French (Fr)English (United Kingdom)

WASTE IN ALL KINDS !

SPRING CLEANING


 

Spring has arrived and everywhere in France, municipalities or associations organize with their technical services or roads but especially with volunteers, who arouse admiration, cleaning, become traditional, spring, our environment.

Our admiration! First of all because the work is ungrateful and sometimes not very "ragouting" ; but also because it is discouraging, because year after year, they are the same or almost the same waste that we find on roadsides or highways, in ditches, along beaches, in footpaths etc. . always the same bottles of Coca Cola, always the same cans of beer, always the same bags of garbage that we got rid of not paying or paying less tax garbage collection, always the same reliefs of meal etc ..

When is not worse, because we often find large appliances, old mattresses, old furniture, computer waste, site rubble or more ...?

All developed countries are affected by this phenomenon, but thanks to these activists for the protection of our environment, near or farther, and cleaning operations that are renewed year after year, our environment has managed globally to maintain a similar appearance. clean.
In any case, the first criticisms relate to our way of life and our consumption patterns: too much packaging, too much planned obsolescence, too many paper ads that cause massive deforestation that we know, too much waste of all kinds ...

Certainly an awareness is taking place .... In the richest countries in particular but for the poorest, it is still something else. But!

These types of pollution have recently raised more serious questions in the wake of particularly disturbing situations that have just emerged; we will mention two.

  1. The existence of the plastic continent adrift in the Pacific. This "continent" was first identified by IFRIS researchers in an expedition led by Baptiste Monsaingeaon, a postdoctoral researcher and member of the Scientific Council of the "Garbage Lives" exhibition at Mucem in Marseille.

This continent is as big as 6 times the size of France. The boats that approach it, to study it, are forced to rush on like ice-breakers, so thick is it in the center. At first he was preoccupied by his proven or possible danger because he has been drifting for a long time in the middle of the Pacific Ocean. It is growing by 8 million tons of waste every year.

This clump of plastic waste, essentially, should be cleaned up according to the obligations in force in some specific environmental treaties, but this remains insufficient because many obligations are still to be defined, to write, to vote, to act in these treaties or in new treaties.

Outside the Annual General Meeting of the United Nations that took place from 19 to 25 September 2017 (that is to say unofficially), the actors in the fight against this ecological disaster have called for the recognition of this island trash that could become ... the 196 th country member of the UN ... with his flag (?) his passport for all his citizens, namely the 118,000 people who signed the petition handed over to Antonio Guerres, Secretary General of the UN, all for a look and funding is finally granted to it.

Beyond this, several initiatives have emerged to organize the collection of this waste, in particular that of P.Pod of the "Abondant Seas" Foundation or Océan Clean-up who propose a concept using marine currents to bring waste to recovery platforms.

A San Francisco-based company, "Méthod Products" has also organized the recovery of waste on this continent, waste that once collected are recycled plastic packaging for liquid soap.

It remains and will remain however to treat the microparticles of plastic, which absorbed by the body, are mutagenic and factor of cancers. The problem will remain on this point, more difficult to solve.

  1. Second worrying question, too. China has recently closed its "trash" . The decision has created panic in rich countries. The situation is similar to a disaster scenario for the environment of countries that used to export their waste to Cathay (former name given to China). China's decision took effect on January 1, 2018. It was announced about six months ago.

China was indeed until now the first destination for the recycling of waste and of course its decision has just created a wave of shock within the European Union (EU) which exported (although already summarily sorted) near 85% of its waste (especially plastic) to the Asian continent.

It is therefore urgent to find alternative or alternative solutions to other countries; we are already talking about India (Emmanuel Macron did he talk about the French garbage cans, at the foot of the Taj Mahal, during his visit from March 9 to 12 to the Indian president, Ram Nath Kovid, or did he remain that to more noble subjects (?): defense, security, space, energies ... for a deep cooperation.We also talk about Pakistan?

While waiting for future agreements, some companies already store their waste of recovery ... on parking lots ??

