d’aménagement du territoire, d’emploi local ou de sécurité des frontières.

« Un choix stupide », « un sacrilège », la privatisation d’Aéroports de Paris passe donc mal à l’Assemblée. Même M. de Courson tout en soutenant le projet, a toutefois jugé « non recevable » le principal argument du gouvernement et de la majorité qui, pour justifier la privatisation, mettent en avant le « fonds d’innovation de rupture », une enveloppe qui sera abondée par le fruit de la transaction et qui doit servir à financer des projets technologiques (intelligence artificielle, nanoélectronique, etc.).

« Tout ça ne tient pas debout ! », a lancé également le député Les Républicains Daniel Fasquelle.

Petit historique

L’Assemblée nationale avait autorisé, jeudi 4 octobre, la privatisation de Groupe ADP (ex-Aéroports de Paris) ainsi que celle de la Française des jeux (FDJ), mesures phares du projet de loi Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises).

Et ce au grand dam des oppositions de droite comme de gauche :dans la bouche d'Eric Woerth comme dans celle de Boris Vallaud «Renoncez à ces privatisations!». «Si nous avons une coalition d'opposition entre la droite, la gauche, les insoumis et le PCF, c'est que nous avons tous le sentiment d'une grande braderie des biens de la nation», a résumé Philippe Gosselin chez les Républicains

L'Assemblée nationale a donné, par 39 voix contre 7, son feu vert à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) dans le cadre de l'examen en première lecture de la loi Pacte. Le régime juridique et le cahier des charges d'ADP ont cependant été modifiés. Ainsi si l'Etat ne doit plus conserver 50% des parts, la future privatisation d'ADP prendra la forme d'une concession limitée à 70 ans «pour ne pas conférer un droit illimité à un acteur privé», a précisé le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

«L'État disposera d'un pouvoir de décision, c'est également l'État qui fixera les orientations sur le développement des aérodromes, c'est encore lui qui, faute d'accord, imposera la réalisation d'investissements nécessaires au service public aéroportuaire», a détaillé le ministre.

Histoire de ne pas commettre les mêmes erreurs que lors de la privatisation des autoroutes. Cette concession sera donc encadrée par «un cahier des charges strict et contraignant» fixant les critères - prix et projet - de l'opération. L’Etat retrouvera la pleine propriété du foncier et des infrastructures et les modalités de fixation de l’indemnité que recevra ADP dans 70 ans.

Le groupe français Vinci, déjà actionnaire d'ADP, s'est montré intéressé pour cette opération. Le gouvernement serait disposé à ouvrir la possibilité d'une participation des collectivités franciliennes.

D'aucuns redoutent cependant «l'actionnaire non souhaitable» en clair chinois.Les députés ont dans la foulée voté, par 48 voix contre 12, l'article du projet de loi qui permet le transfert au privé de la majorité du capital de la Française des Jeux (FDJ) , actuellement détenu à 72% par l'État. Ce dernier doit conserver «au minimum» 20% des parts. Le dossier de la FDJ n'est pas encore terminé. Avant toute privatisation, le gouvernement entend créer une nouvelle autorité de régulation des jeux.

Afin de se conformer à la réglementation européenne qui prévoit un contrôle public étroit sur les entreprises en situation de monopole, l’Etat pourrait en outre conserver une participation importante dans l’exploitant du Loto, de l’ordre de 25 % ou 30 %. Le sujet est sensible compte tenu des risques d’addiction et de blanchiment d’argent.

Pourquoi ces privatisations ?

Les opérations envisagées chez ADP, la FDJ et bientôt chez Engie peuvent au total rapporter en théorie près d'une vingtaine de milliards d'euros à l'État. (ADP : 9,5 milliards , Engie 7,8 milliards,. FDJ pas cotée mais valorisée autour de 3 milliards d'euros).

Le produit de ces cessions contribuera ainsi à alimenter le fonds pour l’innovation doté de 10 milliards d’euros créé en début d’année mais aussi à participer pour moitié au désendettement de l’Etat.

Face à l'opposition qui l'accuse sans surprise de «brader les bijoux de famille», Bruno Le Maire revendique de «redéfinir les rôles respectifs de l'État et des entreprises»: «Le rôle de l'État n'est pas d'encaisser des dividendes». Bruno Le Maire se veut partisan d’un Etat « stratège plutôt que rentier » , « un État capable d’inventer et construire l’avenir des Français ». Encore faut-il avoir envie de confier l’invention et la construction de votre avenir à l’État ?

Le gouvernement espère que les investisseurs particuliers souscriront massivement à cette émission d’action pour « redynamiser l’actionnariat populaire ».Il faut dire que l’actionnariat populaire fond comme neige au soleil....

Encore faut-il être convaincus des bienfaits d’être actionnaire d’une entreprise « privatisée »

Jaimie Potts pour DayNewsWorld

THE INCREDIBLE JUDICIAL LIQUIDATION OF ARJOWIGGINS PRINTING

DE JOUY SUR MORIN (SEINE AND MARNE)

If it had been through the "judicial recovery" box (and its forced negotiations that lasted in time), the printing house Arjowiggins Security, of Crève Cœur (it does not invent !) Of Jouy sur Morin was liquidated in less 15 days, while it had a full order book until 2020 and it held to its credit, many High Tech Patents.

Never seen ! And for some, many, the suspect !

The suspect because the other units of the Arjowiggins Group (the Sarthe sites of Saint Mars beer or Besse sur Braye, Château Thierry too) who do not manufacture them strategic paper, have just been saved thanks to the takeover offer by the Scandinavian Lassabo Group, which has until 15 March 2019 to complete its takeover bid before the Commercial Court of Nanterre. The Norwegian boss, Terge Haglund has also come to greet employees (reassured since) of the two sites in Sarthe, last Tuesday, March 12.

For a better understanding of the sit uation, let us specify that it is the lawyer Thomas Holland, the son of the former President of the Republic who is in charge of the interests of the employees in the file of recovery ?

The suspect because it is the company Arjowiggins Security alone, which closed permanently January 31, 2019, while it was she who manufactured our greeting cards and our bank notes.

Arjowiggins Security also manufactured, for example, banknotes of Saudi Arabia and Israel.

The passports of Alexandre Benalla are certainly also out of Crève Cœur ...

This paper that disappears was therefore a very sensitive paper, strategic.

The company of Jouy sur Morin which had a knowledge of 400 years was de facto classified "strategic enterprise" Its disappearance will force the French State to have its official papers manufactured abroad, in Spain or in Bulgaria ?? A funny situation!

It is a jewel of the French industry that Emmanuel Macron and Bruno Le Maire have sacrificed, cynically and in the greatest opacity.

Jouy sur Morin's printing and making of technical coated paper belonged to Groupe Sequana until 2018.

The history of Sequana goes back to the creation in 1848 of the House Worms which became Bank Worms, well introduced under the Government of Vichy.

In 1997, the Worms Banking Group was taken over by the Agnelli Family (at the head of Fiat Automobile de Turin) after passing through the "nationalization" box in 1981.

In 2007 Worms refocuses on its paper companies and becomes the Sequana Company, of which the State is the majority shareholder.

Everything had started well, under the best auspices of the Lebard Family, whose father Daniel came out "rinsed" in 2007 from the dark "Rhodia affair", "the history of the biggest French financial scandal" in which the former Nicolas Sarkozy's finance minister, Thierry Breton was delicately mixed and also a story at the end of which the Swiss banker Edouard Stern was curiously murdered.

Pascal Lebard, son of Daniel, who previously managed a portfolio for the Worms and Agnelli decided in 2007 to take the lead and 22% of Sequana Capital. But the company, which before that date was profitable, sting quickly after the reversal of the paper market.

Fearing an "industrial accident at Boussac" Sequana becomes for the executive in place in 2012, "a political issue that risks igniting the timber industry and the Syndicate CGT Book".

But who was President of the Republic on that date? Guess? François Hollande of course, a François Hollande whose Secretary General of the Elysée at the time was none other than a certain Emmanuel Macron ...

To avoid dismissal procedures, the CIRI (Interministerial Committee for Industrial Restructuring) and the FSI (Strategic Investment Fund) then provide through the BPI (Public Investment Bank) 135 million public funds that disappear gradually asset disposals and restructurings. By its participations, the state nevertheless becomes majority!

But Sequana continues to lose money so that the Group is in a position to interest an investment fund led by Jacques Veyrat and his company Impala. For the record, Jacques Veyrat began his professional career at the direction of CIRI in 1989 ...

Impala makes a nice financial transaction in a round-trip lightning after which it sells in early 2018 Arjowiggins Security to a Swiss vulture fund, Blue Motion Holding Technology, which does not waste time and immediately empties the funds of the company. End 2018 Arjowiggins Security is dying.

Financial scandals after financial scandals, it is clear that the state, which has always held key positions in the company did not assume its role as strategist, even though he gave a lot of money (at total nearly 250,000,000 euros), found in the pockets of taxpayers. And the answer to the question that comes back in this moment: "but what did you do with our cash ?" Immediately appears.

This is why the "liquidation blitz" of Arjowiggins has heated the spirits, especially those 240 workers (who have a unique expertise) who began to burn roll after roll, every twelve hours, in the midst of the Yellow Vest crisis, the strategic paper in stock and the other 500 surrounding indirect jobs.

The feat of the future of Arjowiggins scandalized and questioned.

Indeed, Emmanuel Macron, like Bruno Le Maire (and all their clique) have today, according to our excellent colleague Pierre Jovanovic "the blood of France on the hands".

For reading this industrial haemorrhagic odyssey, we seek to understand why the state, which had the means, financial and regulatory abandoned this printing, physically as a military installation or as a nuclear installation, surrounded by barbed wire. Strategic enterprise requires!

Why the state did not immediately create a public agency or an EPIC, Public Establishment of recovery of this industrial gem ?

For Pierre Jovanovic, by liquidating this company, "these politicians did not act by chance". Emmanuel Macron, who did not show himself to Jouy sur Morin, would have, he said, "removed from the state any possibility of going backwards in case France decided to leave the EU and the euro". A policy of the burned land preventive in case the populists come to win the European elections of May 26, 2019 ...

Waiting for this date, we understand better why it is increasingly difficult and time to obtain a registration card, a passport, an identity card or a vital card. ...

But also, by delving into the details of the adventure of Sequana and Arjowiggins Security, we better understand why the Yellow Vests denounce more and more "the disappearance of public services", a criticism that comes first in the notebooks grievances of the Great Debate.

This explains that because in this example, the state is strongly responsible for this situation.

Clara Mitchell pour DayNewsWorld

CLASSIFICATION FORBES

THE BIGGEST FORTUNES

Bernard Arnault is still the richest of the French. The CEO of the world luxury giant LVMH, Bernard Arnault, remains the first French fortune and the fourth world, according to the list of Forbes published this Tuesday, March 5.

His fortune is $ 76 billion, or 66.9 billion euros. In the French ranking, he is ahead of L'Oreal's heiress, Françoise Bettencourt Meyers.

The only daughter of Liliane Bettencourt takes "the honorary title of the richest woman in the world" with a fortune of 43.4 billion euros (49.3 billion dollars, 15th in the world rank).

Four other women, all heirs, are billionaires in France: Marie Besnier-Beauvalot, Carrie Perrodo, Anne Beaufour and Marie-Hélène Dassault.

The fortune of the ultra-rich continues to grow

On the third step of the podium, François Pinault, at the head of Kering, rival of LVMH. His fortune grew by almost 12% in one year to reach 26.1 billion euros (29.7 billion dollars).

Also in the high-growth luxury sector, we find the owners of Chanel, the two brothers Wertheimer, with an estimated fortune for each of them to 12.8 billion euros ($ 14.6 billion).

The fortune of the Dassault family is estimated at $ 24 billion, divided into four equal parts representing the four children of Serge Dassault, who died in 2018.

"The 2019 vintage of the billionaires hexagonal sees emerging two new trends: the club of ultra-rich is expanding and their fortune has continued to grow," says the magazine. Xavier Niel loses ten places !

"The most noticeable fall is Xavier Niel, the founder of Iliad-Free, who lost ten places, after a dark year on the stock market," said Forbes. He is thus 18th in the ranking with a fortune estimated at 4.1 billion dollars (3.6 billion euros).

In general, the bosses of the technology companies applied to finance "have come down from their pedestal, after bad fortunes in the stock market".

Boby Dean for DayNewsWorld

UBS BANK HEAVILY CONDEMNED

3.7 billion euros, this is the fine imposed on the UBS bank for illegal banking and aggravated money laundering. The heaviest sentence ever pronounced by the French justice in a case of tax evasion!

Accused of having established a "structured and old organization" to facilitate tax evasion in France, UBS is condemned to pay € 3.7 billion fine and 800 million damages to the French State. This is exactly what the National Finance Prosecutor's Office (PNF) required.

The Swiss bank has announced that it will appeal. Even if this conviction is contested on appeal, it is the heaviest sentence imposed by the French justice in a case of tax evasion.

It was the first major tax evasion trial in France that ended in an exceptional judgment both in its severity and the amounts requested.

The Paris Criminal Court on Wednesday (February 20th) sentenced the UBS bank, the world's largest private bank, to a record fine of € 3.7 billion. An amount equal to the sum recovered by the State from UBS customers.

The Union of Swiss Banks is sent back to the French courts for illegal soliciting and the receipt of money laundering aggravated by tax evasion, which means that it is suspected of having sent agents from Switzerland to France, between 2004 and 2009, to to offer French customers financial packages allowing them to escape the tax system.

During sports events, shows or stays offered to customers, contacts were made and many accounts were opened...

Jaimie Potts for DayNewsWorld

DEATH ATTACK ON SOLO CATHEDRAL IN SOUTHERN PHILIPPINES

At least 18 people died Sunday in a double attack on a church on the island of Jolo in the southern Philippines, which remains a bastion of the Islamist organization Abu Sayyaf.

The attack comes two days after the announcement of massive approval, in a referendum last Monday, of the creation in the south of the Philippines Bangsamoro autonomous region, as part of the peace process with the Muslim insurgency. .

Photos broadcast by the army show the doors and windows of the cathedrals pulverized, its benches returned.

A photographer on the scene also saw many bodies strewn on the ground.

Five soldiers and 12 civilians were killed in this double attack, which also left 57 injured, the officer said. "It's probably a terrorist act. There are people who do not want peace, "he added.

Philippine President Rodrigo Duterte's spokesman condemned "a terrorist act".

"We will continue to the end of the world the cruel perpetrators of this despicable crime until each of the killers is brought to justice and put behind bars," said in a statement this spokesman.

The province of Sulu, to which belongs Jolo, a stronghold of Abu Sayyaf, has voted against the creation of the new Bangsamoro Autonomous Region.

The island of Jolo is indeed one of the main bastions of Abu Sayyaf, an extremist branch of the Muslim separatist insurgency. Specializing in villainous kidnappings, this organization was created in the 1990s thanks to the funding of a family member of al-Qaeda leader Osama Bin Laden.

It is also accused of the worst attacks in the archipelago, especially that against a ferry that had more than 100 dead in 2004.

The establishment of this area in a predominantly Muslim territory - while the archipelago is predominantly Catholic - aims at the restoration of peace after decades of a conflict that has left tens of thousands dead.

Britney Delsey for DayNewsWorld

JEAN-DOMINIQUE SENARD

NEW PRESIDENT OF RENAULT

Renault turns the page Carlos Ghosn. Thursday, January 24, the board of directors of Renault meets this Thursday to establish a "sustainable" governance according to Bruno Le Maire.

Incarcerated for more than two months in Japan, the man who had been running Renault since 2005 agreed to resign just before the board of directors appointed to appoint his successors.

The French group has chosen current Michelin boss Jean-Dominique Senard as the new chairman of the board of directors.

At 65, Mr. Senard becomes the eleventh president in the history of Renault.

Thierry Bolloré, who had taken over the reins of the company after the arrest of Carlos Ghosn was, for its part, confirmed to the post of general manager of the company.

The two functions are henceforth separate, as the State, the main shareholder of Renault with 15% of the capital and 22% of the voting rights wished.

Thierry Bolloré returned the role of ensuring the day-to-day management while Jean-Dominique Senard will focus on the main orientations for the group while taking over the presidency of the Renault-Nissan alliance, a position also occupied by Carlos Ghosn.

The succession of Carlos Ghosn does not sweep the uncertainties for the French manufacturer.

It is also necessary to wait for the end of the internal investigation launched on the practices at the level of Renault-Nissan-Mitsubishi, the joint venture under Dutch law which manages the synergies between the members of the Alliance that must save Mr. Senard.

A difficult task as relations between Renault and Nissan are deleterious since the arrest and indictment of Carlos Ghosn.

Britney Delsey for DayNewsWorld

OPERATION SEDUCTION OF EMMANUEL MACRON BEFORE 150 GREAT FOREIGN PATRONS

Having decided not to participate in the forum of Davos which gathers the gotha ​​of the world economy, and this to solve the social emergency, Emmanuel Macron chose to gather this Monday with Versailles 150 bosses French and foreigners.

This summit comes as the national economy is running out of steam, job creation is capping and business failures should resume, according to Euler Hermès

Since his inauguration, Mr. Macron has repeatedly received large international groups to convince them to invest in France.

And it renews this year's successful experience of last year where 3 billion investments over 5 years had been announced in France, with commitments from companies like Google.

The stated goal: to praise the attractiveness of France and reassure in full movement of the "yellow vests". By bringing 150 bosses to Versailles, "our desire is to highlight the opportunities in the territories by making known the different regions and their know-how.

We will also have French companies of different sizes, representing the economic fabric in the region, " said the Elysee.

"When big groups come to France, they are jobs in the territories. That's why we are fighting to have investments in the region, "the source added.

Virtually the entire government needs to welcome and talk to business leaders from around the world starting at 3 pm

Last year, the slogan was "France is Back". This year, the operation "Choose France" takes place in the context of "yellow vests" movement abroad worried about the stability of the country.

The head of state to give assurances that the course will not change after the great debate, especially about taxation that will continue to encourage investment. The head of state to convince that the prosecution of its reforms will increase the attractiveness of France, and get new foreign investment.

Investments worth several hundred million euros should be announced during this second summit "Choose France", says the Presidency of the Republic..

Abby Shelcore for DayNewsWorld

CARLOS GHOSN LASTED BY THE FRENCH STATE

The French State had hitherto supported Carlos Ghosn. He has just released him now asking for the appointment of a successor at the head of Renault. A board of directors should be convened in the coming days.

"I always said, recalling the presumption of innocence of Carlos Ghosn, that if it were to be permanently prevented, we should move to a new stage. We are there, "admitted Bruno Le Maire, Minister of the Economy.

Incarcerated in Japan since November 19 for breach of trust and financial malpractice, Carlos Ghosn will lose his last title, that of CEO of Renault, Nissan and Mitsubishi having removed him from the post of chairman of the board from the end of November .

"In this new phase, we now need a new sustainable governance for Renault," added the Minister of the Economy, while several emissaries of the French government dispatched to Tokyo on Wednesday discussed with protagonists of the Renault- Nissan.

The minister did not say whether the new CEO would also lead the alliance with the Japanese Nissan and Mitsubishi but was reassuring. "We want the alliance to last.

The question of participation in the alliance is not on the table, "he said.

The French state is Renault's largest shareholder, with 15.01% of the capital. Nissan holds 15%, but without voting rights in general meeting. Renault controls 43% of Nissan, which it saved from bankruptcy almost 20 years ago. Nissan also owns 34% of Mitsubishi Motors, the latest addition to the alliance born in 1999.

Asked about the possible candidacy of Jean-Dominique Sénard, the outgoing president of Michelin, Bruno Le Maire praised the qualities without pronouncing so far.

"He's a big industrialist, a man who has a social conception of the company and has demonstrated it many times," he said, noting that he was also "a specialist in the automotive sector." .

He assured, however, that "the State will decide on the basis of the candidates who will be submitted to it as a reference shareholder".

Under three indictments, the French Samurai is currently in pre-trial detention until at least March 10th. That's why his lawyers appealed and asked for his release on bail.

Britney Delsey for DayNewsWorld

PENELOPEGATE OR REFERENCE BEFORE CORRECTIONAL

The prosecutor's office requires the dismissal of François Fillon, a former presidential candidate, and his wife Penelope Fillon in a correctional court on Friday, 11 January. It is now up to the judge to decide whether there will be a trial or not.

In the case of allegedly fictitious jobs, according to information from the World, the National Public Prosecutor's Office (PNF) signed, Wednesday, January 9, an indictment in favor of the referral to the criminal court of François Fillon, his wife Penelope and his former deputy to the National Assembly, Marc Joulaud.

The prosecutor "wants to see judge [the couple] for various offenses: embezzlement of public funds, abuse of corporate property, aggravated fraud and complicity in these crimes."

Judge to decide

The investigating judge decides whether a correctional trial will take place for the former presidential candidate, his wife and former parliamentary deputy Marc Joulaud, also indicted.

In October, the investigating judges in charge of the investigation of the supposedly fictitious jobs of François Fillon's wife, had notified the end of their investigations following the investigation launched after revelations of the Chained Duck.

Indeed, the newspaper had revealed suspicions of fictitious use of Penelope Fillon, the wife of the candidate by titling in its edition of January 25, 2017 "The 600 000 € won by Penelope poisoning Fillon".

She was employed from 1986 to 2013 as a parliamentary assistant to her husband and his deputy, Marc Joulaud, and his activity raises questions.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

NEW INCULPATION FOR CARLOS GHOSN

Bad new for Carlos Ghosn. The businessman, who was first indicted on December 10 for reporting only half of his earnings from 2010 to 2015, is Friday accused of lowering his income by half as well from 2015 to 2018 up to 4 billion yen (31 million euros)

The prosecution accuses the CEO of Renault also of aggravated breach of trust, the boss having tried to cover by Nissan losses on personal investments at the time of the financial crisis of October 2008.

Greg Kelly's right hand man, suspected of involvement in the revenue concealment, was also indicted. Just like Nissan, as a moral entity.

In fact, according to the judges, the manufacturer is liable because he has sent false declarations to the stock market authorities as part of his annual financial reports.

The CEO of Renault claimed his innocence during a hearing on Tuesday, December 8, his first public appearance since his arrest, claiming to be "falsely accused and detained unfairly."

He assured "to have acted with honor, legally and with the knowledge and approval of the leaders" of the Japanese manufacturer.

His lawyer, Motonari Otsuru, announced on Friday that he had filed for bail, but he had little chance of success because, in order to be granted, the defendant must not reject the charges against him.

Motonari Otsuru has therefore deemed it likely that Carlos Ghosn, arrested since 19 November, will remain in detention until the start of his eventual trial, which could be held in about six months.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

FIRST APPEARANCE OF CARLOS GHOSN

BEFORE A JUDGE

Thin, handcuffed, a rope around his waist, sandals green plastic foot before the start of the session that lasted almost two hours, the CEO of Renault Carlos Ghosn appeared publicly for the first time in a Japanese court, at the request of his advice this morning.

An exceptional moment before the trial itself, which allowed Carlos Ghosn to appear in front of the restricted audience in the courtroom and to claim his innocence.

The lawyers of the boss of the Renault-Nissan alliance had indeed requested, pursuant to Article 34 of the Constitution, to hear from the mouth of a judge the reasons for the continued detention of their client. Such a rare appearance procedure, only 0.6% of those who made such a request last year.

In this first session before Judge Yuichi Tada, nearly two months after his surprise arrest in Tokyo, Carlos Ghosn managed to lay the groundwork for his defense by claiming his attachment to Nissan and his pride in having it straightened. "I was unfairly accused and detained on baseless charges," he said.

Speaking in English, Carlos Ghosn recalled having dedicated "two decades of his life to take up Nissan and build the alliance", a company he says he loves.

The Franco-Lebanese-Brazilian states "to have acted with honor, legally and with the knowledge and approval of the leaders of the company," according to a written statement he read. So, according to him, everything he did was endorsed by the company. For Carlos Ghosn, this is a way to take on a greater responsibility by Nissan.

He also assured that he did not cover personal losses with Nissan detailing the transactions for which he is accused of breach of trust. The sums paid by a Nissan subsidiary to the Saudi businessman Khaled Juffali were paid, according to the defendant, for services rendered to help the group in the Gulf region.

For Carlos Ghosn's lawyer, Motonari Hatsuru, the purpose of the hearing was "to know the precise reason for the detention and the suspicions that still weigh on Carlos Ghosn" and to release his client.

But the judge justified the continued detention of the former president of Nissan by a risk of flight abroad "where he has bases" and alteration of evidence. "There is enough evidence to suggest that the suspect could encourage people to conceal offenses," said Judge Yuichi Tada.

Although this appearance has almost no chance to change the course of events, the symbolic significance remains strong for Mr. Ghosn who was finally able to break the media silence and give his version of the fact.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

CARLOS GHOSN READY TO DEFEND

LIKE A LION

BEFORE THE TOKYO TRIBUNAL

The Franco-Lebanese-Brazilian boss, who has been detained in Japan since 19 November, will finally be able to explain himself on Tuesday 8 January in the Tokyo court.

By activating Article 34 of the Japanese Constitution, Carlos Ghosn's lawyers cause the appearance of their client and thus obliges the prosecutor to clarify publicly the reason for his prolonged detention.

The son of Renault CEO Anthony Ghosn, in an interview with JDD on Sunday, says his father is "ready to defend himself vigorously" in a Tokyo court next Tuesday.

"For the first time, he will be able to express himself on the facts he is accused of, to give his vision.

I think everyone will be quite surprised to hear his version of the story. Until now, we have only heard the accusation. He will have ten minutes to express himself "and" he will not let go of anything ", continues Anthony Ghosn.

For two of Renault's CEO daughters who spoke in the New York Times columns, Hiroto Saikawa, Nissan's general manager, reportedly provoked the affair with the sole aim of rebalancing the balance of power in favor of Nissan within the New York Times. of the alliance between Renault and the Japanese car manufacturer.

The conditions of detention of the French boss in the Japanese prison are not very comfortable. According to his son,

"He resists, even if he lost about ten kilos by eating three bowls of rice a day . The conditions are not very healthy . "" The prosecutor has the right to question him at any time, two or three times a day.

He can come early in the morning and late at night. The interrogations last one or two hours, "says Anthony Ghosn, " but he takes all of this as a challenge "(a challenge) and" he reads books that are passed to him almost every day "according to his son.

So far, Carlos Ghosn has been held in prolonged detention in Japan for illegally denouncing his income in Nissan's annual reports to the stock market authorities and for a possible breach of trust, accusations that he categorically denies.

Would the Japanese power want to regain control of an automobile empire straightened by a French boss of engineering by grinding the latter in his jails for "tax fraud"?

France in the first place and the international community as a whole, who have had little or no evidence of the guilt of the boss Carlos Ghosn, remained very passive in this case.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

CASE CARLOS GHOSN RENAULT'S CEO BEHIND THE BARS FOR CHRISTMAS

The Japanese court has decided Sunday to extend his custody until 1 January. "Today, the decision was made to keep Mr. Ghosn in detention. Custody will expire on January 1, "the Tokyo District Court said in a statement.

This judicial decision is the latest rebound in the saga that has fascinated Japan and the business world since the arrest of the captain of industry on November 19 in Tokyo on the arrival of his private jet.

The former president of Nissan (and still CEO of Renault), was the subject Friday, December 21 of a new arrest warrant, the third, on additional charges, this time the breach of trust aggravated.

This new arrest is linked to the losses suffered during the subprime crisis of 2007-2008 by the company managing the assets of Mr. Ghosn.

These losses, amounting to 1.85 billion yen (14.5 million euros), were reported in October 2008 to Nissan's accounts.

Carlos Ghosn reportedly made personal losses on the accounts of Nissan in 2008. Between 2009 and 2014, a subsidiary of Nissan would have paid $ 14.7 million (12.8 million euros) to wealth manager.

The prosecution suspects Carlos Ghosn of having "failed in his role as CEO and caused harm to Nissan"

This type of crime is normally prescribed after seven years, according to Japanese law. But prosecutors say it does not apply to Ghosn because of the time he has spent abroad in the last decade.

The Franco-Lebanese-Brazilian has already been indicted on December 10 for failing to declare to the stock market authorities nearly 5 billion yen (38 million euros) of income over five years, from 2010 to 2015. His right arm the Greg Kelly, arrested at the same time as him, was also indicted.

To the Minister of Justice, Takashi Yamashita, in response to criticisms of the functioning of the Japanese justice system, to declare that the proceedings "are in accordance with the law" and that, as a result, "there is no to criticize. "

Jenny Chase for DayNewsWorld

TRUMP WAS ONLY PARTIALLY HEARD BY THE FED AS IT PRESCRIBED A NEW INCREASE IN ITS INTERESTS

As usual, it was with a weet, his favorite communication weapon, that the US President had last Monday called on the FED not to raise its interest rate, whereas it planned to increase it from 2 , 25% to 2.50%, or in a range between these two rates.

The Fed did not follow the President's urgent recommendation. It increased its key rate on Wednesday 19 December 2019. It was set at 2.50%

For Donald Trump this increase was simply a mistake, "inspired by meaningless numbers".

The Fed is currently chaired by Jerome Powell, a close friend of Donald Trump, who, however, at the end of November had publicly felt that "until then, he was not, if only a little satisfied with his appointment of Jay Powell". According to Donald Trump and his legendary instinct, this new increase will increase all consumer loans and mortgages, measures that will necessarily be unpopular.

And we know that Donald Trump is already thinking about his re-election!

But above all, these increases will strengthen the dollar, which will counteract its objectives of reducing the US trade deficit, making imports cheaper and US products more expensive to export.

But also, this increase is totally inappropriate given the uncertainties weighing on the US and global economy. This increase has already had an immediate impact on the stock markets which have immediately unscrewed. It was the Nikkei who opened the ball; a few hours after the European stock markets showed a sharp drop. Wall Street was no exception.

On this last decision of the FED, the US President attacked frontally, saying: "It's incredible, with a very strong and virtually expensive dollar, no inflation, the world that explodes around us, Paris that burns and China on a downward slope, the Fed is still proceeding to a new increase in its interests.

This open criticism has not been of the taste, of course, of the leaders of the FED which since its creation claims its independence vis-à-vis the political power.

Note that everything is in the word "independence!

Indeed, according to the economic and monetary doxa that has dominated for many decades, a Central Bank must be independent. An independence considered as a postulate, an indispensable condition.

Yes, but ! Central banks are independent only vis-à-vis the political authorities. For the rest, in fact they have no real power, or more precisely, little power of power.

Everything happens on the top floor, at the top of the pyramid (which is on the dollar bill)

It is on this last floor that an international organization, very little known to the general public, created in 1930 (after the crisis of 1929) in the form of a public limited company, is held. This public limited company is the Bank of Regulations i International Bank (BIS), Bank for International Settlement. It is the oldest of the international financial organizations.

It is based in Basel (Switzerland). It owns all the central banks, and therefore holds the FED, which has always operated with public capital, (very little) and private capital dominated, private capital mainly from the Rothschild dynasty, but also Rockefellers, Lehmann brothers, Goldman Sax etc .. (It has always been very difficult to know exactly the respective weight of these families, it is the best kept secret in the world).

Nevertheless, it is known that the Rothschild dynasty holds the largest share of its capital. This dynasty is the most powerful of the Earth, its wealth being estimated at 500 000 billion $ (to give a scale the budget of France for 2018 amounted to 2200 billion €). It should be remembered that the role of a Central Bank is to create the currency, put it into circulation and ensure the functioning of their distribution system.

The FED therefore has the power to print money, on behalf of the US government "which pays him interest for the extreme favor it is given", which interests that constitute the burden of debt in budgets public go directly into the pocket of this little caste. Even if in the US as in France, the public depnese is fed by many wasteful and useless duplicates, we understand better after these explanation or our money goes ...

The power of these families, which represent 1% of the world's population, is therefore considerable. It is an elite that very cleverly forces the American state (like many other Western states) to levy ever more taxes.

In the light of these explanations, you will have understood why Donald Trump, victorious in the last American presidential election, defeated America and America (American First), and set himself up as an anti-system candidate. just took serious risks, political and personal.

The current President of the FED, Jerome Powell, who is nevertheless a close friend of Donald Trump, could not resist the pressure of the financiers of the FED (Rothschild and C °) ....

However, we must salute the short victory he has achieved, namely that the Fed will only increase twice, instead of the three initially forecasting its interest rates in 2019.

Courageous Donald, who has exposed himself personally, in a general context "scary" for Americans.

Recall before we finish, that at least 7 American presidents who opposed the financial oligarchy and the cartel of the banks were murdered: Abraham Lincoln, Garfield, McKinley, John Kennedy and maybe even Franklin D. Roosevelt..........

Clara Mitchell for DayNewsWorld

SOCIAL AND ECONOMIC EMERGENCY PLAN

OF THE FRENCH GOVERNMENT

Numerous were the files on the cabinet table this Wednesday, December 19th. Smic increase, expansion and increase of the activity premium, cancellation of the rise of the CSG for the modest pensioners ...

The draft law on emergency measures was tabled Wednesday "before noon" in the Assembly, announced after the Council of Ministers Benjamin Griveaux.

At the end of the cabinet meeting, government spokesman Benjamin Griveaux returned to the implementation of the various reforms related to purchasing power, announced by Emmanuel Macron on December 10, in response to the movement of yellow vests.

1 ° Smic and activity bonus:

The decree upgrading the Smic by 1.5% on 1 January next was adopted on Wednesday in the Council of Ministers, announced Benjamin Griveaux in his report. This mechanical revaluation will bring, in gross, the hourly Smic of 9,88 to 10,03 euros and the Smic monthly of 1,498,47 to 1,521,22 euros for a full time, an increase of 22,75 euros, a-t -He specifies.

This automatic increase is calculated according to two criteria: the inflation observed for the 20% of households with the lowest incomes and half of the gain in purchasing power of the hourly wage base worker and employee (SHBOE).

To achieve the presidential goal of a net income increase of 100 euros net for employees earning around the Smic, the executive has chosen to go through the activity bonus. The government spokesman confirmed the expansion of the activity premium to 5 million homes in France. The persons eligible for this premium will be able to benefit from it as from February 5th from the moment they have made the request to the Family Allowances Fund. But 45% of Smic people will not have 100 euros because they are in homes that touch two more than 3,000 euros net per month.

2 ° The exceptional bonus

An exceptional bonus paid by companies to employees paid up to 3,600 euros will be paid before March 31, it will concern "4 to 5 million employees," said Wednesday Benjamin Griveaux. This exceptional bonus, which may reach 1,000 euros, will be exempt from all social charges and income tax. It must be paid before March 31, 2019. Employers are not required to pay this premium. Some large groups have already announced that they would do it.

3 ° The CSG

The abolition of the increase in the CSG, for pensioners receiving less than 2,000 euros per month, will apply no later than July 1, 2019. The 3.5 million retirement homes affected by this announcement will be fine is well support the rise of the CSG from January 2019 before being "fully reimbursed no later than July 1 [...] through a big check or transfer," said Muriel Penicaud, Monday, December 17.

4 ° Overtime

The text provides unsurprisingly the tax exemption for overtime from 1 January.

A set of measures with an estimated cost of 10 billion euros.


Jaimie Potts for DayNewsWorld

FRANCE CALL FOR STRIKE IN ROAD TRANSPORT

When France begins to live in some regions to slow down economically following the movement of "yellow vests", the federations CGT and FO of the road transport call to strike from Sunday evening. Supporting "yellow vests" they intend to defend the purchasing power.

They call for a strike from Sunday evening, from 22H and for an indefinite period qualifying as "crumbs" the measures announced Tuesday by the Prime Minister. FO, the third organization in the sector, calls on the government immediately to open negotiations with employers, in particular on the transport bonus. ". The sector, consisting of truck drivers, ambulance drivers, fund transporters or movers, has some 700,000 employees.

In the visor of both unions also: a recent decision of the State Council planing the overtime of truck drivers. The two organizations are challenging a decision of the State Council, which annulled the provisions of a 2016 decree setting increases of 25% and 50% for the overtime of drivers, reducing them to 10%. The CGT believes that this decision "may have negative repercussions on (the) purchasing power" of truckers.

Decision that would make them "lose between 300 and 1200 euros per month", according to Patrice Clos, secretary general of FO Transport and Logistics. "We are convinced that since the decision of the Council of State the overtime lock has skipped for the road transport of goods. Can be read in a joint statement of the two unions.

For the Ministry of Transport it is "a strike that has no reason to be" arguing that this decision, dated November 28 and canceling a decree of November 17, 2016, "will have no consequence and change nothing in practice, "says the ministry. "It was expected for legal reasons and was perfectly anticipated by the government. He adds.

"An article of the bill of orientation of mobilities (Article number 42), which has just been presented in the Council of Ministers, provides for securing the primacy of the branch agreement to determine the rates of increase of overtime. This will always remain the branch agreement that will apply in this area, today as well as tomorrow, "says the ministry.

France is likely to be economically paralyzed within three weeks of the end of year festivities.


Jaimie Potts for DayNewsWorld

BREXIT A COST FOR THE UK ECONOMY

The UK government has made it clear that "no deal" would mean a 9.3% drop in GDP in 15 years. Only the agreement advocated by May could limit the breakage

"From a purely economic point of view, leaving the EU will have a cost. [...] What the Prime Minister is trying to do is minimize that cost, "Finance Minister Philip Hammond said in the early morning.

Whatever the exit scenario of the European Union (EU), the Brexit will bring the British economy into a zone of strong turbulence. This is the warning issued Wednesday, November 28 by the English government in a report that stresses that the agreement negotiated by Theresa May limit, him, the damage.

A decisive report that could make members recalcitrant to join the agreement sealed by the Prime Minister on Sunday with the other 27 EU countries while for the moment the vote of the British deputies on December 11 on the agreement is announced far from being won for Ms. May.

The report points out that an exit without agreement would cut the UK's gross domestic product by 9.3% in 15 years while the deal found by May, decried, including by the Conservative Party of the Prime Minister , will cost him, 3.9% to the GDP of the country. the 83-page report. The document stresses, however, that all these figures must be taken with the tweezers "because of the uncertainties inherent in this type of economic analysis"

"From a purely economic point of view, leaving the EU will have a cost. [...] What the Prime Minister is trying to do is minimize that cost, "said Finance Minister Philip Hammond earlier this morning on BBC Radio 4. Although the government does not give concrete numbers According to economists quoted by the PA agency, a lower GDP of 3.9% represents around 100 billion pounds by 2030.

A figure much higher than the current contribution of the British government to the EU budget.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

UNDERSTANDING THE SUFFICIENT DEATH

FROM CARLOS GHOSN

When custody of Carlos Ghosn in Japan was extended for ten days, Thierry Bolloré was temporarily appointed to the French manufacturer. "There is a solid governance that ensures the smooth running of Renault," reassured Bruno Le Maire Wednesday, November 21.

The Renault Board of Directors has kept the boss in his titles and functions while recognizing his temporary inability to run the company. "Mr. Ghosn, temporarily prevented, remains Chairman and Chief Executive Officer," said the statement issued at the end of the meeting.

In Paris, the French manufacturer and the State shareholder have no evidence on the investigation itself and the facts alleged against Mr. Ghosn. "I support the request of Renault's board to obtain all the information from Nissan about Mr. Ghosn," said Wednesday Mayor.

The group's CEO, at the head of the alliance between French Renault and Japanese Nissan since 1999, is suspected of having concealed the Japanese tax for half of his income for several years. A scandal that could make Nissan's business.

But, according to several industry experts, these revelations are timely when they see it as a "coup" orchestrated by Nissan.

Indeed Carlos Ghosn was preparing to do a kind of merger-acquisition between the two groups. Now Nissan weighs heavier than its French partner and doubtless feared a reinforced integration that would have lost its independence.

The alliance between French and Japanese groups goes back to 1999 while Nissan is on the brink of bankruptcy. With a severe restructuring plan (21,000 employees at the door, the closure of an industrial site, and the rupture of relations with historical suppliers by the competition) the automaker Nissan is saved

This alliance is based on a particular arrangement, with a cross participation of the two companies. Renault owns 43.4% of Nissan's capital, and the Japanese holds 15% of French. A Dutch company, equally owned by both groups, was founded in 2003: Renault-Nissan. Two independent entities.

The Renault-Nissan-Mitsubishi alliance has become the world's largest car manufacturer: 10.5 million vehicles sold worldwide last year. It has 470,000 employees and 122 industrial sites in every continent.

In 1999, at the time of the merger, Renault has better health than its Japanese counterpart. But nearly twenty years later the balance of power has reversed, Nissan nearly nearly 100 billion turnover is twice as much as Renault with 58 billion.

However, the flagship of Japanese industry feared a reinforced integration that would have lost its independence and pleaded in vain for "rebalancing" its alliance with Renault, from 15 to 25% share in the French manufacturer.

"The French state now has a bigger weight. From Renault's point of view, this is a major problem, and for us, Nissan, it is a cause for concern ", denounced the director of competitiveness of Nissan at the conference presentation of half-year results in 2015.

If Carlos Ghosn has saved Nissan, he is still a stranger whose stranglehold on the alliance annoys. The small Micra sedan is manufactured only in France for example and part of the profits recovered by Renault. In addition, the excessive remuneration of Carlos Ghosn has attracted more and more criticism. In 2016, he received a total remuneration of 15.6 million euros, making him the third highest paid boss of the CAC 40 leaders.

A lapse so sudden that it could actually hide a "coup" of the Japanese group, according to some experts, for a rebalancing of powers within the Alliance in favor of the Japanese flagship.

Renault, the most affected by the case that affects its CEO, has so far remained cautious on this case.







Andrew Preston for DayNewsWorld

 

SOURCES OF TAX FRAUD

FOR CARLOS GHOSN

Carlos Ghosn , chairman of the Renault Nissan group was arrested in Tokyo on Monday (November 19th) after an internal investigation by Nissan, according to the Japanese newspaper Asahi. He is suspected of having undervalued his remuneration and especially of having used group money for personal purposes.

Ghosn was arrested on the orders of the Tokyo Prosecutor's Office. Nissan management has indicated that the board of directors will rule on his departure from the group presidency.

"The investigation has shown that over the years, Ghosn and Kelly have reported pay amounts lower than the actual amounts in reports on the Tokyo Stock Exchange to reduce the reported amount of remuneration of Carlos Ghosn," says the Japanese car manufacturer. According to the Japanese press agency Jiji, Carlos Ghosn has undervalued his compensation by almost half.

This case has had the effect of a bomb on the financial markets. The action of the French manufacturer lost nearly 10% in the early afternoon, after having dropped nearly 15% late in the morning. At the Frankfurt Stock Exchange, the title Nissan has declined in the same proportions. In Japan, the Nissan action collapsed.

This case touches one of the largest car manufacturers in the world. With 10.6 million cars and light trucks sold in 2017, the Renault-Nissan-Mitsubishi alliance has even reached for the first time the world's largest in the sector ahead of Volkswagen, Toyota and General Motors.

This case comes at the worst time for the Renault-Nissan group. The legitimacy and talent of the 64-year-old Franco-Brazilian leader is not questioned, the business world recognizes that Carlos Ghosn is undoubtedly one of the most emblematic corporate bosses who managed to save Nissan from bankruptcy and lead a winning strategy at Renault by developing low cost and weaving win-win links with Nissan.

The Renault-Nissan alliance (to which must be added Mitsubishi) forms an industrial system that manages to generate synergies in manufacturing, sales and research.

However, Carlos Ghosn is the main architect of this alliance that brought the group to the top. Carlos Ghosn has 120,000 employees and 38 factories around the world. His mission was to prepare the alliance to address the future of mobility, electricity and the maturity of Chinese markets.

In France, the State, the main shareholder of Renault (up to 15%), is for the moment remained discreet refusing any comment.

At a press conference at the group's headquarters in Yokohama, Hiroto Saikawa assured that "the alliance between the three entities" (Renault, Nissan and Mitsubishi Motors) would be "not affected by this event" acknowledging that the impact Renault would be "significant".

The diamond firm announced that its board "would meet as soon as possible" to think of a reaction .


Jaimie Potts for DayNewsWorld

INVESTITURE OF THE FIRST TGV IN MOROCCO
IN GREAT CEREMONY

On Tuesday, Emmanuel Macron and the King of Morocco inaugurated the first high-speed line (LGV) in Africa, 350 km long between Tangier and Casablanca, via Rabat. This LGV, built with the support of the SNCF and TGV trains, provided by Alstom, will put Casablanca at 2:10 of Tangier against 4h45 currently, and Rabat the political capital of the country, at 1:20, instead of 3:40 currently.

This line is considered as a showcase for the economic development of the kingdom and for the know-how of French companies.

LGV Morocco is first of all the fruit of a Franco-Moroccan strategic partnership, wanted in 2007 by Nicolas Sarkosy and the King of Morocco. France financed 51% of the project cost via various loans, ie € 1.1 billion.

SNCF brings its expertise in high speed design, construction of the LGV. It also ensures the operation and maintenance. All with the objective of a transfer of know-how.

Emmanuel Macron is accompanied to Morocco bosses of French companies involved in the project: Alstom (supply of trains), the consortium Ansaldo-Ineo (signaling and telecom), Cegelec (electrical substations) and consortium Colas Rail-Egis Rail ( track and catenary). SNCF provides project management assistance to the Moroccan National Railways Office (ONCF). Paris is trying to position itself to obtain other contracts in Africa even if the French TGV has had little success abroad so far (Spain, Korea, Italy).

Morocco is working to position itself as an "African hub" for foreign investors. This high-speed road will help develop a country by linking two major poles of the kingdom. An eight-year project for a train that will link the economic capital, Casablanca, Tangier, the second economic pole of the kingdom. With Tanger Med, Africa's leading port and the automotive ecosystem created around the Renault plant, Tangier has indeed become the country's second largest economic center after Casablanca.

The actual date of commercial commissioning for ordinary passengers is not yet known, but the ONCF expects six million passengers after three years of operation, which is double today.

The TGV line should then join two other major cities of Morocco: Marrakech and Agadir, further south.

And this despite the criticism of detractors of the TGV represented by the collective Stop TGV for which the State should instead invest in regional trains to open up the rural world in this country of 35 million inhabitants of the rail network undeveloped.

Carl Delsey for DayNewsWorld

THE HUGE TAX FRAUD CUMEX FILES

FROM 55 BILLION EUROS

The CumEx Files: it's a new tax evasion scandal. Several European Union states, including France, Germany and Denmark, lost about 55 billion euros because of a large financial package involving traders, banks and lawyers, reveal Thursday 18 October Le Monde and seventeen other European media who investigated jointly.

The huge tax fraud called "CumEx Files", revealed in Germany, has cost 55 billion euros to a dozen European countries, much more than the initial assessments, say 19 media Thursday in a joint investigation.

Unlike previous tax evasion cases, such as the Panama Papers case, this scandal does not involve the use of tax havens.

The fraud mechanism.

It is in fact to deceive the European states that have introduced a tax on dividends of shareholders.

This contentious arrangement attributed to a renowned German lawyer, Hanno Berger, consists of buying and selling shares around the day of payment of the dividend, so quickly that the tax administration no longer identifies the real owner.

The manipulation requiring the agreement of several investors makes it possible to claim several times the refund of the same tax on the dividend, thus hurting the taxman.

This is the mechanism of fraud revealed by 19 European media this Thursday.

Example of France.

France, for example, levies a tax of 15 to 30% each time a company pays a portion of its profits to its shareholders. But some foreign shareholders can benefit from a refund of this tax under conventions established between several countries.

What do we learn? In France, for fifteen years, a sophisticated stock traffic involving French banks such as BNP Paribas and Societe Generale has been realized.

The goal: to quickly transfer the shares between different foreign owners so that the European states struggle to find the real holders, and thus refunds several times the tax on dividends.

11 states concerned for a cost of 55.2 billion euros

Investigations by 19 European media conclude that "cum ex" cost € 55.2 billion to 11 states, namely Germany, France, Spain, Italy, the Netherlands, Denmark, Belgium, Austria, Finland, Norway and Switzerland.

The case broke out in 2012 in Germany, leading to the opening of six criminal investigations and the forthcoming trial in Wiesbaden, in the west, targeting Hanno Berger and several traders on the stock market.

On the basis of "information from tax authorities and market data analyzes" , the joint survey of the 19 media now details the alleged harm by country.

For Germany, the survey comes to 31.8 billion euros extorted from the German tax authorities. The scam would have also cost "at least 17 billion euros" to France, 4.5 billion to Italy, 1.7 billion in Denmark and 201 million euros to Belgium.

Garett Skyport for DayNewsWorld

 

EXPOSURE ON MANDATORY LEVIES

IN FRANCE MORE THAN 1000 MILLIONS PER YEAR


Taxes have exceeded the 1,000 billion mark in France since taxes and social security contributions reached 1,038 billion euros in 2017, according to the report of the deputy En Marche Joel Giraud on the Finance bill.

Six levies are essential for public finances.

While the government claims to have granted 6 billion euros of tax cuts in the draft budget for 2019 the figure of 1000 billion gives material to be relativized.

Businesses and households now pay more than 1,000 billion compulsory levies each year.

More specifically, the sum of taxes and social security contributions reached 1.038 billion in 2017, according to the report of MP Joel Giraud (LREM) on the draft budget, published this Friday evening.

Certainly tax cuts have been announced as for the housing tax, the taxation of capital, and the reduction of contributions.

But the compulsory deductions will continue to increase in 2018 in absolute value, to be around 1.057 billion euros.

With Denmark, France is one of the OECD countries where economic actors are the most heavily taxed.

Of course this data also depends on the way social protection is financed (retirement or public or private health insurance).

But the tax rate will peak in 2017.

And what are the levies that earn the most to reach the sum of 1,000 billion?

1 ° Social contributions, weigh 385 billion

2 ° VAT, with 160 billion revenues distributed between the State, the regions and the Social Security administrations.

3 ° The CSG-CRDS, at 107 billion euros with a vertiginous rise in recent years (rate increased and its scope extended from year to year). In 2018 it will bring back 125 billion due to the rise of the CSG decided by Emmanuel Macron.

5 ° The income tax (73 billion)

6 ° The corporation tax (36 billion)

Not to mention the corporate tax, the TICPE (tax on petroleum products) and property tax and many others.

Britney Delsey for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

PRIX NOBEL D'ECONOMIE

Le prix Nobel d'économie a été attribué, lundi 8 octobre, aux chercheurs américains William Nordhaus et Paul Romer.

Il récompense leurs travaux sur la compatibilité entre les impératifs d’innovation, de lutte contre le changement climatique et la croissance économique.

Le premier, professeur à l'université de Yale, est récompensé pour ses travaux « intégrant le changement climatique dans les analyses macroéconomiques de long terme ».

Ses travaux font aujourd’hui autorité et servent à prédire ou quantifier les conséquences des politiques climatiques, comme par exemple la taxe carbone.

Le second, ancien économiste en chef de la Banque mondiale et enseignant à l'université de New York, est salué pour ses recherches « intégrant les innovations technologiques dans les analyses macroéconomiques de long terme ».

Il a montré comment « l’accumulation d’idées soutient la croissance économique sur le long terme » et a mis l'accent sur le rôle des forces économiques et des régulations dans « l’inclination » des entreprises à innover.

Les deux lauréats « ont mis au point des méthodes qui répondent à des défis parmi les plus fondamentaux et pressants de notre temps :

conjuguer croissance durable à long terme de l'économie mondiale et bien-être de la population de la planète », a indiqué l'Académie royale des sciences.

Ils se partageront le prix de 9 millions de couronnes.

Boby Dean pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

PRIVATISATIONS EN MARCHE

L’Assemblée nationale a autorisé, jeudi 4 octobre, la privatisation de Groupe ADP (ex-Aéroports de Paris) ainsi que celle de la Française des jeux (FDJ), mesures phares du projet de loi Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises).

Et ce au grand dam des oppositions  de droite comme de gauche :

dans la bouche d'Eric Woerth comme dans celle de Boris Vallaud «Renoncez à ces privatisations!». «Si nous avons une coalition d'opposition entre la droite, la gauche, les insoumis et le PCF, c'est que nous avons tous le sentiment d'une grande braderie des biens de la nation», a résumé Philippe Gosselin chez les Républicains

L'Assemblée nationale a donné, par 39 voix contre 7, son feu vert à la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) dans le cadre de l'examen en première lecture de la loi Pacte. Le régime juridique et le cahier des charges d'ADP ont cependant été modifiés. Ainsi si l'Etat ne doit plus conserver 50% des parts, la future privatisation d'ADP prendra la forme d'une concession limitée à 70 ans «pour ne pas conférer un droit illimité à un acteur privé», a précisé le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

«L'État disposera d'un pouvoir de décision, c'est également l'État qui fixera les orientations sur le développement des aérodromes, c'est encore lui qui, faute d'accord, imposera la réalisation d'investissements nécessaires au service public aéroportuaire», a détaillé le ministre.

Histoire de ne pas commettre les mêmes erreurs que lors de la privatisation des autoroutes. Cette concession sera donc encadrée par «un cahier des charges strict et contraignant» fixant les critères - prix et projet - de l'opération. L’Etat retrouvera la pleine propriété du foncier et des infrastructures et les modalités de fixation de l’indemnité que recevra ADP dans 70 ans.

Le groupe français Vinci, déjà actionnaire d'ADP, s'est montré intéressé pour cette opération. Le gouvernement serait disposé à ouvrir la possibilité d'une participation des collectivités franciliennes. D'aucuns redoutent cependant «l'actionnaire non souhaitable» en clair chinois.

Les députés ont dans la foulée voté, par 48 voix contre 12, l'article du projet de loi qui permet le transfert au privé de la majorité du capital de la Française des Jeux (FDJ) , actuellement détenu à 72% par l'État. Ce dernier doit conserver «au minimum» 20% des parts. Le dossier de la FDJ n'est pas encore terminé. Avant toute privatisation, le gouvernement entend créer une nouvelle autorité de régulation des jeux.

Afin de se conformer à la réglementation européenne qui prévoit un contrôle public étroit sur les entreprises en situation de monopole, l’Etat pourrait en outre conserver une participation importante dans l’exploitant du Loto, de l’ordre de 25 % ou 30 %. Le sujet est sensible compte tenu des risques d’addiction et de blanchiment d’argent.

Pourquoi ces privatisations ?

Les opérations envisagées chez ADP, la FDJ et bientôt chez Engie peuvent au total rapporter en théorie près d'une vingtaine de milliards d'euros à l'État. (ADP : 9,5 milliards , Engie 7,8 milliards,. FDJ pas cotée mais valorisée autour de 3 milliards d'euros).

Le produit de ces cessions contribuera ainsi à alimenter le fonds pour l’innovation doté de 10 milliards d’euros créé en début d’année mais aussi à participer pour moitié au désendettement de l’Etat.

Face à l'opposition qui l'accuse sans surprise de «brader les bijoux de famille», Bruno Le Maire revendique de «redéfinir les rôles respectifs de l'État et des entreprises»: «Le rôle de l'État n'est pas d'encaisser des dividendes». Bruno Le Maire se veut partisan d’un Etat « stratège plutôt que rentier » , « un État capable d’inventer et construire l’avenir des Français ». Encore faut-il avoir envie de confier l’invention et la construction de votre avenir à l’État ?

Le gouvernement espère que les investisseurs particuliers souscriront massivement à cette émission d’action pour « redynamiser l’actionnariat populaire ».Il faut dire que l’actionnariat populaire fond comme neige au soleil....

Encore faut-il être convaincus des bienfaits d’être actionnaire d’une entreprise « privatisée ».

Jaimie Potts pour DayNewsWorld

 

NAFTA DEATH OR A NEW AGREEMENT FREE TRADE BETWEEN THE UNITED STATES AND CANADA

After announcing a new free trade agreement on Sunday, now called "Economic Agreement United States, Mexico, Canada" , the AEUMC, the Canadian Prime Minister announced "a good day" for his country.

The Trump method was rewarded Sunday at night. Donald Trump had called the Alena a "disaster" for US workers and industry throughout his 2016 campaign. He was already threatening to leave this agreement unilaterally.

