DONALD TRUMP DECLARES NATIONAL EMERGENCY FOR THE CONSTRUCTION OF THE WALL

The compromise, approved by Congress on Thursday, only provides for a quarter of the budget demanded by the US president for the construction of a wall on the Mexican border. Unhappy US President announced Thursday want to declare "national emergency" to build this wall.

The tenant of the White House wants to "end the national security and humanitarian crisis at the border," said Sarah Sanders, spokesman for the White House.

At the same time, the billionaire has agreed to sign a budget compromise obtained in the fight against Congress, after intense negotiations between Republicans and Democrats, to avoid a paralysis of administrations.

If no agreement was found until Friday, midnight, the country could have faced a second shutdown in less than two months. But the technical layoff of 800,000 civil servants for 35 days in January had only lowered Trump's popularity rating in polls and paralyzed the US economy.

The financing law born of this compromise was approved Thursday by a large majority in the Senate, controlled by the Republicans, then the House of Representatives, controlled by the Democrats.

But this text, which does not mention the word "wall", preferring "barrier" or "fence", includes only a quarter of the budget claimed by Donald Trump to build the wall ($ 1.4 billion against 5.7 billion requested). While signing the text, Donald Trump will declare the "national emergency". Senate Majority Leader Mitch McConnell said he supports the president's decision.

A law passed in 1976, the National Emergencies Act, authorizes the President of the United States to invoke a national "emergency" to activate extraordinary powers, which would allow Donald Trump to bypass the Congress by relying for example on the army to erect the wall.

This exceptional procedure is not without bristle many parliamentarians, including in the ranks Republicans. In the Democrats, indignation reigns.

Democrats and various interest groups are preparing to attack the national emergency proclamation before the courts, challenging the White House's arguments about the nature of the border crisis.

"There is no urgency at the border" with Mexico, pledged Nancy Pelosi, Democratic Speaker of the House of Representatives.

"We will review our options and we will be prepared to respond appropriately," said Nancy Pelosi.

Britney Delsey for DayNewsWorld

SPEECH BY DONALD TRUMP ON THE

STATE OF THE UNION

Facing the Congress reunited in full, the US President Donald Trump landed Tuesday as a rally despite strong political tensions between Democrats and Republicans.

He was nevertheless combative on immigration or investigations related to his 2016 campaign. For this traditional speech in prime time on the state of the Union, the US president has launched an appeal for compromise. "The program I'm going to present tonight is neither Republican nor Democrat.

This is the American people, "he said, wearing his iconic red tie, in front of more than 500 elected, including many women democrats dressed in white, in tribute to the centenary of the suffragette movement.

"Together, we can put an end to decades of political blockage, heal old wounds, build new coalitions, outline new solutions," he added.

The wall on the border with Mexico "will be built"

Donald Trump does not give up his promise to build a wall on the border with Mexico, a project criticized by the Democratic opposition and the origin of the longest shutdown in American history. "I'm going to have it built," said Donald Trump.

"The walls work and the walls save lives," continued the White House tenant, who, however, gave up the decree of national emergency authorizing him to finance the wall without congressional approval. Instead, he urged Democrats as Republicans to find a compromise by February 15.

"In the past, most people in this room voted for a wall, but the proper wall was never built.

I will have it built, "he said. The walls "work and save lives, so let's work together, find a compromise and an agreement," he said, adding that he had sent Congress a proposal "in the sense of all," including a "new physical barrier" on the southern border.

The chapter on foreign policy has earned him unequal applause in his camp as some of his decisions are uncomfortable. The Senate approved by an overwhelming majority Monday an amendment criticizing its decision to withdraw US troops from Syria and Afghanistan, a country about which it discussed "constructive" talks with the Taliban.

Meeting with Kim Jong-a late February in Vietnam

The US President also took the opportunity to announce the venue and date of his next summit with North Korean leader Kim Jong-un, which will be held on February 27-28 in Vietnam to continue negotiations on the nuclear disarmament of North Korea.

"As part of our bold diplomacy, we are continuing our historic effort for peace on the Korean peninsula," he said.

Donald Trump welcomed the progress made since the détente that began last year, ensuring that if he had not been elected president, the United States would be "now in a major war with North Korea". "Our hostages have returned home, the nuclear tests have stopped and there has been no missile launch in 15 months," said Donald Trump.

Trump warns China: "the theft of American jobs is over"

Once again, he warned China that it could no longer "steal American jobs and wealth" and demanded "structural changes" from Beijing to end its "unjust" business practices.

"I have great respect for President Xi and we are working on a new trade deal with China, but it must include real structural changes to end unfair trade practices, reduce our chronic deficit and protect American jobs," launched the US president, which sparked a real trade war against China to bring it to the negotiating table.

Finally, he also assured the Venezuelans of American support in their "quest for freedom". The United States, along with some 40 other countries, has recognized Venezuelan opponent Juan Guaido as interim president and the only legitimate authority in Caracas.

Ending the AIDS epidemic in the United States in ten years

Referring to health issues, he insisted on lowering the price of drugs and set a goal for the elected representatives of Congress to release the necessary means against AIDS. "My budget will require Democrats and Republicans to find the necessary means to eliminate the HIV epidemic in the United States within ten years.

Together, we will defeat AIDS in America and beyond, "he said. An announcement received positively by associations and experts and which recalls the proposal, launched at the same place in 2003 by George W. Bush, the Pepfar program against AIDS in the world.

At twenty-one months from the next presidential election, where he intends to seek a second term, the 45th President of the United States concluded his speech on a consensual note that contrasts with his usual speeches.

"We have to choose whether we define ourselves by our differences or whether we have the audacity to transcend them. "

Britney Delsey for DayNewsWorld

NUCLEAR DISENGAGEMENT GIVEN TO GREEK CALENDARS

The Americans put their last October threat into action by deciding on Friday to withdraw from the Intermediate Range Nuclear Forces (INF) Treaty.

This treaty signed between the two opposing powers at the end of the Cold War prohibits the testing, production and deployment of any land-based missile with a range of 500 to 5 500 km with or without a nuclear charge.

But according to Washington Moscow does not respect its commitments, accused of testing a new missile, the 9M729, with a range greater than 500 km, which denies Moscow.

"Tomorrow the United States will suspend its obligations under the INF Treaty and launch the withdrawal process", which "will be completed in six months unless Russia meets its obligations by destroying all its missiles, launchers and equipment that violate the text, "said President Donald Trump in a statement.

But this withdrawal of the agreement is mainly motivated by the fact that China is not bound by this Russian-American bilateral treaty, enjoys a strategic advantage in Asia.

Its nuclear arsenal "is made up of missiles that are banned for Americans and Russians under the treaty," said Antoine Bondaz, a researcher at the Foundation for Strategic Research (FRS).

This arsenal notably allows Beijing to threaten US bases in the Asia-Pacific region, from South Korea to Guam via Japan.

This questioning by the Americans of the INF weakens the architecture of disarmament developed since the Cold War

And "Europe is the great political loser of the withdrawal of a treaty which symbolized for the Europeans the end of the Cold War".


Alize Marion for DayNewsWorld

END OF SHUTDOWN IN THE UNITED STATES

Donald Trump surrendered temporarily. The US president promulgated on Friday 25 January a law guaranteeing the financing of the federal administration until 15 February.

It is therefore the end of the longest shutdown in the history of the United States. "We have reached an agreement to end the shutdown and reopen the federal government," said the US president.

In return, the White House tenant only got Democrats to negotiate "a package of measures on internal security" in ad hoc parliamentary committees.

"In the meantime, a bipartisan commission will be tasked to address the issue of security at the border with Mexico," the US president said at a press conference.

But if no consensus was reached on his proposed wall, Donald Trump threatened to provoke further budget paralysis or declare a "national emergency" situation allowing him to bypass the Congress with a Democratic majority.

Donald Trump has indeed not abandoned his electoral promise concerning the border wall arguing the existence of 1000km of barriers already built for fifteen years. "We have no choice but to build a strong wall or a steel barrier," he insisted.

"We're not talking about a medieval wall, but about a smart wall, metal palisades through which we can see, with advanced technology, sensors and drones. " he added.

The Democrats have not yielded to the president for fear that he will use in the future the brutal lever of "shutdown" for other controversial projects, have been relieved.

"It is sad that it took so long to come to an obvious conclusion," said Democratic House Speaker Nancy Pelosi. "We do not negotiate taking Americans hostages, hope the president has learned the lesson," has launched Chuck Schumer.

"We have very good ideas on how to secure the border," asserted Speaker Nancy Pelosi.

The president once again called on parliamentarians to "put politics aside" to "show the world that we are united to protect our wonderful country.»

Jenny Chase for DayNewsWorld

SHUTDOWN DONALD TRUMP'S OFFER HITS DEMOCRATES 'REFUSAL

"Let's take the politics out of this, get to work and find an agreement," Donald Trump said.

When will the end of the shutdown paralyze the federal administration for almost five weeks? Donald Trump promised a major announcement likely to "break the deadlock".

He announced it on Saturday, January 19, in a solemn televised speech: to offer a temporary status to migrants, in exchange for the financing of his wall.

A quasi-democratic proposal

It is a more assertive Donald Trump, less vindictive than usual, who spoke to the Americans. The US president has proposed extending temporary statuses for about one million migrants, who risk being expelled from the country, in exchange for congressional funding for his wall at the US-Mexico border.

The president has proposed to extend for three years the temporary residence permit known as the DACA program created by Barack Obama then deleted that concern 700,000 illegal immigrants, the "dreamers", the miners illegally entered on American soil with their parents . The White House tenant also proposed extending a temporary protection status (or TPS) for three years that allows about 300,000 immigrants to work legally without a residence permit.

To these quasi-democratic proposals is added the recruitment of more police officers at the borders as well as immigration judges.

"Compromise based on common sense" against "new hostage taking"

With this offer, the US president spoke of a "common sense compromise". But the leader of the Democratic majority in the House of Representatives, Nancy Pelosi, had previously rejected this proposal that had transpired in the media. According to her, what is presented as a presidential concession is only a "compilation of several initiatives already rejected in the past and each one unacceptable". And the leader of the Democratic minority in the Senate, Chuck Schumer to drive the point: he recalls that Donald Trump had in the past removed protections for migrants he now proposes to protect. "Offering protection in exchange for the wall is not a compromise but a new hostage crisis," he tweeted.

The Democrats refuse to give Donald Trump the $ 5.7 billion he needs for the construction of his wall, his iconic campaign promise.

The shutdown, with its 800,000 unpaid federal employees, has a bright future ahead of him, it seems...

Joanne Courbet for DayNewsWorld

SHUTDOWN  ACCOUNT REGULATIONS

AND ANNOUNCEMENT OF DONALD TRUMP

The virulent remark "Our country is living a hell now" posted on Instagram by American rapper Cardi B against the US president can sum up the country's situation since the "shutdown".

The shutdown, the partial paralysis of the administration with 800,000 federal employees who are either unemployed or required to work without being paid, is the longest in history: it begins its 27th day and no way out.

Some administrations were simply closed. The ministries of Homeland Security, Justice, State Department and Treasury present closed doors as well as the Environmental Protection Agency and NASA.

This is not without negative consequences on the functioning of the country so much that Donald Trump reminded thousands of officials to return to work without pay (for lack of budget) to limit the effects of the paralysis of the administrations ...

At issue: the lack of agreement for the financing of $ 5 billion (4.4 billion euros) of the wall required by Donald Trump on the Mexican border.

This wall is presented as a key element of its strategy to fight illegal immigration and drug trafficking and as a matter of "national security" for the White House. For their part, the Democrats do not want to hear about it.

But by taking responsibility for the shutdown, Donald Trump ties his fate to the success of the wall on the border with Mexico.

No side wants to give in and the "shutdown" turns to the settlement of accounts.

Just as Friday of the Democrats and not least ignited the possibility of a dismissal of Donald Trump after information provided by an online media, immediately denied on Saturday. "Listen, if Mueller has several elements alleging the Trump asked Cohen to lie in Congress, we need to be informed as soon as possible, "tweeted Senator Chris Murphy.

And all the moves now seem permissible.

Donald Trump and Nancy Pelosi have been engaged in an intense standoff since the beginning of the partial budget paralysis. The first on Friday, canceled an official trip until then kept secret. He stunned the Congress by announcing that he was canceling a trip that third state figure Nancy Pelosi was scheduled to perform in Afghanistan aboard a military plane. "Due to the shutdown, I am sorry to inform you that your trip to Brussels, Egypt and Afghanistan has been postponed," Trump wrote to Ms. Pelosi, referring to the "public relations" activity trip, Pushing irony he proposed a commercial flight "Of course, if you want to travel by commercial plane, the choice is yours," concluded the tenant of the White House. The day before, Nancy Pelosi had asked to postpone the traditional speech on the state of the Union of the president, scheduled on January 29 for security reasons due to shutdown. Now, according to tradition, it is up to the leader of the lower house to invite the president to this annual speech before the House of Representatives and the Senate together. Private military aircraft by Donald Trump, the leader of US congressional Democrats, Nancy Pelosi, said Friday suspended a trip. "We were informed that by revealing the existence of our trip, the president had made the situation much more dangerous on the ground," Pelosi told reporters.

Would the president want to end this fight?

US President Donald Trump said he planned to make a "major announcement" Saturday afternoon about not only the shutdown but also the construction of the wall.

"I'm going to make a major announcement about the humanitarian crisis on our southern border, and the shutdown, tomorrow afternoon at 3 pm [9 pm in France], live from the White House," tweeted the Republican president. without further specification.

If the stalemate continued, did it not threaten to declare a national "emergency" to activate extraordinary powers to obtain funds from the defense budget, thus bypassing Congress ?

Joanne Courbet for DayNewsWorld

WHEN DEMOCRATS ARE EXPECTED

OF THE DELETION OF DONALD TRUMP

According to the online media BuzzFeed News, Donald Trump has asked his lawyer Michael Cohen to lie in Congress about an aborted Russian real estate project.

More than a year and a half after the start of Special Prosecutor Robert Mueller's investigation into suspicions of collusion between the US President's campaign team and Russia, a new revelation from ex-trusted man Michael Cohen Donald Trump is the stuff of democrats.

The billionaire would have asked his lawyer at the time to lie under oath about an aborted Trump Tower project in Moscow. Michael Cohen has indeed lied on the timeline of the project of the 100-story building.

Mr. Cohen assured the elected officials that talks with Russian officials ended in January 2016, while they continued until at least June, when Donald Trump was about to win the Republican primary. Why this lie?

To minimize the links between the two countries.

That the real estate mogul was in business was not illegal in itself, but that he asked to lie is a crime.

A lie that could therefore cost him, according to his political enemies because it would be an attempt to hinder the investigation and subordination of a witness.

"If the president ordered Cohen to lie to Congress, it's obstruction of justice. Point bar, "responded the elected Democrat David Cicillin.

The Democrats were quick late Thursday night to go for their small comments reminding including that the same crimes had earned Richard Nixon and Bill Clinton the launch of a removal procedure.

"Oh, for information, the first head of Richard Nixon's impeachment procedure was obstruction of justice," tweeted Democratic Representative Ted Lieu.

"Look, if Mueller has several allegations that Trump has asked Cohen to lie to Congress, we need to be informed as soon as possible," Senator Chris Murphy added on Twitter.

For Adam Schiff, who now chairs the House Intelligence Committee, if the allegations are true, Donald Trump was guilty of "witness tampering".

A crime punishable by five years of imprisonment in the US Penal Code and that Congress could especially consider a "major crime" justifying impeachment.

An impeachment however unlikely. Indeed, if the House of Representatives, with a Democratic majority since early January, can launch the procedure of accusation, it is the Senate to make a judgment.

But its elected representatives are in the majority Republicans ...

The public testimony of Michael Cohen, already sentenced to 3 years in prison, before the Congress on February 7, is eagerly awaited by the Democrats.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

DONALD TRUMP RUSSIAN AGENT? HI! HI !! HI !!!

All of Washington talks about it. The New York Times made some surprising revelations about the opening of a federal police investigation in 2017 to determine whether the US president had worked for Russia.

Donald Trump a Moscow agent? It was enough to trigger the ire of the tenant of the White House.

"Wow, I just learned in the flawed New York Times that the former corrupt FBI leaders, almost all of them fired or forced to leave the agency for very bad reasons, opened an investigation against me, without any reason or proof when I kicked James Comey's liar, a real junk, "tweeted early in the morning the President of the United States.

"My dismissal of James Comey was a great day for America. He was a crooked cop, "he added, referring to another tweet

"The failures that tried to [him] play a trick".

Trump had lobbied FBI director James Comey to abandon his investigations over a possible collusion of his campaign with Moscow.

But in the face of the latter's refusal he dismissed him. And the FBI to be worried by Trump's behavior and to open an investigation to find out if the president was a Russian agent!

Thus the investigation of the American federal police would have been quickly merged with that opened by the special prosecutor Robert Mueller on suspicions of collusion between Moscow and the Trump team.

The FBI has also been suspicious of Donald Trump's possible ties with Russia in the 2016 presidential campaign! without, however, daring to open an investigation.

But from the first months of the Trumpian presidency, the FBI was eager to open its investigation involving a counter-intelligence and a criminal component, following the dismissal of its director James Comey by Donald Trump in May 2017 .

Personally targeted by the White House, former FBI boss James Comey replied with a tweet, repeating a famous quote from former President Franklin D. Roosevelt: "I ask you to judge me by the enemies that I I am made. "

Donald Trump categorically denies collusion with Russia and regularly criticizes Robert Mueller, a former FBI director, for being a "witch hunt" to delegitimize his presidency.

The Russian investigation has nonetheless resulted in charges and convictions of close associates of the president.

For example, his former lawyer Michael Cohen, who was sentenced to three years in prison, including for offenses against campaign financing legislation, Paul Manafort, director of the campaign team Donald Trump, found guilty of financial malpractices related to activities in Ukraine or Michael Flynn, former president's national security council, pleading guilty to lying to investigators about his links with Russian officials.

Another revelation about Russia also made the White House tenant jump. There is no record of Donald Trump's exchanges with Vladimir Putin at five different locations in the last two years.

That would be simply because the republican billionaire after his meetings with the Russian president would have even taken possession of the notes of his translator. And this while the law requires to keep all the official documents for the archives.

Unusual, totally illegal and ubiquitous ... especially for a president suspected by the intelligence agencies of his country to have collaborated with a rival power.

Since these revelations the tweeting American president nicknamed "Bozos", Jeff Besos the boss of Amazon, and owner of the Washington Post, "Bozo" as Bozo the clown.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

WE WILL DAMAGE TURKEY ECONOMICALLY OR THE DIPLOMACY OF DONALD TRUMP'S TWEET

US President Donald Trump threatened Turkey on Sunday (January 13th) with an economic catastrophe in the event of an attack on the Kurds after the next withdrawal of US troops from Syria. "We will devastate Turkey economically if it attacks the Kurds," tweeted Donald Trump. The announcement in December of the withdrawal of US military personnel deployed to Syria to combat ISIL has weakened the situation of Kurdish fighters who fought alongside the United States against the Islamic State (IS) organization.

Indeed, the Turkish President, Recep Tayyip Erdogan, has never hidden his will to fight the Kurds, members of the militia Protection of the People (YPG). Turkey regards them as "terrorists" because of their alleged links with the Kurdish Workers' Party (PKK), which has been guerrilla fighting in Turkish territory since 1984. It fears the formation of a Kurdish state on its doorstep. able to revive the separatist aspirations of the Turkish Kurds.

No wonder Ankara responded sharply to Donald Trump's tweet, pointing out that Turkey was waiting for the United States to honor its partnership. "Mr @ realDonaldTrump, it is a fatal mistake to equate the Kurds of Syria with the PKK [the Kurdistan Workers' Party], which is on the US list of terrorist organizations, and its Syrian branch of the PYD [Party of Labor]. Democratic Union] - YPG [People's Protection Units], writes on Twitter the spokesman of the Turkish Presidency Ibrahim Kalin.

Turkey is fighting against terrorists, not against Kurds. "Terrorists can not be your partners and your allies. Turkey expects the United States to honor our strategic partnership and does not want it to be overshadowed by terrorist propaganda, "he added.

Donald Trump, who did not give a precise timetable for the withdrawal of 2000 US troops from Syria, asked Kurds not to provoke Turkey. He also called for the creation of a "safety zone" of 30 kilometers, without further details on its location or its financing.

"Russia, Iran and Syria have been the biggest beneficiaries of the long-term US policy of destroying the Islamic State group in Syria - natural enemies. We also benefit but it is now time to bring our troops home.

STOP THE ENDLESS WARS, "concluded the US President.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

DONALD TRUMP AT THE FOOT OF THE WALL

Donald Trump traveled Thursday to McAllen, a Texas city bordering Mexico, and defended his controversial "wall" project. "Nothing like a wall," he said

The Democratic opposition, now the majority in the House of Representatives, categorically refuses to release the $ 5.7 billion for the wall.

On Sunday, the shutdown, the partial paralysis of the administration with 800,000 federal employees who are either technically unemployed or required to work without being paid, will officially become the longest in history.

Donald Trump canceled his visit to Davos at the end of January. By taking responsibility for the shutdown, Donald Trump is linking his fate to the success of the wall on the border with Mexico.

And if the stalemate continues, he threatened to declare a national "emergency" to activate extraordinary powers to obtain funds from the defense budget, thus bypassing Congress.

"We have the absolute right to declare a national emergency and it is a matter of security.

It's a national emergency. If you watch what happens, "said Thursday the US president, interviewed by the channel Fox News. At the risk of going from a budget crisis to a politico-legal crisis.

Today, nearly 1,200 km of walls already exist between the two countries. Already in 1978, Jimmy Carter found the funding to erect barriers three meters high, called "Tortilla Curtain" George HW Bush followed suit and even the Democrat Bill Clinton, who had eight new sections erected in jail corrugated steel.

The idea does not come from Donald Trump who, however, wants to make it a symbol of his mandate.

It is with globalization that the need to erect walls is becoming more and more felt among people eager for protection.


Andrew Preston for DayNewsWorld

THE FATE OF WOMEN AROUND THE WORLD

We propose to regularly open a section on this theme of the place of women in the world in the 21st century, starting from current examples.

Today we will discuss Saudi Arabia, India and France.

Saudi Arabia :

The Saudis have just obtained by law entered into force last Sunday, January 6, 2019, the right to be informed now by text of any change in their marital status, including divorce.

It is the news channel Al Ekhbariya that has just released the information, stating that the courts were now responsible for disseminating this information. Women will simultaneously be able to consult documents related to the breakdown of their marriage on the website of the Ministry of Justice.

Informed by text? We could be offended! What nenni! In this country as big as 4 times France (2 150 000 Km2), completely desert, of which each inhabitant or almost owns a Smartphone, it appeared more practical and faster to use this mode of communication rather than nits camel caravans!

The reform was presented as an advance by the new prince, Salman Abdelaziz Al Saoud who in 2018 had already given women the right to drive.

However, it must be remembered that men still have a unilateral right to divorce (which also includes breaking the engagement) without having to provide proof. The divorce is effective immediately the husband is nevertheless obliged to provide his ex-wife, a financial support of 4 months 10 days. Four months and ten days have not yet figured out why?

At the same time, a woman can only get a divorce with the consent of her husband or "if the law proves that she is being abused". In practice, it is still difficult for a woman to obtain a divorce, and the "civilizational" advance, as Emmanuel Macron would say, wanted by Prince Salman, is tiny.

Because the ability of men to divorce results in unlimited polygamy, in this country that tolerates polygamy up to 4 women.

There was in Saudi Arabia in 2013 (source Courrier International) a divorce every 20 minutes!

The Saudi Monarchy is one of the hardest regimes in the world. The regime is intractable in many societal areas and despite some reforms, women's rights in this country have nothing to do with those of their peers in the western world.

Despite this situation, Saudi Arabia obtained from the United Nations, on 21 September 2015, and after a long working session, its appointment as head of the "advisory group" responsible for selecting the rapporteurs in charge of selected themes, including that …. Violence against women We always wonder!

Has the recent decision of the Wahhabi regime been influenced by this new responsibility? It's possible ! But that's not certain either! It must indeed be observed that it took more than four years for the Saudi Monarchy to change the rights of women. At this rate it will take several more decades for Arab women to obtain complementary advances and a status equivalent to that of their Western counterparts.

India:

India has been torn apart for a few days over the access of women to a Hindu temple. Violence has been going on since January 2, 2019 after two women sneaked into a temple in Sabarimala (a port city in Kerala, southern India).

The controversy surrounding the entry of women into a Hindu temple started with a judgment of the Supreme Court (which is the highest Judiciary), which had ruled, in accordance with international law, that the ban on women coming praying violated religious freedom and the principle of gender equality.

In a country where the weight of religion is immense (the prohibition of women is engraved in Hinduism), this judgment does not end to fuel a debate that seems to be dominated by the right.

This case, moreover, highlighted the weakness of the rule of law in India, as the state police still have not resolved to enforce the law.

France :

"Precarious, discriminated, revolted" women's yellow vests were numerous this Sunday, January 6, 2019. They wore that day large banners "black" on which was inscribed their slogan.

The general opinion was that there were no serious incidents or violence, as in the previous day. It should nevertheless be noted that in Paris, the event was circled, Place de l'Opera, by the CRS. A video broadcast on social networks showed "a woman treated crazy, requiring therapy" by said CRS, who wanted to force him to remove his yellow vest. Some newspapers were not more delicate, like the Parisian, treating in a title these women of "chicks marching in the street".

The yellow women vests who had been very active from 17 November, at the beginning of the movement, had wanted to organize their own rally while "stating that their event was not going to be a feminist struggle, but a struggle. feminine ".

They had been discreet until now. They wanted to show on January 6, 2019, that they also represented, wearing a Phrygian cap and crying tears blue and red, "the motherland angry, for themselves and the future of their children."

Beyond the substantive debate, the codes used by the protesters to organize themselves were not trivial. The movement remained nevertheless very protean, the situation and the balance of power with the political power in place giving him little visibility.

In the light of these examples, we see that women, rarely put forward, still struggle to have the word and exist, even in France as we have just seen.

Clara Mitchell for DayNewsWorld

A SHUTDOWN OF SEVERAL MONTHS

SEVERAL YEARS OR THE FINANCING OF THE WALL DEMANDED BY DONALD TRUMP

For 14 days, the shutdown has begun in the United States, in a word, the partial blockage of the federal administrations, and US President Donald Trump said on Friday that he is ready for the shutdown to take months or even weeks. more than a year.

Eight hundred thousand federal public servants, a quarter of public service employees, are no longer paid on layoff or forced leave.

Some jurisdictions have been closed. The ministries of internal security, justice, the State Department and the Treasury are closed as well as the Environmental Protection Agency and NASA.

At issue: the lack of agreement for the financing of $ 5 billion (4.4 billion euros) of the wall required by Donald Trump on the Mexican border.

This wall is presented as a key element of its strategy to fight against illegal immigration and drug trafficking.

It is a question of "national security", hammered the tenant of the White House.

"It's not a game," he added. And it is one of his campaign promises to which his most conservative electorate holds.

What agreement to find so that stops the tug of war between the American president and the Democrats on financing the wall?

If the president received for two hours on Friday, January 4, the elected Democrats in the White House, no agreement was found, however.

If the president has threatened to declare the national emergency to build the wall on the border with Mexico then passing the agreement of Congress, he prefers the negotiation.

"We could declare the state of emergency and build it very quickly. It's another way of doing it, but if we can do it in a negotiated way, it's better. He told a reporter.

Discussions should continue on the weekend of 5 and 6 January. A new conciliation attempt with officials of the White House and Senate is scheduled for Saturday.

A compromise could be found notably in an exchange between the financing of the wall and an agreement to protect from expulsion of the "dreamers", these young immigrants arrived minor in the US territory that the Obama administration had allowed to stay, authorization revoked by Donald Trump.

"You can find common ground," Republican Representative Kevin McCarthy (California) said.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

THREAT FROM GOVERNMENT SHUTDOWN IN THE USA DUE TO POLEMIQUE AROUND THE WALL

The US president rejected Thursday the 20th of December the budget of the Congress. Reason given: the budget does not include financing the wall with Mexico, its most emblematic campaign promise.

"The President informed us that he would not be signing the law from the Senate last night [Thursday night] because of his legitimate concerns about border security," said House Speaker Paul Ryan after a meeting between Republican parliamentarians and the president at the White House.

Donald Trump expressed himself, accusing the opposition of putting "politics before the country". For him, immigration is closely linked to crime: "Trafficking in human beings and massive arrivals of drugs must be stopped. They are at an extremely high level. ".

The wall on the Mexican border should alleviate this problem and the US president insists that a financing of the wall, up to 5 billion dollars (4.3 billion euros), be included in the budget. Or, failing that, a substantial amount of money is spent on border security.

Republicans in the House of Representatives approved Thursday a new measure that is in line with the demands of the President, including a financing of its wall up to 5.7 billion (4.97 billion euros) but this measure n There is no chance of passing the Senate, where sixty votes are needed, with the Republicans controlling only 51 of the 100 seats in the Upper House.

Very concretely, Donald Trump has indicated that he will not promulgate the law currently under discussion in Congress. This temporary text, voted Wednesday evening in the Senate, proposes to finance the government until 8 February. "What they are just starting to understand is that I will not sign any of their laws, including those on infrastructure, until we have perfect security at the border. "

A lack of agreement between the Parliament and the White House would mean the closure of many federal services during the holiday season, with tens of thousands of layoffs, and the disruption of ministries such as homeland security, justice, the interior or even the State Department.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

RUSSIAN INGERENCE IN THE AMERICAN PRESIDENTIAL CAMPAIGN OR HANDLING OF THE VOTE OF THE BLACK COMMUNITY

There was Russian interference during the American presidential campaign. This is the conclusion of the reports commissioned by the Senate. In fact, during the presidential campaign, Russia was trying to dissuade the fringes of the population who were rather close to the Democrats to vote.

Russia's propaganda campaign on social media ahead of the 2016 US presidential election was aimed at convincing blacks not to go to the polls, before taking special prosecutor Robert Mueller himself after Donald Trump's victory according to reports commissioned by the Senate.

For the Internet Research Agency Agency (IRA), based in St. Petersburg and considered by the US justice as a farm "trolls" paid by the Kremlin, it was during the presidential campaign to dissuade the fringes of the population rather Democrats, like young people, ethnic minorities and the LGBT community, to vote. In particular, it focused on black voters, as is confirmed by the analysis of thousands of social media messages and publications by the IRA between 2015 and 2017, jointly conducted by Oxford University and specialists in the new Graphika media.

To do this the IRA had created many accounts under false US profiles for the African-American community. One of them, entitled "Blacktivist", was used to send negative messages against the Democratic candidate Hillary Clinton who was accused of opportunist, only anxious to win votes.

"This campaign was to convince that the best way to improve the cause of the African-American community was to boycott the elections and focus on other topics," the report's authors write.

Meanwhile, part of the 3,841 accounts Facebook, Instagram, Twitter or Youtube studied sought instead to encourage white voters close to Republicans to participate in the vote. If at the beginning the messages were content to support republican theses, such as the defense of the carrying of weapons or the fight against immigration, once the candidacy of Donald Trump well in the saddle, the messages of the IRA were clearly favorable, according to this study.

According to a study by the Pew Research Center, the Russian propaganda campaign would have had an impact on the election results. In fact, the participation rate of white voters increased in 2016, while that of blacks, at 59.6%, was down by five points compared to 2012.

US justice has charged for interfering in the 2016 election several IRA employees, funded by the oligarch Evguéni Prigojine.

The propaganda campaign then turned to a new target: the special prosecutor Robert Mueller, charged with investigating the suspicions of collusion between the republican campaign team and Russia, Washington said Monday night. Post. Using dummy accounts

False accounts fed by Russians on social networks broadcast messages and publications accusing Mr. Mueller of corruption and even collaboration in the past with "radical Islamist groups".


Joanne Courbet for DayNewsWorld

THE FORMER LAWYER OF DONALD TRUMP MICHAEL COHEN CONDEMNS 3 YEARS OF PRISON

Former Trump attorney Michael Cohen was sentenced Wednesday to three years in prison by a Manhattan federal judge. He was the very incarnation of loyalty for ten years ready to "take a ball" for his boss. But he eventually pleaded guilty, becoming the most formidable enemy of the President as a prosecution witness.

Just before the sentencing, Michael Cohen made his mea culpa declaring in front of a crowded courtroom regret to have served as billionaire's man of confidence .. "It's my weakness and my blind loyalty to this man which led me to choose the path of darkness at the expense of light, "said Michael Cohen at the hearing. "I thought it was my duty to cover up his bad behavior," he added.

He admitted to having paid 280,000 dollars to Stormy Daniels and Karen McDougal who threatened to evoke supposed links with Donald Trump during the presidential campaign. In buying the silence of the two women, "he deceived the voters by hiding allegations that he thought could have a noticeable effect on the presidential election and violated" one of the basic tenets of US election laws: the transparency ".

He also pleaded guilty to lying to Congress about his contacts with Russians during the campaign. Indeed, Donald Trump was planning the development of a real estate project in Moscow until the summer of 2016.

He finally admitted to having hidden from the tax authorities not less than four million dollars of income from his taxi companies.

According to the recommendations of the federal justice system, Michael Cohen risked up to five years of imprisonment.

The 50-year-old will be detained on 6 March to serve his three-year sentence.

Thanks to his collaboration with Prosecutor Mueller's investigation of Russia, he received a rather lenient sentence for the charges.

Britney Delsey for DayNewsWorld

DEPARTURE OF JOHN KELLY ANNOUNCES

BY DONALD TRUMP

Donald Trump announced Saturday (December 8th) that John Kelly will be leaving at the end of the year. He did not provide any explanation for his decision. "John Kelly will be leaving at the end of the year," Donald Trump told reporters at the White House, saying his successor's name would be announced "in a day or two." The American president has also praised the starter. "He's a great guy," he said. And to add, "I really appreciate what he did."

A former 68-year-old Marine Corps general, John Kelly was summoned to the summer of 2017 to take up the post of secretary general of the White House. A key position. He was the right arm of the president, and the coordinator of the action of the administration. His role was to restore order to the chaos of an administration marked by internal quarrels and the unpredictable reactions of the President. The retired general scrupulously filtered access to the Oval Office. "He's leaving a position that's often ungrateful, but John Kelly has my eternal gratitude," House Speaker Paul Ryan summed up. Attached to this difficult task John Kelly sometimes showed signs of discouragement. "I guess I had to do something wrong and God punished me," he said one day in March.

The announcement of his departure cut short rumors of deep disagreement between the two men circulating for weeks to such a point that, according to some, they no longer spoke.

The stormy relations that "this chief of staff" had lately with the President have been described in the book of the Washington Post reporter Bob Woodward published in September: Fear - Trump at the White House . In this book, we learn that Kelly would have questioned the abilities of Donald Trump, which he said he was "an idiot", "unbalanced". "He derails. It's a madhouse. He would have added.

His name only lengthens the long list of presidential advisers -Jeff Sessions, Nikki Halley or Rex Tillerson- worn out by the first two years of the Trump presidency. According to a Brookings Institution count, 62% of senior administration officials left the White House nearly twice as many as other presidents for the same period

If the first half of the Trump presidency has been marked by a great instability on the key positions of advisers or ministers, the second half will start early next year in a pre-election period in the run-up to the election. from 2020 and needs to be more stable. Donald Trump made no secret that he would seek a second term. Also with the departure of John Kelly and the successive two-day nominations of Republican William Barr at the Justice Department who will oversee the Russian investigation of prosecutor Mueller, and Heather Nauert as US ambassador to the UN replacing Nikki Haley, he clearly shows the willingness to approach the second part of his mandate with a renewed team.

Campaign debuts under the ominous shadow of prosecutor Mueller's investigation for the real estate mogul.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

THE APPOINTMENT OF HEATHER NAUERT

PEN WEIGHT TO UN OR DESINTERET

TRUMP FOR THIS ORGANIZATION

The State Department spokeswoman and spokesperson since April 2017, Heather Nauert will be the next US representative to the United Nations.

She succeeds Republican Nikki Halay who announced in October her decision to leave her post in New York at the end of the year. Former Fox & Friends presenter on Fox News, the president's favorite channel, this personality was already tipped in November by Donald Trump.

"She is excellent, she has been with us for a long time, she has been supporting us for a long time," he had justified then before the press.

Although she was promoted in March as Acting Undersecretary of Public Diplomacy and accompanying Mike Pompeo last month to Saudi Arabia for a sensitive mission after the assassination of journalist Jamal Khashoggi, this former journalist 48 years old has no real experience in government and diplomacy.

This nomination, if confirmed by the Republican majority upper house, contrasts sharply with previous appointments. From Madeleine Albright to John Negroponte, Richard Holbrooke to Susan Rice, US ambassadors to the UN have often been heavyweights in politics or diplomacy. As for Nikki Halay, she has a long political career behind her as governor of South Carolina, which has allowed her to quickly establish herself as a listened voice of American diplomacy. The one who supported a hard line, mainly against North Korea and Iran, during his tenure, was supported by the American president who had hailed his "incredible work".

A succession that promises to be difficult given the political scale of Nikki Haley who is among the most promising figures of the Republican Party. In addition, the latter had the rank of minister while Heather Nauert was not a member of the cabinet and would be placed under the hierarchical responsibility of the Secretary of State.

This "degradation" of the function also reflects a desire to diminish the importance of the role of the United States at the United Nations questioned by Washington for its inefficiency or mismanagement.

The United States has withdrawn from several United Nations entities, from Unesco to the Human Rights Committee, and has reduced some of its contributions, particularly to peacekeeping operations.

Jenny Chase for DayNewsWorld

US ARMY AGAINST CARAVAN OF MIGRANTS ?

Several hundred caravan migrants demonstrated near the border crossing with the United States, as US forces trained to repel a possible entry force.

There are some 4,500 migrants, most of them Hondurans, currently living in Tijuana, where shelters have reached saturation point and some makeshift encampments have begun to appear nearby.

As the procession of migrants is composed of families, men, women and children including Guatemala, then the Mexican riot police, have given up stopping them.

In addition, the Trump administration's political will to separate families at the border to discourage illegal immigration has been abandoned in the face of the reluctance of a majority of Americans. Here they are after more than 4000kms feet agglutinated at the border.

Strong tension at the border post with the United States.

Several hundred of these migrants demonstrated near the border decided to be able to apply for asylum.

Migrants, mostly men, but also women with young children, headed for El Chaparral Bridge, near the entry point to California, while US forces train for repel any entry in force.

The passage between the two countries was closed for fifteen minutes as the US military carried out a "large-scale exercise of operational speed" involving helicopters and several hundred soldiers and police officers, according to the US Customs and Protection Agency Borders. About 6,000 American soldiers are deployed on the border with Mexico ...

The Mexican asylum offered.

On the one hand, agents of the Beta group, which brings together government officials and volunteers from the Mexican government to assist migrants, try to reason with migrants, reminding them that it is necessary to register on a waiting list to file an asylum claim in the United States. Only the study of asylum application files can take more than one year.

The officer also reminds them of the benefits that migrants could gain by seeking asylum in Mexico. The Mexican government offers provisional residence permits, medical coverage, education for their children and work provided they file asylum applications in the southern states of Chiapas and Oaxaca. . While some of them have made claims to this effect - with a spectacular jump of 1,296 in 2013 to 14,596 in 2017 - according to the Mexican government, the majority prefer to seek asylum in the United States.

The threats of Donald Trump.

On the other side Donald Trump threatened again Thursday to close "the whole border", including trade. "If we come to a stage where we lose control or there is violence, we will temporarily close the entry into the country until the situation is under control again," said the president. I mean the whole border, Mexico will no longer be able to sell cars in the United States. "

He assured the passage have allowed the soldiers to use if necessary the lethal force at the border. At the beginning of the month, Donald Trump had suggested that the army could fire in case of aggression, before returning to his remarks the next day. "If necessary, they will use lethal force. I gave them my approval - I hope they will not have to, "Donald Trump told reporters from Palm Beach, Florida.

For the moment, American soldiers sent to the Mexican border on the orders of Donald Trump are content to lay barbed wire, concrete blocks and patrol by helicopter.

But in a note sent Tuesday to the Pentagon, the US president asked them to go further in case of violence with migrants.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

DARK FIRES IN CALIFORNIA

44 DEATHS

California is burning again and again. Forty-four people died in fires in northern and southern California. Nearly 80,000 hectares have been reduced to ashes, as have nearly 7,000 buildings.

The strong winds, both hot and dry, have risen, making it difficult to fight the flames

There are two main fires, Camp Fire in the North and Woolsey Fire in the South.

For the main fire called "Camp Fire" there have been 31 deaths since Thursday. On Sunday night, Butte County Sheriff Kory Honea said 228 people were missing. The fire destroyed more than 6700 homes and businesses in Paradise, a town of 26,000 inhabitants became a ghost town. According to the authorities it will take at least three weeks to completely control the flames in this area.

Eight hundred kilometers to the south is the "Woolsey Fire" raging on the heights of Malibu, near Los Angeles. More than 250,000 people have left the resort and other localities have also been evacuated to Los Angeles and Ventura counties.

The authorities warned that the spread of fires was faster than in the past. "Ten or 20 years ago you stayed in your homes when there was a fire and you were able to protect them," Ventura County Fire Chief Mark Lawrenson told the press. But today "the rate of spread is exponentially higher than it was. He continued. "This is not a new normality, this is a new abnormality. And this new abnormality will continue, probably in 10 to 15 or 20 years, " said the California governor, Jerry Brown, at a press conference Sunday.

Is global warming the cause of ever more violent fires?

In a century, the average temperature in the state of California has increased by three degrees, and every year the fire season extends for a day or two. "Unfortunately, the best science tells us that drought, heat, all these things will intensify," added Jerry Brown, referring to the reasons for the fires.

Donald Trump also denounced the "disastrous management" of California's forests. It has only revived the controversy over clearing and deforestation between environmentalists and the timber industry. Environmentalists suspect government plans to allow logging companies to use chainsaws in Californian forests, 60% of which are on public lands According to the Sacramento Bee newspaper, officials The electrical network indicated to the California authorities that a breakdown had occurred near where it started.

Governor Jerry Brown, who asked the Trump administration to declare a state of emergency in the devastated counties, simply said, " In a moment like this one must work together" , a- he recommended. The state of California is indeed ravaged by the most deadly fires since 1933.

In the face of this disaster, several stars, who have residences in California, posted photos and testimonials on social networks.

Miley Cyrus said she was "completely devastated by the fires that affect [her] community" . The 25-year-old singer says she is "one of the lucky people". "My animals and the love of my life came out alive and that's all that matters now," she wrote. "My house is no longer standing, but the memories I shared with my family and friends remain strong, and I'm thankful for what I have left," she says, sending "all her love and gratitude to firefighters and the services of the Los Angeles Sheriff ".

On Twitter, the singer Lady Gaga said "deeply in thought with all those who suffer from these terrible fires.

Like many of you, I'm sitting there wondering if my house will burn. All we can do is pray. She added.

Carl Delsey for DayNewsWorld

 

DEATHS IN FIRES

IN CALIFORNIA MALIBU THREAT

The new fire in northern California has killed and wounded, a senior official said Friday, but for the time being can not specify their number. "We know there have been injuries and we know there have been deaths and we are still trying to find out more," said Mark Ghilarducci of the Emergency Services Office. from the governor of California.

"It's my sad duty to confirm that we now have a total of nine dead," said the Butte County Sheriff Friday, Nov. 9.

The toll continues to mount in the Camp Fire fire in the city of Paradise, California, north of the capital Sacramento.

Five of these victims were found in or near their car, trapped by flames trying to escape, after the 26,000 residents of Paradise were ordered to evacuate.

The three forest fires resulted in the evacuation of tens of thousands of people in California. To the north, the city of Paradise is partly destroyed by the flames when, further south, the resort of Malibu is on alert.

Nearly 600 km further south, near Los Angeles, the city of Malibu is in fact on alert, because of another home that started Thursday about twenty kilometers north. Several celebrities, many to live in this opulent region, had to evacuate, like Kim Kardashian, the actress Alyssa Milano and the Mexican director Guillermo del Toro.

Donald Trump has been tough on California, which has just elected a Democratic governor. "There is no reason for these huge fires in California, deadly and expensive, except that the management of forests is so inadequate," tweeted Saturday the US president.

"Billions of dollars are donated every year, with so many lives lost, all because of severe forest mismanagement. Remedy now, otherwise there will be no more federal payments! " He added.

California has been particularly hard hit since the end of 2017 by numerous fires, made particularly violent by drought and weather conditions, which have killed more than a dozen people.

In September, the "Mendocino Complex" was under control after almost two months of struggle. It had ravaged nearly 190,000 ha, becoming the largest forest fire in the state's recent history.

In July and August, eight people, including three firefighters, were killed in the "Carr" fire in the Redding area. It destroyed 93,000 ha before it could be extinguished after six weeks of struggle.


The fires in California have become a real scourge for thirty years.
Involved seismic plates and climatic disturbance.
Carl Delsey for DayNewsWorld

 

REFERENCE OF JEFF SESSIONS MINISTER

OF JUSTICE OR THE END

FROM HUNTING TO WITCHES IN THE UNITED STATES


Only four hours after the midterms the President of the United States fired his Minister of Justice and suspended the accreditation of a CNN reporter.

At a live press conference on all major chains a clasht broke out with the CNN correspondent at the White House. The latter lost his accreditation on the spot.

Wednesday is the turn of Justice Minister Jeff Sessions to be sacked. "At your request, I submit my resignation" wrote Wednesday the Attorney General to the President.

Donald Trump takes his lead.

Far from a simple reshuffle, this dismissal seems like a dismissal. Jeff Sessions had been one of his faithful supporters since the summer of 2015, but became the pet peeve of the tenant of the White House. Motivation: he had recused himself in the Russian affair having failed to reveal contacts that he had had during the campaign with the Russian ambassador.

As a result, his deputy, Rod Rosenstein, inherited the file and, for reasons of transparency, appointed a special prosecutor, Robert Mueller, to resume the FBI investigation. Rod Rosenstein had instructed Mueller to investigate suspicions of collusion with Russia and "on any other issue that would be raised by the investigation".

It is Jeff Sessions' chief of staff, Matthew Whitaker, who will take over the position, the same one who criticized the prosecutor's investigation last August, saying it was "nearing the red line". "Investigating the finances of Donald Trump or his family is outside the scope of his mission," he wrote.

Donald Trump reiterated all the harm he thought of the investigation, denouncing an "unfair hoax [that costs] millions and millions of dollars [and] shame [to America] . " According to the American press, several of his relatives are in the viewfinder of the prosecutor Mueller, starting with his son Donald Trump Junior.

This announcement came the day after the Democrats' victory in the House of Representatives during the midterms, some of whom immediately called for the protection of the prosecutor.

Thanks to their new majority, the elected Democrats of the House will be able to call witnesses or ask for documents if Robert Mueller was prevented from doing so ...


Garett Skyport for DayNewsWorld

 

SHOOTING IN A BAR-DISCOHEQUE

OF CALIFORNIA AT LEAST 12 DEATHS

When the Thousand Oaks Borderline Bar and Grill was crowded, a man on Wednesday night, November 7, opened fire before being killed.

In this crowded nightclub of Thousand Oaks, a residential suburb of Los Angeles was a student party.

Twelve people were killed, a dozen people injured, according to the Sheriff of Ventura County, Geoff Dean.

A policeman is one of the victims.

He succumbed to his injuries at the hospital.

The alleged gunman died inside the facility, the police also said.

Hundreds of people were inside the Borderline Bar and Grill at 23:20 (local time), according to Ventura County Captain Garo Kuredjian.

We do not yet know the identity of the shooter and his motives.

Several witnesses described a "man in black coat", "bearded" and holding a large caliber handgun.

Every four days in the United States a shooting causing deaths .
Paul Emison for DayNewsWorld

 

AFTER MID-MANDATE ELECTIONS

AMERICA ALWAYS FRACTURED

On Nov. 6, millions of deeply divided Americans between pro and anti-Trump voted for what was the first election test of the US president since being elected in 2016. The result:

the House of Representatives was taken over by the Democrats while the Senate remains well Republican. The "blue wave" anti-Trump a time announced did not happen.

Donald Trump, thinking he was going out of this election, said "a huge success" with the Republicans retaining the Senate while the Democrats won, gaining a majority in the House of Representatives. Democrats have won about thirty seats in the House of Representatives and should get 229 against 206 Republicans, according to the latest estimates. In the Senate, the Republican majority is expected to rise from 51 to 53 seats out of 100.

The American president will now cohabit with the Democratic Party A US-style cohabitation between Democrats and Republicans that reflects the balance of power that is called "checks and balances" in the United States.

After the mid-term elections, Donald Trump largely loses the leverage of power over domestic politics. Indeed, the Democrat-led House of Representatives has not only a subpoena power but also the ability to block its legislative agenda.

Republican politicians will find it difficult to propose new laws to their executive over the next two years. Several key measures of Donald Trump 's program risk being blocked at the legislative level such as the repeal of the Obamacare law, the reduction of budgets for social programs or the construction of a wall on the border with Mexico.

Donald Trump, however, enjoying a power of veto, he will always be able to sign presidential decrees.

With a majority maintained and consolidated in the Senate, Donald Trump will continue to appoint conservative judges and other officials in the administration. The Senate will also be able to block any legislation adopted by the Democratic representatives, thus avoiding the president to use his veto power.

Given the strengthening of Republicans in the Senate, there is no "impeachment" procedure really possible.

The tenant of the White House also retains his power to conduct foreign policy, marked by unilateralism and economic nationalism.

Democrats and Republicans are no longer in agreement on anything: two visions of the world are clashing following divisions maintained and exacerbated by Donald Trump himself.

Despite this, during his press conference on Wednesday, US President Donald Trump assured that he was ready to work with the Democrats but provided they give up their plans to investigate his presidency and finances.

One way to face "less paralysis." "The Democrats will come to us with a plan on infrastructure, on health, on what they want.

And we will negotiate, "he said. But he did not fail to mention the threats of parliamentary inquiries promised by the new masters of the House, especially to obtain the Billionaire 's tax forms, and warned: "We can not do both simultaneously. Can we do both? No. If they do that, they will not do the rest. "

But let us emphasize that the mid-term elections in the United States allowed the victories of several candidates from the diversity, in both houses of Congress, as at the head of American States.

From Alexandria Ocasio-Cortez, the youngest elected in Congressional history, to Jared Polis, the first homosexual governor of a US state to Sharice Davids first Native American, Rashida Tlaib and Ilhan Omar Democratic candidates became the first women to confess Muslim to be elected to the US Congress

This election only serves to paint the picture of an increasingly fractured society.

Also Donald Trump can now focus largely on his campaign for re-election in 2020 by mobilizing his base on cleavant issues and taking control of the Republican party.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

URBAN AMERICA OR REFEREMDUM

ON DONALD TRUMP

Midterms are important elections in the United States, even though they often involve few voters. It is a question of renewing the two chambers of the Congress which passes the laws. These elections occur halfway through the four-year term of the president and therefore affect the end of his term in case of defeat of his camp.