The EU unveiled in January 2018 that, as far as it is concerned, its recycling strategy for all packaging was the subject of a study within a horizon of ... 2030 for its operationality ?? It was time!

But by then?

Certainly the decision of China had a merit: to force everyone to question themselves and to invent new solutions to recycle waste or even to manufacture less. But it will take more personal discipline for everyone.

Because, HOMO DETRITUS only became aware of the situation very late.

Also, given the amount of waste that is collected each year on beaches, along roads and highways, in woods or isolated places, we can only congratulate (and welcome) the existence of these cleansing commandos who each year devote a minimum day to picking up the trash of everyday life that some of our fellow citizens, without education, and unscrupulous cast daily (the night most often for discretion and because at night all cats are gray). Ashamed !

Clara Mitchell for Day News World
There are no translations available.

CREATION DE HUIT IMPOTS

DE PLUS SOUS MACRON...

Depuis son accession à l’Élysée il y a huit mois, le président Macron a déjà instauré huit taxes ou impôts.

C’est le résultat comptabilisé par le cabinet EY dans son baromètre annuel sur l’environnement budgétaire et fiscal que Le Figaro s’est procuré, samedi 20 janvier.

Depuis son élection, Macron joue aussi avec impôts et taxes :

huit nouveaux dévoilé par ont été Ernst&Young, le chef de l'Etat a instauré au moins un nouvel impôt ou taxe par mois depuis son élection !

Pour ce faire le cabinet d'audit Ernst&Young d'audits'est appuyé sur la loi de finances 2018 et les lois de finances rectificatives pour 2017 pour arriver à cette conclusion.

Dans la liste des nouveaux impôts figure celui sur la fortune immobilière, qui vient remplacer l'impôt sur la fortune (ISF). On y retrouve également deux nouvelles "contributions exceptionnelles sur l'impôt sur les sociétés des très grandes entreprises". Ces dernières devraient financer l'annulation de la taxe de 3% sur les dividendes.

Petit doute:la taxe d’habitation serait-elle remplacée par un autre impôt??

En outre, cinq autres nouveaux prélèvements certains:

1° une taxe sur le tabac

2° une autre sur les plus-values de ventes de logements HLM,

3°un prélèvement "sur le développement des industries de fabrication de papier"

5°deux taxes "sur l'exploration d'hydrocarbures et de gîtes géothermiques".

Un gros doute demeure encore : la taxe d’habitation sera-t-elle remplacée par un autre impôt comme on l'a entendue sitôt démentie. Trop prématurée peut-être pour bafouer un idée de campagne.

Espérons que le président Macron restera moins créatif à ce jeu là que son prédécesseur qui avait mis en place pas moins de 28 nouvelles taxes et impôts entre 2012 et 2013 !

Boby Dean pour Day News World
There are no translations available.

ALARMANTE ETUDE DE L'EVOLUTION

DES DEPENSES DE SANTE DE LEUR PROJECTION

ET DE LEUR FINANCEMENT.

Une étude de l’Assurance maladie mesure l’impact des principales pathologies sur les dépenses de santé et projette leur évolution d’ici 2020.

L’Assurance maladie a donc présenté mercredi 31 mai sa cartographie des pathologies et des dépenses de santé en France en 2015. On passe au scanner les dépenses de santé des 57 millions de bénéficiaires du régime général.

Les soins de santé mentale pèsent toujours très lourds ; Une augmentation des dépenses liées aux cancer..7 à 8 millions d’assurés qui, a priori, ne dépensent rien…

Que signifie une telle "cartographie" ?

Pas de cartes à proprement parler dans ce bilan, mais de nombreux tableaux passant au crible les dépenses de santé des 57 millions de bénéficiaires du régime général.

"L’idée est de quantifier au mieux les pathologies ou les traitements les plus fréquents et les dépenses qui leur sont associées dans un contexte de tension persistante sur notre système de santé, explique Luc Barret, médecin conseil national. Ce ne sont pas des données médicales, mais on peut en tirer des informations médicales."