The United States, Canada, and Mexico have finally reached an agreement on the reform of the Alena trade treaty that binds these three countries since 1994, just hours before the deadline set by Washington.

On Sunday, September 30, Canada joined the North American Free Trade Agreement (Alena) Modernization Agreement signed under George Bush Sr. in 1992 and came into force under Bill Clinton in 1994.

Alena, a trilateral agreement binding the three countries since 1994, is renamed the "Economic Agreement United States, Mexico, Canada", the AEUMC, according to a joint statement.

"The AEUMC will provide our workers, farmers, ranchers and businesses with a high quality trade agreement that will result in freer markets, fairer trade and strong economic growth in our region," said a joint statement. .

"We celebrate the trilateral agreement. It closes the door to the commercial fragmentation of the region. Alena 2 will bring security and stability to Mexico's trade with its North American partners, " tweeted Jesus Seade, who represented Mexican President-elect Andrés Manuel Lopez Obrador during the negotiations.

In late August, the United States and Mexico announced a trade deal after weeks of negotiations, hoping that Canada would join them in giving birth to the free trade modernization agreement.

What are the arrangements contained in the new Alena?


1 ° The easing of the dairy market: the agreement offers the United States access to about 3.5% of the Canadian dairy market, valued at $ 16 billion, while protecting Canada from possible automobile tariffs. Washington would therefore lift the tariffs imposed on steel and aluminum, and agree not to impose on the important Canadian automotive industry, a threat brandished by the US President. Mr. Trudeau's government would also have obtained in exchange the "intact" maintenance of the commercial arbitration system in the new Alena, the AEUMC. (USMCA in English). Quebec, which produces three quarters of the milk, will see its milk producers compensated by the federal government for all related losses.

2 ° The setting up of a chapter on the environment. Washington and Ottawa have also agreed that the new trade treaty will create a chapter on the environment, a first since the creation of the Alena in 1994.

3 ° The confirmation of the Canadian cultural exception, very dear to Quebecers.

This agreement is similar to an armistice in the trade war between the two countries, comparable to that sealed this summer with the Europeans.

Remains the main conflict ahead: the trade clash between the United States and China or "a new cold war between dominant power and ascending power."


Jaimie Potts for DayNewsWorld

 

THE ADULTER IS NO MORE A DELIT IN INDIA

After the decriminalization of homosexuality in early September, it is the turn of adultery to finally be decriminalized in India.

The Supreme Court of India on Thursday decriminalized adultery in South Asia, where it was punishable by imprisonment, ruling the law discriminatory against women. A British colonial law article allowed up to five years in prison for anyone who had sex with a married woman without the consent of her husband.

"Considering adultery from a crime point of view is a retrograde step," said a panel of five Supreme Court justices in a unanimous decision.

Under this provision, women could not themselves complain of adultery, nor could they be held responsible for adultery, by doing only men's business.

The high court ruled that the law deprived women of their dignity and individual choice and treated them as the property of their husbands.

However, the judges said that adultery was a legitimate ground for divorce.

In 1954, the same Supreme Court had maintained the criminalization of adultery by considering at the time "that it is commonly accepted that it is the man the seducer, not the woman" .

In India social norms are very regressive and community laws are still of major importance in the country.

Thus the caste system still strongly impregnates social relations the "panchayats" (council of elders) remain very influential in the countryside. They approve of "honor killings" or rapes of women who have not followed customs.

Thus, three years ago, two sisters aged 15 and 23 were raped and naked in their village.

The village council decided on this public humiliation as a punishment for their brother who fled with a married woman belonging to the upper caste of Jats.

The weight of community traditions may weigh a little longer, however.


Britney Delsey for DayNewsWorld

 

MAIN MEASURES OF THE BUDGET

OF FRENCH SOCIAL SECURITY

Remains zero charge,financing of health plans and poverty but also quasi-freezing of pensions and family allowances, less well-reimbursed drugs for generics ...

Here are the main measures of the Draft Social Security Budget for 2019.

The measure will come into force on January 1, 2020 and will cover patients who refuse generics without medical justification.

Generic medicines

Patients refusing without medical justification generic drugs offered by their pharmacist will be reimbursed less from 2020, according to a provision of the draft social security budget unveiled on Tuesday. "The generic / princeps substitution rate to date exceeds 80% in France" but the "mechanisms for substitution now show some breathlessness," justifies the government. With these measures he hopes in the short term "less than 100 million euros" savings.

Health plan

The health sector, which will need € 3.8 billion in savings, will benefit from an additional budget of € 400 million to finance the main provisions of the health plan, including the creation of new health posts. medical assistants and the financing of territorial health professional communities.

To stop the race for volumes in hospitals, new funding methods will be set up with the creation of packages for chronic diseases, including diabetes and chronic renal failure by 2019. Zero charge ridge

Macron candidate's flagship promise, "the remainder at zero charge", that is to say, the full reimbursement by the Sécu and the complementary of certain glasses, dental prostheses and hearing, will be gradually implemented until 2021, thanks to in particular the fixing of ceiling tariffs.

Merger of CMU-C and ACS

The complementary universal health cover (CMU-C) and the payment assistance of complementary health (ACS) will be merged as of November 1, 2019 to improve the reimbursement of care of 1.4 million French.

Revalorization of "priority benefits"

The activity bonus, the minimum old-age pension and the adult disability allowance (AAH) will benefit from exceptional revalorizations of more than 4% per year, in accordance with the presidential commitments.

The same maternity leave for independent self-employed women, women and women farmers will be able to benefit in 2019 from maternity leave as long as that of employees.

The approximately 20,000 women concerned each year will have to take at least eight weeks of maternity leave in the future, compared to a little over six at the present time) and will be able to take a maximum of 16 (instead of almost 11).

Helping parents with disabled children

30% increase in the amount of the complementary childcare allowance (CMG) for families with a child receiving the education allowance for disabled children (AEEH), a maximum potential gain of 140 euros per month for a family employing a maternal assistant or home care.

Retirement homes

To speed up the recruitment of staff, nursing homes for dependent elderly people (Ehpad) will receive an additional 125 million euros. Credits are also planned to increase the number of night nurses in these structures or to develop prevention plans.

Quasi-freeze on pensions and benefits Retirement pensions paid by the Old Age Insurance and family allowances will only be increased by 0.3% in 2019 and 2020, well below inflation.

Reductions in contributions

Transformation of the tax credit for competitiveness and employment (CICE) down employer contributions, which will deprive the Secu of at least 20 billion euros in revenue.

For employees, exemption from overtime contributions from 1 September 2019.

CSG retirees

A gesture towards modest pensioners: 350,000 households will be exempted from the increase in the CSG rate of 1.7 points, for a cost of 350 million euros.

Prevention

The influenza vaccination by pharmacists, experienced in two regions, will be extended to two additional regions this winter before a generalization for winter 2019-2020.

The scope of the tobacco control fund for addictions related to psychoactive substances will be expanded with new resources "corresponding to the proceeds of lump sum fines for cannabis use", to the tune of 10 million euros in 2019.

Britney Delsey for DayNewsWorld

 

2019 BUDGET FOR HOUSEHOLDS OR POLICY IN RABOT

The government is presenting its budget for 2019 on Monday 24 September, which must reconcile the promises of Emmanuel Macron and the control of the public accounts. With constraints and without room to maneuver:

the public deficit must be kept in check while it is not certain that the economy measures are sufficient to contain the increase in public spending.

Also the government is on a crest between the need to start the process of debt reduction and that of not stopping too much growth.

However, Emmanuel Macron has unscrewed in surveys-29% of popularity rating which leads him to make a gesture in favor of the purchasing power of certain categories of French.

Especially since the entry into force of the increase in the CSG in early 2018 has helped to install the image of a generous government with the rich, even to draw from the middle class.

According to Bercy, six billion euros should be returned to households next year in the form of tax cuts.

A deceptive figure since it incorporates 4 billion euros for the abolition of employee contributions, a measure already entered into force, in two stages, in 2018 according to the French Observatory of Economic Conditions. OFCE estimates the tax decrease in 2011 at 3.5 billion euros.

What are the tax cuts announced by Bercy?

To calm the discontent caused by the 1.7 point increase in CSG on 1 January 2018 that hit the retirees hard, the Prime Minister promised to exempt all those just above the tax income of reference, namely 14.404 euros for a single person and 22.051 euros for a couple. This tax boost should affect up to 300,000 people and cost the state nearly 350 million euros.

Passed under the 2018 finance bill, the reduction in the housing tax will continue in 2019 with a new step of 3 billion euros, applied to 80% of households subject to this tax. A third drop, of an equivalent amount, is already planned in 2020, which will allow the 17 million homes concerned to no longer pay housing taxes at all.

The 20% of the wealthiest households, for the moment excluded from the device, will then also be concerned, the objective being a pure and simple disappearance of this tax in 2021.

The continuity of the single fixed levy estimated at 300 million euros. The reform of the taxation of capital ("flat tax") put in place early 2018 will continue to produce its effects. The government estimates that it will contribute up to 300 million euros to lower taxes in 2019.

Overtime will pay more to employees. "As of September 1, 2019, employee contributions on overtime will be removed for all employees," announced late August Edouard Philippe. This measure should yield "on average more than 200 euros extra per year" for employees paid Smic, and cost two billion to the state, he said. Unlike the device set up under Nicolas Sarkozy, the "sup" hours will not be defiscalised.

Savings will be made easier for farmers by relaxing the "endowment system for hazards" which allows farmers to build up in good years a precautionary saving. The abatement on profits for young farmers will, it, revised to refocus on the lowest incomes.

With the coming into force of the withholding tax on January 1, 2019, the government decided to pay a check starting January 15, representing 60% of the tax credit collected by taxpayers for home services, reductions in tax for rental investment (Pinel, Duflot, social investment ...) and tax reductions and credits for donations to works, people in difficulty and union dues. "These different provisions will lead to an advance of more than five billion euros to several million taxpayers from January 15 ", said Bercy.

But to get these tax cuts for households Bercy simply operate transfers that result in increases or freezes elsewhere.

Thus the freezing of the index point of the civil servants continues for 2019, which excludes a general revalorization of the salaries of the employees of the State. At the same time, ministries were instructed to slash their workforce with the removal of 4,500 positions in the state civil service.

The government will also save 3 billion in 2019 thanks to the lower than expected revaluation of two social benefits - personalized housing assistance and family allowances - and retirement pensions. The people concerned will therefore see their purchasing power erode with regard to inflation, to 1.3% next year.

The increase in energy taxation will continue in 2019, particularly with regard to fuels. According to the Ministry for the Green Transition, diesel taxes will rise by 6.5 cents per liter next year, while those on gasoline will rise by 2.9 cents.

The reduced rate of the domestic consumption tax on energy products (TICPE) on non-road diesel will also be abolished for companies in the industrial and construction sectors. The general tax on polluting activities (TGAP) is expected to increase significantly, in order to offset a reduction in VAT on recycling.

In conclusion, the decrease is notable

But it does not concern all categories of the population in the same way given the large transfers (especially between active and retired) for which the government has opted. "I think people will get lost, it's totally illegible. Emmanuel Macron is the world champion of transfers, in my opinion, useless, " denounced Eric Woerth, chairman (LR) of the Finance Committee in the Assembly. Especially since the decline of 6 billion will be trimmed by the virtual freeze of certain social benefits (pensions, APL, family allowances). The OFCE - which has opted for a more complete count - confirms an increase in purchasing power in 2019, but not of the same magnitude (3.5 billion).

In this big game of tax reforms, the government hopes to contain the deficit at 2.8% of GDP next year, despite growth revised down to 1.7%.

But the reform of the state, which ultimately would allow a permanent decline in public spending, has not been fully committed and the government is therefore obliged to practice what may appear as a policy of plan.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

RESURRECTION OF THE SOURCE LEVY

DIRECTIONS FOR USE OR A GAGEURE

Prime Minister Édouard Philippe announced Tuesday night that the tax would be collected at the source as of January 1, 2019.

And from that date, you will no longer pay your income tax with a year's lag, it will be directly deducted from your salary or your retirement pension.

The tax deduction at source will come into effect at the beginning of 2019. The major interest for the government is to have cash by collecting the household tax in real time, that is to say at the time of the payment of taxable income.

Currently, as the tax is levied a year late, taxpayers who see their income drop (retirement, unemployment), must wait one year before their tax will drop, which puts them in a difficult situation.

Who will be concerned?

The reform applies to employees, retirees and the self-employed. Wages, replacement income (retirement, unemployment, maternity, etc.) and income from land are also affected. Movable capital income and real estate gains are not included in this field because they are already deducted at source.

Who will collect the tax?

The withholding tax brings into the circuit of recovery of the tax a new actor: the third-party payer ie the employer. The tax paid will appear on the pay slip as is the case today for social contributions. For pensioners and the unemployed, it will be the pension and unemployment insurance funds that will play this role.

The liberal professions and the self-employed will pay a monthly or quarterly installment, calculated according to their incomes of the previous months, and adjusted then according to their effective incomes. If they anticipate a strong fall of their incomes, they will be able to signal their situation to the FISC administration. This possibility, for example, meets the needs of craftsmen who lose a large customer, or farmers subject to weather conditions. The property income will be applied the same system of deposit.

What about tax credits?

It is impossible to suspend the tax credits in the year of transition, otherwise certain sectors (employment at home, building, charitable organizations) will be closed down. The tax credits that will be maintained will continue to be collected by the taxpayer the following year.

The home-based employment tax credit could, however, be monthly. The question is currently under study. On the other hand, the "all-in-one" device planned for private employers will not be ready in January 2019.

Now what options to choose for the tax rate?

If you reported your income online this year, you will have noticed a new option allowing you to choose (or not) the rate at which you will be taxed next year. How does it work, and in which case can this option be useful? Once you have completed your return, you will discover the personalized tax rate that will be applied to you from next year.

There are several possible options:

Indeed, with the coming into effect of the withholding tax of the income tax at January 1, 2019, each month a share of your net salary will be deducted for this tax. Ditto for income from land, alimony, income of self-employed, etc.

By default, it is therefore a "personalized" rate that appears, calculated as the current income tax on the basis of the annual income of the tax household. But there are two alternatives, for particular cases where taxpayers want to change this rate: the "individualized" rate or the "neutral" rate. What are they for, in which case do they use them?

1 ° Individualized rate for couples with unbalanced wages

This is to modulate the rate that will be levied to each member of the couple, according to the income of each, so that the overall rate of levy is the right.

2 ° A "neutral" rate to remain discreet

You have an inheritance, you own a large house or you are receiving annuities, but you do not want your employer to realize that your tax rate is high compared to what he pays you every month. In this case, you can opt for the "neutral rate", calculated solely on the basis of the income paid by the employer.

3 ° The taxpayer will not be deducted from the totality of his income tax via the withholding tax: the rate that will affect his salary will be equivalent to that of a single person without children. On the other hand, it will have to pay the difference by paying it directly, via a payment "classic" as at present, to the attention of the Treasury.

4 ° Note that withholding tax is a challenge in France!

In France, the tax is calculated at the family level, unlike other countries where the tax is individualized. On the other hand, there are generally fewer credits and tax cuts for our European neighbors. Withholding tax is conceivable only when the tax system is simple. But with a tax as complex as ours, such a levy is a challenge

Can we change my mind?

Yes, but not indefinitely. Even if the declaration is due from this Tuesday you can always change your method of levy on your particular space site www.impots.gouv.fr. until next September 15th only.

In case of a change of situation (marriage, birth, decrease or increase of income ...) the taxpayer will have to ask for an update.

The taxpayer does not give any information to his employer or pension fund since. it is the administration that remains the taxpayer's interlocutor for its taxes, confidentiality is preserved.

France enters the club of the developed countries at withholding tax almost always for budgetary purposes. The government increases its cash flow ... without lowering taxes!

Jaimie Potts and Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

FIRST CLASS BURIAL

FROM THE LEVY TO THE SOURCE?

Will the government abandon the withholding tax?

In less than a week, the emblematic reform of the levy at the source is suddenly found on the verge of being buried.

The Minister of Action and Public Accounts, Gerald Darmanin, spoke for the first time, Saturday, September 1, a possible "stop" reform of the harvest of income tax. It had been months since the executive boasted to carry out this symbolic reform already abandoned under Holland. And it is Macron himself who sets fire to the powders : "I need a series of very precise answers , " said the president at a press conference in Helsinki (Finland).

Minister Darmanin sheepish retropedal.

"It's a big reform, it's normal for the president and the prime minister to watch that things go well," he says.

Then Gerald Darmanin admits that a meeting with the President is scheduled next Tuesday to decide the fate of the withholding tax. "We will choose together politically Tuesday in a meeting with the President the advance or stop the reform, since the President of the Republic mentioned it," he concedes.

We no longer speak of postponement, but of "stopping" pure and simple.

Because the reform worries the executive, already badly in point.

Of course there are the technical risks of implementation. . This "big bang" will it happen properly? The efficiency of the tax administration is certainly well known. But the maneuver is delicate. "With 3 million businesses and 38 million tax households, it is not possible that there are no incidents," says Bruno Parent, the head of the General Directorate of Public Finance (DGFIP), lucid. ), before nuance: "We organize ourselves so that there is the least possible and, when that happens, to correct them as soon as possible. ".

But according to "Le Parisien", the taxpayer runs the risk of being taken several times, or instead of a namesake. Bugs "since resolved" , ensures Gerald Darmanin. "Calamiteux" , Judge Le Parisien Saturday, September 1, citing a note from the tax taking stock of the trial phase of the withholding tax of income tax. According to this confidential document consulted by the daily, the test with some companies for its entry into force, theoretically planned early 2019, has resulted in hundreds of thousands of errors ...

According to the newspaper's website, the Directorate General of Public Finances (DGFiP) sent a note to the Ministry of the Economy in July, citing an extremely irregular number of errors from one month to the next: they would have been nonexistent in January, before peaking at more than 350,000 the following month ... (Citing a document "ultra-confidential" of the DGFiP)

Hence concerns at the top of the state:

1. Possible technical bugs will quickly put the government under fire from critics. The dual challenge of the reform is that it must apply to all taxpayers, and that it will also be the companies that will manage the collection of tax. An additional responsibility welcomed freshly by the employers. And for good reason.

In addition, previous large-scale projects such as the military payroll software (Louvois) or the attempt to create a national payroll operator common to all state agents aborted and these experiences are sobering.

2. Another great fear of the government is of an economic nature. It would be to see the withholding at source blurring taxpayers' income benchmarks, especially the 40% of households that are not monthly. Receipt of a slipsheet of the amount of tax could encourage them to spend less, as a precaution which would have negative consequences on economic activity already sluggish.

3 ° And especially the political stake worries at the top of the State. In addition, the promised sweets of the decline in the housing tax would go unnoticed. Indeed a possible fiasco in the implementation of the reform could destabilize the executive-already weakened-at a date too close to the European elections of 2019, scheduled for May 26. A setback in these first elections since the arrival of Emmanuel Macron at the Elysee Palace would be fatal to the majority.

In this context, Emmanuel Macron would not do what he said. But for precaution or political calculation, he would say the promised reform that he would not do.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

DONALD TRUMP S'EN PREND A L'OMC

LES CONSEQUENCES D'UNE SORTIE DES ETATS-UNIS

DE L'OMC

« S'ils ne font pas de progrès, je me retirerai de l'OMC », a averti Trump en qualifiant l'accord portant création de l'organisation de « pire accord commercial jamais conclu ».

Décidément Donald Trump a le goût pour les sorties et ne s'en prive pas. La dernière pourrait avoir de lourdes conséquences : le voilà qui se dit prêt à retirer les États-Unis de l'Organisation mondiale du commerce.

Pas de réformes suffisantes à son goût.

« S'ils ne font pas de progrès, je me retirerai de l'OMC », a averti Trump en qualifiant l'accord portant création de l'organisation de « pire accord commercial jamais conclu ». Des propos tenus jeudi dans une interview à l'agence Bloomberg News.

Cette menace n'est pas la première.

Trump s'en était déjà pris dans le passé aux organes de règlement des différends de l'OMC, les accusant d'être défavorables aux États-Uni .

« Nous avons de profonds désaccords avec les Etats-Unis sur la politique commerciale » , a précisé la commissaire européenne devant les eurodéputés.

La Chine, elle aussi, est engagée dans une guerre commerciale avec les États-Unis. Elle a rejoint l'OMC en 2001, une adhésion qualifiée d'« erreur » par le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer avec qui les Européen vont devoir composer.

En effet Cecilia Malmström a évoqué la création d'un groupe de travail qu'elle va diriger avec le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer. Ce groupe de travail doit plancher sur la suppression des barrières douanières concernant les produits industriels.

Or les menaces de Donald Trump interviennent alors que son administration fait face à des pressions au sein de l'OMC de la part de ses partenaires commerciaux qui ont saisi l'organisation pour contester les nouveaux droits de douane imposés par Washington sur leurs importations.

Certes l'Union européenne est prête à supprimer tous les droits de douane sur les importations d'automobiles en provenance des Etats-Unis. Mais qu'importe l'Europe ? Il s'agit des grosses Jeep (Cherokee, Wrangler, Grand Cherokee),des sportives Ford Mustang, de gros " SUV " Ford Edge aux ventes très faibles, quelques anecdotiques voitures de GM (Cadillac, Chevrolet Corvette). Pas plus de 40.000 unités au total !

Une telle levée des droits de douane sur les modèles " made in USA " ne coûterait pas grand-chose à l'Union...

Fin de la trêve conclue en juillet entre les Etats-Unis et l'Union européenne : Le président américain exige avec sa façon musclée de négocier un abaissement de leurs barrières commerciales.

Les Etats-Unis "délivrés" des règles de l’OMC ?

Mais quelles conséquences du retrait des Etats-Unis de l'OMC ?

L’OMC a deux attributions principales. Celle de libéralisation des échanges commerciaux entre ses 164 pays membres - notamment en négociant la plus grande baisse possible droits de douane - et celle de proposition d' un cadre juridique qui veille au respect des accords. L’OMC constitue de fait un obstacle aux guerres commerciales mais Donald Trump voudrait en fait en provoquer depuis son entrée à la Maison-Blanche. Pas étonnant alors qu'il jette méchamment son dévolu sur cet organisme international.

Ainsi en quittant l’OMC les Etats-Unis se délivreraient de règlements que Donald Trump considère comme des obstacles. Par exemple, les droits de douane aux Etats-Unis ne seraient plus régulés et le pays pourrait librement pratiquer des « prix de dumping ». Cette pratique permettrait donc de favoriser la production nationale. Les producteurs américains qui utiliseraient des intrants importés perdraient alors en compétitivité .

L'administration Trump n’a eu de cesse dénigrer l’efficacité des accords multilatéraux et a favorisait les accords plus confidentielles à deux Etats. « Nous n'aimons pas les palabres infinies, nous préférons les actions bilatérales pour négocier. Les réunions multilatérales prennent beaucoup de temps et nous sommes animés d'un sentiment d'urgence », lançaitt le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, en juin dernier. Une façon de ne conclure que des accords bilatéraux avec les pays les plus offrants...

Mais il n'est pas sûr pour autant que ce retour au protectionnisme des années 1930 bénéficieraient réellement aux Etas-Unis dans la mesure où par mesure de rétorsion, de nombreux pays modifieraient à leur tour leur régime de taxation.

Il s'agit maintenant d'entrer dans le vif du sujet et d'agir intelligemment  sous menace d'un retrait de l'OMC des Etats-Unis.
N'oublions pas qu' en 1995, l’OMC succède à l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), créé en 1947 sous l’impulsion des Etats-Unis pour instaurer un « code de bonne conduite libérale et multilatérale » qui évite justement les guerres économiques dévastatrices.

Joanne Courbet  pour DayNewsWorld

 

TAX MATRAQUAGE ON THE MIDDLE CLASSES

IN FRANCE

The tax burden is only increasing surreptitiously on individuals and in particular the middle classes since Emmanuel Macron is at the head of the State. We are far from the false campaign promises of a cynical and immature President.

He became the President of the rich who did not reinvest in the economy the sums they recovered thanks to the tax giveaways granted under Macron.

The return of September is likely to be stormy ...

The tax pressure does indeed cease to increase as if the individuals had now vocation to finance most of the new public policies according to the newspaper Atlantico which gives the last figures of the monthly situation of the budget of the State.

"In one year, net tax revenues dropped by 3.5 billion, or 2.4%. But the proceeds of the income tax increased by 1.5 billion. The fuel tax proceeds increased by $ 500 million (about 10%). The VAT revenue increased by 2 billion (4% increase).

In other words, in one year, individuals have seen their tax burden rise by € 4 billion! "

Emmanuel Macron no longer has a lot of room to achieve a fair tax. It remains to him as option certainly the fall of the public expenditure since the French companies must, with a lower taxation close to the European average, to gain in competitiveness for a better growth which drags.

But does he still have enough of the French, jaded by business and the presumption of the government, enough legitimacy to act?

Garett Skyport for DayNewsWorld

 

TEMPORARY INTERUPTION OF THE COMMERCIAL

WAR BETWEEN THE EUROPEAN UNION

AND THE UNITED STATES

The meeting between Donald Trump and Jean-Claude Juncker which took place Wednesday at the White House Rose Garden, led to a truce in the trade war. The conference was called at the last minute in the rose garden of the White House. According to US Treasury Secretary Steven Mnuchin, Washington and Brussels want a solution on steel and aluminum taxes. Donald Trump and Jean-Claude Juncker have announced that they have managed to defuse months of trade conflict between Washington and Brussels resulting in reciprocal punitive tariffs.

Taxes on European cars well suspended:

No new customs tariff will be imposed on European car imports in the United States at the moment, a particularly sensitive issue for Germany, where this key sector employs some 800,000 people.

Moreover, we learn that Washington and Brussels wanted to find an immediate solution in the case of customs duties on steel and aluminum and "reprisals" European. "The first step is to immediately resolve these issues so there will be no tariffs on both sides of this," said US Treasury Secretary Steven Mnuchin. "The basics (of an agreement) are being laid and I hope we will resolve (this file) quickly," he also said.

The President of the United States and the boss of the European Commission have also committed themselves to more free trade.

The President of the European Commission, Jean-Claude Juncker, has certainly acted as if the case was played in advance: "I intended to reach an agreement today. And we have an agreement today, " he said on Wednesday. In reality, no one really counted on a compromise, which made Donald Trump say that "today is a very great day for free and fair trade". "Great to be back on track with the EU," said the White House tenant on Twitter.

The Americans and the Europeans have agreed to set up a working group for more transatlantic free trade. "We agreed to work towards the goal of zero tariffs, zero non-tariff barriers and zero subsidies on non-automotive industrial goods," Trump said as he read the EU-US joint statement. . The two sides will work to end the steel and aluminum war, even if the rights imposed by Washington and the reprisals decided by Brussels are not suspended. The Europeans, however, have obtained the essential: the immediate threat of customs duties on the automobile is postponed. As a pledge, Europeans must buy more natural gas and American soybeans. The purchase of soybeans, the price of which drops and is not subject to import duties in Europe, will allow farmers hit by the Chinese counter-sanctions to find an outlet while acquiring natural gas liquefied market allows for a geostrategic overlap between the EU - in particular Germany via the Northstream Baltic pipeline - and Russia.

In the run-up to the mid-term elections, especially in Midwestern farmland, hit by Chinese and Mexican retaliation for soybean and pork, Republicans were beginning to show their displeasure even though Donald Trump had announced, Tuesday, 12 billion dollars (10.2 billion euros) of aid to farmers. Added to the growl of American car manufacturers but also the most protectionist industrialists such as the manufacturer of motorcycles Harley Davidson or that of Whirlpool washing machine who announced this week of poor results due to the trade war.

Juncker believes that this is not a revival of the transatlantic free trade treaty, contested by public opinion.

. But, Europe still has a hard time speaking with one voice, Germany judging the meeting "constructive" while France is more cautious. "The Commission can continue to count on our support," insisted Angela Merkel. German Foreign Minister Heiko Maas welcomed "Europe proves that it can not be divided". "And we have seen it: when Europe is united, our word has weight." "I said: the answer to America First can only be Europe United," said the head of diplomacy . "A good business discussion can only be done on a clear basis and can not be conducted under pressure," said the tenant of Bercy

The working group, chaired by EU Trade Commissioner Cecilia Malmström, and US Trade Representative Robert Lighthizer, after the end of its work - 'in a few months', hopes Mr Juncker will deliver its conclusions.

The two economic groups will also work for a reform of the World Trade Organization (WTO) to the detriment of China, it seems. .


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

TOWARDS A PSYCHOLOGICAL WAR

BETWEEN UNITED STATES AND IRAN

Pressure between Iran and the United States rose several notches this Sunday. On Twitter, the US president has taken it by name to Iranian President Hassan Rohani, while the head of the American diplomacy has strongly criticized the regime in Tehran. The reaction of Donald Trump was not long in the face of the warnings of Iranian President Hassan Rohani who asked him to stop his hostile policy against Tehran at the risk of triggering "the mother of all wars" .

The time of a tweet, and the US President gave a straightforward answer to his Iranian counterpart, Hassan Rohani "Never again threaten the United States," wrote Donald Trump on Sunday in a message written almost entirely in capital letters. under conditions of exposing oneself to "consequences such as little in the course of history have known".

This bellicose warning continues in the same tone: "We are no longer a country that supports your demented words of violence and death. Pay attention!"

Tehran reacted without hesitation: "Trump's statements against Iran are part of a psychological war. He is not in a position to act against Iran, " said General Gholam Hossein Gheypour, leader of Iran's militia, on Monday.

For his part, Mike Pompeo strongly criticized the Tehran regime and promised Washington's support to the Iranian diaspora.

The stakes of this psychological war:

Hassan Rohani has clearly asked his American counterpart to give up his policy of isolating Tehran by threatening that a war with his country would be "the mother of all wars," according to reports reported by the agency Isna. The Supreme Leader of the Iranian Revolution, Ayatollah Ali Khamenei supported Hassan Rohani.

On Sunday, in a speech in California before a majority of US citizens of Iranian origin, the US Secretary of State, Mike Pompeo, reaffirmed the will of his administration to economically isolate Tehran. He further urged Europe to "stop flirting with a revolutionary regime" accused of "corruption" , "terrorism" , human rights violations and religious persecution. It should be noted that unlike Washington, which tore apart the nuclear deal with the Iranians in May, the European allies are trying to save the nuclear deal. The Iranian president also ruled out any renegotiation of the nuclear deal with Washington.

The US Secretary of State therefore called on all countries to bring "closer to zero" their imports of Iranian oil by November 4. Otherwise, they will expose themselves to US sanctions, the first wave of which will fall on August 6 on the automotive sector and civil aviation.

Hassan Rohani warned the tenant of the White House: "Do not play with the tail of the lion [...] you will regret it," assured the Iranian head of state. Indeed, in response to the boycott of its oil, Tehran says it is ready to close the Strait of Hormuz by which approximately 30% of the maritime exports of oil transit. This narrow lane, located at the end of the Gulf waters, between Iran to the north, Oman and the United Arab Emirates to the south is an important trading hub for the world. "We are the guarantor of the safety of this strait since always, do not play with the tail of the lion, you will regret it," warned Sunday Hassan Rohani.

It is not the first time that the Iranian president has brandished the threat of blocking the Strait of Hormuz. But the US military is ready to act for the protection of the freedom of navigation.

A government that "looks like" a mafia:

Mike Pompeo did not hesitate to disqualify the Iranian regime by ensuring that the regime is run "by something more like a mafia than a government . " He accuses Iran's leaders of receiving embezzlement, advantageous contracts and other ill-gotten gains. In this context, the United States is "not afraid" to sanction "at the highest level" the Tehran regime, he said. "The leaders of the regime, especially those at the head of the Guardians of the Revolution (the elite army of Iran, ed) and the Force Qods (in charge of external operations, ed) have to pay dearly for their bad decisions," he said. he estimated. Before attacking the violence of the Tehran regime, he also attacked the economic failure of Tehran. " The rial is in free fall. One third of young Iranians are unemployed. One-third of Iranians live below the poverty line. But if you are a politically connected member of the regime's elite, the Iranian economy is doing very well, " he said. These tweets only relay what he said in California before a majority of US citizens of Iranian origin.

Washington launches TV channel in Farsi:

To increase the pressure on the regime, Washington is preparing, in addition to economic sanctions, to launch a multimedia channel (television, radio, digital and social networks) 24 hours in Farsi language, "so that ordinary Iranians in Iran and all around the world know that America is at their side "

"It is up to the people of Iran to define the direction of the country," added the head of the US diplomacy, adding that Washington "will support the long-ignored voice of the Iranian people."

This clash with messages is reminiscent of the episode of verbal escalation between Donald Trump, customary aggressive, and the President of North Korea, Kim Jong-un which ended in a successful summit. June 2018.








Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

A RECORD FINE OF 4.3 BILLION EUROS IMPOSED ON GOOGLE BY BRUSSELS IN A TIGHT CONTEXT BETWEEN THE EU AND THE UNITED STATES

The European Commission condemns the giant for abusing its dominant position in research with its Android mobile operating system.

The largest fine ever pronounced

A new record fine for Google in Europe. The European Commission condemns the giant to pay 4.3 billion euros, this time in the antitrust file of its operating system for mobile, Android.

"Google uses Android as a vehicle to consolidate the dominance of its search engine. These practices have deprived competitors of the opportunity to innovate and compete with them. They have deprived European consumers of the benefits of effective competition in the important market for mobile devices. This practice is illegal under EU rules on anti-competitive practices. Said EU Competition Commissioner Margrethe Vestager.

This is the highest amount ever imposed by Brussels. The amount of the fine is explained by the fact that "the infringements have lasted since 2011, they are very serious and Google's revenues have increased in the meantime," said the Danish commissioner. The previous record was already held by Google, which was fined 2.4 billion euros in June 2017 this time for having favored its commercial comparator, Google Shopping, at the expense of others on its search engine.

The European Commission also adds the American company "to put an end to its illegal practices within 90 days" on pain of being penalized by up to 5% of the global average daily turnover of its parent company. , Alphabet.

The King of Silicon Valley will obviously appeal this decision. Its line of defense is based on the number of opportunities created for all by its mobile operating system, but also on the ease with which it is possible to change applications. "Android is more choice for everyone. Not less. The characteristics of effective competition are a dynamic ecosystem, speed of innovation and lower prices, which is the case today, " said a spokesman for Google.

The accusations of the European Commission

The US company is accused of taking advantage of the dominant position on Android to establish the supremacy of its own applications. The Commission is primarily Google search, the online search engine of Google.

The European Commission first accused the US of requiring smartphone manufacturers to pre-install "Google Search" and set it as the default or exclusive search service on the vast majority of Android devices sold in Europe.

Secondly, the Commission accused Google of preventing manufacturers from selling smartphones running under competing operating systems, and thirdly of providing financial incentives to manufacturers and mobile network operators on the condition that they pre-install exclusively Google Search on their devices.

The Silicon Valley giant is appealing

Google retorts that Android is an open and free system, which is true. But to finance the maintenance (and the updates) of the latter, the firm has set up an agreement called MADA (Mobile Application Distribution Agreement), which allows him to earn a lot of money. Every manufacturer who wants to use it and offer by default one of the applications of Google (mostly Chrome) must necessarily accept the other ten applications of the virtual pack of the firm: Search, Chrome, Play Store, Play Music, Play Movies, Drive, Photos , Maps, Gmail, Hangouts, YouTube ... "apps designed to work together." When we know the popularity of YouTube or PlayStore, we understand that this agreement is almost inevitable.

Be that as it may, the Android system dominates the world of smartphones, with a market share of about 85.9% in 2017 against about 14% for iOS, the operating system of Apple. More than 1.3 billion smartphones were sold in 2017 on Android, against 215 million for iOS, and 1.5 million for other operating systems.

This decision of the European Commission could further aggravate tensions between Brussels and Washington, a week of a meeting between the President of the Commission, Jean-Claude Juncker, and Donald Trump, placed under the sign of trade. The US administration has already on several occasions, including under the mandate of Barack Obama, accused Brussels to specifically attack the California tech giants for protectionist reasons.

The EU and the US are already fighting over a number of trade and NATO-related issues as President Donald Trump is currently threatening to tax imports of European cars into the US.

Britney Delsey for DayNewsWorld

 

GEOFFROY ROUX OF BEZIEUX

THE NEW PRESIDENT OF THE MEDEF

This former rugby player, who served in the Marine Commandos, was elected on 3 July to head the employers' organization with the intention of transforming Medef into a force of "proposals" .

President Medef at 56, he won hands down with 10 points ahead of his rival Alexander Saubot, the former boss of the UIMM, with 55.8% of the votes cast. He is well acquainted with the MEDEF, having spent five years there as vice-president in charge of the economy, digital and taxation alongside Pierre Gattaz.

Geoffroy Roux de Bézieux, whose title of nobility was acquired by an ancestor, alderman of Lyon in 1769, was born in Paris on May 31, 1962. After studying in Neuilly and Essec, he began his career at L'Oréal before making a fortune in mobile telephony. Today boss of the investment fund Notus, he has invested in Oliviers & Co, which sells premium quality olive oil to China, but also in food with the Fondant Baulois.

During his campaign for the presidency of Medef, Geoffroy Roux de Béziers highlighted the "technological revolution", including artificial intelligence, and received the support of several bosses of the French Tech: Frédéric Mazzela (Blablacar), Marc Simoncini (Meetic), Pierre Kosciusko-Morizet (PriceMinister). He intends to bring the challenges of Gafa taxation (Google, Apple, Facebook and Amazon) in Europe.

The campaign was not easy as the big federations split up, the industry and the bank supporting Alexandre Saubot, while insurance and building supported GRDB. To reconcile these two tendencies the new president proposed to his to be "permanent guest" on the executive board to bring his social skills.

The man does not hide his liberal beliefs in the economy and believes that France is "managed like a household over-indebted". And he puts the right and the left back to back on fiscal policy: "For thirty years, left and right together, we increased taxes every time we had a problem.On households but especially on business" , he said.

It has the broad ambition to "transform the Medef to help transform the country," stain the most difficult as the employers' union is in crisis, legitimacy and representativeness. To be the Medef will have to reform from the inside any proposing new services of legal advice, tax or export. He is counting on the help of Patrick Martin, a candidate from the Medef Auvergne-Rhône-Alpes, to complete this project.

Two major projects will fulfill its mandate. The first is that of apprenticeship and vocational training, while Muriel Penicaud, the Minister of Labor, has given a push for reforms that will have to be implemented. And Europe, which is "in great danger" and the world of business will be called to defend against the rise of populism and protectionism.

"European employers will have a major role to play," he said during his election.



Paul Emison pour DayNewsWorld

 

TOWARD THE END OF THE "BERCY LOCK"

IN THE MATTER OF TAX FRAUD?

It should be known that the "lock of Bercy" is a monopoly of the Ministry of the budget in the matter of criminal prosecution for tax evasion. Until now only Bercy had the right to file a complaint against an individual suspected of tax malfeasance, a prosecutor or a civil party can not. According to the decision of the Minister of Finance, fraudsters could avoid legal proceedings

But in the face of pressure from public opinion and since the Cahusac affair, the government has accepted the senators' proposal to change this mechanism, which gives the administration the monopoly of tax evasion prosecutions.

The Senate began consideration of the text in first reading before the Assembly. He must complete it Wednesday. Gerald Darmanin announced to senators that the government would support the evolution proposed by the general rapporteur of the Finance Committee, Albéric Montgolfier (LR).

The proposed change does not include a provision on the "Bercy lock", but for the rapporteur of the Finance Committee, Alberic Montgolfier, it gives the opportunity to delete it. The Minister of Action and Public Accounts invited senators to "discuss the 'lock' criteria". "This is the first time the government has asked you to judge what is a" lock ", he said in the preamble of the review of the law on fraud.

The Senate therefore began Tuesday, July 3 review of the bill on the fight against tax fraud on which have been tabled several amendments to remove the "lock Bercy" and replace it with another mechanism. In his report, the rapporteur of the Finance Committee Albéric de Montgolfier estimates that the most serious cases would represent between 1,200 and 1,400 cases each year, a volume a little larger than in the current system (about 1,000 complaints).

The commission thus decided "to remove the lock of Bercy and to replace it by a mechanism which reserves the cumulation of the administrative and penal sanctions with the cases of the most serious frauds", he specified, which must respect three cumulative criteria: the application of penalties of at least 80%, an amount higher than a threshold set by decree in the Council of State, or a reiteration of the facts, or aggravating behavior. the Tax Crimes Commission (CIF), responsible for filtering the complaints of the administration "It must undoubtedly improve" this amendment, nuanced the minister.

This is only a first step. The debate could rebound during the examination of the law on fraud in the National Assembly, after the summer.

These must meet three cumulative criteria: the application of penalties of at least 80%; an amount greater than a threshold set by decree of the Conseil d'État; finally, either a reiteration of the facts, or aggravating behaviors. For the first time, I will not give a favorable opinion, but an agreement in principle "to this deletion, added Minister of Public Accounts Gérald Darmanin. "The National Assembly may wish to improve the writing of this article," he added, saying that "the keys to the lock are probably in Parliament and it will be up to you to establish criteria".

But for the opposition the proposals remain insufficient.

"The provisions that organize the lock Bercy are not removed," said the Socialist Sophie Taillé-Polian, for whom "the proposed development is largely insufficient." "This is not to clog the courts, but the proposed criteria are too narrow and, in addition, cumulative," she said.

The opposition would have liked to approach the proposal accepted at the end of May by the deputies of all sides, at the end of an information mission led by Emilie Cariou (The Republic in progress, Meuse): replace the current device by an examination joint files by the tax authorities and the prosecution.

The debate around the "lock Bercy" has not finished bouncing.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

REASONS FOR A 7.5% GAS PRICE IN JULY IN FRANCE

Gas prices soar on July 1st. Once again the government has decided: from 1 July, gas tariffs increase by 7.45% at Engie so for nearly 5 million customers while the Commission for Energy Regulation (CRE) had proposed in mid-June the government an increase of 6.5%. That is an increase of more than 8 euros per month on average on the invoice. The increase in gas prices announced on Friday adds to several others in recent months: + 2.1% in June and + 0.4% in May.

Three reasons are behind this increase in household bills. Firstly, the increase in gas supply costs in the context of the surge in those of petroleum products then the cost of infrastructure, particularly in transport, storage and distribution, the French network having significant investments amounting to 600 million euros per year over ten years for infrastructure modernization. And finally, the installation of the Gazpar communicating gas meter, implemented by the GRDF distribution network, is also included in these costs. Just like the setting up at the beginning of the year of new rules for the storage of gas, essential to be able to ensure a passage of the winter without hindrance.

Towards the end of regulated tariffs?

Nearly 5 million households are still Engie customers at state regulated sales tariffs (TRVs), while more than 6 million have switched to cheaper offers from competitors such as ENI, Total Spring or EDF.

Nearly 60% of the 11.5 million residential and professional gas-fired sites have therefore already left regulated tariffs for market offers, a figure that is constantly rising, according to CRE. At the end of March, in the natural gas market, the cheapest available market offer in Paris is 4% lower than the regulated price for gas users for cooking and 8% for gas-fired customers.

These regulated tariffs are also likely to disappear in France in the near future.

In July 2017, the Council of State ruled that regulated tariffs were contrary to European law, thus requiring the state to abolish them. Alternative gas suppliers hoped that these tariffs would disappear quickly. But the executive is considering a gradual end, with extinction by 2023 for all individuals.

Some competitors Engie took the opportunity to denounce once again the tariffs set by the State. "This new increase also shows that regulated sales tariffs do not protect the consumer," said Daniel Fava, president of ENI France, the second largest gas supplier after Engie.

At the end of May, the national energy ombudsman called on the government to clarify "quickly" how it intended to implement the abolition of regulated gas tariffs, including a "very clear" timetable for consumers to take their tolls. provisions.

"We were promised" no increase or privatization of gas ". We will have both! " , Immediately reacted on Twitter the former presidential candidate in the presidential election, Nicolas Dupont-Aignan.

The rise of July 1 could therefore quickly take a political turn.


Carl Delsey for DayNewsWorld

 

EXAMINATION OF THE LAFARGUE CEMENT FOR "COMPLICITY OF CRIMES AGAINST HUMANITY"

IN SYRIA

The subsidiary of French-Swiss cementist Lafarge-Holcim has been accused of financing jihadist groups in Syria - including the Islamic State organization - to maintain its activity in the middle of the war. She was indicted as a legal person Thursday, June 28 for "complicity in crimes against humanity." To this count are added those of "violation of an embargo" , "endangering life" of the former employees of the Jalabiya factory in northern Syria and "financing a company terrorist " . For the company, this indictment means his placement under judicial supervision with a bond set at 30 million euros.

The group has announced in a press release that it will appeal the alleged offenses, "which do not fairly reflect the responsibilities of Lafarge SA". " We deeply regret what happened in our Syrian subsidiary and, as soon as we were informed, we immediately took firm action . None of the indicted persons are in the company today. Beat Hess, chairman of LafargeHolcim's board, defended himself.

In this investigation opened in 2017 by the Paris prosecutor's office, eight former executives and executives of Lafarge have already been indicted, for financing a terrorist company and / or endangering the lives of others. It is now Lafarge SA's turn to give explanations to the two financial judges Charlotte Bilger and Renaud Van Rymbeke, seized of the case with anti-terrorist judge David de Pas.

The Lafarge group, which merged with the Swiss cement company Holcim in 2015, is in fact suspected of having paid close to 13 million euros between 2011 and 2015 to maintain its Jalabiya plant in 2013-2014 in a region north of Syria, under the control of the IS. He is accused not only of having paid a tax to the Islamist State to facilitate the movement of his employees, but also of buying raw materials including oil controlled by the group and selling cement to distributors in connection with jihadists.

The NGO Sherpa and the European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR), whose complaint had triggered the opening of this judicial inquiry, demanded that the French cement maker also be indicted for complicity in crimes against humanity. Syria. Today, Sherpa welcomes in a statement a "landmark decision" that "must decide Lafarge to take responsibility and open an independent compensation fund so that victims see their damage quickly repaired . " In a statement, the two associations called this indictment "historic" . "This is the first time that a company has been indicted for complicity in crimes against humanity around the world, which marks a decisive step in the fight against the impunity of multinationals operating in areas of armed conflict" , say the two associations asking Lafarge Group to "take responsibility" by opening a compensation fund for former employees of its Syrian subsidiary, "so that victims see their damages quickly repaired."

With this indictment, the vise is tightened on the cement.


Larry Ricky for DayNewsWorld

 

DANGEROUS CLIMB IN THE COMMERCIAL WAR BETWEEN THE UNITED STATES AND CHINA

Trump threatens to tax $ 200 billion of Chinese imports. The President of the United States has asked for the preparation of a new list of imported Chinese products worth $ 200 billion. Beijing has already reacted strongly promising "retaliation" .

This disturbing decision was made in response to Beijing's proportionate and immediate response to the $ 50 billion threat of sanctions detailed last week. The President of the United States to now ask his trade negotiator, Robert Lighthizer, to prepare a new $ 200 billion list of imported Chinese products. What will not be easy!

The first $ 50 billion of products affected are subject to a tariff of 25%. This new list of items would be expected to be subject to a 10% surcharge upon entry into the United States.

Soon after, the Chinese Ministry of Commerce countered that China would take "qualitative and quantitative" measures to defend itself in case the new American sanctions were implemented.

The United States imported $ 505 billion worth of Chinese products last year, while China imported only $ 130 billion worth of "Made in the USA" products.

These duties of 10% additional $ 200 billion of imports would be justified, according to the tenant of the White House, for several reasons. Not only would they offset the theft of US technology and intellectual property, but they would also force Beijing to reduce the US $ 200 billion trade deficit and further open its market to Americans. "Additional initiatives must be taken to encourage China to change its unfair practices, open up its market to US goods and accept a more balanced trade relationship," Donald Trump said in a statement.

Beijing does not hear this ear denouncing blackmail practices. "These practices of extreme pressure and blackmail deviate from the consensus that both parties have reached many times during their consultations" in recent weeks, promptly denounced the Chinese Ministry of Commerce on Tuesday in a statement.

" If the US loses common sense and publishes a list (of covered products), China will be forced to adopt a combination of quantitative and qualitative measures in the form of aggressive retaliation ," he said. warned.

A dangerous escalation

"This dangerous escalation is the ultimate reminder that the Congress must intervene and exercise its authority over trade policy," said in a statement the National Retail Federation, a retail lobby against these protectionist measures.

In retaliatory measures to date, Beijing is targeting US agricultural products, such as soybeans, wheat, corn, beef and pork, and farmers and ranchers in the United States are beginning to worry about the fallout.

About 455,000 US jobs are threatened by the latest punitive measures against China, the NRF calculated. The prospect of escalation increases even more quickly the risk of damage to US companies since the amounts of products imported by China are much lower. Moreover the rise of commodities will be another significant consequence.

This is one of the reasons why many Republican congressional MPs are opposed to the White House's protectionist measures: they drive up the prices paid by Americans and disrupt US corporate supplies.

With an increase in customs taxes, China could tax in return the automotive and aeronautics sectors ...

US trade policy and the retaliatory measures announced by its trading partners are increasingly fears of a global trade war that could jeopardize the growth of the global economy.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

SWITZERLAND IN THE SHOCK OF CRYPTOMONIA

In 2015, 119,819 Swiss, scalded by the crisis of 2008 and convinced that we should not joke with money, had led the Federal Chancellery to decide, on December 24 of the same year, the organization of a referendum on the monetary issue.

The real goal: to invite the Swiss to pronounce on the end of the power of monetary creation by the private banks.

The initiative was commendable, money being a public good

The initiative provided for the obligation of private banks to fully cover (100%) and to reserve the power to create the currency ex-nihilo, only at the SNB (Swiss National Bank) which is now done by a simple set of accounting entries in commercial banks.

In this proposal, the influence of the Chicago Plan (which ended the 1929 crisis) and Irving Fischer (1867-1947) was immediately recognized. In the 1930s, Irving Fischer proposed a return to the public monopoly of money creation. But we must also associate with this reflection, Milton Friedman then Maurice Allais, a visionary French economist, recipient in 1983 of the Nobel Prize for the Economy and died in 2010.

The initiative was, moreover, commendable in that it also intended to rehabilitate the social utility of the currency which is fundamentally "to finance the real economy for the sake of common prosperity".

In the wake of the decision of December 2015 to launch a referendum, all Swiss were in turn called to vote for or against the "full money initiative" ("For a currency safe from crises").

The full currency referendum took place on June 10, 2018.

Participation was low (34% of registrants). The "no" won with about 70% of the votes cast except the Canton of Geneva (more massively close to banking circles, so better informed) or the "No" won with less 60%.

The result of this election merits from our point of view further analysis, because with these results, the banking revolution expected by many did not take place to the disappointment of the Monetary Modernization Association (MoMo). For their part, the "for", which called on the Swiss "not to play the sorcerer's apprentice ", welcomed the result that ruled out any risk of inflation, inflation that with a rare money would have lost in real time the value to their savings (see Time, Sibylle Dus, economist at UBS).

The question, however, which was certainly iconoclastic, nevertheless allows, despite the results, to welcome the spirit of democratic initiative of the Swiss who has opened the debate, because it is predicted that we will return to the subject.

This 2018 vote came at a time when, even though the SNB can not go bankrupt, it must be taken into account that a large part of its precious metal reserves (in gold in particular) was sold, the balance of the reserve (60% of these) being in euros, currency today overexposed as everyone knows.

The revolution will not take place among the Helvetii in a short time; but the Full Money Committee did not let down the guard. Here's what he said at the evening of the results:

"Despite the massive campaign of confusion and fears, the misinformation of the Federal Council (sic) and the National Bank (re-sic), the citizens who voted (yes) in favor of the question posed by the referendum initiative and who have understood the risks of money creation by private banks, have clearly opened the discussion on a serious problem.

These citizens are those who remained shocked by the evil mechanics of the financial crash of 2008 after which it was necessary to bail out the banks with taxpayers money who still shout today : "you said deficit? ".

But this taxpayer money becoming rare by over-imposition, what will happen if a new financial bubble comes to reproduce?

But this next crisis is certain for a growing number of economists who for some months have included in their reflection the anarchic and uncontrolled progression of cryptographic currencies (Bit Coin or others) through the development of advanced technologies. The citizens of the world will then have to remember, according to Henri Temple, this problem , "the countdown is started" . According to him, in a month or a year, the financial bubble (whose fictitious mass would approach one million billion dollars) will burst, after enriching the way speculators of any hair and any place.

These citizens will once again have to remember the immutable definition (of Aristotle to Stiglitz) of the currency "which must only raise the political authority which must be given the means to make it respected."

Some supporters of the "no" in Switzerland will then have to honestly rule on the educational insufficiency of the 2018 campaign by admitting at the same time that they did not understand the question put to them, which led them either to refrain or not to go to the polling stations.

Case to follow ...

Clara Mitchell for DayNewsWorld

 

THE G7 COMPROMISE SIGNS ON SATURDAY AT FIASCO TORPILLE BY DONALD TRUMP

The Canadian leader had tried to qualify this summit as a "success" . "We were able to reassure those who doubted our ability to work together," he told reporters. In particular, he spoke of progress made towards gender equality, clean energy, global security and economic growth. But he had been forced to admit that they had failed with his partners to change the position of Donald Trump on trade issues.

However, the part of the text dedicated to trade was signed by the seven G7 countries, including the United States of Donald Trump, the release still meeting certain requirements of the US President. He reiterated the word "reciprocal" for free trade, which must also be "free, fair and mutually advantageous" . And he said, "We are committed to modernizing the WTO (World Trade Organization) to make it fairer as soon as possible. We will do everything we can to reduce tariff barriers, non-tariff barriers and subsidies. "

Negotiated by hard struggle, the text referred the customs question to future negotiations.

Canadian Prime Minister Justin Trudeau, the host of the summit, confirmed that his country would apply effective July 1 tariffs in retaliation to those imposed by Washington on steel and aluminum. "These illegitimate tariffs must receive an equivalent response , " he said during his final press conference.

Emmanuel Macron, meanwhile, had also confirmed that the tariffs decided by the European Union against the United States would apply from July

Donald Trump himself, leaving the summit on Saturday morning, had not eased his steel and aluminum import tax requirements on the European Union and Canada, but welcomed the progress made. during the summit. And here he tweeted later: "The United States will not let other countries impose massive tariffs and tariffs on their farmers, their workers and their businesses."

On the other hand, no consensus had been reached on the climate, the United States acting alone on this subject. In addition, G7 leaders called on Russia to stop "undermining democratic systems" and pledged to prevent Iran from acquiring nuclear weapons.

While all participants anticipated the opposite, the seven richest countries on the planet seemed to have managed to pull off a compromise compromise statement including Donald Trump's United States.

But it was without counting on the unpredictability of Donald Trump who, starting from the summit for Singapore, disassociated to the general surprise Saturday evening of the final release of the G7.

One tweet, it shatters the G7's attempt to save face by issuing a joint statement on trade .Angry tweeting, Donald Trump broke loose to the surprise Saturday night negotiated final release Fighting hard at the G7 summit in Canada, calling host Justin Trudeau "very dishonest and weak" for judging US fares "insulting" .

In one of his dramatic turnarounds, the US President tweeted from Air Force One, which takes him to Singapore: "Because of Justin's false statements at his press conference, and the fact that Canada imposes massive taxes about our American farmers, workers and businesses, I asked our US representatives to withdraw support for the release, while we are considering tariffs on cars that are flooding the US market! "

Donald Trump had left the summit several hours before Justin Trudeau's declaration, to reach Singapore where he will meet Kim Jong-un on Tuesday.


Abby Shelcore for DayNewsWorld

 

TOWARDS A TOTAL G7

The atmosphere is more than tense in the small Canadian town of Charlevoix, Quebec, where the G7 summit is taking place on Friday and Saturday. US President Donald Trump will face the wrath of his European, Canadian and Japanese trading partners.

Invoking national security to justify American customs taxes imposed on Washington's allies is "laughable" and will have consequences in the United States, said Thursday Canadian Prime Minister Justin Trudeau and French President Emmanuel Macron standing together against Donald Trump.