Historically, the ruling party has rarely won the mid-term elections. George W. Bush, in 2002, was recently an exception, after the attacks of 9/11.

But unlike previous presidents, the Republican president can count on a steady popularity curve around 42% of satisfied Americans.

It has a popularity rate between 37 and 43% and an unpopularity rate between 51 and 57%, according to data from the site Five Thirty Eight, which aggregates the results of all surveys.

Why such constancy in the popularity and unpopularity of Donald Trump two years after the election of the billionaire at the head of the United States? US political life is polarized in two like the polarization of the debate in recent days between Donald Trump and Barack Obama clashing with campaign meetings interposed.

On the eve of these elections which will determine the majority in Congress until 2020,

The Obama Democrats defending his reformed health system but also betting on Donald Trump's rejection as a liar and catalyst for the racist and anti-Semitic violence that has plunged the country. He can count on the voices of peri-urban voters and moderate Republicans who are disappointed.

The Republican Donald Trump posing as the guarantor of the good economic health of the United States and as the bulwark against illegal immigration and migrants from Central America who are currently crossing Mexico to the US border.

Two irreconcilable visions of society. Two political tendencies confronting each other head-on, with voters increasingly encapsulating their respective positions.

Another peculiarity of this constant popularity of Donald Trump among the Republicans is, according to the analysis of the specialist Jean-Eric Branaa, the level of commitment of his electoral base mobilized by his account of economic and diplomatic success, and of persecution by media elites.

With such a strategy of bipolarization of public opinion, did not Republicans like Democrats take the risk to deprive themselves of the moderate electorate?

Electors already mobilized do not need to be remobilized while the small core of undecided can rock on one side or another.

But Tuesday, November 6, the 435 seats in the House of Representatives will be renewed for two years and 35 of the 100 seats in the Senate will be renewed for six years. House and Senate are currently Republican-majority. Thirty-six of the 50 state governors will also be elected.

But today, if the Democrats should recover the House of Representatives, Donald Trump can still hope to retain the Senate.

As for the Democrats, they need a new charismatic Democratic figure that can rally their voters in 2020, date of the next presidential election.


Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

CESAR SAYOC SUSPECTED TO HAVE PACKED

PARCELS  WITH BOMBS

The FBI only took a few days to arrest the man suspected of sending several packages to Donald Trump's political opponents.

The suspect arrested in the case of the thirteen parcels sent to democrats is a 56-year-old man, clearly displaying in his past his anti-Semitism, his racism, his homophobia.

He is also a pro-Trump enthusiast

The suspect, also known as Cesar Altieri, was born on March 17, 1962. He has a criminal record in Florida, where he lives in the city of Aventura, north of Miami.

He is a well-muscled man with a black tank top, short hair and a fine ponytail.

In a white van that allegedly owned photos of Donald Trump and his Vice President Mike Pence, alongside faces covered with a red target, Democrat Hillary Clinton and former Democratic President Barack Obama are lining the Windows.

A sticker also attacks CNN, a channel regularly criticized by Donald Trump. "CNN sucks" ("CNN is void"), proclaims this sticker.

On a photo that Cesar Sayoc had posted on his Facebook account, he wore a red cap marked with Donald Trump's slogan "Make America Great Again".

In tweets often disjointed and misspelled, the man called in recent days to vote Republican November 6 during the midterms.

Carl Delsey for DayNewsWorld

 

USA SHOTTING IN A SYNAGOGUE

AT PITTSBURGH AT LEAST EIGHT DEAD


At least eight people were killed Saturday in a shootout near a synagogue in Pittsburgh, Pennsylvania, US media reported

Devotees were gathered for a service in the Tree of Life synagogue.

"It seems like there are several victims," Donald Trump told reporters on Twitter, calling on the population to stay safe.

"Stay on your guard against the shooter," he warned.

"There are many casualties," local police chief Jason Lando told the Pittsburgh police.

After firing shots with the police, the shooter finally surrendered and is currently being held by the police.

The suspect is in custody.

Boby Dean for DayNewsWorld

 

THREAT OF CLOSURE OF THE FRONTIER

WITH MEXICO BY DONALD TRUMP

Donald Trump threatens to close the border with Mexico because of immigration. Indeed, the US president has thrown the threat on Twitter Thursday as thousands of migrants are trying to win the United States.

The US president threatened Thursday to close the border between the United States and Mexico, while thousands of migrants are currently crossing Central America on foot in hopes of reaching the United States.

Illegal immigration qualifies as an assault

Donald Trump did not hesitate to describe Mexican immigration as an "assault" . "I must, in the strongest terms, ask Mexico to stop this assault - and if it is not able to do so I will call the US military and CLOSE OUR SOUTH FRONTIER! .." he wrote on Twitter.

The White House tenant is just picking up one of his main themes from his 2016 victorious presidential campaign, just three weeks away from crucial parliamentary elections for the continuation of his tenure.

Primarily concerned migrants from Central America. They leave home wanting to escape the insecurity and poverty of their country in the hope of joining the United States. For example, Honduras: According to Oxfam International, 74% of the Honduran population live below the poverty line.

Threats of retaliation for neighboring countries.

Donald Trump also renewed his threats to cut financial aid to the Central American countries concerned. Migrants from Honduras, for example, crossed through El Salvador and Guatemala. "The assault on our country on our southern border, including the criminal elements and the DRUGS that are flowing, are much more important to me, as president, than trade," he said in a second message.

Border countries have been warned by Donald Trump. Indeed, if they allow migrants to cross their borders to reach US soil, there will be financial retaliation measures.

"We have today informed Honduras, Guatemala and El Salvador that if they allow their citizens, or others, to cross their borders to the United States, with the intention of illegally entering our country, all the funding paid to them will be STOPPED " warned the tenant of the White House in a tweet.

He also said that "anyone entering the United States illegally will be arrested and imprisoned, before being sent back to his country"

A possible agreement with Mexico.

During the 2016 presidential campaign, the Republican candidate had given a whole list of promises to fight against illegal immigration, including the construction of a "big wall" financed by Mexico "100%" . But this crazy idea will not come true. It remains to agree with Mexico on the fight against illegal immigration.

Donald Trump also targeted the members of the Democratic Party, who he said wanted to "open the borders" and on which he rejected the responsibility of "weak laws" .

" I watch the Democratic Party storm our country through Guatemala, Honduras and El Salvador, whose leaders are doing nothing to stop this large influx of people, INCLUDING SEVERAL CRIMINALS."

A human caravan from Honduras.

A caravan made up of men, women and children tries to flee Honduras, one of the most violent countries in the world. Trump assures that everything is ready to "stop the assault".

About 3,000 Hondurans on Monday march their way through Mexico to the United States, defying US President Donald Trump, who assured that everything was ready to "stop the assault" of these migrants.

The march to the United States began a week earlier in San Pedro Sula, northern Honduras, after a call on social networks relayed by a former Honduran deputy.

Honduras is considered one of the most violent countries in the world, with an annual rate of 43 homicides per 100,000 inhabitants. As in Guatemala and El Salvador, gangs are terrorizing the country, where 68 percent of the nine million people live below the poverty line.

More than 500,000 people illegally cross the southern border of Mexico each year and then attempt to return to the United States, according to UN figures.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

DONALD TRUMP WANTS TRUTH ON KHAHOGGI FILE

Out of question for Donald Trump not to react on the case of the disappeared journalist. Not only did the White House tenant talk to King Salmanemais, he sent his Secretary of State Mike Pompeo to Saudi Arabia.

Donald Trump announced in a tweet on Monday that he spoke with King Salman of Saudi Arabia who told him "to ignore" the fate of the missing Saudi journalist, Jamal Khashoggi.

The US President also announced that he was sending his Secretary of State Mike Pompeo to Saudi Arabia to speak directly with King Salman. "I just spoke to the King of Saudi Arabia who says he does not know what happened to our Saudi citizen ," Donald Trump said in his tweet. "I immediately send our secretary of state to meet the king," he added.

Saudi Arabia categorically denies any involvement in the disappearance of the dissident Saudi journalist who collaborated with the Washington Post and went into exile in the United States in 2017.

Jamal Khashoggi has not been seen since he went to the Saudi consulate in Istanbul on October 2 for an administrative procedure. According to Turkish officials, Jamal Khashoggi was allegedly assassinated by Saudi agents.

The US president, an ally of Saudi Arabia, for the first time during the weekend estimated possible Ryad involvement in his disappearance and threatened the Wahhabi kingdom with "severe punishment." He also said he was pessimistic about his fate. "In the current state of things, it seems that maybe we will not see him again, and it's very sad," he said.

King Salman told President Trump during their conversation that the Saudis "worked closely with Turkey to find an answer," according to the US president's tweet. The Turkish authorities are due to search the Saudi consulate in Istanbul on Monday, two weeks after the disappearance of Jamal Khashoggi.

But for what answer?






Jenny Chase pour DayNewsWorld

 

HURRICANE MICHAEL DEVASTA FLORIDA

The hurricane is expected to cause dangerous floods, especially coastal floods, to discharge very heavy rainfall. The authorities have warned of rising sea levels that could reach nearly four meters in some places.

"It's time to get ready now. This storm is dangerous and if you do not follow the official warnings, this storm could kill you, " said Rick Scott, Republican governor of Florida.

The US President on Tuesday approved the state of emergency declared the day before in 35 counties of Florida by the governor Scott, which makes it possible to release additional material means, as well as federal funds in order to face the consequences of the hurricane . 2,500 soldiers of the National Guard are mobilized.

On Monday, Michael hit the western tip of the island of Cuba causing flooding after provoking off the coast of Honduras over the weekend the death of a dozen people in Central America.

Florida faces this Thursday, October 11, "the most powerful storm in over a hundred years" The eye of the powerful hurricane Michael reached the southern state of the United States, with winds strengthened at 250 km / h, a indicated the National Hurricane Center (NHC). Governor Rick Scott fears that the hurricane is "deadly" . It is "potentially catastrophic," warned US meteorologists.

According to the US Agency, hurricane Michael, ranked in category 4 out of 5, made landfall near the Mexico City city, on the Gulf of Mexico "continuing to intensify".

Tallahassee, the capital of Florida, has become a ghost town.

While some 375,000 people in more than 20 counties in Florida were either ordered or evicted, the authorities said it was now too late to get off the coast.

Boby Dean for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

NIKKI HALLEY, L'ATOUT FEMININ DE TRUMP,

AMBASSADRICE DES ETATS-UNIS A L'ONU DEMISSIONNE

L'ambitieuse ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, première femme dans le gouvernement de Donald Trump, a annoncé sa démission, à la surprise générale.« Elle m'a dit il y a environ six mois qu'elle souhaitait prendre une pause », a justifié mardi le milliardaire républicain, louant le « travail fantastique » de son « amie », présente à ses côtés dans le Bureau ovale. « Elle a été très spéciale pour moi », a-t-il insisté.

Un revers politique créé par le départ de cette personnalité populaire à moins d'un mois de législatives ?

La démission ne sera effective qu' à la fin de l'année .

C'est surtout l'ONU qui a été secouée par la démission surprise de Nikki Haley dans la mesure où en

dix-huit mois, l’ambassadrice des Etats-Unis avait réussi à maintenir le dialogue entre l’organisation et Washington. Avec le secrétaire général Antonio Guterres, qui commençait son mandat au même moment, elle avait su nouer également une relation personnelle permettant une « l’excellente coopération » entre eux , selon les propres propos de ce dernier.

On se souvient pourtant du dédain affiché de Donald Trump à l'égard de cette organisation :« un club où les gens se réunissent, parlent et passent du bon temps », avait-il lancé.

A son arrivée en janvier 2017, Nikki Haley avait fait forte impression, promettant de « prendre les noms » des Etats membres récalcitrant à suivre les directives de Washington et d’engager des mesures de rétorsion notamment financières.

Cette ancienne gouverneure de Caroline du Sud, née en Caroline du Sud au sein d’une famille originaire du Pendjab, en Inde, au verbe tranchant, perchée sur de hauts talons et vêtue de tailleurs colorés, avait piqué la curiosité des membres de l'ONU qui virent ensuite en elle « un animal politique », aux qualités « pragmatiques en privé, sa capacité d’écoute et sa volonté de réformer l’ONU ».

Dès sa nomination, Nikki Haley a su en effet se dégager une marge de manœuvre politique face à l’omniprésence de Donald Trump sur les sujets internationaux, n’hésitant pas à rendre publics ses désaccords avec le président. « Je ne suis pas d’accord avec lui sur tout », a-t-elle écrit dans une tribune publiée dans le Washington Post, au début du mois de septembre.

L’ancienne gouverneure de Caroline du Sud s’est notamment distinguée en portant une ligne dure notamment contre la Corée du Nord et l’Iran, les deux principaux dossiers de politique étrangère de ce gouvernement. Elle a également défendu une position pro-israélienne devant les Nations unies, s' impliquant dans le dossier du transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem.

Aux Etats-Unis bloquer de plus, ces derniers mois, des résolutions condamnant la politique israélienne vis-à-vis des territoires palestiniens.

Nikki Haley n'a pas réussi cependant à emporter l'adhésion de ses pairs concernant la décision de Donald Trump de reconnaître fin 2017 Jérusalem comme la capitale d'Israël. Elle s'est aussi mis à dos les plus proches alliés européens des Etats-Unis, Paris et Londres, lors du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015, qu'elle a soutenu bec et ongles.

En outre,depuis la nomination de Mike Pompeo à la tête du département d’Etat un responsable politique très proche de Donald Trump, Nikki Haley apparaissait davantage en retrait. Il était temps pour elle « tourner la page » selon ses propres dires.

A 46 ans, Nikki Haley affirme tranquillement que« ce fut l’honneur d’une vie » de servir en tant qu’ambassadrice, a déclaré Nikki Haley depuis le bureau ovale de la Maison blanche, où elle s’est entretenue avec Donald Trump, devant plusieurs journalistes. « Non, je ne serai pas candidate en 2020 » a-t-elle ajouté, démentant toute ambition à se présenter aux prochaines élections présidentielles.

Elle a déclaré vouloir soutenir la campagne de Donald Trump pour sa réélection.

Une nomination de sa fille Ivanka au poste d'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU ? Ce « serait de la dynamite », a estimé mardi Donald Trump qui était interrogé sur les rumeurs qui la voient succéder à Nikki Haley. Au risque d'être accusé de népotisme.

Il a également évoqué le nom de Dina Powell, ancienne responsable du Conseil de sécurité national de la présidence américaine, « une personne à laquelle je réfléchirais ».

Garett Skyport  pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LE JUGE KAVANAUGH A LA COUR SUPREME

UNE VICTOIRE POUR DONALD TRUMP

Le Sénat américain a approuvé ce samedi la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême, offrant à Donald Trump, après trois semaines de tourmente politique, une nouvelle victoire qui devrait satisfaire son électorat conservateur à un mois, jour pour jour, des élections parlementaires.

« J'applaudis et je félicite le Sénat pour la confirmation de notre formidable candidat », a salué sur Twitter le président américain, qui a défendu bec et ongles Brett Kavanaugh. Donald Trump a ajouté qu'il signerait « au plus tard aujourd'hui l'acte de nomination et il prêtera serment officiellement. Très palpitant! ».

Avec ce vote à une très courte majorité (50-48), les sénateurs ont mis un terme à un processus de confirmation difficile, marqué par des accusations d'agression sexuelle remontant à la jeunesse du magistrat.

Celle notamment de Christine Blasey Ford, une professeure de psychologie de 51 ans. Elle a raconté devant tout le pays, jeudi 27 septembre, comment un adolescent ivre, Brett Kavanaugh, l'aurait agressée il y a 36 ans, lorsqu'elle avait 15 ans. Elle a affirmé, sûre d'elle « à 100% », qu'avec Mark Judge, il l'avait isolée dans une chambre, avant de la plaquer sur un lit et de tenter de la déshabiller. Profitant de leur ébriété elle serait parvenue à fuir. Et de résumer: « Je croyais qu'il allait me violer » lors d'une soirée improvisée de l'été 1982 dans la banlieue de Washington.

En colère, le magistrat avait alors clamé son innocence se disant victime d'une campagne de dénigrement orchestrée par l'extrême gauche.

Malgré le climat passionnel dans lequel s'est déroulé le vote, Brett Kavanaugh a obtenu le poste avec le soutien inconditionnel du président et celui des Républicains.

Le juge Kavanaugh va rejoindre la plus haute juridiction des Etats-Unis, qui vérifie la constitutionnalité des lois et arbitre les conflits les plus épineux de la société américaine (droit à l'avortement, peine de mort, encadrement des armes à feu, mariage homosexuel, protection de l'environnement...)

L'arrivée de ce fervent défenseur des valeurs conservatrices met les juges progressistes - quatre sur neuf - minoritaire pour de nombreuses années.

Un revers pour les démocrates et défenseurs des droits civiques.

Jenny Chase pour DayNewsWorld

 

WHEN DONALD TRUMP RIDICULATES THE  ACCUSATORY OF HIS CANDIDATE TO

THE SUPREME COURT

Usa President Donald Trump openly mocked the woman who accuses her Supreme Court sexual assault candidate on Tuesday evening, 2 October. He was ironic, on the lack of precision of his testimony due to the absorption of a beer.

"I had a beer, I had a beer ..." , he said during a campaign rally in Mississippi. He then went to heart to mime the testimony of Christine Blasey Ford before the Senate about facts dating back to the early 1980s.

"How did you get home? I do not remember. How did you go there? I do not remember.

How many years ago?

I do not know, I do not know, I do not know. In which neighborhood did it happen?

I do not know. Where is the house ?

I do not know. On the first floor, on the ground floor, where?

I do not know.

But I had a beer, that's the only thing I remember. Added the US president. But the 51-year-old academic said he was "100% sure" of being assaulted in his youth by Brett Kavanaugh. And to conclude with a thunder of applause:

"And the life of a man is in tatters, the life of a man was broken . " This followed a rant against the elected Democrats, whom he accused of obstruction.

It must be kept in mind that behind these hearings and meetings is Republican Brett Kavanaugh's life-long post at the United States Supreme Court where Republicans currently hold a narrow majority with only 51 seats out of 100.

It is a race against the clock that is also played for the tenant of the White House who wants the Senate to vote for his candidate before midterms mid-October.

But among the Republican senators three of them have expressed doubts about the proposed candidate but accused of "sexual assault", while the US president was forced to order the FBI Friday to "conduct a further investigation On Brett Kavanaugh, the day after his accuser's hearing in the Senate.

When will the Senate vote for this position at the Supreme Court, arbitrator of the most delicate social issues?

For what issue ?

Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

THE APPOINTMENT OF BRETT KAVANAUGH

AT THE SUPREME COURT IN A PASSIONAL CLIMATE

On November 6, the Americans will vote in mid-term elections to renew the full membership of the House of Representatives (435 seats) and some senators (35 seats out of 100). , some governors and elected officials in local assemblies, state by state. A judge must be appointed to the Supreme Court, which adjudicates the toughest issues of society, such as the right to abortion or the regulation of firearms. His decisions have a real weight in the United States.

Republican Brett Kavanaugh is the judge chosen by Donald Trump to sit on the Supreme Court, and the latter has publicly supported him and continues to support him "His testimony was powerful, honest and captivating," he tweeted. calling on the Senate to move quickly to the vote.

If the Senate validates the appointment of Brett Kavanaugh, Donald Trump would be assured of holding a majority in this instance. The arrival of Judge Kavanaugh in this American institution would indeed place the moderate or progressive judges in the minority in this institution which has 9 judges.

If Judge Kavanaugh is not appointed by the Senate to the Supreme Court before the November elections, in case of defeat and loss of majority in the Senate, he would be appointed a Democrat who could tip the highest US court , so far right.

That's why the nomination of Republican Brett Kavanaugh is a crucial issue for Donald Trump and his side.

But here is Brett Kavanaugh accused of sexual abuse by three women (and even "gang rapes" by Julie Swetnick, a federal official).

Christine Blasey Ford, a 51-year-old psychology professor, told the nation on Thursday, Sept. 27, how a drunken teenager, Brett Kavanaugh, allegedly assaulted her 36 years ago when she was 15 years old. She said, sure of herself "100%", that with Mark Judge, he had isolated her in a room, before putting her on a bed and trying to undress her. Taking advantage of their drunkenness she managed to escape. And to summarize: "I thought he was going to rape me" at an improvised party in the summer of 1982 in the suburbs of Washington.

After her, Brett Kavanaugh, who is sitting in front of the US Senate Judiciary Committee, denied the facts en bloc and claimed his innocence.

Judge Kavanaugh seemed two weeks ago still on track to get the green light from the Senate to join the Supreme Court. But her conservative image, a good family man, was severely damaged by the testimony of Mrs. Blasey Ford and two other women emerging from the shadows in the process.

Especially as the United States is aware of the damage inflicted on women by sexual violence with the #Metoo movement. Democrats say confirming Brett Kavanaugh's appointment would be an outrage to women. Monday, September 24, moreover, women wearing black T-shirts crossed creeds "vote no" or "believe women" had organized demonstrations in front of several senators' offices to ask them not to confirm the nomination of Donald Trump's candidate .

The White House tenant has given the accused judge his unconditional support for accusations against Brett Kavanaugh in light of his own experience.

The charges of sexual assault against Brett Kavanaugh, the judge chosen by Donald Trump to sit on the Supreme Court, are "a scam mounted by the Democrats," said the US president.

While refusing to "fall into a trap" by treating the three accusers as liars, he admits that his "personal experience has an impact on [his] judgment. I was accused by four or five women who received a lot of money to mount false accusations against me, he said.

But the American Bar Association (ABA), the organization's main organization, has called for a postponement of the vote pending an FBI investigation, arguing that an appointment to the Supreme Court "is just too important to rush to a vote.

"Deciding to go ahead without conducting a follow-up investigation would not only have a lasting impact on the reputation of the Senate, but would also affect the great confidence Americans must have in the Supreme Court," according to a letter from the President of the Senate. the ABA to the main members of the commission broadcast by the American media.

Several senators expressed their indecision in this case after Thursday's hearings. Some of the press also thought it was premature to hold a vote on Friday.

A few weeks away from the mid-term elections do the Democrats want to turn the midterms into an anti-Trump referendum?


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

TRADE CONFLICT UNITED STATES / CHINA

TAKES A POLITICAL TURNING

Tension continues to rise between Washington and Beijing.

In question the commercial conflict between the two economic giants.

This conflict was further aggravated on Monday with the entry into force of additional tariffs of 10% on Chinese goods representing 200 billion annual imports.

China retaliated with new tariffs on US goods worth $ 60 billion.

And as the trade war unleashed by Donald Trump escalates, the conflict is becoming more and more political.

On Wednesday, in the very solemn setting of the United Nations Security Council, the US president accused Beijing of trying to "interfere" in the mid-term US elections in November.

According to the US president, Beijing does not want a victory of the Republican camp, because the US administration in place defies Beijing in the field of trade . "They do not want me to win, or we win, because I am the first president to challenge China on trade, " he said.

The US president calls for greater opening of the Chinese market to the made in USA.

Donald Trump assured that there was "plenty of evidence" of this Chinese attempt to destabilize elections but without going into details. Later, on Twitter, he mentions a four-page supplement of China's state-run China Daily newspaper, inserted in the Iowa Daily's Des Moines Register.

An agricultural state, whose population is representative of the electoral base of Donald Trump, key for the next election. This state has suffered retaliation from Beijing to the tariff increases imposed by Washington.

The passage of the China Daily points to the fact that the trade war launched by Trump will penalize American soybean producers, who will have more trouble exporting ...

During this meeting, Chinese Foreign Minister Wang Yi reacted strongly to this accusation:

China has always respected the principle of non-interference in the internal affairs of a country. "We reject the accusations against China and ask other countries to respect the UN Charter and not to interfere in our internal affairs. "

The White House tenant is aware that his personal relationship with Chinese President Xi Jinping could be felt!

"He may not be my friend anymore ," he said.

Jenny Chase for DayNewsWorld

 

A LETTER FROM KIM JONG-ONE

FOR A SECOND SUMMIT WITH DONALD TRUMP

Echanges good processes? In a letter, Kim Jong-un proposed a second summit to Donald Trump, as announced by the White House. Letter that it describes as "very warm", "very positive" and in which the North Korean president wants "a new meeting" with the President of the United States. This could take place by the end of the year, says one American side.

"The main purpose of the letter was to organize a new meeting with the president. We are open to it and we have already begun to co- ordinate " for such a summit, said US presidential spokeswoman Sarah Sanders without giving more details about the timing and possible venue.

According to Sarah Sanders, "this letter is a new proof of progress in the relationship" between the two enemy countries. She also hailed and felt that and the military parade without intercontinental missiles, Sunday in Pyongyang, marks "progress" on the denuclearization of North Korea and "a pledge of good faith". "At the end of the day, it will always be better if the two leaders meet. Mostly on the North Korean side, most decisions will have to go through Kim Jong-un, " said Sarah Sanders.

Yet Donald Trump had canceled in late August a trip to Pyongyang US Secretary of State Mike Pompeo because of insufficient progress on denuclearization. This is why part of the American administration remains more circumspect and less open to a "gangster" meeting ...

"President Trump can not take the door he has opened for North Koreans. They are the ones who must take steps to denuclearize their country, " said John Bolton, a White House national security adviser to a journalist who pointed out the stalemate in the negotiations on nuclear disarmament. North Korea. "We are still waiting for them," he added. According to him, "the possibility of another summit between the two presidents exists, of course" .

The United States is waiting for the North Korean regime to turn its word to denuclearization, warned President Donald Trump's national security adviser on Monday. And not sure that the North Korean regime has an interest in a "complete denuclearization of the peninsula".

Britney Delsey for DayNewsWorld

 

EXCESSIVE EVACUATION

FACING HURRICANE FLORENCE

The United States is preparing for hurricane Florence, which is getting stronger. On Monday night, President Donald Trump wrote on Twitter that the hurricane was "very dangerous" calling on all residents of the East Coast to "take the necessary precautions . "

Indeed hurricane Florence, likely to be the most important to hit the United States s "for decades" , was high Monday from the existing category 4 to 5.

The governor of South Carolina to order the evacuation of a million people.

This is to remove people living on the coast of this state of the southeastern United States in the approach of hurricane Florence Category 4.

"It's a very dangerous hurricane , " said Governor Henry McMaster. "We do not want to risk any life," he said.

"It is expected that Florence will further strengthen and that it is until Thursday a major hurricane extremely dangerous," said the NHC, calling on the US states of the southeastern and central Atlantic Coastline to closely monitor its trajectory

After North Carolina and South Carolina, the state of Virginia has, in turn, declared a state of emergency over the weekend. In North Carolina evacuations have been ordered for residents of Hatteras Island and for other areas of the Outer Banks coastal tourist region.

The hurricane moves at a speed of 20 km / h in a northwesterly direction to pass Tuesday and Wednesday between the Bahamas and Bermuda. It will then normally move to the US coast to reach Thursday. .

The state of Virginia has also asked its people to prepare for the arrival of this hurricane.

"The majority of the weather forecasts point to significant potential impacts for Virginia, in the form of storm surges, catastrophic inland floods, high winds, and potential large scale power outages , " warned. Sunday the Governor of Virginia, Ralph Northam, in a statement.

The US Navy ordered ships from its Hampton Roads, Virginia base to go out at sea as a precautionary measure.

Boby Dean for DayNewsWorld

 

MELANIA TRUMP SUPPORTS HER HUSBAND

We know that Melania Trump is not a fan of com '.

But faced with the gravity of the situation Mélania testified Thursday this support for her husband in full turmoil.

She accused the anonymous author of a tribune targeting her husband to "sabotage the country" .

The First Lady on Thursday accused an unnamed senior official, author of a New York Times anti-Trump tribune, of "sabotaging" the country.

"To the author of this tribune: you do not protect this country, you sabotage it by your cowardly acts , " wrote Melania Trump, whose political and public interventions are rare.

CNN broadcast the message.

"Unidentified sources have become the majority in today's news," regretted the First Lady.

She added that the author of the anonymous platform, which denounces the erratic and disturbing behavior of Donald Trump in the White House, was to make itself known.

The publication of this forum Wednesday launched a game of riddles among Americans and a "traitor hunt" at the White House to find out who could be the author.

Alize Marion for DayNewsWorld

 

THE NEW YORK TIMES DENIAL INCEN TRIBUNE ENRICHES DONALD TRUMP'S ANGER

In a text published by the New York Times on Wednesday, a senior Trump administration official explains how he is trying to fight from the inside against the "worst inclinations" of the US president ...

The controversial publication of this testimony comes the day after the publication of excerpts from an explosive book by investigative journalist Bob Woodward, portraying an angry and paranoid president.

The book Fear: Trump in the White House , released September 11, portrays a real hell in the White House. Bob Woodward, one of Watergate's reporters, also ruthlessly observed half a dozen presidents.

In the anonymous NYT tribune Donald Trump is described as "petty", "impetuous" and "inefficient", "amoral" brief "a pupil of CM2" !

This anonymous and explosive tribune comes from inside the White House, it would have been written by a "resistant" within its own administration. "I'm part of the resistance within the Trump administration , " says the author saying it is not for him to support the democrats, but to protect his country against the behavior of its 45th president .

"We think that we have first of all a duty towards our country and that the president continues to act in a way harmful to the good health of our republic", writes the anonymous manager. "This is why we are committed to doing what we can to preserve our democratic institutions while counteracting Trump's most unfortunate impulses until he leaves office," he added . there.

"A quasi-conspiracy of great state clerks" devoted entirely to the control of a president deemed unworthy of the functions he holds? "There is a silent resistance within the administration, gathering people who have chosen to privilege first their country," says the anonymous signatory, which is reassuring: "The Americans must know that there is still adults on board. "

Furious at this "silent resistance," the US president spoke in a pithy tweet of "TRASH" and called on the newspaper to denounce "immediately" this "coward" in the name of national security. But the US economic machine operates with 4.2% growth in the 2nd quarter.

To be continued...........

Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

There are no translations available.

FUNERAILLES NATIONALES

DE JOHN MCCAIN HEROS AMERICAIN

« L’Amérique de John McCain n’a pas besoin de retrouver sa grandeur car l’Amérique est toujours grande », a lancé Meghan McCain en référence au slogan trumpien « Make America Great Again »

Retransmissions en direct sur les chaînes nationales, hommages sur les réseaux sociaux... Le temps s'est comme arrêté ce samedi aux Etats-Unis, où se déroulent les funérailles nationales de John McCain. Des funérailles auxquelles assiste l’ensemble de la classe politique américaine, gauche comme droite confondu, à l’exception de Donald Trump, prié par le sénateur défunt de ne pas venir.

Cette cérémonie constitue le point d’orgue d’une semaine d’hommages au « héros américain », connu pour son anticonformisme et pour sa capacité à transgresser les lignes politiques . Sur le chemin de la cathédrale, le cortège funèbre a fait halte brièvement au Monument aux anciens combattants du Vietnam, où sa veuve, Cindy McCain, a déposé une gerbe à la mémoire des soldats tombés durant la guerre.

L'élu de l'Arizona, qui avait préparé son propre enterrement depuis un an, a vu la nation entière s'incliner devant son cercueil, les éloges et les hommages se succéder, comme pour mieux souligner l'affection et le respect devant le bilan d'une vie.

Les obsèques célébrées samedi dans la cathédrale nationale de Washington ont réuni toutes les élites politiques du pays, y compris des membres éminents de l'actuelle Administration .

Trois présidents et leurs épouses occupaient les premiers rangs - Barack et Michelle Obama, George et Laura Bush, Bill et Hillary Clinton - et autant de vice-présidents - Dick Cheney, Al Gore et Joe Biden.

Invité à ouvrir la série d'éloges funèbres, l'ancien sénateur Joe Lieberman, un ami intime, a évoqué «un homme honnête, juste et civilisé, qui n'a jamais prononcé un mot sectaire envers quiconque». George W. Bush a salué le «code moral» de John McCain, sa conception «d'une dignité qui ne s'arrête pas aux frontières» et son combat «jusqu'au bout contre des politiques et des pratiques qu'il jugeait indignes de ce pays.»

De Barack Obama à George W. Bush, en passant par sa fille Meghan, les hommages au défunt sénateur républicain ont rappelé ce qu'était l’Amérique de Donald Trump.

Atteint par un mal qu’il savait incurable, le sénateur républicain de l’Arizona, décédé le 25 août, candidat malheureux à l’investiture républicaine de 2000, puis à l’élection présidentielle de 2008, avait souhaité que ce soit ses adversaires d’alors, George W. Bush et Barack Obama, qui se chargent d’un hommage. Il souhaitait ainsi transcender les partis politiques et rappeler les Etats-Unis à leurs valeurs, loin des divisions attisées par Donald Trump à qui ce vétéran de la guerre du Vietnam avait fait comprendre qu'il ne serait pas le bienvenu dans la cathédrale de Washington, samedi 1er septembre.

La cérémonie de samedi s’est transformée en défense vibrante de « l’Amérique de John McCain » qui, selon la fille du disparu, Meghan McCain, « n’a pas besoin d’être grande à nouveau », le slogan de campagne du locataire de la Maison Blanche, « parce qu’elle l’a toujours été ». Une tirade accueillie par des applaudissements, rares en pareille circonstance.

« Nous sommes réunis ici pour pleurer la grandeur de l’Amérique, pas la rhétorique bon marché d’hommes qui ne s’approcheront jamais du sacrifice qu’il a volontairement donné, ni son appropriation opportuniste par ceux qui vivaient dans le confort et les privilèges », a-t-elle dit, rapprochant le sort de l’ancien prisonnier de guerre au Vietnam (McCain) de celui qui avait évité à cette époque la conscription (Trump) avant de dénier à John McCain le statut de héros pendant sa campagne...

A travers la voix d’Obama et de Bush l’Amérique a également rendu hommage vibrant à l’ancien sénateur républicain, contre lequel il fut opposé lors de la présidentielle de 2008. « Il a fait de nous de meilleurs présidents, (...) et il a rendu ce pays meilleur », a lancé l’ex-président démocrate (2008-2016).Son prédécesseur républicain George W. Bush (2000-2008), opposé à M. McCain lors de la primaire de 2000, a quant à lui rappelé qu’il « reconnaissait toujours que ses opposants étaient malgré tout des patriotes et des êtres humains ». « Il aimait la liberté avec la passion d’un homme qui a connu son absence », a-t-il poursuivi, en référence à la captivité de l’ancien pilote de chasse au Vietnam.

« Nous partagions, malgré nos différences, une fidélité à quelque chose de plus élevé, les idéaux pour lesquels des générations entières d’Américains et d’immigrés se sont battues et se sont sacrifiées », a dit aussi de lui Barack Obama, dont le discours a été le temps fort des cérémonies.

John McCain, adversaire de Barack Obama en 2008, sauva néanmoins sa réforme du système de santé, l’Obamacare, une dizaine d’années plus tard au Sénat, en votant contre un projet de réforme voulu par Donald Trump. Mais c’est plus récemment qu’il s'était montré ulcéré contre l’actuel président, qualifiant à la mi-juillet sa rencontre controversée avec Vladimir Poutine à Helsinki d’« un des pires moments de l’histoire de la présidence américaine ».

Vendredi, plus de 10 000 personnes étaient venues s’incliner devant sa dépouille lors d’une première cérémonie d’hommages au Capitole, marquée par la présence, digne de sa mère Roberta McCain, 106 ans, au côté de sa veuve Cindy McCain, et de leurs sept enfants.

Pour porter son cercueil, au côté de figures politiques démocrates et républicaines, dont l'ex-vice-président Joe Biden, ainsi que de l'acteur Warren Beatty, un ami personnel de trente ans, John McCain avait choisi Vladimir Kara-Murza, un dissident russe ayant survécu à deux tentatives d'empoisonnement

L’ancien sénateur et ancien pilote de chasse sera inhumé dimanche lors d’une cérémonie privée à l’Académie navale d’Annapolis, non loin de Washington, dont il fut dans les années 1950 un élève déjà remarqué.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

DES EMEUTES EN CAS DE VICTOIRE DES DEMOCRATES AUX ETATS-UNIS

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump met en garde contre des violences si les choses ne vont pas comme il l’entend.

En effet déjà pendant la campagne électorale de 2016, il avait ainsi dit que ses partisans réagiraient probablement par « des émeutes » s’il ne remportait pas la nomination républicaine.

En novembre vont avoir lieu les élections de mi-mandat qui pourrait faire basculer la majorité au Congrès

Trump espère qu'il n'y aura pas de violences en cas de victoires des démocrates aux législatives « Il y a beaucoup de violences inutiles à travers le monde mais aussi dans ce pays et je ne veux pas voir ça », a insisté le 45e président des Etats-Unis,

Si les républicains ne remportaient pas l'élection de mi-mandat aux Etats-Unis, Donald Trump estime que cela pourrait déclencher des violences. Il dit espérer qu'il n'en sera rien.

Le président américain a fait part de ses craintes devant un parterre de pasteurs conviées à la Maison Blanche pour parler d’avortement, de liberté religieuse et de chômage des jeunes.Puis une fois les journalistes présents sortis la conversation s’est portée sur les élections de novembre.

Le milliardaire républicain estime que les démocrates allaient procéder « vite et de manière violente » à des changements si les républicains perdent le contrôle du Congrès, selon une révélation du New York Times.

Lors de sa rencontre avec ces pasteurs à la Maison Blanche lundi soir, Donald Trump a averti que son programme conservateur était en jeu si son parti perdait le scrutin de mi-mandat

Les démocrates « vont annuler tout ce que nous avons fait et ils le feront vite et de manière violente", a-t-il dit. "Ils mettront immédiatement fin à tout » « Je vous demande juste de sortir et de vous assurer que tous vos gens votent », demande Donald Trump aux pasteurs présents.

« Parce que s'ils ne votent pas nous allons avoir deux années affreuses (jusqu'à la présidentielle de 2020) et nous allons passer, franchement, par une période très dure parce qu'on n'a qu'une élection. Vous êtes à une élection près de perdre tout ce que vous avez ».

Une façon singulière de motiver ses troupes.
Abby Shelcore pour DayNewsWorld

 

BREAK BETWEEN DONALD TRUMP AND JEFF SESSIONS

HAZARDOUS CONNECTIONS WITH TWO WOMEN

OR THE IMPEACHMENT PROCEDURE

President Donald Trump would seem to be on the verge of a legal storm, so he attacked his own justice minister, Jeff Sessions, head on.

Attack against his Minister of Justice

In an interview on Fox News, Donald Trump attacked his minister on Thursday. "Democrats are really powerful within the Department of Justice (....) Jeff Sessions has never really taken control of the Department of Justice is something pretty incredible," he said. declared.

When asked if he intended to dismiss his minister, the American president had very harsh words. "I said it, I did not want to interfere. But everyone sees what is happening at the Department of Justice. I always put 'justice' in quotation marks, " continued Trump. Moreover, Donald Trump regularly criticizes Jeff Sessions, an ultra-conservative Republican, for having recused himself from the Russian investigation of the special prosecutor Robert Mueller in March 2017. The US Attorney General, Jeff Sessions, has vigorously this time, rejected Thursday the renewed criticism of Donald Trump on Russian business background. He has publicly argued that he will not give in to political pressure.

"As long as I'm the Minister of Justice, the actions of the Department of Justice will not be influenced unduly by political considerations , " said the former Alabama senator.

Role of the condemnation of Paul Manafort, and the decision of Michael Cohen.

The conviction of former campaign director Paul Manafort, and the decision of his former lawyer, Michael Cohen, to implicate him in a violation of campaign finance rules has indeed angered Donald Trump on Thursday. August, against his ministry of justice.

As part of the Mueller investigation, Paul Manafort was found guilty Tuesday of tax and banking fraud.

Michael Cohen, on Monday, decided to plead guilty to eight counts, including the disclosure of $ 130,000 and $ 150,000 in the 2016 election campaign against X Stormy Daniels and playmate Karen McDougal. that they each keep an affair with Donald Trump. And this "at the request of the candidate" and "with the intention of influencing the election" .

But these revelations by Cohen on the payment of money to the two women could violate the legal rules of election financing.

But the billionaire said he poured the money out of his own funds. There would be no hidden funding at this level ...

In any case a new front was opened when several American media announced that the boss of the tabloid National Enquirer, David Pecker, cooperated in exchange for immunity with the investigators working on the case of alleged mistresses.

The "donors" ("pinball")

His weekly had bought the exclusive story of one of them, the playmate Karen McDougal, for 150,000 dollars. In a recording made by Michael Cohen unbeknownst to Donald Trump, two months before the November 2016 presidential election, the two men can be heard talking about buying rights. David Pecker is also said to have played a role in the dealings with former pornographic actress Stephanie Clifford, also known as "Stormy Daniels" scene.

In addition to Mr. Cohen, who also has a negotiated sentence agreement with the judicial authorities, the two leaders of the magazine "National Enquirer " who obtained the judicial immunity, in exchange for information on the American president, are added.

In his interview with Fox News, Donald Trump has also blasted the "givers" (pinballs), the term he used to refer to people who enter into an agreement with the judicial authorities to obtain clemency.

Difficult to unravel the skeins in this American political-judicial soap opera!
Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

CONVICTIONS FOR TWO EX-CLOSE OF

DONALD TRUMP OR AN IMPEACHEMENT PROCEDURE FOR THE PRESIDENT

Former Trump campaign leader Paul Manafort was convicted of bank and tax fraud, while Michael Cohen, the US president's former lawyer, pleaded guilty to Stormy Daniels.

Former Donald Trump campaign leader Paul Manafort was sentenced on Tuesday for bank and tax fraud, but the jury failed to reach a verdict on 10 counts. He was also sued for later misleading banks on his finances to obtain loans.This lawsuit concerned only the personal finances of Paul Manafort.Ce was accused indeed of tax fraud and bank related tens of millions of dollars drawn from his consulting activities with Viktor Yanukovych,

It should be noted that Russia and the US President were hardly mentioned during the 12 days of the hearing ...

This is the first trial to come out of the investigation by the special prosecutor Robert Mueller, who was charged with investigating a possible collusion between Donald Trump's campaign team in 2016 and Moscow.

Michael Cohen, on Monday, decided to plead guilty to eight counts, including the disclosure of $ 130,000 and $ 150,000 in the 2016 election campaign against X Stormy Daniels and playmate Karen McDougal. that they each keep an affair with Donald Trump. And this "at the request of the candidate" and "with the intention of influencing the election" . So it's a long time ago when Trump's former council said he was "ready to take a ball for the president . " These revelations by Cohen on the payment of money to the two women, could contravene the legal rules of election financing.

In a meeting in Virginia, however, he did not say anything about the Cohen affair. The US president, who does not want to show any sign of destabilization, has again appeared with his supporters Tuesday night at a meeting in West Virginia.

In the wake of the double judicial coup that involved two former advisers to the American president, during this day of August 21, 2018, what to remember?

Justice is getting closer to Trump who remains for the moment safe from possible impeachment thanks to the Republican majority in Congress

That the outcome of the hearing represents a victory, albeit incomplete, for the special prosecutor Robert Mueller, in charge of investigating a possible collusion between Donald Trump's campaign team in 2016 and Moscow.

That the condemnation of Paul Manafort weakens the position of President Donald Trump, who continues to denounce a "witch hunt".

That this trial marked a "very sad day" for the United States according to Donald Trump.

The US president's mandate is poisoned by court cases that involve several of his relatives and threaten to reach him directly.

But what does Donald Trump really risk?

In theory, the Manhattan federal prosecutor could sue the president because unlike France, a president of the United States does not have constitutional judicial immunity.

But the US Department of Justice issued two memos several years ago, which serve as an internal regulation, explaining that a federal prosecutor should not sue an incumbent president. The US Constitution provides that if a president is to be prosecuted, it is through the political procedure of impeachment.

It takes place in two stages: the House of Representatives must first vote an indictment ("impeachment"), then it is up to the Senate to try the President, in order to condemn him by a two-thirds majority, or pay it.

This idea remains very hypothetical with a Republican majority in Congress still very loyal to Donald Trump.

Impeachment would be possible in theory because Michael Cohen accuses Donald Trump of having sought to influence the outcome of the elections by resorting to illegal means. But in practice improbable.


Andrew Preston for DayNewsWorld

 

WHY MORMONS IS NO LONGER CALLED MORMONS ?

Here the Mormon Church has adopted new guidelines and no longer wishes this term to be used to present it, preferring other expressions. Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, also known as the Mormon Church. She no longer wants to use the term "Mormon" to describe her followers.

What does this religion advocate? A semantic change

Instead, it wants to be identified by one of the following expressions: "The Church," "The Church of Jesus Christ," or "The Restored Church of Jesus Christ," insisting that the phrase "Mormon Church" ", although common," is not a registered designation ". "

"We do not change names. We are correcting a name, " Russell Nelson, president of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, quoted Deseret News, a Mormon newspaper in Utah, as saying, where Mormons are in the majority. .

16 million members

From now on, call them "members of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints". In the United States, Mormons no longer want the term "Mormon" to be used to qualify them.

Founded in 1830, the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints claims 16 million members and is dedicated to restoring the true Church in its primitive purity to prepare for the return of Christ.

It is based on the "Book of Mormon," named after an ancient prophet, a "restored" version of the true word of Jesus, as opposed to the classical version resulting from the "great apostasy" of Christianity

In France 20,000 practitioners in metropolitan France. A special place in Tahiti.

In metropolitan France, 38,000 people were baptized according to the Mormon rite, which corresponds to about 20,000 practitioners. They are present in France in the nineteenth century A first small parish was installed in France in 1850, twenty years after the publication in the United States of the "Book of Mormon" by the founder Joseph Smith.

But in proportion, the Mormonism is more present in Overseas, where one counts more than 28.000 faithfuls. And especially in the Pacific, territory that remains focused on the United States.

Believers very strict.

Mormons, who claim to be Christians, without being Protestant or Catholic, are strict believers, modest or even austere. They are conservative on morals, abstinent in front of tobacco, alcohol, coffee, tea. It is a Christian religion that relies on the Bible and another revelation, the Book of Mormons The theology of Mormonism is the doctrine of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints.

It is based on the Holy Scriptures and modern revelation through the prophets. This doctrine, recognized by Mormons as having been revealed by Jesus Christ, includes the Plan of Salvation which consists of a system of laws and eternal ordinances such that the person who strictly conforms to them has the assurance of being able to enter in the presence of God. These laws and ordinances would be the system of government of the kingdom of God. According to Mormon doctrine, most humans will be saved in the celestial kingdom.

Rituals too.

Practitioners follow very special rituals. They practice the vicarious baptism of the dead, so that the Mormon is bound to all his family, but also the eternal marriage, a marriage that would last beyond death.

Mormons also devote part of their time to genealogical research, fasting once a month and paying 10% of their income to the Mormon community. They are believers who are very involved in the social life, the Mormons are in all the professions but one finds them more present in the cities to be close to the churches where they practice their faith (110 Mormon churches of France).

The temple, place of power and rites

The temple is equivalent to the cathedral. Building with Gothic architecture, it aims to show the power of the Church.

The recently built French temple in the Yvelines, funded by the parent company in Salt Lake City, USA, is no exception. The building, about twenty meters is imposing and very clean, very similar to American temples. Inside is interwoven several rooms in which Mormons perform rites for themselves and their ancestors. There are lounges, a room dedicated to the baptisms of members or a so-called "heavenly" room.

Until then, French Mormons had to go to Madrid or Frankfurt to perform these rituals.


Jenny Chase for DayNewsWorld

 

INTERVIEW RIVER OF DONALD TRUMP

ON ITS INTERNATIONAL RELATIONS

In an interview with Reuters from the Oval Office, the US President spoke of his international relations and his strategy:

in turn he cited his good relations with his Russian and North Korean counterparts, pleaded for the release of Pastor Brunson and expressed reservations about Fed policy.

On the Middle Kingdom

The US president does not expect much of the trade talks with China planned this week in Washington, he said.

The US president added that he did not set a limit in time to exit the commercial dispute between Beijing and Washington. "Like them, I have a long-term strategy ," he said.

He has also accused China, like the countries of the euro area, of manipulating their respective currencies.

A "great alchemy" with Kim Jong-un

Donald Trump said it was "likely" that he would see North Korean leader Kim Jong-un following their historic June summit in Singapore. "It's most likely, but I do not want to comment. " He mentions the "great alchemy" that Kim and he has set up, which has made it possible to distance the prospects for a new Korean war in summer 2017, when tensions were at their height between Washington and Pyongyang. .

"I like him, he likes me. (...) I have very good personal relations with President Kim, and I think that's what keeps things going, " he said, referring to the stopping of ballistic tests of the Democratic People's Republic the stopping of the ballistic tests of the Democratic People's Republic of Korea (DPRK).

He did not fail to praise his three months of work on the North Korean issue to get more than his predecessors in thirty years. "I stopped the nuclear tests [of North Korea]. I stopped the missile tests. Japan is packed. What's going to happen ? Who knows ? We will see, "he adds.

No concession to Turkey

The US president has also ruled out any concessions to Ankara in exchange for the release of American pastor Andrew Brunson, accused of terrorism by Turkish justice. Do Pastor Brunson, accused of being linked to the Kurdistan Workers' Party, spent more than 20 months in detention before being placed under house arrest last July in Turkey.

Donald Trump also said he thought he had an agreement with his Turkish counterpart, Recep Tayyip Erdogan, when he intervened with Israel to obtain the release of a Turkish national. "I took this person out for him. I expect him to let this totally innocent and wonderful man, a grandfather and a great Christian, get out of Turkey. "

He is not concerned about the consequences of the tariffs he has imposed in response.

On his meeting with Putin

Donald Trump described his two-hour meeting with his Russian counterpart Vladimir Putin last month in Helsinki as "excellent" . "We talked about Israel, Syria, Ukraine," he says , adding that he "mentioned Crimea, as always when I talk about Ukraine."

Trump assures that at no time did Putin ask him to lift US sanctions against Moscow. "I do not plan to do it. I will only consider it if they do something that is good for us, " added the US president.

On Iran

The head of the White House says he has "never said" that he will meet the Iranian leaders. "If [Iranian President Hassan Rohani] wants us to meet, either. If he does not want us to see each other, I do not care.

On the Russian investigation

Despite his concerns, Mr. Trump did not want to say whether he would accept being questioned by Mr. Mueller, who is investigating the suspicions of Russian interference in the 2016 presidential election and a possible collusion between the two. Trump campaign team and Russian officials. But he wanted to emphasize the difficulty of interpretation that could arise from his remarks.

The US president has also stressed the power to intervene in this investigation, but have decided not to do so far. He again refused to blame Russia for any interference in the 2016 election.

Criticism of the Fed's monetary policy

Trump is not "thrilled" by the policy of rising interest rates followed by Federal Reserve Chairman Jerome Powell.