Pour la première fois depuis la création en 2012 de ce bilan annuel : une évolution des dépenses sur les quatre dernières années et des projections d’ici 2020.Et c'est surtout ce tout premier bilan qui intéresse le plus les gestionnaires!

Car ne perdons pas de vue que les enjeux de la santé publique et des coût qu'elle génèrent posent problème. Est-il besoin de rappeler le »trou » de la Sécurité sociale ,et surtout de la branche maladie ?

Ne nous voilons pas la face, cette cartographie n'est pas sans efficacité. Quels enseignements tirer de cette étude? De quelles maladies ces 57 millions de Français souffrent-ils le plus ? Comment se répartissent les 133,6 milliards d’euros dépensés en 2015 ? Quelles évolutions entre 2012 et 2015 ? Quelles perspectives ? Et surtout que dérembourser?! Qui faire payer?

"L’idée est de quantifier au mieux les pathologies ou les traitements les plus fréquents et les dépenses qui leur sont associées dans un contexte de tension persistante sur notre système de santé »

On se répète mais avec un raisonnement à la clef.

20 millions de personnes soignées pour une pathologie au long cours ; Les Français vivent plus longtemps mais ils souffrent aussi plus souvent de maladies chroniques qui pèsent lourd dans les comptes de la Sécu.

Diabète, cancers, maladies respiratoires chroniques, maladies cardiovasculaires… Ces pathologies, nécessitant une longue prise en charge, concernent aujourd’hui 20 millions de personnes, soit 35% des assurés. Si on ajoute les maternités, les hospitalisations ponctuelles et des traitements anti-inflammatoire chroniques, ce sont 26 millions de personnes qui sont suivies régulièrement.

On chiffre :

10 milliards de dépenses supplémentaires entre 2012 et 2015

Pendant cette période, ce sont les dépenses d’hospitalisation qui ont le plus augmenté (+ 2, 1 milliards), suivies par les dépenses liées aux cancers (+ 1, 5 milliard) et aux maladies cardioneurovasculaires (+1,2 milliard)

19,3 milliards d’euros de remboursements pour la santé mentale

Avec 19,3 milliards d’euros de remboursements en 2015, les maladies psychiatriques arrivent en deuxième position dans le top trois des pathologies entraînant le plus de dépenses alors même que le nombre de personnes soignées a diminué de 102.000 entre 2012 et 2015.

Seules les hospitalisations entraînent plus de dépenses (30,7 milliards), tandis que les cancers viennent en troisième position (14,1 milliards.)

"Lors de notre première étude, ce poids déjà élevé des dépenses de santé mentale nous avait surpris, détaille Luc Barret. Il reflète notamment les importantes prescriptions d’antidépresseurs dans notre pays. Ces prescriptions sont moins élevées dans d’autres pays qui, eux, remboursent davantage les psychothérapies."

De ces données hommes-femmes, il ressort que les pathologies varient avec l’âge mais aussi en fonction du sexe. Ainsi les femmes sont globalement moins diabétiques et un peu moins touchées par les maladies respiratoires chroniques. Et même si elles sont en augmentation chez elles par rapport au passé, les maladies cardiovasculaires les épargnent encore un peu plus.

12.035 euros, le coût moyen du traitement d’un cancer du sein

En 2012, ces dépenses s’élevaient en moyenne à 11.288 euros. Cette augmentation est due à l’arrivée sur le marché de nouveaux traitements plus coûteux. En moyenne, le traitement d’un cancer, en 2015, était de 11.000 euros par an et par patient.

Question:

7 à 8 millions d’assurés ne se sont fait rembourser aucun soin en 2015

Ont-ils eu recours à des traitements non remboursés ? Négligent-ils leur santé ? Ou sont-ils tout simplement en 5% des hommes de plus de 75 ans ont une maladie cardioneurovasculaire...

Cette étude permet de mesurer l’impact des principales pathologies et de projeter l’évolution des dépenses pour les trois prochaines années.