Emmanuel Macron has warned since Ottawa that Europeans and Japanese are "not ready to give up everything to have this signature" Donald Trump. It would be "a mistake" to "give up everything to have this signature" and this would endanger "the relevance of this G7," he said.

The tenant of the White House, obviously irritated, attacked by name the two leaders. " Thank you for telling Prime Minister Trudeau and President Macron that they are massively taxing the United States and creating non-monetary barriers. The surplus of trade between the European Union and the United States is $ 151 billion and Canadians are rejecting our farmers and others. I can not wait to see them tomorrow, " he said in a first un-diplomatic tweet.

In the process, he posted a second tweet specifically about the Canadian leader: " Prime Minister Trudeau is indignant ... evoking the relationship that the United States and Canada have for years. But he forgets to say that he taxes us 300% on dairy products, mishandling our farmers, killing our agriculture! "

In addition to tariffs, the differences relate to the Iranian issue and the sanctions that the United States wants to reintroduce after their decision to get out of the nuclear deal. In a joint letter, France, Germany and the United Kingdom reaffirmed that they would remain committed to this agreement asking the United States to exempt European companies from future sanctions.

It is not impossible that the summit will end with a six-point statement on the most sensitive points and a seven-point press release on the others, the minimum option being a simple statement by the Canadian G7 presidency. Any joint communiqué will have to include the Paris agreement on the climate and the Iran nuclear agreement in the state.

Suffice to say that the G7 summit looks stormy ... if Donald Trump makes the trip. Because according to the Washington Post, the situation is so much that he would have thought to send Vice President Mike Pence in his place.




Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

SOURCE TAX IN FRANCE OR DIRECTIONS

V ll certainly come to fill your tax card via the Internet. But you have until September 15 to make changes in case you have not made the judicious choice between several solutions.

First of all, a brief explanation of the withholding tax

The tax deduction at source will come into effect at the beginning of 2019. The major interest of the withholding tax is to collect the real-time household tax, ie at the time of the payment of taxable income. . Currently, as the tax is levied a year late, taxpayers who see their income drop (retirement, unemployment), must wait one year before their tax will drop, which puts them in a difficult situation.

The Terra Nova think tank considered that such a reform is "useful for the economy" (which is not spared is consumed) but also allows to "strengthen" the effect of social stabilizers (a person falling in unemployment will no longer have to pay the same tax) and "improve the efficiency of tax policy" (by removing the important time lag between the vote of a measure and its financial impact on households).

Who will be concerned?

The reform applies to employees, retirees and the self-employed. Wages, replacement income (retirement, unemployment, maternity, etc.) and income from land are also affected. Movable capital income and real estate gains are not included in this field because they are already deducted at source.

Who will collect the tax?

The withholding tax brings into the circuit of recovery of the tax a new actor: the third-party payer ie the employer. The tax paid will appear on the pay slip as is the case today for social contributions. For pensioners and the unemployed, it will be the pension and unemployment insurance funds that will play this role.

The liberal professions and the self-employed will pay a monthly or quarterly installment, calculated according to their incomes of the previous months, and adjusted then according to their effective incomes. If they anticipate a strong fall of their incomes, they will be able to signal their situation to the FISC administration. This possibility, for example, meets the needs of craftsmen who lose a large customer, or farmers subject to weather conditions. The property income will be applied the same system of deposit.

What about tax credits?

It is impossible to suspend the tax credits in the year of transition, otherwise certain sectors (employment at home, building, charitable organizations) will be closed down. The tax credits that will be maintained will continue to be collected by the taxpayer the following year.

The home-based employment tax credit could, however, be monthly. The question is currently under study. On the other hand, the "all-in-one" device planned for private employers will not be ready in January 2019.

Now what options to choose for the tax rate?

If you reported your income online this year, you will have noticed a new option allowing you to choose (or not) the rate at which you will be taxed next year. How does it work, and in which case can this option be useful? Once you have completed your return, you will discover the personalized tax rate that will be applied to you from next year.

There are three possible options:

Indeed, with the coming into effect of the withholding tax of the income tax at January 1, 2019, each month a share of your net salary will be deducted for this tax. Ditto for income from land, alimony, income of self-employed, etc.

By default, it is therefore a "personalized" rate that appears, calculated as the current income tax on the basis of the annual income of the tax household. But there are two alternatives, for particular cases where taxpayers want to change this rate: the "individualized" rate or the "neutral" rate. What are they for, in which case do they use them?

The individualized rate for couples with unbalanced wages

This is to modulate the rate that will be levied to each member of the couple, according to the income of each, so that the overall rate of levy is the right.

A "neutral" rate to remain discreet

You have an inheritance, you own a large house or you are receiving annuities, but you do not want your employer to realize that your tax rate is high compared to what he pays you every month. In this case, you can opt for the "neutral rate", calculated solely on the basis of the income paid by the employer.

The taxpayer will not be deducted from the totality of his income tax via the withholding tax: the rate that will affect his salary will be equivalent to that of a single without children. On the other hand, it will have to pay the difference by paying it directly, via a payment "classic" as at present, to the attention of the Treasury

Can we change my mind?

Yes, but not indefinitely. Even if the declaration is due from this Tuesday you can always change your method of levy on your particular space site www.impots.gouv.fr. until next September 15th only.

In case of a change of situation (marriage, birth, decrease or increase of income ...) the taxpayer will have to ask for an update.

The taxpayer does not give any information to his employer or pension fund since. it is the administration that remains the taxpayer's interlocutor for its taxes, confidentiality is preserved.

Finally France enters the club of the developed countries with the withholding at source almost always for budgetary purposes.

Jaimie Potts for DayNewsWorld

 

AUTOMOTIVE GROUP PSA PREPARES IRAN WITHDRAWAL TO FOLD AMERICAN EMBARGO

PSA "is in contact with the US authorities to consider a derogation" , "with the support of the French government" , but it has not obtained any guarantee from the State.

It is therefore the second largest French group, after Total, to comply with US injunctions to respect the embargo against Tehran imposed by the United States after their withdrawal from the Iran nuclear deal.

The French car manufacturer PSA announced Monday, June 4, 2018 that he was preparing his departure from Iran, his first foreign market in volume.

The group, whose Peugeot and Citroën brands had formed joint ventures in Iran, said it had

"Begin the process of suspending the activities of its joint ventures, in order to comply with US law by August 6, 2018".

Last year, PSA sold 444,600 vehicles in Iran, a country where it is traditionally well established, and which constitutes its first foreign market ahead of China (382,800 units), the United Kingdom (279,100), Italy (265,000 200) and Germany (257,800).

Even if the importance of the Iranian market remains minimal in financial terms with "less than 1% of its turnover" for the second European manufacturer, it is a serious setback for the latter.

China, which already holds the largest market share in Iran, will be able to gain ground with no economic interest with the US policeman ...

Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

EUROPEAN RESPONSE AGAINST THE AMERICAN TAXES

The United States put its threat into effect, imposing a tax on steel and aluminum imported from the European Union of 25% and 10% respectively. The decision that Emmanuel Macron lambasted "illegal" caused an outcry and reactions were not delayed.

German Chancellor Angela Merkel, for her part, was alarmed by "an escalation that will hurt everyone" while Emmanuel Macron provided a " firm and proportionate" response from the European Union. "Our response to 'America first' will be 'united Europe'," Foreign Minister Heiko Maas said in a statement, saying "there are no winners in trade wars".

The EU will therefore respond to the important tariffs that the United States will impose on steel and aluminum from the Union, promised Thursday the President of the European Commission, Jean-Claude Juncker.

"The United States has been exploited for many decades in the field of trade. Those days are over, " said the US president, in a statement. Wilbur Ross, for his part, minimized the risk of retaliation by the target countries, who felt that imports from the European Union represented "little" compared to the US trade deficit (less than $ 3 billion).

"It's a bad day for business. The European Union can not remain without reacting. What they (the United States) can do, we are able to do exactly the same thing, " warned Mr. Juncker at a conference in Brussels.

"The US leaves us no choice but to bring this dispute to the WTO and impose additional tariffs on a number of products from the US," Juncker said. a statement.

The World Trade Organization (WTO) procedure, which may last for years, should be launched on Friday, June 1, the Commission's statement said.

By the end of April, when the trade conflict had escalated, the EU had prepared a list of US goods, including tobacco, bourbon, jeans or motorbikes, which could be heavily taxed if struck by the rights of customs. These taxes or countermeasures, however, do not cover all the damage inflicted on European industry.

They can come into effect as early as June 20 because everything is settled on the side of the World Trade Organization. But a debate between Member States must be held for a final validation.

Canada and Mexico are also affected by these sanctions.

For Canadian Prime Minister Justin Trudeau, these sanctions are "an affront to the longstanding security partnership between Canada and the United States, and an affront to the thousands of Canadians who fought and died alongside their brothers in arms. Americans. " Ottawa has announced C $ 16.6 billion worth of US products. Mexico has announced "equivalent measures" to US taxes. The taxes will cover "various products such as flat steels (...), lamps, hams and pork knuckles, cold cuts and food preparations, apples, grapes, cranberries, various cheeses, among others" according to a communiqué, the secretariat for external relations.

The German government has warned that the answer to "America first" will be "united Europe" after the US decision to introduce tariffs on steel and aluminum imported from Europe. the EU, Mexico and Canada.

Faced with the economic nationalism of the United States we can only deplore the inefficiency of the WTO completely paralyzed in its action.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

TOWARDS THE BIG BANG OF RETIREMENT REFORM

The government is inviting the French to speak by launching a citizen consultation on a public consultation site on Thursday to gather citizens' opinions on pension reform.

This bill should lead to a point-based retirement system for everyone, a flagship project of Emmanuel Macron's program.

A website - www.participez.reforme-retraite.gouv.fr - is open for the occasion. It will remain so until October 25.

A promise of citizen participation in a most explosive project !!

"The income will give you a right to points, you will have a portability of rights regardless of the type of employer and the sector.

The goal is that with identical career, identical income, the retirement is identical, " says Jean-Paul Delevoye in Paris.

"This is to create a universal system where 1 euro contributed gives the same rights," said in a statement the High Commissioner for pension reform, Jean-Paul Delevoye, who says he "persuaded that a subject of such a scale requires a broad citizen consultation ".

For which system?

It would be a question of putting an end to the current system, which is considered very complex, not very legible and a source of inequalities. This will involve the elimination of the 37 existing pension schemes and the creation of a universal point system. In this scheme, the employee who contributes accumulates points throughout his career and, when he applies for retirement, his points are converted into an annuity based on the value of the point at the time of calculation. "The goal is that with identical career, identical income, the retirement is the same" , explains Jean-Paul Delevoye

Thus with the notion of duration that would disappear, the pension reform would allow the respect of "the freedom of choice" by giving the choice to everyone to decide when to retire, whether he judges his cumulative points sufficient or not. A significant advantage according to the high commissioner for pension reform.

"The current age of 62 should be kept," he says so that early departures do not lead people to have small pensions ... and do not "weigh on national solidarity."

Regarding the unemployed, people in precarious situation or disabled who would be harmed by the point system based on employment income, Jean-Paul Delevoye does not yet deliver concrete measures. "This is one of the debates we will have to have," he adds.

Another issue will be addressed in the second half, that of a possible capitalization. "The question arises for the highest salaries that exceed a certain ceiling (above € 120,000 income, € 160,000 or more)," says Jean-Paul Delevoye.

If the participation is open until 25 October, High Commissioner Jean-Paul Delevoye will only propose at the end of the year or at the beginning of 2019 the "main orientations" of the reform. The implementation of the reform, as for she should not intervene until 2025.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

BOSS OF THE GIANT OF AERONAUTICS

SERGE DASSAULT IS DEATHED AT 93 YEARS

The industrialist and press boss Serge Dassault died Monday, May 28 at his office at the Champs-Elysées Marcel-Dassault roundabout in Paris of a "heart failure" at the age of 93 years. "The family and the Dassault group will later communicate the terms of the tribute to be paid to Mr. Serge Dassault," according to this text broadcast by the group's communication department.

For a long time, he lived in the shadow of a father, a genius of the deported aeronautics, a brilliant engineer of the Hurricanes, Mystery IV and Mirage, patron of the magazine Jours de France and Gaullist deputy.

Born Serge Bloch April 4, 1925 in Paris, the industrialist of Jewish origin and all his family take the name of Dassault in 1946, at the end of the Second World War.

Serge "fell into the pot" of aviation, "wanted to undertake, he wanted more important positions. But there was no room for two, " says the historian Claude Carlier, author of books on Marcel and Serge Dassault.

This polytechnician, aeronautical engineer who for a long time had to stay away from the company waiting until 1967 to become CEO of the subsidiary Dassault Électronique succeeds his father in 1986 of a huge industrial empire, and after six months of battle with the State, a 46% shareholder in Dassault Aviation and majority in voting rights.

To no longer depend essentially on the public order Serge Dassault restructured the military aerospace group by the development and diversification of his group.

The Dassault group now has several subsidiaries: Dassault Aviation, the Rafale and Falcon manufacturer, which has 11,800 employees in France and is a 25% shareholder in the Thales electronics and defense group; Dassault Falcon Jet, which markets business jets in America, Asia and the Pacific (2,400 employees); Dassault Falcon Service, for the rental of business aircraft (600 employees); a 41% stake in the software giant Dassault Systems; the Le Figaro group; or, among others, the Artcurial auction house in Paris.

In 2000, he decided to cede the presidency of Dassault Aviation, but retained that of the family holding company Groupe Industriel Marcel Dassault (GIMD).

He also had a tumultuous political career

Appointed to the RPR and then to the UMP, he served as counselor general (1988-2004) senator (2004-2017) and mayor of Corbeil-Essonnes (from 1995 to 2009).

But in 2009, the Council of State had canceled his re-election at the town of Corbeil-Essonnes (Essonne) the previous year because of "gifts of money" while declaring Serge Dassault ineligible for a year.

His name has been associated with scandals related to the business of vote buying, hidden account laundering and tax evasion related to tax evasion.

His fortune, estimated at 21.6 billion in 2017, ranks France's 5th fortune in the ranking of the 500 fortunes of France de Challenges.

In 2014, he set the terms for his succession.

It is his man of trust and general manager of GIM, Charles Edelstenne, who succeeds him "automatically" while his four children sit on the Supervisory Board of the family holding.

Alize Marion for DayNewsWorld

 

LEGISLATIVE AMENDMENTS ALSO EXPECTED BY HEADS OF COMPANIES

This is undoubtedly the legislative change that the French entrepreneurs expect the most.

The contravention of the new law will apply to any company that handles information about European residents, even if it is based outside the EU.

Previously, associations, administrations and companies had to warn the CNIL whenever they created a file containing information on their members, customers, employees or administrated.

"According to the level of sensitivity of the information collected, companies had to make either a simple statement or ask permission," explains Guillaume Desgens-Pasanau, senior lecturer at the National Conservatory of Arts and Crafts, who runs an online course. on the GDPR.

In return, these organizations must provide accurate documentation of their use of personal data. It should include the name and purpose of the files collected, the registry of those who have access to them, and the measures taken to protect the data from possible malicious attacks.

Administrations as well as companies whose "basic activities (...) consist of a large-scale processing" of the data will even necessarily have to appoint a delegate for the protection of these files, who will have to present all the documentation to the Cnil in control case.



Paul Emison for DayNewsWorld

 

PROTECTION OF PERSONAL DATA GDPR

Europe is at the forefront in defending the rights and freedoms of citizens on the Internet.

The new regulation on the protection of personal data aims to strengthen the protection of the privacy of European citizens.

Intended to replace the computer law and freedoms, the general regulation on the protection of personal data - or GDPR - will frame the way the digital giants manage the information they have on their users. forty years of good and loyal services, the law and freedoms will retire. From Friday, May 25, this text adopted in January 1978 to protect the French from the potential drifts of the file, which developed at the same time as the computer, will disappear. Its replacement is a European text that unifies the rules in force in the 28 member countries of the EU.

His name: the general regulation on the protection of personal data, or GDPR.

It comes in, comes into effect this Friday, May 25th.

This law, voted in 2016, intends above all to empower the digital economy players by introducing obligations for companies and local authorities. From now on, those who wish to use the personal data of Europeans will have to obtain their consent and be clear about their use.

This regulation will come into force in a context that has become electric, with the undue use of personal data of millions of Facebook users by Cambridge Analytica, a company linked to Donald Trump's campaign. And it was built around a major principle: its content will apply to any company that handles information about European residents, even if it is based outside the EU.

The new European regulation strengthens the concept of consent, already present in the "Law for confidence in the digital economy" of June 21, 2004. When a user makes available some of his personal data, he must now know what they will be used, how long they will be kept and whether they will leave the European Union. Businesses, therefore, to ask permission from everyone by explaining the legitimacy of their use. This information must be communicated to the user in a way that is "understandable and easily accessible, and formulated in clear and simple terms , " says the text of the law.

I can get a copy of my personal data

I can transfer my data to another service

This new law also introduces a new right for internet users, that of being able to retrieve and transfer part of its data free of charge from a service (social network, messaging service, internet access provider, streaming site, etc.) to the Internet. 'other ' in an open and machine-readable format , 'says the text.

This is called the right to portability of data. A user wishing to change email service provider, can download his emails to continue to use them in another, much like a bank account. The new text provides that the transfer can be done automatically between service providers.

I can take legal action in case of abuse

If a user believes that his personal data have been used or collected in an abusive manner, in contradiction with the law, he will be able to appeal to the data protection authorities, the National Commission for Informatics and Liberties ( CNIL) in France.

This is already the case, the GDPR goes further, since it allows to launch a collective action by an association or an organization for the purpose of protecting personal data, and to obtain a "compensation for damage suffered" . The French association La Quadrature du Net has just announced the launch of the first collective actions of its kind, targeting the digital giants of the US. Companies whose head office is located outside the European Union will no longer be able to argue the non-applicability of European law. In case of violation of my rights, the responsible company incurs a penalty of up to 4% of its worldwide turnover.

I can know when my data has been hacked

The RGPD also provides for more stringent security requirements for companies that collect and process personal data. In case of piracy, they must warn "in clear and simple terms" their customers or users. Users will be notified only when this intrusion is "likely to create a high risk for rights and freedoms," says the text of the law.

Facebook will apply the European Data Protection Regulation to the world.

The social network Facebook announced Thursday, May 24, that it would apply to its two billion users worldwide the European Data Protection Regulation (GDPR), which comes into effect Friday, May 25. For several weeks, European Facebook users have been asked if they agree to be subject to advertising targeting, but also whether they allow Facebook to use its facial recognition technologies on photos and videos shared on the network. .

These questions will be asked to all users of the social network and will be accompanied by a reminder of the sensitive information they were able to share. Facebook, however, brings a major difference in this application of the GDPR : users from the rest of the world will be able to postpone this review of their privacy settings, while a European user who does not revalidate these terms of use of Facebook does not will no longer be able to access the social network.

Facebook is one of the first multinationals to announce that it is submitting to these new European rules, two days after its boss Mark Zuckerberg apologized to the European Parliament for the deficiencies of its social network in protecting the data of its users .

According to the GDPR, major web platforms must ensure among their users that they have obtained their consent "free, specific, informed and unambiguous" to use and store their personal data.

Paul Emison for DayNewsWorld

WHEN THE AMERICAN SANCTIONS AGAINST IRAN THREATEN

THE POLICY OF FRENCH BANKS

Wherever the French companies are between the anvil and the hammer!

They are under pressure from banks to leave Iran.

With the return of sanctions, any company trading with Iran may see its loans denounced in France at the end of the moratorium set by Donald Trump.

How to react so that the French markets passed in Iran are not sanctioned?

For the time being, the sixty companies gathered by Bruno Lemaire do not intend to withdraw massively from Iran, despite the return of sanctions.

But where the rub is the role of banks in these companies. Indeed, banks impose restrictive clauses as part of their traditional lending activity.

"As part of their traditional lending activity, banks have imposed on business compliance clauses embargo measures and economic sanctions as a condition for the granting of credit that are generally broad enough, to cover a possible hardening of American policy in this area, explains Louis de Longeaux, associate lawyer at Herbert Smith.

Thus, if, due to the evolution of the sanctions policy, companies come to find themselves in a situation where they would violate the applicable sanctions due to the continuation of their activities in Iran, the banks could be entitled to denounce these credits ".

Companies are in a logic of vulnerability since it is the banks that lend them that could see their credits, or their accounts, denounced in France by their banking institution!

Similarly, in the account opening agreements it is often stipulated that "the bank may reserve the right to close the accounts of its client, if it considers that it conducts activities that may be subject to sanctions" .

The problem is legally difficult because the banking sector is also subject to US sanctions.

How to escape?

Banks have asked SMEs, for example, not to exceed a certain turnover threshold in Iran in order to avoid being threatened with account closures.

The banks themselves are really threatened by tougher sanctions. The reinstatement of the so-called " secondary" sanctions has the consequence of threatening "any actor intervening in Iran, to be registered on the black list of the American authorities, and consequently, any party who contracts with him," recalls we're in the executive.

They become instruments of politics

Through the banks, "the United States has managed to somehow privatize the watch and the threat of sanctions," said Louis de Longeaux. And these are not the only ones. Insurers are forced to do so too.

"The United States can not be the economic policeman of the world" according to Bruno Le Maire

Andrew Preston for DayNewsWorld

BANKING SCAMS GROW


Bank scams are always making more victims

In 2016, 1.2 million French households declared themselves victims of fraud, double that of six years ago according to a study by the National Observatory of delinquency and penal responses.

The vast majority of them suffered a loss of less than or equal to EUR 300

"Scams above 1,000 euros represent a much smaller share (13% of households)," says the study.

In most cases, victims are totally unaware of the method of the perpetrator.

Households who have been scammed have noticed fraud by looking at their bank statement, the banks themselves not necessarily realizing it.

"The fraudulent flow was used to make purchases for nearly 68% of the victimized households in 2016," says the ONDRP.

For more than one household out of two, for an online purchase, for 10% of victims in a traditional business.


Carl Delsey for DayNewsWorld

TOTAL AND SHELL SIGN

AN AGREEMENT TO PRODUCE GAS IN OMAN

 

Total and Shell have announced this Sunday, May 13, 2018, in two separate communiqués, to have signed a memorandum of understanding with the Government of Oman to exploit natural gas on the soil of the Sultanate. "Total and Shell, operator, will develop in a respective proportion of 25% / 75% according to an agreement between the two companies before possible entry of the government, several gas discoveries located on land on block 6 in the area of ​​+ Greater Barik +" says the French oil and gas group in a statement.

Both partners have an initial gas production target of about 500 million cubic feet (about 152 million cubic meters) per day and production could reach up to one billion cubic feet per day thereafter.

The goal is to achieve "an initial gas production of approximately 500 million cubic feet per day", with the site having the "potential to reach up to 1 billion cubic feet per day thereafter" Total

"We are pleased to sign this Memorandum of Understanding with the Sultanate of Oman which will give us access to new gas resources and the opportunity to develop an integrated gas project , " said Arnaud Breuillac, General Manager of Exploration -production of Total, quoted in a company statement.

Total intends to use its share of gas to develop a regional hub in Oman to provide liquefied natural gas (LNG) fuel services to ships.

"Developing this LNG service as a bunker fuel will create value in the country, providing jobs, and support the diversification of the industry by encouraging shipping activities in Oman," said Arnaud Breuillac, General Manager of Total's exploration-production, quoted in the press release.

The Anglo-Dutch oil giant has welcomed the agreement signed "helps Oman to meet its energy needs and aspirations for growth," saying it should serve as a "platform for further negotiations on planned developments »

The two companies are already shareholders, alongside the sultanate and others The two companies are already shareholders, alongside the sultanate and other oil groups, the company specializes in liquefied gas Oman LNG.


Britney Delsey for DayNewsWorld

AIR STRIKE ON THE PRESIDENCY

FROM SAANA TO YEMEN

The offices of the Yemeni presidency, where the Houthi rebels are located in the center of the capital, were targeted on Monday by an air raid.

Not less than two powerful explosions have shaken the buildings of these offices near a large hotel, a commercial bank and not far from the headquarters of the Central Bank. The balance sheet would be at least six dead and thirty wounded.

For the Al-Massirah rebel TV channel and the Saba news agency, the raids are attributed to the Saudi-led coalition that has been operating in Yemen since 2015 against the Houthis. These control the capital and territories of the north and the west.

The air strike came hours after the Saudi air defense intercepted two new ballistic missiles fired by Yemeni rebels into the south of the kingdom on Sunday night, according to the coalition.

The missiles have been fired from the Yemeni province of Amrane, north of the capital Sanaa, said coalition spokesman, Saudi Colonel Turki al-Maliki.

Yemen is the scene of a "proxy war" between Shiites and Sunnis.

The war in Yemen with some 10,000 dead and more than 54,000 injured has caused "the worst humanitarian crisis in the world" according to the UN.

Britney Delsey for DayNewsWorld

VOTE SANCTION OF EMPLOYEES OF AIR FRANCE

OR THE RESIGNATION OF THE CEO

 

Jean-Marc Janaillac had put his position in the balance in the face of the result of the vote on the draft wage agreement. But the latter was rejected by 55.44% of Air France staff with a participation rate of 80.33% announced that he resigned from his post.

"I assume the consequences of this vote and I will resign in the coming days my resignation to the boards of directors of Air France and Air France-KLM," he said. white voice.

"Thirteen days of strike and more than two months of conflict have weakened Air France, compromising its performance and future.

It's a huge mess that can only delight our competitors, weaken our alliances and disorient our teams. "

Jean-Marc Janaillac reiterated the impossibility for Air France to meet the demands of the unions.

"It's economically impossible and it would be mostly suicide," he said.

The ten organizations that make up the Air France inter-union, including the main SNPL AF pilot union, find themselves in a strong position to demand a resumption of negotiations.

The draft wage agreement providing for a general wage increase of 7% by 2021, with 2% this year, no longer holds.

The economic impact of the strike was estimated at the end of April at least 300 million euros.

The strike will continue ...

Boby Dean for DayNewsWorld

A FIRST STEP TOWARDS CAPITALIZED

RETIREMENT IN FRANCE?

The government wants to "massively develop retirement savings" , says Minister of the Economy Bruno Le Maire.

The Minister of Economy and promises to ease the operation of existing devices, shunned by the French. The goal is to raise an extra 100 billion euros by the end of the five-year period.

What is the purpose of the pension insurance?

Retirement savings enable workers to build capital during their working lives. At retirement, the money is redistributed generally in the form of an annuity until the death of the saver.

Retirement savings therefore enable workers to build up capital during their working lives to provide for old age pensioners

Is this a first step towards a funded pension system that does not say its name?

However, in France, where the mandatory pay-as-you-go system remains the norm, private savings are estimated at less than 10% of pensioners' incomes, compared to 17% in Germany and more than 46% in the Netherlands. Retirement savings represent "derisory sums" confirmed the minister yesterday to the foundations of Savings and Taxation, organized by the French Savings and Retirement Association (Afer).

The promise of an "attractive tax system"?

In the main lines of its reform provided for by the Pact Act (Action Plan for the Growth and Transformation of the Economy) Bercy promises an "attractive" tax (within the limits of the existing ceilings) by voluntary payments.

"Simplicity, freedom: here are the two slogans of this reform," says the tenant of Bercy.

But as everyone knows, the stock of retirement savings, which is not usual in France, is only 200 billion euros, far from the 1700 billion life insurance, one of the preferred investments of With the livret A. As basic pensions exist in France, the assets do not jostle to put their woolen stockings in this type of investment. As a result, in France, "funded pension supplements" represent only 3% of total pensions, compared with 10% to 15% for our neighbors, the Savings Circle notes in a statement.

"Their low yields can expose investors to erosion of their capital because of inflation and management fees. And the prospect of having to combine several non-transferable products represents a major obstacle for employee-savers while professional careers are now less linear, " notes a note from the Ministry.

But retirement savings is today broken up around a maze of products whose main ones are the Perp, the Perco, the article 83 or the Madelin. Addressing different audiences (employees, self-employed, ...), each investment also has different entry and exit conditions. However, "by the middle of the century, the retired population will grow from 15 to 20 million" in France. Between the problems of the sustainability of the pay-as-you-go system (with fewer and fewer retirees) and the burden of end-of-life dependency, which is increasing every year a little more, the government wants to logically reinforce savings. retirement of households.

To overcome this lack of attractiveness, the executive will relax contracts, often criticized for their complexity, without reducing the number. "We want the measure to be operational as soon as possible" , justifies Bruno Le Maire.

Concretely that proposes Bruno Le Maire?

It has just improved existing contracts the famous Perco, Perp and Article 83. Three changes planned: the employee can keep the same retirement savings contract throughout his working life; the reversion option will become systematic for the spouse in the event of the death of the beneficiary; the saver will be free to recover his capital savings (that is to say at one time). It's not the big night!

By the end of the five-year period, the government hopes to reach a total of 300 billion to officially "allow the French to better prepare for retirement but also to better finance the economy . "

By the middle of the century, the retired population will increase from 15 to 20 million in France. Between the problems of sustainability of the pay-as-you-go system (with fewer and fewer retirees) and the burden of end-of-life dependency, which is increasing every year a little more, what can be done?

The government simply wants to siphon life insurance and achieve its goals: a mandatory pension ...


Joanne Courbet for DayNewsWorld

SOUPS OF CORRUPTION FOR

BOLLORE IN AFRICA

The industrialist was placed in custody Tuesday as part of a corruption investigation into obtaining management of two ports in Africa.

What is happening to the Bolloré group? Vincent Bolloré the Breton industrialist was placed in police custody Tuesday morning in the premises of the Central Office of fight against corruption and financial and tax offenses (OCLCIFF) in Nanterre (Hauts-de-Seine).

As well as the general director of the group, Gilles Alix, as well as the head of the international division of the Havas communication agency (owned by the Bolloré group), Jean-Philippe Dorent. Francis Perez, leader of Pefaco, too. The latter runs a company developing hotels and casinos in Africa.

Astonishing? Like the Da Vinci group, the Bolloré group wins a lot of big contracts, sometimes public ones.

These hearings are part of an open investigation especially for bribery of foreign public officials, conducted by two investigating judges under the auspices of the National Finance Prosecutor (PNF).

Management of ports, transport and logistics networks, plantations ... Africa accounts for one quarter of the turnover of the industrial group led by the Breton industrialist. In this continent he managed to build an economic empire of 2.5 billion in 46 countries with a strong network of political friendships and the media it controls!

What do you say to him?

The suspicions relate to the way in which the industrialist got the management of the ports of Conakry in Guinea and Lomé in Togo. The conditions of attribution of these two concessions are at the heart of a survey for corruption insofar as precisely At this time, the election of new President Alpha Condé in 2011 and the re-election of President Faure Gnassingbé in 2009 took place.

The African subsidiary of Bolloré won the Conakry port market in 2011 shortly after the election of all while it was given two years earlier to the subsidiary of another French group for a period of twenty- five years.

Similarly, in Togo, where Bolloré won the contract in 2009, a few months before the incumbent president was elected.

But, more troubling: in both countries, Havas, the communications consulting agency, was the communication expertise for these two presidents inducted.

Had Havas not undercharged its services in exchange for the future granting of the operation of the two port terminals to the parent company? Would the Bolloré group have facilitated the arrival of African heads of state in exchange for port concessions in Guinea and Togo?

Formal denial of the industrial group

In a statement issued a few hours after the announcement of the custody, the Bolloré group has formally denied any irregularity: "The link that tries to be made by some between obtaining these concessions and communication operations is devoid of any economic foundation and reveals a heavy misunderstanding of this industrial sector , " adds the group, which argues that Havas " brings its expertise in communication to political campaigns around the world and in conditions of transparency irreproachable " for twenty-five years Bolloré won these two big African markets through "expertise," he says. A group employing 80,000 people worldwide.

In twenty-five years, Vincent Bolloré obtained the concession of a dozen African ports. As well as the management of several container terminals in concession: Douala (Cameroon), Abidjan (Ivory Coast), Cotonou (Benin), Tema (Ghana), Tincan (Lagos, Nigeria), Pointe-Noire (Republic of Congo), Lome (Togo) and Conackry (Guinea).

Since 2004, the group has been managing and operating the first terminal of the port of Abidjan, the leader in West Africa and the coastline of the countries of the sub-region (Mali, Niger and Burkina Faso).

The group also holds the majority rail concessions in three countries in Africa: Sitarail (Ivory Coast, Burkina Faso), Camrail (Cameroon) and Benirail (Benin). With railways, thousands of trucks and millions of square meters of storage space, the management of strategic ports-political and economic-assures the Bolloré Africa Logistics group an undeniable grip on the African continent, under the brand name

The group is also involved in oil, mining and industrial logistics ...

An industrial empire in Africa built in 25 years!

But the Havas agency organizes electoral campaigns on the continent with formidable weapons: advertising (Euro RSCG) television (Direct 8), e polls (CSA) and the free press (Morning Plus, Direct evening), here it is make sure to make campaigns of opinions and images.

And the "Messieurs Afrique" are not lacking ...

But in the face of the Chinese company and its progress in Africa, let's not hide the face !!!

Joanne Courbet for DayNewsWorld

THE GESTURE OF THE AMERICAN MICHAEL BLOOMBERG TO SAVE THE PLANET

In June 2017, Donald Trump announced the withdrawal of the United States from the Paris agreement. Former New York Mayor Michael Bloomberg released the checkbook to offset the US share.

The billionaire announced Sunday on CBS, he would sign a check for $ 4.5 million, to cover part of the US share of the Paris agreement for 2018.

"We have a responsibility. "America has made a commitment and as Americans, if the government does not hold it, we have a responsibility," Bloomberg said. " I can do it, so I will send a check for the amount of money promised. "

In fact, this is not the first time that the former independent mayor has mobilized to finance the fight against global warming. In June 2017, he had already pledged $ 15 million to support the UN's efforts through his Bloomberg Philanthropies Foundation. Tenth world fortune, Michael Bloomberg had then explained that his foundation, Bloomberg Philanthropies, would provide the UN the equivalent of the contribution that had to pay the United States.

The Paris Agreement stipulated that the United States was the main contributor to the UN-managed Green Climate Fund. A few days after the announcement of the withdrawal of the United States, Michael Bloomberg had submitted to the United Nations a letter signed by more than 1,000 organizations, companies and local authorities in the United States, ready to reduce their greenhouse gas emissions.

The philanthropist does not despair that Donald Trump changes his mind "He should say: Look, there is really a problem, America is part of the problem, America is a big part of the solution and we should go. And help the world to stop a potential disaster. But for the tenant of the White House is the text itself that represents a disaster.

But Donald Trump judges the current agreement "awful" and "unfair" and requires for this a text "totally different".

Emmanuel Macron who goes this Monday in the United States will offer an oak to the American president. Does this tree sound like a message about the need to preserve the environment?


Alyson Braxton for DayNewsWorld

EXPLOSIVE SCANDALE FOR BERCY

 

The tax website gives Google data from millions of French people by having to watch an informative video hosted on YouTube!

Indeed Bercy allows the American giant to suck up a lot of personal information. Most popular information to track down a little more users and enrich their advertising profile. And let it happen with the blessing of a government site!

What a nice present for the giant Google !!!

The Directorate General of Public Finance (DGFIP) in deciding to use YouTube to host an information video on the withholding tax, which is mandatory to view to access the site and report its income allows YouTube (Google) to collect personal data about internet users.

Knowing that in a few days the video has been viewed more than 4.3 million times that data sucked because like all YouTube videos, it is broadcast by Google with advertising sneaks that aspire some data from the browser (including cookies) .

At a time as crucial as the tax return, good pick for Google!

Bercy who constantly thinks of charging taxes to Google and its affiliate YouTube should think!

Indeed the use of the platform for institutional has never been indicated as free !!

If YouTube claims  $ 10 (ten dollars) to Bercy for each view, Bercy will have a nice bill to pay to YouTube!

Invoice that would be completely legitimate !!!

Let's not forget that its videos are stored in servers based in the United States that have an operating cost (purchases of servers, power supplies, air conditioning, fire fighting networks, fiber optic lines, maintenance staff etc. ... )

The theft IT resources is it not punished by the laws French, American, and International ???

Let's bet that YouTube, Google, and the US are not going to stop there !!!

From knowledgeable source Donald Trump would already be on the record !!!

Garett Skyport for DayNewsWorld

VIOLENTS BEHAVIOR BETWEEN MANIFESTANTS

AND FORCES FROM THE ORDER TO THE THIRD DAY

EXPULSION FROM THE ZAD

 

A month and a half after the abandonment of the airport project, the expulsion of zadistes remained on the site began Monday and Tuesday before continuing on Wednesday.

Prime Minister Edouard Philippe Wednesday greeted the "very great professionalism" of the gendarmes and swept the idea of ​​a break, despite the demands of several members of the majority.

"Since Monday morning, the gendarmes act with control, with measure, with discernment, in the face of often violent oppositions, facing projectile jets, rockets, facing catapults sometimes set up" so that "force remains at the law, " Philippe told MPs.

On the third day of the evictions in the ZAD of Notre-Dame-des-Landes, the confrontation continues therefore between mobile gendarmes and zadistes entrenched behind barricades.

Wednesday, clashes began shortly before 07 am not far from the D281 road called "chicanes" . The gendarmes responded by firing tear gas and blast grenades at the various projectiles (stones, clumps of earth, bottles) launched by sixty zadistes protecting themselves behind makeshift barricades on the route of the "Black Fosses" .

The intervention could "last until the end of the week," according to Interior Minister Gerard Collomb, who mobilized some 2,500 gendarmes. According to the prefecture, 16 sites were evacuated on Monday and Tuesday. Of these, 15 were demolished. The region's prefect, Nicole Klein, announced Tuesday that the goal was to dismantle "30 to 40" sites.

It should be remembered, however, that these violent clashes have left 30 or so wounded on the last official count, and around 20, including two hospitalized Zadists, according to the medical team's assessment.

Andrew Preston for DayNewsWorld

LOOP OF RENAUD MUSELIER WHO DOES NOT WANT TO BE THE DRAWER CASH OF THE STATE

FOR THE REFORM OF LEARNING


With the reform of the Labor Code and unemployment insurance, apprenticeship reform was to be the third component of the Macron five-year social project.

The start of the reform of apprenticeship was given on November 10, 2017 by Muriel Pénicaud (Minister of Labor) after the President of the Republic, traveling to a vocational high school in Egletons, October 4, 2017, has announced his first intentions on the subject.

As soon as the file was put on the rails, 4 working groups were set up to treat and study the following subjects:

- Course of the apprentice
- Business Learning
- Financing learning
- Training and certification offers

The experts participating in these groups made their findings and reports on 29 January 2018.

At the same time, Sylvie Brunet, President of the Economic and Social Council, presented the EESC proposals to the government on the same day.

On the basis of their respective work, it was decided that the apprenticeship reform project, formally finalized by the government, would be presented to the Council of Ministers in April 2018. We are there!

Moreover, Muriel Penicaud anticipates, presented its preliminary project on April 6th.

MEDEF immediately praised the project, particularly with regard to the fact that the reform provides that companies and their branches would henceforth have a new responsibility in steering apprenticeship training systems.

A challenge and a responsibility which historically were assumed so far by the Regions which immediately reacted ..

As a result, the Regions of France, chaired by Hervé Morin very quickly broadcast a statement drawing red balls on the project.

Their arguments are quite clear: according to their estimates, half of the CFA (Adult Training Center) would be likely to close or restructure if the reform as presented was implemented under the conditions set by the government.

The Regions also point to the attitude of the government that did not respect some of the promises, made in the framework of the consultation, and the commitments made by the Prime Minister on February 9, 2018, such as the creation of a Regional Plan alternating training courses, with the aim of ensuring complementarity between CFA and Professional High Schools (high schools fall under the Regions' competence in application of the decentralization laws) or the control of the payment by the Regions of the Single Aid to employers of apprentices.

Hence the scathing and furious declaration of Bruno Muselier, President of the PACA Region, who immediately decided to stop the funding of the Training Centers of his Region ... .to avoid being the cash drawer of the State ....

According to Bruno Muselier, while the Paca Region he presides would have gone from 27,000 to 32,000 apprentices in two and a half years, and that the goal that she set for herself was to reach 50,000 apprentices per year in 2021, with an investment scope of 143 million euros (for 120 million euros of assigned revenue), according to its projections, the reform could lead to the closure of 33 CFA out of 59 currently existing. A very strong amputation therefore!

And the elected to continue, "that he stopped the current projects while waiting to know who will finance them and with what means" ?

On the subject of learning, the war has restarted between the Government and the Regions.

Yet the dialogue was resumed in mid-January 2018, after the Regions had previously slammed the door of the consultation on the reform.

In mid-January, Hervé Morin had indeed taken for granted, given the promises made to him, the principle that it would be the regions that would lead the new reform?

But that nay! This has not been the case and the Presidents of Regions have begun to worry about the real or underground objectives of the State concerning the Reformation, which they do not take into account the problems of regional planning (a competence held also by the Regions) and CFA allocations to rural areas.

We therefore understand better the rage of Bruno Muselier who like his colleagues will certainly resume the tug of war they had started in November 2017 with the executive, and Emmanuel Macron in particular.

In the midst of deep social unrest ?

Could the government's gamble and plans for reforming apprenticeship remain on the ground ?

(No pun, there are no paving stones in Paris and the major French cities).


Clara Mitchell for DayNewsWorld

SENTENCED OF THE FORMER PRESIDENT

SOUTH KOREAN 24 YEARS OF JAIL

 

The first woman elected president of South Korea was sentenced to 24 years in prison in the corruption scandal that led to her fall last year. The first woman elected President of South Korea, Park Guen-Hye, was dismissed and arrested in March 2017.

The former president was sentenced on Friday, April 6, by a Seoul court to 24 years in prison in the corruption scandal that led to her fall

Sentenced to twenty-four years in prison, the former president of South Korea was under the influence of a guru.

The affair begins in the summer of 2016. Thousands of students from the prestigious Ewha University in Seoul, the capital, take to the streets. The reason ? A girl, Chung Yoo-ra, would have benefited from a "piston" to enter the college. In this country where competition to enter the university is ruthless, and parents spend money on their children's schooling, this favor does not pass. Especially since this Chung Yoo-ra is not anyone. She is the daughter of Choi Soon-sil, a close friend of Park Geun-hye, who had a real grip on the president.

Park Geun-Hye was found guilty of corruption, abuse of power or coercion by the Seoul Central District Court, which also fined him 18 billion won (13 million euros). Judge Kim Se-yoon said she had forced South Korean companies to pay tens of billions of won to two foundations controlled by her shadow confidante and "friend of 40 years" , Choi Soon-sil . "The accused illegally used her presidential authority at the request of Ms. Choi to force companies to give money to the foundations," said the magistrate. "The companies were forced to give large sums of money and the accused let Ms. Choi control the foundations when she was not allowed to do so."

The friend who hijacked 17 million euros!

Judged in a separate trial, Ms. Choi was sentenced in February to 20 years of imprisonment. "Mrs. Choi" was in possession of confidential files. The verdict falls: "Madam Choi" is at the heart of state affairs while she has no official office, and she uses her privileged status to enrich herself. Investigators will discover later that it has bribed senior chaebol leaders, the big industrial conglomerates, to divert more than 17 million euros.

The eldest daughter of the military dictator Park Chung-Hee, who in 2013 had acceded to the supreme office by draping himself in the habit of the incorruptible "Daughter of the Nation" , was swept away in a scandal that once again illustrated the links between local political power and large conglomerates.

Called "Choigate", this scandal will enthrall the country for more than a year. Over the revelations, the Koreans will discover the troubled relationship that has maintained, for over forty years, "their" president with this woman guru ...

The epilogue of one of the greatest political scandals that the country, eleventh world economy, has ever known.


Alyson Braxton for DayNewsWorld

TRUMPIAN OVERHEATS AGAINST CHINA

Donald Trump embarked on a merciless struggle against the US trade deficit, which in his view is a sign of the weakness of his predecessors who have let the rest of the world benefit from the United States.

Then as usual he brandished the war threat against the Middle Kingdom: impose $ 100 billion of new customs taxes on Chinese imports in response to the retaliatory measures announced by Beijing!

In fact, when the Trump administration published a provisional list of products imported from China that could be subject to new customs duties on Tuesday, Beijing reacted strongly with a list of strategic US products such as soybeans, cars and cars. aeronautics for an amount equivalent to the first measures announced Tuesday by Washington: 50 billion dollars. And China also to file a complaint to the World Trade Organization (WTO) concerning "tariff measures for Chinese products" that the United States intends to put in place.

Verbal escalation did not wait for the American side.

"I asked the Ministry of Commerce to consider whether an additional $ 100 billion of tariffs would be adjusted under Article 301 (on intellectual property) and, in this case, to identify the products on which they could be taxed, "said the US president in a statement.

"Economies around the world - including the Chinese economy - would benefit from the application in China of policies that truly reward hard work and innovation rather than pursuing policies that distort the vital sector of the high economy. -technology, "added the USTR in its release.

Once again, the USTR is criticizing the Chinese practices that the Americans regard as plundering the intellectual property of American companies that want or do business in China.

But the US Trade Representative (USTR) Robert Lighthizer has taken care to qualify the President's warlike remarks by explaining that these retaliatory measures could only take effect after a public consultation process ... Would tariffs on steel and aluminum seem like ...



Andrew Preston for DayNewsWorld

COMMERCIAL WAR DECLARE

BETWEEN WASHINGTON AND BEIJING

WAshington released Tuesday a list of Chinese imports, worth $ 50 billion, which could be subject to new taxes. In response, China condemned " unilateralist and protectionist" behavior .

The United States issued Tuesday, April 3, a provisional list of no less than 1,300 imported products that may be subject to new customs duties.

This long list targeting products from different sectors - information and communication technologies or robotics and machinery - targets imports representing "approximately $ 50 billion", said the US Trade Representative (USTR) Robert Lighthizer in a statement. Why such a retaliatory measure? Washington intends to obtain from Beijing a change in Chinese intellectual property practices that it describes as "forced transfer of US technology and intellectual property . "

The Chinese trade ministry, brocading in a statement " a totally unfounded, typically unilateralist and protectionist behavior, which China opposes by strongly condemning it" promised in turn retaliatory measures. The Chinese Embassy in Washington has pledged a proportional response, while stressing its intention to settle the dispute through the World Trade Organization (WTO).

The list published by Washington will be subject to a period of public consultation of about two months, before the US Trade Representative's Office (USTR) plans to announce its final decision. The list was established via an algorithm to choose the products that will most affect the Chinese exporters, while limiting the damage to US consumers. A public hearing on customs duties is scheduled for May 15.

But what worries especially the United States is above all the program "Made in China 2025" ie for the USTR "the declared intention of China to take the economic leadership in advanced technologies" . Beijing aspires to replace its imports of advanced technologies with domestic products to acquire a dominant position in the industries of the future. What the United States sees with a bad eye.

"Made in China 2025" targets ten sectors declared strategic by Beijing: IT, robotics, aircraft, new energy vehicles, pharmaceuticals, electrical equipment, advanced materials, agricultural equipment, shipbuilding and railway equipment.

What worry the American giant!

Joanne Courbet for DayNewsWorld

A STRIKE OF THE MOST DESTROYING FOR USERS

 

When we think that this time it is all the categories of personnel - drivers, controllers, train assistants, traffic controllers, station employees - who go on strike, it is the entire rail network that is paralyzed.

Who to give the starting signal to the driver?

Who to route the train in the desired direction?

Not only is the operation of the network very disturbed, the chain of tasks of each agent is not assured in the continuity, but the rhythm of the schedule of the trains at the beginning will suffer.

Indeed by choosing a beaded strike- two days of strike followed by three days of " normal circulation " , then two days of strike, etc.and this eighteen times this spring will inevitably lead to a destabilization of the plannings well beyond 48 hours of work stoppages.

All the complex clockwork mechanism of the smooth running of the traffic will be deregulated.It will take a whole day to reconstitute a schedule roughly oiled !!! And two days of traffic roughly regulated, patatrac two days of strike and thus during all this spring What a headache for the passenger who will not be able to catch his correspondence for his final destination. In practice, two days of strike equivalent to three days of disruption to consider, time to restart the machine.

In addition, each driver must be authorized on specific locomotives, suburban trains or TGVs in limited numbers with the most precise experience of his journey. As a result, a driver assigned to the South East may be allowed to fly on Paris-Lyon-Marseille, but does not have the line on Paris-Clermont-Ferrand. As long as the train has to serve by Clermond, the train will be at the dock without an authorized driver!

A whole team participates in the proper functioning of the train, the accompanying staff to the driving staff.TGV, for the most TER and Intercités for example require to circulate an agent of accompaniment ...

Bis repetita Wednesday on the platform of the station with a second day of strike and a traffic that will be still very disturbed, the government predicting "difficult days" to users.

SNCF management plans a TGV on seven and an average of five regional trains, which is essentially the same as Tuesday. Prime Minister Edouard Philippe said he heard "both strikers" and "those who want to go to work".

But not sure that the "customers and users of the SNCF" that they have "difficult days before them" do not hear the same ear!

Britney Delsey for DayNewsWorld

CHANGES ON 1 APRIL IN FRANCE

Increase the minimum old age, the premium at birth, lower regulated gas prices, upgrading the premium to change the boiler oil ... Here are the main changes from Sunday, April 1.

Several social benefits are reevaluated.

As of April 1, family benefits for families with at least two children will benefit from a 1% increase, a slight increase over last year due to a resumption of inflation. Back to School Allowances (ARS) ) earn 1%, as do early childhood benefits (PAJE), and child disability benefits (AEEH).

Are also upgraded the active solidarity income (RSA) rising to 550.93 euros per month for a single person, the birth and adoption bonuses to 99 € or 11 additional euros for the year 2018 and the allocation of solidarity to the elderly (Aspa), the old minimum old age, who earns 30 euros per month, or 833 € monthly for a single person.

The energy check, which replaces the social gas and electricity tariffs, will be distributed in April for the 4 million beneficiary households, ranging from 48 to 227 euros for the most modest households. Its average amount is 150 euros.

After falling by an average of 3% last March, regulated natural gas prices will drop by 1.1% as of April 1st. This decrease will be 0.4% for gas users for cooking, 0.7% for those who have dual use cooking and hot water and 1.2% for homes that heat gas.

Oil boilers. Good news for energy-poor households who change their oil-fired boiler for a model using renewable energies. They will be able, under conditions of resources, to profit from a premium revalued this month of April: between 2 000 and 3 000 euros against 800 to 1300 euros previously.

Canet health

A new health book comes into force at the beginning of April to take into account scientific advances and especially the eleven new compulsory vaccines for children under 2 years old. Parents will have 3 months to update it.

Winter break

The winter break usually ends on March 31st. The evictions of the tenants not paying their rent can resume from April.

Unless Emmanuel Macron keeps his campaign promises ...

Boby Dean for DayNewsWorld

COMMERCIAL WAR OF THE UNITED STATES

AGAINST CHINA

T rump has been launching all-out trade war since coming to power. He simply puts his campaign promises into action. "Our Constitution historically did not talk about income taxes, but it mentioned tariffs, which were supposed to tax foreign production rather than US production , " he said.

But if the Trump administration has gone from words to action in 2018, it continues to be messy, without any precise allies or war goals, if not the reduction of trade deficits.

Sometimes it may seem like throwing provocative test balls for testing. This is the case with the trade war for aluminum and the steel launched with fanfare on March 1, whose imports were to be taxed "for a long time," according to Trump.

Supposed to be worth $ 9 billion, it was one of those " easy-to-win trade wars," said the president ... The decision of the United States, the world's largest importer of steel, has raised fears of a trade war. But Donald Trump first signed an armistice with Canada and Mexico, and eventually exempted until May 1 friendly countries like those of the European Union (EU), Brazil, South Korea.

Only two enemies remain, Russia and China!

Thursday scenario between China and America: hostilities are launched. Donald Trump has just signed a "memorandum targeting the economic aggression of China" . The US president has spoken of punitive measures against Chinese imports of up to $ 60 billion. But the Chinese reply was not long in coming "China is in no way afraid of a trade war," warned the Chinese Ministry of Commerce. "If a trade war were to be launched by the United States, China would fight to the end to defend its own legitimate interests by all necessary means , " also threatened Thursday evening the Chinese Embassy in Washington. Beijing unveiled tonight a list of 128 products, or tariff lines, on which it says it is ready to apply tariffs of 15% or 25%.

Today, China is responding by targeting fresh fruit, wine, ethanol, ginseng, seamless steel tubes (taxed at 15%) but also pork and recycled aluminum (minted at 25%). Admittedly, at about $ 3 billion, the amount involved is small and the list does not include soybeans, produced in the states that supported Donald Trump during the presidential campaign, and that Americans exported to China in the amount of $ 14 billion. dollars last year. But the US Trade Representative, Robert Lighthizer, insisted that the announced sanctions were only "the prelude to a series of negotiations".

So this finding leads, if not to temper, at least to contextualize the martial announcements of the White House against "the economic aggression of Beijing."


Joanne Courbet for DayNewsWorld

A THIRD OF BIRDS DISAPPEARED

CAMPAIGNS FOR 15 YEARS

Recent studies point to an alarming fact: bird populations living in agriculture have lost a third of their numbers in 17 years. The population of rural birds is declining "at breakneck speed" and in the last two years the rate of disappearances has accelerated.

All species are concerned. Most affected are the skylark, the grisette, and the ortolan sparrow, which have lost an average of one in three in fifteen years.

This is all the more reliable since it comes from two separate surveillance networks established according to different protocols. The STOC program (Time tracking of common birds), carried by the National Museum of Natural History, brings together the observations of professional and amateur ornithologists while that of the CNRS has worked on a "workshop area" studied since 1994.

Both studies point to the effects of intensive agriculture and the massive use of pesticides on biodiversity

The intensification of agricultural practices has given rise to "the end of the use of fallow periods (...), the resumption of the superamendarement with nitrate allowing to have wheat overprotein and the generalization of the neonicotinoids", according to the release . "The areas dedicated to monoculture have steadily increased in France, leading to the destruction of environments favorable to birds and insects. And in 2009, the Common Agricultural Policy has halted fallows, which is also harmful to biodiversity, says Benoît Fontaine.

Another harmful factor: pesticides despite the Ecophyto plan, which aims to halve their use in France by 2020. "

If, in the 1960s, DDT is the talk, today are the neonicotinoids, insecticides that contaminate the entire ecosystem, but also glyphosate (Roundup), the herbicide the more used in the world, which worry. Both contribute to the disappearance of plants and insects that are the food resources of birds, especially in the spring.

Still, the situation is not unique to France. In the autumn of 2017, German and British researchers led by Caspar Hallmann (Radboud University, the Netherlands), for the first time, put a figure on the decline massive invertebrates since the early 1990s: according to their work, published in October in the journal PloS One, the number of flying insects has declined from 75% to 80% in Germany. Europe as a whole is said to have lost 80% of flying insects and 421 million birds in 30 years.

In their communiqué, the CNRS and the MNHN therefore call for "working with all the players in the agricultural world to accelerate changes in practices and first with farmers who now have the keys to change the trend".

"The silent spring announced by Rachel Carson could become a reality if we do not react very quickly, concludes Vincent Bretagnolle. The situation is worrying, especially since today it is not only a question of banning a pesticide, but of changing the paradigm. "


Jaimie Potts for DayNewsWorld

LIQUIDATION OF 735 STORES

AMERICANS TOYS 'R' US

Two days after the recovery of La Grande Récré, it is a new thunderbolt that resounded on Thursday in the toy market with the announced liquidation of 735 US stores Toys'R'Us. Famous for its toy supermarkets opened in the 1980s and 1990s on the outskirts of cities, Toys'R'Us, born after the war in Washington, declared bankruptcy in September 2017.

The French subsidiary of Toys'R'Us is negotiating with "several interested parties". "We are currently studying the measures to be put in place in order to preserve the continuity of the business (of the 53 French stores, ed) as well as the interests of all our (1,300) employees," he said. said the general manager Jean Charretteur.