We negotiate strongly and forcefully with other nations. We will come out victorious. But during this period, I should be supported by the Fed. Other countries have accommodative monetary policies.

Trump is not "thrilled" by the interest rate hike by Federal Reserve Chairman Jerome Powell, whom he has named to replace Janet Yellen.

The US president believes that the Fed should be more accommodating.

By raising rates, the central bank is boosting the dollar, which has a counterproductive effect as US products become more expensive for export. But the price is going against President Trump's objectives of reducing the trade deficit.

The US president is attacking the Federal Reserve for the third time, breaking with the tradition of not commenting on its decisions publicly to preserve its independence.

"Like them, I have a long-term strategy," says Donald Trump satisfied with his international policy.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

ENEMY OF THE PEOPLE THE AMERICAN MEDIA DECLARE THE WAR TO DONALD TRUMP

"Today we have in the United States a president who has created a mantra that any media that does not openly support the politics of the current administration is" the enemy of the people "" , lamented the Boston Globe, the newspaper at the initiative of this media campaign  "Trump is not the first politician to attack the media, but he may be the most bitter," writes the Star, Minnesota's leading newspaper .


In the United States, the tone shows between Donald Trump and the media. Attacked by Trump, describing the "Fake News" envy any press organ publishing information that displease him, the American newspapers defend the freedom of the press

Donald Trump does not hesitate to describe some media as "enemies of the people", so that a hundred American newspapers have taken the pen to defend the freedom of the press on Thursday.

"Journalists are not the enemy" : Honored by Donald Trump, more than 350 newspapers publish editorials Thursday to reaffirm their right and duty to inform

As so often, Donald Trump responded to criticism with attacks. Widely criticized by the US press for his conciliatory tone towards Vladimir Putin at the Helsinki summit on July 16, the US president described the media as "real enemies of the people". This is one of the many lies spread by our president as a quack of yesteryear that threw dust or "magic water" on a crowd full of hope, "continues The Boston Globe.

"Insisting that the truths you do not like are fake news is dangerous for democracy," the Times writes.

"Dangerous for democracy"

An attack on the fourth power that this time has mobilized the country's press that has published articles and editorials to defend the freedom of the press undermined.

Sites and magazines gather behind the hashtag #EnemyOfNone (no one's enemy). Local or national, their editorial line progressive or conservative, hundreds of journalists insist, Thursday, August 16, on the importance of the independence of the media.

The Massachusetts daily even goes so far as to say that Trump's attitude encourages presidents like Vladimir Putin or Recep Tayyip Erdogan to treat journalists as enemies.

Even the New York Post, generally pro-Trump, participated in the Boston Globe initiative. "Who are we to disagree? We support a free and dynamic press, a nation where the powerful are accountable to the fourth power, " writes Le Journal.

"It has always been in the interests of the powerful to dismiss and discredit those who could control their power ," the Star Tribune, Minnesota's leading newspaper, acknowledges in its editorial.

"Criticizing the media - because they have underestimated or overestimated facts, because they made a mistake - is quite normal," the New York Times quoted the New York daily as saying. "Journalists are human and make mistakes. Correcting these mistakes is at the heart of our work. But insist that truths that you do not like are "fake news" is dangerous for democracy. And calling journalists "enemies of the people" is dangerous, period. "

For media advocates, the stakes are far too high to accept that presidential statements are out of control even though according to a recent Ipsos poll, 43 percent of Republicans believe that the president should have the authority to close media outlets with a " bad attitude ".

The enemies of whom and what?

But who and what are the journalists really enemies, questions the Chicago Sun-Times with reason. "We are the enemies of uncontrolled authority and undeserved privileges. We are the enemies of deadly streets and violent gangs. We are the enemies of the gangsters who shoot in the crowd. We are the enemies of societal failures in our city and country who created these gangsters and gave them space, " says the Illinois daily.

Assieged, Donald Trump has as usual replied Thursday, August 16 in one of his Tweet morning:

"THE MEDIA BIDONS ARE THE PARTY OF OPPOSITION It is very bad for our big country ... BUT WE WIN". Not so sure ...

Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

EXECUTIVE DONALD TRUMP MAKES RECORDINGS DURING HER DISMISSAL

Omarosa Manigault Newman, the former director of communication at the Office of Public Liaison - an organization whose goal is to "cultivate support outside the president's program" in religious or business circles - has spent nearly a year in the administration under the orders of President Donald Trump.

Here she has broadcast recordings made in the White House in violation of security protocols.

Licensed by the "Chief of Staff " of the White House, she claims to have recorded John Kelly for protection, because she felt threatened: "They took me to the Situation Room, the doors are closed, they tell me that I can not leave and start to threaten me, instilling fear in myself, forcing myself.

I have protected myself because it is a White House where everyone lies: the president lies to the American people, Sarah Huckabee is facing the country and lies every day. You have to take care of yourself, otherwise you will turn around and find 17 knives in the back, " she told NBC News. "This is a White House in which everyone is lying," said the former high councilor to justify her decision to make public her interview with John Kelly in the White House crisis room and her recorded conversations with Donald Trump.

John Kelly would have implied that his reputation could be tainted if it did not calmly leave the Trump administration. "It's important to protect yourself in the Trump world, because everyone builds their own reality. The people around him are trying to reinforce this constructed reality , "she added in the New York Times.

The reason for this dismissal by John Kelly would be "major problems of integrity" . A likely reference to the photo session organized at the White House in April 2017, on the occasion of the wedding of the young woman whose photos taken with the 39 guests of the wedding could not have been broadcast on the internet, at the times for reasons of security and ethics.

Who is Omarosa Manigault Newman?

She was once close to Donald Trump, whom she has known since 2003 and participated in the very first season of "The Apprentice", the reality show produced by the billionaire . Her meteoric rise led her to the senior position of councilor and director of the public relations organization destined to establish relations with religious and business circles. She was the black person at the highest position. This young woman owed everything to Donald Trump professionally.

Now Omarosa Manigault Newman openly criticizes the latter. She says she heard a video, shot in early 2015, in which the US president uses the term "negro" , confirming "what she feared" : "Donald Trump is a hustler who masquerades as someone open to communities, "she told NBC News. She also doubts the mental capacity of the White House tenant, weakened according to her.

White House spokeswoman Sarah Huckabee Sanders brushed aside these harsh criticisms in a statement: "Instead of telling the truth about all the good that President Trump and his administration are doing to make the America safe and prosperous, the book is full of lies and false accusations. It's sad to see a former employee who is angry with the White House trying to take advantage of these false attacks, and far worse than the media gives him a platform, after not taking it seriously when she had positive things to say about the President during his time with the administration. "

Donald Trump, also recorded without his knowledge by Omarosa Manigault Newman, did not hide his anger in his tweets on Monday. "Crazy crazy Omarosa, who has been fired 3 times from The Apprentice, has now been fired for the last time. She never did anything, never will. She begged me to give him a job, tears in my eyes, I said OK. The people of the White House hated her. She was fierce but not smart, "he castigates. And to add

"Even though I know it's not 'presidential' to pick on rogues like Omarosa, and I'd rather not do it, it's a form of modern communication and I know that Fake News Media are going to work overtime to make even crazy crazy Omarosa as legitimate as possible. Sorry!"

Jaimie Potts for DayNewsWorld

 

A FAILURE FOR THE DEMONSTRATION OF THE WHITE SUPREMACISTS IN THE UNITED STATES

There is "no room for white supremacism, racism and neo-Nazism in our great country" tweeted Ivanka Trump on Sunday

Donald Trump's daughter and advisor marked her political imprint with an unequivocal tweet about the manifestation of white supremacists. For her there is "no place for white supremacism, racism and neo-Nazism in our great country". She went further than her father, who said Saturday "condemn all types of racism and acts of violence", but without referring to the extreme right or neo-Nazi.

A year after the rally in Charlottesville, where a 32-year-old counter-protester had died, ripped by a car ram, supremacists and radical right wing parade Sunday in Washington. In August 2017, they had chosen the campus of the city where is the statue of Confederate General Lee, now considered a symbol of slavery and the municipality wanted to move.

The latter were expected firmly in the city. But only a handful of American neo-Nazis gathered Sunday in front of the White House, under increased police surveillance and against hundreds of counter-protesters. They had received permission for a procession of 400 people but barely 20 of the supremacists walked in the afternoon from a metro station in central Washington to Lafayette Square, just across the White House.

Among them was event organizer Jason Kessler, who was already behind last year's meeting in Charlottesville. The protesters were greeted by at least 300 anti-racist activists who shouted "Shame on you" and "Leave my city." While the city of Washington granted the informal organization "Unite the Right" ) , the origin of the Charlottesville (Virginia) rally in 2017, a slot from 5:30 pm to 7:30 pm, the group of protesters dispersed around 18h.

Of course a large police device had been set up, with several arteries prohibited to traffic which prevented any contact between protesters and counter-protesters thus avoiding any serious incident or even deadly: in memory the death of Heather Heyer, a young woman 32 years old. Firearms had been banned for all protesters, without exception.

After the far-right sympathizers left, the police used tear gas for some of the "antifa" militants to leave.

"Antifa", activists of the movement "Black Lives Matter" (against the violence against the blacks) or simple citizens came to express their rejection of the neo-Nazis, they were hundreds in the center of Washington Sunday. Some carried signs including "No to the Nazis, no to the Ku Klux Klan, no to a fascist America".

Charlottesville, Virginia, had denied Kessler, the initiator of last year's protest, the permission to hit the streets not wanting to stir up tension and relive the events of August 12, 2017.

A failure for the Supremacist demonstrators and Jason Kessler mocked on the social networks!


Alize Marion for DayNewsWorld

 

PRINTABLE 3D FIREARMS OR THEIR PROHIBITIONS

IN THE USA

The Americans would normally be able, from 1 August, to ignore their own arms control system, legally. Those who are prohibited from buying firearms, and those who want to possess an illegal weapon in their state, could easily have circumvented the law.

3D printable firearms? Why ?

The story: An American crypto-anarchist had obtained permission to release plans for manufacturing firearms in 3D.

After several years of judicial vicissitudes, the site Defense Distributed had the authorization to distribute - legally - the files of 3D printing of several types of firearms.

Among them, AR-15 style rifles, used in several mass shootings like that of Las Vegas or Parkland.

And this Wednesday each inhabitant was prepared to be able to make a gun "do it yourself" thanks to a simple 3D printer, from home and without any restriction. The plans were to be published on the web this Wednesday !! These weapons are all plastic, but have the capacity and power to shoot live ammunition.

These functional weapons, nicknamed "ghost weapons", from a digitized plan are perfectly anonymous, and without it being possible to trace them unlike those produced by an authorized manufacturer.

The creation and publication of these weapons plans was made possible by an agreement in June between the government and Cody Wilson. On the homepage of his website is indicated: "August 1, 2018: the era of downloadable weapons officially begins."

But prosecutors in eight US states have announced that they will ask a federal judge to block the release of this 3D printing program of plastic weapons.

The embarrassment of the White House was such that Donald Trump himself said Tuesday, before the court decision is rendered, that the sale of plastic guns had in his eyes "not much sense."

"The dissemination of these files is now illegal," said Judge Lasnik. But Cody Wilson, the founder of the Texas-based Defense Distributed organization, at the Liberator's initiative, anticipated the bans and posted plans for seven pistol models as early as Friday, July 27.

Judge Robert Lasnik said in his injunction that the online distribution of these files undermines the safety of Americans. "There are 3D printers in universities and public places and there is a risk of irreparable damage," said the magistrate at the end of the one-hour hearing

"It's just crazy to give criminals the tools to print untraceable and undetectable weapons in 3D at the push of a button," said New York State Attorney Barbara Underwood. attached to the proceedings in the courts.

Britney Delsey for DayNewsWorld

 

RECIPROCAL INVITATIONS BY DONALD TRUMP AND VLADIMIR PUTIN OR DIPLOMACY?

Would Russian President Vladimir Putin and American Donald Trump share the world as one insinuates?

Since their meeting in Helsinki July 16, the two leaders multiply the amabilities.

The US president invited a few days ago his Russian counterpart in Washington who responded favorably and in return invited Donald Trump to Moscow.

"President Trump looks forward to receiving President Putin in Washington after the New Year, and is open to a visit to Moscow after receiving a formal invitation , " the White House said in a statement.

The first summit of the two leaders held on July 16 in Helsinki caused an uproar in the United States even among Republicans for whom the statements of the US President were found too conciliatory vis-à-vis his Russian counterpart.

And sadness for them Donald Trump reiterates his invitation for a next Trump-Putin summit "next year", sweeping away the investigation of the Russian interference in the 2016 presidential election in the United States. United and on suspicion of collusion between the team of the candidate Trump and the Kremlin of Vladimir Putin. While the White House speaks of "witch-hunt" , the Kremlin emphasizes that "no matter what the difficulties are, here are difficulties in the domestic politics of the United States, life goes on and our contacts continue" , according to the Russian head of state.

For his part, Vladimir Putin ruled the Helsinki talks "very successful" , while Donald Trump described them as "great success" . These meetings with Donald Trump are "useful" , added Friday Vladimir Putin. "Contacts at the highest political level are necessary" , ensuring that the two leaders "can not discuss everything by phone" .

Moreover, the Kremlin master notably mentioned among the important topics of discussion the treaty of reduction of the number of nuclear weapons between Russia and the United States, the New START, which must expire in 2021. "Will we extend it or not? [...] If we do not start negotiations today, in 2021, this treaty will cease to exist " is the question posed by President Putin.

Faced with this apparent good agreement between the two great powers of the post-war period, the reactions across the Atlantic are fusing and accusing. Thus two days ago The Financial Times published a news announcing that "Donald Trump and Vladimir Putin want to create a new world order". In parallel, the publication of an equally alarming report by the influential analytical center Brookings Institution relayed by The Economist magazine , publishes a text entitled "Destroying the liberal world order. Trump, Putin and the transatlantic alliance under threat ",

It is certain that Putin's Russia plans to increase its influence around the world. Its assistance to African countries in terms of energy development made by President Vladimir Putin on 27th July as part of the 10th BRICS summit, is a clear example. Russia intends to further assist some African countries, including Angola, Mozambique and Gabon, in developing their national energy sector, primarily through the "realization of oil and gas projects".

"We propose to our African partners to create" turnkey "an entire industry. Agreements on cooperation in the peaceful exploration of the atom are signed with a number of countries in the region, while we are already carrying out practical projects with some of them, " said Putin . To name just one example.

But the withdrawal of Donald Trump in the Atlantic alliance to deal only with the well-being of Americans is also a sign ..

Can we say, in a surprising shorthand, that we would witness the dismantling of the world order and its replacement by a certain new anti-liberal world order to cite only the article or the subjects of the chains as CNN?


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

AMERICAN GIs REVEAL THEIR COUNTRY

65 YEARS AFTER THE WAR OF KOREA

North Korea begins the return of US military corps to the United States.

The remains of US soldiers killed in the Korean War (1950-53) have been restored by North Korea to the United States, the White House announced on Thursday (July 26th).

A US Air Force plane carrying several of these bodies arrived in South Korea on Friday.

"Thanks to Kim Jong-un," responded Donald Trump on Twitter.

A promise put into execution

In accepting the US request, the North Korean government honors one of the four commitments of the agreement signed on June 12 by President Donald Trump and his counterpart Kim Jong-un.

This restitution, which begins on July 27, owes nothing to chance coinciding with the anniversary of the armistice that ended the Korean War in 1953, even though no formal peace treaty has ever been concluded. .

US and North Korean officials met last week in the border village of Panmunjom, where the Korean War truce was signed in the demilitarized zone to discuss the issue.

In total, there are 5,300 Americans who "never came home" and that the United States hope to find, according to Washington.

But the fulfillment of this promise is for the moment all relative: according to Washington, this is a "significant first step to resume repatriation" but also "field operations in North Korea to find the approximately 5,300 Americans who have never returned home . " "The United States and the Democratic People's Republic of Korea pledge to recover the remains of prisoners of war and missing soldiers."

While Donald Trump praised the Pyongyang regime's dismantling of the infrastructure of its main satellite launching base, the US president has seen a new encouraging sign in this new phase.

But even if the Trump administration welcomes this transfer, the fact remains that are expected from the dictator gestures more significant.

Where is the total denuclearization required by Washington?

Indeed the total denuclearization of North Korea remains the main stake of this summit where the negotiations skate between the two long enemy countries.

"We are engaged in a patient diplomacy, but we will not let this drag on for ever , " warned Mike Pompeo on Wednesday, while acknowledging before the US Congress that North Korea continues to produce fissile materials.

Apart from the start of the dismantling of a site still to be verified, no concrete progress has been announced since June 12th. The negotiations, modalities and timetable for the "complete" and "verified" dismantling of the Pyongyang nuclear program have not yet been determined.

Not sure that denuclearization "without delay" would be completed by the end of 2020 at the end of Donald Trump's first term, as the US administration recently said there was "no deadline". ..

Do the muscular methods of the businessman always suit the game and diplomatic issues?
Alize Marion for DayNewsWorld

 

TORONTO MORTAR ATTACK

REPRESENTED BY DAESH

Daesh claimed deadly Sunday attack The shooter who randomly fired pedestrians strolling down Danforth Avenue also targeted crowded restaurants.

Daesh claimed on Wednesday the Sunday night shootout targeting passersby on a Toronto street, according to a message broadcast by its propaganda agency, Amaq.

The group's propaganda body said that "one of the Daesh soldiers" perpetrated the attack, targeting nationals of the international anti-jihadist coalition countries.

An attack that killed two, including an 18-year-old girl and a 10-year-old girl, 13 wounded, some seriously by a 29-year-old gunman identified as Faisal Hussain of Toronto, police chief of police said Monday. the city Mark Saunders.

The police quickly arrived at the scene opened fire on the man discovered dead a few moments later in an alley, indicated the investigators.

According to the family of the shooter, this person suffered from his childhood "serious mental problems" never overcome despite the treatment and psychiatric follow-up.

"One more tragedy in our city"

Toronto was not spared this year by the attacks.

Last April, it was a man driving a van that had hit pedestrians in Toronto, targeting women and killing 10 people, one of the deadliest attacks in the country.


" It's an attack on innocent families and against the whole city. It's a tragedy, another tragedy in our city this year, " said Toronto Mayor John Tory.



Paul Emison for DayNewsWorld

 

WHEN DONALD TRUMP INVITES VLADIMIR POUTINE

IN WASHINGTON

According to a CBS News poll released on Thursday, only one-third (32%) of Americans approve of the way Donald Trump managed the Helsinki meeting. In the Republican camp, however, the approval rate rises to 68%.

But despite the outcry over his meeting with the Kremlin master three days ago, the US president wants to go further in his relationship with his Russian counterpart and mocking

remonstrances Donald Trump chooses to invite his Russian counterpart to Washington.

"To get along with President Putin is positive, not negative," he said. German Chancellor Angela Merkel also said today that the resumption of summits between US and Russian presidents was normal and considered positive that Donald Trump invites Vladimir Putin to the United States.

" I look forward to every meeting (...) when there is a dialogue, especially between these two countries, it's a good thing for everyone. The fact that no Russian president has been to the United States since 2005, I believe, should not be normal, " she said at her annual press conference before the government holidays.

The criticism of the Trump presidency has never been so unanimous since Monday and the Helsinki meeting. The Republicans join the Democrats in denouncing the strange presidential russophilia that prompted Donald Trump to disavow the US secret service and vindicate the Russian president at their joint press conference in Finland.

On Monday, US intelligence chief Dan Coats put forward "clear" assessments of his services on Russian interference in the 2016 presidential election and spoke of Moscow's "ongoing efforts" to "undermine" American democracy. Has the Kremlin intervened to influence the 2016 presidential campaign in favor of the Republican candidate? ? We will never really know but the services fear that the Russians will repeat their coup in mid-term elections in November 2018.

Visit of Putin in autumn

Critics seem to pass far above the Oval Office and John Bolton was instructed to organize the coming of Vladimir Putin to Washington in the fall.

Is it still possible to trust the president to ensure national security, especially against Russia? For non Democrats, who are trying to find out in vain what Donald Trump and Vladimir Putin said during their interview in Finland! What is known: the summit between the Russian President and his American counterpart, the first meeting of such a level in nine years, took place on July 16 in Helsinki. The two heads of state first met for one to one for more than two hours. Then, the enlarged delegations took part in a lunch before answering questions from the journalists. At the end of the meeting, the parties expressed their interest in improving relations between the two countries. But what did they really say?

"Until we know what happened at this two-hour meeting in Helsinki, the President must not have any individual interactions with Putin in the United States, Russia or anywhere else," Chuck warned. Schumer, chairman of the Senate Democratic Group.

The firmness of Trump

In an interview with CNBC, the White House tenant claims that "developing relations with Vladimir Putin and Russia is positive and not negative," while warning that if it does not work, it will be "the worst enemy [that the Russian president] never had. In the same interview, Trump blasted his predecessor, Barack Obama, for being a "total pigeon" in relations with Moscow, while claiming he was "much harder on Russia than any president. since much harder on Russia than any president for many years "

As proof of his steadfastness towards Moscow, Trump said he had lectured Angela Merkel about a new gas pipeline linking Russia to Germany and making Berlin dependent on the Kremlin. Other evidence advanced, the sanctions taken against Moscow. "Look at the number of diplomats I have expelled," says Donald Trump. In March about sixty Russians, suspected of being spies, had had to pack their bags, after a history of poisoning in Britain.

But less than a week after the summit with Vladimir Putin, Donald Trump repeated once again that he was trying to get along with Moscow, while waving threats in case his project would not work. "I look forward to our second meeting so that we can begin to put in place some of the things we talked about," he added, citing, pell-mell, the fight against terrorism, "security for Israel " , cyberattacks, trade, Ukraine, peace in the Middle East or North Korea.

"Some DETEST the fact that I got on well with President Putin of Russia," he still tweeted on Wednesday. " They would rather go to war than see that."

Putin delights in his victory

In Moscow, Vladimir Putin rubs his hands. "We see that there are forces in the United States that are ready simply to sacrifice Russian-American relations, in the context of a US political battle for their ambitions alone, as part of an internal political battle. He simply commented.

"The summit with Russia was a great success, except for the real enemy of the people, the media fake News," he tweeted, resuming a particularly aggressive expression that he had already used in 2017.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

 

BARACK OBAMA'S TRIBUTE TO NELSON MANDELA GOES THROUGH POLITICAL REVIEW BY

DONALD TRUMP

"Part of the world is about to rebel towards an old, more brutal order," said Barack Obama.


Some 15,000 people, including distinguished guests such as Nelson Mandela's last wife, Graça Machel, Liberia's former president Ellen Johnson Sirleaf, and former UN Secretary-General Kofi Annan, were invited to the stadium. Wanderers cricket.

Each year, the Mandela Foundation entrusts a prestigious guest to give a speech on the occasion of the birthday of "Madiba", born on July 18, 1918 and deceased on December 5, 2013. This year the choice was focused on Barack Obama.

The American president had made the trip to South Africa for the funeral of "Madiba", "giant of history, which according to him, led a nation to justice".

Tuesday in Johannesburg, during a very political speech for the centenary of the birth of Mandela, the former American president has landed as a bulwark of democracy. Barack Obama delivered a message of tolerance, inclusion and democracy at a time when Mandela's legacy is being questioned around the world, a direct reference to the policy of his successor to the White House, Donald Trump.

Vibrant tribute to Nelson Mandela

The former US president paid tribute to the "last great liberator of the twentieth century . " The two men share a common destiny that has made them into history by becoming the first two black presidents of their countries.

After twenty-seven years in the jails of the white racist regime, Nelson Mandela was elected to the presidency in 1994, a post he retained until 1999. Barack Obama held him the top position in the United States from 2009 to 2017.

The latter hailed the memory of "a true giant of history" . "The light of" Madiba "[nickname of Nelson Mandela] always shines brightly," he said, defending the "vision" of the South African Nobel Peace Prize.

"A hundred years ago, Madiba was born in the village of Mvezo. Nothing could have suggested, at that time, in this place, that a young black boy would change the course of history. South Africa had already begun to introduce racial segregation measures, a legislative package known as apartheid. The majority of Africa, including my father's country [Kenya], was under colonial rule. The dominant European powers, after a horrific world war that ended a few months after the birth of Madiba, considered this continent and its inhabitants a booty to share, a territory abundant in natural resources and cheap labor .

Criticism of Donald Trump

Taking care never to name the current tenant of the White House, however, the former US president has made many allusions to Donald Trump who have not failed to challenge in the Wanderers Stadium the 15,000 people, which was him totally acquired. Barack Obama has thus multiplied attacks by attacking climate-skeptics, "authoritarian" leaders who "constantly lie" and "race- based " immigration policies:

"Given the uncertain and strange times in which we live, the information brings every day their lot of disturbing titles that make us dizzy. "

"Politicians seem to reject the concept of objective truth, people invent," he said, triggering loud laughter. "Denying the facts can undermine democracy," he warned, while his successor denounces fake news all day long.

"I can not find common ground with someone who says that climate change does not exist, when all scientists say the opposite," Barack Obama continued. As soon as he arrived at the White House, Donald Trump took the United States out of the Paris climate deal, saying it was "unfair" for his country's industry.

On immigration policy again, Barack Obama did not hesitate to attack his successor directly. "It is not wrong to insist that national borders matter (...) but that can not be an excuse for race-based immigration policies, " he said.

"The [South African] apartheid [1994] regime was entirely artificial," said the former US president, quoting from Nelson Mandela. "What was true at the time still is today. (...) We see each other, we share hopes and common dreams. It is a truth that is incompatible with any form of discrimination based on race, religion or sex, " he continued: And it is a truth that bears fruit in a very practical way, since it allows a society to take advantage of the energy and qualities of all those people. Look at the France team that has just won the World Cup. "

Nelson Mandela has dedicated his life to this long march towards freedom and justice. For the oppressed peoples of the world, he has become the embodiment of hope, of the aspiration to a better life.

On the occasion of the centenary of the birth of Nelson Mandela, his foundation called on the people to "act and inspire change" in the name of "Madiba".

Because racism still stirs tensions across South Africa and poverty persists in the most unequal country in the world according to the World Bank.

Nearly 25 years after the end of apartheid, even Graca Machel, Nelson Mandela's widow, has claimed that South Africa has "just started its long march" towards freedom, taking up the title of the famous autobiography of his late husband The long march towards freedom.

And the festivities will end with a huge concert in December in Johannesburg with American stars Beyoncé, Jay-Z or Pharrell Williams


Paul Emison for DayNewsWorld

 

GLOBAL CLASSIFICATION OF GDP

FRANCE BACK IN THE 7TH ROW

At the beginning of May 2018, after a year as President, French economic circles had welcomed the upturn in French GDP, which had politically and mediately benefited Emmanuel Macron.

The turn signals were green. France's GDP grew by 2% over the whole of 2017 ending, according to some experts, a "soft growth".

For some economists, it was due to the effect MACRON (previously Minister of Economy and Finance), which effect was reflected in these figures.

The burst of the tricolor economy would have mainly found its source in the reinforcement of the image of France carried by "a young president" and the renewed confidence of business leaders that was followed.

Since the clouds have accumulated.

A number of factors would slow down the tricolor economy, such as the trade tensions between China and the United States that have already caused a slowdown in world trade or the uncertainties that weigh at European level on some reforms that hamper the delicate relations. between France and Germany.

On the other hand, INSEE indicated at the same time that there had been tensions on the highly sought-after productive apparatus of some companies facing recruitment difficulties.

These predictions augured, according to specialists, a slowdown in the coming quarters, the creation of jobs.

Added to this is the decline in household consumption due to lower purchasing power.

And as a misfortune never happens alone, here we have just learned that France has just moved back to the 7th place of the world economy in terms of GDP.

We will have to quickly update the books of economics and political economy of French students ...

Because it is India that has just ravished France 6 th place (it had already dropped from 5 th to 6 th a few years ago) according to the data just published by the World Bank.

India has surpassed surely and gently the stronghold that occupied France which was left on the wall with its 2582 billion dollars of GDP against 2597 billion for the country of Mahatma Gandhi.

In recent years, India has found the benefit of its well-known assets such as the mastery of English of its population or the relocation of value-added services companies (especially computer).

Population growth also contributed to this growth, with India having a population of 1.325 billion.

Even if the development indexes (GDP per capita or Human Development Index / HDI or the level of education) still register large differences between the two countries, the rapid evolution of India will have to make reflect the French.

Because it's not over!

According to some expectations, France could be downgraded to ninth in the world in about fifteen years. By 2050, it could no longer be in the Top 10 Top Countries.

To meditate !

Clara Mitchell for DayNewsWorld

 

DONALD TRUMP MOCKS SOME OF THE JOURNALISTS

Donald Trump mocks some of the journalists who did not believe he would become president

The US president used his Twitter account to broadcast a video with a compilation of critics on his face, which contrast with his election victory in 2016.

"They just did not understand it, but now they do it!" Was the message of US President Donald Trump when he posted a video on his Twitter account Sunday that mocked journalists who did not think to win. the elections of 2016.

The video begins with the announcement of his candidacy for the presidency of the United States, then continues with a series of questions from journalists from different channels and television programs.

Donald Trump arrives in Europe, at the worst moment of relations

What the American president is trying to show with these images is that no one believed in him and that, wrongly, many regarded Hillary Clinton as a winner. Some unbelievers laughed, while others underestimated him.

Among the figures who question him include actor George Clooney, former President Barack Obama and conductor Stephen Colbert. The polls also gave as winner the Democrat candidate.

However, in the second half of the video, they start counting each of the states in which Trump won, to the surprise of a CNN reporter who could not believe the "return" of the American tycoon.



Paul Emison for DayNewsWorld

 

FUSILLADE IN A NEWSPAPER ANNAPOLIS

A man opened fire in a newsroom of a US newspaper and killed five people

The attack took place at the Annapolis Capital Gazette. The causes of the event are ignored. There are many wounded.

An armed attack again rocked the United States: a gunman entered the Capital Gazette newspaper in Annapolis, 45 minutes from Washington, Thursday, and caused at least five deaths and "several serious injuries." The assailant, a "white adult" man whose name was not disclosed, was armed with a "long gun" and was arrested. For the moment, we do not know the motives of the murderer, who is questioned.

Anne Arundel County Police confirmed that a man entered at 3:15 pm in the Bestgate Street building at 888, where the newspaper's offices, which belong to the Baltimore Sun group, are located. They said that the killer had used a "long gun" (it would be a shotgun, as mentioned unofficially) and that the police had not shot at the suspect. They also stated that they found what appeared to be an "explosive device" and that there were 170 people in the building at the time of the massacre.

Phil Davis, a Gazette reporter, tweeted from the attacked location noting that several people had at least been injured. "The shooter fired through the glass door into the press room and opened fire on several employees." "I can not say much more ..." The journalist, who usually covers the Judiciary, wrote: "There is nothing more frightening than listening to several people being shot at while you're under your office that you hear the attacker reload his gun. "

The police did not immediately confirm the number of casualties and took care to evacuate the building and look for the gunman, who was arrested, apparently in a mall near the newspaper. They then announced that there were five dead and "several people seriously injured," according to authorities at a press conference. The wounded were transferred to nearby hospitals. Frashure explained that, thanks to the quick response of the emergency teams, the "suspect was already in custody" waiting to be questioned by the authorities.

Anne Arundel County government chief Steven Schuh also praised the emergency services because, he said, "if they had not arrived as quickly as they did, it could have been a lot worse. " The authorities did not want to go into details about the type of weapon used by the shooter, but said the shooting had concentrated on the editorial desk of the newspaper Capital Gazette, founded in 1884, with a print run of about 30,000 copies a day.

President Donald Trump has used social networks to convey his condolences to the families of the victims and to thank the emergency services. "Before leaving for Wisconsin, I learned about the Capital Gazette shootings in Annapolis, Maryland, my thoughts and prayers are for the victims and their families, and thank you to all the emergency service members who are on the spot, "he wrote.

Maryland State Governor Larry Hogan said on Twitter: "Absolutely ravaged by this tragedy in Annapolis". "Please follow all the alerts and stay out of the area, we pray for all who are in the place and for our community."

New York police immediately reinforced security in several media in the city following the attack.

Annapolis is the state capital of Maryland and is about 45 minutes from Washington. About 40 000 inhabitants, it is a quiet place on the edge of the gigantic Chesapeake Bay, crossed by sailboats and pleasure boats. The city is home to the Naval Academy, one of the oldest military schools in the country.


Simon Freeman for DayNewsWorld

 

PARTIAL VALIDATION OF THE DONALD TRUMP MIGRATION DECREE BY THE SUPREME COURT

THE UNITED STATES

The US Supreme Court validated Donald Trump's anti-immigration decree on Tuesday, June 26, after a bitter court battle over this extremely controversial measure with a majority of five judges against four. The high court, in its judgment written by the president of the institution, John Roberts, believes that the president has only legitimate use of its prerogatives in immigration "The President of the United States has an extraordinary power to speak to his fellow citizens and on their behalf. Our presidents have often used this power to espouse the principles of religious freedom and tolerance on which this nation was founded, " he wrote.

This decree therefore entails - far from the above-mentioned principles - the permanent ban on nationals from six Muslim-majority countries from entering the United States. Yemen, Syria, Libya, Iran and Somalia, but also North Korea, about 150 million people are concerned. It also prohibits entry to certain Venezuelan government officials.

US President Donald Trump hastened to applaud the validation of his migration decree. "The Supreme Court is triumphing the decree. Wow! " He tweeted, seeing it as " a fantastic victory " for the American people after " months of hysteria " on the part of the media and the Democrats.

"As long as I'm president, I will defend the sovereignty and security of the American people and fight for an immigration system that serves the national interest of the United States and its citizens. He pounded.

For opponents this text is similar to an "anti-Muslim decree".

It was implemented by the White House on January 27, 2017, a week after Trump took office. The American Union for Civil Liberties (ACLU) had done everything possible to prove the existence of anti-Muslim prejudices in the US president in reference to his presidential campaign. Federal judges, including in Hawaii, California, Maryland and Virginia, rejected the decree. Unlike the judges in Hawaii or California, the Court did not take into account what Trump had said about "Muslim ban" and said "Islam hates us" during the campaign.

Adrian Vermeule, professor of constitutional law at Harvard, believes that this decision "reaffirms the deference to the presidential authority over foreign affairs and immigration."

If Trump won part of the inning and can claim victory, the fact remains that the nine judges have exempted people with a "connection" with family or business, while waiting to decide on the background of the file in October.

It is thus a temporary decision, the time that the bottom of the file is analyzed. The High Court will pronounce definitively in October.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

RECOVERY OF DONALD TRUMP OR

THE END OF CHILDREN'S SEPARATION

OF THEIR MIGRANT PARENTS


Wednesday Donald Trump had to take into account the outcry provoked by the implementation of the "zero tolerance" established by the Ministry of Justice with its approval. The US president has signed a decree - using the executive route - which stipulates that parents and children will be detained together. After an in-camera meeting with Republican congressional officials on Wednesday, June 20, the US president announced he would sign a text to prevent the separation of families. "We want to keep families together," Trump said from the White House.

A turnaround in the tough US President's policy on immigration. "I'll sign something soon," he said. It's finally done.

Donald Trump has signed a decree to prevent the separation of migrant families who illegally crossed the border with Mexico on Wednesday. While waiting for the Congress to pass a reform on Thursday, June 21, the Trump administration's new policy is to "detain families together" while their asylum applications are being considered.

But here again this means of parrying in a hurry solves only very temporarily the problems posed by the separation of families.

In fact, a 1997 court decision, the "Flores judgment" , theoretically limits the length of detention of children to 20 days, and obliges the State to release these funds later, generally in centers or families. Home. Given the congestion of the courts, even doubling the number of judges according to the proposal of the Republican elected Ted Cruz, it is unlikely that asylum applications can be examined in 14 days. The prelude to a new standoff with justice.

Moreover incarceration for children turns out to be a traumatic experience for them. "Instead of protecting traumatized children, the president has ordered his Attorney General to pave the way for the long-term imprisonment of families in prison conditions , " said Nancy Pelosia, the leader of the Democratic minority at the time. House of Representatives.

The White House can only wait for its salvation from Congress this Thursday, June 21 to reach a compromise on immigration "zero tolerance".


Britney Delsey for DayNewsWorld

 

WITHDRAWAL OF THE UNITED STATES OF THE COUNCIL OF RIGHTS UN MAN

It is more than a year since the United States threatened to leave the UN Human Rights Council. It's done: the threat was put into effect Tuesday night. Indeed the announcement of this departure took place on Tuesday, June 19, at 9 pm in Washington, during a speech by the American ambassador to the UN, Nikki Haley, who did not hesitate to describe the institution of "Cloaca of political partisanship".

"We are taking this step because our commitment does not allow us to continue to be part of a hypocritical and self-serving organization, which makes human rights a mockery," she said.

This is another withdrawal from the long list of US disengagements since the arrival of Donald Trump at the White House in early 2017.

The United States has already withdrawn from Unesco, from the Paris Climate Agreement, from the nuclear deal with Iran, and has also cut off funding to UN bodies.

The United States is now leaving the UN Human Rights Council, based in Geneva. "In doing so, I want to make it very clear that this decision is not a withdrawal of our commitments to human rights. "Man," she added alongside Secretary of State Mike Pompeo.

US call for a profound reform of the HRC

In mid-2017, the United States representative to the United Nations called for a major reform of the CHR. In particular, it called for the exclusion of Member States committing serious human rights violations to be passed by a simple majority and not two-thirds. It had also called for a strengthening of the selection process of the Member States. "Look at the board and you see a terrible disrespect for the most basic rights," Haley said in a speech on Tuesday, June 19, citing Venezuela, China, Cuba and the Democratic Republic of Congo . But it does not mention either Saudi Arabia or the United Arab Emirates, which have been conducting a military offensive for three years in Yemen ...

She also pointed to the biased judgment about their ally Israel, with the issue of "human rights in Palestine" being systematically on the agenda of each session of the HRC, three times a year. " Five resolutions were voted against [the Hebrew State]. That's more than all the resolutions combined against North Korea, Iran and Syria, "said Nikki Haley. According to the diplomats, Washington is mainly paying the HRC for its supposed bias against Israel, which is the focus of an exclusive point - item 7 - on the agenda. Moreover, Israeli Prime Minister Benyamin Netanyahu did not fail to greet in the night a "courageous decision against the hypocrisy and lies of the so-called UN Human Rights Council"

A regrettable decision

Former US diplomat Suzanne Nossel, who worked to secure a seat on the UNHRC under Obama, reacted to Washington's decision. "No multilateral instrument can be pure or almost perfect (...). Its flaws are the failings of member states that sometimes sacrifice human rights in favor of political or economic objectives, "she said while lamenting the withdrawal of the United States from this body.

Human rights organizations, themselves, denounce a contestable body as long as it welcomes states qualified as authoritarian within it. But it must be recognized that the latter nevertheless allows the opening of investigations into rights violations in Syria, Yemen, Burundi, Burma and South Sudan, for example. This decision "will put the country on the sidelines of the global initiatives crucial to defend human rights", deplored the human rights organization Human Rights Watch, saying in a statement that the HRC had " played an important role in countries like North Korea, Syria, Burma and South Sudan.

If this departure comes in the wake of strong criticism from the highest official of the institution against the migration policy of "zero tolerance" of Donald Trump, it shows above all the unilateral policy and isolationist Washington.

Garett Skyport for DayNewsWorld

 

THE POLEMIQUE ENFLE ON CHILDREN

OF MIGRANTS SEPARATED FROM THEIR PARENTS


The controversy swells as images showing children parked in cages have been broadcast and can only move. Melania Trump has even left her reserve. Her communications director told CNN on Sunday (June 17th) that the First Lady said "hate seeing children separated from their families" and called "to govern with heart . " Two former First Ladies, Laura Bush and Michelle Obama, have also condemned this policy.

The UN is on the rise. UN Secretary-General Antonio Guterres has joined the growing criticism of the Trump administration's policy of separating children from migrants and refugees from their parents on the border with Mexico.

"The unity of families must be preserved," UN spokesman Stéphane Dujarric told reporters on Monday. "The Secretary-General believes that refugees and migrants must always be treated with respect and dignity, and in accordance with international law ," he added.

The administration of Donald Trump is beset by the most virulent criticism from both Democrats and Republicans for separating nearly 2,000 children from their parents on the Mexican border, a strategy aimed at deterring illegal immigration.

While Pope Francis has also urged Donald Trump to put an end to these separations, and that the demonstrations are multiplying all over the country, Donald Trump camps on his positions while lambasting the Democrats who refuse to vote the laws and by blaming the latter for this crisis.

President Donald Trump reiterated on Monday that the United States would not be a "migrant camp" and he again accused the Democrats of not agreeing to negotiate an immigration law. "The United States will not be a migrant camp, " he told the White House. "And they will not be a shelter for refugees either - no! Look what's happening in Europe, look what's happening elsewhere - we can not allow that in the United States, not as long as I'm here, " Trump told the White House. On Twitter, he also believed that migrants were responsible for the rise in crime in Europe and a violent change in European culture.

Democrats, for their part, accuse the president of kidnapping migrant children in the context of congressional debates to pass immigration legislation.

Attorney General Jeff Sessions announced last month a "zero tolerance" immigration policy. "If you do not want your child to be separated from you, then do not take him away," Jeff Sessions warned; Supporter of a hard line on immigration, he announced on May 7 before the press the systematic separation of the parents of their children in case of illegal crossing of the border between Mexico and the United States.

This policy of zero tolerance, which was not practiced under the Bush and Obama presidencies, is considered necessary by the current government's representatives to secure borders and curb illegal immigration. "We do the right thing. We take care of these children, they are not subject to abuse, " said Attorney General Jeff Sessions Monday night on Fox TV.

In Congress, elected officials say they are "revolted" by these practices. "Our message to Mr. Trump is this: stop this inhuman and barbaric policy," said Nancy Pelosi, Democrat House Leader, returning from a visit to a detention center in San Diego. Southern California. Republican Senator Ted Cruz, an unfortunate candidate for Republican primaries in 2016, announced he would table a bill to stop these separations.

"All Americans are justifiably horrified by the images we see in the news, these crying children who have been taken away from their mothers and fathers. This must stop. Now. We will be able to put an end to this crisis by adopting the proposal of law that I will present " , said this elected of Texas, another State border of Mexico. "We do not want children to be separated from their parents. That's why I think an [immigration] law is needed, " said Paul Ryan, Speaker of the House of Representatives.

Two bills are currently being debated in Congress. Both are of republican inspiration but one is the result of a compromise made with elected Democrats. A meeting is scheduled for Tuesday night at the White House between Trump and Republican parliamentarians to work on the initiative in Congress.

Finally, a hope of ending this reprehensible crisis ...

Abby Schelcore for DayNewsWorld

 

SEPARATION OF 2,000 CHILDREN FROM THEIR PARENTS OR TRUMP ZERO TOLERANCE POLICY


The Trump administration revealed for the first time Friday the impact of its new zero tolerance policy at the border with Mexico,

Despite the calls of the pope and many political leaders, the practice continues. Nearly 2,000 children have been separated since mid-April from their parents arrested for crossing the US borderless, the Trump administration said Friday, claiming the practice in the name of "zero tolerance" against illegal immigration.

Between 19 April and 31 May, 1995 minors were separated from 1940 adults arrested and detained by border police pending prosecution, a spokesman for the US Department of Homeland Security told a conference telephone. Children can not be sent to the prison where their loved ones are held, he reiterated Thursday, which leads to their separations. "We are currently in a situation where either we choose to apply the law, or we decide to ignore it," said a spokesman during the appeal. The Trump administration made it clear that " we will no longer ignore the law, " he said during the call that was made by officials of Homeland Security and Justice.

President Donald Trump denounces the blockages in Congress on an immigration reform while referring accordingly the fault of this situation on the Democratic opposition. According to him the policy applied especially under the Obama administration, that families arrested were released pending their appearances before a judge, created an appeal effect

The scandal swells in the United States, causing discomfort even in the Republican ranks and the indignation of Democrats and powerful religious leaders.

"It's an immoral, atrocious policy," influential Democratic Senator Dianne Feinstein said on Twitter on Friday .


Abby Shelcore for DayNewsWorld

 

SECRET DATA FROM US NAVY

PIRATES BY BEIJING

Secret data was stolen from a US Navy subcontractor by pirates serving Beijing.

According to experts, the US submarine fleet - be it nuclear attack submarines or ships carrying intercontinental nuclear missiles - gives the country a clear advantage over opponents such as Russia or China developing their own fleets of submarines forced march.

Hackers in the service of the Chinese government stole a lot of secret data from a US Navy subcontractor, including plans for an anti-ship missile (a supersonic craft) that could be launched from a submarine, says the Washington Post Friday.

The Washington Post claims that the hackers managed to steal 614 gigabytes of data including sensors, encryption systems and a little-known project codenamed "Sea Dragon" . This provides for the creation of a supersonic anti-ship missile to equip submarines by 2020.

The media indicates that, despite the sensitive nature of these data, they were stored on an insecure network of the company in charge of the research and development of this project.

This incident challenges the ability of the US military to control the companies to which they entrust the creation of advanced weapons.

Investigators said that the attack on the subcontractor's servers was carried out in January and February by "hackers" from the Ministry of State Security in Guangdong Province.

This is not the first time that Chinese hackers have managed to loot secret data: they had already managed to steal crucial information on the F-35, the fifth generation multi-role stealth aircraft deployed in recent years but also on the new version of the famous Patriot anti-missile missile system.

According to The Washington Post, these attacks are part of the Chinese government's efforts to reduce the US military advantage and become the preeminent power in East Asia.

Navy spokesman, Commander Bill Speaks, remained silent on the newspaper article, citing security concerns.

He merely indicated that the Pentagon was continually adapting to the cyber threat.

Alyson Braxton for DayNewsWorld

 

RUSSIAN INGERENCE OR THE CHARGE OF TRUMP AGAINST NEW YORK TIMES

The White House tenant accused Special Prosecutor Mueller, who is investigating possible collusion between his political entourage and Russia, of leaking documents to the press.

"There was no collusion with Russia (except by the Democrats). When will this very expensive witch hunt end? " Tweeted the US president. Then he asked himself: "Do the Special Prosecutor / Ministry of Justice leak media to fake news the letters from my " Do the Special Prosecutor / Ministry of Justice leak to the media fake news the letters of my lawyers? Should we investigate Democratic corruption instead? " He asked in the wake

The publication by the "New York Times" Saturday of a confidential letter of 20 pages sent in January by the team of lawyers of the American president to Robert Mueller, and another sent in June 2017 sparked the ire Of the president.

In these letters, the President's counsels oppose the interrogation of the latter by the investigators, arguing that "in our political system, the president can not be available for questioning".

Another argument used: Donald Trump can not be accused of obstruction of justice because he has the constitutional power to terminate the investigation supervised by the Department of Justice. Rudolph Giuliani, who belongs to Donald Trump's defense team, warned special prosecutor Robert Mueller on Saturday if he risked summoning the US president to appear. "We will go to court," he said on the ABC TV channel.

Appointed special prosecutor in May 2017 a few days after the dismissal of FBI director James Comey, Robert Mueller is investigating a possible collusion between his political entourage and Russia during the 2016 presidential campaign. He also tries to verify if the president illegally tried to obstruct the investigation.

The special prosecutor's inquiry touches the first circle of the billionaire New York. Among the many relatives and collaborators interviewed, four of them were charged with financial or other offenses, having no direct link to possible collusion.

So far, no concrete evidence of collaboration between Mr. Trump's team and the Russian government has been demonstrated.

Andrew Preston for DayNewsWorld

 

SLAUGHTER  IN A FUSILLADE

FROM A SCHOOL TO TEXAS

heavy toll: 10 dead, 10 wounded in a shootout at a high school in Santa Fe, Texas.

A shootout occurred on Friday, May 18, shortly after 7:30, at Santa Fe High School in the US state of Texas. A student opened fire.

According to Ed Gonzalez, sheriff of Harris County, the attack was over when he arrived there with the police at 7:55 (15:55 in France).

The district had earlier announced on its website that a containment had been put in place.

A man is in custody, and a second was arrested, also announced on Twitter the sheriff. In a press conference, he added that the two men, including the alleged gunman, "would appear to be students at the school" .

The gunman would be a high school student, Dimitrios Pagourtzis, aged 17. He was wearing a long black coat that hid a rifle and a revolver when he entered a classroom around 8:00 am (1300 GMT), and opened fire.

The carnage was operated by bullets, it turns out that the author also intended to use explosives. "Explosive devices have been found in high school and around the campus," the Santa Fe school district revealed on Twitter. Other deadly weapons were mobilized for the killing.

Later, Texas Governor Greg Abbott said the gunman left explosives in a house and a vehicle. "One of the reasons we are concerned about explosives is that we have detected different types," he said, referring to a Molotov cocktail.

Greg Abbott also revealed that the killer had used his father's weapons: a shotgun and a revolver. "According to my information, the shooter recovered these two weapons from his father (...) his father owned these weapons legally. I do not know if he was aware that his son had recovered these weapons, " he said. "He wanted to not only perpetrate this shooting but also commit suicide , " said state governor Greg Abbott. He preferred to surrender to the security officers after an exchange of fire.

This high school student was part of the school's football team, but was a victim of harassment. "The coaches harassed and insulted him and he did not have many friends," he said.

US President Donald Trump said on Twitter that "we can expect bad news" and denounced in a press conference "a horrible attack".








Boby Dean for DayNewsWorld

HUNTING TO WITCHES WILL IT END?

FOR DONALD TRUMP ?

D onald Trump had to face new revelations about Russian interference and Stormy Daniels He encountered two bad news on Wednesday, May 16th. Indeed the investigation of a meeting between his son and Russians during the campaign of 2016 would progress.

A US Senate committee has published 2,000 documents from its investigation into a meeting between Donald Trump Jr and Russians promising compromising information about Hillary Clinton.

But in his testimony, the American leader's eldest son said he had not spoken to his father before this meeting at the Trump Tower in New York with a lawyer linked to the Kremlin.

. In a statement, Donald Trump Jr., whose full testimony appears in the documents made public, said Wednesday he appreciated " the opportunity to help the judicial commission in its investigation." "Everyone can now see that for five hours I have answered every question and that I have been frank and sincere with the commission," Donald Trump Jr. said in a statement.

Donald Trump Jr had already explained that he believed the lawyer could provide compromising information on the rival of his father, Hillary Clinton. He later stated that Ms. Veselnitskaya did not have any information to give, and she herself denied having any connection with the Kremlin, who said she did not know her.

The Republican president of the commission said he made the documents public so that " the Americans can now examine this information in an unfiltered way and reach their own conclusions".

Investigation of Russian interference: Trump can not be charged, according to his lawyer .

But the lawyer Rudy Giuliani following the publication of 2,000 investigative documents on a meeting between Donald Trump Jr and Russians immediately intervened to end the witch hunt that is engaged by Attorney General Robert Mueller.