Premier constat, en quatre ans, les dépenses de santé ont augmenté de 10,2 milliards d'euros pour atteindre 133,6 milliards en 2015, selon cette étude qui passe en revue 56 pathologies.

Plus d’un bénéficiaire sur deux a recouru à un soin courant, le reste de la population, soit 26 millions d’assurés, ayant été concerné par des soins liés à des pathologies chroniques, des traitements médicamenteux spécifiques au long cours ou la maternité .

Hospitalisations ponctuelles plus nombreuses

Les grandes tendances observées depuis 2012 se confirment avec "un recours important et croissant" aux hospitalisations ponctuelles sans lien possible avec une pathologie spécifique (+335.000 personnes sur quatre ans). La hausse du nombre de ces hospitalisations s’explique par le vieillissement de la population, en fait le premier poste de dépenses (30,7 milliards d’euros).

Autre phénomène confirmé par l’étude, "le poids de la santé mentale" (traitement des maladies psychiatriques ou consommation de psychotropes) avec des dépenses versées à plus de 7 millions de personnes atteignant 19,3 milliards d’euros (soit +2,3% en moyenne chaque année entre 2012 et 2015). "Grâce à ces données (…) nous sommes en train d’expérimenter des prises en charge psychothérapiques pour les épisodes dépressifs légers afin d’éviter le recours aux médicaments" explique l’Assurance maladie. La question est d’autant plus cruciale que le nombre de personnes atteintes de maladies psychiatriques devrait augmenter de 11% d’ici 2020 (soit 246.100 patients en plus)

Pour la première fois, l’Assurance maladie a présenté des projections à partir des prévisions démographiques de l’INSEE entre 2016 et 2020 et des évolutions épidémiologiques prévisibles. D’où il ressort que le nombre de malades chroniques ou nécessitant un traitement long (diabète, cancer) devrait augmenter fortement d’ici à 2020 – environ 580 000 personnes touchées de plus. En effectifs, les malades cardiovasculaires seraient toujours les plus nombreux en 2020 (5.114.000 contre 4.510.000 en 2015) et en pourcentage, ce sont les maladies inflammatoires ou rares ou VIH ou sida qui devraient le plus augmenter (+20%). Dans le cas du diabète, le nombre de personnes concernées devrait augmenter de 12%, soit 450.000 patients supplémentaires pour un total de 4 millions de diabétiques en 2020.

Dépenses de santé: l’Assurance maladie face aux défis des maladies chroniques

L’Assurance maladie estime que d’ici à 2020, 548.000 personnes de plus qu’en 2015 devraient être atteintes d’au moins une pathologie chronique ou être concernées par un traitement au long cours. Selon les estimations, le nombre de personnes traitées pour du diabète augmenterait de 12% entre 2015 et 2020. En 2020, plus de 4 millions de malades seraient touchés.

Les maladies cardio-neuro-vasculaires devraient elles aussi concerner 604.000 personnes de plus, mais pour les deux tiers cette augmentation s’explique par un vieillissement de la population.

L'Assurance-maladie donne aussi des projections d'évolution des principaux postes de dépenses par pathologie de 2015 à 2020. Elle exposera ses pistes d'économie début juillet.

Chercher des gisements de productivité.

Car à n'en pas douter, il faudra encore chercher des gisements de productivité. « La tension persiste sur le système de santé », a expliqué le professeur Luc Barret, médecin-conseil, lors de la présentation de ces chiffres. Les personnes touchées par les principales pathologies vont continuer à croître plus vite que la population et plus vite que le vieillissement

Le recours accru à des infirmiers en ville permet d'éviter des hospitalisations. C'est peut-être la preuve de l'efficacité du « virage ambulatoire », avance la CNAM. A l'inverse, les médicaments innovants peuvent faire déraper la facture à court terme.

Le recours aussi à l'augmentation de la CSG de 1,7% ne semble seulement qu'une petite entrée en matière ...