"The company's international operations in Australia, France, Poland, Portugal and Spain are exploring their possibilities, including a potential sales process in their respective markets , " the company says. a communiqué received at midday.

"Toys'R'Us has also announced a process of reorganizing and selling its operations in Canada", as well as in Asia and Central Europe, including Germany, Austria and Switzerland, " the statement said.

Industrialists can only deplore the disappearance of their biggest distributors who allow customers to discover new products.

Mattel's share price dropped 2% on the stock market after the US Toys R Us closed.

The bankruptcy of the parent company in the United States is to be put on the back of a debt too large that has suffocated a company otherwise forced to adapt and invest to modernize in the face of e-commerce.

The decision to liquidate its 735 US stores threatens some thirty thousand jobs, half of the global workforce of the group. This is not a surprise for toy specialists, where fierce competition exists between specialty stores, superstores and e-commerce. In fact, the market share of e-commerce in toys increases a little more each year until reaching 26% at the end of September in France, comparable to that of the United States%. Specialty retailers are also competing with the second-hand market through sites like LeBonCoin or eBay.

This bad news affects not only the staff, but also the small toy industry and consumers. Few choices in department stores and on the contrary on the internet a number of referenced products such that the customer is forced to focus on major brands.

King Jouet's boss, Philippe Gueydon, said it was time for suppliers and retailers to "work hand-in-hand" to "rethink how the industry operates" with "different rules of the game". ". It's about their survival.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

GROWTH REVISED AT 2% IN 2017

ACCORDING TO THE BANQUE DE FRANCE


All indicators of activity seem to have to stay in the green. "Domestic demand will slow only slightly from 2018 to 2020". And this, thanks to the sustained growth in household consumption, linked both to "the increase in business income and measures to reduce tax deductions , " according to experts at the Banque de France.

Moreover, "French growth will no longer be hampered by foreign trade," the black spot of the French economy , "thanks to a strong expected rebound in exports in 2018" which would indeed increase by 6% this year, but then slow down by 2019-2020 "due to a less favorable external environment".

The government is officially counting on growth of 1.7% per year over the 2018-2020 period.

" Everything happens as if growth had stumbled on this border of 2% before decelerating" , commented on BFM Business the governor of the Bank of France, François Villeroy de Galhau, judging that this referred to the "need for reforms" .

"Our luck now, it goes through our patience and perseverance," he said, calling to maintain the effort "in the long run"

The government of the BdF, however, calls for caution

While a debate on the "fiscal jackpot" is currently underway, the governor recalled that France had one of the highest debt and public deficit in Europe. "If we start distributing money we did not win, it ends badly," he said.

Unemployment rate below 8%

On the employment front, "the unemployment rate would fall continuously to 7.9% in the last quarter of 2020, its lowest level since the end of 2008," according to the Banque de France (BDF) .

Job creation, after a sustained 2017, "would remain dynamic (...) while maintaining a pace of the order of +180,000 to +200,000 per year." The BDF does not exclude a correction of the sharp drop in the unemployment rate recorded in the last quarter of 2017, but sees a much sharper fall in the one of 2018-2020 than in its previous forecasts.

The return of inflation

Inflation would recover sharply in 2018, according to the Banque de France. As for inflation under HICP standards, the Banque de France sees it accelerating to 1.6% this year, 0.2 percentage points higher than previously forecast due to energy and tobacco prices.

Emily Jackson for DayNewsWorld

MACRON PART IN THE CONQUEST

OF THE INDIAN MARKET

Macron began a three-day state visit on Friday night in Delhi to try to strengthen France's position in India.

It must be acknowledged that until today trade relations between France and India have remained limited.

"We can do much more in terms of good investments, trade and the opening of our markets" , according to the President of the French Republic in an interview granted Thursday, March 8, to the weekly India Today.

The stated ambition of the President is to "make India the first strategic partner of France in the [Asian] region and make France the first strategic partner of India in Europe," he added Saturday in place of the United Kingdom, he says saying ... in English.

So far India is only the 18th customer of France and its 20th largest supplier on an international scale. France-India trade valued at € 10 billion in 2017 is mainly due to France's increased exports due to the sale of Airbus aircraft and especially to the signing of defense contracts. India, the world's largest importer of arms, has indeed bought from France six Scorpene submarines in 2005 (the first of which was delivered in December 2017) and 36 Rafale fighter planes in 2016. For the time being it is therefore mainly sales of military equipment that boost trade with India. A trend that should continue, in the perspective of securing the Indo-Pacific zone where the two giants of Asia look at dog faience.

France and India should also sign an agreement to allow Indian Navy ships access to French bases in the Indian Ocean to manage logistics issues.

But France is aiming for a "diversification" of its exports in a country of 1.3 billion inhabitants with a growth that is at the top of the G20. Hence the desire, alongside armaments, to expand the commercial component in civil as in solar, infrastructure, infrastructure, civil nuclear or aerospace.

And for his first visit to India, President Emmanuel Macron will not leave empty-handed, quite the opposite. Several billion euros of contracts will be concluded during this trip of three days, announced the Elysee which claims the signing of not less than 20 contracts with a total value of 13 billion euros. The most symbolic and important will be signed this Saturday by the French aviation group Safran. The latter should indeed conclude a contract of 12 billion euros Saturday afternoon with the Indian airline SpiceJet for the sale and maintenance of aircraft engines. In addition, France is hoping for a definitive agreement for the sale of six EPR reactors for western India by the end of the year. EDF and the Nuclear Power Corporation of India (NPCIL) have already signed this Saturday in New Delhi an agreement on the industrial scheme of the Jaitapur power plant project (Southwest). "We hope for a final agreement before the end of the year," said the Elysee. The transport sector is also in contention with the SNCF which, having lost the construction of the line between Ahmedabad and Bombay, hopes to obtain the one connecting Delhi to Chandigarh.

Suez is entrusted with the distribution of drinking water and the modernization of the network of a small town in southern India while Alstom has won contracts worth € 75 million for several railway projects. Several French companies, including Paprec and 3Wayste, will also sign waste recycling contracts. The French company Ciel & Terre is preparing to sign a contract for the supply and installation of a floating solar power plant in Tamil Nadu, in the south of the country. In addition, the French Development Agency is to announce Saturday the release of a credit line of 100 million euros to support the Indian smart cities program.

"From the ground to the sky, there are no areas in which we do not work together," Indian Prime Minister Narendra Modi said Saturday in a joint address in New Delhi with Emmanuel Macron.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

UNEMPLOYMENT INSURANCE THE GOVERNMENT CHOOSES CONCILIATION WITHOUT

GOING TO THE END

The executive seems to have chosen the path of conciliation. Pushed in this by social partners who conditioned the signing of the agreement to its resumption in extenso by the Ministry of Labor.

"We are in tune with the text of the agreement," said Friday, Murielle Pénicaud, the Minister of Labor in an interview with the Parisian. However, she warns:

"We discuss, but to move forward. For more than ten years, the country has remained in a state of immobility while the world has changed a lot.

E Mr. Macron was elected because the French are waiting for change. (...) We are all at the service of the general interest. State, Parliament, employers and unions. And each actor must be in his role. "

In fact, the Ministry of Labor has thus decided to keep a good part of the provisions provided by the social partners, as regards the compensation of resigning, self-employed and finally the reduction of short contracts.

For the resigning ones first of all: these last ones will have to present a project to their adviser in professional evolution to be entitled to the unemployment insurance. After validation - the conditions, the criteria are still to be specified - they will receive their compensation for six months, after which there will be a check.

If it is judged that the efforts made for their project are sufficient, they will be able to continue to receive money under the same conditions of time and rates as the rest of the jobseekers.

"For the first time, we will create a right for those who want to lead a new professional project: start a business or change jobs. It is a good social choice to accompany those who have a project, " said the minister in her interview in Paris.

For the independents then. They will not have a cent to contribute and should be awarded 800 euros for only six months. The measure will concern artisans, micro-entrepreneurs, traders, but also farmers. "This measure is aimed particularly at farmers whose farm failures continued to increase in 2017, artisans, micro-entrepreneurs, independent traders , " says the minister. It is not unemployment insurance that will be used, but the CSG.

Finally, the limitation of short contracts will, as the employers and unions wish, be left to the responsibility of the branches, which will have to negotiate an agreement before the end of the year. If they fail, they will be imposed a bonus system

But we are far from a generalization of unemployment insurance to self-employed and resigned candidates that the candidate Macron had promised.

It was one of Macron's campaign promises. After the orders work reinforcing the flexibility, he planned a security component in order to rebalance the balance. For this, he committed to extending unemployment insurance "to employees who resign and the self-employed".

The reform that is emerging seems far below this objective.

But as it is conceived, the scheme should barely concern more than 29,000 independents and 35,000 resigners.

An extension of unemployment insurance to the three million independents would have been very expensive. The conditions for obtaining the allowance are therefore very restrictive.


Andrew Preston for DayNewsWorld

REFORM OF THE SNCF INDISPENSABLE FACING A DESASTREUX BALANCE SHEET AND THE OPENING OF THE COMPETITION

The Prime Minister unveiled this Monday, in twenty minutes, during his press conference the main lines of the reform of the SNCF after having noted in preamble " the alarming situation, not to say untenable" of the state of the SNCF. "The French, whether they take the train or not, are paying more and more for a public service that works less and less well. He said.

Here are the broad outlines for some of the Spinetta report.

Scheduled end of railway status

While a rail opening to competition is being prepared, the status of railway, which has existed since 1920 and provides certain advantages, will no longer be granted to new entrants who will be hired through a "classic" work contract. "To new generations, to apprentices, to all those who want to join the SNCF, we say that they will benefit from the working conditions of all French people, those of the Labor Code. In the future, on a date that will be submitted to the consultation, there will be no recruitment status, " he said. On the other hand, those already working at SNCF will retain their status. On this point, the beginning of the consultations is planned at the beginning of April.

No deletions of the small lines

The Spinetta report called for the closure of many less frequented lines, but allowing to serve sometimes landlocked territories. Contrary to the recommendations of this report and answering the concerns of certain communities and users Édouard Philippe affirmed that he refused to engage "a reform small lines " .

"We do not decide to close 9000 km of lines from Paris on administrative and accounting criteria. In many areas, rail is at the heart of the accounting regions strategy. In many territories, rail is at the heart of the regions' strategy for developing mobility, " said Matignon's tenant.

No "privatization of the SNCF"

On the status of the company, Edouard Philippe does not retain the idea of ​​Spinetta report to transform the SNCF into a public limited company. On the other hand, Matignon intends to transform the status of the company, "into a national company with public capital." "SNCF is a public group that carries public service missions. It is in the heritage of the French and it will stay, " assured the Prime Minister

State support for debt

SNCF Réseau's debt now stands at almost 50 billion euros. A chasm that could threaten, in the long term, the existence of the company. In return for the implementation of the new railway pact, the state will "take its share of responsibility" on the debt, said the Prime Minister, "before the end of the five-year period" without giving more details on the amount.

The return of prescriptions

To complete the rail reform, the government intends to use the ordinances, which allow to avoid long debates in Parliament as suggested by Christophe Castaner with the aim of making vote the "key principles" of the reform "before the summer. " The consultation or the parliamentary debate will take place, according to the tenant of Matignon who wishes to reserve the passage by "ordinances only technical aspects".

Some trade union organizations have already threatened to file a notice of strike renewable.Sept unions of civil servants called on strike on March 22, the day when the CGT-railway will also mobilize against the SNCF reform plans. They

The CGT, UNSA, Sud-Rail and CFDT federations warned that they would "react strongly and decisively if they intended to use the order in whole or in part as part of the new railway reform". Such a choice would be regarded as a passage in force, and therefore as a "declaration of war".

To the Prime Minister to conclude that "the time has come to dare the reform that the French know necessary".

Britney Delsey for DayNewsWorld

CORRUPTION SEVENTS IN ALL COUNTRIES

 

The NGO Transparency International publishes its annual report on corruption in the world for the twenty-fifth consecutive year, country by country.

Admittedly, the criteria of the NGO are extremely demanding since to assess countries, a perception index of corruption in public administration is calculated based on a scale ranging from 0 (very corrupt) to 100 (very virtuous).

But the finding is alarming: no country escapes corruption and overall the perception of corruption tends to worsen.

Figures: 124 countries score below 50, so two-thirds of the 180 countries do not have the average. The world average is only 43, while it is 66 for the European Union and Western Europe.

According to the NGO press release, Côte d'Ivoire, Senegal and the United Kingdom are the countries that have made the most progress in the fight against corruption in recent years.

The first of the class remains Denmark and New Zealand with 9 out of 10.

In Europe (the European Union and its neighborhood) four countries stand out again this year: Denmark, Finland, Switzerland and Norway are at the top of the European and international rankings of the countries fighting most effectively against corruption.

Among the EU countries, the United Kingdom takes the 4th position on a European scale, Germany 5th (12th internationally). France occupies only the 9th place in the countries of the European Union (23rd at the international level). In a statement published with the 2017 index, the NGO calls on the " French [French] government to continue the efforts undertaken and to put the expected measures, without waiting for a new scandal " noting that France is content to take action when a new scandal erupts. This method does not help to give " a satisfactory answer to the negative perceptions and the crisis of confidence that our democracy is going through" . Italy is relegated to 18th place (54th in the world ranking).

While most European Union countries are in the top 50 least corrupt countries in the world, the situation is still very worrying in Greece, Romania, Hungary and Bulgaria (the country is 23rd and the last in the world). EU table and 71st place in the international ranking!). The situation is much worse for several countries, immediate neighbors of the European Union: this is the case of Serbia (77th place), Albania and Bosnia (these two countries rank at the 91st rank in the world).

The United States, for its part, is ranked in 16th position.

Emerging countries suffer more from corruption. So are the five countries that form the BRICS (Brazil, Russia, India, China and South Africa) where growth and prosperity create more inequalities. Brazil's score went from 4.3 to 4. Russia has been at 2.9 out of 10 for four years, a very poor score.

Another finding is that there is a strong correlation between perceived level of corruption and the degree of freedom of journalists. "The countries that least protect the press or non-governmental organizations also tend to have the worst rates of corruption," the Berlin-based organization also worries.

The NGO Transparency International points to the lack of efforts to fight this scourge that spares no country. The ranking is led by New Zealand with a score of 89 and in the last place is Somalia.

Britney Delsey for DayNewsWorld
There are no translations available.

LES PROPOSITIONS CHOCS

DU RAPPORT SPINETTA SUR LA SNCF

Dans le cadre de l'ouverture du transport ferroviaire à la concurrence le gouvernement a demandé un rapport. L'ouverture à la concurrence fait suite à des directives européennes que la France est tenue de transposer dans sa loi au plus tard à la fin de 2018. Les concurrents de la SNCF devraient ensuite faire rouler leurs trains dans l’Hexagone à partir de 2021.

Le rapporteur Jean-Cyril Spinetta, l'ancien patron d'Air France, estime que « la situation du transport ferroviaire est préoccupante » et que ses « performances ne sont pas satisfaisantes ». C'est pourquoi le rapport, qui comporte 43 propositions, présenté jeudi 15 février au Premier ministre, par Jean-Cyril Spinetta, préconise une réforme en profondeur du système .

Voici quelques propositions chocs :

1°Une transformation de l'entreprise publique en société anonyme . Actuellement composé de trois établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic) : SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités, les deux Epic que sont SNCF Mobilités (qui exploite les trains) et SNCF Réseau (qui gère les rails),deviendraient des sociétés anonymes à capitaux publics ,statut qui n'assurerait plus une garantie illimitée de l'Etat. Un garde-fou contre la « tentation » de l’endettement permanent,selon le rapport, les prémices d'une privatisation selon les syndicats.

La fin du statut de cheminot pour les nouvelles embauches en prônant de le remplacer par un «régime conventionnel» sur le modèle de ce qui a déjà été fait pour La Poste et Orange. Il s'agit de remettre en question ce statut très particulier «afin de placer l'opérateur historique dans une situation concurrentielle équitable vis-à-vis des nouveaux entrants, et d'adapter la protection des salariés aux risques et aux opportunités du nouveau contexte concurrentiel». Le recours pendant deux ans à des départs volontaires permettrait également de supprimer les "excédents d'effectifs" estimés à 5000 personnes.

3°La réduction du réseau TGV : il s'agirait de ne plus construire de nouvelles lignes TGV puisque selon le rapport « le réseau à grande vitesse peut être considéré comme abouti ». Par contre serait souhaitable la régénération des lignes les plus anciennes comme Paris-Lyon, Paris-Tours et Paris-Lille.

4° Des fermetures de "petites lignes", peu rentables mobilisant actuellement 16% des moyens consacrés au ferroviaire pour moins de 10% des trains et transportant seulement 2% des voyageurs. Ainsi l'on peut interroger la pertinence d'une ligne Rennes-Nantes via Châteaubriand, doublon de la Rennes-Nantes via Redon, mais bien moins fréquentée. Ou encore celles partant de Guingamp avec pour terminus Carhaix et Paimpol, distantes de 50 et 30 km. « L'économie liée à la fermeture des petites lignes pour le système s'élèverait a minima à 1,2 milliard d'euros annuels (500 millions d'euros sur l'infrastructure et 700 millions sur l'exploitation des 500 millions d'euros sur l'infrastructure et 700 millions sur l'exploitation des trains. »

5° La nécessité en contrepartie de modernisation du réseau urbain et périurbain entrepris depuis 2013, qui « doit être et rester la priorité pour les vingt ans à venir ».

Syndicats et cheminots sont déjà sur le pied de guerre dénonçant « politique antiferroviaire » et ont lancé un appel à la grève pour le 22 mars.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

VERTIGINEUSE PERTE D'EMPLOIS DANS

L' INDUSTRIE FRANCAISE OU

"DESTRUCTION CREATRICE" SHUMPETERIENNE

C'est un véritable paysage de la désindustrialisation française que vient de dessiner l'Insee.

'' L'industrie a perdu un demi-million d'emplois en 10 ans" - Selon l'Insee, 27.300 entreprises industrielles ont disparu entre 2006 et 2015. Alors que 2017 marque un rebond, Emmanuel Macron défend la «destruction créatrice» selon la théorie de l'économiste Schumpeter. La « destruction créatrice » désigne le processus continuellement à l'œuvre dans les économies et qui voit se produire de façon simultanée la disparition de secteurs d'activité économique conjointement à la création de nouvelles activités économiques.

L'industrie française est en déclin comme le montrent les chiffres publiés par l'Insee mercredi 14 février. Entre 2006 et 2015, l'industrie manufacturière a perdu Ce ne sont pas moins de 27.300 établissements (- 18 %) et 530.000 salariés (- 16 %) qui ont été perdus. «La crise de 2008-2009 a durement touché ce secteur, déjà en repli auparavant ; cette tendance s'est poursuivie ensuite», relève l'Insee si bien que fin 2015, ne restait plus que 123.300 entreprises et 2,7 millions de salariés dans l'industrie manufacturière.

«Plusieurs causes structurelles sont généralement évoquées, notamment les gains de productivité, l'externalisation vers les services, une concurrence étrangère accrue, parfois accompagnée de délocalisations, ou encore la déformation de la demande au profit des services», indique l'Institut de la statistique.Entre 2008 et fin 2015, la production industrielle a reculé de 15 %.

Presque tous les secteurs d'activité ont été frappés, surtout le textile (- 37 %) avec la concurrence asiatique , le bois-papier-imprimerie(-26%), la sidérurgie ainsi que l'automobile , notamment dans ses établissements de plus de 250 salariés.

Seuls l'agroalimentaire ont résisté au repli général alors que certaines activités très spécifiques,connaissent un essor, notamment la construction aéronautique et spatiale (+28%).

Par zones géographiques, le recul a été général sur le territoire national mais l'étude montre que l'industrie est en repli « plus particulièrement dans le bassin parisien, le nord, l'est et le centre de la France».

La situation française est-elle préoccupante? Emmanuel Macron, devant la presse présidentielle mardi soir,s'est voulu rassurant «Le fait qu'il ait des destructions d'emplois ne doit pas conduire à une préoccupation politique. Dans la vie économique, il y a des emplois qui meurent et d'autres qui naissent. Si on se met à vouloir bloquer cette transformation, on enraye tout dans la vie économique.»

«Il peut y avoir du volontarisme politique - je crois dans la défense des intérêts stratégiques -, mais quand il y a des changements technologiques, il est normal que des emplois disparaissent.» a-t-il souligné.

Reprenant la théorie du célèbre économiste Schumpeter décédé en 1950, Emmanuel Macron défend la «destruction créatrice» à l'œuvre. La destruction de certains emplois » pourrait recréer de l'emploi industriel » adapté aux nouveaux défis de la « troisième révolution industrielle »..La « destruction créatrice » désigne selon Schumpeter le processus continuellement à l'œuvre dans les économies et qui voit se produire de façon simultanée la disparition de secteurs d'activité économique conjointement à la création de nouvelles activités économiques.

Sur l'année 2016, 136 sites auraient été ouverts et autant arrêtés... En 2017, la production manufacturière a connu une embellie de 4,9 % tandis que l'industrie commence à cesser la destruction d'emplois. Pour la première fois depuis 2009, les ouvertures de sites industriels ont donc été nettement plus nombreuses que les fermetures en France sur les huit premiers mois de 2017, même si le nombre d'emplois moyen des nouveaux établissements est en baisse, selon une étude publiée en septembre dernier.

Un vent d'optimisme ?

Il s'avère indispensable que l'investissement et l'innovation permettent non seulement le renouvellement de l'outil productif vieillissant des entreprises industrielles françaises, mais aussi assure la transition vers des produits dans lesquels le numérique va devenir omniprésent.

Ambition qui ne pourra exister qu'avec une stabilité de la fiscalité française.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

SCANDALE LACTALIS SUITE

PLAINTES CONTRE LE LAIT CONTAMINE

Les plaintes pour négligence voire pour escroquerie abondent. Au total, l'Institut Pasteur dénombre plus de 200 bébés contaminés à la Salmonella Agona depuis 2005, dont trente-sept nourrissons en France, ainsi que deux en Espagne et un autre probable en Grèce au cours de l'année 2017.

Une première épidémie en 2005 liée à l' usine Craon en Mayenne avait déjà touché 146 nourrissons ce qui avait occasionné une première plainte pour escroquerie...

La direction générale de l'alimentation a accusé mardi Lactalis de ne pas avoir signalé un cas de contamination à la salmonelle en 2011.

L'association Foodwatch dépose plainte ce mercredi pour douze infractions mettant en cause le fabricant de laits infantiles, la grande distribution, un laboratoire et les autorités.

Sept familles se sont associées à cette plainte déposée contre X qui s'ajoute à une douzaine de plaintes déjà enregistrées au pôle santé publique du parquet de Paris, chargées de les centraliser dans le cadre d'une enquête pour «blessures involontaires» et «mise en danger de la vie d'autrui» ouverte le 22 décembre.

D'autres familles s'apprêtent à porter plainte..Ces infractions  vont de la mise sur le marché d'un produit préjudiciable à la santé à l'inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit à la tromperie aggravée et la mise en danger d'autrui en passant par l'exportation vers un pays tiers à l'Union européenne d'une denrée alimentaire préjudiciable à la santé.

Pour Foodwatch , association de consommateurs spécialisée dans les questions d'alimentation, il tombe sous le sens que la transparence de l'entreprise de production laitière a été mise a mal. En effet, auditionné par les commissions des affaires économiques et sociales du Sénat, son directeur a déclaré que l'entreprise productrice de lait n'avait pas transmis les résultats d'autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon lors des inspections des dernières années par les services sanitaires.. « Ce que l'on constate, c'est qu'il y a un décalage entre les éléments donnés au niveau de l'inspection et ce qu'on a pu récupérer comme autocontrôles à la suite de la crise », a déclaré Patrick Dehaumont, auditionné par les commissions des Affaires économiques et sociales du Sénat. Tombe également sous le sens que «  Producteurs, distributeurs, laboratoire et bien sûr autorités publiques ne pouvaient les ignorer. Et pourtant, ils ont fait preuve de négligence», dénonce Karine Jacquemart, a directrice de l'association.

L'ensemble de ces interlocuteurs désignés ne pouvaient donc ignorer le risque comme on l'a démontré dans un article précédent.

Pour Foodwatch il s'avère évident que «ces différents intervenants ont méconnu leurs obligations en matière de prévention des risques sanitaires» mais aussi «dans la gestion particulièrement défaillante» de la crise provoquée par la découverte de salmonelle dans des laits infantiles produits par Lactalis.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

COMBIEN DE SDF SONT CONDAMNES

A PASSER LEUR VIE DEHORS

Alors qu'une femme de 52 ans est morte la nuit dernière, rue Lafayette dans le 9e arrondissement de Paris, la polémique sur les sans-abris bat son plein après les propos scandaleux de deux LREM l'un députéde Paris Sylvain Maillard, l'autre Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires

Il faut savoir que seule une enquête de l'Insee, datant de 2012, établit à 143.000 le nombre de personnes sans de domicile en France, dont 28.800 adultes francophones dans l'agglomération parisienne . Réactualisé en 2018, on compterait plus de 158000 SDF en France selon les autorités. Un chiffre très certainement minoré.

Selon les associations, le gouvernement cherche à minimiser le nombre des sans-abris pour mieux coller à la promesse d'Emmanuel Macron faite en juillet selon laquelle il n'y aurait plus "personne dans les rues, dans les bois, d'ici la fin de l'année".

Mais cette promesse, comme tant d'autres, n'a pas été tenue !

De plus une polémique a pointé du doigt la déconnexion des hommes politique de la réalité. Pourtant des LREM censés venir de la société civile et censés être plus proche du terrain.

Commentant sur France Inter le rapport de la fondation Abbé Pierre sur le mal-logement, Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, avait défendu l'"effort sans précédent" du gouvernement en matière d'hébergement d'urgence, avec l'ouverture de plus de 13.000 places depuis le début de la trêve hivernale. Il avait cependant soulevé un tollé en affirmant que seuls "une cinquantaine d'hommes isolés en Île-de-France" avaient dormi dans la rue la nuit précédente !! A-t-il déambulé ne serait-ce que dans les grandes avenues menant aux hôpitaux Cochin, Port-Royal pour se dessiller les yeux. Un alignement de tentes dressées sur le long de ces boulevards ? Impressionnant mais déroutant dans ce beau quartier  de la Capitale !

La polémique a ensuite continué à enfler lorsque le député LREM de Paris Sylvain Maillard avait enfoncé le clou quelques jours tard assurant que ce chiffre était "exact", ajoutant que "même dans les cas de grand froid, certains SDF ne souhaitent pas être mis à l'abri".

Des mensonges éhontés face à l'impuissance de l'Etat à héberger les sans-abris.

"Aucun Parisien ne peut donner foi à de telles déclarations", a répliqué dimanche dans le JDD Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, évoquant des "propos insupportables".

"Si on commence à dire que le problème, c'est que les personnes ne veulent pas aller dans le centres d'hébergement, ça veut dire qu'on ne souhaite plus regarder l'insuffisance de la force publique", estime Christophe Robert.

Alors même que l'exécutif se défend de minorer le nombre de personnes à la rue dans Paris, plus de 2.000 bénévoles et associatifs vont quadriller les rues de la capitale jeudi lors d'une "Nuit de la solidarité" avec un objectif bien précis: savoir combien de personnes dorment dans la rue, une fois que toutes les places d'hébergement ont été attribuées par le 115 (numéro d'urgence du Samu social de Paris). Le 115 recevrait 6.000 appels par jour et ne peut en prendre que 1.500 !!! Pour le Samu social entre 2.500 et 3.000 personnes dormirait dans la rue ou dans des lieux non prévus pour l'habitation, chaque nuit, à Paris.

C'est une méthode qui a déjà fait ses preuves à New-York, à Bruxelles et à Athènes mais qui n'a jamais été expérimentée en France !! Peut-être ce moyen permettra-t-il peut-être de sortir de l’hypocrisie dans laquelle se drape le gouvernement pour avoir bonne conscience..

"On a des déclarations ministérielles complètement déconnectées des réalités de terrain", selon Florent Gueguen, qui déplore "une instrumentalisation politique de la situation des sans-abris".

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES ENJEUX ET LA REFORME DE L'APPRENTISSAGE

 

«L'ambition c'est (...) de transformer le dispositif actuel d'organisation et de fonctionnement de l'apprentissage pour en faire un élément clé, la meilleure des solutions peut-être pour lutter contre le chômage des plus jeunes», a résumé le premier ministre Edouard Philippe ce vendredi

 

Le gouvernement a levé vendredi 9 février le voile sur les principales mesures de la réforme de l'apprentissage qui a mauvaise presse en France alors qu'en Allemagne, en Suisse ou dans les pays nordiques l'apprentissage est valorisé. Comment donc redorer le blason de la filière et attirer la jeunesse ?

Alors que le chômage des jeunes reste très élevé, des métiers n'arrivent pas à recruter. Il s'avère donc nécessaire de recruter. Face à ce double défi le gouvernement s'est engagé sur trois voies.

Tout d’abord ce qui change pour les jeunes :

Jusqu’ici l’âge limite pour entrer en apprentissage était fixé à 26 ans, il se voit repoussé à 30 ans. Par ailleurs, «tout contrat en alternance sera financé», assure le ministère.Un jeune qui trouve une entreprise l' acceptant en apprentissage aura un droit garanti au financement de son contrat. En ce qui concerne le salaire, il augmentera de 30 euros net par mois pour les 16-20 ans et ceux de 18 ans se verront attribuer une aide de 500 euros pour passer le permis de conduire .Un système de certification des CFA sera également instauré afin de valider la qualité des formations dispensées.

Ceux qui ne «disposent pas des connaissances et des compétences requises», bénéficieront d’une prépa apprentissage pour acquérir les «prérequis nécessaires, s’agissant notamment des savoirs de base et du savoir-être». De plus en cas de rupture de contrat de travail en cours d'année, l’apprenti pourra prolonger de six mois sa en centre de formation des apprentis (CFA). Erasmus apprentissage offrira le double de places soit15 000 par an et pour des échanges pouvant durer plusieurs mois.

Les changements pour les entreprises:

Le différentes aides à l’embauche connaîtront une unification en une seule et cette aide aura pour cible les TPE-PME et les niveaux bac et pré-bac . Cette aide qui s'élèvera à un peu plus de 6 000 euros pour deux ans, permettra pour les boîtes de moins de 250 salariés, que «le reste à charge mensuel d’un jeune soit de 65 euros par mois la première année et de 424 euros la seconde».

En plus l'embauche des apprentis sera réalisable tous les mois de l 'année  et non plus calqué sur le calendrier scolaire. Enfin sur le plan du droit certains secteurs tel le BTP pourront employer les mineurs quarante heures, avec paiement d’heures supplémentaires entre trente-cinq et quarante heures.

Les changements pour le financement et la gestion du système:

Une seule cotisation «alternance» à la charge des entreprises est instaurée : le taux reste à être fixé par les partenaires sociaux

Le financement des CFA se fera en fonction du nombre de contrats ce qui les incitera à accroître leurs capacités d'accueil . Aux branches professionnelles dorénavant de récupérer l’essentiel du financement , de déterminer le coût de chaque contrat. Dans le but de renforcer les liens avec les entreprises, les partenaires sociaux des branches professionnelles seront coauteurs des diplômes professionnels avec l'État.

Ce projet de réforme a engendré les foudres des régions:

.Les régions ont immédiatement réagi aux annonces du gouvernement. «Cette réforme n'est pas celle que proposaient les régions et ne répond pas aux véritables enjeux du développement de l'apprentissage», écrit l'association Régions de France, qui réunit les présidents de région, dans un communiqué.

«Une compétence décentralisée et pilotée avec efficacité par les régions sera très largement centralisée» ajoute-t-elle. Pour une fois que le transfert de compétence se fait dans le sens régions Etats ...

Mais de reconnaitre «que l'apprentissage est un levier majeur pour l'accès à l'emploi de notre jeunesse et continueront, comme elles l'ont toujours fait, à promouvoir cette filière d'excellence dans laquelle elles croient».

Andrew Preston  pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LA DIFFERENCE DE REVENU ENTRE

LES GENERATIONS SE CREUSE EN EUROPE

En Europe, les revenus des jeunes de 18 à 24 ans stagnent depuis 2007,tandis que ceux des plus de 65 ans ont augmenté de 10%, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Christine Lagarde, directrice générale du FMI , souligne qu'aujourd'hui, «près d'un jeune sur cinq recherche toujours du travail en Europe». Pour elle « réduire les inégalités à travers les générations va de pair avec une croissance durable et une confiance retrouvée au sein de la société ».

Les jeunes n'obtiennent pas suffisamment de mesures incitatives ou de crédits d’impôts pour les revenus les plus faibles.

Pourtant les solutions existent.

Pour diminuer l'écart de revenus entre les générations, Christine Lagarde se tourne vers des exemples de réussite européens. : l'Allemagne notamment avec ses programmes d'apprentissage mais également le Portugal qui exempte le premier emploi de taxes sociales pendant trois ans. «Même si le chômage reste élevé, cette mesure va dans le bon sens», plaide l'ex-ministre de l'économie de Nicolas Sarkozy.

Pour elle il y aurgence à s'emparer du problème à bras-le-corps. «Si l'on n'agit pas, une génération pourrait ne jamais s'en remettre» ,alerte Christine Lagarde

Un appel  déjà lancé par le F.M.I au début de la décennie actuelle.

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ENDIGUER L'ABSENTEISME SELON

LA SECURITE SOCIALE !!

La sécurité sociale affiche sa volonté d'endiguer l'absentéisme des salariés dont les chiffres ont bondi : +7,5% en six ans, entreprises publiques et privées confondues.

Pas plus facile pour elle : il lui suffit de donner les motifs des arrêts maladie de ses salariés. Seules seront concernées les entreprises de plus de 200 salariés.

Ce serait une façon d'alerter ces dernières sur les conditions de travail partant du principe qu'il y a une corrélation entre ces dernières et les arrêts maladie selon la Secu. L'Assurance maladie veut inciter les entreprises à prévenir les risques professionnels.

De plus seraient concernées les entreprises au très fort taux d’absentéisme  par rapport aux  entreprises d’un même secteur.

.Et le respect du secret médical et de la protection des données personnelles des salariés?

Les médecins ont exprimé leur inquiétude.

« Le plus grave est qu’il y ait un décret qui permette à l’Assurance-maladie de se passer de l’autorisation de la CNIL [Commission nationale de l’informatique et des libertés] », déclare le président de la Fédération des médecins de France, Jean-Paul Hamon.

Seuls les Troubles musculo-squelettiques (TMS), les lombalgies ou les risques psychosociaux (RPS)-entendons dépressions crises d'angoisse, burn-out- seraient concernés. Et pour rassurer le salariés, la Sécu se servirait d' un algorithme plongeant dans ses fichiers pour l'identification des pathologies, fichiers constitués à partir des consultations et des médicaments remboursés .

Elle assure également que l'identité des malades ne peut être retrouvée dans la mesure où les sociétés visitées comptent au moins 200 salariés afin que le lien entre les causes d'absence et les salariés soit impossible. A moins d'être un bon DRH...

De plus les partenaires sociaux auraient donné leur feu vert...

On ne peut que s'attendre à ce que l'expérimentation devienne généralisée, éventuellement dans des entreprises de plus petite taille ... Un traçage de plus du citoyen ?

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE SOMMET "CHOOSE FRANCE" DE MACRON

ET SON ATTRACTIVITE

Deux jours à peine avant le forum économique mondial de Davos en Suisse, quelque 140 dirigeants de multinationales se sont réunis lundi pour un mini-sommet à l'invitation d'Emmanuel Macron au château de Versailles et une dizaine de leurs homologues français, le tout en présence d'Emmanuel Macron et de l'essentiel du gouvernement. Le sommet Choose France un Avant-Davos ?

Pour casser cette image, l'Élysée a voulu que ces rencontres débouchent des annonces concrètes, porteuses d'emplois. «Certains projets n'auraient pas vu le jour sans les réformes que nous avons menées», a même insisté Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement.

Au programme : convaincre chefs d'entreprises et investisseurs de miser sur la France sur dans un contexte post-Brexit.

Emmanuel Macron est venu visiter l’usine Toyota dans les Hauts-de-France lundi, la direction de l’entreprise japonaise annonçant la création de 700 CDI. La France est attractive pour ce géant de l'automobile japonais pourquoi ne le serait-elle par pour d'autres ?

En effet installé dans le Nord de la France, en 1999, le groupe nippon n’a cessé d’investir, chiffrant à 1,4 milliard d’euros son investissement sur l’usine. Dimanche, le président Luciano Biondo, a annoncé plus de 300 millions d’euros en faveur de la modernisation de cette usine, l’un des principaux sites de production de Toyota en Europe, avec pour ambition de produire d’ici 2020 plus de 300 000 véhicules par an, contre 230 000 actuellement. « Ce qui est important, c’est d’avoir un site compétitif en accélérant la modernisation de notre outil », a-t-il insisté.

Macron a montré l’illustration du savoir-faire français tout en se mettant au diapason avec la« Culture Toyota »

« Dans notre usine Toyota, il y a de la rigueur, du respect et une vision industrielle, confirme Thomas Mercier, délégué CFDT, syndicat majoritaire (40 %). La culture japonaise fait la différence. On a la chance d’avoir une direction franche et directe.

La France qui a convaincu  Toyota en a convaincu bien d'autres.

Ce sommet de l'attractivité économique baptisé "Choose France" ("Choisissez la France") réunit les dirigeants de Goldman Sachs Lloyd Blankfein, de JP Morgan Jamie Dimon et de Facebook Sheryl Sandberg. Les groupes Rolls Royce, SAP, UPS, Bosch, GlaxoSmithKline, Novo Nordisk, Novartis, Cisco, Google, Alibaba ou JD.com sont également présents. Emmanuel Macron en aurait convaincu quatre ou cinq de choisir ce jour-là pour annoncer des investissements significatifs en France ...

Toyota constructeur japonais annonce un investissement de 300 millions d'euros sur son site d'Onnaing, près de Valenciennes (Nord), qui compte actuellement 3.800 personnes permettant un recrutement de 700 CDI et 100 intérimaires d'ici à 2020et l'augmentation de la capacité du site. Cet investissement doit également permettre de produire la quatrième génération de la Yaris en 2020 et un nouveau modèle en 2021.

La plus importante annonce concerne l'éditeur allemand de logiciels de gestion SAP, qui va investir 2 milliards d'euros en France sur cinq ans, dont 750 millions en R&D. Il accompagnera également des start-up en amorçage, créera un incubateur dans l'Hexagone et achètera une pépite française du deep learningL'allemand SAP va dégager une enveloppe de 2 milliards en cinq ans, dont 750 millions en R&D.

Le groupe pharmaceutique Novartis ambitionne de se développer dans le domaine des biotechnologies en France, via la finalisation de l'acquisition d'un peu plus de trois milliards d'euros d'Advanced Accelerator Applications (AAA), une biotech française dans la médecine nucléaire. Novartis a également donné son feu vert pour le plan d'investissement sur trois ans de 900 millions d'euros, en essais et recherche clinique, dans le nouveau siège social à Rueil-Malmaison et dans l'extension de l'usine de Huningue (Haut-Rhin).

Le groupe de Mark Zuckerberg va investir 10 millions d'euros supplémentaires en France via son centre de recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle. Le site parisien de FAIR, le laboratoire de recherche du groupe en intelligence artificielle du groupe, accueillera à l'horizon 2022 60 chercheurs et ingénieurs et 40 doctorants.

Le groupe s’intéresse également à la formation de 65.000 personnes aux compétences digitales en France d'ici fin 2019. Il concernera 50.000 personnes éloignées de l'emploi d'ici fin 2019 en partenariat avec Pôle Emploi et 15.000 femmes.

"On est dans le registre de l'emblématique, ça envoie le signal de la compétitivité de la France sur l'intelligence artificielle et c'est fondamental dans le monde, vis-à-vis des Etats-Unis et de l'Asie", insiste-t-on à l'Elysée.

En ouverture, Édouard Philippe a aussi annoncé des mesures générales. Au 1er mars seront créées des chambres commerciales internationales au sein du tribunal de commerce et de la cour d'appel de Paris, permettant notamment de juger des contrats conclus en droit anglais. Le gouvernement a annoncé également de nouvelles mesures pour renforcer l'attractivité de la France pour les entreprises internationales comme l 'exonération temporaire des cadres impatriés d'affiliation aux régimes de retraite.

Des mesures qui complètent celles prises début juillet, centrées sur les banques, dont la suppression de la tranche à 20% de la taxe sur les salaires, l'exclusion des primes et bonus des "preneurs de risques" du calcul des indemnités de licenciement et l'annulation de l'extension de la taxe sur les transactions financières aux opérations intraday.

Paris Europlace a salué dans un communiqué ces annonces parmi lesquelles l'exonération temporaire d'affiliation aux régimes de retraite pour les cadres impatriés, la mise en place de nouvelles Chambres internationales spécialisées auprès du Tribunal de Commerce de Paris et de la Cour d'appel de Paris pour juger des affaires de droit international, ainsi que le développement de l'offre scolaire internationale en France.

Des mesures qui renforceront l'attractivité de la France et de Paris "dans le contexte notamment du Brexit", souligne l'organisation qui représente les intérêts de la Place financière de Paris.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TOYOTA ET L'ATTRACTIVITE

DES HAUT-DE -FRANCE

Le président Emmanuel Macron devrait se rendre, lundi 22 janvier, à Toyota-Onnaing pour annoncer que le géant japonais investira 400 millions d’euros

Après dix-sept ans de fonctionnement, l'usine d'Onnaing, près de Valenciennes avait besoin d'être remise à niveau.Un montant de l’investissement massif prévu par l’entreprise japonaise :

400 millions d’euros et pas moins de 700 nouveaux salariés vont être accueillis sur le site sur 3900 CDI et intérimaires.

Toyota souhaite en effet ,en plus de celle de la Yaris. lancer, dès 2020, la fabrication de 300 000 citadines compactes (dites « du segment B », comme la Renault Clio)contre 230 000 actuellement.

Avec cette décision, Toyota consolide sa position d’industriel majeur de l’automobile en France.

La Yaris était déjà en 2017 la voiture la plus produite sur le territoire national avec 233 650 véhicules assemblés sur les lignes de l’usine d’Onnaing, talonnée par la Peugeot 3008 (218 000 voitures produites en 2017).

La Yaris est aussi l’une des voitures « françaises » les plus exportées, puisque ses ventes dans l’Hexagone ont culminé l’an dernier à 31 400 véhicules, soit 13 % de la production, les 87 % restants étant écoulés dans le reste de l’Europe.

Présent sur tous les gros dossiers industriels de la région, M. Bertrand souhaite que les Hauts-de-France demeurent l’une des premières régions d’Europe en production automobile

. D’où l’investissement important de la région, mais aussi de la communauté d’agglomération Valenciennes Métropole, qui va annoncer une enveloppe de 5 millions d’euros. « C’est un pari sur l’avenir, ajoute l’élu. Et je le ferai aussi pour PSA et MCA (Renault) à Maubeuge » .Le président des Hauts-de-France annonce donc que la région mettra 11 millions dans ce projet. « Le véritable enjeu, c’est la question de la compétitivité économique, confie M. Bertrand. Il fallait que l’on montre que, malgré des inconvénients fiscaux par rapport à d’autres lieux où Toyota aurait pu investir, nous nous engageons. » La participation de l'État, initialement prévue à 2 millions d'euros, pourrait finalement atteindre 4 millions.

Par contre le sidérurgiste Ascometal dans le Valenciennois attend un repreneur.

Parmi les offres de reprise du sidérurgiste Ascometal, déposées vendredi 19 janvier, seul l’anglo-indien Liberty House, soutenu financièrement – à hauteur de 80 millions d’euros – par les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Grand-Est et Hauts-de-France et par Vallourec, a proposé de reprendre l’ensemble des sites et des employés.Bertrand a entamé un nouveau bras de fer avec le gouvernement pour qu’il s’engage sur ce dossier. « Sinon, c’en est fini pour les salariés »craint-, il.

L’implication depuis vingt ans du géant japonais dans le Nord (trois millions de véhicules ont été produits à Toyota Onnaing depuis 1999) est un parfait symbole pour M. Macron, qui recevra à Versailles, lundi 22 janvier, 140 PDG étrangers pour un sommet sur l’attractivité de la France.

Le premier effet du Brexit ?

L'usine d'Onnaing a été inaugurée en 1999. Elle a produit 230.000 voitures en 2017. Toyota a coutume de dire que la Yaris est la voiture made in France la plus vendue dans le monde. Sur le plan industriel, Toyota mène une stratégie de localisation de sa production. Ainsi, 61% des voitures vendues en Europe par le premier groupe automobile mondial (quasi-ex aequo avec Volkswagen) sont produites sur le continent.

Cette décision pourrait également interroger sur la pérennité des investissements dans les deux usines britanniques, en sursis tant que les négociations sur le Brexit n'ont pas abouti...

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

PSA INAUGURE LA RUPTURE CONVENTIONNELLE D'ACCORD

SIGNEE PAR CINQ SYNDICATS

L'accord de rupture conventionnelle collective a été signée ce vendredi par les organisations FO, CFE-CGC, CFDT, CFTC et GSEA, totalisant près de 78% des voix, a annoncé la direction dans un communiqué. L'accord prévoit notamment 1300 départs volontaires et 1400 embauches en CD

Les syndicats du groupe automobile français PSA - qui exploite les marques automobiles Peugeot, Citroën, DS, ainsi que Vauxhall et Opel - ont tranché .Créée par les ordonnances réformant le Code du travail et entrée en vigueur le 1er janvier, cette mesure permet aux entreprises d'organiser des plans de départs volontaires même si elles ne rencontrent pas de difficultés économiques.

Un peu plus tôt, le 9 janvier dernier, la direction de PSA avait convoqué les partenaires sociaux afin de négocier ce projet de rupture conventionnelle collective et les syndicats avaient ensuite eu jusqu'au 17 janvier pour donner leur avis.

Christian Lafaye - délégué syndical pour FO chez PSA détaille les dispositions contenues dans cette rupture collective. «Il y a la possibilité du congé senior, c'est-à-dire, à 3 ans de la retraite, la possibilité de rester inscrit aux effectifs mais de rester chez soi», explique celui qui travaille chez PSA depuis 41 ans. Cette mesure permet à ceux qui en bénéficient de toucher 70% de leur salaire et, dans le même temps, l'employeur paie 100% des cotisations retraite. 900 départs en préretraite (congés seniors) sont proposés dans l'accord. En 2017, ces congés seniors ont concerné 1170 postes.

Le volet consacré aux RCC s'adresse en grande majorité aux effectifs dits de «structure», c'est-à-dire les postes rattachés à la communication, aux ressources humaines, au département juridique, la direction financière, etc. Ce périmètre rassemble près de 27.000 personnes, d'après les chiffres communiqués par PSA. Les départs volontaires seront ouverts aux métiers «sensibles» (ceux amenés à disparaître) ou à l'équilibre. Mais en contrepartie la direction devra «atteindre 1400 embauches en CDI dans la division automobile» et plus de 2000 emplois jeunes devraient également être accueillis

C'est dans un contexte de réduction des effectifs depuis plusieurs années que s'inscrit ce projet de rupture conventionnelle collective chez PSA. 20.000 personnes de PSA sont parties en départs volontaires depuis 2012 (pour créer leur entreprise, en congé de reclassement ou vers d'autres «parcours externes sécurisés», selon la formule du constructeur) et les retours étaient positifs. «En 2013, on a frôlé le dépôt de bilan. On perdait 7 millions par jour», rappelle Christian Lafaye. Entre 2014 et 2016, les effectifs (en CDI et CDD) de la branche automobile en France sont passés de 70.000 à 62.000 personnes.

Dans le même temps, le nombre des intérimaires a progressé de 2900 à 5200 ce qui a permis à l'entreprise de dégager 1,73 milliard de profits en 2016. Ses ventes unitaires avaient progressé de 15,4% au niveau mondial en 2017. Un «millésime exceptionnel avec des résultats records», se félicitait Jean-Philippe Imparato, le directeur de Peugeot, dans un communiqué quand bien même le groupe Renault les devance.

Si la RCC reste un nouveau dispositif controversé introduit par la réforme du Code du travail d'Emmanuel Macron, il peut permettre à une entreprise d'engager gager un plan de départs volontaires de manière simplifiée et sans à avoir à justifier de difficultés économiques. Chez PSA, le projet discuté le 9 janvier s'inscrit "dans la continuité des mesures déjà existantes", où "le volontariat reste la règle", s'est justifiée la CFDT dans un communiqué. Elle a estimé avoir "sécurisé cet accord afin qu'il ne soit pas un danger pour les salariés" mais "une opportunité pour ceux qui le désirent". Les mesures d'incitation au départ sont les mêmes que celles négociées lors d'un premier accord signé en 2013. Elles prévoient notamment une prime allant de 4 à 8 mois de salaire.

Le groupe PSA est ainsi parti pour être la première grande entreprise à adopter la RCC alors que l'enseigne de prêt-à-porter Pimkie, première à s'être penchée sur la question, dès le 8 janvier, a essuyé un refus de la part de la majorité de ses syndicats.

Alyson Braxton pour DayNewsWorld
There are no translations available.

SCANDALE COMMENT TONDRE UN PEU PLUS

LES AUTOMOBILISTES LES PEAGES URBAINS

L’exécutif a pris en main le dossier sur la mise en place de péages urbains. Les associations de conducteurs seront évidemment les premières a réagir. L'outil péage est un traumatisme français, comme en témoigne le scandale de l'écotaxe et des portiques qui ne furent jamais utilisés.La fin de l'écotaxe poids lourds a coûté la bagatelle de plus de 1 milliard d'euros aux contribuables.

Une mesure qui risque de mettre le feu aux poudres chez les associations d’automobilistes

L'association 40 millions d'automobilistes dénonce cette mesure qui s'intègre dans la future loi sur les mobilités préparée par Élisabeth Borne, la ministre des Transports.

Le gouvernement souhaite faciliter la mise en place de péages urbains.

Le texte de la future loi sur les mobilités facilitera la mise en place des péages urbains par les collectivités locales un moyen déguisé de prélever des taxes supplémentaires ! La loi pourrait donner la possibilité aux villes de demander des contributions financières aux automobilistes. D'autres solutions figurent dans le projet, comme une vignette pour les poids lourds.

« Aujourd’hui, la loi donne déjà cette possibilité aux collectivités locales, mais seulement à titre expérimental et pour trois ans, ce qui est trop court au vu des investissements à consentir. Il faut y remédier », a confirmé la ministre des transports, Elisabeth Borne, au quotidien.

Mais soyons réalistes.

Certes le péage urbain existe depuis des années dans plusieurs villes européennes, comme Londres ou Milan. Mais pas en France, où l’opposition des automobilistes rejoint celle des élus, inquiets d’un potentiel effet de ségrégation sociale.

De plus analysons les études sur la récente piétonnisation des berges rive droite à Paris : cette dernière a eu des répercussions au-delà du périphérique parisien, notamment sur l'A4, l'A 86 et l‘A 13. Sur ces grands axes routiers, les niveaux de dioxyde d'azote ont connu une augentation de 1% à +5% !

Les vignettes Crit'Air ou encore les zones de circulation restreinte n'ont connu qu'un seul résultat : une hausse de 1% à 5% sur les carrefours quais hauts et un bond pouvant atteindre 15% sur périphérique Est.

«Aucun impact significatif sur l'exposition des populations n'a été mis en évidence à la hausse ou à la baisse» note le rapport d'Airparif.

De plus les réseaux de transports digne de ce nom font défaut. Un voyageurs parisien du métro ressemble plus à une sardine en boite qu' à un voyageurs !!

L' offre de transports en commun insuffisante, pas étonnant que le Francilien ne lâche pas donc pas son volant.

Et pour les autres villes françaises ?

Dans les villes qui voudraient le mette en place, le péage urbain sert à enrayer les embouteillages, diminuer la pollution et inciter les automobilistes à recourir aux transports en commun.

Et pour berner un peu plus l'automobiliste la ministre assure que cette mesure ne passera pas forcément par la création d’un nouveau prélèvement, Lille envisageant la création d’un « péage inversé » fait partie d'un vœux pieux une telle mise en place de ce processus . Le principe du pollueur-payeur , développé par l'économiste Arthur Cecil Pigou il y a un siècle, remis au goût du jour.

Une véritable usine à gaz ! Un système incitatif baptisé «écobonus mobilité»: les conducteurs les plus assidus sur certaines voies encombrées seraient d'abord repérés par lecture des plaques, puis se verraient proposer une subvention pour chaque trajet évité, du moins pendant les heures de pointe.On continue à nous tracer...

Mais le « principal chantier à mener » pour le gouvernement concerne les « déserts de mobilités », c’est-à-dire les zones où les alternatives à la voiture individuelles sont quasiment inexistantes.« Aujourd’hui, 80 % des territoires ne sont pas couverts par une autorité organisatrice. Cela représente 30 % des Français dont personne n’est chargé d’organiser la mobilité », a déclaré la ministre des transports au quotidien. Il s'agira donc de renforcer autres, le rôle des régions dans la promotion d'offres de transport pour effacer ces « zones blanches » .

Quoi qu'il en soit payer l'entrée dans une ville pour lutter contre la pollution et les embouteillages, c'est un serpent de mer.

Le péage urbain s'est installé à Londres ,à Milan, à Berlin,à Stockholm, Oslo ou encore Dublin. Avec des résultats pas toujours à la hauteur où à Londres, le nombre de décès liés à la pollution reste chiffré à 10.000 par an

Alyse Marion pour DayNewsWorld
There are no translations available.

L'EMPIRE LACTALIS

ET

LE SCANDALE DU LAIT CONTAMINE

Le très secret PDG du groupe Lactalis, empêtré dans le scandale de lait infantile contaminé, est convoqué ce vendredi après-midi pour s'expliquer devant le ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Emmanuel Besnier, 46 ans, est le patron très secret du groupe Lactalis, géant français des produits laitiers, sous le feu des projecteurs depuis décembre pour des rappels de ses produits infantiles contaminés aux salmonelles.

Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno le Maire a annoncé vendredi que Lactalis reprendrait toutes les boîtes de lait infantile produites dans son usine de Craon, au centre d'une contamination à la salmonelle. "Le fait nouveau est que Lactalis reprendra toute boîte de lait infantile produite sur le site de Craon sans considération de date", a-t-il dit après la rencontre avec Emmanuel Besnier. "L'urgence, c'est la sécurité sanitaire et la meilleure des garanties pour la sécurité sanitaire c'est de dire que plus une seule boîte fabriquée sur le site de Craon ne doit être en circulation sur les circuits de consommation", a-t-il ajouté.

Lactalis, dont la première société a été créée en 1933 par André Besnier reste un groupe familial, détenu à 100% par les trois petits-enfants de son fondateur .

Actuellement c'est le très discret Jean-Michel Besnier qui tient les rênes de l'empire laitier. Le président de Lactalis est selon le classement des milliardaires de Forbes de 2017 la 8e fortune de France avec un patrimoine de 11,3 milliards d'euros.Son frère Jean-Michel Besnier et sa sœur Marie Besnier Beauvalot, co-propriétaires de Lactalis, sont 14e ex-aquo du classement avec une fortune estimée à 4 milliards de dollars.

L'entreprise refuse de publier ses comptes et ses marges, à part son chiffre d'affaire annuel de 17 milliards d'euros préférant payer les amendes plutôt que de dévoiler ses marges.… Tout au plus connaît-on son chiffre d'affaires annuel de 17,3 milliards d'euros réalisé à 58% en Europe, 21% en Amérique, 14% en Océanie, et 7% en Afrique.

C'est la culture du secret à tous les niveaux.

On suit tout de même dans les médias l'affaire Lactalis depuis début décembre avec nombre de rebondissements. Mais le puissant et numéro un mondial du lait est en fait un groupe international parti très vite à la conquête des États-Unis et de l'Europe, vers les pays de l'Est, en Ukraine, en Pologne mais aussi en Égypte. E ce n'est qu'en1999 que l'entreprise familiale Besnier prend le nom de Groupe Lactalis pour son internationalisation.