For Donald Trump's lawyer, an accusation by the White House tenant is unlikely. On CNN and Fox News, former New York Mayor Rudy Giuliani assured Wednesday, May 16 that "the special prosecutor's team has concluded that it can not charge a sitting president," regardless of the evidence that she may be hitting against him in the investigation of Russian interference in the 2016 campaign.

"They can not charge. In any case, they recognized it with us after we struggled, they recognized it. "

Indeed, according to Mr. Giuliani, Robert Mueller, in charge of determining whether there was a collusion between Russia and Donald Trump's campaign team in the 2016 election, agreed to abide by a text from the Ministry of Justice. The legal interpretation of this document, never mentioned before, is that a sitting president can not be charged. "All they can do is make a report [to the Department of Justice]," CNN told reporters who joined Trump's team of lawyers in April.

But according to the American channel, "the question remains open if investigators find evidence of wrongdoing; then Mueller's teams will try to challenge these recommendations . "

The report, and the evidence, could serve as a basis for eventual dismissal by Congress.

For the moment Donald Trump's entourage remains in the role of the persecuted, and the special prosecutor Robert Mueller in that of the grand inquisitor.

Joanne Courbet for DayNewsWorld

AFTER ITS OPERATION MELANIA TRUMP

SMILING SPRING

O kidney sufferer Monday, the First Lady Melania Trump is "in a good mood," according to her husband who visited him at the hospital.

She will remain hospitalized until the end of the week.

On Monday, the US president was photographed as he boarded the presidential helicopter heading for the Walter Reed National Military Medical Center, where his wife was admitted for a kidney operation.

Successful operation, she is in a good mood.

"Thank you to everyone who sent words of support!"

The news of the First Lady's operation was followed by many messages of support shared on Twitter, anonymous and personalities.

New York Democrat Senator Chuck Schumer wrote :

"I just learned that @FLOTUS had surgery today. I sincerely wish him a quick recovery. "

A good recovery to Mélania!
Kate White for DayNewsWorld

DONALD TRUMP ANNOUNCES THE OUTPUT

OF THE IRAN NUCLEAR AGREEMENT

Donald Trump, announced that the United States would "withdraw from the Iranian nuclear deal" , Tuesday , May 8. Speaking from the White House in Washington (USA), the leader also announced the reinstatement of sanctions against Iran.

This agreement on Iran's nuclear power was concluded in 2015 by the United States and six other powers including Iran. An agreement of 2015. This agreement, signed by Tehran, members of the UN Security Council and Germany, aims to ban Iran from seeking the atomic bomb, in exchange for the lifting of economic sanctions international organizations and provided that its nuclear sites are inspected.

The US president has decided to reconsider the suspension of sanctions, lifted in return for Tehran's pledge not to equip itself with nuclear weapons.

The US Administration wants to force Tehran to accept concessions on its nuclear program, ballistic missiles and activities in the Middle East

A few months before the mid-term congressional elections, the American President represents the incarnation of the anger of an America victim of globalization.

Out of the question to deal with Iran, evil power, the source of all the evils of the Middle East.

Former Defense Secretary James Mattis and Secretary of State Rex Tillerson had succeeded in persuading Donald Trump to continue honoring this "disastrous deal."

The two hawks John Bolton and Mike Pompeo at the head of the State Department have long advocated for an exit from the agreement, military strikes against Iran and a regime change. "No correction will cure the diplomatic Waterloo negotiated by Obama," wrote John Bolton January 2018 . "America's declared policy must be to end the Islamic Revolution before its 40th anniversary. "

The American demonization of Iran dates back to the 1979 Islamic Revolution and the hostage-taking of US diplomats. Washington's animosity towards "vicious imperialism" and Tehran's "hegemonic ambitions" is, moreover, part of the traditional policy of protecting the free flow of energy resources of allies in the region, particularly Israel and the United States. 'Saudi Arabia. Not to mention the Russian enemy

The likely collapse of the deal may lead to escalating tensions between Iran, the United States and their respective allies. On all theaters where they are present - Yemen, Syria, Iraq, Lebanon, Afghanistan and the Gulf - any incident could easily turn into military confrontation

The European Union, worried, reiterated on Tuesday its support for the nuclear deal at a meeting in Brussels with Iranian Deputy Foreign Minister Abbas Araghchi and "reiterate their support for further implementation. full and effective joint action plan (JCPOA) by all parties "

The announced end of the Iran nuclear deal will not fail to provoke an Iranian reaction.

Garett Skyport for DayNewsWorld

TRUMP HAS DICTATED ITS LETTER

GOOD HEALTH HAS HIS DOCTOR

The former personal physician of Donald Trump asserts that when he was a candidate for the presidency, he "dictated" to him a letter presenting him as being in perfect health.

Donald Trump "completely dictated this letter.

I did not write this letter, " said Dr. Harold Bornstein in statements to CNN television on Tuesday.

"Trump dictated the letter to me and I told him what he could not put," said the doctor at CNN, explaining that he had " invented as and when".

Dr. Bornstein practicing in New York's Manhattan neighborhood said he had hastily written this text while Donald Trump's car was waiting.

The medical bulletin of Donald Trump, then a simple presidential candidate, reported "his extraordinary physical strength and endurance".

In September 2016, when Democratic candidate Hillary Clinton was slow to reveal that she was suffering from pneumonia, the doctor assured that the real estate mogul was "in excellent health" .

He also told NBC that the president's relatives had made a "descent" to retrieve his medical records in February 2017.

The White House denied ...

Carl Delsey for DayNewsWorld

DISCONNECTS AND EMBRASSADES

BETWEEN EMMANUEL MACRON AND DONALD TRUMP

Does rump see a possible deal with Macron over Iran? After quoting the name of Arnaud Beltrame, the gendarme killed during the terrorist attack in Trèbes the tenant of the White House has reaffirmed his opposition to the Iran nuclear deal.

No objective obtained.

As part of his state visit, Emmanuel Macron and his wife were received with great fanfare on Tuesday at the White House by Donald and Melania Trump.

The US president praised Lafayette's memory and his role in the independence of the United States. He also cited the name of Arnaud Beltrame, the gendarme killed during the terrorist attack in Trèbes (Aude) . "Just a few weeks ago, we added a new name to this list of our great heroes, (that of) a brave French policeman named Arnaud Beltrame. He looked evil in the face and did not blink. He gave his life for his neighbors, for evil face and did not blink. He gave his life for his neighbors, for his country and for the civilization itself, " said the President of the United States.

After an interview lasting more than an hour and a half, the two leaders spoke at a press conference. For Donald Trump Iran would be behind all the problems hence its strong condemnation of the Iranian agreement. He also spoke about international issues and asked Middle East countries to fund military operations more.

Emmanuel Macron started with Iran. "Neither you nor I are changing position with the wind," he said, welcoming "a very in-depth, one-to-one discussion on this topic". The tenant of the Elysee Palace has described the 2015 agreement as "not enough" but "it allows us to have until 2025 an agreement on nuclear". He now wants to work on a new agreement, to "stop ballistic activities" and "better contain the Iranian influence" . Dressing up a disagreement for a new deal. The diplomatic alliance of carp and rabbit? "On Iran, we will put this topic in the challenges of the region. There is the situation in Syria, security throughout the region, " he said. "We have one goal in common, which is to prevent escalation and nuclear proliferation in the region. The question is what is the best way, " added the French president when he said before his arrival in Washington that " there is no plan B " to prevent Tehran to get the bomb atomic.

On Syria and climate, little progress. Only American troops will stay a little before returning home. On the trade the French president asked that one respects the international law and trade between allies, while Washington imposes customs duties on steel and aluminum!



Andrew Preston for DayNewsWorld

TEN TIMES BY A CAR-BELIER

IN TORONTO IN CANADA

A car-ram knocked down pedestrians and broke pedestrians for several hundred meters on Monday at midday. A heavy toll: 10 dead and 15 wounded. According to the authorities, the act was deliberate.

"Twenty-five minutes of horror," describes The Globe and Mail.

It was nearly two kilometers when a white van drove down one of the busiest thoroughfares and dragged corpses and wounded behind her at lunchtime.

The white rental van that had been used as a ram was stopped on a sidewalk on a major street in the city surrounded by police vehicles.

" Our thoughts are with all those affected, " Prime Minister Justin told the House of Commons.

"My thoughts are with those who have been struck by this event and with the rescuers," said Mayor John Tory.

The driver, Alek Minassian, was arrested 26 minutes after the start of the crime.

He is 25 years old and from north of Toronto.

His Linkedin page now disabled indicated student status.

He "crushed everything, he destroyed a bench, (...) we can see exactly where he went because of the tire tracks , " CP24 television channel Jamie Eopni told a witness.

"I saw a white van come up on the sidewalk crushing people (...) thrown in the air one by one, and (the driver) driving at a brisk pace," said a second witness, Alex Shaker, to the CTV television channel.

In front of a police officer, the man seems to be holding up an object and asks the officer:

"Shoot me in the head!" He finally gets rid of it, and the policeman manages to stop him and handcuff him without opening the fire. The driver was not armed, the police said.

Ambulances and police vehicles were quickly deployed and the area was cordoned off. .

This part of the Canadian economic capital " will be closed for several days, the investigation will be long with several witnesses to hear and many images of surveillance cameras to watch," said Peter Yuen, Deputy Chief of Toronto Police .

"This tragic event does not represent who we are," said Toronto Mayor John Tory.

In his youth, he attended a high school for students with "special needs," a term used in Canada to designate both students with learning and behavioral difficulties and those with physical disabilities.

There would be no connection to the Public Safety G7 at the same time in Toronto.


Paul Emison for DayNewsWorld

A STRANGE INVASION IN VICTORVILLE

 

The agglomeration of Victorville (123 000 inhabitants) Californian suffered a strange phenomenon on April 18th:

no less than 150 houses were blocked by the massive arrival of tumbleweeds.

Because of their number, their migrations sometimes look like an invasion.

We know them by looking at the sets of westerns, but these twirling bushes, spherical, pushed by the winds, can also be invasive !!

These bushes, round, dry, run in the streets of the small towns of the western United States, pushed by the hot winds that blow for several days in Colorado and Oklahoma.

There, they are called "tumbleweeds", "twirling" .

This plant grows only in deserts or arid lands. After maturity, these plants stand out from their roots.

Some residents had to appeal to the municipality to come help them "brush off" and they can go home.

Firefighters are called because of potential fire hazards with these "weeds".


Boby Dean for DayNewsWorld

SHINZO ABE AND TRUMP OR GOLF DIPLOMACY

Increased in the negotiations on North Korea, the Japanese Prime Minister is visiting the United States on Tuesday, April 17 for two days.

Donald Trump invited to Mar-a-Lago in the " Winter White House" , Japanese Prime Minister Shinzo Abe and his wife Akie, US President Donald Trump left Washington for Florida, heading to Mar-a-Lago .

The two leaders met Tuesday night in the billionaire's golf club, accompanied by his wife Melania Trump - who, rare enough to be stressed, held his hand. In February 2017, just weeks after coming to power, Donald Trump had already received the Japanese couple in Mar-a-Lago.

When they saw each other in 2017, North Korea fired a missile in the middle of dinner. This time, the security situation certainly improves in Northeast Asia but the process places Japan in a position on the sidelines of the diplomatic game. Yet Tokyo has interests to defend including those of his own security that he believes should be prioritized in the meeting scheduled for June between Trump and North Korean leader Kim Jong-un.

But Donald Trump stressed the unity of view of Japan and the United States on this issue promising to raise the issue of the Japanese kidnapped in the 1970s-1980s by agents of Pyongyang "Problems related to North Korea would have had to be solved decades ago, said Donald Trump. I will address the issue of kidnappings, " he said. (following article).

Two important topics will also be on the agenda:

1 ° Japan in the US customs list

2 ° Japan on the security chessboard of North-East Asia

1 ° Japan in the list of US customs

Indeed, the White House did not exempt Japan from the new customs duties it imposed on imports of aluminum and steel, as it did for South Korea or the Union. European. Although the Japanese manufacturers could escape in part this customs tax to the extent that US customers are able to request a waiver for their suppliers of unavailable products on US soil ... On the sidelines of their sixth meeting, Donald Trump not did not hesitate to tweet as usual that Japan was "a country that hurt us for years on the trade".

Mr. Abe's ambition is to return the United States to the Trans-Pacific Partnership (TPP), a free-trade agreement involving 12 Pacific Rim countries that he has continued to carry despite the withdrawal of the United States from day of Mr. Trump's entry into office, and that's normal !.

But the summit just started, the incorrigible Trump wrote on Twitter about the TPP: "Too many constraints and no way out if it does not work. Bilateral agreements are much more efficient, cost-effective and better for our workers. Look at how bad the World Trade Organization is for the United States. "

Yet the United States under pressure could well return to this treaty. Faced with his isolation, returning to the TPP would be a return to the strategy of encircling his predecessor. Quoted by the Washington Post , Nebraska Senator Ben Sasse summed up the position of Republicans in favor of free trade: "The best way to stop cheating China would be to take the leadership of the other eleven Pacific countries that believe in Rule of law and free trade, " he said. Because the TPP contained many favorable clauses in the United States and even resolved some of the Trump administration's grievances against the North American Free Trade Agreement (Alena) with Canada and Mexico, which is being renegotiated. So why not ? Even if Mr. Trump would prefer a bilateral trade treaty ...

2 ° Japan on the security chessboard of North-East Asia

During the negotiations that will open between the United States and North Korea, Abe hopes that Donald Trump will not be content to insist on the abandonment by Pyonyang of its intercontinental ballistic missiles directly threatening the territory - but it will also include the renunciation of intermediate-range missiles, capable of reaching Japan.

Donald Trump about North Korea: "They respect us. We respect them. The time has come to speak, to solve problems. There is a real chance of solving a global problem. This is not a problem for the United States, Japan or any other country, it is a problem for the world. "

According to the Washington Post , CIA boss and next Secretary of State Mike Pompeo traveled to Pyongyang on Easter and met with the North Korean head of state.

Japan fears, however, that Donald Trump is linking security issues to the advancement of trade negotiations: the US military presence in Japan, which Tokyo currently finances to the tune of 70%.

The entourage of the Japanese prime minister has relied on the game of golf. "I hope it will serve to deepen their friendship," said Japanese government spokesman Yoshihide.


Joannes Courbet for DayNewsWorld

AMERICAN IMPACT THREATS ON SYRIA

 

Tuesday night at the UN Security Council meeting in emergency Moscow vetoed the US resolution to set up a mechanism to investigate the use of chemical weapons.

Donald Trump warned Russia on Wednesday that missiles would be launched in Syria, while France and the United States have threatened retaliation after the alleged chemical attack in eastern Ghouta that they blame the Syrian regime.

"In the event of a US strike (...), the missiles will be shot down and even the sources from which these missiles come will be targeted," said the same day the Russian ambassador to Lebanon, Alexander Zassipkin, asked about the Hezbollah Al Manar TV channel.

This morning in response to the Russian veto Donald Trump affirmed his determination to send missiles towards Syria. "Get ready, Russia, because they are coming, beautiful, new and 'smart!' You should not associate with an animal that kills with gas, which kills its people and likes that. "

The US president has directly threatened Russia, ally of Bashar al-Assad, on his Twitter account. He added in a second tweet saying that relations with Russia were worse than during the Cold War.

"Our relationship with Russia is worse today than it has ever been, including during the Cold War.

There is no reason for that. Russia needs help with its economy, which should be very easy to do, and we need all nations to work together. Stop the arms race? " Tweeted President Trump.

This new threat from Trump who had already promised on Monday that he would take "a major decision in the next 24 to 48 hours" therefore foreshadows an impending US attack on Syria, in response to the regime's alleged chemical attack. Syrian in Douma.

Moscow, for its part, has always denied any use of chemical weapons and warned the United States against strikes that would have "serious consequences" .

The Russian army has already promised " direct response measures" in case of threat to the lives of Russian soldiers stationed in Syria.

Moscow also promises to shoot down all the missiles fired in Syria and insinuates that Washington wants to "erase the traces of provocations" that Westerners denounce as a chemical weapon attack in the rebel enclave of Duma "by intelligent missile strikes. and inspectors will have nothing to find in terms of evidence . "

US missiles that Donald Trump says he wants to send to Syria must aim "the terrorists" and not the "legitimate government" of Damascus, said Wednesday the Russian diplomacy.

"Smart missiles must fly to terrorists and not to the legitimate government, which has been fighting international terrorism for several years on its territory," spokeswoman for Russian diplomacy Maria Zakharova reacted on Wednesday. .

Syria, for its part, has described the threat of US strikes as a "dangerous escalation".

"We are not surprised by this dangerous escalation from a regime like the one in the United States that has sponsored and is still sponsoring terrorism in Syria," said a source from the Foreign Ministry, quoted by Sana. as a chemical weapon attack in the rebel enclave of Duma.

The relations between Moscow and Washington will never have been so strained since the Cold War ...
Alize Marion for DayNewsWorld

CONFIRMATION OF A HISTORICAL SUMMIT

BETWEEN NORTH KOREA AND THE UNITED STATES


The North Korean leader, after weeks of silence, formalized his willingness to engage in a "dialogue" with Washington. The historic meeting would be held in May or early June at the latest.

Kim Jong Un presented a report to senior single party officials "on the situation on the Korean Peninsula", which clearly referred to "the prospect of dialogue between the United States and the DPRK" (official acronym for Korea north), reported Tuesday the North Korean official agency KCNA. US President announced Monday that his historic meeting with Mr. Kim would be held "In May or early June" . "We will meet them (North Koreans, ed) in May or early June," he told reporters.

Pyongyang, however, did not communicate on a possible discussion with the White House on the denuclearization of the peninsula, sent by a South Korean envoy to Washington.

Kim Jong Un's report also includes the date of the next summit with his South Korean counterpart, Moon Jae-in, scheduled for April 27, according to KCNA. The North Korean leader "provided a deep analysis and assessment of the current development orientation of North-South relations," according to the agency.

After months of powerful threats between Washington and Pyongyang around the North Korean nuclear program, negotiations are taking place right now for the preparation of this historic summit. On Sunday, according to the Wall Street Journal North Korea has confirmed directly with the United States that it was ready to negotiate on denuclearization.

"I think there will be great mutual respect and we hope there will be an agreement on denuclearization at this meeting," said Donald Trump. "We hope that the (new) relationship will be very different from what it has been for many, many years," added the US president.


Andrew Preston for DayNewsWorld

BETWEEN 2000 TO 4000 MILITARY DEPLOYED A

THE FRONTIER OF MEXICO BY DONALD TRUMP


 

The US president promised in his election campaign to build a wall on the border with Mexico. Meanwhile to fight illegal immigration Donald Trump made the decision Thursday, to send "between 2,000 and 4,000" men of the National Guard on the border with Mexico.

US Army Reserve Corps, the National Guard has already intervened at the border in 2010, on the orders of Barack Obama, and in 2006-2008 under George W. Bush. Each time, the deployment lasted around one year. The president indicated that he would probably keep them "or at least a large part" on site until the wall was built.

The Pentagon also said it has set up a "Border Security Support Cell" to coordinate the work of the Ministries of Defense and Homeland Security.

As the National Guard is under the jurisdiction of the governors, the Pentagon will be obliged to cooperate with each of the four American states bordering Mexico for the operation. " The National Guard's efforts will include air assets, engineering, surveillance, communications, maintenance vehicles and logistical support , " Pentagon spokeswoman Dana White said earlier.

This could foreshadow a long-term deployment, as the cost of construction is still being "examined" by the White House, acknowledged the President.

This $ 18-billion infrastructure gives the White House tenant almost no funding for the Congressional Budget Review. The latter granted only a tenth of the cost knowing that the Democrats are most reluctant to this project.

On Thursday, Mexican President Enrique Peña Nieto did not fail to reject the "threatening attitudes" and denounce "the lack of respect" of his American counterpart Donald Trump, against a backdrop of increasing tensions on the border between the two countries on the question of migrants.

The relationship between Mexico and the United States "is intense and dynamic, and naturally presents challenges. But these challenges can in no way justify threatening attitudes or disrespect between our two countries, " said the Mexican president.


Joanne Courbet for DayNewsWorld

AMERICAN YOUTH MOVES AGAINST POLICY ON FIREARMS

In 800 US cities, young students, millions of future voters, have decided to mobilize against the gun policy.

The most important "March For Our Lives" rally was held in Washington. Nearly 800,000 people descended this Saturday on the streets of Washington for a historic gun protest, following the killing of Parkland High School in Florida, which killed 17 people last February.

The children of Parkland, the survivors of the 14 February killings, chose to act denouncing the powerful lobby of the National Rifle Association (NRA), very influential in Congress.

Among them in Washington, Emma Gonzalez, a student rescued from shooting at Parkland, paid a heartbreaking tribute to her missing comrades who lasted 6 minutes and 20 seconds, the duration of the shooting in his high school.

The 9-year-old daughter of Martin Luther King spoke during the march organized by American youth this Saturday against the free movement of arms in the United States.

Inspired by the famous speech of her grandfather, civil rights activist, Yolanda Renee King launched: "I have a dream in which too much is too much. And there should not be weapons in this world. "

They also came with their families to demand and, it is important to emphasize, not a total ban, but a stricter control of weapons such as the prohibition of the sale of assault rifles, such as the one used to the killing of Parkland.

Indeed the right to own a weapon for the American citizen is part of the Constitution (Amendment 2) and the vast majority of Americans are very attached to it.

Many personalities joined this movement of magnitude. George Clooney and his wife went to the Washington rally where singer Ariana Grande was also expected. In New York, former Beatles Paul McCartney, in the crowd, reminded CNN that he had a personal reason to be present: "One of my best friends was shot down not far from here," he said referring to the assassination of John Lennon near Central Park in 1980.

Former Democratic President Barack Obama wrote Saturday on Twitter that "nothing can stand up to millions of voices calling for change."

Remember that the weapons make more than 30 000 deaths per year in the United States and that the schooled youth is sometimes presented as the "mass shooting generation". The most affected by gun death remains the African-American community.


Britney Delsey for DayNewsWorld

WHAT IS THE APPOINTMENT OF THE "FALCON"

JOHN BOLTON AS ADVISER NATIONAL SECURITY.


Donald Trump announced this Friday, March 23, the appointment of his new national security advisor, the neoconservative John Bolton, analyst of Fox News. After ephemeral Michael Flynn, forced to resign less than four weeks after Trump's inauguration, and three-star general McMaster, he is the third national security advisor appointed by the US president in 14 months .

A name far from unknown overseas. John Bolton is a popular neoconservator for his tough stance on Iraq or Iran, or even going to war with North Korea. The man is one of the leaders of unilateralist "hawks" within the Republicans, those advocates of the use of force on the international scene.

At 69, John Bolton has a long career behind him. He was one of the leaders of "hawks" - a term given to American neoconservatives - in the administration of George W. Bush. He was his ambassador to the United Nations from 2005 to 2006.

Prior to his UN appointment, he held various government positions under the presidency of Ronald Reagan and George Bush Sr.

In the State Department, he was in charge of relations with international organizations (1989-1993). Prior to that, he had worked at the Department of Justice (1985-1989) and the US Agency for Development USAID (1981-1983).

" It's a man who sees any international agreement not as countries working together, but as a loss of American sovereignty and power," said Jeffrey Lewis, director of the non-proliferation program in East Asia at Middlebury Institute.

And this appointment comes at a key moment in the foreign policy of the United States.

Indeed, not only will historical negotiations with North Korea begin in May but also a crucial deadline for the future of the Iranian nuclear deal will take place including this former US Ambassador to the United States. UN is a big slayer.

1 ° Regarding the historical summit between Trump and Kim Jong-un:

As the White House and the State Department prepare a historic and unprecedented summit between Trump and North Korean leader Kim Jong-un, by the end of May, the appointment of John Bolton is puzzling. In recent years, John Bolton has continued to advocate a hard line against North Korea . "Bolton has long advocated for pre-emptive military action against North Korea, and his appointment as National Security Advisor is a strong signal that President Trump remains open to this option," said Abraham Denmark, who is responsible for East Asia to the State Department under the presidency of Barack Obama.

2 ° With regard to the Iran agreement:

Moreover, this reshuffle also comes as the US President has given until May 12 to Germany, France and Great Britain, the three European powers signatories of the 2015 agreement on Iran's nuclear, to revise this text, "the worst" of the agreements according to him. "The Iranian nuclear deal was a strategic mistake in 2015. This deal must be repealed and America must shape a new reality that reflects the actions of the Iranian regime , " tweeted Bolton on Jan. 29 ... slayer, it is will have understood from the Iranian agreement. The new security advisor is also among those who plead to "break the Iranian agreement" signed in 2015 by the major powers with Tehran to prevent it from acquiring the nuclear weapon. On this, in agreement with Donald Trump, who also threatens to withdraw if this text is not reinforced. ..

Moreover, the appointment John Bolton comes just ten days after the head of the American diplomacy of the current director of the CIA, Mike Pompeo, who is also a "hawk" in favor of a hard line on the Iran. Aaron David Miller, a veteran diplomat who worked in Republican and Democratic administrations, had fun on Thursday: "Courage, Jim Mattis," he said in reference to the Pentagon leader seen by many analysts as the last voice of moderation within the Trump team, particularly on North Korea and Iran.

This appointment, in one of the most strategic positions of the US administration, she augurs a possible change of strategy on the part of the Republican leader on several international files?


Alize Marion for DayNewsWorld

GINA HASPEL FIRST WOMAN AT THE HEAD OF THE CIA

I have musical chairs at the White House: again Donald Trump proceeds to a dismissal and two appointments in the high sphere of administration. Donald Trump has decided to thank his Secretary of State (Foreign Minister) Rex Tillerson and replace him with CIA Director Mike Pompeo.

"Mike Pompeo, the director of the CIA, will become our new Secretary of State. It will do a fantastic job. Thanks to Rex Tillerson, " Donald Trump wrote on Twitter on Tuesday. And it is Gina Haspel who takes the place of Mike Pompéo at the head of the CIA.

Why this new big upheaval in the Trump administration?

Trump wanted to have a new team for negotiations with North Korea, said a senior US official.

Mike Pompeo takes the head of the State Department just days after the announcement of a summit meeting between US President and North Korean leader Kim Jong Un.

Who is Gina Haspel?

Gina Haspel becomes the first woman head of the intelligence agency.A lightning trajectory for this spy named last February deputy director of the famous US intelligence agency.

"Gina is an exemplary spy agent and a dedicated patriot who brings more than 30 years of experience in the agency. She is also an experienced leader with a fantastic ability to do things and inspire those around her, " said Mike Pompeo just over a year ago, when Gina Haspel was named number two of the CIA.

A spy with extensive experience in undercover operations, she joined the agency in 1985 and served in several locations around the world, including London in the late 2000s.

In 2013 she was named head of the CIA's National Underground Service, but had been replaced after only a few weeks. This change would have occurred because of doubts about his responsibility for the setting up after 11 September 2001 of secret prisons abroad where methods assimilated to torture, were used to interrogate the suspects.

According to the Washington Post at the time, she had "run a secret prison in Thailand where the detainees were subjected to simulations of drowning and other ill-treatment . "

The American daily also claimed that Gina Haspel had been involved in the destruction in 2005 of compromising videos on these "intensive interrogation" techniques applied to several detainees in Thailand, alleged members of Al Qaeda.

Her controversial spy spree had already created controversy when she was nominated as CIA No. 2 on February 12, 2017.

Three former CIA directors and other officials, including James Clapper, former director of US intelligence, had given their support to Gina Haspel.

Two Democratic senators, however, had expressed reservations about the nomination in a letter to President Donald Trump. "Her career makes her not suited for this job," said Senators Ron Wyden and Martin Heinrich.

"I appreciate Ms. Haspel's many years of service to the CIA, but I want her assurance that she will respect the spirit and the letter of the law," said Mark Warner, a member of the Commission. Senate on Intelligence, in a statement.

The appointment of this woman with a troubled past comes as a certain vagueness reigns over the intentions of the new President Donald Trump on torture. He expressed the view that torture "works" . A blur that is not close to being lifted.



Alize Marion for DayNewsWorld

THE OBAMA COUPLE RECONVERTED

IN PRODUCER FOR NETFLIX

The Obama couple had left the White House after two terms with a host of projects already to come. Writing respectively their memoirs was part of it.

A little more than a year ago, a publication agreement for two books signed respectively by Barack Obama and Michelle Obama had been signed with Penguin Random House for $ 60 million (about $ 48.5 million). euros.

In fact, the memoirs of former US First Lady Michelle Obama will be available worldwide on November 13 in 24 languages. In this book called Becoming , "I talk about my roots, I tell how a girl from the South Side of Chicago found her way and strong enough to train others by her side," said Michelle Obama, quoted in the press release of the Fayard editions, in charge of the French version. And to continue: " Writing Becoming has been a unique personal adventure. The writing of this book allowed me, for the very first time, to take the time to reconsider, without makeup, a course for the least unexpected . In addition to writing his memoirs Barack Obama, for his part, gives lectures at high prices.

And now Barack Obama will soon be producing for Netflix? According to the New York Times, the former US president and his wife Michelle could indeed produce several exclusive programs for the streaming giant. The former tenant of the White House would have been offered a contract by the video platform.

These programs would not be intended as a platform to directly criticize Donald Trump or the Conservatives.

Rather, they would be a forum for enlightening citizens through a series of debates on the themes that have marked its mandate, such as health, the right to vote, foreign policy, climate change and immigration. Michelle Obama would talk about things like nutrition, for example, one of her hobby horses when she was first lady.

Rather than talk about the policy of his successor at the White House, Barack Obama would have suggested highlighting stories of inspiration, says the New York Times.

"President and Mrs. Obama have always believed in the power of storytelling to inspire others," says Eric Schultz, an advisor to the former president. " Throughout their lives, Obama has highlighted the stories of individuals whose efforts have made the world a better place," he adds. " They want to continue in this direction, including finding new ways to help others share their stories. "

Leaders of Apple and Amazon have also expressed interest in finding an agreement with the Obama ...

According to the New York newspaper, this possible collaboration demonstrates Barack Obama's willingness to "remain engaged in the civic affairs of the nation, although he has carefully avoided direct clashes with Mr. Trump."



Kelly Donaldson for DayNewsWorld
TOWARDS A COMMERCIAL WAR WITH TAXES

TRUMP ON STEEL AND ALUMINUM ?


President Donald Trump, ignoring repeated warnings from many of his allies,

Leading the European Union, made a sharp protectionist shift on Thursday (March 8th) by taxing imports of steel at 25% and aluminum at 10%.

"I have a promise I made in the field," said Trump. According to him, the United States, would have undergone for decades of commercial practices that he did not hesitate to compare to an "aggression" .

Two neighboring countries are currently spared: Canada, the largest trading partner and largest supplier of steel and aluminum in the United States, as well as Mexico.

The fate of these two countries over the medium term will be linked to the progress of the ongoing renegotiation of the North American Free Trade Agreement (NAFTA).

These taxes, of 25% on imports of steel and 10% on those of aluminum, will come into effect in fifteen days.

To do this, the White House tenant used section 232 of US trade legislation that relies on national defense arguments to limit the importation of goods and goods into the United States. Why the White House considers the Alena as part of its "economic security" ...

In a tweet, however, Donald Trump spoke of the need to protect the US steel and aluminum industries while demonstrating "great flexibility and cooperation with those who are true friends and treat us fairly in both trade and defense. "

Although the US president promised to find common ground with the "real friends" of the United States, all the countries concerned reacted violently to these measures pointing to the risks of a trade war with unforeseeable consequences.

Japan, an important ally of the United States in Asia, immediately ask the United States not to apply the agreement otherwise "appropriate measures" would be taken.

According to the government spokesman, Yoshihide Suga this measure could threaten the entire global economy.

China, the world's second largest economy, mainly targeted by its well-known overcapacity - its monthly output of steel almost equaling that of the United States in one year - clearly denounces a "deliberate attack on the multilateral trading system".

"In our globalized world, those who resort to commercial warfare choose the wrong remedy, they will only penalize others while penalizing themselves," said Foreign Minister Wang Yi.

Washington has also drawn the wrath of the European Union affected by this measure since it exports about five billion euros of steel and one billion euros of aluminum each year to the United States.

The president of the European Central Bank, Mario Draghi, has stepped up to the plate because he fears that the escalation of protectionist measures will jeopardize growth.

The dispute will be on the agenda of the next European summit in Brussels, March 22 and 23.

But one of the Vice-Presidents of the European Commission Jyrki Katainen has already pointed to a regulatory provision that would undermine the US measure:

Donald Trump can not exempt an EU member state from taxes without mechanically driving an EU-wide exemption ...

Germany ranked 8th in the US steel imports (3%) and that Donald Trump specifically referred to as taking advantage of the United States without compensation could be alone to suffer these retaliatory measures!

This most controversial measure aimed at protecting US national security actually hides a measure of protection for the US steel industry. But not sure that it is effective even from the American point of view: a study of Trade Partnership today predicts the creation of 33,500 jobs in the steel industry, but the concomitant loss of 146,000 jobs in other sectors ...

Indeed, after the resignation of economic adviser Gary Cohn, did not Secretary of Commerce Wilbur Ross argue that the United States had "no desire to blow up the planet" ?

Joanne Courbet for DayNewsWorld

ATTACK OF PORN STORMY DANIELS

AGAINST DONALD TRUMP

Porn actress Stormy Daniels has decided to attack Donald Trump. The porn actress filed a complaint with the California state court on Tuesday against US President Donald Trump to try to invalidate the confidentiality clause she signed with him, according to court documents. The porn star signed the deal on October 28, 2016, the month before the presidential election that brought Donald Trump to the White House.

This complaint in a court in Los Angeles marks a new stage in this series where the versions of the two actors change over the months. After the first revelations in the press, Stormy Daniels had indeed denied having sex with Donald Trump, while he was a businessman. The White House, for its part, also denied these claims that it had described as "old recycled information, which was published and vehemently denied before the election".

The one named Stephanie Clifford in civilian life and said she had an intimate relationship with Donald Trump, claims in this complaint that the non-disclosure agreement is invalid. According to the petition, the current President of the United States would not have initialed the document himself, thus making it void.

"The complainant is asking for an order from this court declaring that the agreement was never formed and that it does not exist, among other things because Donald Trump never signed it," said the complaint unveiled by his lawyer , Michael Avenatti on Twitter.

"The agreement imposed various conditions and obligations not only for Ms. Clifford but also for Mr. Trump. He also asked for the signature of all parties, including that of Mr. Trump, " the document continues.

"As is customary, it was clear at all times that unless all parties sign the required documents, the confidentiality agreement, with all its terms and conditions, would be void," continues the text.

Among other details, the complaint notes that Stephanie Clifford and Donald Trump had an intimate relationship - started in Lake Tahoe, California - between the summer of 2006 and "a good part of 2007" , after his marriage with his wife Melania, and a few months after the birth of his son Barron. This liaison would have continued during the year 2007, specifies the complaint.

Note that a transfer of 130,000 dollars was made to the benefit of Stormy Daniels, who was quoted under the name of Peggy Peterson in the agreement while Donald Trump, it was under the name of "David Dennison".

According to the complaint, as of January 2018 and the emergence of " details of the agreement" in the media, " Mr. Cohen, through tactics of coercion and intimidation, forced Ms. Clifford to sign a false statement where it stated that information about a relationship with Mr. Trump was false ".

The wife of the tenant of the White House remains impassive face these rumors of infidelities of her husband.

Kate White for DayNewsWorld

TRUMP IS FOR HARDENING CONTROL OF FIREARMS


The killings that killed 17 people at a high school in Parkland, Florida on Feb. 14 revived the debate over over-the-counter gun control under the second amendment to the Constitution. The school reopened on Wednesday.

On Wednesday, at the start of the fourth firearms policy debate he had this week, President Trump asked Congress to find solutions.

President Donald Trump supports strong measures for arms control.

"I will certainly pay a lot of attention," he told a dozen members of Congress, Democrats and Republicans, he received at the White House.

" And it is me who speaks about it, whereas many people do not even want to hear about it because they are afraid " , he added, inviting the parliamentarians to seize the file.

The head of state was particularly in favor of raising, from 18 to 21 years, the minimum age required to acquire a rifle in the United States. Two American distributors Walmart, the number one and the salesman of sporting goods and hunting Dick's, besides announced that they raised from 18 to 21 years the minimum age to acquire weapons in their stores.

Regarding the strengthening of background checks, he asked that the measures be broader than those contained in the proposal of the Texas Senator John Cornyn, the number two Republican in the Senate. "You have to be very, very effective on background checks. Do not be shy, " said the president.

The White House tenant also spoke in favor of thorough checks and purchase restrictions for the mentally ill.

He is in favor of arming certain teachers, who will have learned how to use weapons to protect students in the event of mass killings.

And finally he supports the police to seize arms.

Many political leaders have agreed on what Donald Trump was talking about on Wednesday, including Florida Republican governor Rick Scott, who was supported by the powerful gun lobby, the National Rifle Association (NRA).

Democratic Senator Chuck Schumer praised Donald Trump's remarks while stressing that "the next step" was "even more important." "The President must stick to these principles despite the enormous pressure that will come from the right hard, " he said.

Donald Trump asked parliamentarians not to be afraid of the NRA. "You are afraid of the NRA," Donald Trump told the senators. "She has great power over you. She has less power over me. I do not need her, " he said. He said he told NRA Sunday at a private luncheon: "It's time. We must stop this absurdity. It's time. "

Connecticut Democratic Senator Chris Murphy, however, reminded the president that the influence of the lobby should not be underestimated.

"The reason nothing has been done is because the gun lobby has veto power over any piece of legislation that comes before Congress, " said Senator Murphy. Mr. Chairman, you will have to get the Republicans to the table on this issue because right now, the gun lobby is going to stop them. "

For Trump, the most important thing will be to convince his right-wing voters, who are fiercely opposed to tougher laws, but also his Republican colleagues who may prefer not to risk losing out to a large part of their electorate.

The other obstacle, and not least, will be to resist the lobby of the NRA.


Joanne Courbet for DayNewsWorld
There are no translations available.

UN FILS CONDAMNE ECHAPPE A LA PEINE DE MORT

GRACE A SON PERE MISERICORDIEUX

Le gouverneur de l'État du Texas a commué la peine capitale de Bart Whitaker en prison à perpétuité peu avant son exécution programmée alors qu'il avait commandité le meurtre en 2003 de ses parents et de son frère en engageant un tireur.

Ce dernier avait mis en scène un faux cambriolage, prétendant avoir été lui-même victime d'un tir lors de l'attaque. Sa mère Tricia, 51 ans, et son frère Kevin, 19 ans, avaient été mortellement touchés. Son père avait été grièvement blessé.

Son père, seul survivant de ce drame familial, s'est battu depuis pour lui éviter la peine de mort en choisissant le pardon et croyant en la rédemption . Kent Whitaker a été entendu. Trente minutes avant l'injection létale, le gouverneur du Texas Greg Abbott a prévenu qu'il changeait la peine capitale en peine de prison à perpétuité, indiquant dans un communiqué que « Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce »..

Un victoire pour Kent Whitaker, le père du meurtrier, qui se bat depuis plusieurs années contre son exécution. « Dieu m'a aidé à parvenir à ce pardon intégral. Je pense qu'Il l'a fait pour m'aider à retisser ma relation avec mon fils» a-t-il déclaré. Dans son livre Murder by Family, Kent explique que son fils a mis à profit ses années en prison en suivant « une formation pour canaliser sa colère » et en participant au « catéchisme ».

Ce drame familial rencontre un écho notable aux États-Unis. La peine de mort est en effet un des sujets très controversés aux les États-Unis, où une légère majorité de la population est favorable à la peine de mort. La peine de mort aux États-Unis est appliquée au niveau fédéral et, dans trente des cinquante États fédérés que compte le pays.

Elle est également appliquée par la justice militaire. Aujourd'hui, les États-Unis font partie du cercle restreint des démocraties libérales qui appliquent la peine de mort. Les abolitionnistes américains, organisés en associations, militent pour la suppression de la peine de mort aux États-Unis.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

VERS UNE INTERDICTION DES « BUMP STOCKS » APRES LA TUERIE AU LYCEE DE PARKLAND EN FLORIDE

 

Après la tuerie dans une école de Floride, le président américain s'est vu accusé de faiblesse vis-à vis de la National Rifle Association (NRA), puissant lobby des armes à feu aux États-Unis, par les étudiants en colère. Six Américains sur dix pensent que la Maison Blanche et le Congrès manquent d'efficacité pour prévenir les fusillades de grande ampleur, selon un sondage publié par le Washington Post et ABC.

Entendant leur demande Donald Trump a plaidé mardi pour l'interdiction du «bump stock».

«J'ai signé une directive demandant au ministère de la Justice de proposer des réglementations afin d'interdire tous les mécanismes qui transforment des armes légales en fusils automatiques», a indiqué le président des États-Unis.

Un éventuel âge minimum pour l'achat d'armes semi-automatiques pourrait même être envisagé.

Le bump stocks est un petit dispositif tout à fait légal qui permet de transformer une arme semi-automatique en arme automatique. Une façon de contourner l’interdiction des armes automatiques aux Etats-Unis. Le mécanisme en plastique ou en métal s’installe derrière une arme semi- automatique et permet de tirer jusqu'à 9 coups par seconde avec une arme normalement conçue pour tirer au coup par coup. L'arme munie d'un bump stocks devient aussi dévastatrice qu’une arme entièrement automatique.

Le tireur de Las Vegas, Stephen Paddock, en possédait lors de la fusillade qui a fait au moins 58 morts et plus de 500 blessés en octobre dernier et déjà il avait été question d'interdire ce dispositif.

La National Rifle Association (NRA) avait elle-même estimé que ces mécanismes devaient être soumis à davantage de contrôle...

Mais cinq mois plus tard, un énième carnage a eu lieu à Parland avec l'utilisation du même dispositif tant décrié mais toujours pas interdit à ce jour.

Le locataire de la Maison Blanche reçoit mercredi une délégation d'enseignants et d'étudiants pour permettre des «des avancées concrètes pour rendre les écoles plus sûres». Il s'est également dit prêt à ouvrir une discussion sur un âge minimum pour la détention d'armes.

Les lycéens de Parkland ont annoncé une « Marche pour nos vie » prévue pour le mois de mars à Washington et dans d'autres villes du pays par des lycéens pour un encadrement plus strict sur les armes à feu.

Se sont déjà ralliés à leur cause l'acteur George Clooney et son épouse Amal annonçant un don 500.000 dollars, l'animatrice Oprah Winfrey, le réalisateur Steven Spielberg et son épouse, l'actrice Kate Capshaw, le producteur Jeffrey Katzenberg et son épouse Marilyn.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

CLIMAT DE GUERRE FROIDE AVEC L'INGERENCE RUSSE DANS LES ELECTIONS AMERICAINES

 

Treize ressortissants russes et trois sociétés ont été inculpés aux Etats-Unis par le procureur spécial chargé de ce dossier, Robert Mueller pour accusation de complot en vue de tromper les États-Unis.

Trois d'entre eux sont accusés également de fraude bancaire et cinq autres de vol aggravé d'identité, selon un communiqué du procureur Mueller. Evguéni Prigojine, un proche du président russe Vladimir Poutine, fait partie des accusés.

Robert Mueller cherche à établir s'il y a eu immixtion de la Russie dans l’élection présidentielle pour aider Donald Trump à battre Hillary Clinton, s’il y a eu collusion de l’équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie.

Et Donald Trump aurait-il eu la volonté de faire obstacle aux investigations ?

Les principaux services de renseignement, la CIA, la NSA, et le FBI ont déjà dénoncé l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016, via des campagnes sur les réseaux sociaux et le piratage d'informations provenant du camp démocrate américaine. La Russie balaie les accusations d'ingérence dans la politique américaine.

Mais l'acte d'accusation porté contre les treize ressortissants de la Russie ne fait cependant pas mention de connivence entre l'équipe de campagne de Donald Trump et le gouvernement.

D'ailleurs le président américain, quant à lui, a toujours formellement démenti toute forme de collusion allant jusqu'à accuser le FBI de mener une « chasse aux sorcières » contre son administration.

Côté russe on s'insurge également contre une telle accusation. « Notre gouvernement ne s'est jamais mêlé de la vie politique américaine », a martelé samedi à l'occasion de la conférence de Munich sur la sécurité, l'ancien ambassadeur russe à Washington de 2008 à 2017, Sergueï Kisliak. « Je n'ai jamais rien fait de la sorte, mon ambassade non plus ».

« Toutes ces accusations sont de simples fantasmes, utilisés à des fins politiques aux États-Unis dans le cadre de la bagarre entre les différents camps politiques », a-t-il insisté.

Sergueï Lavrov a également insisté sur le fait que les déclarations américaines à ce sujet étaient contradictoires. Des responsables américains ont en effet affirmé que la victoire du candidat républicain Donald Trump n'était pas le résultat d'une ingérence russe.

Au conseiller à la sécurité nationale du président américain H.R. McMaster de répliquerà Munich que les « preuves étaient vraiment irréfutables » contre Moscou en la matière.

A suivre.....

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE PROFIL DU TUEUR DE FLORIDE

 

L' interrogation était sur toutes les bouches :comment un jeune homme fasciné par les armes, perturbé mentalement et parfois décrit comme lié à un groupuscule d'extrême droite, a-t-il pu échapper à la vigilance de la police ?

Depuis la Maison Blanche au drapeau mis en berne en hommage aux 17 victimes le président Donald Trump a promis de s'attaquer aux maladies mentales mais n'a aucunement esquissé la moindre illusion au débat récurrent sur la possession des armes à feu dans le pays.

Nikolas Cruz, le tireur âgé de 19 ans, a tué de sang froid en quelques secondes 17 jeunes personnes, dont 14 étaient âgées de 14 à 18 ans, et fait une quinzaine de blessés au lycéé Marjory Stoneman Douglas, dans la ville de Parkland. 17 rafales de son fusil d'assaut , acheté légalement en février 2007, ont suffi à semer le chaos et la mort dans cet établissement de Floride.

Après une nuit d'interrogatoire par la police du comté de Broward, une magistrate a prononcé les charges pesant à son encontre soit 17 meurtres avec préméditation.

L'ancien élève a reconnu être l'auteur de l'attaque, qu'il a menée avec un fusil d'assaut et des chargeurs de munitions qu'il transportait dans un sac à dos. Il a avoué avoir ouvert le feu sur les élèves dans un bâtiment du lycée.

Une question taraude cependant les Américain :

pourquoi le FBI n 'a-il pas agi alors qu'il avait été alerté en septembre par un abonné de la plateforme YouTube à propos d'un commentaire laissé par un utilisateur s'identifiant comme Nikolas Cruz: "Je vais devenir tireur professionnel dans les écoles". ?

Pourquoi ce jeune homme, à l'enfance marquée par l'absence de ses parents biologiques puis le décès de ses parents adoptifs, a-t-il pu passé à l'acte ?

Ce drame relance cet éternel débat sur les armes à feu sans pourtant laissé d'espoir quant à une réforme législative dans un Congrès à majorité républicaine. L'ancien président démocrate Barack Obama qui s'était heurté au refus de légiférer sur les armes à feu, a confié jeudi ne pas croire cependant à la fatalité de ces drames.

"Nous ne sommes pas impuissants", a écrit M. Obama en appelant à une législation "de bon sens".

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

INNOCENCE DE DONALD TRUMP PAR UNE NOTE CONFIDENTIELLE DANS LA COLLUSION DES

INTERETS RUSSES ET AMERICAINS

Une note confidentielle a été déclassifiée par le président contre l'avis de la police fédérale, laquelle décrit un abus de pouvoir présumé du FBI lors de la mise sur écoute d'un ancien membre de l'équipe de campagne du républicain.

Donald Trump se dit innocenté dans cette affaire de l’enquête russe, une "chasse aux sorcières" selon lui.

"La note innocente totalement 'Trump' dans l'enquête.

Mais la chasse aux sorcières russe continue indéfiniment", a tweeté le locataire de la Maison Blanche en parlant de lui à la troisième personne.

La poursuite de l 'enquête « est une honte pour l'Amérique ».

"Après un an à chercher continuellement, pour ne rien trouver, (l'accusation de) collusion est morte", a-t-il martelé, ne cessant de mettre en cause l'intégrité des plus hauts échelons du ministère de la Justice et du FBI.

Voici ce que cette note contient.

La note confidentielle de trois pages et demie rédigée par des républicains du Congrès et déclassifiée par Donald Trump affirme

«soulever des inquiétudes quant à la légitimité et la légalité de certaines actions» initiées par le FBI et le ministère américain de la Justice.

Ces deux institutions auraient donc commis des abus afin d'obtenir le mandat d'un juge pour espionner les conversations d'un ancien conseiller diplomatique de l'équipe de campagne de Donald Trump, Carter Page.

Adoptée il y a 40 ans, la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) impose en effet aux enquêteurs du ministère de la Justice de présenter à un magistrat fédéral des éléments probants - -laissant soupçonner par exemple qu'un individu travaille clandestinement pour une puissance étrangère-- afin d'avoir le droit de placer cette personne sur écoute.

Or pour l'obtention de ce mandat judiciaire, le ministère et le FBI se serait appuyé sur des informations collectées par Christopher Steele, un ancien espion britannique.

Ce dernier aurait travaillé dans le cadre d'une mission financée par le parti démocrate et l'équipe de campagne de Hillary Clinton !!!

L'utilisation devant un juge d' informations provenant d'une personne ayant des préjugés ou des intentions cachées comme M. Steele n'est pas rare: au magistrat d'estimer ensuite le poids à donner à ces informations.

L'opposition démocrate furieuse brandit le spectre d'une crise des institutions ...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DONALD TRUMP OU UN DISCOURS RASSEMBLEUR

SUR FOND DE DIVISION DU CONGRES

«J'en appelle à tous, mettons nos différences de côté, recherchons un terrain d'entente et faisons émerger l'unité dont nous avons besoin pour servir le peuple qui nous a élus», a déclaré le locataire de la Maison Blanche.

Donald Trump a prononcé mardi 30 janvier au soir son premier discours sur « l'état de l'Union ». Face au Congrès, le président des Etats-Unis a lancé un appel au rassemblement après une première année au pouvoir riche en rebondissements.

Il a «tendu la main» aux démocrates pour mener à bien ses projets majeurs en 2018. «J'en appelle à tous, mettons nos différences de côté, recherchons un terrain d'entente et faisons émerger l'unité dont nous avons besoin pour servir le peuple qui nous a élus» .

«Ceci est notre nouveau moment américain. Il n'y a jamais eu de temps meilleur pour commencer à vivre le rêve américain.

Ce soir je veux parler du futur que nous aurons, de la nation que nous allons être. Nous tous, ensemble, comme une équipe, un peuple et une famille américaine.» a-t-il ajouté.