Et un système de santé à deux vitesses s'installe peu à peu.

Question : Pourquoi ne pas s'attaquer tout d'abord aux causes de l'augmentation des pathologies dans notre vie quotidienne ? Pollution, OGN , pesticides, stress ...

Joanne COURBET pour Day News World

YES!! TAX PARADISE AGAINST THE GLUTTER STATES

Tax havens have not been doing so well despite the crusade launched in 2009 by the leaders of the developed countries. If we look at the geographical origin of direct investment in France or in other advanced countries, the role of the hub of paradise is obvious:

49% of investments in France are held by entities located in the Netherlands, Luxembourg, the United Kingdom and Switzerland. And 47% of the stock of foreign investment in France is held by investors located in tax havens, the Netherlands, always them, representing a third of the total, followed by the United Kingdom, Luxembourg and Switzerland.

The European Union is its own tax haven . Tax havens are now a vital part of our economy . The tax lawyer Edouard Chambost, specialist of the subject gives eloquent figures: "55% of the international trade or 35% of the financial flows transit by them".

Why do they attract such appeal?

It is already necessary to know the few characteristics of the tax havens even if the OECD indicates that it is difficult to define them. And that the French General Tax Code employs for this purpose a soft euphemism, that of "country with privileged tax system" :. These offer unquestionably economic and especially fiscal stability with a very low level of taxation and exchange rate freedom in a highly developed and efficient financial sector. The Isle of Man employs almost a third of employees in finance. Banking and commercial secrecy is unshakeable. And in a globalized competition tax havens compete with each other at least-tax. Example:

The region of offshore centers such as Mauritius, offers a level of taxation of 1.5% The race to zero tax is launched - Jersey already offers the possibility. Some countries even practice as a "negative tax" to attract foreign investors.

How can France compete? She lost in advance and became the laughing stock of the world. Remember the red carpet rolled out by the Prime Minister of the United Kingdom, the shattering output of Gerard Depardieu. Not wrong.

France is now the country where taxation and corporate social security are the heaviest . Just to mention the corporation tax

33.33% of retained earnings and wage expenses of 1/3 paid by employees and 2/3 by employers. There are no withholding taxes for income tax. A tax hell for a greedy state and bad manager.

The confiscatory state prefers to return the pockets of its citizens and let the great fortunes slip away . He prefers to let the CAC40 companies benefit from these off-shore places with a shortfall of 10 billion Euros and kill our SMEs .. All this in the name of a hypocritical ideology, the struggle of the poor against the rich.

The ideological blindness leads our leaders to ignore even what is happening on our doorstep in Europe itself. No need to join the ten overseas territories or dependencies of the British Crown, which constitute one-fifth of the world's tax havens like Bermuda, the British Virgin Islands, the Cayman Islands, Gibraltar, Anguilla, Montserrat, the islands Turks and Caicos, Jersey, Guernsey and the Isle of Man. In the European Union, many states have adopted very mild taxes, based on Flat Tax , and sometimes with very strict legislation on banking secrecy. Thus Estonia and its Baltic neighbors, the Czech Republic, Slovakia and Slovenia.

Tax havens are currently a sting in the global economy.

Indeed the funds deposited in the tax havens, countries not having enough assets to place these, return to invest in the real economy of the fiscally gluttonous countries by games of electronic writing cleverly orchestrated in financial montages . The work of Haward's Desai researcher shows that the presence of easy-to-access tax havens near greedy states encourages investment decisions in these countries by increasing the return on investment for investors.

If the countries of old Europe, and particularly France, did not bend over these outmoded principles of state welfare, investors would not run away with their legs on their necks.

That France, in turn, adopts a soft taxation close to the Flat Tax and our flagships, our banks would remain fiscally in France in the best interests of all. Let us bet then that BNP Paribas - whose State is the first shareholder, with 17% - of the capital would no longer have 189 offshore subsidiaries in tax havens, Banques Populaires 90, Crédit Agricole 115, LVMH 140 (including 33 in Guernsey), Schneider Group 131 ...