Et à chaque nouvelle affaire le leader mondial rebondit grâce non seulement à ses marques emblématiques ( le camembert Président, Cœur de Lion, le roquefort Société , la feta Salakis, le fromage Chaussée aux Moines, la crème fraîche Bridelice, le beurre Bridelight, le lait Lactel, le lait Matin léger de Lactel les yaourts La Laitière Yoco, Flanby, Sveltesse, Viennois, Yaourt à la grecque...) mais également à son rayonnement à l'étranger dans 47 pays et son implantation sur 246 sites de production à travers le monde.

Le lait de consommation représente quant à lui 25% du chiffre d'affaires soit 4,3 milliards d'euros, essentiellement avec Lactel. Et les laits en poudre et ingrédients laitiers ne pèsent que 7% des ventes, soit 1,2 milliard d'euros. Le lait infantile s'avère donc minoritaire pour Lactalis mais la crise du lait contaminée pourrait être d'autant mieux gérée par le groupe qu'il n'en est pas à son premier raté...

Malgré l'affaire et la reprise de tous les laits infantiles produits à Craon sans considération de date , le vaste empire de produits lactés va continue de tourner.

Pas sûr que la réputation du groupe auprès de l'opinion publique ne pâtisse beaucoup de l'affaire du lait contaminé même si la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, interrogée par Europe 1 vendredi a déploré une "forme de résistance" de Lactalis pour le retrait de lots qui s'est fait en trois vagues successives.

 

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DANGEREUSE PUB DE NABILLA

C'est en fanfare que commence l'année pour la vedette de télé-réalité. En fait, pendant plus de trois minutes, Nabilla fait la promotion d’une société de trading andorrane apporteur d’affaires de la plateforme de CFD eToro.

« Les chéris, je sais pas si vous avez déjà entendu parler du bitcoin, cette sorte de nouvelle monnaie virtuelle », lance la starlette de la télé-réalité, en peignoir dans un hôtel, dans une vidéo diffusée sur Internet.

Auréolée d’une couronne de petits coeurs roses, Nabilla explique qu'elle connaît « une des filles qui travaillent avec un trader, qui sont à fond dans le bitcoin » et que la cryptomonnaie est « grave en train de se développer ».

« C'est vraiment sûr, c'est vraiment cool, si ça vous intéresse, vraiment vous pouvez y aller les yeux fermés ! » poursuit-elle.

Elle s'est fait reprendre dès mardi soir par l'Autorité des marchés financiers (l'AMF) sur Twitter

L'AMF a en effet lancé sur Twitter un avertissement sur les risques du bitcoin pour répondre à la pub de la starlette Nabilla vantant dans une vidéo les mérites de la cryptomonnaie. « #Nabilla Le #Bitcoin c'est très risqué ! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l'écart », a tweeté mardi soir l'AMF.

Pas de quoi nous rassurer, elle n'est malheureusement pas la seule vedette à vanter le bitcoin et autres cryptomonnaies sur les réseaux sociaux.

Ainsi Paris Hilton a, par exemple, conseillé à ses admirateurs à participer à des levées de fonds réalisées en monnaies virtuelles. Pour n’importe quel autre produit d’investissement une telle publicité est interdite par la réglementation, mais pas pour le bitcoin, les cryptomonnaies échappant à toute réglementation jusqu'à présent.

Et au Japon tenez-vous bien, le bitcoin etant des plus prisé, huit jeunes chanteuses viennent de lancer un groupe entièrement dédié aux monnaies virtuelles !!!

Bon à savoir : TraderLebitcoin est le partenaire privilégié de L’analyste.com, un site de trading sur indices et futures employant les mêmes traders. Celui-ci appartient à la société Stratton Oakmont SL, il s’agit là du nom du courtier américain qui a fait faillite dans les années 90 et a inspiré le film « Le Loup de Wall Street »…

Des économistes de renom ont déjà dénoncé les risques du bitcoin, et le Prix Nobel d'économie 2001 Joseph Stiglitz a estimé qu'il devrait être « interdit »

Carl Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TOUT CE QUE TAXMAN NE VOUS A PAS DIT !!

Taxman va continuer à matraquer, contrairement à ce qu’il avait promis !

Les hausses listées ci-dessus, vous les avez lues ou entendues.

Mais en entrant dans les détails ou dans les lignes budgétaires qui ne figurent pas dans le tableau, on suffoque ! Voici quelques  informations supplémentaires :

1.  Le coup de la Flat Taxe ... c’est une bonne idée à la base, mais son application par Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Gérard Darmanin conduit à un système bizarre car sans avoir fiscal, son montant sera in fine doublé...

2.  L’ISF : il n’a pas été supprimé complètement. Il va subsister un impôt sur la Fortune Immobilière. Les épargnants qui ont investis dans le passé, dans l’immobilier, créateur de richesse et d’emplois via les entreprises du BTP, pour se constituer, par exemple une retraite, vont rester taxés.

3.  Impôts sur les bénéfices des sociétés : alors que Donald Trump a réussi à faire passer sa réforme fiscale au terme de laquelle les bénéfices des sociétés vont désormais être taxés à 21%, en France l’IS  passera de 33,1/3 % à 28% pour descendre à 25% en 2022 seulement. Emmanuel Macron s’était pourtant engagé à baisser cet impôt rapidement, pour créer, « un effet de souffle fiscal », comme l’avait assuré Edouard Philippe dans « son discours du trône » (débat sur le vote de confiance de juillet 2017).

4.  Le coup de la pompe à essence : la fiscalité sur les carburants représente en moyenne 60% du prix à la pompe payé par les automobilistes. Le prix du litre de diesel va augmenter de 7,60 cts d’euros le litre et celui de l’essence e » 3,90 euros le litre. Ces augmentations sont données hors TVA. Il faut donc ajouter 20% de TVA sur ceux-ci. Selon la consommation de son véhicule et son usage, l’augmentation totale en un an devrait évoluer entre 250 et 500 €.

5.  Fiscalité des ménages : les impôts des ménages vont augmenter contrairement aux déclarations faites par Emmanuel Macron et ses soutiens. L’augmentation va se faire via les taxes écologiques déjà crées ou en cours de création.

6.  CICE : Mis en place par François Hollande, ce crédit d’impôt très sophistiqué, soufflé par Emmanuel Macron à l’ancien  président, devrait être durablement réduit grâce à sa transformation en baisse de charges. Dans les faits néanmoins la réduction de charges se fera sur la base de 6% de la masse salariale et non pas 7% comme espéré par le patronat.

7.  CSG : elle va concerner tous les retraités dont le revenu mensuel est égal ou supérieur à 1400 € par mois (on n'est pas riche avec 1400 € de  revenu mensuel !) Elle concernera aussi ceux qui auront opté pour la flat taxe, leur prélèvement devant passer de 15,5% à 17,2% sur les revenus distribués ou les plus values encaissées. Certains contribuables auront donc  intérêt à conserver, selon le cas, leur régime antérieur

8.  Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? L’imagination des fonctionnaires est sans limite. On ne va plus parler de taxe carbone, mais de « contribution pour le climat énergie » ; sauf que l’aide au remplacement des voitures diesel ou essence, très polluantes, va diminuer fortement .Les mesures d’aides au logement sont restées tout aussi imbéciles malgré un rapport accablant de la Cour des Comptes sur le sujet. Le gouvernement n’a pas osé tailler dans le PTZ (prêt à taux zéro) même s’il en a baissé le montant Il n’a pas non plus taillé dans le dispositif Pinel... Les lobbies ont veillé !!

Bon an mal an, les mesures semblent un peu s’annuler les unes aux autres, le « Sapeur Camembert » continuant comme à l’habitude à boucher les trous qu’il a creusés...

La charge fiscale ne baissera pas une fois de plus... si vous l’aviez cru...réveillez- vous et ouvrez grand vos yeux et vos oreilles !

Clara Mitchell pour DayNewsWorld
There are no translations available.

PLUS DE 4,5 MILLIARDS D'IMPOTS

POUR LES FRANCAIS EN 2018

Selon les calculs de l'Insee, les prélèvements vont encore augmenter l'année prochaine!!!

Cherchez l'erreur !

Hausse de la CSG, augmentation du prix du tabac et des taxes sur l'énergie… Où sont les grandes annonces du gouvernement sur la suppression de certains impôts ? Pour 2018 l'addition risque salée pour les Français. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, les prélèvements obligatoires devraient augmenter en 2018 « d'environ 4,5 milliards d'euros, ce qui ôterait 0,3 point à l'évolution du pouvoir d'achat ». Avec une augmentation qui se concentrerait sur les trois premiers mois de l'année, avant une stabilisation puis une (très) légère amélioration en fin d'année.

Mi-septembre, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire promettait, à la fin de l'année 2018, des baisses d'impôts « d'environ 10 milliards d'euros ». On est loin du compte.

Le gouvernement annonce près de 7 milliards d'impôts en moins l'an prochain pour les entreprises et les ménages. Ces derniers vont notamment bénéficier de la réforme de la taxe d'habitation.

Depuis des mois, l'étiquette de « gouvernement des riches » colle à la peau de l'exécutif. en France.A juste titre, semble-t-il.

Convaincre de la réalité des baisses d'impôts sera d'autant plus compliqué que les polémiques sur la portée réelle des mesures gouvernementales ne sont pas éteintes

C'était la promesse phare de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron : dès 2018 la facture de la taxe d'habitation va baisser . Pour les contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 27.000 euros (43.000 euros pour un couple), cet impôt baissera d'un tiers en 2018, puis de nouveau d'un tiers en 2019, et enfin sera supprimé en 2020. Mais ils n'en verront la couleur qu'en fin d'année. Seuls les 20 % des contribuables les plus aisés y resteront assujettis, mais Emmanuel Macron pourrait à terme la supprimer pour eux aussi.

Suppression de cotisations et hausse de la CSG

Le gouvernement veut que « le travail paye » Tous les revenus seront donc mis à contribution au financement de la protection sociale via la hausse de 1,7 point de CSG, tandis que les actifs bénéficieraient en retour d'un coup de pouce supérieur via la suppression des cotisations maladie et chômagel .

Le plein effet de cette mesure (une hausse de leur salaire net de 1,4 %) est à attendre en fin d'année, puisque la baisse des cotisations se fera en deux temps, en janvier et en octobre.

Quant aux fonctionnaires, la perte liée à la hausse de CSG sera uniquement compensée.

Les ménages percevant des revenus locatifs et les retraités (dont la pension est supérieure à 1.350 euros) seront, eux, pénalisés.

Réforme de la fiscalité du capital

Le gouvernement revoit la fiscalité du capital, avec notamment la réforme de l'impôt sur la fortune. Plus de déclaration d'ISF pour les contribuables fortunés en 2018 , sauf pour ceux devant payer un impôt sur la fortune immobilière (IFI) pesant uniquement sur les actifs immobiliers. Par ailleurs, certains « signes extérieurs de richesse » (yachts, voitures de luxe etc.) verront leur taxation relevée.

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) appliqué dès 2018

.Alors que les dividendes, intérêts et plus-values de cessions étaient imposés depuis 2013 au barème de l'impôt sur le revenu, ils vont être fiscalisés au taux unique de 30 % .

L'assurance-vie gardera une fiscalité privilégiée, sauf pour les contrats de plus de 150.000 euros d'en cours.

Le crédit d'impôt étendu pour l'emploi à domicile

La généralisation du crédit d'impôt pour les services à la personne aux retraités a finalement été maintenue par Emmanuel Macron. Jusqu'ici les retraités n'avaient droit qu'à une réduction d'impôts

Par contre le crédit d'impôt transition énergétique (CITE) va être recentré et progressivement élimé.

Une prolongation pour les avantages perçus par les primo-accédants (prêts à taux zéro, PTZ) et les particuliers achetant un logement pour le louer (dispositif « Pinel ») de quatre ans , mais uniquement dans les zones dites tendues (une partie de la région parisienne et la Côte d'Azur surtout).

A vos calculettes!!!
Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

POUR UN RENFORCEMENT

DU CONTROLE DES CHOMEURS ?

Emmanuel Macron a répondu ce mercredi à la polémique suite à une fuite de la presse.

Un possible renforcement du contrôle des chômeurs.

Le Canard enchaîné a dévoilé dans son édition de ce mercredi les pistes étudiées par le gouvernement, d’après une note interne du ministère du Travail.

Ce mercredi depuis la station haut-pyrénéenne de Bagnères-de-Bigorre il a dit « assumer ».

Le gouvernement envisagerait de durcir certaines sanctions dans le cadre de la future réforme de l’assurance chômage, d’après une note interne du ministère du Travail.

Interrogé par LCI Emmanuel Macron est revenu sur les critiques qui le visent depuis que le détail de son projet de durcissement du contrôle des chômeurs a fuité. «C'est là aussi un engagement de campagne tenu. Je l'ai dit plusieurs fois. (...) Ces règles-là ont été annoncées pendant la campagne. Et comme toujours, on fait ce qu'on a dit. Je l'ai dit et on le fera», a-t-il martelé.

Emmanuel Macron a estimé qu’il n’y avait « rien de choquant » au projet. « C’est ce que font tous les pays qui nous entourent », a-t-il affirmé.

Selon le document, une recherche insuffisante, un refus de formation ou un refus de deux offres d'emploi jugées raisonnables, entraîneraient une réduction des allocations de 50% pendant deux mois. Puis, en cas de récidive, une suppression pure et simple pour une durée de deux mois.

« Il faut s’assurer que chacune et chacun recherche bien l’emploi qui peut être offert, et que lorsqu’un emploi correspond à ses compétences, il le prend », a ajouté Emmanuel Macron.

Des investissements pour la formation

« On va former les gens. On va investir 15 milliards d’euros pour former les Françaises et les Français qui sont au chômage. »

Il ne fait que respecter les mesures « annoncées dans la campagne ». « Je crois qu’il y a un fort consensus autour de ça donc c’est beaucoup d’investissement dans les personnes, beaucoup de formation, mais aussi de la rigueur car sans rigueur on ne peut pas faire avancer le pays », a-t-il martelé.

« C’est un plan d’ensemble qu’il faut voir » selon le président.

« Chacune et chacun a sa part à mettre dans cet édifice. C’est un appel à la responsabilité collective, mais il ne faut tomber dans aucun raccourci. S’il n’y a pas de règles, les choses ne peuvent pas avancer, mais mettre des règles, ça ne veut pas dire qu’on va poursuivre chacun ou qu’il y a une suspicion derrière chacun. Les gens qui sont au chômage sont les premières victimes […] mais les quelques-uns qui abusent des règles c’est normal qu’ils soient contrôlés ».

« Il faut des règles », a ajouté Macron.

Dans une interview au quotidien espagnol El Mundo mercredi, Emmanuel Macron a estimé que l'assouplissement du code du travail permettrait d'enregistrer des « résultats significatifs » sur la baisse du chômage « au bout de 18 à 24 mois ».

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DE L'OPTIMISME

POUR

LA CROISSANCE FRANCAISE

Après une année marquée par une reprise dans tous les secteurs d’activité, la croissance devrait se maintenir dans les premiers mois de 2018.

L'Insee se montre optimiste pour la croissance en France en  relevant de 0,5% à 0,6% sa prévision de croissance pour la France au quatrième trimestre , et donc de 1,8% à 1,9% son estimation de croissance pour l'ensemble de 2017 ."L'économie française poursuivrait sur sa lancée au cours des prochains trimestres. (...) L'acquis pour 2018 serait déjà de +1,7% à mi-année", selon le rapport.

La production manufacturière serait plus dynamique que prévu (+1,5 % contre +0,6 % en octobre) et la contribution du commerce extérieur plus importante que prévue (+0,5% au lieu de +0,4% en octobre) avec les livraisons aéronautiques concentrées sur la fin d'année. Après cinq années de déficit consécutif, le commerce extérieur ne devrait plus peser sur la croissance hexagonale à la mi-2018 grâce aux exportations agricoles, aux secteurs du tourisme et de l’énergie.

Le climat des affaires serait meilleur à en croire le moral des patrons. Et ce malgré des difficultés de recrutement et un appareil de production à la limite de la surchauffe... Mais les efforts d’investissement déjà en hausse de 4,4 % en 2017, pourraient progresser de 3,7 % au premier semestre 2018.

Cette reprise de la croissance n'atteint pas que l'Europe ( 2,2 % attendus dans la zone euro par la Commission européenne), les pays émergents sont également de la partie. L’an prochain les importations brésiliennes, russes et indiennes vont aller progressant. Les Etats-Unis connaissent également une forte consommation des ménages qui sera de plus boostée par la vaste réforme fiscale, votée mercredi 20 décembre par le Sénat américain.

Le commerce international en augmentation de 5 % cette année pourrait encore gagner 3,5% . La France, dont les parts de marché n’ont cessé de se réduire à l’échelle mondiale, saura-t-elle en profiter ?

Le taux de chômage ne baisserait pas dans les mêmes proportions : l'indicateur passerait de 9,7% à 9,4% de la population active...

Alors que le pouvoir d’achat des Français risque de souffrir de l’augmentation de la contribution sociale généralisée (CSG) et du renforcement de la fiscalité sur le tabac et les produits pétroliers et que la réforme du code du travail ne produira pas de résultats avant cinq ans, selon les dires d'Emmanuel Macron,

l'institut français de statistiques conclut qu "à court terme, ce scénario est susceptible d'être affecté par les incertitudes politiques de part et d'autre de l'Atlantique, ainsi que par le comportement de consommation des ménages français face à la flexion temporaire de leur pouvoir d'achat."

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

CHRISTMAS SHOW D'EMMANUEL MACRON

7 MOIS APRES SA PRISE DE FONCTIONS

Nous allons faire le débriefe de cet événement insolite que la France a vécu hier au soir, 17 décembre 2017 face au petit écran !

Un événement diffusé sur la chaine publique France TV2 sous la forme d’un entretien vagabond au sens propre comme au sens figuré !

Cet entretien, soutenu par le journaliste de France TV2 Laurent Delahousse, ne s’est pas, comme pour Giscard , déroulé au coin du feu, mais « en marchant » le long des couloirs et en traversant quelques pièces historiques de l’Elysée, donnant à celui-ci des allures de journée du Patrimoine.

Le tout habillé d’une arrogance tranquille mais certaine !

C’est le correspondant de Reuters qui a formulé les critiques les plus virulentes sur cette interview ouatée, décalée et complaisante dont l’objectif était de donner à Emmanuel Macron le plaisir de faire un exercice d’autosatisfaction.

Mais à l’exemple de Michel Rose (Agence Reuters), les critiques ont commencé à pleuvoir, dès l’émission terminée.

C’est Alexis Corbière qui, dimanche soir, dès 21h23 a ouvert le bal. Dans un tweet enflammé, ce dernier a, tout de suite,  écrit que

« quand on compare le ton furieux de l’Emission Politique contre Jean Luc Mélenchon interviewé quelques jours plus tôt et le ton mielleux de l’interview de Macron, on s’interroge ?

Est ce bien raisonnable ?

Est-ce digne du service public ? ».

L’interview a eu, en effet, un air de visite guidée... pour faire admirer, non pas les lieux, mais plutôt l’occupant des lieux....

Mécontent de sa dernière interview du 15 octobre 2017, Emmanuel Macron avait manifesté le souhait de se rattraper, pour dire autrement aux Français « qu’il voulait retrouver leur destin ».

Or, le temps presse ! Emmanuel Macron l’a bien compris en assumant sa déambulation avec Laurent Delahousse devant les horloges - qui sont nombreuses - de l’Elysée et  il  nous l’a bien dit :

« il veut corriger rapidement les erreurs de tirs" de ses 7 premiers mois de fonction, et « ceci avec pragmatisme, en tenant compte du principe de réalité ».

Tout au long de l’entretien, le Président de la République a cherché à mettre en adéquation, le temps long et le cap politique qu’il s’est fixé, car c’est sur le plan de la temporalité qu’il risque de se retrouver le plus en difficulté.

Mais maître des horloges, il veut que « les résultats  économiques qui prennent du temps à se manifester arrivent les plus rapidement possible, la croissance de 1,7 à 1,8% et les taux d’intérêts bas favorisant ce schéma ». Et « c’est donc pourquoi il a voulu  aborder un maximum de sujets ».

Sur l’écologie, dont il a pris le thème à la France insoumise et  dont il avait oublié de parler lors de sa précédente interview : il lui fallait absolument revenir sur le sujet. Tout y est passé ; les centrales à charbon, dont il va ordonner l’extinction ; les centrales nucléaires qu’il ne faut pas fermer trop rapidement car elles ne sont pas polluantes, le nucléaire étant une énergie décarbonnée ;

Nicolas Hulot, son ministre, « un inquiet, mais il prend les gens comme ils sont, l’essentiel étant qu’ils soient engagés à ses cotés, debout, pour qu’ils agissent ». Emmanuel Macron a confié à cette occasion qu’il n’aimait pas les ministres assis ! Pour lui, Nicolas Hulot « qui est en apprentissage de la politique est un ministre utile au gouvernement ». Il se confirme à ce propos qu’Emmanuel Macron doit bien être un monstre froid...

Sur le glyphosate, il a changé d’idée...

Sur la finance : ll veut qu’elle se mette au service de l’économie pour développer « le green business ».

Sur ses relations avec Donald Trump après la décision du Président des USA de se retirer de l’accord de Paris :

Emmanuel Macron a expliqué qu’il avait beaucoup discuté avec Donald Trump et qu’il ne peut que le respecter, car il fait de la politique américaine, laquelle heurte néanmoins le principe de la continuité de l’Etat. Au demeurant, et plus généralement, Emmanuel Macron estime « qu’on ne peut pas sortir du droit dès que cela ne nous arrange plus ».

Sur la Syrie et la situation au Moyen Orient : Emmanuel Macron l’assure, « vers la mi-février ont aura gagné la lutte contre Daech ». Il estime au demeurant qu’il faudra parler avec Bachar Al Assad (contrairement à ce qui avait été fait avant.. sous entendu par François Hollande) et ceci même si ce dernier devra tôt ou tard répondre de ses actes et de ses crimes. Il a martelé que si Bachar est l’ennemi des syriens, lui (EM) est l’ennemi de Daech.

Sur Laurent Wauquiez : c’est avec dédain (seulement apparent ?) qu’Emmanuel Macron a récusé l’accusation faite contre lui par le nouveau Président « des Républicains/LR » à savoir « qu’il n’aimait pas la province », ajoutant que « la haine n’apporte rien au pays et que cela ne fait pas manger ». Il n’en dira pas plus ! Mais, comprenez le, il s’est érigé en père nourricier de la nation, rien que cela !

Sur l’audiovisuel public : Emmanuel Macron souhaite un grand travail sur le sujet pendant l’année 2018, car « actuellement l’audiovisuel public ne répond pas totalement ( ?) à ses missions de service public.

Sur le dialogue social : il souhaite que les entreprises « prennent à bras le corps le sujet. Pour cela, il faudra aller convaincre les acteurs, car ce sont les entreprises qui embauchent » (un truisme)

A une heure de grande écoute, les Français ont eu droit à un aimable bavardage pendant lequel on n’a rien appris de concret, par l’intermédiaire d’un journaliste dont l’unique question a porté sur le sapin de l’Elysée...et tout çà, parce que le nouveau Président de la République fait ce qu’il a dit et quil « assume totalement ses méthodes de management » ?.

Sur le fond, cette interview a été vide. Sur la forme, les politiques sont restés scotchés, incrédules par autant de culot. « Mais la France a fait le choix d’un président jeune, sorti de nul part, à la grande stupéfaction du Monde entier », et il faudra faire avec pendant 5 ans.

A l’issue de cet événement télévisé, qui a laissé sans voix beaucoup de Français, tout occupés par ailleurs à la préparation des Fêtes de fin d’année, on rappellera fort à propos, l’excellent adage de Pierre Lazareff qui disait ; « le premier devoir d’un journaliste c’est d’être lu ». En foi de quoi, l’entretien entre Laurent Delahousse et Emmanuel Macron risque fort de disparaitre très vite des mémoires et des écrans.

Malgré les bons sondages, cet exercice de communication inédit a quand même fait naitre un problème de démocratie.

Néanmoins dans le passé, ces exercices de communication complaisants se sont généralement retournés contre leurs auteurs. Il faudra donc suivre ...

Emmanuel Macron a eu pour l’instant de la chance, car il arrive à un moment où le travail des ses prédécesseurs  va commencer à payer, induisant une transformation radicale du pays.... A suivre à nouveau !

Clara Mitchell pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN NOUVEL AVENIR POUR L'AGRICULTURE BIO

La France est le troisième marché mondial du bio (5,9 milliards d’euros en 2015, soit 7% du marché total et Coface estime qu’il atteindra environ 8 milliards en 2017), derrière les Etats-Unis (40 milliards en 2015, soit plus de 40% du total) et l’Allemagne (11%).

Le marché des produits bio poursuit son envolée en France avec une croissance en 2017 de près de 14%, soit un chiffre d'affaires de plus de 8 milliards d'euros, selon les estimations publiées mardi par Coface. Les faits parlent d'eux-mêmes. D'autant que les entreprises bio sont solides

Mais la consommation de produits bio augmente plus vite que la production en France si bien la filière bio française sera certainement contrainte de changer d’échelle et se trouve confrontée à de nouveaux défis

1°Tout d'abord les agriculteurs bio français vont donc devoir augmenter leurs surfaces, sinon ce sont les importations de produits biologiques en France qui vont fortement progresser.

"L’offre française semble peiner à répondre à une demande dynamique", constate le rapport. Ce marché du bio est porté par une demande toujours plus forte: 69% des Français en ont consommé au moins une fois par an en 2016 selon les chiffres de l'Agence Bio et la part de ceux en consommant quotidiennement ou chaque semaine n'a pas cessé d'augmenter depuis 2012. Or malgré la hausse des surfaces en agriculture biologique, avec un pic de conversion après la mise en place d'aides par les pouvoirs publics, la part des surfaces bio reste faible en comparaison des autres pays européens.

L’étude de la Coface juge "inévitable" l’agrandissement des exploitations, "malgré la réticence d’une partie des acteurs craignant que la notion d’agriculture biologique ne soit dénaturée par une industrialisation excessive de la production"

2° Grâce à la capacité d'innovation en utilisant de nouvelles technologies comme des capteurs (utilisé pour connaître par exemple le taux d'hydratation des plantes) qui permettrait de "compenser certaines vulnérabilités" du bio, les agriculteurs vont pouvoir également produire davantage.

Dans ce contexte donc, "l’augmentation des rendements, via l’innovation et/ou l’extension des surfaces cultivées en bio est une question clé"pour la France.

3°Le financement de la filière fait aussi partie des enjeux de mutation du bio et l'on ne pourra pas supprimer les aides tant que la filière ne sera pas mature. Si Les deux hypothèses pour compenser les financements publics étaient coupés, pas sûr les consommateurs seraient-ils prêts à payer encore plus...

4°La filière bio doit avoir une bonne maîtrise de la distribution. Pour le moment la grande distribution détient 45% des parts de marché du bio contre 30% pour la distribution spécialisée. . "Le risque, ce serait une dépendance vis-à-vis de la grande distribution mais la grande distribution permet aussi de démocratiser le bio" auprès des consommateurs décrit l'économiste de la Coface. Le mieux serait sans doute une distribution 50/50 dans un souci d’équilibre des prix ...

Autant de défis pas forcément aisé de concilier avec les principes liés au bio. La Coface estime d'ailleurs qu'une "mutation de la filière (…) sera tantôt interprétée comme une adaptation tantôt comme un renoncement à ses principes originels".

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TITANESQUE PROJET GAZIER YAMAL RUSSE

DANS

LE GRAND NORD SIBERIEN

Un projet hors norme au bout du monde: la Russie inaugure vendredi son gigantesque site gazier Yamal, en Sibérie arctique .

Ce projet à 27 milliards de dollars, un des ambitieux du monde dans le secteur, vise à construire en trois étapes une usine de liquéfaction de gaz : elle produira à terme 16,5 millions de tonnes par an à partir de 2019 !

Avec la participation du groupe français Total et de la Chine.

La Russie ambitionne stratégiquement de démontrer sa capacité à exploiter les ressources considérables de l'Arctique et sa capacité à renforcer sa présence sur le marché disputé du GNL. Pourquoi cette région ? C'est que le gaz est abondant et facile à extraire. Mais encore faut-il pouvoir l’exporter. C’est précisément ce que permet de faire le GNL : le gaz est refroidi jusqu’à – 165 degrés et devient liquide. Il peut donc être transporté par bateau.

Contrairement à un gazoduc, cela permet de livrer du gaz dans des zones très éloignées des réserves. Ainsi la Russie alimentera davantage les pays asiatiques, alors qu'elle exporte actuellement surtout vers l'Europe par gazoducs.

L'usine pourra-t-elle fonctionner sans accroc dans l'environnement hostile de l'Arctique en dépit de la glace omniprésente une grande partie de l'année ?

Un nouveau challenge pour Poutine et le groupe privé russe Novatek.

Vladimir Poutine a inauguré vendredi en Sibérie arctique le mégaprojet gazier Yamal, érigé dans des conditions climatiques et géologiques extrêmes. « C'est un grand jour pour nous », a déclaré M. Poutine lors d'une cérémonie officielle dans le port de Sabetta, évoquant « un projet géant pour la Russie ». « Je vous félicite tous pour la première expédition d'un méthanier, nommé d'après notre ami Christophe de Margerie », a poursuivi le président russe en évoquant l'ancien PDG de Total, décédé en 2014 dans un accident d'avion en Russie et qui était « l'un des pionniers » de ce projet, selon Vladimir Poutine.

Le groupe privé russe Novatek, à la tête du consortium international qui mène le projet, a prévu le départ de la première cargaison de gaz naturel liquéfié (GNL) du port de Sabetta vendredi : Le premier des quinze super méthaniers brise-glace "Christophe de Margerie" a emporté la première cargaison de Yamal vendredi vers l'Asie. « Nous sommes confrontés à d'énormes défis pour la mise en valeur de l'Arctique et de la route maritime du Nord-Est », a poursuivi le président russe, qui s'exprimait depuis une salle de conférence alors que les températures atteignent les -28°C. Mais les voilà relevés !

Une production de GNL sur la première ligne de production d'une capacité de 5,5 millions de tonnes par an.

Depuis le début du chantier fin 2013, il a fallu construire un aéroport et un port en plus des réservoirs et de l'usine elle-même ! La construction du site a mobilisé plus de 60 000 personnes pendant quatre ans. Le temps de bâtir dans cette zone totalement vierge une usine de liquéfaction de gaz, un port, un aéroport et une zone d’habitation entièrement tournée vers l’exploitation gazière.

Malgré les sanctions américaines contre Novatek, qui rendaient impossible le financement du projet par les banques occidentales, la Chine est venue à la rescousse...

Un enjeu stratégique de taille

En effet la Russie opte pour le développement du trafic par cette route qui constitue un raccourci maritime : Cette route longeant les côtes septentrionales de la Sibérie, permet aux navires de gagner 15 jours par rapport à la voie classique qui passe par le canal de Suez !!!

Ce trajet accessible par le réchauffement climatique est bordé de ports et de bases militaires pouvant porter secours aux navires en détresse.

À Yamal, où le site ne disposait d'aucune voie d'accès terrestre ou maritime au début du projet, quinze méthaniers brise-glace vont progressivement être mis en service d’ici à 2019 pour livrer le GNL vers l'Europe (46%) et l'Asie (54%).

Après Yamal, Novatek prévoit le développement d'un nouveau projet dans le Grand Nord, Arctique-2.

Ce projet géant sur la péninsule de Gydan, dans la mer de Kara doit à terme produire autant si ce n'est plus que Yamal. Encore en phase d'études préliminaires, Arctique-2, sera plus grand (avec une production de 18 millions de tonnes par an) mais moins cher à construire (10 milliards de dollars) . La fin de la première phase de construction est prévue en 2022-2023.

Total tout comme Vinci sont sur le starting-block .Novatek pour Yamal leur assurerait une participation à la deuxième étape du projet du groupe.

Shell serait aussi sur les rangs...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DES MEGA-CONTRATS

AU QATAR

POUR LA FRANCE

Le président de la République Emmanuel Macron jeudi au Qatar a donné de bonnes nouvelles pour nombre des groupes français du transport et de la défense.Comme tous les présidents avant lui, Emmanuel Macron revêt parfois à l’étranger son costume de VRP du Made in FrancATe. Lors de son déplacement au Qatar jeudi 7 décembre, le président de la République a donnéde bonnes nouvelles pour un certain nombre de groupes français du transport et de la défense : RATP, SNCF et Dassault Aviation.

Au total plus de 11 milliards d’euros de contrats confirmés ou annoncés – 11,1 milliards pour l’industrie française. Le Qatar a levé l’option sur les douze Rafale, d’un montant estimé à 1,1 milliard d’euros, accompagnant les vingt-quatre commandés en avril 2015. Il vient de prendre une autre option pourles vingt-quatre commandés en avril 2015. Il vient de prendre une autre option pour 36 avions de combat.

Les premiers des 36 Rafale qataris sortiront des chaînes d’assemblage de Mérignac en Gironde à la fin de l’année 2018 ou au début 2019.

Des modifications seront apportées par rapport aux Rafale français : ni module nucléaire, ni liaisons de communication à l'Otanmais par contre en plus le pod Sniper de l’américain Lockheed Martin, un capteur optique et laser qui permet de mettre en œuvre les bombes à guidage laser.

La formation de trente-six pilotes et d’une centaine de mécaniciens. 96 Rafale auront été donc vendus en deux ans se fera en France.

Un engagement d'achat pour 490 blindés de type VBCI, conçus par le français Nexter, un chiffre bien supérieur aux 300 engins attendus pour un montant d’au moins 1,5 milliard d’euros permettrait pour la première à ce blindé à huit roues de 30 , capable d'embarquer neuf soldats, d'être exporté.

Avec ces méga-contrats, le Qatar devance désormais largement l’Arabie Saoudite en achats d’armement français.

Côté aviation civile,la commande déjà annoncée en 2011 pour 50 Airbus est confirmée mais elle portera sur les modèles de dernière génération, les A321 Neo pour 5,5 milliards d’euros.

De plus l’expertise de la France dans le transport public est mise à contribution avec l'exploitation du métro de Doha.

Le contrat porte également sur l’exploitation et la maintenance du nout du tramway de Lusail, ville nouvelle actuellement en construction pour le futur grand stade de la coupe du Monde au QatarEN 2022 .

Allié de Paris dans la région, le Qatar est devenu ces dernières années la bête noire des monarchies voisines, qui l'accusent de financer des mouvements terroristes et de se rapprocher de l'Iran chiite et

lui font subir un blocus économique depuis le 5 juin.

Dans sa quête de soutiens diplomatiques dans le cadre de sa guerre froide avec l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, le Qatar a aussi annoncé des commandes de 36 F-15 américains et de 24 Eurofighter Typhoon européens. Mais seule la commande de Rafale est un contrat ferme .

La rencontre impromptue à Riyad avec Mohammed Ben Salman, le prince héritier et nouvel homme fort d’Arabie Saoudite et Emmanuel Macron avait été très mal vue par l’Iran, l’autre puissance régionale.

En se rendant dans le riche émirat gazier, Emmanuel Macron entend apaiser ce début de tension avec Téhéran et « montrer que la France ne choisit pas un camp contre un autre », explique-t-on à l’Elysée.

De plus un nouvel équilibre des pays du Golfe dans les ventes d'armement françaises se confirme. L'Arabie Saoudite privilégie les Américains et l'arrivée de la nouvelle concurrence chinoise, turque Et Paris a su saisir la main tendue du Qatar avec ses demandes d'achats et son carnet de chèques, alors qu'il est mis au ban par voisins sunnites du Golfe.

Une politique française de dialogue avec toutes les parties.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

EXPLOSIF RAPPORT SUR LE SMIC

Rapport explosif !

Un groupe d’experts recommande « de modifier la formule de revalorisation du smic ».

Proposition choc contenue dans le rapport qu’un groupe d’experts indépendants transmis comme tous les ans, aux partenaires sociaux membres de la commission nationale de la négociation collective (CNNC) censé éclairer le gouvernement sur le salaire minimum.

Pas de coup de pouce. Au contraire : mettre à bas la formule de revalorisation automatique.

Il s'agit de rendre le salaire minimum « plus cohérent » vis-à-vis des deux objectifs :

1° Réduction du chômage

2°Lutte la pauvreté.

Depuis sa création fin 1969, le SMIC n'a connu que des

« ajustements relativement mineurs alors que le monde s'est totalement transformé »,

peut-on lire dans le rapport Avant d'estimer que « ces transformations et l'existence, en France, d'un chômage massif qui perdure [...] nécessitent [...] d'adapter le SMIC aux réalités économiques et sociales actuelles. »

Chaque année, le smic est augmenté, automatiquement, en tenant compte de deux données :

1° La progression sur l'année de l’indice des prix (hors tabac) pour les 20 % de ménages les plus modestes.

2° La moitié de l’évolution annuelle du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE).

Or le caractère automatique tend à pénaliser l’emploi des personnes les plus fragiles.

Une telle procédure engendre des effets pervers, selon le comité d’experts :

1°En effet la croissance du PIB étant inférieure à celle de la zone euro le taux de chômage reste élevé. De plus les entreprises n'ont pas encore retrouvé leurs niveaux de marge d'avant crise.

Ne parlons pas du secteur productif qui souffre d'un déficit de compétitivité comme le montrent les baisses de parts de marché à l'exportation

2°Elle nourrit une « forte circularité entre les hausses du smic et celles des salaires ». Dans les accords de branche sur les rémunérations, « le taux de revalorisation moyen des salaires minima est étroitement lié au taux de revalorisation du smic », selon le rapport. Au détriment de la compétitivité de la France et de l'emploi des moins qualifiés. Ainsi les salaires des non-cadres ont en moyenne augmenté de 0,9 % en 2017, suivant exactement la progression du salaire minimum mais ceux des professions intermédiaires ont stagné, selon un baromètre du groupe Randstad publié mardi.

Cette fois-ci, le rapport a ouvert la « réflexion à des pistes de réformes possibles ».

Partant du constat que la revalorisation du smic a des retombées limitées sur le sort des plus modestes (Une étude montre qu’un accroissement de 1 % du salaire minimum produit « un effet faible, voire nul, sur le revenu disponible des ménages » – l’augmentation de la rémunération étant contrebalancée par une diminution des prestations et une légère hausse de la taxe d’habitation!!), le rapport conclut à des réformes nécessaires .

Les deux premières - régionalisation du SMIC ou modularisation en fonction de l'âge - ont été abandonnées, fautes d'être concluantes.

Deux options se dégagent alors :

1° Suppression dans la règle d'indexation du SMIC le paramètre lié à la progression de pouvoir d'achat (SHBOE) ce qui redonnerait des marges de décision à l'exécutif mais aussi garantirait le pouvoir d'achat du SMIC.

2° Suppression de toute règle d'indexation automatique. Avec la maîtrise des hausses du SMIC dans les périodes de creux économiques pour la préservation des emplois, l’exécutif prenant l’engagement de préserver celui-ci, sur trois à cinq ans

L'une et l'autre des deux options,selon les experts, favoriserait le rôle de la négociation collective.

Pour combattre la pauvreté, insiste le rapport, il est plus efficace de majorer la prime d’activité – issue de la fusion de la prime pour emploi (accordée aux salariés chichement rétribués) et du RSA-activité (un complément de ressources pour les travailleurs pauvres).

Reste la marge de décision politique.

Au premier janvier dernier, le Smic (salaire minimum) a été augmenté de 0,93 % par le gouvernement pour s'aligner notamment sur l'inflation.

Si le gouvernement veut afficher un geste politique, il doit aller au-delà de la revalorisation automatique qui peut être importante. « Dans les faits, depuis sa création, le SMIC a augmenté plus vite que le salaire moyen », rappelle le rapport.

Le gouvernement devant très probablement suivre cet avis, le SMIC n'augmentera en conséquence au 1er janvier prochain « que » sous l'effet de ses deux composantes de revalorisation automatique...

la France suivrait un régime « à peu près semblable à celui en vigueur dans la très grande majorité des pays où existe un salaire minimum national et où le gouvernement porte la totale responsabilité de sa revalorisation », toujours selon les préconisations du rapport.

A suivre...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

SOMMET UA-UE OU UN ENIEME

RENDEZ-VOUS ECONOMIQUE MANQUE

Le partenariat Europe Afrique n’a pas démontré son efficacité. La conjoncture actuelle le prouve, avec une vague d’émigration de jeunes désespérés vers une Europe encore convalescente en termes de croissance.

« Les deux continents, pourtant liés par l’histoire et par la géographie, ont raté la marche de l’Histoire. La coopération n’a pas réussi à éviter à l’Afrique des contre-performances qui se résument en quelques chiffres : 2 % du commerce international, 1,1 % de la production manufacturière mondiale et 13 % des échanges commerciaux intra-africains. C’est paradoxal pour un continent qui recèle 10 % des réserves mondiales de pétrole, 40 % des réserves mondiales d’or, 80 % du chrome, 90 % du groupe des métaux du platine et 30 % des ressources minérales du monde. » ? constate amer un spécialiste africain.

Une des occasions manquées semble liée à l’incapacité du vieux Continent au développement intelligent d'une prospective consistant à prendre l’Afrique comme un partenaire stratégique avec qui développer des complémentarités.

L’Europe n' aurait-elle pas commis une erreur historique en refusant toute idée de plan Marshall après les indépendances, à l’inverse des Américains qui ont été plus inspirés ?

Les stratégies de coopération ont oublié des domaines importants comme de solides alliances industrielles de complémentarité assorties de transferts massifs de technologie. Résultat : de faibles capacités de transformation des matières premières locales, peu de valeur ajoutée dans l’exportation des produits tropicaux, chômage endémique, émigration.

L’aide, ciblée suivant les priorités européennes, n’a pas été une solution au développement de l’Afrique.

Une bonne partie étant dévoyée et recyclée à l’extérieur (plus de 50 milliards de dollars annuellement selon l’Union Africaine)....

Pourtant une synergie réfléchie gagnant-gagnant était possible ; l’Afrique recelant des matières premières abondantes, un dividende démographique et une main-d’œuvre bon marché et de véritables relais de croissance. L’Europe de son côté prenant avantage sur la technologie ...

L’Afrique : un continent courtisé

Les difficultés lors de la finalisation d’Accords de Partenariat Économiques (APE) déséquilibrés, malgré les pressions européennes, reflètent l’avènement d’un nouvel état d’esprit du côté Africain : « une Afrique décomplexée  ». La résurgence d’une société civile aux aguets, les récentes prises de position engagées des intellectuels africains sur le Franc CFA, sur la situation esclavagiste en Libye et sur les récentes déclarations du Président Macron suffisent pour s’en convaincre. L’Europe doit se rendre compte qu’elle a un partenaire africain de plus en plus « courtisée », instruite et consciente de ses responsabilités.

Le cinquième sommet Afrique-Europe se tient ces mercredi et jeudi à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire. Quelque 5000 participants, y compris 83 chefs d’Etat et de gouvernement de 55 pays d’Afrique et de 28 pays de l’Union européenne y sont attendus. Le flux de migrants africains se rendant en Europe est l’un des grands sujets à l’agenda.

Selon Vijay Makhan, ancien diplomate mauricien et sous-secrétaire général de 1995 à 2003 de l’OUA, désormais l’Union africaine, les intérêts entre l'Europe et l'Afrique sont mal défendus. Et là, évidemment, mis à part les conflits armés et la situation de paix et de sécurité, les obstacles liés au développement et aux questions sociales et économiques, y compris le financement,auraient dû  être abordés.

C'est pourquoi les dirigeants africains multiplient les sommets tantôt avec les Etats-Unis, tantôt avec la Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie.

L'Afrique regorge de richesses naturelles. De ce fait, à l’instar de l’UE, tous les grands pays, y compris les émergents, se bousculent pour avoir leur part.

L’Europe a-t-elle les moyens d’avoir une politique africaine dans un environnement compétitif, notamment dû à la Chine? la Chine, qui finance à grande échelle des projets d’infrastructures, incontournables au développement du continent.

La France la première a abandonné l’Afrique à la médiocrité de ses intérêts à court terme. Le ministère de la coopération de la rue Monsieur vendu aux Chinois, les agences bancaires des vieux comptoirs aux Marocains, l’aide bilatérale s’est évaporée. Et cela pile, au moment où l’Afrique se réveillait. La France n'a pas montré sa présence au cours des 25 ans où la population a doublé, ou une classe moyenne a émergé, où les besoins en équipements ont explosé, où un marché réel enfin s’est constitué...

Tout faire pour que le sommet entre l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) ne se CRISTALLISE pas seulement sur la question des migrations : telle était la consigne répétée, à Bruxelles comme à Abidjan, la capitale économique ivoirienne où se tenait mercredi 29 et jeudi 30 novembre, cette réunion entre les principaux dirigeants de deux continents. « Nous ne souhaitons pas que ce soit le seul thème évoqué, mais il serait surprenant qu’il en soit autrement », regrette un diplomate bruxellois.

Le continent le plus riche et le plus jeune, un dialogue de géants. 10 000 participants pour conseiller, protéger, raconter les chefs d’État et chefs de gouvernement … 55 Africains, 28 Européens Sans compter les personnages considérables qui incarnent les organisations internationales.

Cette année, thème obligé des discours : l’immigration et la sécurité.

Un énième rendez-vous manqué !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES BANQUES AU REGIME SEC

Si l'annonce du prochain plan stratégique de la Société générale a secoué l’ensemble du monde bancaire et tous les personnels, c'est parce qu’une grande banque annonce  la nécessité de s’adapter aux numériques: une grande mutation pour éviter le syndrome de la sidérurgie.

La Société générale, la première institution financière à annoncer clairement, fin 2015, des mesures d’économies dans son activité de banque de détail, a enclenché la même stratégie dans d’autres, notamment LCL, BNP Paribas et BPCE.

Pour toute la baisse de la fréquentation des agences le développement des opérations sur smartphones ont joué sur ce choix.Les conséquences du numérique pèse donc très lourd sur la disparition de certains métiers. En France, un quart des emplois bancaires serait menacé par le développement du numérique.

Google, Amazon, Facebook ou Apple pourraient bientôt proposer des comptes bancaires en ligne.

La Société générale a décidé de durcir encore le traitement appliqué à son activité de banque de détail en France dans le cadre de son plan stratégique pour 2020 « Transform to grow » présenté, mardi 28 novembre, aux investisseurs, lors de l’Investor Day. Est prévu la suppression de plus d’une centaine d’agences supplémentaires.

Ainsi, au terme du plan, l’enseigne ne comptera plus que 1 700 agences dans l’Hexagone, soit un réseau équivalent à celui de LCL (1 640).« Ce plan pourrait conduire à environ 900 suppressions de postes en complément des 2 550 déjà annoncées début 2016, portant leur nombre total à environ 3 450 à l’horizon 2020 », a précisé le groupe dans un communiqué.La Société générale supprime ainsi progressivement des postes dans ce métier de banque de proximité, en fermant des guichets, en réduisant de 20 à 14 ses plates-formes de centres de traitement (back-office) et en automatisant 80 % des processus internes entre l’agence et le back-office d’ici à 2020

Dans le même temps, elle a choisi un investissement de 150 millions d’euros pour différents projets innovants capables d'une accélération de la transformation numérique de son modèle , d' amélioration de l’expérience client, et d'offres de nouveaux services aux consommateurs.

L’affaire Kerviel a remis en question une stratégie mise en place avant la crise.

Les Etats ont obligé les banques à être un peu plus réservées dans leur façon de spéculer

Les banques ont trois défis majeurs :

1° Les banques ont à relever celui de la sécurité financière.

En effet la sécurisation des activités est au cœur de la stabilité bancaire. Alors, l’Etat et les organismes régulateurs fixent des obligations (c’est l’objet de Bâle 3, puis bientôt de Bâle 4), mais cette régulation oblige les banques à détourner une partie de leurs ressources pour renforcer leurs fonds propres et leur solvabilité. Et le renforcement de leurs fonds propres, c’est autant de capitaux qu‘elles auront en moins pour financer l’économie et prendre des risques avec les entreprises.

2° La confiance des investisseurs échaudés par le risque d’amendes aux Etats-Unis demande à être restaurer.

La banque a a fait le pari de parvenir à une croissance annuelle de 3 % de son chiffre d’affaires d’ici à 2020. Pour se faire elle compte justement sur l’international en compensation du contexte atone en France. La banque a particulièrement jeté son dévolu sur la Russie. Si elle occupe des positions de premier plan en Roumanie et en République tchèque, l’institution pourrait fermer ou céder d’autres activités jugées trop peu rentables en Europe de l’Est. L’Afrique fait également partie des « challenges » à relever pour la banque .

La banque s’engage également sur une hausse de sa rentabilité, avec un objectif de rentabilité des fonds propres (ROE) de 10 % en 2020 (contre 7,3 % en 2016).« Les dividendes vont pleuvoir pour les actionnaires, le régime sec et les suppressions de postes sont amplifiés pour les salariés ! », s'insurge la CGT face à la suppression de postes de la Société générale, en qualifiant l’Investor Day d’« “exercice obligé”, exclusivement tourné vers les analystes et les actionnaires, pour rassurer les marchés. »

3° Le développement de Boursorama , la banque en ligne, va être poussé à fond.

Alors que le secteur bancaire a été absorbé par le lancement d’Orange Bank, Société Générale a fait remarquer au nouvel entrant que « la banque n’était pas gratuite », tout en confirmant sa volonté de « booster » son fleuron Boursorama.

SG se fixe un objectif de 2 millions de clients pour la banque en ligne à l’horizon 2020. « Nous avons une stratégie consistant à développer à fond Boursorama, qui a un modèle extrêmement efficace opérationnellement et offre la totalité des services bancaires : du crédit à la consommation, du crédit immobilier, de l’épargne, des services de paiement. Nous avons avec Boursorama incontestablement un leader en France dans la banque en ligne » avait déclaré Frédéric Oudéa .

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

HAUSSE DU CHOMAGE EN FRANCE EN OCTOBRE

Le chômage est encore en hausse pour le mois d'octobre malgré quelques les bons signes de l'économie française.

Le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi est reparti en légère hausse en octobre avec 8 000 chômeurs supplémentaires soit une hausse de 0,2 %. Pôle emploi dénombre désormais 3,48 millions demandeurs d'emploi en métropole.

Le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) est en baisse de 1 % sur trois mois, en hausse de 0,5 % depuis début 2017 et quasi stable sur un an (+0,2 %).

Difficile d'avoir une tendance à interpréter la hausse du chômage d'octobre puisqu'elle coïncide avec une baisse en miroir (-7900, -0,4 %) du nombre de demandeurs d'emploi ayant exercé une activité au cours du mois.

Le nombre d'inscrits à Pôle emploi et tenus de rechercher un emploi s'est stabilisé en octobre à 5,62 millions.. Que ce soit en catégorie A (chômeurs) ou en incluant les catégories B et C (activité réduite comprise), les tendances sont identiques en comptant l'outre-mer.

Pour ne pas tomber dans le piège de l'ancien gouvernement, le nouveau a décidé de changer sa périodicité.

La Dares, service des statistiques du ministère du Travail, publiera, désormais tous les trois mois, le nombre moyen de demandeurs d'emploi sur le trimestre.

La nouvelle mouture vise à «mettre davantage l'accent sur l'évolution tendancielle plutôt qu'au mois le mois», explique le ministère du Travail, qui considérant « que les évolutions mensuelles ne sont pas significatives, n'ont pas beaucoup de sens».

Depuis sa nomination en mai, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait préfiguré cette évolution ne commentant pas les chiffres mensuels.

Un des anciens titulaires du poste, François Rebsamen en parlait comme "d'un grand moment de solitude".

L’actuelle ministre, Muriel Pénicaud, s'est affranchie de cette contrainte en refusant dès son arrivée de commenter ces statistiques.

C'est donc une des dernières fois que ces statistiques sont publiées mensuellement, car à partir de 2018 seront publiés de façon trimestrielle.Avec par ailleurs, des précisions supplémentaires sur les motifs d'entrée et de sortie à Pôle Emploi.

Tous les économistes s'accordent à le dire depuis longtemps, ces données ne rendent pas compte des évolutions du marché du travail. D'où la réforme susceptible de rendre mieux compte des évolutions sur une durée plus longue donc plus significative.

Carl Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ORANGE DEMARRE DANS LA BANQUE

Repoussé à plusieurs reprises, le projet Orange Bank, vient d’être lancé comme un défi, avec son service phare, Orange Bank Mobile.

Le projet remonte à 2013. Il a réellement été enclenché en 2016, avec l’acquisition des activités bancaires de Groupama (en grande difficulté financière alors). Annoncé pour une mise en service en juillet 2017, puis repoussé au 2 novembre, le groupe a pris son temps pour le lancer.

A l’origine conçu comme un service de banque en ligne 100% mobile, le rachat de Groupama va lui permettre de s’appuyer sur un réseau d’agences. A ce réseau, va s’ajouter celui du GAN, lui aussi engagé dans l’aventure bancaire. A eux deux, les groupes totalisent 200 guichets. En fait Orange Bank va ouvrir à terme quelques 850 boutiques, pour un investissement de 500 millions d‘euros.

Le nouveau groupe compte s’appuyer sur le potentiel des quelques 28 millions de clients Orange/téléphonie en France (207 millions d’abonnements au mobile dans le monde).

Les clients d’Orange téléphonie sont en effet autant de cibles potentielles pour développer rapidement le nombre de clients du service bancaire. Il se dit aujourd’hui, 10 jours après le lancement de l’opération, qu’Orange Bank aurait déjà engrangé 9000 clients ?

L’idée de la création d’une banque trottait déjà depuis longtemps dans la tête de Stéphane Richard, patron d’Orange téléphonie et dans celle de Marc Rennard, le directeur général adjoint expérimenté et grand connaisseur du « banking » en ligne. Aussi, l’un et l’autre refusent toute idée de retard dans la préparation et le lancement du projet, disant qu’ils ont préféré prendre leur temps pour réfléchir !

L’opérateur téléphonique ne se jette pas en effet dans l’inconnu. Dès 2008, il avait lancé sur le marché africain, un service Orange Money, conçu comme un outil de transaction sûr et rapide et d’attribution de microcrédits. En quelques temps Orange Money a conquis 13 millions d’utilisateurs au travers du continent africain.

Mais Orange Bank va aussi bénéficier des expériences acquises dans son activité Orange Finanses, en partenariat avec mBank, pour un service bancaire proposé en Pologne.

Les objectifs de l’opérateur à court terme sont déjà fixés. Orange souhaite pour ses seules activités bancaires dégager un chiffre d’affaire de 400 millions d’euros en 2018.

L’entreprise voit donc les choses en grand, au risque de commencer à inquiéter les réseaux bancaires traditionnels ou les néo-banques qui se sont créées depuis quelques années comme Boursorama rattaché à la Société Générale, Fortunéo rattaché au Crédit Mutuel comme Arkéa, compte Nickel et Hello Bank rattachés à la BNP, BforBank rattaché au Crédit Agricole sans oublier le petit dernier Czam exploité par le Groupe Carrefour.

Malgré sa façade Finetechs, Orange Bank se revendique comme une banque de plein exercice, qui progressivement va développer un service de prêts immobiliers et de prêts à la consommation.

Orange Bank ne démarre donc pas de rien, contrairement à certains groupes qui se sont lancés dans la banque en ligne sans socle solide. Orange Bank sait pouvoir s’appuyer sur un instrument essentiel, clef du succès ....le Smartphone.

Des pleurs et des grincements de dents sont donc à prévoir chez certaines banques au réseau pléthorique.

Face à la menace, un grand nombre d’entre elles ont déjà commencé leur révolution par des licenciements massifs de leur personnel.

A laquelle peu de nos concitoyens s’attendent !