Comme on pouvait s'y attendre, le Président est revenu dans un discours de près une heure et demie sur les progrès et les succès de sa première année au pouvoir en vantant les mérites de sa réforme fiscale, l'économie florissante du pays, la baisse du chômage. Il a également réaffirmé son attachement à la liberté religieuse et au port des armes et à l'armée en renforçant l'arsenal nucléaire américain.

Des propositions ont été effectuées pour être rassembleur:

1° Baisser le prix des médicaments

2° Donner «Une deuxième chance aux détenus»

3° Investir dans la formation professionnelle.

4°  Améliorer les infrastructures publiques «sûres, rapides, fiables et modernes» , avec une évaluation d' «au moins 1.500 milliards de dollars». Pour ce faire, il a besoin de 60 voix au Sénat,alors que  sa majorité n'en a que 51. «Notre économie en a besoin et notre population le mérite», a-t-il plaidé

5°Légaliser 1,8 million d'illégaux arrivés mineurs dans le pays tout en demandant « d'avancer vers un système d'immigration au mérite».

Dans ce discours retransmis en direct sur les chaînes télévisuelles et donc très médiatique Donald Trump a invité, pour faire passer son message, les parents de deux adolescentes battues à mort par des membres du gang MS-13 en 2016 mais également des militaires et des pompiers venus en aide aux victimes des ouragans.

Ce discours a été applaudi à tout rompre plus d'une centaine de fois par les Républicains.

De leur côté les démocrates se sont gardés de tout enthousiasme et n'ont pas applaudi restant froidement assis allant jusqu'à huer Donld Trump à plusieurs reprises. Certains démocrates par ailleurs ont boycotté le discours tandis que de nombreuses députées s'étaient vêtues de noir par solidarité avec le mouvement #MeToo contre le harcèlement sexuel et pour l'égalité des sexes.

Ils ont invité, quant à eux, des « dreamers » et leurs familles, une soldate transgenre, des réfugiés de l’île de Porto Rico, dévastée par les ouragans et des personnalités d’origine haïtienne, dont le pays aurait été qualifié « de pays de merde » par le Président.

Porté par cette «juste mission» Donald Trump n'a pas hésité à reprendre le terme attribué aux jeunes immigrés illégaux : «Les Américains sont des rêveurs eux aussi», a lancé Donald Trump.

Il a proposé aux démocrates de l'aider à «protéger nos concitoyens quel que soit leur milieu, couleur ou croyance.»

«Nous voulons que chaque Américain connaisse la dignité d'un jour de dur labeur ; nous voulons que chaque enfant soit en sécurité chez lui la nuit ; et nous voulons que chaque citoyen soit fier de ce pays que nous aimons.» , a-t-il déclaré d' un ton incantatoire.

Un changement de cap, cet appel à l'unité ? Seul l'avenir nous le dira...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

QU'ATTENDRE DU PREMIER DISCOURS

DE DONALD TRUMP SUR L'ETAT DE L'UNION

Ce discours sur l’état de l’Union est inscrit dans la Constitution des Etats-Unis. L’article II, section 3, clause 1 prévoit que :

« Le président informera le Congrès, de temps à autre, de l’état de l’Union, et recommandera à son attention telles mesures qu’il estimera nécessaires et expédientes. ».

Il s’inscrira dans une tradition remontant au 8 janvier 1790, lorsque George Washington prononça le premier discours sur l’état de l’Union. Le discours est prononcé devant les membres actuels et passés de la Chambre des représentants et du Sénat, le cabinet du président, le juge en chef des Etats-Unis et les juges de la Cour suprême, ainsi que le corps diplomatique.

Chaque membre du Congrès a le droit d’inviter une personne de son choix.

Sous la menace de l’enquête sur l’ingérence russe, le président va mettre en avant les succès de son année au pouvoir dans un discours certainement très conventionnel au nombre de deux : le vote de sa réforme fiscale, les bons chiffres de croissance .

Le New York Times rappelle que le discours de l’état de l’Union consiste aussi à présenter une liste de succès, établie en collaboration avec les responsables des différentes agences gouvernementales. Aussi devrait-il donner ses intentions concernant la renégociation des accords commerciaux internationaux et expliquer son plan à 1 000 milliards de dollars concernant la réfection des infrastructures américaines. Le président américain a demandé un durcissement des règles en matière de commerce extérieur. La semaine dernière, il a signé un décret instaurant des droits de douane de 30% sur les panneaux solaires importés aux Etats-Unis, dans le cadre des premières restrictions commerciales unilatérales décidées par son administration.

Donald Trump devrait également aborder la question de l’immigration et les questions de sécurité à un moment où républicains et démocrates cherchent toujours un consensus autour d’une de ses promesses de campagne : la question des migrants.

D'ailleurs le locataire de la Maison Blanche a invité Elizabeth Alvarado, Robert Mickens, Evelyn Rodriguez et Freddy Cuevas, les parents de Nisa Mickens et Kayla Cuevas, battues à mort par des membres du gang MS-13, en septembre 2016.

Puis viendra la traditionnelle réponse au discours sur l'état de l'Union de Donald Trump devant le Congrès.

Et c'est Joe Kennedy, étoile montante du Parti démocrate, qui incarne ce mardi l'opposition à Donald Trump . Petit-fils de l'ancien sénateur Robert et petit-neveu de l'ex-président JFK, le représentant du Massachusetts, 37 ans, répondra mardi au nom de son parti au premier discours sur l'état de l'Union de Donald Trump.

Joseph Kennedy a choisi d'inviter la sergente-cheffe Patricia King, servant dans l’US Army depuis dix-neuf ans, elle faisait partie des militaires transgenres menacé.e.s par la volonté du président Trump de leur interdire l’accès à l’armée.

Il entend mettre l'accent sur l'injustice de sa politique envers les Américains qui travaillent dur, fait savoir Nancy Pelosi, chef de file de l'opposition à la Chambre des représentants. «Du système de santé à la justice économique en passant par les droits civiques, le projet démocrate contraste fortement avec les promesses non tenues de Donald Trump aux familles américaines», confie encore le petit-neveu de JFK sur Twitter.

A SUIVRE
Kelly Donaldson pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FIN DU SHUTDOWN ET UNE PILULE AMERE

POUR LES DEMOCRATES .

 

Les sénateurs ont finalement voté une nouvelle rallonge budgétaire, lundi, mais sans réelle contrepartie concernant l’immigration. Car le lieu du problème se situe bien là.

Minoritaires au Sénat mais disposant de suffisamment de voix pour faire valoir leurs exigences, les démocrates insistaient pour que tout texte prolongeant le financement des dépenses à court terme de l’administration fédérale inclue une protection pour les jeunes migrants clandestins bénéficiant pour quelques semaines encore d’un programme mis en place par Barack Obama connu sous le nom des « dreamer »

Les démocrates avaient engagé, vendredi 19 janvier, une épreuve de force avec l’administration de Donald Trump sur l’immigration.

Mais en se résignant, lundi, à voter majoritairement en faveur d’une rallonge budgétaire pour l’Etat fédéral, ils ont en effet mis fin à son blocage (« shutdown ») .

Qu'ont-il obtenu  en contrepartie? Une simple promesse du chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell (Kentucky), d’examiner prochainement un dispositif de protection des sans-papiers arrivés enfants sur le sol américain, les « dreamers ».

Le chef de file des démocrates au Sénat Chuck Schumer a justifié sa décision d'aller au compromis par la nécessité d'avancer de manière constructive sur l'immigration. ..

Ajoutant que "Les républicains n'ont jamais pu avoir une idée claire de ce que leur président voulait"

Le président a supprimé, en septembre 2017, ce dispositif légué par son prédécesseur, Barack Obama. Près de 800 000 de ces sans-papiers seront menacés d’expulsion à partir du début du mois de mars si le Congrès avoue son impuissance.

Les sénateurs dont les noms reviennent avec le plus d’insistance comme candidats potentiels à la primaire pour la présidentielle de 2020, Bernie Sanders (Vermont), Elizabeth Warren (Massachusetts), Cory Booker (New Jersey) ou Kamala Harris (Californie) ont tous voté contre le texte, manifestement soucieux de ne pas heurter l’aile la plus à gauche du parti qui appelait de ses vœux une une résistance plus déterminée.

La rallonge votée par le Congrès lundi ne court que jusqu’au 8 février.

Conséquence directe de cette sortie de crise:

Les services fédéraux vont à nouveau fonctionner à plein régime mardi et ce jusqu’au 8 février.

Donald Trump participera bien en fin de semaine au Forum économique de Davos, en Suisse. Un an presque jour pour jour après son arrivé au pouvoir, il aura l'occasion d'y livrer vendredi sa vision de "L'Amérique d'abord" devant un parterre de chefs d'Etat, dirigeants d'entreprises et stars d'horizons divers.

Nouvelle échéance au 8 février !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE SHUTDOWN EN CADEAU DU

PREMIER ANNIVERSAIRE D'INVESTITURE

 

«C'est le premier anniversaire de ma présidence et les démocrates voulaient me faire un joli cadeau», a ironisé M. Trump dans une série de tweets matinaux.

Un nouveau vote est programmé pour lundi au Sénat américain afin de tenter de trouver un accord entre républicains et démocrates sur le budget du gouvernement et de sortir du «shutdown», la fermeture partielle des services fédéraux.

En fin de journée, le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé qu'il convoquait un nouveau vote, après celui de vendredi soir dont l'échec avait entraîné le «shutdown».

Le shutdown [fermeture] est une mesure prévue par la Constitution américaine quand le Congrès n'arrive pas à s'entendre sur le vote du budget du pays. Soit exactement ce qu'il s'est passé dans la soirée du vendredi 19 janvier.

Les sénateurs républicains [majoritaires] et démocrates n'ont pas trouvé un point d'accord. Ils ont rejeté, à dix voix près, la proposition de loi budgétaire sur le financement de l'État fédéral jusqu'en février. Le shutdown a été officialisé à minuit.

Si les sénateurs républicains sont majoritaires au Sénat, avec 51 sièges, ils avaient tout de même besoin de 60 voix (sur 100) pour faire passer la loi budgétaire. Il fallait donc que leur camp vote à 100% pour, mais aussi convaincre quelques sénateurs démocrates. Au final, ils n'ont obtenu que 50 voix.

Mais c'est sans compter également avec le mécontentements dans la rue .

A Washington, New York ou Chicago, des centaines de milliers de manifestants célébraient, eux, l'anniversaire de la «Marche des femmes», immense rassemblement qui avait défié Donald Trump au lendemain de son investiture. Comme en 2017, le bonnet rose à oreille de chats était le signe de ralliement de ces foules venues dénoncer le harcèlement sexuel, l’inégalité hommes-femmes et marquer leur opposition au président républicain.

Derrière les postures indignées des élus, les tractations sur le budget ont quand même repris samedi dès l’aube, tant cette paralysie ubuesque donne une détestable image politique de Washington.

Le président américain a multiplié samedi les échanges téléphoniques avec les ténors du Congrès mais aucun signe de progrès tangible n'était perceptible en milieu d'après-midi.

Mais quel est le point de discorde central:

Donald Trump accuse l'opposition de négliger les intérêts fondamentaux du pays. «Les démocrates sont bien plus préoccupés par Les démocrates veulent la régularisation de 690.000 «Dreamers», arrivés clandestinement aux Etats-Unis quand ils étaient enfants et expulsables depuis l’abrogation par M. Trump du programme Daca, datant de l’administration Obama, qui leur offrait un statut de résident temporaire.

Les administrations fédérales vont être fermées après l’échec, vendredi soir au Sénat, d’un vote sur le financement temporaire de l’Etat.

Il se traduira à partir de lundi par la mise au chômage technique sans salaire de plus de 850 000 employés fédéraux considérés comme « non essentiels » au fonctionnement de l’administration. Les activités de nombreuses agences fédérales, comme les services fiscaux, ceux des parcs nationaux, ou la délivrance de passeports, seront réduites. En revanche, les services de sécurité seront relativement épargnés. Les militaires américains poursuivront leurs opérations mais sans toucher leur solde.

« Losers » de démocrates

Le 45e président des Etats-Unis, qui avait prévu de passer le week-avait prévu de passer le week-end dans son club privé de Mar-a-Lago, en Floride, où il devait célébrer l'anniversaire de son arrivée à la Maison Blanche lors d'une soirée de levée de fonds, a annulé son déplacement.

«Au-delà d’un budget temporaire, le quatrième depuis septembre, la majorité républicaine souhaite adopter un budget 2018 définitif de plusieurs centaines de milliards de dollars qui dope notamment les dépenses militaires, une promesse de campagne de M. Trump.

 

Impossible est à prévoir la durée d'un shutdown, puisqu'elle dépend des tractations entre les deux partis. Une nouvelle réunion du Sénat est prévue samedi en milieu de journée, soit dans la soirée, heure française. La plupart du temps, cette période de paralysie ne dure que trois ou quatre jours. Mais il peut théoriquement se prolonger indéfiniment. La durée record est de 21 jours, le 15 décembre 1996, pendant un mandat de Bill Clinton.

Les membres du Congrès américain ne se sont pas entendus sur le vote du budget. L'administration américaine est donc partiellement paralysée.

Une procédure est loin d'être exceptionnelle au pays de l'Oncle Sam . Elle provoque une paralysie partielle de l'administration.

Le Parti républicain, dont la majorité ne tient qu’à un siège au Sénat, n’a pu en effet obtenir la majorité qualifiée nécessaires (60 voix) pour l’adoption d’une rallonge budgétaire d’un mois déjà votée par la Chambre des représentants. Et ceci, faute d’un accord global sur un projet de budget pour l’année fiscale en cours, repoussé depuis septembre. Seuls quatre démocrates exposés à des réélections difficiles cet automne dans des Etats remportés par Donald Trump en 2016 ont voté en faveur du texte. Mais un nombre identique de républicains, hostiles à une troisième rallonge, s’y est en revanche opposé.

La porte-parole du président Mme Sanders a accusé les démocrates de « prendre en otage » les citoyens américains en raison « d’exigences inconsidérées » concernant des « immigrants illégaux ». Elle a assuré que la Maison Blanche ne rouvrirait les négociations sur ces sans-papiers, également connus sous le nom de « Dreamers », qu’une fois que « les démocrates », qualifiés de « losers », « auront commencé à payer nos forces armées et le personnel de secours ». Le président a lui-même réagi samedi matin à l’aube en accusant l’opposition démocrate de faire passer « les immigrants illégaux » avant l’armée ou la sécurité des frontières.

Les arguments du camp Trump peuvent porter au sein du camp républicain, mais ils visent aussi à occulter certains autres faits . Aucun président n’a été auparavant mis en difficulté de cette manière en contrôlant les deux chambres du Congrès. Il souligne par ailleurs les limites des capacités de négociateur dont se targue souvent Donald Trump.

Joanne Courbet tpour DayNewsWorld
There are no translations available.

STEVE BANNON BANNI DE BREITBART NEW

Lancien conseiller spécial de la Maison Blanche Steve Bannon se voit acculé depuis qu’il s’est confié à l’auteur de Fire and Fury , livre très polémique sur le président.

Il a quitté la présidence du site ultra-conservateur Breitbart News.

Arrivé en 2012 à la tête du site après le décès du fondateur Andrew Breitbart, Steve Bannon, 64 ans, avait largement participé à la plateforme d'information et d'opinion la plus suivie au sein de la droite dure américaine.

«Steve reste une part importante de notre histoire, et nous lui serons toujours reconnaissants pour sa contribution et ce qu'il nous a aidés à accomplir»,, a déclaré le PDG de Breitbart, Larry Solov, dans un communiqué publié sur le site.

Ce départ intervient six mois après avoir quitté la Maison Blanche.

Les écrits assassins sur le président et sa famille rapportés par Michael Wolff dans son livre Fire and Fury : Inside the Trump White House (Henry Holt ed., non traduit) lui ont fait perdre tout soutien, même celui précieux de la famille Mercer, actionnaire minoritaire de Breitbart News.,

« Lorsqu’il a été viré, il n’a pas seulement perdu son job, il a aussi perdu la tête », avait asséné le président, furieux de l’accusation de « trahison » contre son fils aîné, Donald Trump Jr dans le livre pour avoir rencontré une avocate russe. Robert Mueller, procureur spécial, enquête d'ailleurs sur le sujet.

« Steve le débraillé » n'a plus que ce sobriquet : les plates excuses publiques n'auront pas suffi à pour faire plier la Maison Blanche. "Good guy" a perdu la raison.

Son départ de Breitbart News le prive désormais d’un puissant porte-voix et d’influence.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE FEU ET LA FUREUR

UN  BRULOT POUR RIEN SUR DONALD TRUMP?

"Fire and Fury: Inside the Trump White House", disponible en anglais seulement, défraie la chronique et était en tête des ventes aux États-Unis pour sa parution vendredi.

L'ouvrage du chroniqueur Michael Wolff intitulé «Fire and Fury: Inside the Trump White House» (Le Feu et la fureur: À l'intérieur de la Maison-Blanche de Trump) est devenu un best-seller!!!

Donald Trump n'a pas manqué  de consulter les principaux cadres républicains du Congrès à la villégiature présidentielle de Camp David dont Paul Ryan et Mitch McConnell, pour des consultations informelles sur les priorités législatives.

Mais également pour éteindre tel un pyromane le feu qu'a attisé le livre polémique de Michael Wolff,  Comment bien éteindre ce brûlot de Michael Wolff, Fire and Fury: Inside the Trump White House (Henry Holt ed., non traduit), récit dévastateur pour son administration et lui-même ?

Loin de se mettre lui-même en scène entouré de ses proches collaborateurs pour donner une ambiance studieuse et réfléchie, ce sont trois animateurs de la matinale de Fox News, rempart du président, qui commencent une attaque en forme de la couverture jugée complaisante du livre. « Maintenant, tout le monde est psychologue, capable de diagnostiquer l’état mental du président », s’indigne un des journalistes Pete Hegseth.

Donald Trump de son côté donne libre cours à sa colère furibonde dans une salve ininterrompue et enflammée sur Twitter.

Le président américain dont les aptitudes mentales ont été remises en question dans ce livre a en effet vanté ses facultés intellectuelles samedi dans une salve de tweets.

« Tout au long de ma vie, mes deux atouts ont été ma stabilité mentale et le fait d’être, genre, très intelligent », écrit-il, comme pour répondre à Pete Hegseth.

« Je suis passé d’homme d’affaires TRÈS prospère à grande star de la télé et à président des Etats-Unis (à mon premier essai). Je pense qu’on peut me qualifier non seulement de malin, mais de génie… et un génie très stable en plus ! », ajoute-t-il.

Carrière qui n'est pas donnée à tout le monde, il faut bien le concevoir !

«Michael Wolff est un parfait raté qui a inventé des histoires afin de vendre ce livre vraiment ennuyeux et mensonger», a écrit vendredi soir Trump sur Twitter. «Il a utilisé l'odieux Steve Bannon, qui s'est mis à pleurer quand il a été viré et à supplier qu'on lui rende son travail. L'odieux Steve a maintenant été abandonné comme un chien par tout le monde ou presque» .Les tweets enflammés du Président ne sont-ils pas du niveau du caniveau … tout comme le bestseller d'ailleurs.

Un tissu de mensonges ?,

«Je pense que l'un des aspects intéressants du livre à ce stade est qu'il a clairement un effet ‘le roi est nu'», assure l'auteur Michael Wolff -il dans un entretien diffusé samedi par la BBC. «Trump ne peut pas faire son travail», martèle-t-il.

Au chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, de monter au créneau pour défendre l'aptitude mentale de Donald Trump. «Je n'ai jamais remis en cause son aptitude mentale, je n'ai aucune raison de douter de son aptitude mentale», a dit Rex Tillerson lors d'une interview sur CNN. «Il n'est pas comme les présidents d'avant», a justifié le secrétaire d'Etat.

Une lapalissade.

«Ils disent qu’il est comme un enfant. Ce qu’ils veulent dire, c’est qu’il a besoin d’être immédiatement satisfait. Tout tourne autour de lui», a ainsi affirmé Michael Wolff vendredi dans une interview sur NBC. Il est comme une boule de flipper, il part dans tous les sens», a-t-il ajouté

Un portait au vitriol de l’ancien magnat de l’immobilier qui pose question.

Quelques élus du Congrès américain, des démocrates,aurait consulté en décembre une professeur de psychiatrie de l’université de Yale pour analyser la santé mentale de Donald Trump...

«Les élus disaient qu’ils étaient inquiets du danger posé par le président, le danger posé par son instabilité mentale pour le pays», a expliqué sur CNN la professeure Bandy Lee, éditrice d’un recueil d’essais de psychiatres analysant l’état psychologique de Donald Trump.

Le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, le républicain Bob Corker, avait quant à lui comparé en octobre la Maison Blanche à une «halte-garderie pour adultes». «Je sais de source sûre que chaque jour, à la Maison Blanche, le but est de le contenir», avait-il déclaré à propos du Président .

Mais à qui profite le crime ? Michael Wolff n'a rien d'un enfant de chœur comme rappelé ailleurs...

Les secousses provoquées par la sortie du livre vont se poursuivre dans une bataille de propos les plus malsains les uns que les autre masquant les réels enjeux géopolitique dans un monde incertain.

Qu'à cela ne tienne du pain et des jeux pour le peuple américain !

Et des dollars pour le chroniqueur!
Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN LIVRE CHOC OU UN TABLOID

DE PLUS

SUR DONALD TRUMP ?

Un livre "plein de mensonges". "J'ai autorisé Zéro accès à la Maison-Blanche à l'auteur de ce livre dingue ! Je ne lui ai jamais parlé pour un livre. Plein de mensonges, déformations et sources qui n'existent pas", a tweeté le président faisant référence au livre explosif de Michael Wolff (Fire and Fury : Inside the Trump White House)

Rien ne va plus décidément entre Steve Bannon et la famille Trump.

En effet l'ancien conseiller du président vient de faire des révélations fracassantes qui pourraient nuire à la Présidence

C'est pourquoi les avocats de Donald Trump ont demandé jeudi la non-publication de Fire and Fury : Inside the Trump White House, de Michael Wolff, au lendemain de la publication de ses bonnes feuilles dans le New York Times. Un livre polémique du journaliste Michael Wolff (Le feu et la fureur) fourmillant d'anecdotes sur le président américain et son entourage

La porte-parole de la présidence, Sarah Sanders, a fustigé un livre "rempli de compte-rendus faux ou fallacieux de la part d'individus sans accès ou influence à la Maison Blanche".

Un avocat de M. Trump aurait adressé, mercredi de la semaine dernière, une mise en demeure écrite à Steve Bannon, l’accusant d’avoir rompu un accord de confidentialité et d’avoir tenu des « propos diffamatoires à l’encontre de M. Trump et de membres de sa famille ». Dans cette lettre de cinq pages, l’avocat rappelle d'une part que M. Bannon a divulgué des informations confidentielles à Michael Wolff, l’auteur du livre, et d'autre part lui demande de mettre un terme à ses agissements.

Toujours aussi provocateur, ce dernier a de son côté assuré qu’il soutenait toujours l’ancien magnat de l’immobilier. « Le président des Etats-Unis est un grand homme », a-t-il affirmé mercredi soir.

Qui est Michael Wolff ?

L'homme est un journaliste pour plusieurs gros titres (USA Today, Vanity Fair, Hollywood Reporter) et aurait passé une année complète dans les coulisses de la Maison Blanche, menant près de 200 entretiens. Le journaliste se serait installé sous les ors de la Maison Blanche sur l’un des canapés de la West Wing dans le chaos de ce début de mandatpersonne n’étant capable de lui autoriser ou de lui interdire les accès !!!

Aux premières loges donc pour observer les débuts de la présidence Trump, selon ce dernier??

Michael Wolff écrit lui-même dans son livre : « De nombreux événements qui se produisent au sein de la Maison Blanche de Donald Trump entrent en contradiction les uns avec les autres ; beaucoup, dans un style typiquement trumpiste, sont évidemment faux. Ces contradictions, ce rapport fluctuant avec la vérité, si ce n’est avec la réalité elle-même, sont des éléments constitutifs de ce livre. »

A la lecture des extraits de ce livre ,  fruit de plusieurs entretiens, dont un seul avec Steve Bannon, ex-conseiller de M. Trump, qu'apprenons nous ?

Beaucoup de banalités mais pas toujours...

Le secret de la couleur des cheveux de Trump ? Elle serait due à son impatience, il ne laisse pas agir la teinture suffisamment longtemps.

Ivanka Trump ? Elle se verrait déjà prendre la suite de son père pour devenir la première femme à diriger les Etats-Unis.

Peur de l'empoisonnement ? Le président qui regarde beaucoup la télévision, notamment le soir à 18h30 au dîner, demande un cheeseburger qu’on va chercher dans un restaurant McDonald' au hasard.

Si les coulisses de la Maison-Blanche fourmillent de détails croustillant dignes d'un tabloid, d'autres faits racontés paraissent moins bénins feraient trembler l’administration Trump et trépigner ses adversaires.

Comme le fait que Donald Trump était persuadé de perdre l’élection américaine.

"Quand il a compris qu'il allait être élu, Donald Trump a fait la tête de quelqu'un qui vient de voir un fantôme."

Une phrase, lâchée par le fils aîné du président des Etats-Unis et rapportée dans le livre à paraître de l'éditorialiste américain Michael Wolff ...

Mais plus délicat dans cet ouvrage

Steve Bannon accuserait également le fils du président, Donald Trump Jr., d’avoir commis une « trahison » en rencontrant une avocate russe qui offrait des informations compromettantes sur Hillary Clinton avant l’élection présidentielle américaine, en 2016. « Les trois personnes les plus importantes de la campagne ont pensé que c’était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger dans la Trump Tower, dans la salle de conférence du 25e étage, sans avocats. Ils n’avaient pas d’avocats », a-t-il déclaré à M. Wolff

Face à ces critiques, M. Trump a répondu, mercredi, dans un cinglant communiqué : « Steve Bannon n’a rien à voir avec moi ou ma présidence. Quand il a été limogé, il n’a pas seulement perdu son travail, il a aussi perdu la raison. (…) Steve ne représente pas ma base [électorale], il ne cherche que son propre intérêt. » Un règlement de compte pour le moins violent qui marque une rupture avec celui qui fut l'un des stratèges de sa spectaculaire victoire

"Steve n'a eu qu'un rôle très limité dans notre victoire historique", ajoute-t-il, accusant son ancien proche conseiller d'avoir passé son temps à la Maison Blanche "à faire fuiter de fausses informations aux médias pour se rendre plus important qu'il n'était".

L'entourage de M. Trump est malgré tout au centre d'une enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller sur une possible collusion avec la Russie en vue d'influencer l'élection de novembre 2016.

Et quatre membres de la campagne Trump sont poursuivis dans cette affaire, dont Paul Manafort, ex-directeur de la campagne, inculpé le 30 octobre notamment pour blanchiment d'argent. Le général Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale du président républicain avant de démissionner.

Les enquêteurs s'intéresseraient notamment à une rencontre entre le fils aîné de M. Trump, Donald Jr., accompagné de Jared Kushner, gendre et proche conseiller de M. Trump, ainsi que Paul Manafort, et Natalia Veselnitskaya, le 9 juin 2016. Selon le clan Trump, cette rencontre n'a duré que "quelques minutes" et l'avocate présumée liée au Kremlin n'a donné "aucune information de valeur" pour incriminer la candidate démocrate.

Mais l'équipe du procureur Mueller se concentrerait avant tout sur "le blanchiment d'argent" et "leur chemin vers Trump passe directement par Paul Manafort, Don Jr. et Jared Kushner". L'enquête s'intéresse aussi aux énormes prêts consentis par la banque allemande Deutsche Bank à Jared Kushner, à la tête d'un empire immobilier.

Qui est Stephen Bannon ?

L’histoire "d’amour" entre Donald Trump et Steve Bannon, l’ancien conseiller du président américain, est bel et bien terminée.

Il a eu un seul entretien avec le journaliste Wolff dévoilant que le fils du président aurait commis une "trahison" en rencontrant une avocate russe durant la campagne...

Il représentait le pôle nationaliste et populiste de la campagne du candidat républicain

Il continue de défendre la politique présidentielle depuis qu'il a repris la tête du très droitier site d'informations Breitbart News.

"Trump va peut-être devenir un président normal." selon un spécialiste des Etats-Unis, M Dupaire.

"C’est la rupture politique entre Trump et Bannon. Peut-être que Trump va devenir un président normal, c’est-à-dire républicain.

Il a déjà entamé un rapprochement avec les républicains du Congrès et commence à se couper de cette aile "dure" et de Breitbart News (le site d’extrême-droite dirigé par Bannon, soutien de Trump durant la campagne électorale, ndlr)", conclut  ce spécialiste

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES VOEUX DE DONALD TRUMP A L'AMERICAINE

Donald Trump n'a pas failli à ses habitudes dimanche, le dernier jour de cette année 2017 qui l'a vu entrer à la Maison-Blanche saluant l'événement par une nouvelle salve de tweets depuis sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride.

Il s'est adressé à ses concitoyens depuis sa plateforme préférée, Twitter en reteewtant un article saluant l'année record enregistrée à Wall Street

« Bonne année ! Nous rendons à l’Amérique sa grandeur, beaucoup plus rapidement que ce que tout le monde pensait » s’est félicité le chef d’Etat.

« Au moment où notre pays devient rapidement plus fort et plus intelligent, je veux souhaiter à tous mes amis, partisans, ennemis, à ceux qui me détestent, et même aux très partisans Fake News Media, une belle nouvelle année », a-t-il écrit.

Se projetant vers les élections législatives de novembre 2018, il en a appelé à l’intelligence des Américains au moment où les Républicains devront défendre leur majorité au Congrès.

« Pourquoi des électeurs intelligents voudraient-ils envoyer des Démocrates au Congrès lors de l’élection de 2018 alors que leurs politiques vont complètement tuer la grande richesse créée depuis l’élection ? »

Il n'est d'ailleurs le seul Président à se focaliser sur les prochaines élections.

Le Président russe fait de même vantant à son tour son bilan.Vladimir Poutine souhaite sa réélection se représentant en effet pour un quatrième mandat à la plus haute fonction de l’Etat. Vladimir Poutine a donc souhaité dimanche à ses compatriotes le «changement pour le meilleur» en 2018 dans ses vœux de bonne année. «Je veux remercier tous ceux qui croient en eux-mêmes et en leur pays, pour leur labeur et son résultat », a-t-il ajouté tout en appelant son homologue américain à une « coopération pragmatique ».

Pessimiste, le secrétaire général de l’ONU a lancé dimanche «un message d'alerte, une alerte rouge» sur les dangers qui menacent le monde en 2018 lors de voeux pour la En 2017,

«les conflits se sont envenimés et de nouveaux dangers sont apparus. Partout dans le monde, les craintes suscitées par les armes nucléaires n'ont jamais été aussi fortes depuis la fin de la guerre froide», souligne Antonio Guterres.

«Les changements climatiques sont plus rapides que nous» et «les inégalités sont toujours plus fortes», s’inquiète-t-il également.

Angela Merkel, pour sa part,lie le destin de l’Allemagne à celui de l’Europe.

La chancelière allemande n'ayant toujours pas réussi à former un gouvernement les législatives de septembre, juge que l'avenir de son pays « lié de façon indissociable à l'avenir de l'Europe », a-t-elle insisté.Elle rappelle que Berlin et Paris veulent travailler ensemble pour préparer au mieux l'Europe aux défis de l'avenir.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FIN DE LA NEUTRALITE DU NET AUX ETATS-UNIS

Le débat autour de la "neutralité du net", très vif, dure depuis une dizaine d'années aux Etats-Unis.

La neutralité du net signifie que tous les fournisseurs d'accès à internet doivent traiter tous les contenus de manière égalitaire.

Et ce quelle que soit leur origine. Ainsi, la neutralité du net interdit aux fournisseurs d'accès à internet (FAI) de moduler la vitesse de débit ce qui permet d'éviter de faire une discrimination en fonction du contenu qui passe dans leurs tuyaux.

Les données que vous consultez sur différents moteurs de recherche doivent, par exemple, vous arriver à la même vitesse

La circulaire adoptée jeudi 14 décembre par la commission fédérale américaine (FCC) a sonné le glas de la neutralité du net en adoptant la circulaire "Restoring Internet Freedom" ("restaurer la liberté d'internet" en anglais).

Le régulateur américain revient ainsi sur une réglementation passée en 2015 à l'instigation de l'administration Obama, obligeant les fournisseurs d'accès internet (FAI) à traiter de la même manière les contenus passant dans leurs "tuyaux".

Il l'accusait de freiner l'investissement et l'innovation.

Les fournisseurs d'accès combattaient fermement la "neutralité du net", considérant que cette règle tout en les assimilant à des services publics, empêchent surtout les investissements dans de nouveaux services comme les vidéo-conférences, la télé-médecine et les véhicules connectés qui ont besoin du haut débit.

De plus les règles actuelles ont le défaut

Avec cette décision, "nous restaurons la liberté d'internet" et "nous aidons les consommateurs et la concurrence", a assuré jeudi le président de la FCC Ajit Pai, nommé par le président républicain Donald Trump. Selon M. Pai, le principe voté en 2015 a "empêché l'innovation" et "était mauvais pour les clients".

Cette décision "ne va pas tuer la démocratie" ni signifier "la fin d'internet tel que nous le connaissons", a-t-il insisté, faisant allusion aux arguments des tenants de la neutralité.

La FCC "donne les clés d'internet" à "une poignée d'entreprises multimilliardaires", a regretté pour sa part Mignon Clyburn, membre de la FCC qui a voté contre la décision.

Désormais, la FCC les autorise théoriquement à moduler la vitesse de débit internet à leur guise.

Le "père de l'internet" Vinton Cerf, le créateur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, et 19 autres "pionniers du net" ont critiqué cette circulaire.

Dans une lettre ouverte à la commission fédérale américaine chargée des télécommunications, la FCC, ils ont exhorté le président de la commission à annuler le vote.

Juste après le vote, le procureur général de New York, Eric Schneiderman, a annoncé son intention d'attaquer, avec d'autres Etats, la décision de la FCC, "coup dur porté aux consommateurs de (l'Etat) et à quiconque est attaché à un internet libre et ouvert".

Selon lui, "la FCC vient d'offrir leur cadeau de Noël en avance aux géants des télécoms".

Le sénateur démocrate Ed Markey espère pour sa part qu'une action des parlementaires puisse annuler cette décision.

Les gros FAI américains avaient d'autant plus d'intérêt à voir la fin de la "neutralité du net" qu'ils sont eux-mêmes créateurs de contenus et de neutralité du net" et donc en concurrence avec des entreprises technologiques comme Netflix, Amazon ou Apple: ComCast possède par exemple NBC Universal (chaînes télé et studios).

AT&T cherche de son côté à racheter le groupe Time Warner (qui possède des studios mais aussi des chaînes comme CNN ou HBO).

Ils pourraient donc se servir de cette nouvelle liberté pour bloquer ou ralentir des contenus qui leur font concurrence.

Les FAI pourraient de plus extraire une rente considérable d'un internet à deux vitesses.

Ils pourraient ainsi imposer des frais supplémentaires aux entreprises en échange d'une meilleure vitesse de débit, et mettre ainsi sur pied un "internet à deux vitesses".

Quant aux gros utilisateurs de données comme Netflix ou d'autres services de vidéo en continu, ils pourraient répercuter ces coûts supplémentaires sur le prix de leurs abonnements.

Les jeunes entreprises technologiques, qui n'ont pas les moyens de Google ou de Facebook, seraient alors désavantagées. La nouvelle directive met de ce fait une barrière à l'innovation et à la concurrence.

Le débat sur la "neutralité du net" concerne indirectement de nombreux autres pays qui fondent leurs législations internet sur le modèle américain.

L'Union européenne a voté des directives en novembre 2015, applicables depuis le 30 mars 2016. Depuis 2015, ce principe est inscrit dans le droit européen, même si des failles persistent.

Mais pour la Quadrature du Net, la législation française n'est pas suffisante. Selon l'organisation, les opérateurs français arrivent tout de même tout de même à privilégier le trafic d'un service de VOD avec lequel ils sont partenaires.

Une pratique "totalement contraire au règlement sur l'Internet ouvert" selon l’association.

Les opérateurs télécoms français sont d'ailleurs déjà sur le qui-vive pour remettre en question la neutralité du net et suivre l'exemple américain. Stéphane Richard, patron d'Orange, qualifiait le principe de la neutralité du net "d’ennemie de l’innovation", et ce, dès avril 2015. ..

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

EN ALABAMA UN TERRIBLE REVERS POUR

DONALD TRUMP

Une simple partielle ? Oui une simple élection partielle pour le poste de sénateur dans un Etat, l'Alabama, où le suspense électoral avait été enterré par les républicains depuis de longues décennies.

Mais un incroyable coup de théâtre : l'histoire retiendra ce 12 novembre 2017 comme un tournant majeur dans la présidence de Donald Trump, le camp démocrate remportant la sénatoriale de l'Alabama, ce bastion conservateur battant le controversé candidat républicain Roy Moore soutenu par Donald Trump.

En novembre dernier, Trump l'avait ainsi emporté de plus de 28 points sur Hillary Clinton. Hier, c'est pourtant un démocrate, Doug Jones, qui a devancé son adversaire républicain Roy Moore d'une vingtaine de milliers de voix, pour devenir le premier sénateur démocrate élu depuis un quart de siècle dans l'Etat. Doug Jones a obtenu 49,9 % des voix, contre 48,4 % pour Roy Moore.

Le président  Donald Trump a essuyé une défaite politique majeure, mardi 12 décembre, dans l’Etat sudiste de l’Alabama.

Le démocrate Doug Jones a battu l'ancien magistrat ultra-conservateur, à l'issue d'une campagne virulente qui a captivé l'Amérique et va priver le parti au pouvoir d'un précieux siège à la chambre haute du Congrès. Le revers est très personnel pour le président des Etats-Unis, qui avait appelé ses partisans à la loyauté au nom de la poursuite de son programme de réformes.

Le président avait encore appelé mardi, en lettres capitales dans un tweet posté via son compte personnel, les citoyens de l'Alabama à voter pour Roy Moore.

Mais ce dernier est au cœur d'une polémique, liée à de récentes accusations d'attouchements sur deux mineures à la fin des années 1970. Ce qui a déchiré la classe politique . Al'opposé de la position de sa fille Ivanka qui estimait qu'il y avait "une place spéciale en enfer" pour les pédophiles tels que Roy Moore, Donald Trump a continué à le soutenir !

Personne, à droite, ne faisait mystère des raisons du soutien à Roy Moore : l'équilibre politique du Sénat. Après l'élection de Doug Jones, les Républicains ne disposent plus que d'une très courte majorité, 51 sièges contre 49. Autrement dit, il suffit de deux défections à droite (en cas de vote 50-50, le vice-président Mike Pence peut voter et faire la différence) pour perdre la majorité. Il faut savoir que le Sénat avalise, entre autres, les choix de juges fédéraux (nommés à vie) et des juges à la Cour suprême.

Cette configuration verra le jour après la réforme fiscale, que les républicains vont se dépêcher de finir de voter avant que Jones ne soit installé au Sénat, en janvier.

Les démocrates ayant des chances solides de remporter la majorité de la Chambre des Représentants (il leur faut un gain de 24 sièges), Trump pourrait se retrouver, au lendemain du 6 novembre 2018, avec un Congrès entièrement aux mains des démocrates sachant que nombre d’entre eux ne font pas mystère de leur volonté de lancer une procédure d’impeachement (« destitution ») contre Trump s’ils retrouvaient cette double majorité..

Même au sein même des Républicains la fronde gronde.

Sur le papier, la défaite de l'Attila Bannon semble une bonne nouvelle pour ses ennemis jurés, et notamment, donc, Mitch McConnell. Sauf qu' aux yeux de Bannon, de la frange ultra du parti, c'est la tiédeur des républicains "normaux" qui a provoqué la défaite de Roy Moore.

Andy Surabian, un proche de Bannon et conseiller du candidat Trump, a accueilli ainsi la nouvelle :

"Mitch McConnell et l'establishment républicain ont eu ce qu'ils voulaient, ils sont parvenus à offrir sur un plateau l'Alabama à un démocrate de gauche."

Corey Stewart, en Virginie en novembre prochain, et allié de Bannon, va encore plus loin : "Les républicains se sont entendus avec les démocrates pour miner un candidat pro-Trump comme le juge Moore, tout comme ils vont essayer de le faire contre moi et d'autres candidats en 2018", accuse-t-il.

Leur base modérée, a refusé de prendre clairement position contre Moore ... Et pourtant elle sanctionne le choix de leur Président républicain. Pour la première fois, le Président est désavoué au sein même de l’électorat qui l’a porté au pouvoir. Par conséquent, il doit absolument changer son comportement et ajuster sa politique, sinon il va vers un désastre monumental lors des mid terms [élections de mi-mandat] de novembre 2018.

Comme en Virginie il y a quelques semaines, le candidat de Trump a été désavoué par les banlieues cossues et les électeurs républicains ayant suivi des études supérieures. Dans le comté de Jefferson, qui inclut Birmingham, la principale ville de l'Etat, Jones a recueilli plus de 68% des suffrages, et dans le comté de Madison, où se trouve une grande base de la Nasa, Jones a enlevé 57% des voix.

Désertion des électeurs de Trump encore plus marquée chez les femmes républicaines d'Alabama diplômées d'études supérieures. Après l'affaire Weinstein et bien d'autres, les multiples accusations d'agression sexuelles, qui ne les avaient pas découragées pendant la présidentielle, font cette fois sentir leur effet.

L'affaiblissement de Trump est certain pas seulement électoralement mais également dans son propre parti.

Dans les sondages de sortie des urnes de cette nuit en Alabama, Trump est à peine à 48 % d’opinions favorables .

Se trouvent ainsi prouvés l’essoufflement de sa ligne politique à la fois nationaliste, identitaire et fortement conservatrice...à modérer.

Alize Marion pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UNE NOUVELLE TENTATIVE D'ATTENTAT

A NEW-YORK  QUATRE BLESSES

 

Une "explosion d'origine inconnue" est survenue lundi 11 décembre au matin au centre de Manhattan, a indiqué la police de New York.

L'explosion s'est produite près de la gare routière de Port Authority

L'explosion de ce qui semble être une bombe artisanale, selon plusieurs médias, s'est produite peu avant 8 heures du matin (14 heures en France) heure de pointe.

La police indique quatre blessés.

La police confirme qu'une personne a été arrêtée et placée en garde à vue.

L'explosion a été déclenchée par un homme de 27 ans, identifié comme Akayed Ullah, du quartier de Brooklyn, qui portait sur son corps «un engin explosif rudimentaire», a précisé le chef de la police, James O'Neill.

Le président des Etats-Unis Donald Trump a été mis au courant de l'explosion, indique la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders.

Selon la télévision américaine CNN, il se pourrait que l'engin ait subi un dysfonctionnement et qu'il n'aurait sans doute pas dû exploser à cet endroit

Une attaque au camion bélier avait fait huit morts et douze blessés à Manhattan le 31 octobre dernier.

Carl Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ETAT D'URGENCE EN CALIFORNIE DECLARE PAR DONALD TRUMP OU LA MULTIPLICATION DES FEUX

Des incendies dévastent la région de Californie depuis cinq jours. Attisés par des vents d'un ouragan, six incendies brûlent à travers tout le sud de la Californie.

Les incendies qui ravagent la région de Los Angeles depuis le début de semaine restent  hors de contrôle tandis que de nouveaux foyers se sont déclarés vendredi à San Diego et à Santa Barbara,

L'organisme Calfire a donné des indications selon lesquelles les feux vont progresser à cause de vents de force extarordinaire avec des rafales à 120 km/h ou plus jusqu'à samedi combinés à des températures élevées.

Les évacuations continuent .Plus de 5.700 pompiers mobilisés.

Les feux de forêt attisés par des vents violents ont déjà détruit plus de 500 bâtiments et contraint près de 200.000 habitants à fuir leurs maisons.

Plus de 5.700 pompiers sont mobilisés pour combattre six foyers majeurs et d'autres départs de feu près de Los Angeles, Santa Barbara ou encore Santa Ana.

Près de 23.000 maisons étaient menacées par les flammes selon les chiffres communiqués par les pompiers de Californie.

Plusieurs incendies font rage ce vendredi autour de Los Angeles avec plus de 200.000 personnes sous ordre d'évacuation tandis que des milliers d'habitations sont menacées notamment dans le luxueux quartier de Bel-Air.

Les flammes ne se calment pas et de nouveaux foyers sont apparus. Les pompiers luttent sur plusieurs fronts et tentent de contrôler des flammes qui peuvent dépasser dix mètres de hauteur.

Une année noire pour les feux en Californie.

Dans le comté de San Diego, à environ une heure et demie au sud de Los Angeles, deux incendies cernaient la ville de Murrieta.

Cette région rurale enfoncée dans les terres du désert californien s'est métamorphosée en paysage de désolation, avec une végétation calcinée et parsemée de taches rouge laissées par les produits retardant.

Une région aux nombreux haras :beaucoup de chevaux ont aussi dû être évacués mais certains ont péri.

Des chevaux ont péri dans les incendies et environ 700 bâtiments ont été détruits,des demeures valant des millions de dollars, et 212.000 habitants ont été évacués. Des milliers de pompiers se battent samedi sur six fronts différents.

Dans le comté de Ventura, au nord-ouest de Los Angeles, le brasier "Thomas", est le  le plus dévastateur. Il a détruit depuis lundi plus de 53.000 hectares et n'était contenu qu'à 10 %. Les services météo ont étendu leur alerte rouge sur le week-end.

Le brasier se dirigeant vers le nord-ouest et menaçant la ville de Santa Barbara, le gouverneur de Californie, Jerry Brown, a placé la ville en situation d'urgence. Les opérations d'évacuation ont débuté jeudi.

 

"Nous vivons des journées qui nous brisent le cœur mais qui témoignent aussi de la résilience de notre ville", a commenté le maire de Los Angeles Eric Garcetti.

Donald Trump a déclaré l'état d'urgence en Californie et ordonné le déblocage d'une aide fédérale pour combattre les incendies qui ravagent le sud de l'Etat, notamment dans la région de Los Angeles, a annoncé vendredi la Maison blanche.

Carl Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REFORME FISCALE DE DONALD TRUMP

ADOPTEE AU SENAT

C'est le premier succès majeur pour le président !

Le président américain Donald Trump a engrangé dans la nuit de vendredi à samedi une précieuse victoire d’étape, avec l’adoption par le Sénat d’une réforme historique de la fiscalité et d’une gigantesque baisse d’impôts.

Le texte, adopté de justesse par 51 voix contre 49, doit maintenant être harmonisé avec la version adoptée le 16 novembre par la Chambre des représentants.

Donald Trump a mis tout son poids derrière ce projet de loi qui marquerait la première grande réforme de son mandat, après l'échec cuisant cet automne de l'abrogation de la loi sur le système de santé de Barack

"Plus grosses loi sur la fiscalité et réduction d'impôts de l'histoire viennent de passer au Sénat. Maintenant ces formidables républicains vont viser l'adoption finale. Merci aux républicains de la Chambre et du Sénat pour votre dur travail et engagement !", a-t-il écrit sur Twitter.

Donald Trump s’est félicité de ce succès sur Twitter. « Hâte de signer un projet de loi définitif avant Noël ! », a-t-il écrit.

« C’est un grand moment pour les familles américaines et les petites entreprises qui attendent de tourner la page de la lente reprise de l’ère Obama », s’est félicité le républicain John Cornyn.

La minorité démocrate s’est unanimement opposée

La majorité a ainsi tenu son calendrier. Elle ne veut pas perdre son élan et entend agir vite, en convoquant dès la semaine prochaine une commission bicamérale chargée de rédiger un compromis entre les deux chambres du Congrès. Puis chacune devra revoter avant la fin de l’année.

Placer la baisse des impôts au cœur de sa politique économique signifiait pour Donald Trump : 1°Redonner du pouvoir d'achat à la classe moyenne

2°Rendre les Etats-Unis plus compétitifs pour les entreprises.

Une première victoire historique pour l’équipe Trump depuis celles décidées par Ronald Reagan dans les années 1980 avec baisse des impôts, puis simplification avec baisse des taux et élargissement des assiettes.

Si Trump et les républicains ont choisi d'aller au pas de charge, laissant le soin aux démocrates de dénoncer une réforme profitant aux plus riches et inutile pour une économie n’ayant pas besoin de stimulus budgétaire, cette réforme n'en concerne pas moins et les entreprises et les foyers américains.

Cette réforme est d’abord celle des entreprises : leur taux d’impôt sur les sociétés (IS) passera de 35 % à 20 %, soit deux points en dessous de la moyenne de l’OCDE. Pour Donald Trump, élu par les travailleurs, souvent blancs, déclassés de la mondialisation, elle va permettre la compétitivité des entreprises qui embaucheront plus et de verseront de meilleurs salaires. *

De plus les entreprises américaines vont quitter le principe de l’imposition mondiale des bénéfices au profit d’un système territorial. En clair fini le temps où seuls les profits des filiales étrangères étaient imposés par le fisc américain que lorsque les capitaux étaient rapatriés aux Etats-Unis.

Pour ce faire cette révolution s’accompagne d’une taxation à taux réduit, relevé de 10 à 14,5 %, des 2 900 milliards de dollars de profits des multinationales actuellement logés à l’étranger .Ce n'est ni moins ni plus qu'une amnistie déguisée pouvant apporter un afflux de capitaux aux Etats-Unis.

Un pied de nez aux Européens qui s’efforçaient de lutter contre l’évasion fiscale, comme celle des géants du numérique américains.

L’administration Trump compte bien avec cette amnistie sur des investissements, les indicateurs, notamment ceux de la Réserve fédérale de Philadelphie, étant plutôt encourageants sur les intentions dans ce domaine.

Cette réforme concerne également les particuliers. Doublement de la part non imposable du revenu, suppression de nombreuses niches fiscales, pénalisation des divorcés etdes étudiants cependant.

En 2019, une réforme qui ferait 62 % de gagnants, 8 % de perdants et serait neutre pour les 30 % de contribuables restants, selon les calculs du New York Times. Pas sûr que les ménages les plus modestes ainsi que les classes moyennes ne voient leur impôt baisser.

Pour la tranche gagnant entre 500 000 et un million de dollars par contre 92% de gagnants...

Reste à connaître le nombre de tranches retenu : sept pour le Sénat quatre (12 %, 25 %, 35 % et 39,6 %)pour la Chambre ?

le taux maximal ?

Le Sénat veut le baisser à 38,5 % et la Chambre conserver le taux actuel de 39,6 % ne voulant pas donner le sentiment de favoriser les riches.

Pour les autoentrepreneurs c’est un taux légèrement inférieur à 30 % qui a été retenu, tandis que l’impôt minimal ne sera pas abrogé, tant pour les entreprises que pour les particuliers.

Quant à la déductibilité des impôts locaux et étatiques de l’impôt fédéral, un compromis a été trouvé pour maintenir une déductibilité partielle, celle des impôts fonciers à hauteur de 10 000 dollars. Le texte supprime les amendes infligées aux Américains qui ne souscrivent pas une assurance-santé.