The economic impact of such a reform would be very positive. Let's go even further: why not find harmonization in this direction within the European Union instead of wanting to adopt retaliatory measures against these tax havens?

Has Ireland not already partly based its development on this tax competition by lowering its corporate tax rate to 12.5% ​​to attract large companies. ? Let's go a little courage gentlemen and ladies policies!


Joanne Courbet for Day News World.

There are no translations available.

LA CHINE DANS UNE NOUVELLE TOURMENTE BOURSIERE :

«QUAND LA CHINE VACILLE, LE MONDE TREMBLE ». A TORT OU A RAISON ?  POURQUOI LES MEDIAS OCCIDENTAUX S'ACHARNENT-ILS- SUR LE GEANT ASIATIQUE ?

Le poids croissant du secteur privé confirme l’orientation vers une économie de marché rendant le maintien d’un environnement économique stable impératif notamment en ce qui concerne les prix...En fait la bourse chinoise ne reflète guère l'économie  «  réelle » du pays.

Pourquoi parler de « krach » bousier de Shanghai dans les médias occidentaux?

L’effondrement des marchés asiatiques des derniers jours d’août 2015 est qualifié par certains analystes de « krach » . C'est juste techniquement puisqu'il s'agit, effectivement, d'une baisse soudaine et précipitée des actions (plus de 20 % en quelques jours) touchant une ou plusieurs places financières. La Bourse de Shanghai a perdu plus de 40% depuis mi-juin.

Les soubresauts de la bourse de Shanghai sont impressionnants: une chute de 30% en un mois qui n'est pas sans rappeler les krachs de 1929 ou 2008. Pas moins de 3500 milliards de dollars se sont évaporés. Mais il faut néanmoins la mettre en perspective et se souvenir de la progression fulgurante des mois précédents. En effet, malgré cette correction, sur un an, l’indice de la bourse de Shanghai est quand même en progression de plus de 70% : il était à peine au-delà de 2000 points l'an dernier pour franchir la barre des 5000 points ce printemps. La hausse a donc été de 150% en moins d’un an, avant d’osciller entre 3373 et 4317 points en un mois. Rien d' inquiétant pour les économies occidentales!

Les autres places asiatiques se sont comportées à peu près normalement :Tokyo a rebondi par exemple de plus de 3% après six séances négatives alors que Hong Kong a terminé en baisse de 1,52. La répercussion le lundi sur les marchés européens et américains a été atténuée le lendemain. Le CAC 40 ayant notamment clôturé en hausse de 4,14 % !

Rien d' inquiétant finalement pour les économie occidentales! Les crises d’angoisse dans bien des médias ne sont hélas pas bien rationnelles. Elles apportent leur nouveau lot de mauvaises nouvelles, de peurs théâtrales censées provoquer un effet de catharsis !

Qui est réellement concerné? Faut-il craindre un effet domino sur l’économie réelle ?

Les petits porteurs...chinois principalement le sont.

Les investisseurs institutionnels à la Bourse chinoise ont vocation à conserver leurs portefeuilles et n'ont donc pratiquement rien perdu.

Par contre de nombreux ménages chinois après avoir investi dans l’immobilier, se sont tournés ensuite vers la Bourse. Des petits joueurs ont «  acheté les yeux fermés en levier [un mécanisme permettant de jouer plus gros que la somme misée] et se sont fait liquider en panique à la moindre correction », explique brutalement Nicolas Chéron, stratégiste chez CMC Markets France. Cette correction a eu lieu « après le plus que doublement de la valeur d’entreprises inscrites dans une conjoncture de moins en moins porteuse ». D’où les soubresauts de la bourse de Shanghai dernièrement puisqu'ils déterminent l’essentiel des mouvements de cours . Mais ces petits porteurs( 15% de la classe moyenne) ont payé un très lourd tribut...Et qu'en est-il des pays occidentaux ?