S’agissant des licenciements de personnel, la « petite liste » (des licenciements effectués sur quelques mois seulement, les tous derniers) ci-dessous donnera un aperçu de ce qui se passe (sur 3 mois environ) en France, en Europe ou dans le Monde :

Banco Carige (la plus vieille banque du monde) : 1000 banquiers jetés à la rue

La banque Monte Paschi a déjà disparu ; elle pourrait être rachetée pour 1 € par la Banque Postale (France)..

Banco Intenso Saopaolo Italie : 3000 banquiers jetés à la rue.

ING Bank : 796 salariés de plus de 55 ans ont quittés récemment la banque après négociation.

Paypal : un centaine de salariés vient d’être licenciés

PHH : 700 financiers ont été remerciés et les dossiers d’emprunteurs avec...

Postfinance Suisse, la Banque Postale Suisse : la banque envoyait 50 salariés chez Suisse emplois.(l’équivalent de Pôle Emploi en France)

RBS-UK : la banque va jeter à la rue 900 banquiers

UBS Suisse vient d’annoncer le licenciement de 30 000 banquiers sur le 5 prochaines années.

Banque Postale : de grosses rumeurs de licenciement circulent en ce moment.. Ce qui crée un doute quant au rachat de Monte Paschi, même pour 1 €.

HSBC a jeté 200 banquiers à la rue, qui travaillaient dans son agence régionale de Floride et c’est très peu par rapport aux centaines de milliers de licenciements qui ont eu lieu de part le monde depuis 2014.

Par ailleurs, en 10 ans, 25% des Banques Européennes ont disparues (Source Agefi et BCE).

Soit elles ont déposé le bilan, soit elles ont été rachetées, soient elles ont fusionné. Depuis la crise de 2008, le déclin des banques de détail s’est accompagné par une croissance exponentielle des Fonds d’Investissements, un secteur qui a carrément augmenté de 160 %.

D’une façon générale, les banques sont aujourd’hui de plus en plus en difficulté, ce qui les amène à tout faire pour retenir l’argent liquide de leurs clients, lesquels devraient curieusement disparaître. C’est déjà le cas en Suède et à Bruxelles prépare un train de mesures en ce sens. Dans ce nouveau schéma, les commerçants risquent d’être appelés à servir de DAB à leurs clients ? Une révolution !

Pour éviter le pire, les banquiers n’ont d’autre choix que d’augmenter vertigineusement leurs tarifs vis- à- vis de leur clientèle privée, voire d’inventer des tarifs nouveaux.

En cela, ils ne font que suivre les conseils de Mario Draghi patron de la BCE (information donnée par agence Reuters) lequel a déclaré récemment : " le rendement total du capital des banques pourrait chuter de 40% si les taux d’intérêt devaient rester à leur taux actuel (parfois négatifs) entre aujourd’hui et 2021. Aussi les autorités de régulations (dont lui même avec la BCE) saluent le fait que les banques aient trouvé des revenus alternatifs" (que c’est joliment dit !)

Même les services économiques de grands journaux, sérieux, comme le Figaro semblent commencer à mesurer cette réalité bancaire, ayant conscience que même certains de leurs clients, riches ou pas riches, risquent de se faire dépouiller par le système.... après les clients pauvres.

Il a fallu l’enquête de 65 millions de consommateurs et de l’UNAF, publiée ces dernières semaines pour que cette situation grave soit enfin reconnue.

A l’examen de ce tableau, on s’aperçoit que ce sont les banques dites populaires qui facturent les tarifs les plus chers. Salauds de pauvres !

Ces dérapages et cette situation commencent à inquiéter la Commission Européenne, qui vient de faire paraitre début novembre 2017 un communiqué rédigé en ces termes : « Il faut maintenir une présence territoriale bancaire dans des zones ou de nombreuses banques ont déjà déserté, pour favoriser l’accès des personnes économiquement défavorisées à un accès normal aux services bancaires ». Il est vrai que des élections se profilent au niveau européen. La date des élections européennes a été fixée pour mai 2019.

Orange Bank pourrait- t- il pallier ces difficultés avec ses services de banque en ligne ?

Toutes les informations qui précédent donnent le tournis et on comprend qu’UFC que Choisir, qui promet à sa création la gratuité complète des moyens de paiement, l’ouverture gratuite d’un compte en banque, des retraits gratuits dans les voit plutôt d’un bon œil les nouveaux services d’Orange Bank distributeurs en France et en Europe, pas de frais sur le virements et les prélèvements et la suppression des délais entre réalisation d’une opération et son affichage , dernière condition très favorable lorsque on sait que certaines banques traditionnelles continuent d’appliquer des délais difficiles à justifier, si ce n’est par le fait que celles-ci ont besoin journellement de liquidités importantes.

Nous avons relevé un bémol toutefois. On ne sait pas encore aujourd’hui, quel sera le niveau des frais (notamment les commissions d’intervention en cas de découvert) ou encore les frais de commission pour des paiements à l’étranger que pratiquera Orange Bank. Affaire à suivre donc !

Clara Mitchell pour DayNewsWorld

"PARADIES PAPERS" OR TAX OPTIMIZATION

The fight against tax evasion is an old story of our G20 leaders in the G20. Since then, legislation has been strengthened, but to no avail.

The IMF figures at 5,500 billion euros the annual transit by tax havens.

According to the work of the young economist Gabriel Zucman, assistant professor at the University of Berkeley in the United States,

70 billion euros would escape the tax system of Europe including 11 billion euros for France.

Why do we talk about "Paradies Papers"?

A leak of documents initially transmitted in 2016 to the German daily Süddeutsche Zeitung by an anonymous source allowed the International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) to look into it.

The International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) is made up of 380 journalists from 67 countries.

Nearly seven million documents were scrutinized by the 380 journalists who worked on the Paradise Papers .

These are from Appleby . Unlike the Panama-based firm Mossack Fonseka, which originated the Panama Papers, Appleby is a well-respected tax optimization firm . Tax optimization is not illegal in itself.

This cabinet, created in the nineteenth century by the British Reginald Woodfield Appleby. is now settled in a dozen states including Bermuda, the British Virgin Islands or the Cayman Islands.

What exactly is he doing?

His tax lawyers study the law of each location where his corporate clients plan to open a branch based on the tax benefits of each jurisdiction.

Tax optimization means using all the legal systems offered that lead to complex financial arrangements.

In the case of "Paradise Papers" the issues are therefore legal.

Joanne Courbet for DayNewsWorld
There are no translations available.

SURTAXE DE TROIS CENTS GRANDES ENTREPRISES EN GUISE DE COMPENSATION DE L'ANNULATION DE LA TAXE A  3 % SUR LES DIVIDENDES.

Le gouvernement a fini par trancher : il va imposer aux 300 plus grandes entreprises françaises une surtaxe exceptionnelle pour rembourser une partie de la taxe sur les dividendes instaurée sous le quinquennat Hollande, mais invalidée par le Conseil constitutionnel.

Ce sont donc trois cents entreprises réalisant plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires qui devront s'acquitter de cette surtaxe exceptionnelle en 2017 , a annoncé le ministre Bruno Le Maire. Cette dernière va permettre de compenser en partie seulement la facture de 8 à 10 milliards d'euros ! Le reste de la facture sera prise en charge par la puissance publique en 2018, c'est-à-dire par le contribuable.

Le Conseil des ministres entérinera jeudi ce dispositif dans un projet de loi rectificative d’urgence. « J'ai conscience que je leur (aux entreprises  NDLR) demande un effort considérable », a reconnu le ministre de l'Economie et des Finances sur France 2 mais « Je fais appel à leur sens civique. Ce sont des entreprises qui se portent bien, qui ont de bons résultats » a-t-il ajouté.

Concrètement, les taux appliqués seront les suivants: au delà de 1 milliard d'euros de revenus, le taux normal d'IS passera de 33,3 % à 38 %, pour grimper à 45 % au delà de 3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Le gouvernement aurait prévu un plafonnement à 300 millions.

Bruno Le Maire insiste sur la nécessité de respecter ses engagements sur la réduction du déficit public à moins de 3 %, raison pour laquelle il n' a pas voulu compter sur l'embellie de la conjoncture économique.« Je préfère tenir bien les comptes publics de la Nation. (…) Je préfère que notre voix française retrouve sa crédibilité » en Europe, s'est justifié le locataire de Bercy.

Le choix ne lui était d'ailleurs pas donné dans la mesure où la Commission européenne a réclamé à la France des précisions sur ses efforts budgétaires à la suite de l’invalidation de la taxe.

Le Medef, par la voix de son vice-président Thibault Lanxade, a dénoncé une « injustice totale » et a demandé des contreparties au gouvernement, en particulier sur le crédit d’impôt compétitivité emploi. « Pas de compensation » a rétorqué Bercy.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA PENURIE DE BEURRE REALITE ECONOMIQUE

OU

SPECULATION FINANCIERE

Pour les agriculteurs éleveurs, la pénurie de beurre « n’existe pas » matériellement en France. Il y a en effet toujours autant de vaches laitières sur le sol français (voire peut être plus) qui produisent toujours autant de lait et par suite de la crème laquelle est transformée en beurre.

On ne peut que les croire car les briques de crème ou autres pots de crème ne manquent pas sur les rayons des grandes surfaces et autres circuits de distribution.

Par ailleurs, s’il y avait eu une réelle pénurie de lait par manque de production, le prix du litre de lait payé aux agriculteurs serait inévitablement monté, selon les bons principes du capitalisme mondialisé et libéral.

Or n’est pas le cas !  ( voir sources cours du lait http://www.web-agri.fr ) Les éleveurs manifestent d’ailleurs régulièrement leur mécontentement à propos de l’insuffisance des prix qui leur sont octroyés, lesquels n’assurent pas l’équilibre financier des exploitations...

Jeudi 26 octobre, les éleveurs ont voulu rétablir la vérité. Ils l’ont fait en distribuant des affichettes ou en les apposant dans les rayons de produits laitiers des grandes surfaces. Ils l’ont fait par exemple en Iles et Vilaine, dans la Sarthe, à Rennes dans le super marché Cora etc...

Dans ces affichettes, ils dénoncent l’information mensongère affichée depuis plusieurs  jours dans ces magasins qui prétendent que si le beurre manque, c’est que la production est insuffisante...

On va essayer d’éclaircir cette problématique pour vous...

Le problème des rayons vides de plaquettes de beurre de toutes origines, depuis 2 semaines est d’abord un problème de demande très importante de beurre français (réputé pour sa qualité et son gout) par les Etats Unis, le Japon et la Chine. La  demande intérieure a explosé dans ces pays. Il est ensuite dû, aux rudes négociations engagées depuis quelques mois entre la grande distribution et les industriels de l’agro-alimentaire.

Dans un article d’Ouest France du 27 octobre 2015, Liang Zhang, PDG de Synutra International, fabricant chinois de lait en poudre, se confiait sans gêne : « Les Européens disent que les Chinois viennent en Europe pour la qualité et la sécurité. Ce ne sont que des paroles ! Je viens en Europe pour gagner de l’argent ». C’est clair ! Exit au passage le scandale du lait chinois frelaté à la mélamine qui a été à l’origine de la mort, très médiatisée de plusieurs bébés, ce qui a provoqué, au pays de l’enfant unique, un énorme scandale ! Vive le business donc et le lait en poudre européen, mais surtout français! A ce niveau, il n’y a pas d’état d’âme !

Il faut ajouter que derrière Synutra, il y a une holding américaine auparavant domiciliée aux Bahamas portant le  nom de Vorsatech Ventures.

Synutra , qui n’a pas voulu traiter directement avec les éleveurs a ficelé son système d’approvisionnement en ne négociant qu’avec les coopératives, constituées en plaques tournantes. Celles-ci  collectent le lait dans les fermes. C’est avec Sodiaal, la première coopérative laitière française (et cinquième mondiale) que l’industriel chinois a décidé de traiter principalement . Sodiaal s’est imposé dans le territoire breton en rachetant Entremont et la Coopérative Unicopa en 2010. Sodiaal collecte aujourd’hui 800 millions de litres de lait auprès de 1851 producteurs bretons.

La seconde étape de Synutra a été  d’implanter carrément, une énorme unité de fabrication de lait en poudre en France. L’usine monumentale a été implantée en plein centre de la Bretagne (le Kreiz Breizh en breton) à Carhaix, à un moment ou plusieurs entreprises alimentaires venaient de fermer : Marine Harvest la base Intermarché, Tilly, Sebco, Gad, Doux, Entremont et d’autres encore. Il y avait donc de la main d’œuvre immédiatement disponible, parce que au chômage ! L’usine à lait en poudre, gigantesque  de Synutra a été construite en bordure de la rocade de Carhaix. Elle exporte une grande partie de sa fabrication vers la Chine, à l’intention des femmes chinoises qui ne nourrissent plus leurs enfants au sein, parce qu’elles travaillent. Le lait en poudre est devenu à la suite de cela, l’Or Blanc breton.

Toutes ces transformations économiques n’ont pu se faire qu’à la suite de l’abandon des quotas laitiers en Europe depuis avril 2015 et de la disparition des outils de régulation qui existaient.

Ce nouveau modèle de production conduit tout naturellement vers des fermes de 200 à 300 vaches, voire 1000 vaches qui suscitent un rejet unanime des habitants riverains ou proches géographiquement. Cette logique vers un nouveau modèle industrialisé dans le domaine agricole s’est progressivement imposé, faisant peser une pression insoutenable sur les petites exploitations de 40 à 50 ha, qui ferment peu à peu, après que l’agriculteur, placé à leur  tête se soit très souvent suicidé, la corde au cou, au sens propre comme au sens figuré. Selon les statistiques de la MSA, un agriculteur se suicide tous les 2 jours et le nombre de suicides dans la profession a été multiplié par 3 ces dernières années.

Comment en effet dans un tel contexte les exploitants peuvent- ils négocier leur contrats (prix, volume, mesures de qualité) avec des industriels dont le cœur du pouvoir se cache à des milliers de kilomètres ?

L’usine de Carhaix, un investissement à 700 millions d’euros, a été inaugurée le 28 septembre 2016 (retenez la date). Le ruban a été coupé en présence de nombreuses personnalités à 10h08, le chiffre 8 étant le chiffre favori des chinois, synonyme de fortune. Un feu d’artifice a clos les cérémonies « pour chasser les mauvais esprits » ??

Il est facile de comprendre, en corrélant les différentes dates de décisions et de démarrage d’exploitation, que les exportations massives vers la Chine, à partir du port de Brest, qui a vu son activité exploser, a eu lieu au détriment du marché intérieur français, situation dont il est aisé de faire le constat aujourd’hui en voyant les rayons vides dans les grandes surfaces. Chaque français peut ainsi toucher directement du doigt (et de l’estomac) l’effet pervers d’une mondialisation incontrôlée de l’économie ou règne la loi du plus fort  et du plus avide.

Les premières à ressentir les effets directs de la mise en service de l’usine de Carhaix ont été les biscuiteries bretonnes, qui depuis le mois de janvier 2017 ne parviennent pas à s’approvisionner en quantité suffisante en beurre breton. Yves Guillateau, patron de la biscuiterie Joubard à Pontivy décrivait dès janvier 2017 cette situation désastreuse pour les fabricants de produits à base de beurre (biscuits, mais aussi croissants, viennoiseries, gâteaux, plats pré-préparés etc...) en indiquant que le prix du beurre avait augmenté de 60%  entre janvier et aout 2016, impactant ainsi profondément leur conditions de production et les prix de vente de ces produits.

La situation de la Bretagne s’est peu à peu étendue à l’ensemble de la France, par effet domino. On ne trouve plus par exemple en ce moment de beurre AOC de Bresse, si fameux pour son gout.

Il est évident que dans un tel contexte, la spéculation s’est inévitablement installée, le beurre industriel pouvant être stocké et congelé en attendant que les cours remontent ou montent tout simplement.

Horreur supplémentaire ! La France, grande consommatrice de beurre (réhabilité ces dernières années par les nutritionnistes) est obligée d’importer du beurre en provenance de ... Nouvelle Zélande. Un paradoxe inadmissible pour beaucoup !

Pour ajouter à la confusion et à la crise provoquée par la mondialisation, les transformateurs de produits laitiers comme Candia ou l’Association des producteurs de lait Indépendants, évoquent d’autres facteurs contribuant à la pénurie en beurre : les chaleurs du mois de septembre 2016 (mais le phénomène s’est reproduit en 2017) ont fait que les vaches ont produit moins de lait chargé en matières grasses, ceci à cause « de la diminution des ressources fourragères de qualité »

La seconde raison de la pénurie de beurre constatée en ce moment, trouve, selon les éleveurs leur origine dans le conflit qui oppose la Grande Distribution et les Industriel qui refusent de livrer les grandes surfaces tant que les négociations annuelles sur les prix n’auront pas eu lieu dans des conditions qui prennent en compte l’envolée des prix de la matière première depuis 2016.

En effet Edouard Leclerc et ses copains refusent encore toute hausse des prix du beurre...pour protéger les intérêts des consommateurs ? Un bras de fer a été engagé, les deux parties ne parvenant pas à s’accorder. Les industriels veulent bénéficier de l’envolée des prix alors que la Grande Distribution refuse, en cours de saison, toutes augmentations de ceux- ci.

Il faut rappeler que la grande distribution a négocié ses prix en février 2017, pour un an et que les contrats vont commencer à être rediscuter seulement à partir de novembre (ils auraient  pu l’être au bout de 6 mois, mais le blocage est resté entier sur ce problème sensible). On peut donc supposer, par anticipation, que le prix du beurre devrait prendre en compte la hausse des prix mondiaux et augmenter de 60% environ à partir du mois de janvier 2018.

En conclusion, même si le gouvernement s’inquiète des conséquences de la pénurie de beurre à la veille des Fêtes de Noel, il faut souligner que celui- ci n’a pris aucune initiative et aucune décision pour qu’une partie suffisante de la production  soit réservée à la consommation intérieure.

Les rayons vides réveillent chez certains de mauvais souvenirs, ceux des restrictions imposées par le pouvoir nazi dans les années 39-40, lequel dirigeait la plus grande partie de la production agricole française vers l’Allemagne pour satisfaire la demande des citoyens allemands. Alors ,serait- il possible au XXI siècle, que le consommateur français soit obligé de faire à nouveau la queue pour pouvoir acheter une mini plaquette de beurre ?? Un vrai cauchemar.

Pour d’autres, cette mauvaise histoire de beurre, démontre tout simplement qu’Emmanuel Macron est tout entier soumis à la très haute finance internationale spéculative (rappelez-vous, que c’est un fond américain qui coiffe l’industriel chinois qui s’est installé en Bretagne).

L’Europe n’a pas élevé la voix non plus et les consommateurs allemands, qui ne sont pas soumis à la même règlementation  ont déjà pris de plein fouet une hausse de 50% du prix du beurre.

Ces constats sont choquants, surtout lorsque l’on pense à ces agriculteurs désespérés ; mais aussi aux paysages défigurés par ces futurs projets de fermes de 1000 vaches qui fleurissent ici ou là, aux dangers (Monsanto et la polémique sur le glyphosate) auxquels sont exposés les agriculteurs qui pour s’en sortir doivent  coûte que coûte augmenter les rendements, dangers qui par voie de conséquence exposent également les consommateurs.

Dans un tel contexte, il faut espérer que les circuits courts de distribution de produits agricoles vont continuer leur progression et que les élus, locaux le plus souvent, aideront concrètement à leur développement.

Au demeurant, et sachant que la volonté d’Emmanuel Macron est des limiter la charge des salaires et le revenu des Français en général ,pour améliorer la compétitivité de l’économie française ( ?), ont ne peut qu’être inquiet face à de telles augmentation de prix qui interdiront à certains d’entre nous, totalement ou partiellement l’accès à un produit considéré auparavant comme un produit courant ; La tartine de beurre du matin ou le croissant du petit déjeuner risquent d’atteindre un prix inabordable pour beaucoup .... Ainsi va la mondialisation !!

Choquant aussi sont les derniers propos de Jean Pierre Raffarin, qui vient de déclarer au JDD que la Chine est un partenaire économique qu’il faut accepter, surtout lorsque l’on sait que par ses origines géographiques et familiales, il est un héritier des coopératives de beurre Charente Poitou.... ainsi va la France et ses représentants !!

Clara Mitchell pour DayNewsWorld
There are no translations available.

L'ETAT DOIT REMBOURSER 10 MILLIARDS D'EUROS

DE TAXE RECOUVREE ILLEGALEMENT

Amateurisme juridique !

Berezina fiscale et budgétaire !

Responsables et ...coupables ?

A nos yeux, c’est tout en même temps ! Tous ces qualificatifs sont parfaitement adaptés pour designer ou nommer les protagonistes de cette affaire qui vient d’éclater il y a quelques jours sous nos yeux, même si celle-ci mijotait depuis longtemps. Mais chut ! Il ne fallait pas trop en parler avant !

Ce scandale d’Etat recouvre ce qui, au prix de 10 milliards d’euros, pourrait contrarier la politique budgétaire serrée d’Emmanuel Macron, soucieux, en priorité, de respecter les recommandations de l’Union Européenne (U.E.) sur l’objectif de ramener à -3% le déficit budgétaire.

Pour l’homme (ou la femme) de la rue, l’affaire semble très technique et difficile à comprendre. Pour les experts financiers et fiscaux, mais aussi les citoyens éclairés, le feuilleton est assez clair, en dépit du fait qu’il reste encore difficile d’évaluer la part de responsabilité de chacun des comparses.

La bombe a éclaté le 6 octobre 2017, lorsque le Conseil Constitutionnel a publié la décision  par laquelle il a décidé de supprimer dans son intégralité, la contribution très controversée de 3% sur les dividendes distribués à leurs actionnaires depuis 2012 par les grandes entreprises.

Alors qui sont les responsables politiques de ce fiasco fiscal ?

En premier lieu, le très maladroit et désormais « has been » François Hollande, qui tout juste devenu Président de la République en mai   2012, et en croisade à cette époque contre la Finance, fit voté le 17 juillet 2012 par le parlement, le principe de la création immédiate de cette taxe de 3%. A l’origine, l’idée de celle ci fut soufflée à Christian Eckert, simple député, rapporteur de la loi de finance, mais également  avide d’élargir l’efficacité de ladite taxe, en imposant tous les profits des grandes entreprises, y compris ceux fait à l’étranger et déjà imposés dans les pays d’origine.

Aussitôt, d’éminents spécialistes dont l’avocat fiscaliste réputé et reconnu comme l’un des meilleurs de Paris, Philippe Derouin, avaient prédit que cette taxe tomberait sous les coups de la Justice Européenne....on va voir qu’il avait raison ... trop tôt...

Le gouvernement de gauche de Jean Marc Ayrault n’a eu cure de ces avertissements et pour cause, il fallait, en période de disette budgétaire absolument faire rentrer des recettes nouvelles, et cette taxe de 3%, qui a rapporté plus que prévu (1,8 milliards d’euros par an) était une aubaine (le droit d’aubaine existe depuis le Moyen Age).

Pourtant, Philippe Derouin avait très bien argumenté son point de vue, notamment dans un avis publié dans la très renommée (pour son sérieux), Revue de Droit Fiscal.

A contrario, les entreprises concernées n’ont pas eu la même approche des choses et on peut les comprendre ! Un certain nombre d’entre elles ont commencé assez rapidement à engager des procédures au risque de provoquer des remous qui attireraient l’attention de Bruxelles.

Et comme redouté, cela n’a pas manqué !

Pourtant, à cette époque (jusqu’en 2015 environ) il était encore possible d’éviter la catastrophe...politique. Mais le gouvernement est resté de marbre, face aux alertes.

Au printemps 2015, Bruxelles engage donc une procédure à l’encontre de la France. « Confortées par les interrogations de la Commission » qui commençaient à émerger, les entreprises concernées multiplient les recours,  tous sous la houlette de la très discrète AFEP (Association Française des Entreprises Privées) qui fédère 110 des plus grandes entreprises françaises. Les décisions de justice se succèdent, décisions qui au fur et à mesure confortent les analyses fiscales des premiers opposants.

Quelques voix, de gauche, commencent néanmoins à s’élever, comme celle de Christian Eckert ( ?) en  premier lieu. Simple député (mais aussi rapporteur du budget)  au moment où il avait déposé l’amendement fatal en 2012, mais devenu depuis le 9 avril 2014, Secrétaire d’Etat chargé du Budget, sous le gouvernement Valls, Christian Eckert se fit assez vite, après avoir obtenu son marocain, l’écho des divergences existant entre l’Europe et la France sur la légalité de la loi. Ambiance gênée ! Rappelons que Christian Eckert est en jusqu’en 2013, soutenu par Jérôme Cahuzac, (ministre des finances déchu pour fraude fiscale) et par Pierre Moscovici, Commissaire Européen à l’économie depuis le 1er Novembre 2014 après avoir été Ministre de l’Economie et des Finances sous le gouvernement de Jean Marc Ayrault  à partir de 2012.

Devenu Secrétaire d’Etat, Christian Eckert reconnait en effet benoitement, pour la première fois, en septembre 2015, devant les sénateurs, « qu’un  conflit d’analyse commence à se faire jour entre le Droit Européen et la loi fiscale française ». Comme c’est joliment dit ! Le Secrétaire d’Etat commençait à avoir vent des positions, qui n’allaient pas tarder à être publiées, de la Cour Européenne de Justice, laquelle rendra en mai 2017 une décision taclant une taxe similaire instaurée par la Belgique.

Rappelons également qu’officiait déjà en 2012, un certain Emmanuel Macron, lequel déclare aujourd’hui, toute honte bue « qu’il ne n’avait pas relevé les risques du recouvrement mouvementé de cette taxe », lequel à ses yeux « était inenvisageable ». Pour enfoncer le clou et être plus cash, dans cette affaire délicate ... et scandaleuse, le Canard Enchaîné titrait néanmoins récemment que « Macron savait que Hollande avait un fisc caché ».

Une semaine et demie après l’élection d’Emmanuel Macron, la Cour Européenne de Justice révélait qu’elle avait censuré une grande partie de cette taxe. Il ne restait donc plus qu’à recueillir l’avis du Conseil Constitutionnel, avis délivré donc le 6 octobre 2017.

Malgré toute cette agitation, Bercy et le nouveau gouvernement Philippe, ont cherché encore récemment à gagner du temps... ?

Mais inévitablement,  au lendemain du 6 octobre, il a fallu chiffrer le montant de la facture des réclamations déjà déposées. La somme avait déjà atteint le montant  de 7,5 milliards d’euros. En ajoutant les intérêts moratoires la facture est très vite montée à 10 milliards d’euros, mettant de fait, en péril, les équilibres budgétaires si chèrement (au plan politique) acquis par Emmanuel Macron et son équipe gouvernementale.

C’est alors que Bruno Le Maire, nouveau Ministre de l’Economie et des Finances entre en scène, allant jusqu’à annoncer qu’il avait demandé à l’Inspection Générale des Finances de rechercher les coupables « d’amateurisme » !

Il est vrai que le ministre, encarté depuis peu chez LREM, ceci alors même qu’il avait été candidat aux primaires de la Droite pour les élections présidentielles, doit aujourd’hui démontrer qu’Emmanuel Macron n’est pas le président des riches, comme le dénoncent depuis plusieurs semaines certaines campagnes politiques et qu’il a choisi le bon camp...

Mais il n’en est pas moins vrai qu’il va être difficile de boucher un trou à 10 milliards d’euros !! D’où la recherche de ... boucs émissaires ?

Néanmoins, dès la mi-octobre, des solutions techniques ont été mises à l’étude, pour lisser, sans trop de dommage, les remboursements à faire aux entreprises (ce qui malgré tout  fait mécaniquement augmenter les intérêts moratoires). Autre solution, rembourser en une seule fois les entreprises, en comptant sur une hypothétique croissance économique ? Autre solution encore, faire admettre à Bruxelles l’idée d’un nouveau trou financier ... à combler... mais plus tard ?

Le Ministre Bruno Le Maire, envisage de déposer le mercredi 1er novembre (jour de tous les saints, à invoquer puissamment, en croisant les doigts/La Toussaint) un texte instaurant une surtaxe sur le 5ème acompte de l’impôt sur les sociétés des grosses entreprises.

Comme indiqué brièvement plus haut, cette affaire de la taxe de 3% sur les dividendes tombe très mal. L’Etat va devoir, en fait, très vite rembourser cette taxe illégale aux entreprises, l’étalement s’étant avéré depuis peu impossible... on est en état de droit n’est ce pas ! Mais quand et comment faire ? Tout le monde sait qu’il existe une inconnue de taille : quand l’INSEE (Institut National de la Statistique) et son homologue européen vont décider à quelle date il faudra imputer budgétairement le coût de ce contentieux. Budget 2017% ou Budget 2018 ?

Mais tout défaut de paiement en la matière, pourrait, selon Bruno Le Maire, lui même, « empêcher la France de sortir du déficit excessif » et donc enfreindre la parole et les promesses d’Emmanuel Macron qui en avait fait un thème de campagne primordial.

Pour « aider la France », la Commission Européenne pourrait considérer que cette facture de 10 milliard d’euros, est une dépense « one Off », c’est à dire exceptionnelle, « que l’on pourrait accompagner  d’attitudes d’accommodement avec mesures compensatoires » l’ensemble restant à décider avec Paris ?

C’est Pierre Moscovici, souvenez vous Ministre de l’Economie et des Finances en 2012, qui vient de faire cette déclaration, en langue de bois pur jus ! , ceci alors même qu’il est coresponsable lui même de cette situation.

Toutes ces successions d’événements nous donne la migraine, mais suscite également la colère.

Comment de ne pas comprendre, même si c’est très technique, alors que l’on voit se dérouler sous nos yeux, un énième épisode de gabegie des dépenses publiques et de duplicités entre les institutions européennes et le gouvernement français, que nos élus nous trompent et esquivent les réalités !

Malgré, nous le répétons,  la technicité réelle sur le fond de cette affaire, celle-ci  démontre une fois de plus  l’incompétence évidente de certains de nos élus (énarques le plus souvent)  qui nous gouvernent et qui in fine ne sont jamais responsables (ou coupables) de leurs actes.

Une fois de plus, et plus que de nécessaire, le pacte de confiance contracté entre lesdits élus avec le peuple est une  nouvelle fois rompu. On va probablement  assister, à nouveau, à du bricolage budgétaire et juridique, entre initiés complices et solidaires !

De quoi, une fois de plus, faire grincer des dents, face au monstre du Léviathan ! Avant... que le chien (qui représente ceux que le fisc " pompe indéfiniment" et qui sont fragiles et  mal informés)  ne finisse par mordre!

Clara Mitchell pour DayNewsWorld
There are no translations available.

HAUSSE DE LA CSG VOTEE

L'Assemblée nationale vote la hausse de la CSG après d'intenses débats qui met à contribution les retraités les plus aisés.

L'article entérinant la bascule entre cotisations sociales et CSG a été validé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Cette nuit, les députés ont adopté l'article 7 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2018, qui instaure une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour compenser la suppression de certaines cotisations salariales  ,à l'assurance-maladie et l'assurance-chômage.

L'augmentation de 1,7 point du taux de la CSG, s'appliquera à l'ensemble des revenus d'activité, de remplacement et du capital à l'exception des allocations chômage et des indemnités journalières. Cette mesure est censée redonner du pouvoir d'achat aux actifs en faisant contribuer l'ensemble des revenus (dont les pensions et l'épargne) au financement de la protection sociale. La hausse ne sera pas compensée pour les 60% de retraités ayant les revenus les plus élevés, c'est-à-dire ceux dont la pension est au moins égale à 1400 euros par mois pour une personne seule de plus de 65 ans.

En ce qui concerne les salariés du privé, la suppression se fera en deux temps et portera sur les cotisations maladie et chômage, qui représentent 3,15% de la rémunération brute. Pour les indépendants, le changement concernera les cotisations d'allocations familiales, maladie . À l'inverse des salariés du privé, les fonctionnaires ne bénéficieront que d'une neutralisation de la hausse de la CSG sans gain de pouvoir d'achat

Alyson Braxton pour DayNewsWorld
There are no translations available.

MAJESTUEUSES FUNERAILLES POUR RAMA EN THAILANDE .

 

Pour ses funérailles, la junte aux manettes du gouvernement et la monarchie, une des plus riches au monde, n'ont pas regardé à la dépense: la cérémonie et la construction du site de la crémation est estimée à 90 millions de dollars (plus de 76 millions d'euros).

Les funérailles grandioses du roi de Thaïlande marque ce jeudi la fin d'un deuil d'un an décrété depuis la mort de celui qui avait un statut de demi-dieu.

Plus de 200.000 personnes sont à Bangkok pour saluer la mémoire du roi Bhumibol Adulyadej, dit Rama IX, décédé le 13 octobre 2016 à 88 ans honorée lors de grandioses funérailles royales.

Son corps était conservé depuis un an au palais royal entouré d'un constant cérémonial bouddhiste, régulièrement diffusé en direct à la télévision.

Au petit matin jeudi, la cérémonie a officiellement débuté avec l'arrivée de son fils, le roi Maha Vajiralongkorn, descendu de sa Rolls Royce en costume militaire d'apparat rouge. Les moines bouddhistes ont alors entonné une prière, le nouveau roi présidant aux rituels .

L'urne de bois précieux dans lequel les corps des rois sont traditionnellement conservés est ensuite transportée, sur un palanquin doré, du palais vers le crématorium construit pour l'occasion..

Près de 1000 soldats en costumes multicolores, contraste avec une foule tout en noir, et ont pris place dans le cortège funéraire.

De nombreux fidèles et certains brandissant des portraits du roi défunt, sont présents le long du cortège.

Le jour a été déclaré férié. Le roi Bhumibol est considéré comme le Père de la Nation, son anniversaire était aussi la fête des pères.

Après une longue procession toute la journée, le bûcher va être symboliquement allumé par le nouveau roi, Rama X, à 22 heures locales (15h00 GMT).

Ce cérémonial fournit l' occasion de réaffirmer la place centrale de la monarchie, le roi étant présenté comme le garant de la stabilité d'un pays marqué par de profondes divisions politiques, entre ultra-royalistes et réformateurs.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ASSURANCE MALADIE

AU PROGRAMME REDUCTION DES DEPENSES

« SANS TOUCHER A L'EGALITE DES CHANCES »

Mardi, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn va se charger de défendre devant l’Assemblée le projet du budget de la sécurité sociale (PLFSS). Dans son interview au JDD, la ministre de la Santé dit assumer des choix impopulaires, comme celui d'augmenter le forfait hospitalier de deux euros, ou encore l'introduction de la CSG pour 7 millions de retraités. Mais elle défend aussi d'autres mesures plus sociales ;

Objectif visé : la réduction de milliards d’euros du déficit global «sans toucher à l’égalité des chances». .

Le PLFSS s’oriente sur des mesures structurelles :

Pour ce faire c'est avant tout en passant par des réformes structurelles que cet objectif sera atteint. «Jusqu’à présent, dénonce-t-elle, nous n’avons pas fait assez de réformes structurelles pour le limiter. Le vote du premier PLFSS du quinquennat nous permet de lancer une révolution en douceur », souligne-t-elle Selon Agnès Buzyn, «il y a une marge de manœuvre énorme sans toucher à l’égalité des chance : 30% des dépenses de l’assurance-maladie ne sont pas pertinentes ».

Elle table sur davantage d'ambulatoire en fixant comme objectif pour 2022 en chirurgie que «sept patients sur dix entrant à l’hôpital le matin en sortent le soir » ce qui permettra la fermeture de lits. Elle va également s'atteler à réformer les hôpitaux par la mutualisation de certaines dépenses, comme l'achat des médicament . Enfin, la ministre explique sa méthode pour réformer le financement des hôpitaux en créant des "modes de tarification centrés sur la pertinence des soins" En guise de récompense pour les bons élèves."un bonus, un intéressement dès lors qu'ils répondront aux objectifs de qualité, de pertinence et d'efficience".

Agnès Buzyn plaide aussi pour le renforcement de la lutte de la fraude à l'Assurance maladie qui grève également le budget de la Sécu. « Il faut cesser d'être laxiste avec ceux qui abusent d'un système généreux », affirme-t-elle pensant notamment à la hausse des arrêts de travail. « Jusqu'à quand l'assurance-maladie palliera-t-elle les défaillances du management au travail ? », interpelle Agnès Buzyn aussi à ceux qui fraudes au niveau des cotisations et des prestations.

La Sécurité sociale « multiplie les contrôles en croisant les fichiers informatiques » : rien qu'au cours de l'année 2016, la fraude détectée sur les cotisations et les prestations « s'est élevée à 1,2 milliards d'euros et le chiffre ne cesse de croître », précise-t-elle.

En 2017, le déficit cumulé du régime général et du Fonds de solidarité vieillesse doit atteindre 5,2 milliards d'euros. La branche maladie resterait déficitaire de 800 millions d'euros.

 

Et qu'en est-il de la généralisation du tiers payant

Si la Ministre a tenu à en réaffirmer le principe elle a cependant expliquer que le gouvernement le généraliserait lentement. Pour les personnes couvertes à 100% par la Sécu, pour lesquelles le tiers payant est déjà obligatoire (bénéficiaires de la CMUC, femmes enceintes et patients atteints d'affection de longue durée", "le tiers payant fonctionne aujourd'hui", affirme-t-elle en faisant référence à un rapport de l'Igas (l'Inspection générale des affaires sociales) devant être publié dans les prochains jours. Mais "nous devons poursuivre nos efforts pour en assurer une application effective partout. Nous ne sommes pas prêt techniquement à l'étendre", dit la ministre.

«Nous devons poursuivre nos efforts pour en assurer une application effective partout », explique la ministre en précisant que les promesse du Président seraient respectées sans donner pour autant de calendrier.

A propos du remboursement à 100% des lunettes, des prothèses auditives et dentaires, la ministre de la Santé maintient le cap et fixe un objectif ambitieux : "Je souhaite y arriver bien avant la fin du quinquennat. Mon but est d’aboutir d’ici à un an."

Alyson Braxton pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA TAX-FLAT EST-ELLE UN APPEL

AUX INVESTISSEURS ETRANGERS ?

L'Assemblée nationale vient de donner son feu vert pour le prélèvement forfaitaire unique de 30% sur les revenus du capital jeudi 19 octobre dans la soirée. Ce type d'impôt est connu sous le terme de "flat tax", un impôt proportionnel unique, non progressif.

Les débats ont été houleux  sur cette mesure présentée  tantôt présentée comme une "révolution fiscale" par le gouvernement et son ministre de l'Economie Bruno Le Maire tantôt vilipendée comme un "cadeau aux riches" par la gauche.

De quoi s'agit-il ?

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% (12,8% d'impôt sur le revenu et 17,2% de prélèvements sociaux) concernera les revenus mobiliers, à l'exception du Livret A, du PEA (épargne en actions) et certains contrats d'assurance-vie.

Si cette"flat tax a un coût d'environ 1,3 milliard d'euros aux finances publiques en 2018 et 1,9 milliard en 2019 elle a pour objectif la simplification de la fiscalité du capital.

Le groupe « Les Pigeons »,en 2012, un mouvement de jeunes entrepreneurs s'était acharné contre

des dispositions de la loi de Finances de 2013 proposant de taxer les plus-values de cession du capital au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Additionnés aux prélèvements sociaux et à la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus, l'imposition pouvait atteindre des seuils proches de 60%. Le système avait été allégé tout en devenant complexe.D'où la volonté de simplification et de mise en place d'une imposition unique : la "flat tax" de 30%

Ce prélèvement concerne uniquement les revenus du capital mobilier, les revenus fonciers ne sont donc pas concernés. Le choix entre l'imposition précédente -l'imposition au barème- et la nouvelle tax-flat à 30% reste cependant maintenu..

L'objectif affiché : la réorientation de l'épargne vers les entreprises.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a défendu cette disposition, l'une des plus controversées du budget 2018, comme étant "sans aucun doute la vraie révolution fiscale de ce projet de loi de finances et probablement ce qui améliorera le plus le financement, la croissance et l'emploi dans notre pays".

Mais les épargnants voudront-ils orienter leur épargne dans des investissements risqués ? Pas sûr du tout comme l'ont fait remarquer certains députés de droite.

Cette tax-flax s'adresse plutôt aux investisseurs étrangers en envoyant un signal fort comme quoi les impôts sur le revenu du capital ont baissé. Le prélèvement forfaitaire unique permet de faire un retour à la moyenne de l'OCDE .

Boby Dean pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ABEILLES ET MIEL FRANCAIS EN DANGER

L' année 2017 s'annonce des plus difficiles pour le miel français. Cette année moins de 9.000 tonnes du précieux nectar a été recueillis dans l'Hexagone. En à peine vingt ans la production de miel a chuté par trois.

Pourquoi ?

Multiples sont les facteurs.

Les ouvrières du miel sont victimes des «pesticides, du manque de biodiversité, du frelon asiatique et aujourd'hui du changement climatique», souligne l'Union nationale de l'apiculture française

Particulièrement pointés du doigt par la profession , les pesticides, pour grande partie responsables de ce déclin d'insectes.

Cinq pesticides néonicotinoïdes vont certes être prohibés en France à partir de 2020 grâce à loi sur la biodiversité de 2016 , mais voilà qu'une sixième famille de produits toxiques s'invite sur le marché .

Il s'agit de deux produits phytosanitaires à base de sulfoxaflor, une famille de pesticides dits «tueurs d'abeilles» qui ont obtenu l'autorisation de mise sur le marché par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) . L'Anses a autorisé le 27 septembre le Closer et le Transform, deux insecticides fabriqués par Dow AgroSciences dont le principe actif est le sulfoxaflor.

Selon l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), le sulfoxaflor est un « nouveau néonicotinoïde ». Un tribunal américain a d'ailleurs«classé » le sulfoxaflor comme néonicotinoïde. Et en 2014, c'est au tour de l’Autorité européenne de sécurité des aliments de juger que ce pesticide était «hautement toxique pour les abeilles ».

Substance toxique, le sulfoxaflor s'attaque au système nerveux des insectes et participe de la raréfaction des abeilles notamment en Europe et en Amérique du Nord.

A l'annonce de cette autorisation, la filière a contacté immédiatement le cabinet de Hulot pour demander l'interdiction de ces deux produits contenant cette substance toxique. L’ancienne ministre de l’Ecologie Delphine Batho a fait un communiqué pour demander au gouvernement «de retirer immédiatement l’autorisation » du «sulfoxaflor ». Mais «que fait Nicolas Hulot ? » va jusqu'à s'interroger l’eurodéputé Guillaume Balas. Alors président de sa fondation, l’écologiste n' était-il pas le premier à s'élever contre les néonicotinoïdes ?.

Sachons qu'en plus de tuer les abeilles ces produits altèrent la santé humaine... au même titre que le glyphosate.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

CDISCOUNT

UNE OFFRE D'ELECTRICITE A PRIX CASSE

Malgré l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie il y a près de 10 ans, 84% des ménages sont toujours chez EDF. On pense aux nouveaux acteurs que sont déjà Direct Energie à Engie (ex-GDF Suez qui s’est mis à l’électricité verte) en passant par Eni et Total arrivés avec son offre de gaz pour les particuliers.

Au tour de la filiale d'e-commerce du groupe Casino de proposer de l'électricité aux particuliers dès jeudi avec une offre 15 % moins cher que les prix réglementés.Le nouvel acteur se positionne en-deçà des tarifs déjà compétitifs proposés par Engie ou Total. "Les Français semblent mûrs aujourd'hui pour opérer un changement si les prix proposés sont plus compétitifs", selon le pionnier du e-commerce en France qui propose avec Cdiscount Energie une "offre sans engagement et sans limite de durée".

Après avoir lancé son offre de téléphonie mobile l’an dernier , cette proposition Cdiscountespère donc mettre le marché en ébullition. "En élargissant son offre au secteur de l'énergie, Cdiscount prend le parti de proposer une offre alternative véritablement moins chère", indique l’entreprise dans un communiqué.

Cdiscount Energie entend ainsi "changer durablement la donne sur le marché de l'énergie".

Plus besoin en effet aujourd'hui de produire de l'énergie pour la vendre. Avec l'ouverture, le marché s'est segmenté.

Il y a ceux qui la fabriquent, ceux qui la transportent et la distribuent Cdiscount est le distributeur d’électricité que l’entreprise achète sur le marché de gros.

Pour cette offre, l'entreprise s’est alliée à Greenyellow, qui fournit de l'énergie verte du groupe Casino agréé par l’Etat , et sur Enedis (ex-ERDF) pour le suivi technique des lignes ainsi que l’acheminement de l’électricité du producteur à votre compteur.

"Votre approvisionnement en électricité en tant que client Cdiscount Energie a donc exactement la même fiabilité que chez les autres fournisseurs", promet le nouveau service. La différence se fera donc sur les tarifs,et sur des prestations annexes, comme le service client.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA FLAT TAXE VOTEE PAR LES DEPUTES

SUR LES REVENUS MOBILIERS

UN CADEAU POUR LES PLUS AISES ?

Les députés ont voté en commission la « flat tax » sur les revenus du capital projet phare mais controversé du budget 2018 contenant notamment le principe d'un prélèvement forfaitaire unique ou encore une procédure de transmission d'entreprise simplifiée.

On parle de flat tax pour désigner un impôt à taux unique qui s'abat indifféremment sur tous les contribuables, en opposition à un impôt progressif, système retenu en France pour l’impôt sur le revenu.

Dans son programme, le candidat Emmanuel Macron avait proposé d'instaurer un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de l'ordre de 30% en remplacement de l'imposition existante, dont 17,2% au titre des prélèvements sociaux et 12,8% au titre de l'impôt sur le revenu. Plusieurs pays dans le monde utilisent déjà ce système, parmi lesquels figurent Hong-Kong, la Russie ou encore la Lituanie et la République tchèque en Europe.

Si le PFU de 30 % a suscité de vifs débat à l’Assemblée, la gauche dénonçant notamment un « cadeau fiscal aux plus aisés » , il a cependant été voté en commission par les députés pour les revenus mobiliers, à l’exception du Livret A, du PEA (épargne en actions) et de la majeure partie des contrats d’assurance-vie. La fiscalité actuelle en effet demeurera inchangée pour les détenteurs de contrats d’assurance-vie dont les encours placés sont inférieurs à 150 000 euros s’ils les gardent plus de huit ans (imposition actuelle à 23 %) mais le PFU s’appliquera pour les contrats de moins de huit ans, quel que soit l’encours du contrat. Ainsi le taux du PFU sera globalement substitué aux taux actuels de 50,5 % (moins de quatre ans) et de 30,5 % (entre quatre et huit)

Cette réforme a été défendue par la majorité LREM comme « le gage d’une meilleure lisibilité et d’une meilleure attractivité pour les investissements domestiques et internationaux » en la rapprochant du niveau en vigueur dans les autres pays européens.

Le pari est de taille s'appuyant sur un changement comportemental des épargnants. : avec cette taxe flat les LREM sont persuadés que les Français affectionnant jusqu'ici l’épargne sécurisée vont être ainsi poussés à investir davantage dans les entreprises manquant de fonds propres pour financer l’innovation.

Mais il est loin d'être certain que le comportement des épargnants français qui ont une aversion pour le risque change. « Ces investissements productifs ne verront pas le jour ! », a martelé Eric Coquerel (LFI).

Une mesure qui coûtera environ 1,3 milliard d’euros aux finances publiques en 2018 et 1,9 milliard en 2019, selon Bercy.

Jeudi 12 octobre, ils ont également voté la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière, excluant ainsi les signes extérieurs de richesse comme les yachts, les grosses cylindrées... ce qui n'a pas manqué de faire ruer dans les brancards l'opposition de gauche.

Autre amendement votée par la majorité : l'imposition des plus-values professionnelles des artisans, commerçants et agriculteurs ne dépassera pas 30% .Et dernier amendement :  les députés ont adopté un amendement LREM pour faciliter la transmission d'entreprises en modifiant l'abattement fixe de 500.000 euros dont bénéficient les dirigeants de PME cédant leurs droits dans leur société. L'amendement supprime la condition de départ à la retraite du dirigeant en prévoyant simplement que cet abattement ne pourra être utilisé qu'une seule fois.

Gageons que ces mesures servent bien à l'investissement dans le productif et ne soient pas qu'un cadeau aux plus aisés!

Alyson Braxton pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ACTE DEUX DES REFORMES DU TRAVAIL

ENTAMEES

PAR LE GOUVERNEMENT

Après les ordonnances modifiant le Code du travail, voilà le lancement depuis jeudi 12 octobre par le Président du deuxième grand chantier social de son quinquennat :

la réforme de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de l'assurance-chômage. Après la réforme du marché du travail celle de "la contre-partie sociale" censées "protéger les salariés".

Le but est d’apporter de nouvelles protections aux différentes catégories d’actifs (salariés, indépendants, demandeurs d’emploi…) et de faciliter les parcours professionnels.

Si davantage de souplesse a été octroyé aux chefs d’entreprise dans les relations avec leurs salariés, l'exécutif entend maintenant renforcer les droits en faveur des travailleurs, afin de bâtir la flexisécurité à la française.

Mais ce projet pour « rénover le modèle social » s'inscrit dans un climat social tendu. Publiées fin septembre, les ordonnances de septembre sont déjà entrées en vigueur et un nouvel appel à la grève a été lancé par l'ensemble des syndicats pour le 19 octobre.

La méthode reste celle testée cet été.

Tout d'abord le Président reçoit un à un les partenaires sociaux, pour passer ensuite le relais à Matignon et à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui recevront les partenaires sociaux à Matignon du 17 au 19 octobre. Le projet de loi est prévu pour le mois d'avril. Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer sera présent pour le volet apprentissage.

Le bal de la concertation à l'Elysée a donc commencé jeudi par Jean-Claude Mailly (FO), à 9 heures, suivi de Philippe Martinez (CGT) à 10 heures, de François Hommeril (CFE-CGC) à 11 heures et d'Alain Griset (U2P) à midi.Est le venu le tour de Pierre Gattaz (Medef) à 15 heures, Philippe Louis (CFTC) à 16 heures et enfin François Asselin (CPME) à 17 heures. Laurent Berger (CFDT) a été attendu vendredi à 9 heures.

Ils ont été reçus chacun environ une heure à l'Élysée, mais les discussions n'ont pas débouché sur de nouvelles annonces sur les projets de l'exécutif. «L'architecture n'est pas encore définie, cela va faire l'objet des discussions dans les semaines à venir», a résumé Jean-Claude Mailly. Le projet de loi s' inspire cependant des promesses de campagnes d'Emmanuel Macron

Des trois dossiers à l’ordre du jour – l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance-chômage, donc –, c’est sans doute le dernier qui s’avère le plus sensible.

D'ici le printemps, le gouvernement prévoit en effet une réforme d'ampleur de l'assurance chômage. L'ouverture de l'assurance chômage aux indépendants et démissionnaires est sans aucun doute la réforme risquant de cristalliser le plus l'attention.

Les partenaires sociaux se disent très préoccupés par le sujet. Tandis que le président de la CFE-CGC, François Hommeril craint des «effets d'aubaine» et une facture salée, Pierre Gattaz note que l'extension induirait une «rerépartition» des droits alors que le coût du travail ne doit pas augmenter. Les syndicats, eux, craignent que ces nouveaux droits n'entraînent une baisse des allocations. Il n'est «pas question de réduire les droits des privés d'emploi», a averti Philippe Martinez, tandis que Jean-Claude Mailly s'est exprimé contre «un système a minima» pour les indemnisations chômage.

En clair il y a un problème de financement: «Les calculs sont particulièrement inquiétants. L'indemnisation des démissionnaires, sur les chiffres actuels de démission, qui sont supérieurs à un million, va générer un surcoût assurantiel estimé à minimum 8 milliards d'euros, certains disent jusqu'à 14 milliards», a assuré François Hommeril.

Pour mémoire, le trou de l’Unédic a atteint 4,2 milliards d’euros en 2016, la dette, elle, s’élevant à près de 30 milliards. On ne peut que redouter que les mesures préconisées par l’exécutif n’aggravent le déficit et fassent exploser le système.

Pour Muriel Pénicaud, ministre du Travail cette réforme de l'assurance travail aurait une contre-partie: un contrôle accru de la recherche d'emploi.

Cette réforme inciterait également les entreprises à ne pas abuser des contrats courts «ce qui coûte le plus cher à l'assurance chômage». Est prévu un "bonus-malus" pour les entreprises qui abusent des contrats courts.

« L'objectif, c'est d'ouvrir l'assurance chômage à tous et c'est aussi qu'elle puisse se réformer pour lutter contre la précarité », explique Muriel Pénicaud.

A ce sujet sensible s'ajoute celui du financement et la gouvernance de l'Unédic, le gestionnaire de l'assurance chômage .

Le régime ne serait plus uniquement financé par les cotisations, mais également par l'impôt (CSG),et de plus il passerait d'une gestion paritaire par les partenaires sociaux à une gestion tripartite avec un pilotage de l'Etat. Cette remise en cause du paritarisme déplaît fortement aux trois organisations patronales et aux cinq syndicats représentatifs.

Le gouvernement veut également rendre l’apprentissage plus attractif et simplifier la formation professionnelle.

En ce qui concerne la formation professionnelle, il promet une enveloppe de15 milliards sur cinq ans avec pour but de former un million de chômeurs de longue durée et un million de «décrocheurs».

Les mesures pour l'apprentissage s'étaleront sur les deux prochaines années et seront l'objet de discussions.

Le gouvernement veut également simplifier un secteur difficilement lisible en réformant le compte personnel de formation. «Ce que je souhaite faire c'est que chaque Français, chaque salarié, puisse avoir sur une «appli», facile d'accès à tous, ses droits à la formation, combien d'heures, ça coûte combien (...), quel est le taux d'insertion dans l'emploi après», promet la ministre. Nouvelle usine à gaz ou vraie modernisation ?

La réforme de l'apprentissage se fera, comme celle de la formation, en concertation avec les régions et devra rendre ce dispositif plus attractif.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

SECURITE SOCIALE: CE QUI ATTEND LES FRANCAIS

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2018 prévoit une réduction du déficit de la sécurité sociale à 2,2 milliards d'euros en 2018, grâce à d'importantes économies de l'Assurance maladie.

Le déficit de la Sécurité sociale devrait se résorber à 5,6 milliards d'euros en 2017 pour atteindre 2,2 milliards d’euros en 2018  et l’équilibre des comptes en 2020.

Le gouvernement prévoit donc une réduction du déficit de 3 milliards d’euros sur la branche l'Assurance maladie en 2018 de la Sécurité sociale. Cette volonté politique passe par une réduction drastique des dépense de santé.

Les économies porteront principalement sur le médicament avec une baisse des prix et un développement des génériques. Le déremboursent des molécules et dispositifs médicaux est prévu si leur efficacité est jugée trop faible par la Haute autorité de santé."C'est un choix scientifique de la Haute autorité de santé". Des remboursements de molécules comme celles contre Alzheimer (l'Aricept, l'Exelon, le Reminyl et l'Ebixa) semblent être à nouveau sur la sellette.

L’hôpital étant mis à contribution à travers la restructuration de l’offre de soins, il bénéficiera donc d'une hausse du forfait hospitalier de deux euros par jour, passant de 18 à 20 euros. Un gain de 200 millions par an pour les hôpitaux .L’augmentation du forfait est un rattrapage de l'inflation constatée depuis 2010, date de sa dernière revalorisation,selon le gouvernement

La hausse des prix du tabac sera un gain pour la Sécurité sociale. Pour Le paquet de cigarettes subira une hausse en mars 2018, de 50 centimes en avril et en novembre 2019, de 50 centimes en avril 2020 et de 40 centimes en novembre 2020.

Les pensions de retraite augmenteront de 0,8 %, le 1er octobre prochain compensant la hausse de l'inflation.. La prochaine revalorisation est en revanche reportée d’octobre 2018 à avril 2019.

Le PLFSS entérine le passage de 7 à 11 vaccins obligatoires pour les nouveaux nés à compter de 2018. Coût budgétaire de la mesure : 12 millions d’euros.

Par contre le texte ne prévoit aucune mesure pour la mise en place du congé maternité unique, promesse du gouvernement, aucune mesure de prise en charge à 100 % des lunettes, des prothèses dentaires et des prothèses auditives promise par Emmanuel Macron.