Petite curiosité : un cavalier législatif pour l'autorisation de forage pétrolier en Alaska, dans l’Arctic National Wildlife Refuge.

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

REX TILLERSON SUR LE STRAPONTIN

EN PLEINE CRISE COREENNE?

Comme à son habitude Donald Trump entretient le flou autour d'un éventuel départ de Rex Tillerson. Chaque collaborateur du locataire de la Maison Blanche sait que lorsqu'il arrive il est assis sur un siège éjectable.aA quand le remplacement prochain à la tête de la diplomatie américaine ? Les heures de Rex Tillerson à la Maison Blanche sont-elles comptées ?

Selon le New York Times, la Maison Blanche travaille sur un remaniement en ce sens pour les « semaines à venir » :l'actuel directeur de la CIA Mike Pompeo prendrait la place de ce ministère prestigieux. Le directeur de la CIA, l’ancien représentant républicain du Kansas , apparaît de longue date comme un postulant sérieux... Mais très critique envers l'administration Obama, Mike Pompeo est aussi accusé par certains membres des services de renseignements d'être « trop politique » dans son travail.

Le chef du département d'État a sous ses ordres quelque 70.000 diplomates, fonctionnaires et contractuels dans plus de 250 ambassades et consulats à travers le monde. Rex Tillerson aime son travail. Il a beaucoup de pain sur la planche", a assuré sa porte-parole Heather Nauert .Le secrétaire d'État a plusieurs réunions prévues la semaine prochaine avec des ministres européens à Bruxelles, Vienne et Paris.

On laisse donc la rumeur courir ..."Il n'y a pas d'annonces à ce stade" , selon la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders.L'ancien patron du géant pétrolier d'ExxonMobil était, comme l'ensemble du gouvernement, "concentré sur la fin de cette première année incroyablement réussie"a-t-alle ajouté.« Quand le président perd confiance en quelqu’un, cette personne part » a fait savoir pour tout démenti Sarah Sanders.

Interrogé dans le Bureau ovale, Donald Trump n'a ni confirmé ni infirmé cette information, révélée par le New York Times en pleine crise avec la Corée du Nord et l’impasse liée aux projets balistiques et nucléaires nord-coréens.

"Il est ici. Rex est ici", a simplement répondu le président américain alors qu’il recevait à la Maison Blanche le prince héritier de Bahreïn, Salman Ben Hamad Al-Khalifa, en compagnie de M. Tillerson..

Il est vrai que les relations entre les deux hommes, aux caractères trempés, ont eu quelques différents notoires. Les divergences entre M. Trump et M. Tillerson ont en effet été nombreuses en dix mois, qu’il s’agisse de la sortie de l’accord de Paris, de la gestion de la crise nord-coréenne ou de celle qui oppose l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis au Qatar et même à propos de l’accord sur le nucléaire iranien.

Pour la petite histoire : début octobre avaitpubliquement rabroué son secrétaire d'État qui avait évoqué l'existence de canaux de communication visant la Corée du Nord. Le président américain avait écrit sur Twitter : « Il perd son temps à négocier", "Conserve ton énergie Rex, nous ferons ce que nous devons faire. ». Rex Tillerson aurait répondu en traitant le président américain de « crétin »,selon la chaîne NBC News

Les relations pour le moins délicates avec la Maison Blanche se doublent en outre d’un profond isolement de M. Tillerson au sein de sa propre administration à la suite d'une cure d'austérité désirée par la Maison Blanche d'où une pléiade de vacances à des postes stratégiques.

« Il n'y a pas d'annonces à ce stade. M. Tillerson continue à diriger le département d'État et l'ensemble du gouvernement est concentré sur la fin de cette première année incroyablement réussie de l'administration Trump », a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif américain.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

AUJOURD'HUI FETONS THANKSGIVING

 

Le quatrième jeudi du mois de novembre est un jour férié pour nous les Américains : l'occasion de manger une dinde farcie en famille.

Miam la belle dinde dorée au four,la tarte au tarte au potiron ...

Mais n'oublions pas la commémoration que représente cette fête. Littéralement, "Thanksgiving" signifie "Action de grâce". Elle commémore l'accueil reçu par les pèlerins colons venus de Plymouth (en Angleterre) de la part des indigènes du Nouveau monde au XVIIème siècle.

C'est en 1620 que les "pilgrim Fathers" (pères pèlerins) débarquent sur l'actuelle Nouvelle-Angleterre où ils y établissent une colonie baptisé Plymouth, du nom du port qu'ils avaient quitté en Europe, fuyant le régime imposé par l'Angleterre.

Les indigènes leur transmettent alors leurs savoirs en matière de pêche et de plantation.En guise de remerciements le gouverneur de la colonie les in vite à partager un repas festif : le premier Thanksgiving.

La date américaine est définitivement arrêtée par Abraham Lincoln en 1863, en pleine guerre civile, au quatrième jeudi de novembre, un jour déclaré férié.

En plus du festin en famille, des parades sont organisées dans de nombreuses grandes villes à la suite de la première organisée en 1924 par la chaîne de magasins Marcy's à New York et qui elle existe toujours aujourd'hui.

Oh mais le sort de ces dindes en a pourtant apitoyé plus d'un.Revient au président John Fitzgerald Kennedy de prendre la décision de gracier l'une d'entre elles : "Nous allons laisser celle-ci vivre", avait-il déclaré Une tradition qui perdure.

Cette année c'est Drumstick qui a été graciée par le président Trump dans le jardin de la maison présidentielle. "Oh je pense que Drumstick va être très contente", a déclaré Donald Trump.

Mia Kennedy pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE REDOUTABLE GANG MS-13 A SEVI AUX ETATS-UNIS

Le corps d'un homme lardé de plus de 100 coups de couteau, décapité à qui l'on avait arraché le coeur a été retrouvé en banlieue de Washington, aux Etats-Unis. La police locale suspecte le gang d'origine salvadorienne MS-13 d'être derrière ce meurtre sordide.

Selon un média local qui s'est procuré les documents de justice de cette affaire, l'homme a été décapité, son cœur arraché et jeté dans la tombe. "Les enquêteurs ont reçu l'information que cet homicide avait été commis par les membres du gang de rue MS-13, dont Miguel Angel Lopez-Abrego", a expliqué la police du comté de Montgomery, voisin de la capitale américaine, mardi 21 novembre.

Miguel Angel Lopez-Abrego, l'un des membres présumés du gang, aurait porté le premier coup à la victime qui n'a pas encore été identifiée. Il a été inculpé d'assassinat et maintenu en détention mercredi sans possibilité de libération, par un juge du tribunal du comté de Montgomery.

Le MS-13, abréviation de Mara Salvatrucha ("le gang salvadorien"), est l'un des gangs les plus violents des Etats-Unis. Il est né dans les années 1980 pour protéger les immigrés salvadoriens des bandes hispaniques à Los Angeles, avant de s'exporter en Amérique centrale.Le MS-13  est un gang d'origine salvadorienne qui sévit particulièrement sur l'ensemble du continent américain. Il tirerait son nom de la "fourmi légionnaire" qui vit en colonie de plusieurs centaines de milliers d'individus et dont les migrations sont dévastatrices pour les autres insectes qui se trouvent sur leur chemin. Sa devise est "Mata, roba, viola, controla". Les membres sont reconnaissables à leurs nombreux tatouages recouvrant parfois le visage et chaque nouvelle recrue passe par un rite d’initiation. La violence est la première leçon que l'on apprend au MS13.

L'initiation des nouveaux membres consiste, pour les hommes, à encaisser un tabassage en règle pendant 13 longues secondes. Les femmes ont, elles, le choix entre subir un viol collectif de la part de six membres masculins du gang pendant plus d'une minute ou d'être traitée de la même manière qu'un homme. L'âge ne compte pas dans la violence de l'initiation. On peut intégrer à tout âge. Certains membres font partie du gang depuis l'âge de quatre ans.

À l'origine, seuls les Salvadoriens pouvaient devenir membres de la Mara Salvatrucha. Toutefois, la MS compte maintenant des membres provenant de l'Équateur, du Guatemala, du Honduras et du Mexique.Même si la MS ait supprimé les obstacles raciaux des conditions d'adhésion à la bande, la majorité des nouveaux membres sont choisis en fonction de leur héritage ethnique (centre-américain)

Donald Trump a fait de la lutte contre les gangs violents une de priorité de son mandat. Il a juré d'éradiquer le MS-13 aux Etats-Unis, pour l'instant sans grand résultat

.Il le prend souvent en exemple pour justifier sa politique de fermeté à l'égard de la criminalité commise par des immigrés, ainsi que la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique.

Alyson Braxon pour DayNewsWorld
There are no translations available.

MORT DU GOUROU AMERICAIN

CHARLES MANSON

SERIALKILLER ET ICONE MORBIBE

Le criminel le plus célèbre des Etats-Unis est mort alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité dans la prison d'Etat de Corcoran pour avoir commandité les meurtres sauvages de neuf personnes.

Sa condamnation à mort en 1970 avait été commuée en prison à perpétuité . Depuis plusieurs jours, l'homme était hospitalisé dans un état grave en Californie.

L'ancien gourou avait été condamné pour avoir ordonné aux disciples de sa secte, la Manson Family, de commettre des meurtres, dont celui en 1969 de l'actrice Sharon Tate , première femme de Roman Polanski, enceinte de huit mois. Sharon Tate avait 26 ans .

Elle avait succombé à 16 coups de couteau le 9 août 1969, adeptes de Manson, qui avaient tracé le mot « Pig » (porc) avec du sang, sur la porte d’entrée de la résidence du couple, avant de s’enfuir. Roman Polanski se trouvait alors en Europe.

Il avait aussi été reconnu coupable d’avoir ordonné le meurtre de deux autres personnes durant l’été 1969 : le professeur de musique Gary Hinman, poignardé à mort en juillet, et le cascadeur Donald Shea, qui subit le même sort en août.

C'est à la fin des années 1960 que Charles Manson, 32 ans, une croix gammée tatouée sur le front, s’érige « Christ » à la tête de La Famille dans le désert californien.

C'est une secte dans la mouvance du Flower Power qui s'est formée avec des adolescentes fugueuses et des drogués en adoration devant ce gourou.

Ces derniers vivent de rapines et dans l’adoration de leur gourou, persuadé que le titre « Helter Skelter » des Beatles symbolise « le grand chaos et la future guerre entre noirs et blancs ».

Le psychopathe se prenant pour la réincarnation du Christ avait fomenté une série de meurtres pour provoquer l’avènement un conflit racial aux États-Unis entre Blancs et Noirs. Raciste, il voulait faire accuser les Black Panthers, activistes noirs assez violents, et avait laissé des inscriptions avec le sang des victimes sur les murs. Il utilisait le vocabulaire des Black Panthers, comme le mot "pig" pour désigner la police ou les Blancs.

Dès son plus jeune âge, ce « criminel endurci » baigna dans la violence, commit des cambriolages, força des jeunes mineures à faire le trottoir, fit des allers-retours entre des maisons de redressement et la prison. « La société m’a écrasé. On va tuer tous ces porcs. Allez-y et n’ayez aucune pitié » ordonne-t-il à ses adeptes lors des tueries.

Une idée l’obsèdait: « devenir une star de la chanson aux Etats-Unis. ». Le romancier Simon Liberati qui a consacré un livre, California girls, à cette secte le décrit comme «  une sorte d'incarnation du mal » qui « voulait être une pop star » .

Son style avait tout de même réussi à séduire Neil Young, qui le considéra comme un authentique « songwriter ». Une chanson écrite par Manson et légèrement revisitée par Dennis Wilson, a été enregistrée par les Beach Boys: il s'agit du titre Cease To Exist .

Ce gourou meurtrier et paranoïaque a imprégnée et parfois fasciné toute une génération américaine

En effet la culture rock, le punk, se sont beaucoup servi des images de Manson avec sa croix sur le front voulant tantôt choquer, tantôt de dénoncer les dérives d'une société américaine obsédée par la célébrité.

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES CONTACTS SECRETS DE TRUMP JR.

AVEC WIKILEAKS

Donald Trump Jr  s'est senti dans l'obligation de lever le voile sur ce qui constitue selon ce dernier la chaîne «intégrale» de ses échanges avec WikiLeaks , après les révélations  du magazine « The Atlantic » .

Il s'agit de messages privés sur Twitter entre septembre 2016 et juillet 2017.

Cette publication par Trump Jr., également réalisée sur Twitter, montre en tout et pour tout une douzaine de messages provenant du groupe militant et trois réponses du fils du aîné du Président des Etats-Unis qu'il qualifie ironiquement comme étant «  mes 3 réponses spectaculaires  ».

Aux différents messages de Wikileaks , Trump Jr n'a répondu qu'à trois messages initiaux:

il remercie WikiLeaks pour les informations sur le nouveau site web, puis fait  un commentaire désobligeant à propos de Hillary Clinton et enfin demande le 3 octobre 2016, juste avant la publication de révélations embarrassantes pour la candidate républicaine, des détails sur cette fuite. Une façon pour le fils aîné de Trump de se dédouaner ?

Tirés des documents confiés aux commissions du Congrès chargé de l' enquête sur les interférences russes dans la campagne présidentielle américaine, ces échanges reconnus par Donald Trump Jr. attestent bien de contacts maintenus.

L’équipe de campagne de M. Trump a pourtant toujours assuré qu’elle n’était pas en contact direct avec le site ...

Le renseignement américain a imputé ces piratages à la Russie alors que WikiLeaks nie les avoir obtenus par ce biais.. .

Quoiqu'il en soit, il ressort clairement que le site fondé par Julian Assange s'était engagé en faveur de Donald Trump en publiant les courriels d'Hillary Clinton ce qui n'a pas manqué de discréditer la candidate démocrate.

Durant la course à la Maison Blanche, Donald Trump avait à de nombreuses reprises cité les révélations de Wikileaks au sujet d'Hillary Clinton, affirmant même au cours d'un meeting d'octobre 2016 en Pennsylvanie qu'il "aimait Wikileaks".

Quelques jours plus tard, l'organisme remerciait son fils pour ces propos: "Hey Donald Jr., ravis de voir que toi et ton père vous parlez autant de nos publications."

Le groupe mentionne aussi au fils ainé de 39 ans la création d'un site anti-trump et  va jusqu'à demander à Trump Jr de lui fournir une déclaration de revenus de son père, expliquant à ce dernier que de telles publications conforteraient l’image d’un site impartial.

WikiLeaks s’intéresse également de près à la rencontre en juin 2016 de Trump Jr avec une avocate russe,voulant obtenir des courriels à propos de cette rencontre.

En cas de défaite du républicain, il lui conseille de contester la sincérité du scrutin.

Et poussera l'exercice le 16 décembre, une fois le Président Trump élu, jusqu'à demander un poste d'ambassadeur en Australie.

Mais pourquoi une telle aide apportée par le fondateur de WikiLeaks ?

Pour Julian Assange il s'agissait de démontrer que «WikiLeaks peut se montrer très efficace pour convaincre des personnes, même très haut placées, qu'il en va de leur intérêt de promouvoir ses publications».

Drôle de stratégie pour un lanceur d'alerte!!

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LA FUSILLADE AU TEXAS DANS UNE EGLISE RAVIVE LE DEBAT SUR LES ARMES A FEU

 

Cinq semaines à peine après la tragédie de Las Vegas, une nouvelle fusillade a endeuillé les Etats-Unis, dimanche 5 novembre faisant 26 morts âgés de 5 à 72 ans toujours en cours d'identification.

L'identité de l'auteur présumé de la fusillade dans une église baptiste en pleine célébration dominicale a fuité dans plusieurs médias américains.

D'après Le New York Times il s'agirait de Devin Patrick Kelley, un homme de 26 ans résidant dans les environs de New Braunfels, une petite ville de moins de 80.000 habitants de l'agglomération de San Antonio.

Vêtu de noir, portant un gilet pare-balles et muni d'un fusil d'assaut, le jeune homme serait un ancien militaire qui était passé devant la Cour martiale pour violences envers sa femme et son enfant.

Rétrogradé et condamné à un an de détention, il a été renvoyé de l'armée pour «mauvaise conduite», a déclaré une porte-parole de l'armée de l'air. 

Désarmé et blessé par un voisin lui-même armé, le tireur s'est enfui en voiture et a été retrouvé mort dans son véhicule dans le comté voisin, le comté de Guadalupe.

Le tireur était «un individu très dérangé, avec beaucoup de problèmes», a déclaré Donald Trump depuis le Japon.

«Nous avons beaucoup de problèmes de santé mentale dans notre pays, comme en ont les autres pays.

Mais ce n'est pas une question liée aux armes. Heureusement, quelqu'un d'autre avait une arme qui tirait dans la direction opposée.»

Cette tuerie a relancé le débat sur les armes à feu aux États-Unis qui ressort à chaque fusillade survenant dans le pays. L'ancien président Barack Obama a, quant à lui, écrit sur Twitter: «Que Dieu nous accorde également la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous».

La « violence insensée causée par les armes à feu a déchiré une communauté, et dans un lieu de culte . Quand dirons-nous que c’est assez ? », a déploré la sénatrice de Californie, Kamala Harris.

Décidément les fusillades continuent aux Etat-Unis sans qu'aucune mesure concrète contre la détention d'armes de type fusils d'assaut ne soient prises.

Pourtant le massacre de Las Vegas le 1er octobre, quand un homme de 64 ans avait tiré , depuis sa chambre du casino Mandalay Bay sur la foule participant à un festival de musique country, avait ouvert la voie sur un consensus : la classe politique dans son ensemble et même la National Rifle Association (NRA), le lobby des armes, avaient annoncé des mesures contre les fameux « bump stocks »,dispositifs permettant de transformer un des fusil semi-automatique en fusils d'assaut.

Stephen Paddock, auteur de la tuerie la plus meurtrière des cinquante dernières années, en possédait douze en toute légalité. Plus de mille balles avaient été tirées en une dizaine de minutes.Bilan: 58 morts et 161 blessés

Où en est-on ?

Certes les démocrates se sont empressés de déposer un projet de loi au Congrès pour interdire ces accessoires mais en vain. Le lobby des armes s'est ravisé estimant que ces « bump stocks » devaient continuer à être considérés comme des accessoires.

Aussi le Congrès s'oriente-t-il vers un simple encadrement des ventes de « bump stocks ».

Une fois de plus les partisans du second amendement ont eu gain de cause.

Joannes Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE LONG PERIPLE DE DONALD TRUMP EN ASIE

Donald Trump débute le plus long voyage en Asie depuis un quart de siècle d’un président des Etats-Unis en exercice, sur fond de très forte tension avec la Corée du Nord.

"Je pense que le voyage (en Asie) sera couronné de succès", a déclaré Donald Trump depuis les jardins de la Maison Blanche juste avant son départ.

"Nous allons parler d'échanges commerciaux et nous allons parler bien sûr de Corée du Nord. Il y a beaucoup de bonne volonté sur ce dossier", a-t-il ajouté.

Ce samedi, le chef de la Maison blanche doit s'envoler pour le Japon.

Cette arrivée par le Japon doit montrer l'importance de la relation bilatérale, notamment par rapport à la Corée du sud et bien sûr à la Chine, les deux étapes suivantes , avec la Corée du Sud le 7 novembre et la Chine les deux jours dans l'espoir de convaincre son homologue chinois Xi Jinping d'avoir une ligne plus dure envers son allié nord-coréen.

Le locataire de la Maison Blanche est aussi attendu le 10 novembre au sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (Apec) à Danang, au Vietnam, où il est possible qu'il rencontre son homologue russe Vladimir Poutine.

"Il se pourrait que nous ayons une réunion avec Poutine", a déclaré Donald Trump sur Fox News. "Encore une fois, Poutine est très important parce qu'il peut nous aider avec la Corée du Nord. Il peut nous aider avec la Syrie. Nous devons parler de l'Ukraine." Il bouclera sa tournée aux Philippines les 13 et 14 novembre.

Ce long périple de 12 jours vise en premier lieu à renforcer la détermination internationale pour "isoler le régime nord-coréen", a souligné le général HR McMaster, son conseiller à la sécurité nationale.

En effet la Corée du Nord a mené son premier essai atomique en 2006 et a fait des progrès considérables depuis l'arrivée au pouvoir de son dirigeant actuel, Kim Jong-Un, qui a supervisé quatre tests nucléaires et de multiples tirs de missiles.

Et en second lieu il s'agira d'évoquer les questions économiques après qu'une des premières mesures de Donald Trump a consisté à sortir les Etats-Unis d’un projet d’accord de libre-échange (le Partenariat transpacifique) avec des pays riverains du Pacifique.

Le TPP devait parachever un effort de rééquilibrage de la politique des Etats-Unis lancé par le prédécesseur de M. Trump, Barack Obama, en direction d’une région vouée à tirer la croissance mondiale pour les décennies à venir.

Son retrait abrupt de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique , conçu comme un contrepoids à l'influence grandissante de la Chine, a troublé plus d'un pays signataires, Japon en tête. Un voyage difficile avec des dossiers sensibles.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UNE REMISE EN CAUSE

DU PROGRAMME DIVERSITY IMMIGRANT VISA

PAR DONALD TRUMP

Après l'attentat de New York commis par un Ousbek immigré légalement aux États-Unis en 2010 grâce à une «loterie» appelée programme dit des «Visas diversité»- le Président Donald Trump se saisit de l'occasion pour remettre en question ce dernier.

Il veut tout simplement remplacer le programme de diversité, adopté dans le cadre de l'Immigration Act de 1990 et entré en vigueur en 1995, par un système au mérite.

Le programme dit des «Visas diversité» permet au département d'État de distribuer chaque année 50.000 titres de séjour dans des pays à faible taux d'émigration vers les États-Unis.

Les candidats sont sélectionnés aléatoirement parmi les demandes soumises. La sélection se fait à travers une loterie aléatoire par ordinateur.

Les gagnants doivent justifier d'un niveau d'études équivalant au bac ou de deux années d'emploi dans un poste nécessitant une formation.

En bénéficient principalement des nations africaines ou d'Asie centrale.On ne compte que quelques dizaines de milliers d'Ouzbeks sur le territoire américain.

La loi avait été adoptée par une majorité de Républicains et de Démocrates en 1990 et signée par le républicain George H. W. Bush père.

Le sénateur de New York, Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate, figurait parmi l'un des initiateurs de la loterie des visas et a été visé par le locataire de la Maison Blanche via un tweet. "Le terroriste est entré dans notre pays avec la "Loterie Visa Diversité", un petit bijou de Chuck Schumer", a twitté Donald Trump mercredi.

Le chef de la Maison-Blanche a blâmé mercredi «la loterie des démocrates» qu'il veut remplacer par «un système basé sur le mérite». "Nous nous battons dur pour une immigration basée sur les mérites, plus de systèmes de loterie démocrates. Nous devons être BEAUCOUP plus durs (et plus intelligents)", a encore twitté le président.

Fin août une proposition de loi en ce sens a été déposée au Sénat par les républicains Tom Cotton (Arkansas) et David Perdue (Georgie). Le permis de résidence se délivrait en fonction du niveau d'éducation,de la pratique de l'anglais et à des compétences professionnelles «dont le pays a besoin».

De son côté Chuck Schumer au Sénat a demandé au Président de ne pas « politiser l'attentat », et d'annuler les coupes budgétaires prévues dans la lutte antiterroriste.

Alize Marion pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DONALD TRUMP DEMANDE LA PEINE DE MORT POUR LE SUSPECT DE L'ATTENTAT DE NEW-YORK

L'auteur présumé de l'attentat de New York, Sayfullo Saipov, a revendiqué, sur son lit d’hôpital, son appartenance au groupe djihadiste Etat islamique.

Il a confié aux enquêteurs qu'il préparait son attaque "depuis un an environ" et s'était décidé pour une attaque au camion-bélier il y a deux mois.

En outre il a déclaré aux enquêteurs être "satisfait" de son acte, a indiqué mercredi soir le parquet fédéral, qui l'a inculpé pour terrorisme.

Déclaration qui n' a pas manqué de faire réagir le président des Etats-Unis, Donald Trump : ce dernier a réclamé jeudi 2 novembre sur son compte Twitter la peine de mort à son encontre.

« Le terroriste de NYC [pour New York city] était satisfait et a demandé que le drapeau de l’EI soit accroché dans sa chambre d’hôpital. Il a tué 8 personnes et en a grièvement blessé 12. IL DEVRAIT ETRE CONDAMNE A MORT ! » a écrit le président américain sur Twitter.

Donald Trump avait déjà envisagé l'envoi de l'Ouzbek Sayfullo Saipov à Guantanamo, la base américaine à Cuba servant de centre de rétention aux prisonniers accusés de participation à des entreprises djihadistes.

Inculpé pour terrorisme, il est déjà cité pour deux chefs d’inculpation fédérale violence et destruction de véhicules et soutien à une organisation terroriste étrangère .Il encourt donc la prison à perpétuité.

Trump, quant à lui, requiert la peine de mort pour l'individu qui a fauché passants et cyclistes à Manhattan sans aucun état d'âme. Le procureur de Manhattan, Joon Kim, de son côté, a mentionné une procédure qui permettrait de demander la peine de mort.

Boby Dean pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ATTENTAT A NEW-YORK: LE SUSPECT IDENTIFIE ET INCULPE POUR TERRORISME

Le suspect de l'attaque à la voiture bélier à Manhattan, blessé et arrêté par la police, a survécu à ses blessures et est sorti du bloc opératoire et son pronostic vital ne serait pas engagé , selon CNN.

Selon les médias américains, le suspect est Sayfullo Saipov (29) un immigrant d'origine ouzbèke ayant vécu à Tampa, en Floride arrivé légalement aux Etats-Unis en 2010, marié et avec des enfants. .

Il aurait loué sa camionnette dans le New Jersey et avait un titre de séjour permanent, la "carte verte".

Il semblerait qu'il travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times,et qu'il était déjà « sous les radars » de la police .

La compagnie de voitures avec chauffeurs privés américaine a confirmait être en contact avec les enquêteurs. Il aurait crié "Allah Akhbar" après avoir sauté de son véhicule à la fin du carnage  avec  deux armes factices.

D’après CNN et le New York Times, les enquêteurs ont découvert une note laissée par le suspect dans laquelle il dit avoir agi au nom de l’organisation État islamique (EI), ainsi qu'un drapeau de ce dernier.

C’est un « lâche perverti lié à l’organisation Etat islamique [EI] et [qui] s’est radicalisé » aux Etats-Unis, a dit M. Cuomo, le gouverneur de New-York. Selon M. Cuomo, le jeune homme était "le modèle du loup solitaire".

Au cours d’une conférence de presse, mercredi après-midi, le chef adjoint de la police de New York, John Miller, a affirmé que l’attentat avait été préparé durant plusieurs semaines.« D’après l’enquête conduite cette nuit, il apparaît que M. Saipov planifiait ceci depuis plusieurs semaines. Il l’a fait au nom de l’EI et parmi les objets découverts sur les lieux se trouvait un message » manuscrit en arabe, citant le groupe djihadiste.


Le parquet fédéral de Manhattan a annoncé mercredi l'inculpation pour terrorisme de Sayfullo Saipov, le suspect de l'attentat qui a fait 8 morts et 12 blessés, qui a déclaré aux enquêteurs être «satisfait de ce qu'il a fait».

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ATTENTAT TERRORISTE A NEW YORK

8 MORTS 12 BLESSEES

Le chauffeur d'une camionnette, un homme de 29 ans a renversé de nombreuses personnes sur une piste cyclable dont des cyclistes mardi 31 octobre 2017 à 15H05 heure de New York dans le sud de Manhattan avant d'être arrêté et d'être blesse  à l'issue d'une fusillade avec la police.

Bilan provisoire 8 morts et 12 blessées !!

Le maire de New York, Bill de Blasio, a expliqué lors d'une conférence de presse.et qu'il s'agissait d'un attentat.

La camionnette s'est engagée sur la piste cyclable, proche du World Trade Center, a 15h 05 heures locales.

Louée auprès de la compagnie Home Depot, elle y a renversé sur près d'un kilomètre plusieurs cyclistes, avant d'entrer dans un bus de ramassage scolaire et d'être obligée de s'arrêter.

L'homme a été touché à l'abdomen et a dû être hospitalisé, sans qu'on sache la gravité de son état.

Le chauffeur aurait crié "Allah Akhbar" en sortant de son véhicule, mais aucun responsable n'a confirmé dans l'immédiat cette information.

Le Président Donald Trump a qualifié l'assaillant de New York de "personne malade et déséquilibrée", sur Twitter. "Les forces de l'ordre suivent cela de près. PAS AUX USA!", a ajouté le président !

La dernière attaque jihadiste à New York date du 17 septembre 2016, lorsqu'un jeune Américain d'origine afghane, Ahmad Rahimi, a posé deux bombes dans le quartier huppé de Chelsea. Une seule a explosé, faisant une trentaine de blessés légers.

Pendant que le jour commençait à décliner sur New York, une nuée d’hélicoptères survolaient encore le sud de la ville et sa Freedom Tower, construite en remplacement des tours jumelles.

En contrebas de l’imposante tour, des centaines journalistes ayant afflué des quatre coins de la ville s’apprêtaient à attendre devant les barrages de police.

A quelques jours des élections municipales et quelques mois après qu’une attaque similaire a fait un mort et 22 blessés dans le quartier de Times Square, cet incident devrait remettre au centre du débat la question de la menace terroriste, à New York comme dans le reste du pays.

Après la sécurisation des lieux, la parade d'Halloween a été maintenue. Bill de Blasio maire de New York a toutefois appelé à la vigilance,«C'est une journée très difficile pour New York», a-t-il ajouté, en demandant aux New-Yorkais d'être plus vigilants que d'habitude et de signaler toute anomalie. Des policiers supplémentaires ont étés déployés !!

La porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders à déclarée  "Nos pensées et nos prières vont à ceux touchés" !!

Parmi les différents chefs d’Etat qui se sont exprimés , Emmanuel Macron le président de la république Française a lui aussi adressé un message aux Américains. «J'exprime l'émotion et la solidarité de la France à New York et aux Etats-Unis. Notre combat pour la liberté nous unit plus que jamais»

Selon les pompiers, 11 personnes ont été blessées et hospitalisées, dans un état «grave» mais sans que le pronostic vital soit engagé. «Nos pensées et nos prières vont à ceux touchés» par cet attentat.

Le Président Donald Trump a affirmé que les Etats-Unis ne devaient pas permettre au groupe Etat islamique "de revenir ou entrer" dans le pays.

"Nous ne devons pas permettre à l'Etat Islamique de revenir ou entrer dans notre pays après les avoir vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez!"

De toute évidence il s'agit une fois de plus d'un acte de terrorisme particulièrement lâche, il va très vite faire apparaître aux yeux du monde civilisé qu'il va falloir prendre des mesures contre ce terrorisme aveugle , les dirigeants du monde civilisés vont devoir faire preuve de courage pour stopper cette escalade avec une détermination sans faille avec des actions beaucoup plus fortes que ce qui à été mis en œuvre jusqu'à présent.


Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UNE INGERENCE RUSSE DANS LA CAMPAGNE PRESIDENTIELLE AMERICAINE ?

Depuis l'élection présidentielle, le dossier russe pollue la vie politique à Washington.

Le président américain a toujours nié toute collusion avec la Russie et aucune preuve formelle ne l’a pour le moment contredit. Dimanche, Donald Trump a encore réfuté la moindre «collusion» avec la Russie durant la campagne, dans une série de tweets dont il a le secret.

«Toutes ces histoires russes juste quand les républicains s'attaquent à une baisse et réforme historiques des impôts. Est-ce une coïncidence? NON!» a-t-il tweeté.

Patron du FBI de 2001 à 2013, Robert Mueller a été nommé le 17 mai par le numéro deux du ministère de la Justice pour enquêter sur la campagne présidentielle. Il a été nommé après le limogeage du directeur du FBI James Comey pour reprendre l'enquête qui était jusqu'alors menée par la police fédérale, afin d'en garantir l'indépendance.

Il vient d'inculper ce lundi deux personnalités qui ont fait partie de l'entourage de Donald Trump durant sa campagne.

Les premières mises en examen sont tombées dans l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine de novembre 2016.

Tout d'abord celle de Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne de Donald Trump. qui a été poursuivi lundi pour complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l'étranger, a annoncé le porte-parole du procureur spécial de l'enquête russe.

Âgé de 68 ans, Paul Manafort a dirigé la campagne de Trump entre juin et août 2016. Il a dû démissionner suite à la publication d'articles affirmant qu'il avait eu des activités non déclarées de lobbyiste et consultant auprès de l'ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch. Selon l'acte d'accusation, Gates et lui auraient dissimulé au fisc plus de 75 millions de dollars, en échange de leurs activités de conseil en Ukraine.

Le président des Etats-Unis s'est empressé de réagir par tweet déclarant lundi que les faits reprochés à son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, étaient antérieurs à la campagne présidentielle en 2016. « Désolé, mais cela remonte à plusieurs années, avant que Paul Manafort ne fasse partie de mon équipe de campagne.». Cette affaire n’a pas de lien direct avec une éventuelle collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump.

Lundi 30 octobre, le procureur spécial Robert Mueller a également inculpé George Papadopoulos, un ancien membre de l’équipe de campagne de Donald Trump, qui a plaidé coupable d’avoir menti aux enquêteurs du FBI au cours de cette enquête.

L'homme était en charge des questions de politique étrangère au sein de l'équipe Trump et du fait de ses fausses déclarations, il a "entravé l'enquête en cours du FBI sur l'existence de liens ou de coordination éventuels entre des personnes associées à la campagne et le gouvernement russe pour interférer dans l'élection présidentielle de 2016", souligne l'acte d'accusation signé par le procureur Robert Mueller.

Une mise en cause qui pourrait constituer, pour la première fois dans le cadre d’une procédure fédérale, un lien entre la campagne de Donald Trump et le gouvernement russe, soupçonné d’ingérence. George Papadopoulos a plaidé coupable, le 5 octobre, d’avoir menti aux enquêteurs du FBI au sujet de sa relation avec des intermédiaires du gouvernement russe, qui ont débuté en mars 2016. L’un de ces intermédiaires, présenté comme « le professeur », a affirmé en avril 2016 à M. Papadopoulos détenir de quoi « salir » la candidate démocrate Hillary Clinton sous la forme de « milliers d’emails ». Il a également tenté «à de multiples reprises» de mettre en contact la campagne de Donald Trump et des officiels russes et a travaillé à une possible rencontre entre Vladimir Poutine et le candidat républicain mais qui n'a jamais eu lieu.

Le président américain n’a pas encore réagi à cette inculpation. Moscou, de son côté, a toujours nié être intervenu d’une manière ou d’une autre dans ce scrutin.

Alize Marion pour DayNewsWorld
There are no translations available.

URGENCE DE SANTE PUBLIQUE

SUR LES OPIACES

AUX ETATS-UNIS

Jeudi à la Maison Blanche, Donald Trump a déclaré la crise des opiacés en état d'urgence de santé publique. Son épouse Melania a elle aussi pris la parole.

«J'ai appris tellement en parlant avec [les proches de victimes de la crise des opiacés] et je sais qu'il y a encore bien des histoires à raconter.

Le point commun de toutes ces histoires, c'est que cela peut arriver à n'importe lequel d'entre nous.

L'addiction à la drogue peut toucher vos amis, vos voisins et votre famille.

Comme beaucoup d'entre vous le savez, l'addiction touche les enfants de bien des façons, et je me suis récemment intéressée à ce que je pouvais faire pour aider à lutter contre cette épidémie.».

A la fin du mois de septembre, la First Lady avait dirigé une table ronde sur l'addiction aux opiacés

Le Président a promis d'éradiquer des Etats-Unis un fléau qui tue près de 150 Américains par jour.

Il avait initialement prévu de déclarer un état d'"urgence nationale", mais la Maison Blanche a finalement opté pour "L'urgence de santé publique d'ampleur nationale", jugée plus adaptée pour répondre à cette crise des opiacés, des stupéfiants qui font des ravages en termes d'addiction et des dizaines de milliers de morts par an aux Etats-Unis.

'Une situation d'urgence nationale aurait permis de débloquer des fonds fédéraux prévus en cas de désastres naturels.

A l'inverse, la déclaration d'urgence de santé publique ne débloque aucun fonds supplémentaires du gouvernement fédéral, mais la Maison Blanche demandera au Congrès d'augmenter l'enveloppe consacrée à cette crise, ont affirmé des responsables de l'administration.

La mesure doit en outre permettre au ministère du Travail de débloquer des fonds normalement destinés à des salariés déplacés. Ces derniers seront plutôt consacrer à des personnes souffrant d'une accoutumance aux opiacés propices à les aider à rompre avec "le cycle de l'addiction et du chômage".

L'accès à des traitements par la télé-médecine pour les personnes résidant dans des zones rurales, les plus durement touchées par cette crise sera ainsi facilitée..

"Nous pouvons être la génération qui met fin à la crise des opiacés", a déclaré le 45e président des Etats-Unis lors d'une annonce faite à la Maison Blanche, entouré par d'anciens toxicomanes, parents de victimes d'overdoses ou encore des médecins spécialisés.

"Cela prendra plusieurs années, même des décennies, pour débarrasser notre société de ce fléau", a-t-il reconnu, mais en "travaillant ensemble, nous allons vaincre la crise des opiacés". "Nous allons libérer notre pays de la terrible affliction des abus de drogue", a-t-il assuré.

Ce fléau a fait près de 60 000 morts en 2016 aux Etats-Unis, soit plus que les accidents de la route ou le sida au plus fort de l’épidémie.

On estime que désormais 11 millions d'Américains souffraient d’accoutumance aux opiacés obtenus sur prescription avant de se le procurer auprès de pharmacies en ligne souvent illégales.

Les opioïdes sont l’emblème d’un malaise social. Celui des « petits Blancs » laissés pour compte dans les anciens bastions de l’industrie manufacturière, frappés par la mondialisation et l’automatisaton .

Deux Etats – l’Ohio et le Mississippi ont porté plainte contre cinq laboratoires pharmaceutiques, en leur reprochant d’avoir sous-estimé les effets secondaires des antidouleurs , une catégorie de stupéfiants englobant des médicaments analgésiques délivrés sur ordonnance tels que l'oxycontin et le fentanyl, un tranquillisant de synthèse puissant, d’un potentiel équivalent à cent fois celui de la morphine, ainsi que l'héroïne, souvent mélangée à des substances de synthèse.

Preuve de son volontarisme, le président a affirmé jeudi que l'agence américaine du médicament, la FDA, avait d'ores et déjà demandé à ce qu'un "opiacé particulièrement à haut risque" - qu'il n'a pas nommé - soit immédiatement retiré du marché. Il a également menacé de poursuivre "assez rapidement" en justice les personnes et les entreprises "qui ont fait du mal" aux Américains.

Donald Trump a par ailleurs promis d'évoquer avec son homologue chinois Xi Jinping, lors de sa visite prochaine à Pékin, le cas du fentanyl, et la manière d’endiguer le flot de fentanyl un opiacé de synthèse produit en Chine , pendant son voyage en Asie début novembre.

Les contrôles postaux vont être renforcés pour « arrêter l’inondation de fentanyl fabriqué en Chine », a-t-il annoncé.

Andrew Preston pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES ARCHIVES CLASSIFIEES SUR L'ASSASSINAT DE

J.F KENNEDY BIENTOT REVELEES

L'assassinat de John Fitzgerald Kennedy hante encore l'Histoire des États-Unis.

Alors que le président traversait le centre-ville de Dallas (Texas), bastion ultraconservateur il reçoit un premier tir dans le dos.

Alors qu'il se tient la gorge, une seconde balle le touche en pleine tête. Son épouse Jackie Kennedy est prise de frayeur.

Très rapidement, l'assassin présumé, Lee Harvey Oswald, est arrêté avant d'être lui-même tué par un déséquilibré deux jours plus tard.

La Commission Warren chargée de l'enquête retient la thèse du tueur isolé.

Mais pendant des décennies l’événement alimente de nombreuses théories du complot.

Une loi américaine datant de 1992 prévoit que d'ici jeudi 27 octobre 2017, tous les documents- au nombre de 3100 -relatifs à l'assassinat de John F. Kennedy, le 22 novembre 1963, à Dallas, doivent être rendus publics. Donald Trump s'est dit prêt dans un tweet à tout publier, sauf si la sécurité nationale venait à être en jeu.

Toute la question est de savoir si, parmi les documents qui devraient être révélés au public le 27 octobre, certains apporteront des éléments supplémentaires sur cette enquête vieille de plus d'un demi-siècle.

En sachant que, sur le total des cinq millions de documents portant sur l'affaire, longtemps conservés dans l'antre des Archives nationales, l'immense majorité (88%) a déjà été révélée aux Américains. 11% des fichiers ont été publiés après avoir été partiellement censurés.

Mais restent ces 3100 documents, dont le contenu demeure inconnu.

La CIA surveillait déjà avant le drame Lee Harvey Oswald et ces nouvelles archives pourraient préciser le rôle joué par cette dernière et permettre de savoir si Oswald a bénéficié d'éventuelles complicités.

L'hypothèse du loup solitaire reste, à ce jour, la plus tangible selon les experts et ces derniers ,pour la plupart, n'attendent pas de révélation explosive sur le sujet.

Ces documents pourraient néanmoins apporter quelques détails sur le mystérieux voyage de Oswald à Mexico City quelques semaines avant l'assassinat.

Ils pourraient mettaient en évidence la "théorie déjà assez développée d'un coup d'État"

61 % des Américains ne croit pas à la thèse "officielle" mettant en cause Lee Harvey Oswald.

Si la CIA a été partie prenante dans l'assassinat de leur président, cette révélation poserait la question déjà assez développée d'un coup d'État.

Même s'il y a beaucoup de complotisme ambiant, l'affaire des assassinats des deux frères Kennedy, montre que tout n'a pas été dit sur Oswald.

D'autres mensonges, comme celui de la guerre d'Irak, ont émaillé l'histoire des Etats-Unis

D'ailleurs le Donald Trump ne s'y est pas trompé. Il a émis des réserves dans son tweet à propos de la publication de l'intégralité des archives : s'il ne s'agit pas de documents compromettants la sécurité nationale.

Le chef d'Etat américain y a en effet stipulé que "sous réserve de la réception de nouvelles informations, [il va] autoriser, en tant que président, que les dossiers JFK longtemps bloqués et classés top secret soient ouverts".

La totalité des documents gardés secrets (soit 11% des cinq millions d’archives) ne sera cependant pas dévoilée si des agents du FBI et de la CIA toujours en fonction venaient a être mentionnés.

En d'autres termes, la Maison blanche se laisse encore la liberté de préserver le secret autour des documents restants.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

GEORGE BUSH ET OBAMA TACLENT LE MEME JOUR DONALD TRUMP

Depuis qu'il a quitté la Maison-Blanche, Barack Obama est resté discret, se gardant de critiquer frontalement Donald Trump. Après s'être pris trois mois de vacances, Barack Obama s'est attelé à la rédaction de ses mémoires, il n'a donné pratiquement aucune interview. Les rares fois où il est sorti de son silence, il l'a fait sur des sujets importants, comme l'immigration, la couverture santé ou la lutte pour le climat.

Il remet pour la première fois le pied dans l'arène politique américaine jeudi pour soutenir des candidats démocrates, lors de réunions de campagne dans le New Jersey et en Virginie.

L'ex-président des États-Unis Barack Obama a fait une apparition remarquée en dénonçant l'évolution de la politique américaine, sans pour autant mentionner le nom de son successeur.

"La politique actuelle... nous croyions en avoir fini il y a longtemps... Les gens ont cinquante ans de retard ! Nous sommes au XXIe siècle, pas au XIXe..." a-t-il ironisé, en costume mais sans cravate.

Après une réunion dans le New Jersey en soutien au démocrate briguant le poste de gouverneur, Philip Murphy, il s’est rendu, à Richmond, en Virginie, pour un meeting de soutien à Ralph Northam.

Longuement ovationné, Barack Obama a appelé les électeurs à aller voter pour "envoyer un message résonnant dans tout ce beau pays et dans le monde".

"Si pour remporter une campagne, on doit diviser la population, alors on ne sera pas capable de la gouverner", a-t-il lancé, dans un sous-entendu voilé à l'attention de Donald Trump. "Notre valeur est au plus haut non pas quand nous rabaissons les gens mais quand nous essayons d'élever tout le monde ensemble", a-t-il ajouté, en référence aux récents événements de Charlottesville, théâtre d'une violente manifestation de militants suprématistes rassemblés autour d'un monument confédéré.

44 et 43 unis contre 45 le même jour puisque George W. Bush n'a pas manqué non plus lors d’une conférence organisée par l’institut portant son nom de remarquer la détérioration des débats politique et la montée de l'intolérance.

« Nos débats se détériorent à l’aune d’une cruauté nonchalante », a déclaré l’ancien dirigeant républicain à New York,

« Nous avons vu le nationalisme se dénaturer en nativisme, et nous avons oublié le dynamisme que l’immigration a toujours apporté à l’Amérique », a ajouté George Bush. « Nous perdons confiance dans l’économie de marché et le commerce international, en oubliant que les conflits, l’instabilité et la pauvreté sont les conséquences du protectionnisme ».

« Nous observons le retour des idées isolationnistes, en oubliant que la sécurité de l’Amérique est menacée par le chaos et le désespoir frappant des lieux distants où terrorisme et épidémies, gangs et trafics de drogue tendent à émerger ».

L'actuel locataire de la Maison Blanche compte-t-il répondre à ses prédécesseurs?

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE MUR DE DONALD TRUMP

ENTRE LA FRONTIERE

DU MEXIQUE ET DES ETATS-UNIS

Le mur anti-immigration, promesse de campagne de Donald Trump, commence à prendre forme.Le président Trump a demandé 1,6 milliard US au Congrès pour remplacer 22,4 kilomètres de mur à San Diego et construire un mur de 96 kilomètres dans la vallée texane du Rio Grande. Ce sont les deux passages où les entrées illégales sont les plus fréquentes.

Actuellement une clôture simple sépare sur 1052 des 3143 kilomètres de frontière les deux pays que sont le Mexique et les Etats-Unis. Sur une portion de 82 autres kilomètres ce sont des clôtures doubles ou triples qui sont érigées. Pour construire ce fameux mur que Donald Trump veut dresser, les deux derniers prototypes ont été présentés jeudi 19 octobre.

D'ici le 26 octobre les entreprises intéressées par cette construction doivent avoir bouclé leur projet répondant à des critères assez strictes: en effet chaque prototype doit mesurer entre 5,5 mètres et neuf mètres de hauteur, et être assez solides pour résister à des assaut de quelque genre que ce soit (coup de masse, de pioche,de machines-outils...). Le mur ne devra pas pouvoir être escaladé grâce aux des accessoires d’escalade. Une esthétique plaisante du côté américain fait également partie des critères.

Présentés à une dizaine de mètres l'un de l'autre, les prototypes possèdent tous des caractéristiques différentes. Les angles, l'épaisseur et les courbes varient d'un exemple à un autre .Mais la plupart des modèles se décline dans les couleurs du désert que sont le brun, le beige et le gris.

On ne sait ni si plusieurs prototypes seront retenus, ni si le président Trump participera au choix.

Kelly Donaldson pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TIMIDE DEBAT SUR LES ARMES A FEU

AUX ETATS-UNIS

Après la plus meurtrière tuerie des Etat-Unis à Las Vegas le 1er octobre, l'administration américaine, le Parti républicain, et la puissante NRA se disent prêts à discuter pour une plus grande régulation.

Un débat sur la régulation des armes qui patine depuis un quart de siècle. A chaque nouvelle fusillade, les questions autour d'un contrôle accru des armes à feu aux États-Unis refont surface. Après la réaction horrifiée vient celle de l'unité dans le malheur, puis l'indignation et la division politique qui débouche immanquablement sur l'inaction!

Mais après la tuerie de Las Vegas du 1er octobre dernier faisant 58 morts et plus de 500 blessés, les consciences s'éveillent même du côté des Républicains ardents défenseurs jusqu'à présent du second amendement de la Constitution

S'il s'avère légal de posséder une arme à feu outre-Atlantique, il est toutefois interdit par la loi de posséder et d'utiliser des armes automatiques fabriquées après 1986  .Mais un dispositif appelé le « bump stock » permet de transformer une arme semi-automatique en 'une  arme automatique . Le « bump stock » est une crosse amovible qui utilise l'énergie du recul de l'arme pour imprimer un mouvement de va-et-vient extrêmement rapide au fusil, dont les projectiles se rechargent au même rythme. Officiellement cependant, en raison de la proximité du doigt du tireur sur la gâchette, l'arme reste considérée comme semi-automatique, ce qui lui permet de rester dans la légalité. Ces accessoires sont vendus légalement dans les armureries américaines pour quelques dizaine de dollars.

« Personne ne devrait posséder un dispositif qui transforme un fusil semi-automatique en l'équivalent d'une mitrailleuse », a déclaré le démocrate David Cicilline, en introduisant à la Chambre un projet de loi qui bannirait un tel système.. « Je suis en discussion concrète avec au moins cinq ou six de mes collègues républicains », a ainsi confié David Cicilline à CNN .« Clairement, c'est une chose sur laquelle nous devons nous pencher », a confirmé le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, bénéficiaire pendant la campagne électorale de 2016 de dons de la part des lobbys pro-armes à feu. La puissante NRA, National Rifle Association, lobby des armes à feu , dans un communiqué, s’est prononcé en faveur de « règlements supplémentaires » pour les dispositifs disponibles dans le commerce qui permettent aux fusils semi-automatiques de fonctionner comme des fusils entièrement automatiques, interdits aux Etats-Unis depuis 1986.

La Maison-Blanche elle-même s'est déclarée, par la voix de sa porte-parole, Sarah Huckabee Sanders, être « ouverte à un débat » sur le sujet des bump stocks.

Un dispositif qui a permis au tueur de Las Vegas de multiplier le nombre de victimes. Stephen Paddock avait accumulé 12 fusils équipés d'un tel système dans la suite hôtelière de Mandalay Bay à Las Vegas. Certaines rafales qu'il a tirées depuis le 32e étage de l'hôtel ont atteint une cadence de 90 coups sur 10 secondes ! Cela lui a permis un tel carnage lors du concert de musique country.

Une interdiction des armes semi-automatiques et des chargeurs de grande capacité aurait été plus efficace, mais elle n'est pas encore à l'ordre du jour. Cette timide avancée largement symbolique montre qu'une réforme en profondeur est encore loin. Wayne LaPierre, dirigeant de la NRA, défend envers et contre tout la présence des armes à feu dans la société américaine qui permet aux Américains respectueux des lois de se défendre eux-mêmes et leurs familles contre les actes de violence.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

SURPRENANT PROFIL DU TUEUR DE LAS VEGAS

OU

LA RECUPERATION PAR L'ETAT ISLAMISTE ?