L’économie française reste somme toute est épargnée

« Il faut rester vigilant pour les entreprises qui sont très exposées à la Chine », prévient Emmanuel Macron. On pense alors aux seuls domaines du luxe et de l’automobile...Mais la France et les autres pays occidentaux y gagnent pour leurs importations devenues moins chères. Alors la France n'a rien à craindre du géant chinois.

Le poids de la Chine est à relativiser pour les économies occidentales, comme le rappellent les économistes de Natixis :

Les raisons sont multiples :

- « On mesure le poids des économies dans le PIB mondial en parité de pouvoir d’achat (PPA) et, selon ce critère, la Chine est la première économie du monde.

Mais ce classement est un artifice. Il consiste à rapporter le PIB d’un pays au pouvoir d’achat intérieur. Comme le PIB contient des exportations, beaucoup pour un pays comme la Chine, et que le niveau de vie domestique dans les émergents est plus faible que dans la plupart des économies cibles de leurs exportations, le PIB PPA surestime le revenu produit par les émergents.

Mesurées en dollars courants, les richesses produites par les États-Unis (17 000 milliards de dollars) restent ainsi plus grandes que celles produites par la Chine (10 400 milliards de dollars).

Mesurée en PIB par habitant, la Chine reste donc derrière les pays développés. »

-La France est peu dépendante de la Chine (6,5 % de ses exportations), l’Allemagne guère plus, à hauteur de 11%.

-Et surtout, nombreux sont les analystes à s'accorder sur le fait que la bourse de Shanghai ne reflète guère l'économie réelle de ce pays! En d'autre termes, de façon voilée, à nous signifier que les médias occidentaux font de la désinformation pour nous faire oublier notre sinistre situation économique...

En réalité, l’impact de la tourmente financière et du ralentissement de l’économie chinoise pour la France et les économies européennes ne devrait pas aller « au-delà de quelques dixièmes de points » de PIB, selon le ministre français de l'économie Macron.

Certes, de l'avis général, les assouplissements monétaires de la PBOC ne suffiront pas à l'activité économique, les investissements et la consommation.On peut s'attendre à de fortes interventions supplémentaires du gouvernement chinois, notamment en termes de relance budgétaire et de dépenses publiques dans le prochains mois selon Bloomberg News.

Le «  krach » du « lundi noir » ne sonne donc pas le glas de l’économie chinoise non plus.

Si l'on peut craindre pour l'activité mondiale de la Chine ,

rassurons-nous. La Chine compte pour plus de 13% de l'activité mondiale et reste à près de 8% de croissance. N'attaquons donc pas systématiquement le géant chinois à tort !

 




 


 

 

 

Après des décennies de croissance à deux chiffres, les analystes occidentaux doivent savoir que l'avenir de la Chine se fera par une hausse de l'activité plus modérée mais plus durable... soutenue par la consommation intérieure, plutôt que par les exportations.

La faute à qui ?

Essentiellement aux pays développés qui sont en grande récession , Europe et États-Unis en particulier, qui restreignent leurs importations devenues pourtant moins chères.

Et à quand une France à 8% de croissance alors qu'elle peine déjà à rester à 0% avant le grand plongeon dans l’abîme sans fond?!

anne Courbet pour Day News World.

PANAMA PAPERS OR WHEN FRENCH ARE LOAN

TO PLACE THEIR MONEY IN THE TAX PARADISE


However, nearly 20% of our compatriots say that they would gladly join the ranks of tax evaders if their financial situation allowed it. In any case, this is the conclusion of an Odoxa survey conducted in the wake of the Panama Papers scandal.

For proof the effects of a State-Wolverine to Holland.

A founders of Mossack Fonseca. "It's an attack on Panama because many countries do not like us to be very competitive in attracting business." "There are two ways to see the world: the first is to be competitive and the second to create taxes," he said, adding that "there is a war between open countries, like Panama. , and the countries that tax their businesses and their citizens more and more ".

Presidents, that deserves a reflection!

In a France out of breath!

Joanne Courbet for Day News World.