Les plus modestes bénéficieront d'augmentations.

L’Allocation de solidarité aux personnes âgées, son nouveau nom, passera de 803 € à 833 € par mois pour une personne seule, en avril 2018 Deux hausses de 35 € auront lieu en janvier 2019 et janvier 2020.

Le Complément libre choix du mode de garde, aide à la garde d’enfants, sera revalorisé de 30 % au 1er octobre 2018 pour les familles monoparentales.

L’Allocation de soutien familial complétant le revenu des parents isolés sans pension alimentaire, connaîtra une revalorisation de 6 euros le 1er avril 2018.

Le Complément familial majoré, versé aux familles nombreuses modestes, augmentera de 16,80 euros par mois au 1er avril 2018.

Les primes de naissance et d’adoption vont suivre l’inflation.

L’Allocation adulte handicapé est revue à la hausse passant de 811 euros par mois pour une personne seule à 860 euros au 1er novembre 2018, et 900 euros au 1er novembre 2019.

La lutte contre la fraude à l'Assurance maladie (estimée à 245 millions d'euros en 2016) sera intensifiée .

La contribution des médecins est également demandée : 320 millions d'euros d'économies sont attendues par la maîtrise des volumes de prescription en médicaments et l'utilisation raisonné des actes de biologie et d'imagerie notamment.

Alyson Braxton pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

MOINS DE BAISSE D'IMPOT QUE PREVUE PAR LE GOUVERNEMENT PHILLIPE

Le projet de loi de finances présenté mercredi fait montre de prudence selon pour le Haut Conseil des finances publiques.

Cet organisme indépendant créé en 2012 et placé auprès de la Cour des comptes se déclare par contre plus sceptique sur le volet réduction des dépenses.

"La prévision de croissance du gouvernement pour 2018 est proche de celles des organisations internationales" et son hypothèse d'inflation, fixée à 1,1%, est "raisonnable", seon le HCFP.

Le montant total net des baisses d'impôts liées aux réformes fiscales prévues par le PLF sera de sept milliards d'euros l'an prochain, au lieu des dix milliards annoncés par le gouvernement.

La suppression des cotisations chômage  maladie pour les salariés du secteur privée qui se fera en deux étapes, le 1er janvier et le 1er octobre au lieu d'avoir lieu dès le 1er janvier, en est la raison.

Le Haut conseil des finances publiques (HCFP) a toutefois mis en garde contre des "risques significatifs" sur la "réalisation des économies" promises par Bercy.

Il estime cependant que le gouvernement affiche un peu trop d'optimisme en considérant que l’appareil productif français se montrera à la hauteur pour la progression soutenue du commerce mondial.

Concernant la réduction du déficit public, le ton du Haut Conseil déplore une trop grande lenteur Si le gouvernement prévoit-2,9 points de PIB en 2017 et- 2,6 points de PIB en 2018, l’ajustement dit « structurel » n’est lui que de 0,2 point pour 2017 et 0,1 point en 2018 contre la norme européenne de 0,5 point minimum.

Le rythme de réduction du déficit public sur cinq ans (0,3 point par an en moyenne) est par conséquent trop « lent » même si le gouvernement compte sur l'accélération des rentrées fiscales pour tenir ses objectifs de réduction du déficit public

Pour mémoire la France est, derrière l’Espagne, le pays le plus endetté de la zone euro. .« Les efforts annoncés dans la loi de programmation doivent être mis en œuvre de manière rigoureuse », prévient l'organisme.

Boby Dean pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

TOILETTES / WC BOUCHEES A GENEVE

AVEC DES BILLETS DE 500 € !!!

Les faits se sont déroulés à l’Agence UBS de Genève.

La salle des coffres de l’Agence s’est retrouvée vers la mi-mai 2017, avec tous les inconvénients liés à des toilettes WC bouchées : débordements, inondations, mauvaises odeurs ...

Il a bien entendu fallu faire intervenir un plombier pour les déboucher.

A la surprise de ce dernier et des responsables de l’Agence présents, il s’est avéré que l’obstruction provenait de billets de 500 €, l’ensemble totalisant environ 150 000 €.

Mais au delà des perturbations subies par l’Agence du fait de la présence de ces billets de 500 € dans l’évacuation des WC, il est apparu que 3 restaurants situés dans les environs de celle-ci avaient connu les mêmes problèmes, de même origine !! Effet collatéral garanti, même si les billets avaient été découpés aux ciseaux pour « mieux les faire passer ». Visiblement , l’astuce n’a pas marché !

Une partie de l’argent a été récupérée et mise sous la garde des autorités publiques locales. Une enquête a, au demeurant été immédiatement ouverte.

D’après la Tribune de Genève, cet argent appartiendrait à des femmes espagnoles qui avaient déposé ce pactole dans leur coffre , il y a quelques années...

Un avocat s’est présenté à la suite des faits , chez les restaurateurs incommodés, pour leur proposer de les indemniser au titre des frais de plomberie qu’ils ont dû engager.

Surprenant ! Les restaurateurs qui avaient déjà déposé une plainte, ont immédiatement retiré celle-ci ! Etrange !

Mais le mystère reste encore très épais , lorsque l'ont apprend que l’UBS est restée depuis le début de cette affaire , parfaitement silencieuse...

Même s’il n’est pas interdit en Suisse de détruire des billets de banque, il faut bien avouer qu’il est bien inhabituel que quelqu’un jette de l’argent dans les toilettes WC , alors que bien plus fréquemment c’est par les fenêtres qu’on a l’habitude de le jeter !

Clara Mitchell pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REMISE A PLAT DE LA POLITIQUE DU LOGEMENT ?

Il faut "mener une réforme juste et efficace : le prix des loyers diminuera en même temps que le montant des APL. Notre engagement est très clair : aucun allocataire ne perdra un euro."assure le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires Julien de Normandie

Le Président a pour ambition d'augmenter l'offre de logements tout en baissant drastiquement les aides, jugées inefficaces.

Dossier ambitieux certes mais qui n' pas été pris par le bon bout avec une annonce lapidaire de la baisse de 5 euros des APL sans explication aucune et qui n'apportera que 100 millions d 'économie.

Il a soulevé l'ire des concernés pour peu de gain .

Pour 2018, il chercherait encore au moins 1 à 2 milliards d'euros d'économies.

Certes les aides aux logements réparties en trois catégories peu lisibles (APL, ALS, ALF),versées avec deux ans de décalage, sont source d' erreurs de versement, de fraudes et de frais de gestion démesurés, la Cour des comptes estimant à 600 millions d’euros.

Force est de constater que les APL sont décriées unanimement par des experts. Leur coût n'a fait qu'augmenter : 18,1 milliards d’euros en 2016, quasi la moitié des fonds publics dédiés au logement.

Or les aides massives au logement n'ont fait que contribuer à la hausse des loyers. C'est l'effet inflationniste sur les loyers , en particulier pour les petites surfaces: 50 à 80% du montant des aides est capté par les bailleurs .

" Il faut changer profondément de philosophie ", a martelé Emmanuel Macron le 11 septembre, à Toulouse affirmant sa volonté de débloquer l'offre en réduisant les normes pesant sur la construction.

Il est vrai qu'avec une offre de logements supplémentaires sur le marché pour faire baisser les loyers, seraient mis sur le marché et que le niveau de l'allocation serait calculé sur le revenu de l'année en cours et non plus sur celui d'il y a deux ans.

«Si je travaille, alors que j’étais au chômage il y a deux ans, je touche un montant d’APL qui n’est pas en relation avec ce dont j’ai besoin aujourd’hui, explique le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires Julien de Normandie dans une interview au Journal du Dimanche .

Cette mesure est juste. Elle permettra d’économiser plus d’un milliard d’euros» a-t-il assuré.

D'autres mesures sont à l'étude notamment la baisse des APL pour ceux qui habitent déjà des HLM . Et surtout la fusion des différentes aides existantes.

Boby Dean pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

FERMETURE DES GUICHETS POUR LES EVADES FISCAUX FIN DECEMBRE 2017

Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin a annoncé vendredi 15 septembre la fermeture prochaine des guichets permettant aux détenteurs de comptes cachés à l'étranger de régulariser leur situation auprès du fisc français.

Le Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) fermera officiellement le 31 décembre.

Plus de 50.000 demandes ont été déposées en quatre années de lutte, pour plus de 32 milliards d'euros d'avoirs.

Sur cette somme, l'État a prélevé 7,8 milliards d'euros en pénalités et recouvrements d'impôts.

Pour la plupart les comptes bancaires étaient domiciliés en Suisse. Une coquette somme.

Cette "cellule de dégrisement fiscal" avait été mise en place en juin 2013 dans le contexte de l'affaire Cahuzac.

Bercy a estimé qu'il y a désormais plus d'intérêt à renforcer la traque que d'appâter et laisser revenir les tricheurs.

En effet «avec l'entrée en vigueur de l'échange automatique d'informations bancaires, le cadre international permettra à la France d'avoir des moyens puissants pour détecter les fraudeurs».a déclaré le ministre.

En tout, 101 États se sont engagés à mettre en œuvre l'échange automatique d'informations financières, conformément à la norme approuvée en 2014 par le Forum de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) sur la transparence et l'échange de renseignements.

Bercy mise en effet ouvertement sur le renseignement dans sa lutte contre la fraude fiscale, à l'étranger ou en France.

«Tout cela permet à l'État de récupérer des sommes dues, afin de mener les politiques publiques pour tous les Français. Mais attention, ne croyons pas que cette seule lutte permettra de combler nos déficits. Ce discours-là est trop simpliste»,», conclut le ministre des Comptes public .

Emily Jackson pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE GOUVERNEMENT S'ATTAQUE AU LIVRET A

Maintenu en deçà de l’inflation moyenne sur six mois début août, le taux du placement réglementé pourrait être figé à son niveau actuel de 0,75 % pour deux ans encore !Une annonce qui intéresse les 55,8 millions de Français détenteurs d'un livret A.

Mercredi sur Europe 1, Jacques Mézard - le ministre de la Cohésion des territoires - a évoqué «un gel du taux du livret A pendant deux ans». Avant d'ajouter: «Geler, ça veut dire que ça ne peut pas baisser».

Sur CNews, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner s'était fendu d'une déclaration selon laquelle le gouvernement envisageait de «garantir le maintien» du taux du livret A à son taux actuel de 0,75% pendant un ou deux ans, car «logiquement il devrait être plus bas».

Une prouesse à en croire le gouvernement voire un cadeau généreux de sa part !

Après le PEL (plan épargne logement), le gouvernement lance son offensive contre le Livret A. Ce mercredi, l'exécutif a confirmé que le taux du Livret A devrait être « stabilisé » à son plancher actuel de 0,75 % en 2018, voire aussi en 2019 tout comme ceux du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) et des livrets Bleus, dont les rendements sont alignés sur le premier.

La raison invoquée: l'allègement de la charge des bailleurs sociaux se finançant grâce aux fonds collectés par le Livret A et touchés par la baisse des APL (aides personnelles au logement) puisque les fonds du livret A servent à financer la construction de logements HLM.

Cette entorse aux pratiques (la révision deux fois par an grâce à une formule de calcul automatique) n'est pas une première. A l'été 2016, le gouverneur de la Banque de France avait déjà figé le taux du Livret A à 0,75 % pour un an, afin de « réduire la volatilité du taux du placement ». Les mêmes arguments sont repris par le gouvernement :

« ce que nous voulons, c'est faire en sorte que le taux du Livret A soit stable, qu'il ne bouge pas, qu'il ne descende pas pendant une période de temps », a fait valoir le Premier ministre Edouard Philippe, assurant que « les épargnants n'y perdront pas ». Ce qui est un mensonge de plus assumé par le gouvernement.

Pourtant les économistes anticipaient même une hausse du taux du Livret A à 1 %, en 2018, en cohérence avec les prévisions de la Banque de France qui tablait sur une progression de l'inflation de 1,2 % en 2018 et 1,4 % en 2019.

« S'il y avait des risques de variation du taux, ceux-ci étaient plutôt à la hausse qu'à la baisse », confirme Cyril Blesson, associé chez Pair Conseil. «On demande aux titulaires du livret A de de financer une baisse des APL» constate l'économiste Philippe Crevel

Une conséquence néanmoins : Le Livret A devrait perdre quelque peu en attractivité pour les plus gros épargnants qui préféreront se tourner vers d'autres supports bénéficiant de la « flat tax ».

Mais pour le nouvel exécutif, la priorité consiste bel et bien à rebattre les cartes de l'épargne réglementée : « la modification de la fiscalité des nouveaux PEL, le maintien du taux du livret A à 0,75 % à l'été et les nouvelles annonces sur le taux du placement montrent que le gouvernement veut véritablement s'attaquer à la citadelle de l'épargne réglementée qui jusqu'à présent était sacralisée », analyse Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne.

Le gel du taux du livret A s'inscrit pleinement dans la politique du logement. Interrogé ce mercredi matin sur France 2 sur cette mesure, le premier ministre Édouard Philippe déclarait: «Notre objectif est de transformer la politique du logement.

Construire plus là où il y en a besoin pour faire baisser les loyers. Enfin baisser les loyers notamment dans le logement social. Il faut faire en sorte que ceux qui sont dans le logement social, il y ait une baisse de loyer. Il n'y aura donc aucun effet. Pour les autres, aucune espèce d'impact car ils ne sont pas concernés par cette mesure». Le gouvernement doit présenter son plan pour le logement la semaine prochaine en Conseil des ministres.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA FIN DU RSI POUR DEMAIN

Après avoir dévoilé des ordonnances réformant le Code du travail en faveur des petites entreprises, le gouvernement va s'adresser aux indépendants ( artisans, commerçants, professions libérales) et autoentrepreneurs.

Lors du déplacement à Dijon mardi, le premier ministre Edouard Philippe devrait confirmer une proposition du candidat Macron c-à-d la fin du régime de protection particulier pour les travailleurs indépendants, le RSI.

Accompagné de Gérald Darmanin, ministre de l’action et des comptes publics, d’Agnès Buzyn, la ministre des solidarités et de la santé, et du secrétaire d’Etat, Benjamin Griveaux, le chef de l’exécutif a prévu d’aller à la rencontre de commerçants et d’artisans de Dijon (Côte-d’Or), avant de détailler la réforme du régime social des indépendants (RSI), prévue pour le 1er janvier 2018.

Il s'agit de rattacher les indépendants ( artisans, commerçants et professions libérales) au système général de la Sécurité Sociale .

On compte près de trois millions d'indépendants en France .Le chantier confié à un haut fonctionnaire, Dominique Giorgi. s'avère complexe: Fondre le RSI dans le régime général prendra plusieurs mois. Et la question de l’alignement des taux de cotisation et des droits correspondants reste posée. Les indépendants paient aujourd’hui en moyenne 47 % de cotisations, pour une protection souvent moindre que celle du régime général. « La question du taux est code CSG mplexe, il pourrait y avoir changement d’assiette fiscale », confirme-t-on à Matignon.

La gestion des risques sera donc assurée par le régime général, celui qui protège les salariés du privé. L'Urssaf sera donc seule chargée du recouvrement.

« C'est ce que nous demandions, explique Marc Sanchez, secrétaire général du Syndicat des indépendants. «Un, cela permettra de sécuriser les calculs de charges pour assurer la protection sociale des indépendants, et deux, nous aurons, au sein d’un même régime, le même taux de cotisation, explique-t-il. Les cursus des chefs d’entreprise aujourd’hui sont différents : on ne l’est plus toute sa vie, on peut être micro-entrepreneur, à la tête d’une structure plus importante, puis salarié… Avoir une seule entité, un seul interlocuteur, ce sera beaucoup plus simple.

Aujourd’hui, avoir un seul et unique régime de Sécurité sociale, ça nous semble très moderne.» Marc Sanchez,voudrait également cotiser plus : « Nous voulons une protection à la carte, en payant plus pour la retraite, le chômage, la prévoyance, la santé », explique-t-il. Pas sûr que ce vœux soit exaucé.

Ensuite sur les charges, comme les salariés du privé, les indépendants vont bénéficier d'allègements de cotisations. Tous ceux qui gagnent moins de 4.000 euros y trouveront leur compte avec un gain de pouvoir d'achat.

Et enfin, Édouard Philippe veut mettre fin à la concurrence déloyale des autoentrepreneurs dont les charges sont actuellement plus basses :23 % contre plus de 40 % pour les autres .

Le statut d'indépendant est en train de se développer avec Internet. Aujourd'hui, on n'est plus forcément embauché par un grand groupe. On peut se mettre à son compte et travailler pour différentes sociétés. Cette tendance suppose la simplification au maximum des procédures administratives.

Les mesures promises pour compenser la hausse de la CSG de 1,7 point devraient concerner tout le monde. Les travailleurs indépendants devraient voir baisser leurs cotisations maladie et famille. Mais alors que les salariés du privé obtiendront tous, dès 2019, un «gain de pouvoir d’achat conséquent», selon Bercy (260 euros par an pour un smic, 350 euros pour un salaire de 2 000 euros), seuls les indépendants avec moins de 4000 euros de revenus par mois bénéficieront, selon Les Échos, d’un «coup de pouce» supplémentaire.

Alyson Braxton pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

DES PRIVATISATIONS

D'ENTREPRISES FRANCAISES

AU PROFIT DE L'INNOVATION

Le ministre de l'Economie a confirmé ses intentions ce samedi 2 septembre, de privatiser certaines entreprises au profit de l’innovation lors d'un forum italien baptisé "The European House-Ambrosetti", une sorte de mini-Davos à l'italienne qui se tient ce week-end sur le lac de Côme à Cernobbio.

"Je vais annoncer dans quelques semaines que nous allons privatiser certaines entreprises pour avoir de l'argent afin de financer l'innovation", a-t-il annoncé.

"L'innovation est la clé du futur pour l'économie, la clé pour rendre la France plus forte", a martelé Bruno Le Maire.

Ce n'est pas une surprise puisque durant la campagne électorale, le président, Emmanuel Macron, avait déjà promis qu'il alimenterait le fonds d'innovation par les dividendes tirés du portefeuille de l'Etat, mais aussi par quelques privatisations éventuelles.

De plus alors Ministre de l'Economie sous le quinquennat Hollande, il avait préconisé d'user des privatisations en songeant à ADP, mais s'était heurté à une opposition de Manuel Valls et de son secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies.

Il avait tout de même réussi à céder les parts de l’Etat dans des aéroports régionaux : Toulouse en 2014 puis Nice et Lyon en 2016. La FDJ avait échappé à la privatisation envisagée en 2014 du fait du désaccord de Christian Eckert, alors secrétaire d’État au Budget.

L'objectif de Bruno Lemaire est de dégager 10 milliards d'euros pour financer l'innovation et placer l'argent du contribuable "pour le futur et non pas pour le passé".

Aucune entreprise pour l'instant de citées mais les entreprises "stratégique à ses yeux"ne devraient pas être concernées et l'on pense bien évidemment au domaine de l'énergie et du militaire.

La Française des Jeux, qui détient le monopole des jeux de loterie et de paris sportifs sur le territoire français, fait partie depuis plusieurs années des pistes prioritaires de l'APE (Agence des participations de l'Etat) ainsi que les Aéroports de Paris exploitant Roissy-CDG, Orly et Le Bourget qui rapporterait la petite somme de 7 milliards d'euros.

Des baisses de participation dans Renault, Air France et Orange peuvent également figurer sur la liste. A cela vient s'ajouter le dossier sur les chantiers navals de STX France qui devrait déboucher sur un accord avec l'Italien Fincantieri prochainement.

Carl Delsey pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LA LOI DU TRAVAIL N 'EST PAS

UNE REVOLUTION COPERNICIENNE

C'est le chantier social majeur du quinquennat. Dans un entretien au Point publié ce jeudi 31 août, Emmanuel Macron réaffirme son projet et confirme que cette réforme doit être "assez ambitieuse et efficace pour continuer à faire baisser le chômage de masse et permettre de ne pas revenir sur ce sujet durant le quinquennat". Le premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ont dévoilé les cinq ordonnances négociées avec les partenaires sociaux qui permettront de réformer le code du travail.

La réforme du Code du travail prend la forme d'un document de 159 pages comportant 5 ordonnances, 4 axes et 36 mesures.

Muriel Pénicaud, a insisté sur le fait que cette réforme donnait "pour la première fois" la priorité aux PME et très petites entreprises, qui lui ont réservé un accueil très positif. Il faut savoir que les PME et les TPE forment l'essentiel du tissu industriel français.

D’ailleurs le président de la Confédération des PME ne s'y est pas trompé en saluant une réforme "particulièrement pragmatique" et l'U2P, qui représente artisans, commerçants et professions libérales, s'est dite "pleinement satisfaite". « Ce changement d'état d'esprit est capital. Jusqu'à présent, on faisait des réformes sociales taillées pour les grandes entreprises. La loi de sécurisation de 2013 en est le parfait archétype. On en est sorti cette fois-ci », se félicite un responsable patronal.

Plafonnement des indemnités prud'homales, réduction des délais de recours, possibilité de négocier sans syndicat : les ordonnances font la part belle aux PME, avec l'ambition de leur donner "un droit du travail adapté". Le gouvernement vante une réforme "ambitieuse, équilibrée et juste". Pierre Gattaz, patron du Medef : "Cette réforme est une première étape importante qui peut aider à conforter la confiance des entreprises. Le Medef est prêt à jouer le jeu mais nous restons vigilants sur les décrets d'application"

Le renforcement de la négociation collective constitue pour les TPE-PME une avancée notable.

Les instances représentatives du personnel vont opérer une fusion. Ainsi au lieu d'avoir quatre instances représentatives du personnel il n'en restera que deux. Cette nouvelle entité, appelée conseil d’entreprise, pourra négocier des accords en cas d’absence de délégués syndicaux et aura un droit de veto sur les sujets concernant la formation professionnelle et l’égalité hommes-femmes .

De plus les entreprises de moins de 50 salariés auront la possibilité de négocier sans passer par les syndicats ce qui assure un certain assouplissement du dialogue social dans ces entreprises puisqu'un délégué du personnel suffira. Au-delà, en revanche, la présence syndicale resterait incontournable

Pour les entreprises de moins de 20 salariés, "nous allons élargir les possibilités de procéder par référendum ou plus exactement par consultation, quelque chose de plus adapté a la taille de l'entreprise", a précisé Muriel Pénicaud.

Les relations au travail seront plus sécurisée pour les TPE et les PME. Pour une erreur de forme, les entreprises ne seront sanctionnées que par un mois de dommages et intérêt et= un employeur ne pourra plus être condamné sur la forme si les prud'hommes lui donnent raison sur le fond. .Les indemnités prud'homales seront plafonnées à 3 mois de salaire jusqu'à deux ans d'ancienneté puis augmenteront progressivement jusqu'à 20 mois de salaire à partir de 30 ans d'ancienneté.

Sur la procédure de licenciement, par exemple, un formulaire simplifié et standardisé de type Cerfa va bien être mis en œuvre pour éviter que les vices de forme se multiplient comme aujourd'hui.

Par ailleurs, le délai de recours aux prud’hommes passera de vingt-quatre mois aujourd’hui à douze mois. deux ans pour les autres licenciements. En compensation, les indemnités légales de licenciement seront augmentées de 25 %, comme annoncé par certains syndicats fin août.

Une mesure a été prise pour les grands groupes :Le périmètre d'appréciation des difficultés économiques d'une entreprise devient national. L'objectif affiché par Muriel Pénicaud est d'éviter que de grands groupes internationaux en pleine santé "organisent le déficit de leur filiale française" mais elle oublie de dire que le plan social sera possible !

Ces ordonnances entreront en vigueur dès fin septembre, même si elles doivent ultérieurement faire l'objet d'une loi de ratification votée par le Parlement, a précisé le Premier ministre.

Mais ce n'est que la première étapes d'un ensemble de réformes destinées à lutter contre le chômage.

Sont attendues les réformes de l'assurance sociale, de la formation initiale et professionnelle, et enfin celles des retraites qui risquent de moins bien passer..

Joannes Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

REFORME DU CODE DU TRAVAIL

PAR ORDONNANCES

Après de longues semaines de concertations avec les organisations syndicales, le gouvernement dévoile, jeudi 31 août, le contenu des cinq ordonnances réformant le Code du travail qui ne sera en fait que la suite de la réforme engagée par la loi El Khomri.

L'idée est d'"aller plus loin" que la loi El Khomri avait déjà annoncé le Président de la Republique. Dans sa volonté d'agir rapidement le gouvernement fera passer ces lois par ordonnance.

"Je souhaite introduire dès l'été un projet de loi d'habilitation pour simplifier le droit du travail et décentraliser la négociation. Il s'agit de donner plus de place à l'accord majoritaire d'entreprise ou de branche, d'une part, et d'encadrer les décisions des prud'hommes, d'autre part.

Le tout par ordonnances, pour procéder de manière rapide et efficace" avait précisé Emmanuel Macron alors candidat à la Présidentielle.

 

Les ordonnances permettent à un gouvernement d'éviter les débats parlementaires habituels avec les séries d'amendements qui peuvent être déposés pour l'adoption de la loi.

Le Parlement se voit donc en quelque sorte court-circuité ne pouvant ni discuter, ni modifier le texte.

Pour procéder par ordonnance le Parlement a adopté le 2 août la loi autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnances pour réformer le Code du travail appelée loi d'habilitation .

Ces dernières , qui vont être annoncées par une conférence de presse à midi seront ensuite ensuite adoptées en Conseil des ministres le mercredi 20 septembre, après avis du Conseil d'Etat.

 

 

Signées par le président de la République et publiées au Journal officiel, les mesures comprises dans des ordonnances entrent en vigueur immédiatement. Toutefois, pour être pérennisées, elles devront faire l'objet d'une loi de ratification.

Lorsque le Parlement l'aura adoptée, les ordonnances ratifiées auront force de loi.

"L'élection présidentielle a montré l'énorme attente des Français d'un changement profond et rapide", avait déclaré la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans le JDD tout en certifiant "les mesures adoptées feront l'objet d'une application immédiate".

Les sujets abordés concernent l'ensemble du monde du travail :licenciements, instances représentatives des salariés, indemnités prud'homales, règles du dialogue social au sein des entreprises, possibilité pour les branches d'entreprises de négocier leurs propres normes...

La CGT et SUD ont déjà annoncé une journée d'action contre cette réforme, le 12 septembre.

Et La France insoumise prévoit de défiler à Paris le 23 septembre. ..

Alyson Braxton pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REFORME DE LA CSG :

MACRON DIFFERE SES

PROMESSES FISCALES POUR LES SALARIES

Le déséquilibre commence à se creuser entre les promesses du candidat Macron en faveur des classes modestes et moyennes et leur mise en œuvre ! Après l’exonération de la taxe d’habitation, c’est une deuxième promesse emblématique du candidat Macron qui est trahie. En effet la suppression des cotisations sociales salariales ne se fera qu'en en deux temps.« Le principe est acté, il reste à déterminer les modalités exactes », explique une source gouvernementale.

Au lieu d’être intégralement mise en œuvre dès le 1 janvier 2018 cette mesure va s'étaler dans le temps au vu des contraintes budgétaires: contenir le déficit sous la barre des 3 % du PIB l'an prochain. Alors que la hausse de la cotisation sociale généralisée (CSG) sera effective dès le 1er janvier 2018, l'exécutif a décidé d'étaler dans le temps pendant l'année 2018, en deux fois, la baisse des cotisations salariales.

Cette réforme avait été présentée durant la campagne présidentielle comme un outil essentiel pour redonner du pouvoir d'achat aux salariés grâce à allégement des charges pesant sur le travail, en basculant une partie du financement de la protection sociale vers la CSG. Il s'agit du transfert des cotisations salariales chômage (2,4 %) et maladie (0,75 %) vers la CSG passant de de 7,5 % à 9,2.

Nul doute que ce deuxième décalage aura des vertus budgétaires certaines, dégageant de substantielles économies pour l'Etat avec la part des cotisations salariales qui n'auront pas été supprimées immédiatement. Pendant quelques mois, jusqu’à l’automne, les caisses de l’Etat enregistreront à la fois les recettes de la CSG augmentée de 1,7 point et celles de cotisations sociales pas encore totalement supprimées.

Effet positif sur la fiche de paye ? « Dès le 1 er janvier, il y aura un gain de pouvoir d'achat pour les salariés », indique-t-on au ministère des Comptes publics mais les gains de pouvoir d’achat espérés dès le début de l’année 2018 pour des millions de salariés attendront.

Des discussions auront lieu dès cet automne pour « définir les modalités de compensation de la hausse de la CSG pour les fonctionnaires ».

Le programme présidentiel chiffrait les gains de pouvoir d’achat à 10 milliards d’euros pour l’exonération de la taxe d’habitation et à 7 milliards pour la bascule des cotisations sociales vers la CSG...Mais avec ces modifications annoncées, les promesses ne seront pas tenues !!!

L'exécutif va donc devoir faire montre de force pédagogie pour sa réforme, déjà contestée par les retraités...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN ENJEU DE TAILLE POUR EMMANUEL MACRON

LA DIRECTIVE

TRAVAILLEURS DETACHES

La question des travailleurs détachés embrase depuis des années la classe politique. Selon un rapport du Sénat de mai 2016, le nombre de travailleurs détachés au sein de l'UE a augmenté de près de 45% entre 2010 et 2014, passant de 1,3 million de personnes concernées à 1,9 million (1,7 million de personnes un an plus tôt.Le travail détaché s'est donc banalisé.

En France, ils sont près de 290 000. Les travailleurs des pays de l'Est constituent le plus gros bataillons des travailleurs détachés. C'est un des sujets sur lesquels l'Est et l'Ouest de l'Europe sont en désaccord.

La directive européenne du 16 décembre 1996 encadre le travail détaché : ce dernier concerne les salariés qui réalisent des missions ponctuelles dans un autre pays de l'Union européenne que celui dans lequel ils travaillent en temps normal.

Leurs cotisations sont payées dans leur pays d'origine mais ils sont déclarés et bénéficient des mêmes droits que les travailleurs locaux comme le salaire minimum, les 35 heures par semaine et les congés payés.Or les charges sociales appliquées dans le pays d'origine étant bien moindres, les entrepreneurs français ont tout intérêt à employer des salariés venant de tels pays. La Commission européenne reconnaît qu'«il existe souvent d'énormes écarts entre le salaire des travailleurs détachés et celui des travailleurs locaux», notamment dans les États où les salariés sont souvent payés davantage que le Smic comme en France.

Ce système favorise donc bel et bien en l’état le dumping social.

Mais autre problème de taille : outre le dumping social, ce système favorise également des fraudes en tout genre.

Selon un rapport parlementaire, près de 300 000 salariés seraient détachés en toute illégalité en France : rémunérés bien en-dessous du smic, ils ne sont pas déclarés par les entreprises ou bien employés via des montages complexes d'agence d'intérim. La liste des fraudes est longue et les détournements massifs. Cela engendre de fait, du dumping social et de la concurrence déloyale.

"Ce n'est pas sérieux"

Le Haut Conseil pour le financement de la protection sociale a mis en évidence trois type de fraudes fréquentes :

1° L' implantation d'une entreprise «boîte aux lettres», c'est-à-dire sans activité réelle, dans un pays à faible niveau de charges sociales qui permet de recourir à des travailleurs détachés envoyés dans d'autres États membres.

2° Le non-paiement des charges sociales dues dans le pays d'origine du travailleur ou la minoration du salaire de base sur lequel les cotisations sont calculées, le contrôle étant difficile à l'étranger

3°Le non-respect de la réglementation du pays d'accueil (nombre d'heures déclarées supérieures au nombre d'heures payées, logement à bas coût, frais de détachement déduits indûment du salaire, etc.).

C'est pourquoi le président Macron part mercredi en croisade européenne pour revoir la directive sur les travailleurs détachés. Déjà en juillet 2016, le Premier ministre Manuel Valls menaçait de ne plus appliquer la directive européenne si les pays de l'Est ne consentaient pas à des efforts.

Cette tournée commence ce mercredi par une rencontre entre les dirigeants autrichiens, tchèques et slovaques pour être suivie par une visite en Roumanie et en Bulgarie. Le chef de l'État français cherche à rallier à sa cause certains pays de l'est de l'Europe afin de parvenir à un changement de la réglementation européenne lors du prochain conseil social d'octobre.

En effet la France est le pays européen accueillant le plus de travailleurs détachés derrière l'Allemagne, avec un total de 286.000 en 2015, selon la Direction générale du travail. Mais en raison de nombreuses fraudes possibles on estime à plus de 400 000 le nombre de ces travailleurs qui se retrouvent surtout dans le BTP, l’industrie et l'agriculture. Environ 220 000 travailleurs détachés seraient en situation irrégulière : malgré 1500 contrôles par mois, le montant des amendes cumulées n'atteint que 5 millions d'euros. Le manque à gagner de ce type de fraude s'élève à 400 millions d'euros.

La France défend six modifications substantielles :

1° La prise en compte de la durée du détachement dès le premier jour. « Aujourd'hui, le compteur ne tourne qu'au bout de six mois », rappelle-t-on à l'Élysée.Il est facile de contourner les règles du détachement en multipliant les séjours de 3 mois...

2°La limitation des détachements «à 12 mois sur une période de deux ans». Le texte de la Commission actuellement étudié propose une limite de 24 mois, au lieu de 36 mois aujourd'hui.

3°L' intégration directe et explicite des indemnités de «transport, d'hébergement et de repas» dans le revenu du travailleur.

4°la lutte contre les entreprises «boîtes aux lettres», qui n'ont aucune activité dans leur pays d'origine, en imposant que le formulaire A1 devienne une condition préalable du détachement.

5° La rémunération équitable des travailleurs détachés, facteur de dumping social sauvage. Les règles du salaire minimum et les accords collectifs du pays d'accueil devraient s'appliquer aux travailleurs détachés sans dérogation possible ... Cette mesure rendrait évidemment assez inutile l'importation d'une main-d'œuvre à bas coût.

6°La mise en place d'une plate-forme européenne pour un meilleur échange d'informations entre les systèmes ce qui permettrait de démasquer la fraude sociale au travail détaché.


La révision de la directive des travailleurs détachés divise bien entendu l’Europe !

Depuis que la Commission européenne a proposé de moderniser la directive de 1996 régissant le travail détaché, un climat de défiance s'est installé dans l'Union européenne (UE) autour de ce sujet. Elle repose sur un principe simple : à travail égal sur un même lieu doit correspondre une rémunération équivalente. « Nous devons tous soutenir Emmanuel Macron pour renégocier les règles du travail détaché. Faire payer les cotisations et impôts égaux dans un même pays ! », a tweeté le président de l’UDI, le député Jean-Christophe Lagarde.

En Europe de l'Est, la révision de cette directive est en effet vécue comme un coup de poignard dans le dos. « Vos entreprises ont fait de confortables acquisitions dans nos pays quand nous avons rejoint l'UE, et maintenant il ne faut plus que nos travailleurs aillent proposer leurs services dans les vôtres ? », s'insurge un diplomate. Un coup dur pour les pays grands fournisseurs de main-d'oeuvre, situés à l'Est de l'Union.

Onze États membres (Bulgarie, Croatie, Danemark, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie et Slovaquie) défendent le statut actuel des travailleurs détachés, selon le principe de la libre prestation de service au sein du marché commun.

L'Autriche membre depuis 1995, est alignée sur la France sur ce dossier, d’autant que des législatives y sont organisées le 15 octobre et que l’extrême droite europhobe y bénéficie toujours d’intentions de vote élevées. La presse autrichienne parle d’ailleurs de « sommet social » au sujet de la rencontre à quatre à Salzbourg.

Or, afin d'adopter des actes législatifs, la majorité qualifiée est nécessaire..

Emmanuel Macron avait notamment promis de « porter le projet d’une Europe qui protège » face à ceux qui prennent l’Europe « pour un supermarché » en « ne respectant pas les règles ».

La France veut notamment limiter à un an la durée maximale du détachement et renforcer la lutte contre la fraude. « L’idée n’est pas d’arriver avec un texte, prévient toutefois l’Elysée, mais d’expliquer pourquoi on pense que c’est un sujet important, qui peut fragiliser la liberté de circulation dans son ensemble si on ne trouve pas un bon équilibre. »

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UNE EMBELLIE ECONOMIQUE

AU JAPON DURABLE?

Abonnée à une modeste croissance, le Japon confirme une embellie économique inédite depuis 11 ans . La troisième puissance économique du Monde connaît en effet depuis six trimestres consécutifs une hausse de sa croissance avec une augmentation de 1% du PIB au deuxième trimestre par rapport au trois premiers mois de l'année.

En rythme annuel, le Japon affiche une croissance confortable de 4%.

Voilà une bonne nouvelle pour le chef de l'exécutif Shinzo Abe pour qui a fait de la relance économique une priorité.

Les données diffusées lundi montrent un redressement de la demande intérieure, avec une consommation des ménages (quelque 60% du PIB) en hausse et de solides investissements des entreprises affichant une hausse de 2,4%.

L'activité bénéficie aussi de la bonne tenue des dépenses publiques qui se renforce à l'approche des Jeux Olympiques 2020 de Tokyo.

Les exportations cependant continuent à marquer le pas.

Pour l'heure, le Premier ministre ne peut que faire montre de contentement même si les « Abenomics », le programme de relance qui porte le nom du Premier ministre, n'ont pas tenu l'ensemble des promesses.

Le Fonds monétaire international (FMI) préconise au gouvernement nippon de s'emparer de l'embellie actuelle « pour faire avancer un ensemble de réformes complet et coordonné ». "A cette fin, le travail à temps plein, la participation des femmes et des seniors au marché du travail et l'utilisation de la main-d’œuvre étrangère devraient être facilités", conseille-t-il.

L'archipel japonais doit encore faire face au vieillissement de sa démographie . "Pour réellement doper le taux de croissance potentiel du Japon, il faut s'attaquer au déclin démographique du pays" selon Junko Nishioka, de Sumitomo Mitsui Banking Corporation, . Or pour augmenter la natalité dans un pays où la conciliation entre maternité et emploi s'avère difficile , des mesures d'ordre structurel doivent être mises en place comme la création massive de crèches. De plus la volonté protectionniste affichée par Donald Trump et le ralentissement économique de Chine, pourraient se solder par des retombées négatives pour les industriels japonais.

Conscient de ces difficultés pour une croissance durable le démocrate, Shinzō Abe a d'ailleurs annoncé que les Abenomics entraient dans une nouvelle phase et a rendu public « trois nouvelles flèches », à savoir : une économie forte qui crée de l’espoir, un soutien à l'éducation des enfants, et un système de sécurité sociale capable de rassurer

Chacune de ces « flèches » se traduisent par un objectif concret :

1°Porter le PIB nominal à 600 000 milliards de yens à l’horizon 2020

2°Porter le taux de naissance 1,8 d’ici au début des années 2020,

3°Réduire le turnover lié aux soins de dépendance à zéro d’ici au milieu des années 2020.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

THE FRENCH FOOTBOARD IS TOUCHED

FROM 1ST AUGUSTO

1 ° Increase in electricity tariffs

The calculation of tariffs reviewed each year takes into account the costs of energy, that of the transmission of electricity and its marketing.

Regulated electricity tariffs therefore increase on average by 1.7% on 1 August 2017, in line with the recommendations of the French Energy Regulatory Commission (CRE), which according to the latter "catches up the amounts linked to the insufficiency of Rates for the year 2012 ", thus recovering a balance of 190 million euros.

Blue, residential and business rates are affected by this increase. The increase is limited for yellow tariffs applied in Corsica only 0.6% while only green tariffs are down 0.4%.

2 ° Increase of the Navigo pass

In spite of the promise of Valérie Pécresse, the subscription ticket with a single fare for the transport of the inhabitants of Paris, increases by 2.20 euros on 1 August: it will therefore increase to 75,20 euros monthly. Last year the increase had been 3% already .. The price of the metro ticket to the unit remains at 1.90 euro, while the notebook of 10 tickets increases by 40 cents. These increases will enable "sustainable and innovative funding for public transport in the Ile-de-France region"

3. Increase in Parisian reference rents.

The properties leased in Paris, whose leases are signed between August 1 and July 31, 2018, will increase slightly, from 1 to 2%, ie 1 euro per square meter per month.

The price must not exceed the median rent by more than 20% or be less than 30% lower by reference to the Alur law. This ceiling is set annually.

4 ° Stagnation of the Livret A rate

The Ministry of Economy and Finance has decided to follow the recommendation of the Banque de France by keeping the Livret A rate at 0.75% blocked for 2 years.This is its lowest historical level since its creation In 1868.

The formula for calculating the theoretical rate should have led to a 1% increase in the rate.

5 ° A slight decrease in the price of gas:

The gendarme of the sector has decided to apply a 0,8% reduction on average to gas tariffs: 0, 8% for heating for 3 million households, 0,3% for cooking, and 0 , 5% for those who use it for cooking and hot water. Regulated gas tariffs are revised monthly using a formula that takes into account gas prices on the wholesale market and the price of oil.

Boby Dean for DayNewsWorld

TEMPORARY NATIONALIZATION OF NAVAL STUDIES STX DE SAINT NAZAIRE CONTEMPLATED

The State has decided to assert its right of preemption on the capital of the shipbuilder STX Thursday, while the Italian manufacturer Fincantieri requires to hold more than 51% of the capital. Paris decision to "nationalize temporarily" STX France was taken by Emmanuel Macron, Paris refusing a majority takeover of the shipbuilder STX France by the Italian Fincantieri.

 

This is the first major industrial measure of the quinquennium.
The particularly sensitive subject, which regularly stirred up the political, business and media circles on both sides of the Alps, displeased the Italian rival group of Chantiers de l'Atlantique and "exclusive purchaser of the French subsidiary of the Korean group STX, in receivership.

The President of the Republic "chose to nationalize this company rather than entrusting the keys to an Italian shareholder considered problematic. The offer of Fincantieri as" exclusive buyer "for the 66.66% of STX France detained had certainly been Retained by the Korean group.

However, the negotiations by François Hollande's government in October 2016 meant that Fincantieri, an Italian manufacturer, remained a minority for seven years, with only 48% of the capital, alongside the Fondazione CR Trieste, with 7%.

A French State to retain one third of the capital and a right of veto and French DCNS to hold 12 to 13% 0 in Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique), very close to Saint-Nazaire. The agreement to resume participation is signed on 19 May.

But on May 31, when the Meraviglia was inaugurated in Saint-Nazaire, Emmanuel Macron announced his intention to review the agreement which did not sufficiently protect French industry and wanted to maintain control of the worksites at "50/50".
"The possibility for French shareholders to keep their hands on the job" according to the tenant of the Elysée was no longer guaranteed. The latter considers that Fincantieri has close links with the other Italian shareholder, and that he would therefore be a de facto majority. In the event of a downturn in the backlog, PS Saint-Nazaire Mayor David Samzun fears that Fincantieri will work the Italians rather than the French. Furthermore, this agreement does not protect our French know-how, our patents or our jobs according to the latter. In addition, the ambition of the Italians is to develop the skills of the Chinese to make steamers! What is worrying the elected CFDT.


The situation remained blocked, France finally sent an ultimatum. "If ever our Italian friends refuse the honest proposal made to them, the State will exercise its right of preemption," threatened Bruno Le Maire, Minister of Economy. The French State would therefore buy the "shares" that Fincantieri was to acquire .

It is not surprising that these remarks, these remarks were badly received in Rome, where it is estimated that "the French government has changed the maps"
It is not surprising that these remarks were not welcomed in Rome, where it is estimated that "the French government has changed the cards"

Joanne Courbet for DayNewsWorld

REMOVAL OF METAL DETECTORS
AT THE ENTRY OF THE ESPLANADE BY ISRAEL

The Israeli authorities installed the metal detectors at the esplanade entrance on 16 July, the day after the deaths of two Israeli police officers in an attack. This device had been justified by the Israeli authorities by the fact that the attackers had hidden weapons on this site to carry out their attack. There was also a murderous incident at the Israeli embassy in Jordan.

As a sign of protest against the installation of these metal detectors, the Muslim faithful did not go to the esplanade praying in the surrounding streets. Deadly violence between Israeli police and Palestinians broke out. The esplanade is indeed the third holy place of Islam, designated as the Noble sanctuary, after Mecca and Medina and this installation of detectors was experienced by the Muslims as an affront.

Israeli security forces were posted at the entrance to the site, also the most sacred place of Judaism under the name Temple Mount.

Faced with the risk of tensions spreading beyond the Palestinian Territories, the international community has pressed for the withdrawal of its detectors. The Israeli security cabinet agreed "the recommendation of all security agencies to replace the inspection by means of metal detectors by a security inspection based on advanced technologies and other means," said in the night The office of Prime Minister Benjamin Netanyahu.

Despite the withdrawal of metal detectors the Muslims continue the boycoot of this holy Islamic place located in occupied East Jerusalem.

Boby Dean for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LOUANGES DU FMI A L'EGARD DU PROGRAMME D'EMMANUEL MACRON

La conférence des territoires s’est déroulée lundi dans un contexte tendu, après l’annonce d’une baisse des dépenses plus importantes d’ici à 2022 dans les collectivités locales.

Le gouvernement veut trouver 20 milliards d’économie l’an prochain.

Le chef de mission du Fonds monétaire international a multiplié lundi les éloges à l'égard du programme d'Emmanuel Macron. Des éloges plutôt rares de la part de l'institution , pour l'Hexagone, qui était régulièrement appelé à la réduction la dépense publique et au lancement de profondes réformes structurelles.

L'arrivée d'Emmanuel Macron au pouvoir, et les réformes promises par ce dernier ont visiblement adoucit le FMI . "L’ambitieux programme de réformes du gouvernement pourrait fortement contribuer à résoudre les défis économiques auxquels la France se heurte de longue date", estime le FMI, lors de la publication de sa revue annuelle de la politique économique du pays, lundi 17 juillet.

Conséquence : l’institution internationale compte désormais sur une croissance de 1,5% pour 2017, très légèrement revue à la hausse (0,1 point de plus de croissance pour l'année prochaine).

"Nous sommes plutôt impressionnés par la nouvelle énergie et l'optimisme que nous avons perçus au sein du gouvernement et auprès de nos interlocuteurs", a salué Christian Mumssen, le chef de mission du Fonds monétaire international à Paris lors d'une conférence de presse au terme de l'évaluation annuelle de l'économie française.

Pour le gouvernement, il s'agit de faire des économies de 4,5 milliards d'euros dès cette année, ce qui est jugé "réalistes" par le FMI. Ainsi la France devrait passer sous la barre des 3% de déficit et pourraient "fortement contribuer à résoudre les défis économiques auxquels la France se heurte de longue date", a répété selon Christian Mumssen.

En fait les mesures annoncées par le gouvernement français émanent largement d'un document publié l'année passée par le FMI sur l'efficacité de la dépense publique en France. "Toutes les idées y sont", s'est félicité le responsable du Fonds  .

"Pour que la stratégie soit crédible, de profondes réformes s'imposent à tous les niveaux des administrations publiques",dit-t-il, soutenant que cet effort était "nécessaire dès maintenant". "Nous ne pensons pas que la stratégie puisse fonctionner sans s'attaquer au problème de la dépense publique", continue-t-il encore. Il admet que les coupes budgétaires toucheront immanquablement les dépenses sociales.

Le FMI estime que la réforme du marché du travail est "vaste et ambitieuse". "Elle cherche à améliorer la flexibilité au niveau des entreprises, à réformer l'assurance-chômage et à renforcer les dispositifs d'apprentissage et de formation professionnelle",selon le Fonds, pour qui cette réforme "devrait aller de pair avec le maintien de la modération salariale". Mais le FMI plaide aussi pour une "limitation de la progression des salaires minimums à l’inflation". Et donc de se garder de tout coup de pouce au SMIC.

La réforme du code du travail, qui renforce la place des négociations d'entreprises peut être une première réponse.Le FMI valide la méthode choisie pour le premier chantier social du quinquennat, la réforme du droit du travail, qui passera en procédant par ordonnances.

Le projet de refondation de l’apprentissage et de la formation professionnelle  :Des mesures « essentielles » dans un pays où « le chômage touche de manière disproportionnée les jeunes et les travailleurs peu qualifiés ».

Les réformes qui ciblent la fiscalité des entreprises, les revenus du capital et du travail, « devraient (également) stimuler les investissements et la croissance de l’emploi ».

Les experts de Washington estiment aussi nécessaire de mettre à contribution les collectivités locales dans les économies à réaliser.

« Ce programme est ambitieux, complet mais également équilibré », selon Christian Mumssen, qui a dirigé la mission d’évaluation en France. Il « pourrait fortement contribuer à résoudre les défis économiques auxquels la France se heurte de longue date », affirme même le FMI dans son résumé de fin de mission, citant les « déséquilibres budgétaires persistants », le « chômage élevé » et la « faible compétitivité externe ».

Ce soutien "au programme ambitieux" du gouvernement tombe à pic pour le Président et son Premier ministre Edouard Philippe en train de réformer le droit du travail par ordonnance et d’imposer la réduction drastique de la dépense publique, dans le secteur de la défense notamment, en période de terrorisme.

Kelly Donaldson pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ENCOURAGEMENT

DE LA PART MOODY'S

A LA FRANCE

L'agence de notation estime que l'élection d'Emmanuel Macron pourrait donner à la France l'occasion de s'attaquer aux défis qui l'attendent.

C'est ainsi que l'agence de notation financière Moody's pense que «l'élection d'Emmanuel Macron fournit à la France l'occasion de s'attaquer aux défis qui pèsent sur sa note de crédit».

Moody's, n'ayant pas la réputation de tendresse à l'égard des pays endettés, considère que la notation de la France pourrait être revue à la hausse dans la mesure où le pays connaîtrait une croissance économique et une réduction du ratio de la dette sur PIB.

En effet Moody's considère qu'un train de réformes va être mis en application par la France de Macron.

 

Selon Moody's les dernières élections auraient ouvert «une fenêtre d'opportunité pour mieux répondre aux principaux défis susceptibles d'avoir une incidence négative sur le profil de crédit de la France»...

Sa vigilance est cependant toujours de rigueur dans l'attente de savoir si «cette volonté va se traduire dans les prochaines années par la mise en œuvre effective d'un vaste programme de réformes économiques».

Il n'en demeure pas moins que la France reste très surveillée par les agences de notation et qu'elle est toujours sous la menace d'une dégradation si «réformes courageuses» ne sont pas entreprises !

La France doit donc se tenir à ses objectifs de réduction de son déficit public pour les années 2017 et 2018.

Le pays fait partie d'une liste de 25 États que l'agence de notation américaine Standard and Poor's pourrait dégrader cette année. ..

Rappelons pour mémoire que Moody's avait retiré à la France la note suprême en novembre 2012, quelques mois seulement après l'agence Standard&Poor's qui retirait le «tripleA» à notre pays dès le mois de janvier 2012 !!!

Car n'oublions pas que la dette souveraine française dispose depuis 2015 d'une note à long terme «AA», avec «une perspective stable». Notre note elle se situe deux crans sous le fameux «triple A».

Les encouragements, la France en a bien besoin. Alors que l'État français emprunte à 0,838 % pour l'échéance à 10 ans l'Allemagne emprunte pour la même durée à 0,57 % !!!

Kelly Donaldson pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

COMPTE DE PREVENTION

Édouard Philippe a annoncé samedi aux partenaires sociaux une réforme du compte pénibilité, prévue pour entrer en vigueur pour 2018 :un compromis entre la CFDT, très attachée à cette mesure emblématique du quinquennat Hollande, et le patronat contre une "usine à gaz".

Dans une lettre le Premier ministre propose une nouvelle mouture: un "compte de prévention" dont le nouveau nom officiel est amputé du terme de pénibilité,

ce terme qui «induit que le travail est une douleur»selon M.MACRON.

Entré en vigueur par étapes depuis 2015, le compte pénibilité permet aux salariés du privé occupant un poste pénible de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel sans perte de salaire.

Certains critères et le financement de cette mesure aussi vont être modifiés dans le cadre d'une réforme esquissée par Edouard Philippe ce samedi.

Maintenu tel quel pour six critères (travail de nuit, répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare, ainsi que le bruit et les températures extrêmes),pour quatre autres critères, les plus décriés par le patronat, les règles sont modifiées: la manutention de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et les risques chimiques, sortiront du compte à points.

Les employés cependant qui y sont exposés pourront encore bénéficier d'un départ anticipé à la retraite, mais seulement quand «une maladie professionnelle a été reconnue» et quand «le taux d'incapacité permanente excède 10%», selon la lettre du Premier ministre.

«Une visite médicale de fin de carrière permettra à ces personnes de faire valoir leurs droits», selon le courrier d'Edouard Philippe.

Dernière modification majeure de cette nouvelle mouture: le financement, cette fois pour tous les critères. Les deux cotisations actuelles «seront supprimées» et «le financement des droits en matière de pénibilité sera organisé dans le cadre de la branche accidents du travail/maladies professionnelles» (AT/MP). Cette branche, dans le vert depuis 2013, est la seule excédentaire de la Sécurité sociale !

Britney Delsey pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

BILAN DU G20

UN ASSEZ BON COMPROMIS

AU REGARD DES TENSIONS

Ce compromis aura permis à ce sommet, qui était objectivement celui de toutes les tensions, de se conclure sur un compromis diplomatique honorable.

Pour la chancelière Angela Merkel, qui attendait beaucoup de ce rendez-vous diplomatique à moins de trois mois des élections législatives allemandes, ce résultat peut être qualifié de succès, dans la mesure où il correspond, grosso modo, au scénario qu’elle avait anticipé en amont du sommet. « J’avais dit qu’il fallait que nous trouvions des compromis mais en même temps que nous ne cachions pas nos désaccords. C’est ce que nous avons fait », s’est-elle félicitée, samedi, lors de sa conférence de presse finale.

« Avancée sur le terrorisme »

« Je considère que le texte a permis (…) de maintenir les équilibres indispensables et d’éviter toute marche en arrière »,selon Emmanuel Macron, qui a reconnu que « ce fut difficile comme nous le savions avant même le sommet ».

Le bilan du sommet de Hambourg, pour mitigé qu’il soit, n’en est pas déshonorant pour autant sur le plan diplomatique. Ce que M. Macron a résumé d’une formule assez juste en expliquant qu’« il y a une avancée sur le terrorisme et [que] le recul a été évité sur beaucoup de sujets »Sur ce sujet, les membres du G20 se sont mis d’accord sur une déclaration commune en 21 points insistant sur le rôle du Groupe d’action financière (Gafi), un organisme intergouvernemental créé en 1989 qui publie des recommandations régulières pour ses trente-sept membres sur les manières de lutter contre la criminalité financière et le financement du terrorisme.

Sur le climat, la chancelière espérait mieux sans toutefois ce faire d'illusion « convaincre » son homologue américain

de revenir sur sa décision, et annonçant la tenue d’un « sommet d’étape », le 12 décembre, deux ans jour pour jour après la signature de l’accord de Paris, « afin de prendre de nouvelles actions pour le climat, notamment sur le plan financier ".

Discussions difficiles sur le commerce autres chapitre.Un compromis trouvé sur le protectionnisme

les résultats de ce sommet du G20 sont en revanche assez modestes :sauver la face, au risque de s’en tenir à des déclarations de bonnes intentions sans portée réelle… Il en va ainsi du commerce, sujet sur lequel les discussions ont été « particulièrement difficiles », a reconnu Mme Merkel

En matière commerciale, le président américain inquiète depuis des mois ses principaux partenaires par ses velléités protectionnistes, illustrées par son slogan permanent sur "l'Amérique d'abord". Si les Etats-Unis ont finalement accepté de se rallier dans la déclaration finale à une condamnation du "protectionnisme", le G20 a reconnu pour la première fois pour la première fois le droit des pays victimes de dumping de recourir à "des instruments légitimes de défense commerciale".

Comme au G7 de Taormine, l’engagement de tous à lutter contre le protectionnisme est réaffirmé dans la déclaration finale..Y figurent la nécessité de garder les marchés ouverts et la reconnaissance du rôle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Des formules agréées de bon aloi au terme d’un bras de fer avec les Etats-Unis!