Au lendemain du drame, le profil de ce sexagénaire se précise. Un profil quelque peu inattendu. Ce riche comptable de 64 ans, aujourd'hui retraité, menait une existence sans histoire à Mesquite, une petite ville d'environ 18.000 habitants du Nevada, à 120 kilomètres de Las Vegas .

Cinquante-neuf morts, 527 blessés dans la fusillade de Las Vegas: c 'est la pire tuerie qu'ait connue les  Etats-Unis. Un assassin au profil banal d'un Américain blanc aisé à la retraite qui serait devenu  un djiadiste?

« L’auteur de l’attaque de Las Vegas est un soldat de l’Etat islamique», selon Amaq, l’organe de propagande de Daech qui assure que le sexagénaire s’est converti à l’islam voilà plusieurs mois.

Mais des zones de doutes persistent. En effet les deux premiers communiqués diffusés par l'un des comptes de l'organisation terroriste sur l'application Telegram n'étayent pas cette revendication.

De plus le mode opératoire utilisé par le tueur ne correspond pas à celui d'un djiadiste qui veut se faire tuer les armes à la mains ou avec une ceinture d'explosifs .

Même si les procédure d’authentification des attaques de Daech ou des tentatives d’attentat ont évolué depuis l’attentat de Nice de 2016, rien ne laisse jusqu'à présent penser que ce retraité était un converti à l'islam .

Auparavant, la procédure s’appuyait sur des preuves : avant de passer à l’action, voire pendant l’attentat si c’était possible, le djihadiste devait faire allégeance au chef du groupe, le « calife » autoproclamé Abou Bakr-al-Bagdadi et revendiquer son action au nom du djihad.

À défaut, le djiadiste laissait en évidence, à son domicile ou dans sa voiture, un drapeau noir de l’EI, ou faisait un enregistrement audio ou vidéo, mis en ligne ou envoyé à un correspondant chargé de le publier.

La déroute de l’EI sur le terrain expliquerait certes une certaine improvisation dans les revendications. Mais à Las Vegas rien.

Le FBI ne voit pour le moment «aucun lien» entre l'EI et le suspect. Le shérif de Las Vegas Joseph Lombardo a, de son côté, évoqué un "loup solitaire" et ne s'est pas aventuré à évoquer la piste djiadiste terroriste. Le président Trump lui-même n'a fait aucune allusion au terrorisme.


Stephen Craig Paddock ne correspond en effet absolument pas au profil habituel des terroristes de Daech.

Cet Américain blanc de 64 ans était originaire de Mesquite, petite ville d'environ 18.000 habitants, située à quelque 120 kilomètres au nord-est de Las Vegas dans le Nevada, à la frontière avec l'Arizona.

Son frère, Eric Paddock, quant à lui, est bien loin de décrire le profil d'un tueur de masse.

Ainsi, il évoque un homme aisé, qui aimait les croisières, le poker sur internet et les jeux aux casinos de Las Vegas.

Stephen Paddock était en possession d' un brevet de pilote et d'un permis de chasse délivré par l'État d'Alaska.

Il possédait deux maisons récentes dans le Nevada, celle de Mesquite et une autre dans la périphérie de Reno, autre ville dédiée au jeu et au divertissement. .Ce sexagénaire était inconnu des services de police.

Par contre tout un arsenal d'armes ont été retrouvées lors d’une perquisition dans la suite du Mandalay Bay, hôtel de 43 étages et de 3 211 chambres :dix armes à feu -des fusils- et 200 chargeurs...Au FBI de faire toute la lumière de la plus meurtrière tuerie des Etats-Unis.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

FUSILLADE A LAS VEGAS

DURANT UN CONCERT DE COUNTRY

AU MOINS 58 MORTS ET PLUS DE 515 BLESSES

 

Au moins 58 morts et plus de 515 blessés dans la fusillade de Las Vegas Un homme a tiré à l'arme automatique depuis le le trente-deuxième étage de hôtel de  Mandalay Bay de Las Vegas sur le public d'un festival en plein air de musique country.

Il a été abattu par la police à la recherche une femme, potentielle complice, et deux voitures

.Les coups de feu ont retenti peu après 22h00, heure locale, lors du concert de Jason Aldean qui était le dernier de la soirée.

La musique se serait arrêtée pendant quelques moments avant de reprendre et de s’arrêter pour de bon.

«À cette heure, nous pensons qu'il a agi seul et qu'il était le seul tireur, mais nous cherchons d'éventuels complices»,

a déclaré le sheriff Joseph Lombardo lors d'une conférence de presse.

Selon Joseph Lombardo, l'homme abattu ne semble pas lié à une quelconque organisation.

Il a précisé que le tireur, Stephen Paddock, 64ans, était originaire de Las Vegas.

Les autorités sont à la recherche d'une femme qui l'accompagnait avant la fusillade, Marilou Danley.

La police de Las Vegas a diffusé sa photo sur Twitter.

La police a donné l'identité d'une femme  semblant être sa compagne,elle était en compagnie de l'assaillant ce soir là. Il s'agit de Marilou Danley, une femme de type asiatique.

Les forces de l'ordre ont aussi lancé un avis de recherche concernant deux voitures: une Hyundai Tucson immatriculée 114BO et une Chrysler Pacifica Touring immatriculée 19D401.

/

Le président Donald Trump, lors d'une déclaration à la Maison Blanche en milieu de matinée, n'a fait aucun commentaire sur l'état de l'enquête, consacrant son allocution à un appel à l'unité de la nation. Il se rendra mercredi à Las Vegas.

"Notre unité de ne peut pas être brisée par le mal, nos liens ne peuvent pas être défaits par la violence et, bien que nous ressentions de la colère face à l'assassinat insensé de nos compatriotes, c'est l'amour qui nous définit aujourd'hui", a-t-il déclaré, sans répondre aux questions de la presse.

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

ENIGMATIQUES "ATTAQUES ACCOUSTIQUES"

A CUBA

CONTRE L'AMBASSADE AMERICAINE

Une histoire digne d’un roman policier : Vingt et un employés de l’ambassade américaines à La Havane ont été atteints d’un mal mystérieux ,se caractérisant par des vertiges, des maux de tête, des problèmes d’équilibre voire"de légères lésions cérébrales d'origine traumatique et d'une perte définitive d'audition", révélait le syndicat de la diplomatie américaine.

Agressions ciblées, sabotage, accident ?

Le mystère des "attaques acoustiques" contre les diplomates américains à Cuba n'est toujours pas élucidé. Toujours est-il que les Etats-Unis ont décidé vendredi de rappeler "plus de la moitié" du personnel de leur ambassade, provoquant la colère de la Havane.

« Tant que le gouvernement cubain ne pourra pas assurer la sécurité de nos diplomates à Cuba, notre ambassade sera limitée au personnel indispensable afin de minimiser le nombre de diplomates exposés » à d’éventuelles futures « attaques », a expliqué le secrétaire d’État américain Rex Tillerson.

D'autres mesures ont été annoncées par le département d’État, trois jours après une rencontre à Washington entre Rex Tillerson et son homologue cubain Bruno Rodriguez : la suspension de l'octroi de visas de routine américains à Cuba sine die et la limitation des voyages sur place de responsables gouvernementaux américains. Les États-Unis ont également invité leurs ressortissants à ne plus se rendre sur cette île touristique des Caraïbes . En cause, affirment les Etats-Unis, des "attaques" de nature acoustique . Et ce tant que cette troublante affaire ne sera pas élucidée..

Rex Tillerson a pris soin de confirmer le maintien des relations diplomatiques avec Cuba.  Le rappel des diplomates a été présenté comme une mesure préventive pour les protéger .Deux ans après le dégel de leurs relations diplomatiques, le lien entre les deux pays pourrait-il pâtir de cette énigme ? Les auteurs des « attaques, quels qu’ils soient, tentent clairement de saper le processus de normalisation entre les États-Unis et Cuba », a estimé le sénateur démocrate Patrick Leahy.

Les premiers faits suspects remontent à fin 2016, mais le gouvernement américain a attendu août 2017 pour évoquer de mystérieux "symptômes physiques" L’idée avancée d'« attaques acoustiques » ou de « harcèlement acoustique » n’a pas été confirmée officiellement et l’administration américaine s’en est tenu à dénoncer des « attaques précises », « ciblées » mais d'« une nature inconnue ». « Ces employés ont subi des lésions importantes », notamment des pertes d’audition, des vertiges, des maux de tête, des problèmes cognitifs, d’équilibre ou de sommeil, a souligné un haut responsable du département d’État.

Des responsables américains ont dit soupçonner l'utilisation d'appareils acoustiques visant à porter atteinte à "l'intégrité physique" des diplomates. La Havane de son côté a formellement démenti toute implication et lancé une enquête.

Le son serait-il utilisé comme une arme ?

Le son a déjà été utilisé comme une arme non létale lors de gros rassemblements. Au G20 de Pittsburgh en 2009 l'armée américaine avait utilisé Long Range Acoustic Device (LRAD) pour disperser la foule, une arme provoquant des sons très aigus insupportables pour l'oreille humaine.

D'autres armes comme l'Active Denial System (ADS), canon à rayons anti-émeute créé aux Etats-Unis, envoient des ondes électromagnétiques qui causent une sensation de chaleur telle que les personnes visées se dispersent.

Dans le cas de Cuba, les spécialistes restent partagés . Evoquée à Washington, l'émission ciblée d'ondes nocives à partir d'un dispositif non repérable s'avère "tout à fait plausible d'un point de vue technique"a indiqué Denis Bedat, spécialiste en bio-électromagnétique.

"Des ondes ultra-soniques, qui se situent au-delà de la capacité acoustique de l'être humain, peuvent être diffusées avec un amplificateur, indique-t-il Le dispositif n'a pas besoin d'être de grande taille et peut être disposé à l'intérieur ou à l'extérieur d'une maison", explique l'expert français. Selon le docteur Jean-Marc Juvanon, porte-parole de la Société française d'ORL, la plupart de ces symptômes peuvent effectivement être liés à une exposition au bruit .

"L'oreille interne est très sensible à partir d'un certain volume [de l'ordre de 105 ou 110 décibels], cela peut créer des pertes d'auditions et des acouphènes par la suite. Un son très violent peut même provoquer des nausées, des maux de tête, mais pas des lésions cérébrales à ma connaissance."a-t-il indiqué.

Une théorie démontée par le neuroscientifique Seth Horowitz, expert en acoustique à l’université Brown pour qui les symptômes développés par les diplomates "peuvent être liés à tout et n’importe quoi : une infection virale ou bactérienne, la maladie de Menière – qui touche l’oreille interne – ou rien du tout" !

Mais selon les médias américains, les enquêteurs du FBI ont fait chou blanc lors de fouilles minutieuses aux domiciles des victimes. "Nous n'avons pas de réponse définitive sur l'origine ou la cause des incidents", a reconnu mardi 26 septembre un responsable du département

L'énigme paraît loin d'être résolue...

Alize Marion pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LA CALIFORNIE

ETAT SANCTUAIRE

L'Etat le plus peuplé des Etats-Unis (39 millions d’habitants, dont 38 % de Latinos)), dominé par les démocrates, est le deuxième Etat américain à se déclarer "sanctuaire", après l'Oregon.

Il vient d'adopter une loi pour la protection des sans-papiers, malgré les menaces de l’administration Trump de couper les subventions aux entités « sanctuaires ».

Le Sénat du Golden State a en effet voté le projet de loi SB54 , la "loi sur les valeurs californiennes", interdisant aux forces de l'ordre municipales et de l'Etat de fournir des informations aux autorités fédérales. C'est la police fédérale,  qui, aux Etats-Unis, est en charge de l’immigration.

Les policiers ne pourront plus également interroger une personne sur son statut migratoire.

Une dérogation cependant existe à cette loi : Le texte autorise la police de l’immigration (ICE) à se rendre dans les prisons de comtés pour interroger les suspects. Et les forces de sécurité pourront également contacter les services d'immigration si la personne interpellée a commis certains crimes détaillés dans une autre loi (California Trust Act).

La loi est désormais sur le bureau du gouverneur démocrate Jerry Brown qui doit la signer.

La Californie a également lancé une procédure contre l'administration Trump pour sa décision de mettre fin au Daca dans six mois. Ce programme signé par décret du président Obama protège les enfants de moins de seize ans sans-papiers, les "dreamers" qui se sont installés aux Etats-Unis avec leurs parents. Ce décret permet à ces enfants de sortir de l'ombre et d'être scolarisés puis de trouver un emploi.

Une quinzaines d'autres Etats, dont New York et la capitale fédérale Washington D.C ont fait de même arguant que la loi était "anti-constitutionnelle"."La menace d'une utilisation (contre eux) d'informations fournies en toute bonne foi au gouvernement viole le 5e amendement de la Constitution" qui protège contre l'auto-incrimination forcée .

"Plus d'un quart des bénéficiaires du Daca vivent en Californie et ce n'est pas un hasard si notre formidable Etat est la sixième économie du monde", a rappelé Xavier Becerra dans un communiqué.

Les opposants républicains taxent le California Values act de laxiste mettant « en danger la sécurité des Californiens » selon l’expression du directeur de la police de l’immigration, Thomas Homan .

Ce vote ne fait que confirmer la volonté de la Californie de jouer un rôle déterminant dans la «résistance » à l’administration Trump.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

COUVRE-FEU INSTAURE A HOUSTON

LA LOUISIANE MENACEE PAR HARVEY

Un couvre-feu a été décrété à Houston par le maire de la ville texane, Sylvester Turner mardi soir.

Cette décision s'est imposée "pour empêcher toute atteinte aux biens dans les maisons évacuées dans les limites de la ville" et permet également aux sauveteurs de poursuivre leur travail dans des conditions optimales.

Le chef de la police, Art Acevedo a déploré la présence de voleurs parfois armés pillant les maisons évacuées.

"Il y a eu des pillages. Nous avons eu à faire à des voleurs armés qui faisaient le tour hier pour dévaliser notre communauté et la victimiser une nouvelle fois", a-t-il indiqué.

S'ajoute à cette menace d'autres problèmes aigus à résoudre. "Nous avons un tas de menaces, pas seulement en terme de sécurité, mais aussi de sûreté, il y a beaucoup de débris"

En effet des milliers de personnes évacuées vivent dans des abris, le courant est coupé, et il s'avère dangereux de se trouver tard sur les routes.

L'ouragan Harvey a causé la mort d'au moins 18 personnes dans l'Etat du Texas, annoncent les médias américains mercredi.

 

 

 

 

 

Rien que dans la ville d'Houston, plus de 13.000 citoyens ont été évacués.

Le président américain Donald Trump, accompagné de sa femme Melania s'est rendu au Texas son soutien .

Il a pu estimer l'ampleur des dégâts qui s élèvent à plus de 44 milliards de dollars. Il a assuré qu'il reviendrait samedi.

Le cœur de la tempête qui remonte vers le nord-est mercredi, directement le sud-ouest de la Louisiane où Donald Trump a déclaré lundi l'état d'urgence.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

VIOLENT OURAGAN HARVEY L'ETAT D'URGENCE DECRETE EN LOUISIANE

Le président Donald Trump a déclaré ce lundi l’état d’urgence pour la Louisiane.Cette décision va permettre de mobiliser davantage de moyens fédéraux en prévisions du déplacement de la tempête tropicale Harvey vers cet Etat du sud américain, voisin du Texas.

Le pic des inondations ne devrait donc être atteint que mercredi ou jeudi, a prévenu  Louis Uccellini, lors d’une conférence de presse à Washington.

«C’est un événement historique. Nous n’avons jamais rien vu de tel», a répété le chef de l’agence fédérale des situations d’urgence, Brock Long.

Malgré des prévisions incertaines, l'ouragan Harvey devrait se déplacer lentement vers l’est, en suivant la côte, dans les cinq prochains jours, en direction de la Louisiane et de la Nouvelle-Orléans.

L’agence Fema forte de 5 000 fonctionnaires déployés dans la région,  fournit des générateurs électriques pour le bon fonctionnement des services essentiels tels que les centres d’appels 911. Harvey a ravivé aux Etats-Unis le traumatisme de Katrina. La réaction du président de l’époque, George W. Bush, avait été particulièrement critiquée. Donald Trump vante depuis plusieurs jours l' efficacité de la coordination entre autorités fédérales et locales et se rend au Texas mardi.

Les autorités — police, pompiers, gardes-côtes, mairie — ont utilisé leurs comptes officiels sur Twitter et Facebook,dans le but de rassurer la population, mais aussi de diffuser les ordres d’évacuation ou de signaler quels comtés étaient sous les eaux , l’état de catastrophe naturelle ayant été déclaré dans cinquante-quatre comtés du Texas.

Tout en  maintenant une présence sur les réseaux sociaux, les comptes institutionnels ont prévenu qu’ils ne pourraient répondre à chacune des interpellations numériques.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

EN DEPIT « DES INONDATIONS CATASTROPHIQUES » DONALD TRUMP

SE REND MARDI 28 AOUT  2017 A HOUSTON

Le président Donald Trump a prévu de se rendre au Texas ce mardi 28 Aout 2017. Les prévisions météo restent des plus inquiétantes pour les prochains jours, avec de forts risques d'inondations.

Houston, plus grande ville du Texas, est submergée par les pluies où la tempête tropicale Harvey a fait de sérieux dégâts. . « Du jamais vu », s’alarme la météo américaine.

Après les vents, le déluge et les inondations.

Le principal hôpital a été évacué dimanche noyée sous les eaux de la tempête. Les deux plus importants aéroports de la ville, George-Bush International et Hobby, sont également fermés .

Le bilan humain s’est alourdit avec l’annonce d’uncinq mort. Mais selon le gouverneur du Texas, Greg Abbott, il s'avère prématuré de donner un bilan humain.

« C'est grave et a va empirer » a-t-il averti sur Fox News Sunday.

Le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC), indique qu' encore 38 et 63 cm de pluie sont attendus d'ici à jeudi, pour un cumul total pouvant atteindre 127 cm, soit une année de pluie.

« Même s'il y a une accalmie aujourd'hui, ne pensez pas que la tempête est terminée », a renchéri le maire de Houston Sylvester Turner, demandant à ses 2,3 millions d'administrés de rester chez eux.

La mobilisation sur place de milliers de sauveteurs permet de sauver des milliers de personnes prises au piège par la montée incontrôlable de l'eau. Pompiers, garde-côtes,membres de la garde nationale, vingt hélicoptères sont sur place: plus de 1 500 sauvetages ont eu lieu et des renforts ont été demandés aux autres Etats américains notamment à la Louisiane voisine, frappée en 2005 par l'ouragan Katrina causant alors une catastrophe humanitaire avec plus de 1 800 morts.

Si Harvey a été rétrogradé en tempête tropicale, l'ouragan fait quasiment du sur-place ne se déplacant que très lentement (4 km/h). Les services météo évoquent des intempéries « sans précédent » dont « les conséquences ne sont pas encore connues, mais vont au-delà de ce qu'on a jamais vu  »

Le pire des inondations reste à venir, ont prévenu les autorités américaines. On dénombrerait cinq morts selon un bilan provisoire du New York Times. Mais des zones entières sont encore inaccessibles ou submergées

Le président Donald Trump, qui a signé dès vendredi une déclaration de catastrophe naturelle, a appelé les équipes à « rester pleinement mobilisées » et s'apprête à se rendre sur les lieux ce mardi à la différence du président George W. Bush lors de l'Ouragan Katerina .

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

L'OURAGAN HARVEY

A ATTEINT

LE SUD DES ETATS-UNIS

PROVOCANT DEUX MORTS ET AU MOINS DIX BLESSES

N'ayant pas oublié le dramatique précédent de l’ouragan Katrina en 2005 faisant plus de 1 800 morts et détruisant des quartiers entiers de La Nouvelle-Orléans, Donald Trump se tient personnellement informé sur le puissant ouragan Harvey par téléconférence à Camp David, la résidence présidentielle de ce week-end. «Soyez prudents», a demandé le président américain sur Twitter. «L’Amérique est avec vous», a-t-il ajouté plus tard.

Donald Trump a déclaré l'état de catastrophe naturelle sur le Texas. «À la demande du gouverneur du Texas, j'ai signé la déclaration de catastrophe naturelle, qui libère toute la puissance de l'aide du gouvernement» fédéral, a annoncé le président américain dans la soirée. Il doit se rendre au Texas en début de semaine prochaine, a indiqué la Maison-Blanche dans la soirée. Dans une série de tweets, Donald Trump a également donné des liens vers les sites gouvernementaux spécialisés en cas d'évacuation d'urgence. «Alors que l'ouragan Harvey s'intensifie - n'oubliez pas de vous préparer», a-t-il tweeté.

Passé en catégorie 4 - sur une échelle de 5 - vendredi, le plus puissant ouragan depuis 12 ans a atteint terre sur la côte du Texas. Une alerte ouragan a été émise sur près de 500 kilomètres de littoral texan.

L'ouragan Harvey a touché terre entre Rockport et Port Aransas, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Corpus Christi, vers 22 heures (5 heures à Paris). Les vents ont atteint 215 km/h sur le littoral. Le risque d'inondations est élevé .

Harvey pourrait causer «la destruction complète de mobile homes», emporter certains immeubles et rendre de nombreuses zones «inhabitables pendant des mois», a averti le NHC.

Un ouragan menaçant le Texas d'inondations catastrophiques

Le risque d'inondations soudaines est important dans certaines régions, où jusqu'à 76 centimètres de pluies sont attendues. L'ouragan Harvay promet des précipitations de 120 centimètres dans certains endroits et une montée des eaux pouvant atteindre jusqu’à 4 mètres dans certains secteurs, selon les services météorologiques.

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a préventivement émis des déclarations de catastrophe pour trente comtés pour permettre à cet État du sud des États-Unis «de déployer rapidement des ressources» pour les services d'urgence. Houston, la plus grande ville située sur le passage de Harvey, avec plus de 2,3 millions d'habitants, à une trentaine de kilomètres de la côte, s'attend à des pluies torrentielles pendant cinq jours: «Cela va probablement provoquer de dangereuses inondations éclair et noyer des terres à travers toute la région de Houston», ont prévenu les autorités locales dans un communiqué jeudi soir.

Dans la Louisiane voisine, la population s'est également préparée face au volume d'eau qui devrait tomber sur la Nouvelle-Orléans, ville très exposée aux inondations. Le gouverneur de l'État, John Edwards, a annoncé que des centaines de bateaux et un demi-million de sacs de sable avaient été ammssés au large des côtes de la Louisiane. Le maire de la Nouvelle-Orléans, dévastée par l'ouragan Katrina en 2005,parle de «quelques inondations localisées», a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse.

De fortes inquiétudes sur les raffineries de la région texane

Les inquiétudes autour de l'ouragan touche également les raffineries. En effet la trajectoire d'Harvey «pourrait affecter directement le coeur du “couloir américain des raffineries”, représentant environ un tiers des capacités du pays avec environ « 7 millions de barils par jour», a relevé Phil Flyn de Price Futures Group. «Les raffineries pourraient d'une part être endommagées à cause des vents, mais elles pourraient surtout pâtir d'inondations, voire de coupures de courant», a indiqué James Williams de WTRG Economics.

L'ouragan va également affecter l'arrivée des tankers qui naviguent dans le Golfe du Mexique. Une plate-forme de forage pétrolier a déjà été évacuée jeudi dans le Golfe du Mexique de même que 39 plates-formes de production pétrolières et gazières, soit au total 9,5% de la production de pétrole et 14,7% de la production de gaz touchés.=. Mais malgré l’évacuation du personnel de nombreuses plates-formes peuvent encore fonctionner en étant contrôlées à distance.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

POLEMIQUE SUR L'AFFAIRE

STEVE BANNON EXIT

Steve Bannon vient d’être débarqué (chassé) par Donald Trump !

C’est ainsi qu’ont titré la plupart des journaux américains voire français, alors que l’intéressé lui même avait assuré que son départ de l’équipe des conseillers de Donald Trump à la Maison Blanche avait fait l’objet de discussion et de négociations préalables, pour un départ volontaire ??

Il faudra suivre avec attention la suite, pour savoir très exactement ce qui s’est réellement passé !

En tout état de cause, Steve Bannon n’est plus le conseiller tout puissant à la Maison Blanche, où il avait été installé par Donald Trump après l’élection présidentielle 2016, comme conseiller stratégique, un poste crée spécifiquement pour lui.

Steve Bannon sera resté 210 jours dans son poste !

Steve Bannon va rejoindre le Site Breitbard News, dont il va reprendre le commandement. Breitbard News est un site d’Information / Presse, isolationniste, nationaliste et identitaire que d’aucun prétende être proche de l’extrême droite américaine. Steve Bannon en était le rédacteur en chef avant qu’il ne rejoigne les équipes de campagne de Donald Trump. Il a été, selon Donald Trump lui- même, un des artisans de sa victoire en novembre 2016 ;

Steve Bannon promettait, avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’avènement d’un nouvel ordre politique, anti-establishment, qui a provoqué outre l’opposition du clan démocrate, l’exaspération de nombreux élus républicains qui ont finalement obtenu la tête d’un des plus proches conseillers du Président. Steve Bannon est en effet jugé par certains comme l’étoile noire du président, voire son Raspoutine . Un peu excessif quand même !

Et pourtant, Donald Trump doit beaucoup à Steve Bannon qui a inspiré pendant des mois sa campagne et qui à la surprise de tous a conduit à l’élection de ce dernier.

Pour autant Steve Bannon n’entend pas abandonner son combat pour la défense de ses idéaux. Il souhaite de plus continuer à assurer la défense du Président. Dans une  récente déclaration à Bloomberg News, Bannon vient en effet de déclarer : «  Si la présidence Trump pour laquelle nous nous sommes battus est terminée ... nous sommes toujours un énorme mouvement ... et nous ferons quelque chose de cette présidence Trump ». « Mais ce sera autre chose ! » ... assurant qu’il ne resterait pas silencieux ».

Pour certains, Steve Bannon risque donc d’être plus encombrant ou dangereux, à l’extérieur qu’à l’intérieur..

Ce départ intervient à un moment particulièrement difficile pour Donald Trump, empêtré depuis quelques jours dans l’affaire de Charlottesville sachant , il faut reconnaître que depuis le mois de janvier, c’est le grand ménage à la Maison Blanche. Entre limogeage et nomination en retard l’administration Trump semble de plus en plus paralysée et pourtant ... le peuple américain avait eu le courage de voter « contre tous », de briser le système en votant Trump, faisant passer ainsi l’Amérique d’une bien-pensance assumée à un nationalisme revendiqué (America First).

Et Bannon a été dans l’ombre, l’artisan de ce revirement de ligne politique !

Bannon , il faut l’avouer est intelligent et combatif. Ses analyses sur le phénomène Trump se sont avérées justes. Il est certes antisémite mais Donald Trump , au lendemain de son élection a nommé David Friedman, ambassadeur en Israël. Friedman est pourtant, rappelons-le, non seulement pour la colonisation juive en Palestine, mais il la finance sur ses propres deniers. Un exemple du grand écart auquel se livre depuis quelques mois l’administration Trump et Trump lui-même.

Difficile en conséquence de comprendre ce qui se passe réellement à la Maison Blanche, même si son locataire passe pour quelqu’un d’imprévisible et de peu charpenté au plan idéologique..

De sorte qu’après le départ de Steve Bannon, on peut se demander ce qu’il va rester du trumpisme, de ses premières orientations .

Car l’administration dont le Président s’était doté au lendemain de son élection vit depuis plusieurs mois des épisodes vécus comme une valse de départs sans fin :

Sont en effet partis depuis le début janvier :

Carl Icahn , le milliardaire qui a annoncé le 18 août qu’il renonçait à ses fonctions de « Monsieur Régulation » face aux critiques le mettant en cause en matière de manipulation du marché voire de délit d’initié..Carl Icahn était pourtant un fidèle de Donald Trump.

Walter Schaub, chargé de l’éthique gouvernementale, entré en conflit avec le Boss lui-même.

Antony Scaramucci, le communiquant (qui a effectué le plus court séjour comme conseiller à la Maison Blanche -10 jours)

Marc Kasowitz, l’avocat personnel de Donald Trump, écarté pour manque d’agressivité.

Mark Corallio, le porte parole de l’équipe juridique de Donald Trump, qui a démissionné le 21 juillet 2017

Reince Priebus, le secrétaire général de la Maison-Blanche remplacé par John Kelly, qui lui aussi a quitté le navire le 21 juillet, n’ayant selon ses propos « jamais réussi à imposer l’ordre à la Maison Blanche »...

Sean Spicer qui occupait le délicat poste de porte-parole, compte-tenu des interventions brouillonnes de Donald Trump lui-même via son compte twitter, a lui aussi quitté le pouvoir le 21 juillet ;

Mark Green , choisi pour le poste de Secrétaire aux Armées, qui a renoncé rapidement « suite à ses déclarations homophobes et islamophobes »)

Michael Dubke qui a démissionné, après avoir été pendant 3 petits mois seulement, directeur de la Communication

James Donovan, ancien banquier chez Goldman-Sachs qui a renoncé en mai à occuper le poste d’adjoint au Trésor

James Comey, directeur du FBI, limogé brutalement le 9 mai par Donald Trump mécontent des propos tenu par celui-ci dans le cadre de l’enquête russe sur les éventuels piratages informatiques qui ont visé le camp démocrate pendant la campagne présidentielle 2016.

Todd Ricketts qui a renoncé dès avril 2016 au poste de Secretaire- adjoint au commerce .

Preet Bahara, procureur fédéral de Manhattan, démis de ses fonctions le 11 mars 2017

Katie Walsh , chef de cabinet adjointe qui avait précédemment travaillé auprès de Reince Priebus au Comité National des Républicains et durant la présidentielle, et qui a quitté ses fonctions le 30 mars, avant de rejoindre « America First Policies » un groupe de pression pro-Trump ( ?) pour continuer à soutenir l’action du Président Trump.

Et puis ! Et puis ! Caroline Wiles, Vinent Viola, Robin Townley, Gerrit Lansing, Philip Bilden, Michael Flynn, Saly Yates (ministre de la Justice), Jaso Miller....

Entre limogeages, démissions et départs volontaires. On a le tournis et on cherche à comprendre. Certains se demandent même ce qui reste aujourd’hui du trumpisme et quel chemin va désormais emprunter le Président Trump ?

Mais étant donné que le départ de Steve Bannon est interprété néanmoins par beaucoup comme « un départ au combat » (after !) qui optiquement n’arrange pas du tout Donald Trump dans un premier temps, mais qui peu aider dans un second temps , la question de savoir si Donald Trump a décidé de fermer la porte à ses convictions , notamment sur les migrants, les sans papiers, l’isolationnisme américain, ne semble pas encore tranchée.

En toute hypothèse, le Président apparaît aujourd’hui de plus en plus seul pour mener la politique pour laquelle il a été élu et proposée aux Américains pendant sa campagne..

De sorte que .... la photo prise en janvier 2017 du Président dans son bureau avec son équipe fraîchement constituée n’est plus qu’un vieux souvenir ...

Le retour de « vacances » de Donald Trump risque donc de s’avérer difficile et compliqué...

A suivre ...

Clara Mitchell pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

APRES LE DRAME DE CHARLOTTESVILLE

LES ACCOINTANCES DU PERE DE TRUMP

AVEC LE KU KLUX KLAN

REFONT SURFACE

De violents heurts entre des suprémacistes blancs du Ku Klux Klan et des contre-manifestants antiracistes ont fait un mort, samedi 12 août, à Charlottesville.

Le Ku Klux Klan, appelé souvent par son sigle KKK ou également le Klan, est une organisation suprématiste blanche des États-Unis fondée le 24 décembre 1865 qui se situe à l'extrême-droite sur l'échiquier politique américain.Cette dernière n'a cependant jamais été un parti politique, mais une organisation de défense ou de lobbying des intérêts où s'expriment des préjugés traditionalistes, racistes et xénophobes de certains Blancs protestants, les White Anglo-Saxon Protestant (WASP - acronyme en jeu de mots avec la guêpe en anglais). Ces derniers se revendiquent en tant que communauté « ethnico-religieuse » et appuient leur revendication d'une « suprématie blanche » sur une interprétation très particulière de la Genèse (très présente dans la « Bible belt ») et sur les doctrines racistes de l'anthropologie du XIXe siècle

Si actuellement le KKK se réduit à une nébuleuse d'organisations plus ou moins formelles et structurées, cette organisation n'en demeure pas moins un symbole fort.

La réaction tiède de Donald Trump après le drame de Charlottesville a relancé le débat concernant les accointances du président avec les mouvements issus de l'extrême droite américaine. En effet le Président des Etats-Unis avait purement et simplement renvoyer dos à dos les manifestants d’extrême- droite et les contre-manifestants sans condamner nommément les groupuscules suprémacistes impliqués dans ces violences qui ont fait un mort, une femme de 32 ans, et une vingtaine de blessées.

Cette réaction présidentielle a provoqué une levée de boucliers chez les Démocrates comme chez les Républicains, son propre parti et la démission en chaîne de plusieurs grand patrons comme Kenneth Frazier, PDG de Merck depuis 2011 et nommé par Donald Trump en janvier 2017 conseiller au sein de la "Manufacturing Jobs Initiative" pour la relance de l'emploi industriel et Brian Krzanich,PDG d'Intel qui a annoncé lundi qu’il démissionnait de ses fonctions de conseiller économique de Donald Trump.

.

K

Et voilà que trois jours après le drame de Charlottesville en Virginie, une archive « Le Klan attaque un policier » pour le moins embarrassante du New York Times révèle l'arrestation de Fred Trump, alors âgé de 21 ans , père de l’actuel président américain, lors d'une manifestation du KKK à la date du Memorial Day en 1927, journée d’hommage aux soldats américains morts pendant les guerres.

Selon le Washington Post, la marche du Ku Klux Klan était alors destinée à dénoncer "l'agression" subie par les "Américains protestants natifs" de la part de "la police catholique" de New-York.

Ce jour-là deux italiens fascistes trouvèrent la mort dans le Bronx tandis que près de mille hommes du KKK vêtus de grandes capuches blanches pointues se dirigeaient vers le quartier Jamaica, dans le Queens, entraînant une violente bagarre. Au total, sept hommes sont interpellés , dont Fred Trump, le père de l'actuel Président des Etats-Unis.

En 2016, l’article du New York Times était déjà ressorti lorsque Donald Trump s'était refusé à condamner clairement l’appel à voter pour lui de David Duke. De plus Donald Trump avait rigoureusement contesté l'arrestation de son père. "Il n'a jamais été arrêté. Il n'a rien à voir avec cela", avait-il indiqué à la presse américaine. Dans une interview donnée à CNN 2016 en février Donald Trump avait affirmé qu'il ne connaissait rien de David Duke, ancien militant du Ku Klux Klan, ni des mouvements "suprémacistes blancs".

David Duke, toujours militant, était présent ce weekend à Charlottesville...

Ce n'est que le lundi après le drame de Charlottesville que sous les feux des critiques, Donald Trump a fini par dénoncer des "violences racistes" et pointant du doigt "le KKK, les néo-nazis et les suprémacistes blancs".

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

SOUS LA PRESSION DONALD TRUMP

CONDAMNE LE RACISME

L'ancien grand sorcier du Ku Klux Klan, David Duke, a participé à la manifestation à Charlottesville pour faire «ce que Donald Trump avait promis durant sa campagne»: «reprendre le contrôle de notre pays».

Donald Trump depuis sa villégiature de Bedminster, dans le New Jersey s'était contenté de condamner les violences renvoyant dos à dos militants d’extrême droite et contre-manifestants.

«Nous condamnons dans les termes les plus forts ces déferlements de haine, de sectarisme et de violence, venant de diverses parties», avait-t-il déclaré samedi .

Ce refus de la Maison-Blanche de condamner explicitement les extrémistes de droite a suscité une levée de boucliers dans le camp démocrate comme dans son propre parti.

Le ministre de la Justice Jeff Sessions a ordonné l'ouverture d'une enquête pour infraction aux droits civiques concernant les violences à Charlottesville. Jeff Sessions n'a pas hésité à qualifié cette attaque d’attentat terroriste.

« Cela correspond à la définition de terrorisme intérieur », a-t-il dit lors d’une interview sur la chaîne ABC. « Vous pouvez être sûrs que l’enquête cherchera à établir les chefs d’inculpation les plus graves possibles, car c’est une attaque maléfique et inacceptable. » a-t-il ajouté.

Ce n'est qu'après deux jours de polémique que Donald Trump finit par condamner des « violences racistes ».

« Le racisme, c’est le mal », a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche.

« Et ceux qui provoquent la violence en son nom sont des criminels et des voyous, y compris le KKK [Ku Klux Klan], les néonazis, les suprémacistes blancs et d’autres groupes haineux qui sont répugnants face à tout ce qui nous est cher en tant qu’Américains. »« Tout ceux qui ont agi de manière criminelle lors des violences racistes de ce week-end devront répondre de leurs actes devant la loi, justice sera rendue », a-t-il ajouté.

Il était temps.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DRAME LORS D'UN RASSEMBLEMENT

D'EXTREME-DROITE EN VIRGINIE

Une personne est morte et une trentaine d'autres ont été blessées samedi après des heurts entre des nationalistes blancs et des militants antiracistes à Charlottesville, en Virginie . Des centaines de manifestants et de contre-manifestants étaient arrivés dans la matinée dans cette ville de l'est de Etats-Unis

Les groupes d'extrême-droite entendaient dénoncer le projet de Charlottesville de déboulonner dans un jardin municipal une statue du général confédéré Robert Lee, considéré comme un défenseur de l'esclavagisme pendant guerre de Sécession.

Une voiture a percuté une foule composée de contre-manifestants hostiles au rassemblement d'extrême droite «Unite the Right Rally» réunissant des groupes de la droite radicale et identitaire, dont le Ku Klux Klan et des néonazis. Une femme de 32 ans a été tuée et 19 personnes ont été blessées par ce véhicule. Le conducteur du véhicule a été placé en garde à vue et la police traite les faits comme un «homicide criminel», a déclaré le chef de la police de Charlottesville, Al Thomas. Selon la chaîne de télévision CNN, le suspect, James Alex Fields Jr, 20 ans, originaire de l'Ohio, a été inculpé de meurtre, de blessures et de délit de fuite

Deux policiers ont également péri dans un accident d'hélicoptère à une dizaine de kilomètres de la ville après leur intervention pour disperser les manifestants. On ne connaît pas encore la cause de l'accident.

Le gouverneur de Virginie Terry McAuliffe avait déclaré l'état d'urgence en raison de violentes échauffourées dès le début de la manifestation."J'ai un message pour les nationalistes blancs et les nazis qui sont venus à Charlottesville aujourd'hui. Notre message est clair et simple: rentrez chez vous", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. "Vous n'êtes pas voulus dans cette grande communauté. Honte à vous", a-t-il ajouté. Dans la soirée, le conseil municipal a voté l'instauration d'un couvre-feu par la police.

Si le président Donald Trump a également condamné les violences de Charlottesville, il ne s'est toutefois pas prononcer sur la responsabilité de l'un ou l'autre des camps en présence refusant de condamner spécifiquement les mouvements d'extrême droite .. «Nous devons TOUS nous unir et condamner tout ce qui représente la haine. Il n'y a pas de place en Amérique pour ce type de violences», a-t-il écrit sur Twitter.)

Puis dans une conférence de presse improvisée sur son lieu de vacances à Bedminster (New Jersey) «Nous condamnons dans les termes les plus forts possibles cette énorme démonstration de haine, de sectarisme et de violence venant de diverses parties», a-t-il déclaré.

En renvoyant dos à dos les deux camps, le locataire de la Maison Blanche a suscité l'indignation chez les Démocrates mais aussi un certain malaise chez les Républicains!

L'ex-président Barack Obama est sorti de sa réserve pour citer Nelson Mandela: "Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion" ainsi que la  démocrate Hillary Clinton qui a twitté "Chaque minute où nous permettons à cela de se poursuivre par un encouragement tacite ou par inaction est une honte et un danger pour nos valeurs", a-t-elle tweeté. Au sénateur républicain de Floride, Marco Rubio,de déclarer sur Twitter. "Très important pour la nation d'entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu'ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs".

La résurgence des mouvements nationalistes aux Etats-Unis réunissant ultranationalistes, néo-nazis, suprémacistes et antisémites s'avère inquiétante.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

EVENTUELLE INTERVENTION AMERICAINE AU VENEZUELA

 

La tension géopolitique en Amérique vient de monter d'un cran.

Donald Trump a évoqué une éventuelle option militaire au Venezuela

"Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire si nécessaire",

a lancé vendredi le président américain,dans son golf de Bedminster, en vacances dans le New Jersey .

Le président Nicolas Maduro mis au ban de la communauté internationale, avait promis la veille de répondre

"les armes à la main" à une agression américaine.

Le Pentagone, interrogé sur cette annonce surprenante, s'est contenté de faire savoir par son porte-parole Eric Pahon, qu' aucune consigne sur ce dossier ne lui avait été donné. Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino, a qualifié la déclaration d'"acte de folie".

Carl Delsey pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

FACE AUX MENACES DE LA COREE DU NORD

DONALD TRUMP PROMET "LE FEU ET LA COLERE"

Les relations s'enveniment entre les Etats-Unis et la Corée du Nord depuis lundi, lorsque Pyongyang a promis de faire payer « un millier de fois » aux Etats-Unis « le prix de leurs crimes »

Au tour du Président américain Donald Trump de déclarer mardi que face aux menaces à l'encontre des États-Unis Pyongyang ne récolterait que« le feu et la colère».

Un rapport confidentiel achevé le mois dernier par l’agence américaine de renseignement militaire, la DIAL a révélé selon le Washington Post que les Nord-Coréens ont progressé dans leur programme nucléaire sur la taille de leurs tête.

L'adaptation de ces dernières permettrait de  pouvoir les placer sur ses missiles intercontinentaux faisant peser ainsi la menace d’une attaque nucléaire sur la première puissance mondiale.

D'ailleurs la Corée du Nord envisage la possibilité de frapper les bases militaires américaines à Guam, située à 4.000 km de Pyongyang, dans le Pacifique, par des missiles balistiques stratégiques à moyenne et longue portée Hwasong-12, a annoncé l'agence nord-coréenne KCNA citant un communiqué des Forces stratégiques du pays

«La Corée du Nord étudie un plan opérationnel prévoyant de porter une frappe d'envergure» contre ce site militaire, dès que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prendra une décision en ce sens, lit-on dans un communiqué diffusé en Corée du Nord.

L'île de Guam abrite la base aérienne américaine d'Andersen comptant un escadron de sous-marins, une base aérienne et un groupe de garde-côtes.

Des bombardiers stratégiques B-1 y font également des escales de ravitaillement lors de leurs survols de la Corée du Sud, ainsi que la base navale d'Apra Harbor.

Quelques jours avant, l’ONU adoptait une série de sanctions contre Pyongyang.

Joanne  Courbet  pour DayNewsWorld

DONALD TRUMP COULD SIGN NEW SANCTIONS AGAINST RUSSIA

United States Vice President Mike Pence said Donald Trump would endorse the new sanctions against Russia, which have been overtaken by the United States and Russia for the past week.

"President Donald Trump will soon sign the text on sanctions," Pence said during a visit to Tbilisi in Georgia, a Caucasian country that wants to join NATO and the European Union

Mike Pence denounced the "occupation" of part of the Georgian territory by Russia after a war between the two neighbors in the summer of 2008 !!

This short war between Russia and Georgia in August 2008 had resulted in Russia's recognition of the independence of the two pro-Russian separatist republics, South Ossetia and Abkhazia.

The economic sanctions that were voted almost unanimously by both chambers of the US Congress.

Russia is responding by imposing a significant reduction in the number of people working in US missions in Russia, especially diplomats and technical personnel.

"We are with you, we stand by you," said Mike Pence during his meeting with Prime Minister Guiorgui Kvirikashvili, congratulating the former Soviet republic as a "key strategic partner" of the United States.

Mr. Pence during his visit to Georgia confirmed the US's support for Georgia to join NATO.

Mike Pence had already assured during his stay in Tallinn in Estonia that the reduction by Moscow of the personnel of the American diplomatic missions in Russia would not weaken the commitment of the United States in favor of the security of its allies.

Mike Pence in a final stage his tour chose Montenegro which joined NATO on 5 June 2017 and this just after Georgia.

Paul Emison for DayNewsWorld

A WOMAN SPOKESMAN
OF THE WHITE HOUSE
HUCKABEE SANDERS

A young woman of 34 years combative was named Friday spokesman Donald Trump. She was congratulated by former communications director Barack Obama, Jen Psaki, on Twitter.

"Congratulations to @SarahHuckabee. We certainly disagree politically, but it's always good to see a hard-working woman become the face of the White House, "she said.

She is the daughter of Arkansas Governor Mike Huckabee, an unhappy candidate for the Republican presidential primaries she organized for the campaign.

She joined Donald Trump's team in February 2016 and then made her debut in the administration of Donald Trump, as spokesperson for spokesman Sean Spicer.

She replaces Sean Spicer after he resigned in protest after the US president hired a new communications director, Anthony Scaramucci,

In recent months she had more and more regularly replaced the latter in front of the press going so far as accompanying Donald Trump in Paris for the celebrations of 14 July.

His style ? "If the president walked on the waters of the Potomac (the river that runs through Washington, Editor's note), the media would write that he Does not know how to swim, "she said in response to a criticism of the behavior of the White House tenant.

The daughter of a former Baptist pastor, she displays her faith without restraint, as evidenced by one of her tweets: "As a believer, we have only one perfect model, God ... No one is perfect, only one The east ".

He will certainly have to think of this model to follow the communication of his boss all the way.

 

Joanne Courbet for DayNewsWorld
There are no translations available.

COUP DE PUB

QUI TOURNE AU DRAME

«Moi et Pedro allons probablement enregistrer l'une des vidéos les plus dangereuses jamais tournées», avait écrit la jeune femme le jour-même sur Twitter. «SON idée, pas la MIENNE».

 

Le coup de pub devait faire décoller leur chaîne YouTube, mais il a tourné au drame: une Américaine de 19 ans a abattu à bout portant son petit ami et père de sa fille.

Le jeune homme a reçu une balle dans la poitrine, il est mort sur le coup. Un drame filmé par les caméras GoPro qu'il portait.

Le couple, qui avait une fille de trois ans, possède sa chaîne YouTube, «La MonaLisa», sur laquelle les deux parents racontaient leur vie quotidienne.

Monalisa Perez doit désormais répondre du chef d'accusation d'homicide involontaire sur Pedro Ruiz, qui aspirait à devenir une star d'internet.

Selon les autorités du Minnesota, le jeune homme de 22 ans aurait convaincu sa petite amie de lui tirer dessus tandis qu'il serrait une encyclopédie contre son propre torse. Pedro Ruiz lui aurait montré une autre encyclopédie, celle-ci pénétrée mais pas traversée par une balle, prouvant ainsi que le livre le protégerait, affirme la police.

Le shérif, lui, ne croît pas à l'accident.«Je n'appellerais pas ça un accident. C'est un acte qui a été commis intentionnellement», a expliqué le shérif du comté de Norman, Jeremy Thornton. «Un accident aurait été une décharge accidentelle», a-t-il ajouté.

Pour la famille et les amis du couple, en revanche, la tragédie accidentelle ne fait pas de doute.

«J'ai dit "ne fais pas ça, ne fais pas ça"» à Pedro Ruiz, a raconté la tante du jeune homme à la télévision locale KVLY. Elle se souvient que le jeune homme parlait de ce coup depuis un moment, mais ses tentatives de l'en dissuader étaient vaines et les réponses de Pedro Ruiz immuables: «Nous voulons plus de vues».

L'accusée, enceinte de leur deuxième enfant, a été libérée sous caution, selon la chaîne KVRR. Elle doit porter un dispositif GPS et se tenir loin des armes à feu.

Mia Kennedy pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE

"C'EST DIFFICILE"

LA REFORME DU SYSTEME DE SANTE "C'EST DIFFICILE" «C'est très difficile»: Donald Trump a été obligé d'admettre que mercredi que la réforme du système de santé américain n'était pas une mince affaire.

En effet prenant acte de ses propres divisions sur ce sujet épineux, la majorité républicaine du Sénat n' pas voté cette semaine pour abroger Obamacare, la loi emblématique du prédécesseur démocrate de Donald Trump. Si Donald Trump compte revenir à la charge, il lui faudra patienter jusqu'au 5 juillet, le 4 étant jour de la Fête Nationale

Il plaide pour un système qui serait «bien meilleur qu'Obamacare et beaucoup moins Trump cher, pour les gens et pour le pays», mais le président des États-Unis a reconnu mercredi que le combat au Sénat, où les républicains n'ont qu'une courte majorité (52 sièges sur 100), s'annonçait ardu.

«Nous verrons ce qui se passera, nous travaillons très dur», a-t-il souligné. «C'est très difficile, chaque État est différent, chaque sénateur est différent».

Durant toute sa campagne, le magnat de l'immobilier n'a eu de cesse de promettre avait avec force l'abrogation rapide d'Obamacare : Pour lui et ses électeurs elle était devenue le symbole pour le camp républicain des dérives de l'administration Obama.

«Personne ne savait que le système de santé était si compliqué», avait-il lâché dès fin février.

Le système de santé américain est un enchevêtrement complexe de responsabilités publiques et privées, nationales et locales.En fait la réforme républicaine ne toucherait pas directement la moitié des Américains assurés par leur employeur. Elle ne toucherait pas non plus à la couverture médicale publique offerte aux plus de 65 ans, Medicare. En revanche, elle s'attaquerait au programme Medicaid, qui couvre les plus pauvres et les handicapés.

Le report de l'examen de la réforme républicaine du système de santé marque donc une manche perdue pour l'homme fort du Sénat américain, le sénateur du Kentucky Mitch McConnell malgré son habileté de tacticien. engagé dans une délicate cohabitation avec le président Donald Trump. Il a été contraint de reporter l' examen de la loi en raison de la fronde interne de sénateurs modérés et ultra-conservateurs.

L'adoption de cette réforme est le défi le plus ambitieux de la carrière de ce parlementaire de 75 ans, élu et réélu sans discontinuer depuis 1984. Depuis 2007,dirigeant le groupe républicain, devenu majoritaire en 2015, il est le maître de la chambre haute du Congrès, dont il contrôle entièrement l'ordre du jour.

Ayant commencé sa carrière politique comme modéré, il est devenu par la suite la bête noire de l'ancien président Barack Obama

En 2010, il avait même décrit son rôle au Congrès de la façon suivante: «la chose la plus importante que nous voulons faire est que Barack Obama ne fasse qu'un seul mandat».

Après l'adoption d'Obamacare, il avait fait le serment de la supprimer «des branches aux racines». Une promesse qui figurait en tête du programme républicain en 2016, et de celui du candidat Trump.