En échange de ses concessions, Washington a obtenu que soit mentionné le droit de recourir, si nécessaire, à « des instruments légitimes de défense commerciale ». L’équilibre trouvé satisfait le M. Macron chantre d’une Europe qui protège. « Cela reflète assez bien la position que l’on défend, lutte contre le protectionnisme et lutte contre le dumping », souligne-t-on à l’Elysée.

Cet accord de façade est pourtant loin d’avoir résolu tous les points de contentieux. Largement rhétorique, il ne permet pas d’éteindre le feu qui couve avec les Etats-Unis sur le dossier de l’acier. Le G20 a confirmé son engagement à travailler en mode collectif au sein d’un forum mondial dédié aux surcapacités dans ce secteur., la Chine est poliment priée d’y collaborer plus franchement.

Mais que se passera-t-il si la Maison Blanche ordonne des restrictions unilatérales sur les importations d’acier ? Une menace  agitée par Washington pour des raisons de sécurité nationale. Si elle se concrétisait, les Européens ont d’ores et déjà promis une réaction instantanée.

 

De l'utilité du G20

L’exemple du commerce, presque caricatural, soulève au fond une question que beaucoup se posaient déjà, mais que le sommet de Hambourg a remis sur la table, celle de l’utilité même d’une instance comme le G20.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REVIREMENT D' EMMANUEL MACRON

SOUS PRESSION

Les réformes de l’ISF et de la taxe d’habitation

en vigueur dès 2018

Après s'être fait flouer par Hollande, le tiers des Français qui ont voté Macron n'entende pas se  faire flouer à nouveau par l'homme pressé qu 'est le nouveau locataire de l'Elysée !

La « cagnotte » de Lionel Jospin et "le ras-le-bol fiscal " de François Hollande atteint clairement le gouvernement Macron !

Les critiques les plus acerbes ont fusé depuis les médias jusqu'aux économistes du Davos annuel d'Aix-en -Provence !

Le calendrier des réformes fiscales suscitent de la part des oppositions des critiques acerbes. « La seule certitude, c’est la hausse de la CSG [contribution sociale généralisée], pour le reste, ça change toutes les deux heures », ironise Guillaume Larrivé, député (Les Républicains) de l’Yonne, interrogé lundi 10 juillet sur LCI dénonçant "un zigzag fiscal permanent" du gouvernement. Alexis Corbière, député (La France insoumise) de Seine-Saint-Denis qualifié de « honteux » que le gouvernement « fasse les poches » des retraités. « Quand on a bossé toute sa vie, qu’on gagne 1 300 euros par mois, vous augmentez la CSG, c’est dégueulasse, surtout que les mêmes qui font ça expliquent qu’il faut baisser l’ISF [impôt de solidarité sur la fortune ] », s’est-il indigné sur LCI.

L’économiste Philippe Aghion, inspirateur du programme présidentiel de M. Macron, a rappelé que les baisses d’impôts permettent de stimuler la croissance. Benoît Cœuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a estimé qu’« une stratégie qui consisterait à tout étaler sur le quinquennat, malheureusement, ne maximiserait pas l’impact économique des réformes ».

« Il est nécessaire de mettre en œuvre immédiatement une fiscalité favorable à l’investissement : prélèvement forfaitaire à 30 % sur les revenus du capital, recentrage de l’ISF sur l’immobilier », a martelé Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes et organisateur des Rencontres.

Un message que M. Le Maire a repris aussitôt à  son compte. « Le rôle de l’Etat, c’est de créer un environnement le plus favorable possible au développement des entreprises. Nous allons le faire tout de suite : en baissant l’impôt sur les sociétés [de 33,3 % à 25 % sur le quinquennat] et en supprimant la dernière tranche de taxe sur les salaires », a-t-il répondu

Pour l’heure, le seul dispositif fiscal qui s’appliquera au 1er janvier 2018 est en effet la suppression des cotisations salariales assurance chômage et assurance maladie, remplacées par une hausse de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG).

L’audit de la Cour des comptes semblait être une aubaine pour le nouveau gouvernement :

lle gouvernement a joué le coup, durant la semaine écoulée en insistant lourdement sur le dérapage de la dépense publique.Depuis la publication de l’audit de la Cour des comptes, le gouvernement a mis l’accent sur le sérieux et la crédibilité budgétaires. Objectif : trouver 4 à 5 milliards d’économies pour revenir sous les 3 % de déficit public en 2017 pour donner un signal de bonne volonté aux partenaires européens de la France.

La déclaration de politique générale d’Edouard Philippe, mardi 4 juillet, a paru marquer un infléchissement dans la mise en œuvre des réformes fiscales annoncées par Emmanuel Macron . La semaine dernière a été marquée par les annonces de report à 2019 de plusieurs baisses d'impôt promises par le candidat Emmanuel Macron. Le chef du gouvernement n'avait-il pas repoussé à 2019 la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), le prélèvement unique de 30 % sur les revenus de l’épargne et la transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse de charges. N'avait-il pas également repousser juste un an les élections présidentielles l’exonération de la taxe d’habitation pour 80 % des Français prendrait plus de temps que prévu ?

Mal joué !

Inenvisageable pour les Français qui ont déjà ,pour certains, été saignés à blanc !

D'où la méthode Macron : brusque changement de cap ! Revirement à 180° !

Dimanche, Emmanuel Macron lui-même a tranché. « Le président de la République a dit qu’il souhaitait qu’une première tranche d’exonération de la taxe d’habitation et la réforme de l’ISF interviennent dès 2018 », indique au Monde une source gouvernementale

Le premier ministre a voulu rapidement couper court à la polémique.Les reports passent mal;

Bruno Le Maire a bien l’intention de faire entendre sa voix. Invité aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), dimanche 9 juillet, le ministre de l’économie a affirmé que « Pour l’instant, aucune décision définitive n’a été arrêtée en matière de calendrier. Attendez de voir les arbitrages qui seront faits par le président de la République. (…) Je suis convaincu qu’on peut en même temps baisser les dépenses publiques et [réduire] les impôts pour les ménages et les entreprises. On peut les baisser tout de suite », a déclaré M. Le Maire.

« C’est en conjuguant ces deux ambitions [réduction d’impôts et baisse des dépenses] qu’on retrouvera au bout du compte de la croissance, des emplois, de la prospérité », a-t-il affirmé, en écho au thème choisi cette année, « A la recherche de nouvelles formes de prospérité ».

Le Maire a également réitéré la promesse d’« engager dans les mois qui viennent la cession de 10 milliards d’euros d’actifs de l’Etat »,en passant par la privatisation de certaines entreprises.

Bal des chiffres : le revirement voulu par l’Elysée devrait coûter près de 6 milliards d’euros. Cela s’ajoute aux 7 milliards de baisses d’impôts annoncés plus tôt dans le week-end parEdouard Philippe « environ 7 milliards d'euros » de baisses d'impôts dès 2018. En réalité, il s'agit de mesures décidées par François Hollande en 2016 entrant en vigueur seulement l'an prochain au plan budgétaire.

L'exécutif aurait ainsi sous la pression décidé de mettre en œuvre dès 2018 les réformes de l'ISF et de la taxe d'habitation. Pour cette dernière, il s'agirait d'une première tranche d'exonération sur les ménages.

Une réunion à l'Elysée doit officialiser la décision ce lundi. « Le président souhaite que ce qu'il a appuyé durant la campagne soit mis en oeuvre rapidement », indique une source gouvernementale. ..

A suivre.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

RETABLISSEMENT DU JOUR DE CARENCE DES FONCTIONNAIRES

« Tous les ministères seront mis à contribution pour ramener le déficit sous les 3% du PIB en fin d'année.ministère sans réforme», a martelé Gérald Darmanin.

Gérald Darmanin, a sonné «la mobilisation générale», dans le cadre des États généraux des comptes de la nation.

La Cour des comptes a décrit la semaine dernière le désastre des comptes publics

Instauré par le gouvernement Fillon en 2011 mais supprimé en 2013 par le gouvernement Ayrault, le jour de carence dans la fonction publique sera rétabli dès 2018, a annoncé jeudi 6 juillet le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, lors des états généraux des comptes de la nation à Bercy.

Cette décision a été prise « conformément à l’engagement du président de la République » durant la campagne présidentielle, a déclaré Gerald Darmanin.

« Même si le jour de carence ne doit pas être le seul instrument pour lutter contre l’absentéisme des agents, qui est aussi la conséquence de souffrances d’une partie d’entre eux (…), il permet de lutter contre le micro-absentéisme qui désorganise les services, alourdit la charge de travail des collègues en poste et coûte environ 170 millions d’euros par an », a-t-il ajouté

. A vos poste Messieurs les comptables!

Tous les ministres sont sommés de dévoiler les économies qu'ils devront réaliser dans leur ministère. Bercy montrant l'exemple coupera 120 millions d'euros de crédits. Le ministère du Travail devra diminuer le volume des contrats aidés au second semestre.Pas de coupe sombre dans tel ou tel ministère. Une série de petites mesures pour arriver aux 5 milliards d'économies nécessaires par un décret d'annulation très rapide puisque les parlementaires ne peuvent amender les économies proposées comme l'a si bien fait remarqué le président LR de la commission des finances de l'Assemblée, Éric Woerth.

Edouard Philippe a fixé le cap à l'occasion de son discours de politique générale: «On ne dépensera pas plus en 2018 qu'en 2017». Tenons nous le pour dit !

A quand les promesses de baisses d'impôts faites durant la campagne!!! .Dans 4 ans peut-être juste avant les élections!!

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LES TGV A L'OUEST

Deux nouveaux tronçons étaient inaugurés ce week-end, Paris-Bordeaux et Paris-Rennes. C'est la première fois que deux LGV sont inaugurées en même temps et ces liaisons étaient très attendues par les capitales bretonne et girondine. Les gares se sont refait une beauté pour accueillir les 4 millions de voyageurs supplémentaires que la SNCF espère attirer sur ces lignes d'ici 2019.

Mais les investissements TGV vont s'arrêter. En effet en inaugurant, samedi, la ligne à grande vitesse qui met Paris à 1 h 20 de Rennes, Emmanuel Macron a mis fin aux espoirs d'autres lignes de train à plus de 300 km/h.

«Le rêve des cinq prochaines années ne doit pas être un nouveau grand projet comme celui-là», a déclaré le chef de l’Etat sitôt descendu de la locomotive et de préciser : «Le combat dans lequel je souhaite m’engager, pour les années à venir, c’est celui des transports du quotidien.»

A l’avenir, les deniers de la SNCF iront en priorité à l’amélioration du RER en région parisienne plutôt qu’à d’hypothétiques lignes à grande vitesse. «N’oubliez pas que l’ensemble du réseau TGV transporte 330 000 voyageurs par jour, quand la seule ligne C du RER en accueille un million», rappelle un dirigeant de la SNCF. Mais opérer sur ces nouvelles lignes risque de coûter de l’argent à la SNCF plus que cela ne rapportera.

"Il faudra hiérarchiser les priorités, il faudra aussi réfléchir à des modes de financement", a-elle indiqué Élisabeth Borne .

«Rentabilité Décroissante»

Le tronçon qui mettrait Toulouse la Ville rose à 3 heures de Paris, contre 4 h 20 depuis dimanche, coûte, au minimum, 7 milliards d’euros. Or l'endettement de la SNCF atteignant déjà 40 milliards et devant atteindre 60 milliards d’ici à 2025, cette dernière n'a pas les moyens de prolonger la ligne

La rénovation des lignes secondaires laissées à l’abandon depuis les années 80 est par contre urgente. D'ailleurs pour financer Paris-Rennes et Paris-Bordeaux c'est le secteur privé qui a pris le financement , puisque ni l’Etat ni l’entreprise publique : BTP Vinci, associé à des investisseurs financiers, a donc construit la ligne reliant Paris et Bordeaux et c'est lui qui l’exploitera durant cinquante ans en recevant une redevance, versée par la SNCF. Pour ce faire la société privée a calculé le loyer de cette ligne de manière à se rémunérer pour les 3,8 milliards déboursés dans la construction. : pour chaque billet vendu, 50 % du prix correspond au péage payé au propriétaire de la voie ferrée !!! D'où en partie, l'explication en partie de l'augmentation du tarif moyen du Paris-Bordeaux de 15 %. Ce ne sera même pas suffisant pour équilibrer les comptes.

Pour la première année d’exploitation, la SNCF a prévu une perte de 200 millions d’euros sur cet axe. Avec 2 500 km de ligne à grande vitesse, l’Hexagone a, de toute manière, fait le plein des liaisons de ce type. Exception faite de Paris-Lille et Paris-Lyon, les autres destinations TGV comme Strasbourg ou Marseille ont du mal à équilibrer leurs comptes. «Les lignes nouvelles ont une rentabilité décroissante», indique Antoine de Rocquigny, le directeur financier de Voyages SNCF. D’autant que les prix de construction ne cessent de grimper, notamment pour des questions de respect de l’environnement. «Quand la première ligne, Paris-Lyon, a été lancée en 1982, il fallait compter 10 millions d’euros du km, nous en sommes aujourd’hui à 30 millions, détaille un ex-dirigeant de la SNCF. A ce niveau-là, il est impossible de dégager des recettes suffisantes pour payer le coût de l’infrastructure. Les ventes de billets ne peuvent couvrir que 25 % du prix d’une ligne nouvelle. Il faut donc une subvention massive de l’Etat ou des collectivités locales.»

« Participation des collectivités locales »

Jusqu’à présent la SNCF demandait la participation des collectivités locales dans le financement des lignes TGV. Le deal proposé : vous voulez renforcer votre attractivité en raccourcissant le temps alors ça se paie . Mais dans le contexte actuel ce démarcharge ne convient plus. Ainsi, sur Paris-Bordeaux, 58 collectivités locales se sont engagées à participer financièrement et finalement 32 ont refusé de payer...

Le président du conseil départemental de Gironde, Jean-Luc Gleyze, qui a, lui, payé 130 millions d’euros dans cette affaire, est cependant loin de nager dans le bonheur : «Cette somme, c’est autant qui ne sera pas consacré aux politiques publiques du département. Alors que l’on ne vienne pas me chercher sur la prolongation de la ligne vers Toulouse, il est hors de question que j’y participe.» Si les voyageurs gagnent du temps, la SNCF, elle, perd de l'argent.La SNCF perdra cette année sur Paris-Bordeaux 90 millions d’euros. Un boulet financier pour une entreprise très fortement endettée.

La ligne entre Le Mans et Rennes, construite en partenariat avec Eiffage, a coûté 2,8 milliards d'euros, plus 600 millions pour les aménagements complémentaires (travaux en gare, signalisation, etc...).

Une autre LGV doit être inaugurée cette année, le contournement Nîmes-Montpellier, à l'automne. La France comptera alors 2.700 kilomètres de LGV. Mais selon un économiste « on est arrivés au bout de cette logique »

« L'ouverture à la concurrence »

Durant le trajet, M. Macron a tenu à rassurer les agents SNCF présents,et a affirmé qu'il ne fallait "pas avoir peur de l'ouverture à la concurrence" du rail en France, prévue par Bruxelles à partir de 2019, et que la "richesse" de l'entreprise publique était son "réseau national".

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TOUR D'HORIZON

DES CHANGEMENT CE SAMEDI

Augmentation de l’allocation-chômage, de la consultation chez un médecin spécialiste, baisse du prix du gaz, diagnostics électricité et gaz obligatoires pour les locations ,SNCF, Crit'Air, allocation de train, nouvelles amendes, revalorisation de l'allocation chômage, simplification (relative) du système de retraite... Quels sont les changements qui interviennent ce samedi 1er juillet?Quelques nouveautés entrent en vigueur ce samedi.

Augmentation de l’allocation chômage

L'allocation chômage augmente légèrement de 0,65% ce samedi. Après un an de gel, le coup de pouce est léger mais généralisé. «Cette revalorisation concerne près de 94% des demandeurs d'emploi indemnisés par l'Assurance chômage au 1er juillet 2017, soit environ 2,5 millions de personnes», précisait le conseil d'administration de l'Unedic, composé des partenaires sociaux en juin.

Les 2,5 millions de demandeurs d’emploi qui perçoivent l’Allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE) vont voir la partie fixe de celle-ci revalorisée de 0,65%. Le montant minimal passe de 28,67 euros par jour à 28,86 euros. L’allocation minimale perçue par les personnes effectuant une formation est elle aussi revalorisée, et passe de 20,54 euros à 20,67 euros minimum par jour. En 2016, les allocations chômage n’avaient pas été revalorisées.

Retraite : un versement unique pour les "poly-pensionnés"

Si vous êtes né après 1er janvier 1953, et que vous avez cotisé à plusieurs régimes «alignés» (régime général, salariés agricoles, RSI), vous pourrez bénéficier de la liquidation unique de votre retraite.Les assurés avec une carrière très diversifiée dont les retraites relèvent de plusieurs régimes bénéficieront désormais d’un versement unique de leurs pensions. Jusqu’ici, ils devaient se tourner vers chaque régime pour faire valoir leurs droits, calculés et versés de manière séparée. Près de 30% des départs en retraite prévus en 2017 par les régimes alignés concernent des poly-pensionnés. Ces personnes auront un interlocuteur unique.  Le système de retraite est simplifié (en partie)

Hausse du prix de la consultation chez un spécialiste

Après les généralistes, c’est au tour de celle chez les spécialistes d’augmenter. Elle passe de 28 à 30 euros. Les consultations des psychiatres et neurologues passeront elles de 37 à 39 euros. La Sécurité sociale continuera de rembourser à 70% ces consultations dans le cadre du parcours de soins, c’est-à-dire quand un médecin traitant est déclaré.

Diagnostics gaz et électricité obligatoires en location

Pour tout nouveau bail signé à partir de ce samedi, un propriétaire a l'obligation de fournir les diagnostics des équipements de gaz et d'électricité installés depuis plus de 15 ans aux locataires de résidences principales, vides ou meublées. Ces diagnostics sont établis par des professionnels et ressemblent à ceux qui doivent être effectués lors de la vente d'un logement. Ils devront être ajoutés au Dossier de Diagnostic Technique (DDT) qui inclue déjà le diagnostic de la performance énergétique (DPE), le constat des risques d'exposition au plomb (CREP) ou l'état des risques naturels, miniers et technologiques (ERNMT).

Ces documents sont valables 6 ans. Pour le moment, seuls les logements dont le permis de construire a été délivré avant le 1er janvier 1975 sont concernés mais l'obligation sera généralisée au 1er janvier 2018.

Rénovation : l’isolation acoustique obligatoire

Dans les zones exposées au bruit d’un aéroport, d’une route ou d’une ligne ferroviaire, les travaux de ravalement, de toiture, ou de rénovation énergétique devront désormais avoir des travaux d'isolation acoustique.  Cette obligation concerne les travaux importants sur les habitations, les hôtels, les bâtiments d’enseignement ou encore d’hébergement.

Nouvelle plaque pour les deux-roues

Les propriétaires de motos, scooters et quads vont devoir doter leur véhicule d’une nouvelle plaque d’immatriculation au format réglementaire. Le nouveau format requis est de 210 par 130 millimètres.. Si la plaque est non conforme, illisible ou amovible, son conducteur sera sanctionné. L'amende de quatrième classe coûte 135 euros.

SNCF: nouveaux TGV et nouveaux horaires

C'est le jour J samedi pour l'inauguration des nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux. Les tarifs pour circuler sur ces TGV connaissent une hausse moyenne de 6 euros en moyenne vers la Bretagne et 10 euros vers le sud-ouest à partir de dimanche matin. Dans la nuit de samedi à dimanche, ce sont 40% des horaires qui vont être modifiés sur le réseau ferroviaire français. «Tout ne sera pas nickel immédiatement, les premières semaines ne vont pas être faciles», a déclaré Guillaume Pépy, patron de la SNCF .Ce changement intervient au début de l'été qui devrait connaître son lot d'incidents saisonniers «Les trains n'aiment pas les événements climatiques» comme la canicule ou les orages», a-t-il rappelé, appelant à la «bienveillance» des usagers.

Vignettes Crit'Air: attention aux amendes...

L'absence de vignette Crit'air sera désormais synonyme d'amende, dans les zones de circulation restreintes (ZCR). Pour les automobilistes et les deux roues, cette contravention s'établit à 68 euros, elle peut être minorée à 45 euros en cas de paiement immédiat, majorée à 180 euros en cas de retard. Pour les cars et camions, il en coûtera 135 euros. Pour l'heure, la ville de Paris, plus grande ZCR de France, ainsi que Lille, Lyon et Grenoble sont concernées. Mais d'autres villes étudient la possibilité d'instaurer des zones pérennes de ce type. Les véhicules qui ne portent pas ce certificat qualité de l'air ne peuvent pas circuler en cas de restrictions de circulation pour lutter contre les pics de pollution. Cette vignette coûte toujours 4,18 euros, sur le site Certificat-air.gouv.fr.

Les juges de proximité, c'est fini

Particuliers et professionnels pouvaient les saisir en cas de litiges civils ou pour des créances inférieures à 4000 euros. Mais les juges de proximité vont disparaître ce samedi, dans le cadre de la loi de modernisation de la justice.. Pour les procédures encore en cours au 1er juillet, les dossiers seront transférés aux tribunaux d'instance. C'est à eux désormais qu'il faudra s'adresser pour les litiges civils portant sur des sommes inférieures à 10 000 euros.

Limite de la fraude chez les VTC

Une fois passé l'examen, les conducteurs de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC) auront une carte professionnelle et un macaron sur la voiture sécurisés. «Avec l'entrée en vigueur de ces deux nouveaux dispositifs, l'Etat entend ainsi sécuriser les conditions de l'exercice de la profession, et garantir des conditions de concurrence loyale entre les acteurs du transport public particulier de personnes», expliquent les ministres de l'Intérieur Gérard Collomb et des Transports

Britney Delsey pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LE CHARLES DE GAULLE

UNE RENOVATION ENTIERE

DE L'UNIQUE PORTE-AVIONS FRANCAIS

« En décembre 2016, nous sommes revenus d’une mission très compliquée en Méditerranée, j’ai ramené l’équipage au complet ainsi que les avions. Le sentiment de satisfaction que j’ai alors éprouvé a écrasé tous les autres. »

Sur la base navale de Toulon, le commandant du Charles-de-Gaulle, Eric Malbrunot ,décrit les trois mois et demi passés au large;

Les Rafale ont décollé sans relâche du porte-avions pour bombarder les positions de l’organisation Etat Islamique à Mossoul, aux côtés des Américains, dans le cadre de la mission

« Arromanches 3 ». « Ce n’était pas évident, nous étions partis pour deux mois, la mission s’est prolongée de quinze jours, puis d’un mois, il a fallu gérer cela avec l’équipage. »

Le navire de guerre est maintenant en cale sèche depuis février pour une rénovation complète qui durera dix-huit mois. Un chantier colossal volontiers qualifié de « titanesque » par les intervenants : sont en effet concernés 2 000 personnes mobilisées quotidiennement, 600 fournisseurs. Pour un coût d' 1,3 milliard d’euros.

A mi-vie va être rénovation entière du porte-avions doit prolonger sa vie pour vingt-cinq nouvelles années, et naviguer au-delà de 2040.

Alize Marion pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

TRAGIQUE NAUFRAGE EN COLOMBIE

9 MORTS ET 31 DISPARUS

 

Au moins neuf personnes sont décédées et 31 sont portées disparues après le naufrage dimanche en Colombie d’un bateau promenant environ 170 passagers sur le lac de Guatapé, un site touristique dans le nord-ouest du pays, a indiqué le président Juan Manuel Santos.

Coulé en 4 minutes l'embarcation de quatre étages aurait sombré en après-midi dans le lac du barrage de Guatapé, à environ 68 kilomètres de Medell

"Six personnes sont mortes et 31 sont portées disparues", a déclaré à la presse le président Juan Manuel Santos, qui s’est rapidement rendu sur place.

"Les personnes décédées sont toutes de nationalité colombienne et il n’y aucun mineur parmi elles", a confirmé le directeur de l’Unité nationale pour la gestion des risques (UNGRD), Carlos Iván Márquez, qui s’est également rendu sur place. "Ce que je sais pour le moment, c’est que le bateau avait une capacité d’accueil supérieure au nombre de personnes qui se trouvaient à bord au moment du naufrage", a affirmé Juan Manuel Santos, excluant ainsi que cet accident soit lié à un problème de surcharge.

Selon le président, le bateau a coulé, pour une raison encore inconnue, de manière "très rapide et très soudaine".

Il a indiqué que des experts sont attendus sur place lundi afin de déterminer les causes de ce naufrage.

L’opération de sauvetage, à laquelle participent des plongeurs de la police et des pompiers, doit se poursuivre a ajouté le président, avant de souligner que 122 survivants "vont bien".

Une opération de secours à laquelle participaient des pompiers et des plongeurs était en cours dans le réservoir Guatape. Une flottille de bateaux récréatifs s'est précipitée vers le lieu du naufrage pour aller porter secours aux victimes.

. L'Armée de l'air colombienne a indiqué dans un communiqué qu'un hélicoptère avait été envoyé sur les lieux de l'accident et que des « aéronefs et leurs équipages étaient prêts à évacuer les personnes se trouvant dans un état grave et qui ont besoin d'une attention immédiate ».

Une enquête a été ouverte  pour déterminer les causes de l'accident

Le directeur de la police nationale, le général Jorge Nieto, a déclaré que les autorités tentaient l'identificationd es victimes;

Les circonstances de l'accident demeurent pour l'heure inconnues.

Dans une vidéo  circulant sur Facebook, on peut voir un navire qui aurait sombré en "4 minutes", alors que plusieurs bateaux récréatifs s'en approchent pour porter secours aux passagers

Carl Delsey  pour DayNewsWorld .

 

There are no translations available.

PREMIER TEST POUR

LE PRESIDENT

LE CHOMAGE

Pôle emploi publie ce lundi le nombre d'inscrits sur ses listes à fin mai. Les premiers chiffres du quinquennat Macron.

En avril, le nombre de chômeurs avait reculé de 36 300 personnes (- 1 %) atteignant en métropole à 3,47 millions de personnes.

Le rendez-vous mensuel qui a marqué le quinquennat de François Hollande attend cette fois le nouveau le président de la République mais ne seront pas commentés.. Réussira-t-il à relever le défi qu'il s'est fixé lui-même ? Non pas seulement inverser la courbe du chômage, mais aussi viser les 7% !

En avril déjà, le nombre de chômeurs semblait avoir reculé de 36 300 personnes soit- 1 % pour s'établir en métropole à 3,47 millions de personnes, selon le ministère du Travail. Avec l'outre-mer, la France comptait fin avril 3,73 millions de personnes sans aucune activité inscrites à Pôle emploi. Cette baisse avait profité à toutes les classes d'âge.

Mais parallèlement on avait observé une hausse du nombre de demandeurs d'emploi ayant exercé une activité au cours du mois.Toutes catégories confondues , la France comptait 5,53 millions de demandeurs d'emploi en métropole .

A l'inverse de F. Hollande, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, refuse de commenter les chiffres puisqu'elle, estime que cet indicateur "ne reflète pas bien l'évolution du marché du travail" . Ces derniers "peuvent être affectés, chaque mois, par différents événements de nature administrative". Selon la ministre sa volatilité "brouille plus qu'elle n'éclaire les tendances de fond sur le niveau de chômage".

La ministre n'avait déjà pas commenté mardi les prévisions optimistes de l'Institut national de la statistique (Insee), chiffres pris comme référence reprenant les normes du Bureau international du travail (BIT)

Selon l'Insee, le taux de chômage continuera à baisser en 2015 pour s'établir à 9,4 % fin 2017, contre 10 % un an plus tôt. Emmanuel Macron, lui, veut mieux : un taux de 7 % de chômage à la fin de son quinquennat, en 2022.

Avec quels moyens? La réforme du Code du travail en cours doit être adoptée d'ici le 21 septembre. Puis une autre réforme, celle de l'Assurance chômage devrait y contribuer.

Des mesures clivantes du Code du travail ont déjà donné lieu à de âpres propos : la fusion des instances représentatives du personnel comme la modification des modalités de licenciement économique ou la mise en place de planchers et plafonds "obligatoires" pour les indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif déplaisent fortement à certains.

La nouvelle loi du travail va-t-elle à nouveau être perçue par une majorité de syndicats comme insuffisamment protectrice pour les salariés ?

Mercredi, la loi d'habilitation adoptée par ordonnances sera examinée en Conseil des ministres. Puis une concertation entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux aura lieu cet été et promet quelques remous !.

Joannes Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

EXPLOSIF CHANTIER

DU CODE DU TRAVAIL ET L'ART DU DEMINAGE

Le gouvernement a rendu public ce mardi la lettre de cadrage présentant les grandes orientations choisies par le gouvernement pour réformer le code du travail

Cette lettre est transmise quinze jours après le début des discussions avec les syndicats, entamées le 23 mai dernier.

Mais cette lettre de cadrage est insipide de vacuité après les révélations d'hier !

En effet Lundi, Le Parisien-Aujourd'hui en France a publié un document présenté comme l'avant-projet de loi sur la réforme du travail.

Ce document daté du 12 mai dernier, soit avant le début des entretiens avec les partenaires sociaux et l'exécutif, serait constitué d'un texte de 10 pages détaillant les principales ordonnances portant sur l'application de la réforme du code du travail souhaitée par Emmanuel Macron.

Au menu des sujets prioritaires: la «place centrale» accordée à la négociation collective, mais aussi à la «négociation collective d'entreprise» dans le domaine «du contrat de travail».

Et ce qui met le feu à la poudre c'est un aménagement possible du «recours respectif aux contrats à durée indéterminée et aux contrats à durée déterminée», et des «conditions» de rupture du CDI (motif de licenciement, durée du préavis, indemnités). Du jamais vu!!!

Ces éléments qui ne figuraient pas dans le programme de campagne de Macron sont pour le moins source de perplexité voire d'inquiétude... Le même document évoque également la possibilité de négocier, au sein de l'entreprise, la sécurité au travail et la fixation des salaires !! Enfin, il prévoit de recourir aussi aux ordonnances pour réformer l'assurance-chômage. Et toujours selon les informations du très sérieux Figaro, une concertation spécifique est censée débuter à la rentrée, sur ce dernier sujet

La lettre de cadrage tombée à pic pour déminer le terrain paraît d'une grande fadeur !

Cette lettre de cadrage établit que les ordonnances qui vont réformer le Code du Travail seront présentées dès le 28 juin en Conseil des ministres et que dans l'intervalle, le gouvernement continuera de consulter les partenaires sociaux en deux phases, du 9 juin au 21 juillet puis d'août à début septembre.Un «programme de travail» est transmis mardi aux partenaires sociaux. Après la réforme du code du travail viendra celle de l'assurance chômage, dont l'ouverture aux indépendants et démissionnaires sera «progressivement mise en œuvre à compter de l'été 2018», puis celle des retraites, dont la «rénovation» sera menée «en 2018». Un simple calendrier.

Un plan d'investissement pour les chômeurs et certains salariés sera opérationnel début 2018 . Premières mesures dès la rentrée 2017. Une réforme de l'apprentissage entrera progressivement en vigueur pendant les deux prochaines années.On abordera le sujet de la pénibilité pour simplifier le dispositif sur la pénibilité «en garantissant les droits des salariés». Puis suivra la réforme des retraites. Tout semble réglé sur le papier comme du papier à musique.Mais il ne s'agit qu'une lettre de cadrage comme son nom l'indique : elle vise à borner le cadre de la réforme et non à donner les pistes de réformes. Une simple feuille de route . Et vole la galère ...

C'est que l'exécutif a très vite choisi de prendre ses distances avec le document à quelques jours des législatives. Le texte n' émanerait pas de lui, mais de qui alors ?

Le document contient des points encore jamais évoqués par le passé, et qui pourraient s'annoncer explosifs. ..

Jouer la Carte de l'apaisement, quoi de mieux. Mais sait-on où l’exécutif bicéphale veut mener les Français ?

Selon Les Échos, le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud aurait appelé tous les leaders syndicaux dès dimanche soir pour les assurer qu'il ne s'agissait en rien d'un texte de l'exécutif. Les syndicats ont donc préféré faire le dos rond.. «On s'en tient au démenti du ministre. On verra la lettre officielle», a affirmé au Figaro Laurent Berger, le patron de la CFDT.

Mais à quelques jours du premier tour des législatives, les principaux leaders de l'opposition ne se laissent pas berner : ils exigent une transparence totale du gouvernement sur le contenu des futures ordonnances.

Jean-Luc Mélenchon ne mâche pas ses mots : le texte dévoilé lundi par Le Parisien - Aujourd'hui en France constitue ainsi une «déclaration de guerre sociale» que le gouvernement voulait «dissimuler jusqu'aux élections législatives». Le leader de La France Insoumise a exigé lundi du gouvernement de «publier les véritables textes» de la réforme du Code du travail avant le second tour des législatives, par «loyauté» envers les électeurs.

Benoît Hamon y est allé de son tweet : un «plan» pour «affaiblir le contrat et la durée de travail sans vote».

Florian Philippot au micro de LCI. Macron «obéit très, très vite à Bruxelles… ce programme de précarisation… C'est une loi El Khomri aggravée», a observé l'eurodéputé.

Le document dévoilé par Edouard Philippe est lui d'une banalité affligeante, certes moins explosif que le projet qui a fuité dans le Parisien.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FISCALITE SOUS MACRON

LE MATRAQUAGE CONTINUE

La hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) "de l'ordre de 1,7 point" est inscrite dans le volet fiscalité du programme d'Emmanuel Macron.

Cet impôt prélevé à la source et créé en 1990 par le gouvernement Rocard est destiné à financer la protection sociale. Il concerne l'ensemble des revenus des personnes résidant en France, des salaires aux revenus du patrimoine en passant par les pensions de retraite et les allocations chômage. Seules en sont exonérées les prestations sociales comme les allocations familiales ou le RSA.

Cette hausse de la CSG devrait servir à financer la suppression d'une partie des cotisations salariales (maladie et chômage) pour les salariés du secteur privé. La réforme fiscale prévoit donc d'augmenter les prélèvements de CSG de l'ensemble des Français afin de faire gagner du pouvoir d'achat aux salariés

"La protection sociale ne reposera plus autant sur les salaires et sera financée plus équitablement", estime ainsi Emmanuel Macron dans son programme.

CSG rapporte plus de 90 milliards d'euros par an au budget de l'Etat, soit plus que l'impôt sur le revenu (plus de 70 milliards). Le programme d'Emmanuel Macron estime que l'augmentation de la CSG permettrait de rapporter 21,5 milliards d'euros supplémentaires. Ce montant calculé pour combler au centime près la baisse des cotisations salariales, chiffrée elle aussi à 21,5 milliards d'euros.

Que veut faire le gouvernement ?

L'exécutif veut augmenter de 1,7 point le taux normal de la CSG (contribution sociale généralisée), utilisée pour financer la protection sociale - sécurité sociale, prestations familiales notamment.

Cette hausse qui devrait être intégrée au projet de loi de finances voté à l'automne 2017, pourrait être appliquée dès le 1er janvier 2018. Elle devrait rapporter près de 20 milliards d'euros aux administrations publiques.

Il s'agirait de compenser la suppression des cotisations chômage et maladie pour les salariés du secteur privé promise par le gouvernement qui représentent 3,15% du salaire (2,40% pour l'assurance-chômage, 0,75% pour l'assurance-maladie). Au détriment de certains.

L'exécutif voudrait en parallèle rendre plus "universel" le financement de la protection sociale, et notamment celui de l'Unedic, en mettant à contribution les retraités et les fonctionnaires, même s'ils ne bénéficient pas par définition de l'assurance chômage.

D'où le tollé d'une partie du PS, pour qui cette réforme "va frapper les retraités très durement" et des Républicains : François Baroin a dénoncé un "choc fiscal sans précédent qui s'annonce si En marche a la majorité à l'Assemblée". Jean-Luc Mélenchon a lui fustigé une mesure qui aura pour effet "une ponction de 20 milliards sur l'économie et la consommation des ménages".

La hausse de la CSG prévue par Emmanuel Macron s'est invitée dans la campagne des élections législatives

"Matraquage fiscal" pour la droite, réforme marquée du sceau de l'"équité" pour le gouvernement. La hausse de la CSG prévue par Emmanuel Macron s'est invitée dans la campagne des élections législatives et suscite des prises de position tranchées dans chaque camp. Que prévoit la réforme voulue par le Président et qui en profitera ?

La hausse de la CSG : certainement qu'une entrée en matière.

Emmanuel Macron avait bel et bien un programme pour la fiscalité puisqu'il ne fait que reprendre en partie les conclusions de travaux antérieurement menés par l'inspecteur des finances Emmanuel Macron.

En 2007 en effet, une mission était confiée au Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) pour l''étude de la répartition des prélèvements obligatoires entre générations. Emmanuel Macron en fut nommé rapporteur général. Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie avait publié un ouvrage en février 2017 juste avant son départ pour rejoindre l'équipe du candidat d'« En Marche » qui donnait une belle grille de lecture de cette nouvelle stratégie fiscale. Les questions posées dix années plus tôt au Conseil des prélèvements obligatoires étaient entre autre: quel sort réserver aux générations jeunes ? Quelle forme d'équité entre génération ?

En 2008, la principale conclusion du rapport Macron était que la prise en compte de l'ensemble des prélèvements obligatoires dans notre pays faisait apparaître « un transfert instantané au profit des plus de 60 ans » car les impôts sur le capital, pourtant plus lourds pour les retraités, ne suffisaient pas à assurer le rééquilibre de ces transferts.

Ces déséquilibres « potentiels » au profit des plus de 60 ans ont été la clef pour l'introduction de certains des ajustements fiscaux Cela est évident et parfaitement explicite pour l'augmentation de 1,7 % de la CSG qui devrait compenser la suppression des cotisations salariales (chômage et maladie) destinée à créer du pouvoir d'achat chez les actifs.

Les grands perdants : les retraités.

Dans les faits, seule une partie des retraités seront concernés. A savoir les 60% d'entre eux soumis au taux plein de CSG (6,6%), appliqué à partir de 14.375 euros de revenus annuels pour les célibataires, et de 22.051 euros annuels pour les couples. Cela représente entre 8 et 9 millions de personnes sur les quelque 14 millions de retraités français.

"Les perdants de la réforme seront les retraités", qui devront supporter la hausse de la CSG "sans bénéficier des contreparties" prévues pour les salariés du privé , souligne Didier Laforge, directeur du droit fiscal au cabinet Fidal.

La situation la plus défavorable :celle des retraités, qui supporteront l'augmentation de la CSG sans bien sûr profiter de la baisse des cotisations sociales et qui pourraient continuer de payer la taxe d'habitation.

Cette augmentation, que supporteront notamment quelque 60 % des retraités, est présenté comme « un effort de solidarité qui leur est demandé ».

Les premiers bénéficiaires : Les salariés du privé.

Les salariés du privé seront les premiers bénéficiaires de la réforme. En effet deux lignes de cotisation disparaîtront de leur fiche de paie (suppression des cotisations salariales :chômage et maladie).

Un salarié payé au Smic aura ainsi 260 euros supplémentaires par an sur sa fiche de paie, tandis qu'un salarié payé 2.200 euros nets gagnera 500 euros en plus. Cela constitue aussi l'un des aspects de la suppression de la taxe d'habitation, qui, avec la référence à 20.000 euros de revenu fiscal , concernera les jeunes foyers.

Pour les autres salariés rien n'est encore prévu. Le gouvernement tente de trouver des mesures compensatoires pour deux catégories d'actifs : les fonctionnaires et les indépendants artisans, non soumis aux cotisations salariales.

Ces compensations, d'après Les Echos,pourraient prendre la forme de baisse de cotisations annexes en ce qui concerne les travailleurs indépendants, et d'une prime ad hoc ou d'une hausse du point d'indice salarial en ce qui concerne les fonctionnaires. Des pistes que Bercy ne confirme pas...

Pourquoi un telle vision de la fiscalité ?

En déplaçant ces 20 milliards d'euros de contributions vers la CSG, caractérisée notamment par des taux faibles mais une assiette large, le gouvernement espère redonner du pouvoir d'achat aux actifs, soumis selon lui à une pression fiscale excessive.

L'objectif, c'est "d'augmenter le salaire de ceux qui travaillent et sont parfois touchés par un certain désespoir à ne pas voir cela récompensé", a expliqué mardi 30 mai le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

« Ce qu'on attend du nouveau gouvernement, c'est, pour permettre le redémarrage de notre économie, qu'il dessine le reflux de l'ensemble des prélèvements obligatoires au cours des cinq prochaines années. Ce reflux ne sera évidemment possible, compte tenu de nos engagements européens, que s'il est accompagné d'une baisse des dépenses publiques de même ampleur. », explique André Babeau, professeur honoraire à l'université de Paris-Dauphine.

Reste la possibilité d'une censure partielle du Conseil constitutionnel sur la base du principe d'égalité devant l'impôt entre salariés du privé, fonctionnaires et indépendants. Mais, selon Les Echos, la réforme ne devrait pas rencontrer de gros problème juridique, car au sujet des cotisations sociales, le principe d'égalité est respecté au sein des différents régimes.

Mais dans tous les cas la substitution de la CSG aux cotisations sociales ne change en effet rien à leur niveau et la suppression de la taxe d'habitation est, de ce point de vue, un trompe-l’œil. Pourquoi : il faudra bien la financer auprès des collectivités !!!

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REFORME DU CODE DU TRAVAIL

UN PROGRAMME SOCIAL DE « FLEXISECURITE » ?

 

Emmanuel Macron, qui avait annoncé durant sa campagne que réforme du Code du travail aurait lieu durant l'été, compte utiliser la voie parlementaire des ordonnances .

Le président a reçu les principales organisations syndicales et patronales hier. C'est au tour du premier ministre Édouard Philippe et de la ministre du Travail Muriel Pénicaud. de recevoir ce mercredi les représentants syndicats pour acter un calendrier et préciser le contenu des ordonnances sur le Code du travail.

L'entourage du président a précisé que «la mise en œuvre opérationnelle» de la réforme, notamment son calendrier, serait de la responsabilité d'Édouard Philippe et de Muriel Pénicaud», tout comme «la concertation sur le contenu des réformes».

 

Décidé à avancer rapidement sur la réforme du code du travail, l’exécutif entend procéder par ordonnances durant l’été.

Son intention est de modifier dès l’été, et par ordonnances, trois points clés de la législation sociale : le champ de la négociation d’entreprise, le plafonnement des indemnités prud’homales et la fusion des instances représentatives.

Le Medef se félicite de cette procédure accélérée voulue par l’exécutif tandis que les syndicats affichent leur inquiétude voire leur opposition tout court.

« Si les ordonnances visent seulement à reprendre les exigences du patronat, cela peut se faire vite mais ce n’est évidemment pas acceptable. Un travail sérieux nécessite du temps, on ne réécrit pas le code du travail en deux mois », s’alarme le président de la CFTC.

Il redoute que la procédure des ordonnances ne vire au passage en force.

Fort de la légitimité de son élection, le chef de l’État entend mettre en œuvre son projet sans tarder.« Emmanuel Macron impose ses priorités et son tempo ».

Emmanuel Macron s'inspire-t-il du modèle danois de flexisécurité?

Au-delà du débat sur la procédure, la nature des projets de l’exécutif nourrit l'inquiétude des syndicats concernant les trois ordonnances.

La première permettrait d’étendre les sujets sur lesquels un accord d’entreprise peut être négocié. La deuxième prévoit de fixer un plancher et surtout un plafond pour les indemnités prud’homales. La troisième entend fusionner les différentes instances représentatives, comité d’entreprise, CHSCT ou délégués du personnel.

Sur le fond, tous les syndicats ne sont pas hostiles à des changement à condition bien-entendu qu’ils s’accompagnent de garde-fous précis. « Négocier dans les entreprises, ça peut être utile. Mais il n’est pas question d’accepter qu’on puisse par exemple déroger au salaire minimum », prévient Philippe Louis, le patron de la CFTC.

Emmanuel Macron adepte de la « flexisécurité » des pays du Nord a des munitions dans sa cartouche pour imposer le barème des indemnités prud'homales et la primauté de l'accord d'entreprise sur l'accord de branche dans de nouveaux domaines.

Il a beaucoup insisté sur l’idée de conjuguer les facilités accordées aux entreprises et les protections octroyées aux salariés, sur le modèle de la « flexisécurité » des pays nordiques. Le renforcement des crédits alloués à la formation ou la création d’un « chèque syndical » financé par l’employeur,  la taxation des contrats courts pourraient figurer parmi les contreparties accordées aux syndicats.

« En s’engageant pour la nationalisation de l’assurance-chômage, Emmanuel Macron se donne les moyens d’y imposer ses vues, souligne le politologue Guy Groux. L’Unedic pourrait alors devenir son outil pour faire émerger des droits nouveaux au bénéfice des salariés. »

Certes, les entreprises seront gagnantes, parce que c’est nécessaire pour créer de l’emploi. Mais les salariés bénéficieront eux aussi de droits nouveaux », analyse le politologue Guy Groux.

Les Français cependant se montrent très frileux sur l'opportunité d'«aller plus loin que la loi El Khomri» pour réformer le code du travail. Ils sont 48% à y être favorables, 51% à y être opposés.

Mais la France doit avancer avec des changements !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

NE PLUS SORTIR DE L'EURO ?!

Présidentielle 2017 SORTIR OU PAS DE L'EURO ?:

 

Marine Le Pen est devenue plus circonspecte sur la sortie de l'euro semblant de plus en plus reculer sur ce point de son programme économique .

Dans un premier temps la candidate du Front national désirait sortir de l'euro. Dans un second temps, elle souhaitait soumettre par référendum la question aux Français.

Maintenant désormais, dans le "contrat de gouvernement" qu'elle a signé avec Nicolas Dupont-Aignan, ce n 'est plus du tout une priorité.

Sur l'euro, "je pense avoir convaincu Marine Le Pen qu'il fallait prendre le temps de la négociation", assure-t-il.Marine."Marine Le Pen a accepté mon partenariat.

Je n'adhère pas au FN, ce n'est pas une fusion!, explique Nicolas Dupont-Aignan sur BFMTV après son ralliement à la candidate du FN. C'est une alliance."

De quoi rassurer quelques électeurs indécis et inquiets ?

Marion Maréchal Le Pen, la nièce de la candidate, a d'ailleurs donné un calendrier des plus précis.

"Il y aura un long débat, vraisemblablement plusieurs mois, ou peut-être plusieurs années, avant que nous ne prenions cette décision historique", a-t-elle précisé on attend un an, jusqu'aux européennes de juin 2018.

À partir de cette date, on négocie avec les partenaires pour réformer l'Europe et l'euro. Puis référendum pour poser la question aux Français.

Car la sortie de l'euro heurte bon nombre d'électeurs !

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE CETA APPROUVE MALGE DE NOMBREUSES RETICENCES

« En ces temps d’incertitude, avec un protectionnisme croissant à travers le monde, le Ceta souligne notre ferme engagement en faveur d’un commerce durable », leur a répondu la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, à l’issue du vote. « Rien dans cet accord » n’affectera « la sûreté de la nourriture que nous mangeons ou des produits que nous achetons, ni n’entraînera la privatisation des services publics », avait-elle assuré un peu plus tôt lors d’un débat de trois heures, parfois houleux.

 

L’Accord économique et commercial global (AECG ou Ceta, en anglais) était soutenu par les eurodéputés de droite, les libéraux et la plupart des socialistes.Les Verts, l'extrême gauche, l'extrême droite et certains socialistes ont voté contre. 408 ont voté pour, 254 contre et 33 se sont abstenus.

Le Parlement européen s'est prononcé le 15 janvier 2017 en faveur du traité, ouvrant la voie à son entrée en vigueur de façon provisoire (en excluant certains volets tels que les tribunaux d'arbitrage) une fois que le Parlement canadien l'aura approuvé. Cette entrée en vigueur aura lieu le mois suivant le vote du Parlement canadien, et donc probablement le 1er avril 2017

Cet accord aussi appelé CETA( Comprehensive Economic and Trade Agreement) est un traité international de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, signé le 30 octobre 2016.Le texte doit s’appliquer rapidement sans attendre sa ratification dans chacun des pays de l’UE qui régionaux, sera nécessaire à l'en vigueur définitive du CETA. . Le processus pourrait être laborieux et donc prendre encore quelques mois voire quelques années.

Il reste d'importantes réticences, notamment sur les tribunaux arbitraux.

En effet les adversaires du CETA le jugent anti-démocratique, trop favorable aux multinationales, léger sur l'environnement ou encore dangereux pour l'agriculture.

Les écologistes sont tout aussi sévères, à l'image du Français Yannick Jadot qui voit dans le CETA "l'aboutissement d'un processus de dérégulation, de privatisation de la norme".

"Nous sommes dans un moment trop précieux, trop rare de notre Histoire, pour ne pas regarder ce qui explique les Brexit, les Trump", a-t-il observé.

Pour la présidente du Front national (extrême droite, France), Marine Le Pen, le CETA est "un traité scélérat" qui a été "soigneusement caché à tous les citoyens".

Le groupe Socialistes et démocrates, le deuxième du Parlement, a été particulièrement divisé. Son président, l'Italien Gianni Pittella, y était favorable "à titre personnel", contrairement à la délégation française, par exemple, qui a dénoncé "une menace directe pour l'emploi".

C'est le premier accord commercial bilatéral de l'Union Européenne avec une grande puissance économique – et le plus ambitieux jamais négocié.

Avec ce scrutin favorable, une grande partie de ce document de 1 600 pages devrait très prochainement être appliquée de manière « provisoire ». Le temps qu’il soit ratifié par les 38 Parlements nationaux et régionaux de l’UE convaincus qui doivent être convaincus à leur tour.

Ce qui s’annonce incertain et devrait prendre des années dans la mesure où sept années de négociations ont déjà été nécessaires pour parvenir à ce premier accord devant le Parlement européen.

Concrètement, le Ceta supprimera 99 % des droits de douane entre l’UE et le Canada, son 12e partenaire commercial. Mais une coopération en matière sociale, sanitaire environnementale devrait être également appliquée.

L'Accord économique et commercial global (AEGC) entre l'Union européenne et le Canada (CETA) dit de "nouvelle génération" réduit donc grandement les barrières tarifaires et non-tarifaires, mais traite également de nombreux aspects liés à l'exportation de biens et de services et à la mise en place d'un cadre d'investissement stable et favorable aux entreprises européennes et canadiennes.

Pourquoi le Canada ?

Le Canada est un partenaire commercial important de l'UE au 12ème rang des relations commerciales de l'Union européenne, tandis que l'UE est le deuxième partenaire commercial du Canada après les Etats-Unis. Le volume des échanges de biens entre les deux partenaires s'élève à près de 60 millards d'euros par ans.l'UE exporte principalement des machines, des équipements de transport et des produits chimiques vers le Canada. Les services commerciaux représentent quant à eux près de 26 milliards d'euros (en 2012) ,principalement des services de transports, de voyage et d'assurance.

De plus le Canada et l'UE ont une relation étroite en termes d'investissements, le Canada étant le quatrième investisseur étranger dans l'UE avec plus de 142 milliards d'euro (en 2012) tandis que l'UE est le deuxième investisseur étranger au Canada avec près de 260 milliards d'euro (en 2012).

Une fois adopté définitivement,le CETA doit également permettre la création des fameux tribunaux d’arbitrage qui divisent les pour et les contre.

En effet grâce à ce dispositif une multinationale investissant à l’étranger pourra porter plainte contre un État adoptant une politique publique contraire à ses intérêts et demander réparation. C’est contre ce point précis que la région wallone (Belgique) s’était déjà opposée à l’automne dernier et avait failli faire capoter l’accord partiellement réécrit depuis.

De plus pour les adversaires du Ceta cet accord est anti-démocratique, trop favorable aux multinationales, léger sur l’environnement ou surtout dangereux pour l’agriculture européenne.

Le projet d’accord de libre-échange UE-Etats-Unis, dit Tafta ou TTIP suscite encore plus de contestations mais avec l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche il a été gelé pour le moment.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN CHANGEMENT DE BANQUE BEAUCOUP

PLUS SIMPLE A PARTIR DU 6 FEVRIER 2017.

Le dispositif sur la mobilité bancaire entre en vigueur le 6 février. Il doit simplifier la vie des consommateurs pour devenir presque aussi facile qu'un changement d'opérateur de téléphonie .

Voilà l’objectif du nouveau dispositif d’aide à la mobilité bancaire.

Le 6 février, un nouveau service d'aide à la mobilité fait son arrivé issu de la loi Macron .Ce dispositif d'aide à la mobilité bancaire fait partie de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite loi Macron.L'adoption de cette loi par le parlement a eu lieu le 10 juillet 2015 et sa promulgation le 6 août 2015.

Que va changer ce nouveau dispositif ?

Désormais les banques auront l'obligation d'effectuer gratuitement le transfert d'un compte courant vers un autre établissement bancaire si son client le lui demande.La nouvelle banque aura pour mission effectuer elle même les démarches liées au transfert bancaire.

Elle s'occupera de prendre en charge les informations relatives aux prélèvements valides et aux virements récurrents comme par exemple Internet, énergie, impôt ou sécurité sociale.

De même, elle s'informera à propos des chèques non débités sur les chéquiers utilisés les treize derniers mois. Les démarches pour changer de banque seront donc plus simples.

Ces transferts automatiques de banque à banque n'est cependant valable que les comptes de dépôt d'un particulier.Ce service d'aide à la mobilité bancaire ne concerne donc que les opérations de paiement sur les comptes de dépôt ou de paiement.

Le transfert des produits d'épargne ne sera pas contre pas à la charge de la banque destinataire.

Ce nouveau dispositif risque d'augmenter le jeu de la concurrence entre banques qui subissent déjà celle des banques en ligne d'autant qu'un nouveau venu, Orange Bank, va entrer dans le marché en 2017proposent moment . Des primes de bienvenue de 80 euros sont pour l'instant proposés à leurs nouveaux clients par les banques en ligne Boursorama Banque, BforBank, Fortuneo, Hello bank et ING Direct Des économies potentielles – de plusieurs dizaines voire centaines d’euros – peuvent être réalisées puisque la gratuité sur les principaux produits et services du quotidien les cartes bancaires et frais de tenue de compte est pratiquée par les banques en ligne à la différence des banques en réseau.

Les banques vont donc devoir se différencier les unes par rapport aux autres pour garder leurs clients. Ainsi les tarifs bancaires devront s'ajuster au marché et les banques devront proposer d'autres services comme par exemple la possibilité de souscrire un crédit à la consommation avec son portable directement en magasin. C'est également une façon d' améliorer les relations entre banques et clients.

La mobilité bancaire était estimée à 4,5% en 2014 selon le rapport Mercereau. des clients est contre presque 8 % dans la plupart des pays européens, d’après le rapport Mercereau de 2014 sur la portabilité du compte Avec ce nouveau dispositif un Français sur cinq désirerait choisir une autre banque dans l’année .Avant tout les jeunes puisqu'il possèdent moins de produit d'épargne que les autres clients.

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

CHOMAGE EN HAUSSE !!!!

AUCUNE « INVERSION DE LA COURBE » !!!!

Qui avait osé prédire que le chômage baisserait à l'heure où les industries se délocalisent (sic Whirlpool n'est-pas?!), ferment des unités de production ou tout simplement déposent le bilan .

A l'heure où les start-up ont du mal à décoller faute de financement.

A l'heure où les artisans ferment boutique, la clef sous le paillasson.

A l'heure où le quinquennat honni de François Hollande a fait fuir les grosses fortunes seule capables d'investir efficacement dans notre économie.

A l'heure où les investisseurs étrangers dédaignent l'Hexagone.

A l'heure où les Français ne savent pour qui voter, déconcertés qu'ils sont.

Un énième coup dur pour la France:

Le chiffre officiel :3,51 millions en métropole et 3,77 millions en comptant l'Outre-mer.