«Les républicains ont fait campagne en promettant de détricoter Obamacare. Le président aussi. McConnell ne peut pas dire: «on a changé d'avis, on ne veut plus le faire». Il est obligé d'essayer», analyse le professeur de science politique Stephen Voss, à l'université du Kentucky.

Mais même les républicains entre eux connaissent de lourdes dissentions dans la mesure où l'Obamacare connait un franc succès dans de nombreuses régions du pays. Les élus modérés ne veulent pas voter pour priver de couverture maladie des millions d'Américains.

Donald Trump, par sa méconnaissance du secteur de la santéé, n'a pas été capable ramener les frondeurs au bercail républicain.«Il manque un républicain à la Maison-Blanche capable de rassembler tout le monde», constate Stephen Voss.

Sur le terrain plus délicat du Sénat, il a laissé Mitch McConnell gérer le dossier.«C'est un cauchemar pour Mitch McConnell», a observé le sénateur démocrate Chris Murphy, sur MSNBC. «Comme un poisson pourri, plus cela reste exposé, plus cela va sentir mauvai

«Je ne sous-estime jamais le sénateur McConnell», a dit le chef des démocrate, Chuck Schumer, selon Fox News.Les méthodes de Mitch McConnell ont autrefois fait des merveilles. En 2012, c'est lui qui avait négocié en coulisses un grand compromis budgétaire avec le vice-président démocrate de l'époque, Joe Biden.

«Soit les républicains s'accordent pour changer le statu quo, soit les marchés d'assurance s'écrouleront et nous devrons discuter avec le sénateur Schumer», a-t-il déclaré.L'heure de vérité sonnera durant la semaine du 10 juillet, quand la loi sur la santé, modifiée, est censée revenir à l'ordre du jour.

Joanne Courbetpour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

3O BLESSES

DERAILLEMENT D'UN TRAIN

DANS LE METRO NEW-YORKAIS

Une trentaine de personnes ont été légèrement blessées mardi dans le métro new-yorkais ; deux wagons ont déraillé à l'approche d'une station de Harlem, ont indiqué les pompiers.

L'accident, qui s'est produit en milieu de matinée sur la ligne A, a vu plusieurs centaines de personnes bloquées plus d'une heure dans les tunnels du métro entre les stations des 135e et 125e rues, a indiqué un porte-parole des pompiers.

«Trente-six personnes ont dû être transportées vers des hôpitaux du quartier, tous des blessés légers», a-t-il indiqué.

«Il a fallu entre une heure et une heure et demie» pour que tout le monde puisse remonter à la surface, a-t-il précisé.

La cause de l'accident n'a pas été précisée. Il est «en cours d'investigation», a indiqué la société MTA qui gère les transports en commun new-yorkais.

La panique a s'est propagée chez les voyageurs par la fumée qui emplissait le tunnel. Elle aurait été provoquée par des détritus qui jonchaient la voie et ont pris feu avec l'accident.

Celui-ci risque d'alimenter une polémique croissante sur l'état du métro new-yorkais qui est l'un des plus chargés au monde avec plus de 5,6 millions de voyages en moyenne quotidiennement. Il a besoin de rénovation vue sa vetusté..

M. Cuomo compte sur le tout récent retour aux manettes de la MTA de Joseph Lhota, qui avait supervisé avec succès la remise en marche du métro après l'ouragan Sandy en 2012, pour remettre le système en bon état de marche.

Boby Dean pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

RESTAURATION PARTIELLE

DU DECRET ANTI MIGRATOIRE

La Cour suprême des Etats-Unis a offert lundi une victoire politique à Donald Trump, en remettant partiellement en vigueur son décret anti-immigration très controversé.

Le décret interdisant temporairement l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de six pays musulmans -Syrie, Libye, Iran, Soudan, Somalie et Yémen- s'appliquera vis-à-vis de quiconque "n'ayant pas établi de relation de bonne foi avec une personne ou une entité aux Etats-Unis".La haute juridiction siégeant à Washington a par ailleurs annoncé qu'elle examinerait en audience ce dossier explosif en octobre.

« Nous acceptons en partie les recours [sur le décret] et nous acceptons de suspendre en partie [les décisions ayant bloqué l'application du texte] », ont résumé les juges dans leur décision très attendue. La Cour suprême est l'institution qui aux États-Unis a le dernier mot sur tous les sujets nécessitant une interprétation de la Constitution.

 

Cette demi-victoire juridique marque un succès politique pour Donald Trump,£la mesure emblématique ayant été suspendue par de multiples fois par les juges, en première instance et en appel.

Le décret avait connu deux moutures bloquées par les tribunaux en février et en mars. Deux suspensions dénoncées par Donald Trump comme symptomatiques d'une "justice politisée".

Les plus hauts magistrats du pays offrent au président américain une chance d'emporter une victoire judiciaire finale venant annuler les camouflets subis.

Ce qui signifie que tout habitant de ces pays qui serait totalement inconnu des autorités américaines se verra refuser l'accès au territoire refusé. Par contre un habitant de ces pays venant rendre visite à un membre de sa famille établi en Amérique pourra venir, tout comme le pourra un étudiant admis dans une université américaine.

Il s'agit d'une "nette victoire pour notre sécurité nationale", s'est félicité M. Trump. Le président républicain ne cesse d'affirmer que cette mesure est nécessaire pour empêcher l'arrivée de "terroristes" étrangers, en dépit des doutes des experts sur le sujet.

Very grateful for the 9-O decision from the. Supreme Court. We must keep America SAFE! Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 26 juin 2017 U. S

"Je ne peux laisser entrer dans notre pays des gens qui nous veulent du mal", a ajouté Donald Trump.

Pour le ministère américain des Affaires étrangères la mise en application du décret interviendrait "de manière ordonnée" 72 heures après la décision de la Cour suprême, c'est-à-dire jeudi.

Il est vrai que la vérification d'un "lien de bonne foi" entre un visiteur potentiel et les Etats-Unis pourrait être source d'arbitraire, comme l' a dit Steven Choi, directeur de la New York Immigration Coalition (NYIC), une organisation ayant milité contre le décret.

Selon Camille Mackler, une responsable de la NYIC, les personnes affectées pourraient surtout être des demandeurs de visa de tourisme des six pays listés.

Pour David Cole, directeur juridique de l'ACLU, la grande organisation américaine de défense des libertés, les problèmes pourraient survenir seulement en octobre. Lundi les juges ont "choisi un chemin intermédiaire" entre ce que demandaient le gouvernement (confirmer le décret) et l'ACLU (maintenir sa suspension).

Par conséquent, l'examen du texte à l'automne pourrait paradoxalement intervenir après la fin de la totalité de son application.

Pour atteindre son objectif, Donald Trump a nommé peu après son entrée en fonction en janvier un nouveau juge à la Cour suprême, Neil Gorsuch, faisant pencher l'institution du côté conservateur. Les trois juges les plus à droite de la Cour suprême, Clarence Thomas, Samuel Alito et Neil Gorsuch, ont d'ailleurs fait savoir leur opposition à la décision de "compromis" annoncée lundi. Ils étaient en faveur d'une remise en vigueur intégrale du décret.

Joanne Courbet   Washington Dc for DayNewsWorld .
There are no translations available.

APRES L'ESCALADE LA DESESCALADE

DES TENSIONS ENTRE WASHINGTON ET LA RUSSIE

SUR LA SYRIE

Les Etats-Unis, à la tête de la coalition antijihadiste souhaite reprendre avec la Russie le canal de communication militaire sur la Syrie. Moscou en avait annoncé la suspension après la destruction d'un chasseur syrien par un avion américain.

L'armée syrienne avait en effet annoncé dimanche que la coalition internationale avait abattu l'un de ses avions de combat alors "qu'il menait une mission contre Daesh" dans la province de Raqqa. L'incident avait eu lieu à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la ville de Raqa, principal fief de l'EI en Syrie.

En relation étroite sur le plan militaire avec le régime du président syrien Bachar al-Assad,

Moscou avait donc suspendu les canaux de communication avec les Etats-Unis sur la prévention des incidents aériens en Syrie. Moscou avait accusé Washington de n'avoir pas "prévenu" l'armée russe qu'elle allait abattre l'avion. En représailles la Russie allait considérer comme "des cibles" les avions de la coalition !

L'Australie annonça alors mardi dans la foulée qu'elle suspendait ses missions aériennes en Syrie, après les menaces russes... "Par mesure de précaution, les opérations de frappes des forces de défense australiennes en Syrie ont temporairement cessé" indique un communiqué australien officiel.

Pour éteindre l'incendie et faire retomber les tensions Washington souhaite donc reprendre avec la Russie le canal de communication militaire sur la Syrie.

Ce canal "a très bien fonctionné sur les huit derniers mois", et "nous allons travailler dans les prochaines heures sur le plan diplomatique et militaire pour rétablir" ces communications entre les quartiers généraux russe et américain au Moyen-Orient, a affirmé lundi le chef d'état-major inter-armées américain, le général Joe Dunford.

Ces événements "soulèvent plus généralement notre profonde inquiétude sur le risque d'une possible erreur de jugement ou d'escalade militaire en Syrie", a déclaré Stéphane Dujarric le porte-parole de l'ONU soulignant « que le risque est accru lorsque les efforts de lutte contre l'EI et d'autres groupes terroristes ne sont pas associés à la recherche d'une solution politique » .

Le conflit en Syrie a été déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie. Il a dévasté le pays et provoqué le déplacement forcé de plus de la moitié de la population et fait de très nombreuses victimes.

Alize Marion pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

CATASTROHIQUE UNE GUERRE

CONTRE LA COREE DU NORD

SELON JIM MATTHIS

La Maison-Blanche considère le régime de Pyongyang comme «la menace la plus dangereuse et la plus urgente pour la paix et la sécurité»

.Les Nord-Coréens occupe désormais la frontière avec de l'artillerie et des missiles qui pourraient atteindre Séoul.

Même si les États-Unis et leurs alliés gagneraient éventuellement une guerre contre la Corée du Nord, cette dernière n'est pas envisageable pour l'instant.Elle ferait «de terribles dommages» dans la capitale sud-coréenne. «C'est une guerre dont fondamentalement nous ne voulons pas», a estimé jeudi le secrétaire à la Défense Jim Mattis.

«Ce serait une guerre catastrophique, spécialement pour des gens innocents», y compris «très probablement au Japon», a jugé le ministre devant une commission du Congrès. «Nous faisons tout ce que nous pouvons pour que cela n'arrive pas et pour résoudre cela de manière diplomatique».

La Chine, pour qui Pyongyang est un allié, avait voté la semaine dernière la résolution de l'ONU sanctionnant 14 responsables nord-coréens.

Ce sera l'un des principaux sujets abordés la semaine prochaine alors que se tiendra une rencontre à Washington entre M. Mattis et le secrétaire d'État Rex Tillerson avec leurs homologues chinois

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

DES FUITES REPETEES A LA NSA:

REALITY WINNER VOULAIT-ELLE

« BRULER LA MAISON-BLANCHE »?

Le ministère de la Justice a annoncé l'arrestation de Mme Winner en Géorgie lundi quelques heures après la publication, par le média en ligne The Intercept, d'un document de la NSA (National Security Agency), l'agence américaine d'interception des communications.

 

The Intercept est un magazine en ligne fondé par des journalistes impliqués dans la fuite de documents orchestrée par Edward Snowden, un ex-employé contractuel de la NSA.

L'Associated Press n'a pas pu confirmer l'authenticité du document publié par le magazine prétendant l'avoir obtenu de façon anonyme.

 

Cette employée contractuelle américaine a été arrêtée après la fuite d'un rapport classifié contenant des informations «de niveau top secret» d'une agence de renseignement qui suggérait que des pirates informatiques russes s'en étaient pris à au moins un fournisseur de logiciels électoraux quelques jours avant l'élection présidentielle aux États-Unis.

Ce document explique que le renseignement militaire russe «a lancé des opérations de cyberespionnage contre une firme américaine en août 2016» afin d'obtenir de l'information concernant les logiciels et le matériel qui seraient utilisés lors du vote.

D'autres notes détaillent la manière d'accéder au « dark web », l'internet profond ... ayant affaire avec des responsables talibans.

Les agences américaines du renseignement ont refusé de commenter.

 

Mme Winner travaillait pour un sous-traitant de la NSA, comme Edward Snowden qui, en 2013, avait publié des documents de la NSA révélant l'ampleur des programmes de surveillance du gouvernement américain.Mme Winner travaillait pour la société Pluribus International Corporation à Augusta, en Géorgie

Reality Winner voulait-elle vraiment «brûler la Maison-Blanche» dans sa détestation de son locataire ?

Elle a écrit dans une note vouloir « brûler la Maison-Blanche », a rapporté une procureure.

Les réseaux sociaux fréquentés par la jeune femme révèlent une antipathie pour le président Donald Trump, qu'elle qualifie notamment de « fasciste orange ».

 

Reality Winner a comparu jeudi devant un tribunal fédéral en Géorgie et a plaidé non coupable de « rétention déterminée et transmission d'informations relevant de la défense nationale », a rapporté ABC News.

La jeune femme pourrait-elle détenir des secrets d'État ?

La procureure a évoqué des éléments de preuve qui « font carrément peur », une caractérisation que l'avocat de Mme Winner, Titus Nichols, rejette. Ce dernier estime que sa cliente n'a pas de passé violent et est simplement une jeune femme très à l'aise avec la technologie et qui maîtrise le pachtou, le dari et le farsi, des langues parlées en Afghanistan, au Pakistan et en Iran..

 

Toujours est-il que le juge Brian Epps a refusé de la libérer sous caution, ce qui veut dire que Mme Winner restera derrière les barreaux jusqu'à son procès.

 

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

PORTO- RICO

51° ETATS DES ETATS-UNIS ?

Les Portoricains ont voté dimanche pour faire de leur île caribéenne en faillite le 51e Etat américain.

Porto Rico a voté pour devenir le 51e État des États-Unis Les Portoricains ont voté dimanche en faveur de leur rattachement aux États-Unis.

Un vote purement consultatif marqué par une énorme abstention

C'est le cinquième référendum sur cette question organisé par Porto Rico depuis l'obtention de son statut d'État libre associé à l'Amérique en 1952.

Pour que ce vote deviennent réalité il va y avoir d'âpres tractations à Washington.

Selon le gouvernement, la perspective d'un statut d'État américain à part entière rassemble 97% des suffrages. Sur 2,2 millions d'inscrits, la participation n'était cependant que de 23%.

Beaucoup de Portoricains ont été tiraillés entre la peur que leur identité culturelle ne disparaisse complètement derrière la bannière étoilée.

«perdre son autonomie, sa langue et sa culture» comme l'affirme le leader du parti populaire démocrate Héctor Ferrer ou «Faire entendre sa voix», comme le défendent les partisans à l'adhésion.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a affirmé, dimanche 11 juin, défendre à Washington la volonté des électeurs qui ont choisi de voir leur île caribéenne en faillite devenir le 51e Etat américain

« Nous nous présenterons sur la scène internationale pour défendre l’importance de voir Porto Rico devenir le premier Etat hispano des Etats-Unis »,

a déclaré M. Rossello . Son gouvernement luttera « à 22,7 % de participation » malgré le boycottage du principal parti d’opposition et après une campagne quasi inexistante.

 

Ce statut permettrait de mieux répondre à la crise, avait martelé ces dernières semaines le gouverneur de 38 ans, arrivé au pouvoir en janvier.

Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, avait en effet basé toute sa campagne pour ce statut qu'il présentait comme source de croissance pour l'île, étranglée par une dette de 70 milliards de dollars (62,5 milliards d'euros), un taux de pauvreté de 45%, un système scolaire inefficace et des caisses de retraite et d'assurance maladie au bord de la faillite.

«À partir d'aujourd'hui, le gouvernement fédéral ne pourra plus ignorer la voix de la majorité des citoyens américains de Porto Rico», a-t-il déclaré dans un communiqué.

«Il serait hautement contradictoire pour Washington d'exiger la démocratie dans d'autres parties du monde, et de ne PAS répondre au droit légitime à l'auto-détermination exercé aujourd'hui dans le territoire américain de Porto Rico», a-t-il ajouté

En effet cette ancienne colonie espagnole, Porto Rico- devenu territoire américain à la fin du XIXe siècle avant d’acquérir un statut spécial d’" Etat libre associé » dans les années 1950- croule sous 70 milliards de dettes ! Pour redresser les finances, M. Rossello a lancé un régime drastique d’austérité.

Le petit État procède à de lourdes coupes budgétaires dans le secteur public. Face à ces mesures soutenues par Washington, les manifestations se multiplient depuis plusieurs semaines dans la capitale.

L’île risque toutefois d’avoir du mal à convaincre Washington d’ajouter une étoile au drapeau des Etats-Unis.

En effet Donald Trump, s’est plusieurs fois prononcé contre un sauvetage public du territoire.

Citoyens américains ayant la liberté de circuler sur l'ensemble du territoire américain, les Portoricains ne peuvent pas voter à la présidentielle américaine ni élire de représentants au Congrès. Ce statut fait tout de même du président américain le chef de l'exécutif portoricain. Pourtant les lois votées à Washington les touchent directement.

Beaucoup y voient même l’origine de la crise qui assaille l’île.

Les Portoricains et notamment la jeunesse, qui est dans la rue et bloque les universités , sont plus préoccupés par la situation économique catastrophique de l'île. Cette relation particulière avec les États-Unis est d'ailleurs pour beaucoup la raison de cette faillite sans précédent. Certains s'interrogent d'ailleurs sur la légitimité de la dette contractée et qualifie les États-Unis de «dictature coloniale».

C’est en effet attirés par les exonérations fiscales décrétées à Washington, pendant des décennies,que les grands groupes américains s'y sont installés. Mais en 2006, la décision du gouvernement américain de mettre fin aux exonérations fiscales de Porto Rico, prisée par la jet-set et les entreprises, a marqué le début de la récession. Enfoncé dans la crise depuis plusieurs années, le gouvernement portoricain a déclenché début mai une procédure de faillite . Face à cette crise, l'île s'est progressivement vidée de ses habitants au profit des États-Unis.

Porto Rico, celle qu’on surnomme la « Grèce des Caraïbes » , a alors plongé dans la récession accentuée par l’explosion de la bulle.

Le processus d'adhésion aux États-Unis, s'il a lieu, permettra-t-il vraiment une meilleure négociation des relations comme l'assure Ricardo Rossello?

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LE CLAN TRUMP

UNE FAMILLE DES PLUS SOUDEES

 

Un Donald Trump peut-il  en cacher un autre? Le président américain est resté silencieux pendant l'audition de James Comey tandis que son fils aîné Donald Trump est monté au créneau pour son père. Voilà une famille qui s'épaule !

On voit combien le président s'appuie sur sa famille.

Donald Jr reste à New York pour gérer l'empire immobilier de son père, dont il a repris les rênes en janvier avec son frère Eric.Il aspirait alors

« retourner à ma famille et à une vie normale »

avec ses cinq enfants et « en avoir fini avec la politique » confiait-il à des ténors républicains, selon le New York Times.

Et pourtant il avait déjà impressionné pendant la campagne présidentielle par ses discours musclés notamment lors de la convention républicaine de Cleveland en juillet 2016 qui consacra son père comme le candidat du camp républicain.

Lui aussi est féru de politique. C'est lui qui a relayé son père jeudi, pendant les près de trois heures d'audition de l'ancien directeur du FBI avec des dizaines de tweets : « Connaissant mon père depuis 39 ans, quand il vous ordonne ou qu'il vous dit de faire quelque chose, il n'y a pas d'ambiguïté, on sait exactement ce que ça veut dire », a-t-il tweeté, alors que Comey disait avoir « interprété » les paroles de Donald Trump comme une « instruction » d'arrêter l'enquête sur la collusion de son entourage avec la Russie.

Donald Jr en a ensuite profité de son invitation sur la chaîne conservatrice Fox News pour défendre la politique de son père.

Il y a aussi Ivanka, la fille du président qui avec son mari Jared Kushner conseille officiellement son père à la Maison-Blanche. Couple princier made in USA.

Celle qu'on surnomme la « première fille » incarne la voix de la sagesse et de la mesure après du président et ne pouvait endosser ce rôle. Elle entretient une image soft utilisant les réseaux sociaux à bon escient pour des messages toujours très positifs. Elle et son mari avaient même très certainement plaidé en faveur de l'accord sur le Climat.

 

Mais si les enfants peuvent essayer d'influencer leur père, ils savent très bien que la décision finale revient au père !

La preuve : il a fallu attendre le lendemain de l'audition de James Comey seulement pour que la Présidence contre-attaque. Le président américain se dit prêt à témoigner devant le Congrès pour rétablir "sa" vérité et démentir sous serment le témoignage de l'ancien directeur du FBI.

L'audition de l'ancien patron du FBI "n'a montré aucune collusion, aucune entrave", a assuré Donald Trump. "Tout va très bien. C'était une excuse des démocrates qui venaient de perdre une élection que certains disaient imperdable". "Franchement, James Comey a confirmé beaucoup de choses que j'avais dites, et certaines choses qu'il a avancées n'étaient pas vraies", a-t-il ajouté.

Le président américain a même promis devant la presse de dire "dans un avenir très proche" s'il possédait des enregistrements de ses conversations privées avec l'ancien boss des fédéraux, comme il l'avait laissé entendre dans un tweet, mais il a prévenu: "Vous serez très déçus quand vous entendrez la réponse".

Donald Trump laisse le mystère planer une façon habile de laisser aux médias et aux démocrates la place libre aux supputations pendant que lui a rejoint symboliquement sa résidence de week-end.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

CHRISTOPHER WAY

POUR LA DIRECTION DU FBI

COMPTANT PLUS DE 35.000 EMPLOYES

 

Ce juriste a notamment servi dans l’administration W. Bush.

Sa nomination doit encore être confirmée par le Sénat.

Elle fait suite au limogeage controversé de James Comey.

Un « homme aux états de service impeccables » selon Donald Trump en nommant comme nouveau directeur du FBI, Christopher A. Wray.

Ce dernier faisait partie des favoris, pour remplacer James Comey.

Actuellement partenaire dans le cabinet d'avocats King & Spalding à Washington D.C. et Atlanta

Il est issu d’une famille de juristes, diplômé de la prestigieuse faculté de droit de l’université Yale en 1992 et rédacteur en chef du Yale Law Journal, un poste extrêmement prestigieux réservé à l’élite des juristes.

Avant de rejoindre King & Spalding, Christopher Wray a été l'assistant du ministre américain de la Justice de 2003 à 2005, de la division criminelle, l’une des plus importantes du ministère de la justice.

Il s’est alors spécialisé dans la délinquance en col blanc, notamment des dossiers de fraude financière d’entreprises.

Il supervisa notamment des investigations sur le géant de l’énergie Enron, en faillite après de graves manipulations comptables.

Un poste lui permettant de travailler étroitement avec le FBI.

M. Wray peut être considéré comme un choix peu controversé puisqu'il évite les critiques de « politisation » du FBI.

Si le Sénat le confirme dans ce poste, M. Wray entamera un mandat de dix ans comme chef du FBI,

Les élus tententt de faire le point sur l’enquête sur la grande campagne russe de piratage et d’influence durant la campagne présidentielle, mais aussi sur son volet le plus sensible : une éventuelle coordination entre des proches de M. Trump et Moscou.

«Je vais nommer Christopher A. Wray - un homme au parcours impeccable - pour devenir le nouveau directeur du FBI», a tweeté Donald Trump mercredi.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FBI JAMES COMEY ET SES DECLARATIONS

DEVANT LES SENATEURS ?

L'ancien directeur du FBI James Comey a accablé jeudi Donald Trump en accusant l'administration Trump d'avoir menti lors d'une audition extraordinaire au Sénat .C'est un moment clef dans le mandat du 45e président des États-Unis ;

Sa première apparition publique depuis son limogeage le 9 mai a été retransmis par toutes les grandes chaînes de télévision américaines, dans la tradition des auditions parlementaires marquant l'histoire du pays.

«J'estime qu'il m'a limogé à cause de l'enquête russe», a déclaré James Comey après deux heures et demie de questions-réponses d'une rare candeur devant la commission du Renseignement du Sénat. «Le but était de modifier la façon dont l'enquête sur la Russie était conduite. C'est très grave».

James Comey, 56 ans, est allé très loin en blâmant le président de lui avoir intimé d'abandonner un volet de l'enquête russe sur un proche, Michael Flynn. Il a accusé l'administration Trump de diffamation. Et sous-entendu que le président lui-même était un menteur.

 

 

James Comey dit qu'il n'a aucun doute sur le fait que les Russes sont intervenus dans le processus électoral américain, mais dit aussi que le président ne lui a pas demandé d'abandonner l'enquête sur le rôle de la Russie. Certes, a-t-il dit, personne ne lui a demandé explicitement d'«arrêter» l'enquête menée par le FBI sur les ingérences russes. Mais il a qualifié les demandes de Trump sur l'enquête russe de «très dérangeantes».

Les 17 sénateurs assis en face de l'ancien patron du FBI voulaient déterminer si les multiples requêtes présidentielles, formulées en tête à tête dans l'intimité, représentent une interférence politique et une entrave à la justice, un délit majeur qui a conduit au lancement par le Congrès de procédures de destitution contre Richard Nixon et Bill Clinton.

Il a redit que M. Trump lui avait demandé sa «loyauté», alors même qu'il supervisait les investigations sur une éventuelle collusion entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie pendant la campagne présidentielle de 2016.

«Mon bon sens me disait qu'il voulait quelque chose en échange de m'accorder ma demande de rester à mon poste», a-t-il dit.

Il a détaillé la demande de M. Trump d'«abandonner» l'enquête visant le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale, visé par une enquête du FBI pour n'avoir pas tout révélé de ses discussions avec l'ambassadeur russe à Washington.

«J'étais tellement stupéfait par la conversation que j'en suis resté bouche bée», a-t-il dit aux élus.

M. Comey avait dans une déclaration écrite relaté ses échanges problématiques avec M. Trump, et confirmé qu'il avait décidé dès sa première rencontre avec lui, en janvier, de consigner par écrit tous ses échanges individuels avec le président américain.

«Je craignais honnêtement qu'il ne mente sur la nature de nos rencontres», a-t-il expliqué devant les sénateurs, rappelant qu'il ne le faisait pas sous George W. Bush ou Barack Obama.

«Je peux affirmer avec certitude que le président n'est pas un menteur et, franchement, je me sens insultée par cette question»,a réagi une porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders.

Non sans raison les sénateurs républicains ont vu une contradiction dans son témoignage. S'il était si choqué par le comportement du milliardaire, si un délit avait été commis, pourquoi ne l'a-t-il pas dénoncé ? Pourquoi n'a-t-il pas démissionné ?

Et pourquoi ne pas accéder aux demandes répétées du président qui souhaitait que le FBI confirme la vérité, à savoir qu'il n'était pas lui-même soupçonné de collusion avec la Russie ?

«D'une part, cela crée un devoir de correction» si la situation devait évoluer, a-t-il répondu. C'est aussi une «pente glissante», selon lui, car pour qui le FBI devrait-il faire une exception à sa règle de mutisme ?

«C'est une audition-clé dans notre enquête», a dû conclure Richard Burr, président républicain de la commission. «Nous vous remercions pour votre professionnalisme»

RECAPITULONS:

M. Comey est limogé par le président Donald Trump le mois dernier.

L'ancien chef du FBI dit avoir pris des notes de ses conversations avec Donald Trump parce qu'il «a eu peur que le président mente sur nos réunions».

Donald Trump n'a jamais exigé de James Comey sa «loyauté», a affirmé jeudi l'avocat personnel du président des États-Unis à l'issue d'une audition explosive de l'ancien patron du FBI devant le Congrès.

« Contrairement à nombre de fausses informations diffusées par la presse, M. Comey a enfin confirmé publiquement ce qu'il avait dit au président en privé: la président ne faisait pas l'objet d'une enquête dans le cadre des investigations sur une possible interférence russe (dans l'élection de 2016)», s'est félicité Marc Kasowitz lors d'une conférence de presse.

Il s'est appuyé sur certaines déclarations de l'ex-directeur du FBI qui sont selon lui favorables à son client, Me Kasowitz en a contesté d'autres.

Il a par ailleurs assuré que Donald Trump n'avait jamais demandé, ou suggéré à M. Comey de mettre fin à une enquête contre qui que ce soit.

L'avocat personnel de M. Trump a par ailleurs évoqué d'éventuelles poursuites contre l'ex-patron du FBI, qui a révélé avoir fait fuiter à la presse ses notes sur ses rencontres avec M. Trump.

En ce qui concerne la divulgation «non-autorisée» de ces informations, il a souligné qu'il appartenait aux «autorités compétentes» de déterminer si ces éléments devaient faire l'objet de poursuites.

Pour une fois le président des États-Unis, n'a pas envoyé un seul tweet depuis la publication mercredi du témoignage écrit de M. Comey et n'a pas répondu directement jeudi aux accusations explosives de ce dernier. Il semble laissé son entière confiance à son avocat d'autant que les déclarations de l'ancien chef du FBI M. Comey ne semblent pas toujours très limpides et prêtent à confusion et même contradictoire comme l'ont relevé les sénateurs.

Donald Trump était devant ses électeurs :

«Nous allons nous battre et gagner», a-t-il affirmé lors d'une allocution devant un rassemblement de chrétiens évangéliques.

«J'ai un objectif: me battre pour les Américains et pour l'Amérique d'abord», a-t-il lancé. «Les hommes et les femmes oubliés ne seront plus jamais oubliés», a-t-il ajouté.

«Nous savons nous battre mieux que quiconque et nous n'abandonnons jamais, jamais», a encore maetelé le président américain.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

MENACES DES ETATS-UNIS DE QUITTER

LE CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME A L'ONU

La représentante des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, a critiqué mardi à Genève la présence au Conseil des droits de l'homme de l'ONU de certains pays qui violent ces droits et a réclamé notamment le retrait du Venezuela.

«Être membre du Conseil est un privilège et aucun pays violant les droits de l'Homme ne devrait pouvoir avoir une chaise à la table» de cette assemblée, a déclaré l'ambassadrice américaine, Nikki Haley.

Les États-Unis ont menacé ces derniers mois de quitter le Conseil des droits de l'Homme, qu'il

jugent notamment trop critique à l'égard d'Israël.

«Comme vous le savez, les États-Unis examinent attentivement ce Conseil et notre participation à celui-ci. Nous voyons que certains domaines peuvent être renforcés», a-t-elle déclaré.

 

A l'Institut d'études supérieures de Genève, l'ambassadrice est revenue sur cette question. «L'Amérique ne cherche pas à quitter le Conseil. Nous cherchons à rétablir la légitimité du Conseil», a-t-elle affirmé.

Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson jugeait que le Conseil devait «passer par des réformes considérables pour que (les États-Unis puissent) continuer à y participer».

Pour Washington le fait qu'Israël soit le seul pays avec un point fixe (le point 7, intitulé:

«La situation des droits de l'homme en Palestine et dans les autres territoires arabes occupés») à l'ordre du jour de chaque session du Conseil .

Une passe d'armes entre Mme Haley et l'ambassadeur vénézuélien auprès de l'ONU à Genève, Jorge Valero a eu lieu, ce dernier ayant répondu que les États-Unis

«n'avaient aucune autorité morale pour s'affirmer comme le juge universel sur les droits humains». «Le gouvernement américain devrait non seulement renoncer à son siège au Conseil, mais s'excuser pour les atrocités commises à travers son histoire.»

Mme Haley voudrait que l'adoption par le Conseil de résolutions, «les plus fortes possibles», sur la situation des droits de l'Homme dans plusieurs pays, notamment en Syrie, en République démocratique du Congo, en Érythrée et au Bélarus.

Alize Marion pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LE RETRAIT DE LA CONVENTION SUR LE CLIMAT

DES ETATS-UNIS FAIT DEBAT

AU SEIN DES PATRONS AMERICAINS

Le milliardaire américain Michael Bloomberg,a huitième personne la plus riche du monde, a promis d'apporter 15 millions de dollars pour soutenir les efforts des Nations unies contre le changement climatique, après l'annonce de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

L'objectif est d'appuyer les opérations du secrétariat de la Convention climat de l'ONU (CCNUCC),

« dont celles pour aider les pays à mettre en place leurs engagements dans le cadre de l'accord climat de Paris de 2015 », a fait savoir dans un communiqué la fondation Bloomberg Philanthropies de l'ancien maire de New York qui est devenu envoyé spécial de l'ONU pour les villes et les changements climatiques.

« Les Américains ne se retirent pas de l'accord climat de Paris », selon Michael Bloomberg. « C'est l'inverse, nous allons de l'avant ».

Bloomberg Philanthropies s'associera à d'autres partenaires et « trouvera les quelque 15 millions de fonds pour compenser ce que le secrétariat de l'ONU pour le climat va perdre en raison du retrait de Washington ». Avec l'annonce de Donald Trump une onde d' 'inquiétude s'est propagée tant pour le climat que pour l'aide internationale aux pays les plus pauvres,comme le Fonds vert.

Des maires, gouverneurs et des chefs d'entreprise « des deux bords politiques [républicains et démocrates, NDLR] vont signer un communiqué de soutien aux Nations unies et ensemble, nous atteindrons les objectifs de réduction d'émission que les États-Unis ont signés à Paris en 2015 ».

L'industrie pétrolière , l'automobile(Elon Musk) , Bob Iger, le PDG de Disney, General Electric, (Jeff Immelt) , les entreprises du secteur technologique et maintes multinationales américaines ont exprimé leur déception après le retrait des États-Unis de l'accord de Paris et leur détermination à poursuivre leurs efforts pour réduire les émissions de CO2.

Même les grandes majors pétrolières américaines comme ExxonMobil, Chevron qui auraient a priori le plus à perdre de la transition énergétique, ont montré leur désapprobation et apporté leur soutien à l'accord de Paris.

La finance n'est pas en reste: Lloyd Blankfein, le PDG de la banque d'affaires Goldman Sachs fait partie des mécontents.

Mais pourquoi?.Les grandes entreprises américaines se sont lentement converties au combat climatique, dans un souci d'image autant que de rentabilité si bien que grands investisseurs se détournent des énergies fossiles et les entreprises adaptent leur modèle de croissance à un monde sans carbone.

«Les entreprises s'engagent davantage sur le climat sans tenir compte de la décision (de M. Trump) parce que cela leur permet d'économiser de l'argent, de réduire les risques et surtout parce ce que ça leur ouvre des opportunités massives», a affirmé Kevin Moss de l'organisation environnementaliste World Resources Institute.

Toutefois il faut avouer que le consensus n'est pas total. Sérieux critique des réglementations environnementales de l'ère Obama, le puissant lobby patronal de l'US Chamber of Commerce s'est montré plutôt heureux du retrait de Trump.

«Nous avons hâte de travailler avec le président, le Congrès et toutes les parties prenantes pour fournir les innovations et les technologies qui permettront à l'Amérique de remplir ses objectifs environnementaux», a déclaré un porte-parole de ce groupement qui dit représenter 3 millions de  grandes entreprises et de PME.

Britney Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

VLADIMIR POUTINE

DONALD TRUMP

ET MICHAEL FLYNN

 

Voilà la présidence américaine empêtrée depuis des semaines dans l'affaire de la collusion supposée entre des responsables russes et l'entourage de M. Trump durant la campagne présidentielle de 2016.

L'ancien directeur du FBI James Comey, a été limogé le 9 mai par M. Trump. Il témoignera le 8 juin au Sénat sur ces éventuelles ingérences russes.

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé dimanche ne connaitre à peine l'ancien conseiller de son homologue américain Donald Trump, Michael Flynn qui est au cœur de l'affaire de la collusion supposée entre Moscou et l'entourage du président des États-Unis.

« Vous et moi, vous et moi personnellement, nous avons une relation plus étroite que celle que j'ai avec M. Flynn », a déclaré M. Poutine à la présentatrice de NBC Megyn Kelly qui l'a interviewé en fin de semaine dernière.

Michael Flynn , l'éphémère conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, a dû démissionner mi-février après trois semaines de mandat ayant été accusé de mensonges sur ses relations avec des responsables russes.

Certes lors d'un dîner de gala à Moscou en décembre 2015la chaîne de télévision Russia Today (RT), avait montré M. Flynn, un proche de M. Trump, prononcé un discours et était assis juste à côté de M. Poutine.

« Lorsque je me suis rendu à cet événement pour notre société, Russia Today, et que je me suis assis à la table, il y avait un gentleman assis à côté », a raconté le chef de l'État russe.

« J'ai fait mon discours. Puis on a parlé d'autres sujets. Et puis je me suis levé et suis parti. Après cela, on m'a dit ''vous savez, il y avait un gentleman américain, il a été impliqué dans certaines choses. Il a été dans les services de sécurité'' [...]. C'est tout. Je ne lui pas vraiment parlé [...]. C'est le niveau de connaissance que j'ai de M. Flynn », a affirmé Vladimir Poutine.

Le président américain a nié toute intervention et pression contre le FBI, ainsi que toute collusion avec la Russie. Vladimir Poutine de son coté a aussi fait de même . « Il n'y a rien de concret, il n'y a que des suppositions et des conclusions fondées sur ces suppositions. C'est tout », a-t-il encore dit vendredi.

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

PROVOCATION DONALD TRUMP

DECAPITE DANS UNE FAUSSE PHOTO

CONDAMNATION GENERALE

Mise en ligne par le photographe Tyler Shields la photo provocante brandie par la comédienne et présentatrice Kathy Griffin a soulevé l'indignation de la classe politique. Cette dernière a demandé de la retirer.

«Kathy Griffin devrait avoir honte d'elle-même. Mes enfants, spécialement mon fils de 11 ans Barron, ont du mal avec ça. Malade !», a écrit sur Twitter mercredi matin le président américain, qui ne parle que très rarement de son dernier fils.

Même la First Lady Melania Trump est montée au créneau pour dénoncer cette mise en scène.

«En tant que mère, en tant qu'épouse, en tant qu'être humain, cette photo est très dérangeante. Quand on pense à certaines atrocités dans le monde aujourd'hui, une image comme celle-là ne va pas, on se pose la question de la santé mentale de la personne qui l'a faite», a indiqué la Première dame dans un communiqué .

Furieux, Donald Trump a manifesté sa colère mercredi après que la comédienne américaine Kathy Griffin a montré durant une séance photo une image d'une tête décapitée qui ressemblait fort à celle du président américain.Ce qu'on appelle un fake.

La comédienne de 56 ans, opposante au président républicain, a eu conscience qu'elle était allée trop loin et a fait son méa culpa dans un message vidéo publié sur son compte Twitter:

«Je suis une comique, je franchis la ligne, je change la ligne et je la franchis. Je suis allée trop loin, l'image est trop dérangeante. Je comprends que j'ai offensé les gens, ce n'était pas drôle, je le comprends», a-t-elle dit.

«Je vous prie de me pardonner, je suis allée trop loin», a-t-elle poursuivi. «J'ai commis une erreur et j'ai eu tort».

La photo scandaleuse avait été mise en ligne par le photographe Tyler Shields. Kathy Griffin lui a demandé de la retirer.

L' image tronquéea suscité une vive condamnation même du côté démocrate.

Le sénateur démocrate Al Franken, lui-même ex-humoriste et comédien, a fait part de sa réprobation en arguant que cette image qui «se voulait un acte artistique» «n'a pas sa place dans notre dialogue politique».

«Dégoûtant, mais pas surprenant», avait tweeté mardi soir un des fils du président américain, Donald Trump Jr.

«C'est la gauche d'aujourd'hui. Ils considèrent cela acceptable. Vous imaginez si un conservateur avait fait ça quand Obama était président ?»

Chelsea Clinton, fille de l'ancien président Bill Clinton, a également était très choquée: «C'est abominable et c'est mal. Ce n'est jamais marrant de faire des blagues à propos de tuer un président».

La chaîne ABC a annoncé que le Secret Service, chargé de la protection du président, comptait étudier cette affaire honteuse de près.

Carl Delsey pour DayNewsWorld
There are no translations available.

CRISE OUVERTE ENTRE

DONALD TRUMP ET ANGELA MERKEL

Le ton monte entre Angela Merkel et Donald Trump, qui a lancé une virulente charge contre l'Allemagne . Il faut remonter à 2003 pour voir un tel degré de tension entre Washington et Berlin : le gouvernement du social-démocrate Gerhard Schroeder s'était opposé à la guerre en Irak lancé par l'administration de George W. Bush.

Mardi le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a essayé de calmer le jeu."Je pense que le président décrirait sa relation avec Mme Merkel comme assez incroyable", a-t-il déclaré. "Il s'entendent très bien, il a beaucoup de respect pour elle", a-t-il martelé. "Il voit non seulement l'Allemagne mais aussi le reste de l'Europe comme un allié important de l'Amérique".

Mais comment ? Peut-on se fier à de telles assertions bien diplomatiques et vagues après l'envoi du tweet de Donald Trump ?

"Nous avons un ENORME déficit commercial avec l'Allemagne, en plus elle paye BIEN MOINS qu'elle ne le devrait pour l'Otan et le secteur militaire. Très mauvais pour les USA. Ca va changer", a-t-il lancé, recours aux majuscules à l'appui.

Il est vrai que seuls cinq pays paient leur contribution à l'Otan, mais à Bruxelles les Alliés n'ont-ils pas pris l'engagement de payer? Et Donald Trump a-t-il affirmé au sommet du G7 en Sicile de façon nette et précise qu'il s'engageait sur l'article 5 du traité ? Il semble qu'il soit resté dans l’ambiguïté. Le parapluie américain s'éloigne. De plus aucun engagement américain sur la question du climat.

Le traité transatlantique semble bien compromis et la chancelière allemand en est bien consciente qui a rétorqué vertement que l'époque où ils pouvaient compter sur les Etats-Unis sans la moindre hésitation était "quasiment révolue".

 

Pas étonnant, Mme Merkel,lucide et actuellement en campagne pour un quatrième mandat, appelle à un sursaut européen. Angela Merkel avait jugé "extrêmement important" que l'Europe devienne un "acteur qui s'engage à l'international" notamment en raison de l'évolution de la politique américaine. Le sujet fait en tout cas faire l'unanimité en Allemagne. Le ministre allemand des Affaires étrangères, le social-démocrate Sigmar Gabriel, n'a pas mâché ses mots accusant le président américain d'avoir "affaibli" l'Occident à cause de ses hésitations sur le climat et ou des milliards de dollars de contrats d'armement à l'Arabie Saoudite ! Le concurrent de la chancelière aux élections de septembre, l'ex-président du Parlement européen Martin Schulz, a défendu sa rivale et accuse M. Trump d' « isolationnisme et le droit du plus fort ».

Aucun doute sauf pour les naïfs que les Européens doivent prendre leur destin en main.

Pour la chancelière le discours de Trump peut servir d'aiguillon pour faire avancer l'Europe, sur la défense et la diplomatie. Elle a reçu le message américain cinq sur cinq.

L'Allemagne a reçu le soutien de l'Italie : "Nous partageons certainement l'idée que l'avenir de l'Europe doit être entre nos mains, les défis mondiaux l'imposent", a déclaré le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni. "Nous voulons rassurer l'Allemagne et les autres grands pays européens que nous serons un partenaire solide sur la défense et la sécurité, et nous l'espérons, le commerce", a affirmé la ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd, sur BBC Radio 4. "Nous pouvons rassurer Madame Merkel, nous voulons un partenariat profond et spécifique pour maintenir la sécurité dans toute l'Europe, pour nous protéger des terroristes à l'étranger et de ceux qui s'en inspirent dans notre pays", a ajouté la ministre de l'Intérieur. Depuis l'attentat de Manchester- le plus meurtrier sur son territoire depuis douze an- les questions de sécurité et de lutte antiterroriste sont revenues au premier plan.

Jusqu'où peut mener une telle escalade verbale entre Berlin et Washington ?

Donald Trump et Angela Merkel ont une nouvelle rencontre en vue lors du sommet du G20, début juillet, à Hambourg.

Joanne Courbe tpour DayNewsWorld
There are no translations available.

COUPLE TRUMP AU VATICAN

DEMAIN A L'OTAN

«Ce que le président Trump essaie de faire est d'unir les peuples de toutes les fois autour d'une vision commune de paix, de progrès et de prospérité», a expliqué le conseiller américain à la sécurité nationale, le général H.R. McMaster.

Avec ce rendez-vous matinal au Vatican, le président américain clôture son tour des trois grandes religions monothéistes, après un discours sur l'islam en Arabie saoudite et une visite au mur des Lamentations à Jérusalem

Le président de la plus grande puissance mondiale a été cordialement accueilli mercredi matin au Vatican par le pape François même si celui-ci est pourtant souvent aux antipodes de ses idées.

Les sujets de dissension entre «le milliardaire» et «le pape des pauvres» semblent innombrables, des barrières contre l'immigration à l'économie libérale. Mais ces deux hommes imprévisibles ont aussi des points communs en partage, la lutte contre l'avortement entre autre.

Le président américain, accompagné de sa femme Melania, tout de noir vêtue avec une voilette, ont traversé le palais du Vatican, précédé par les représentants de familles nobles italiennes selon le protocole des visites officielles.

«Bienvenue», a dit le pape, M. Trump a répondu: «C'est un très grand honneur».

Puis le pape et le Président ont entamé à huis clos un tête-à-tête d'une petite demi-heure dans la bibliothèque des appartements pontificaux.

Malgré son image de «révolutionnaire», le pontife argentin reste un strict gardien de la tradition sur les questions éthiques. Il s'est 'opposé récemment à la recherche sur des embryons humains. M. Trump de son côté a autorisé des entreprises à refuser de financer la prise en charge de la contraception de leurs employés, bloqué le financement d'ONG internationales soutenant l'avortement et nommé à la Cour suprême un juge ultra-conservateur étiqueté anti-avortement. Autant de points qui les rapprochent. Mais également sur leur « engagement commun en faveur de la vie, de la liberté religieuse et de conscience » .

Ils se sont donc retrouvés sur trois points : en premier lieu, la défense de «la vie» puis «l'assistance aux immigrés» avec l'aide, aux États-Unis malgré les réticence de Donald Trump, de l'Église catholique américaine. Et enfin «la protection des communautés chrétiennes» du Moyen-Orient

La promotion de la paix passe pour les deux hommes autant «par la négociation politique» que «par le dialogue interreligieux».

Quant à la priorité de ce travail commun pour la paix, il concerne «tout particulièrement la situation du Moyen-Orient et la protection des communautés chrétiennes»

La fin de l'entrevue papale s'est poursuivie par une rencontre plus technique et axée sur la géopolitique avec le premier ministre du Saint-Siège, le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d'État accompagné de Mgr Paul Richard.

Melania Trump a de son côté visité l'hôpital catholique pédiatrique «Bambino Gesu», a salué des enfants malades. Puis elle a pris un temps de prière, seule et à sa demande, dans la chapelle de l'hôpital.

En prenant congé du pape François, mercredi 24 mai au Vatican, le président américain Donald Trump qui le rencontrait pour la première fois lui a promis de lire les trois encycliques que le chef de l'Église catholique venait de lui offrir. Dont l'encyclique «Laudato Si» consacrée à l'écologie… Même si ces deux responsables ne sont effectivement pas d'accord sur ce thème.

François a donc rappelé: «cette encyclique porte sur le soin de notre maison commune, l'environnement».

Le François a également offert une édition spéciale de son «message pour la paix 2017» tout spécialement dédicacé pour son hôte américain, «je l'ai personnellement signé pour vous» a-t-il confié. Le pape lui a alors également remis une petite sculpture symbolisant la paix. «Je vous la donne pour que vous soyez un instrument de paix» a-t-il glissé au président qui a acquiescé «nous avons bien besoin de paix…» En échange, le président américain a offert au pape les ouvrages de Martin Luther King.

Mais avant de quitter François, le président américain a présenté toute sa délégation à François. Dont son épouse Melania, et sa fille Ivanka et son gendre et conseiller spécial, Jared Kushner.

"C'est l'honneur d'une vie de rencontrer sa sainteté le pape François. Je quitte le Vatican plus déterminé que jamais à oeuvrer pour la paix dans notre monde", a twitté Donald Trump juste avant de s'envoler pour Bruxelles.

Avec ce rendez-vous, le président américain clôture

son tour des trois grandes religions monothéistes, après un discours sur l'islam en Arabie saoudite et une visite au mur des Lamentations à Jérusalem.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

DONALD TRUMP

CONDAMNE L'ATTENTAT

DE MANCHESTER DEPUIS BETHLEEM

Sur une grande banderole en anglais "la ville de la paix salue l'homme de la paix" flottait sur la route de Jérusalem à Bethléem pavoisé de drapeaux américains menant à la ville.

Donald Trump a franchi en convoi le mur érigé par Israël. Il a pu mesurer toute la complexité du problème israélo-palestinien : Pour les Israéliens ce mur existe pour se "protéger" des attaques palestiniennes tandis que pour les Palestiniens il signifie pour les Palestiniens "mur de l'apartheid".

Le Président américain avec toute sa pugnacité a affirmé : "On m'a dit que, de tous les accords, c'était l'un des plus durs, mais j'ai l'impression que nous finirons par y arriver. J'espère"

Il évoque son souhait "d'autodétermination pour les Palestiniens".

Mais le Président Trump n'a évoqué qu'en termes généraux le conflit israélo-palestinien et a dit vouloir faire "tout (son) possible" pour aider Israéliens et Palestiniens à faire la paix bien conscient de la difficulté.

A Bethléem,en Cisjordanie occupée, Donad Trump, sombre, a parlé en présence du président palestinien Mahmoud Abbas de manière déterminée de l'attentat-suicide de Manchester.

"Notre solidarité avec le peuple du Royaume-Uni est totale. Tellement de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants", a déclaré M. Trumpet ferme, avec lequel il s'était entretenu dans la matinée.

"Je ne les appellerai pas des monstres car ils aimeraient trop ce mot", a déclaré M. Trump, "à partir de maintenant, je les appellerai des losers parce que c'est ce qu'ils sont".

M. Trump dépose une gerbe au mémorial de la Shoah à Jérusalem cet après-midi et prononce un discours au musée d'Israël. Puis il s'envole pour le Vatican.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

ISRAEL POUR DONALD TRUMP.

 

Le président américain Donald Trump est arrivé lundi en Israël, pour une visite officielle de 24 heures, avec la volonté de raviver les négociations en vue d'une paix apparemment insaisissable entre Israéliens et Palestiniens.

Il se rendra ensuite mardi en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

"Nous avons devant nous une rare opportunité d'apporter la sécurité, la stabilité et la paix dans cette région"

Arrivé tout droit d'Arabie Saoudite, Donald Trump a effectué une visite en Israël, où il a été accueilli, ce lundi 22 mai 2017, par le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'aéroport

Il a parlé des "liens indestructibles" qui existent entre les deux pays."Je suis venue sur cette terre sacrée pour réaffirmer les liens indestructibles entre les Etats-Unis et Israël".

Au programme de Donald Trump, une visite de Jérusalem : du Saint-Sépulcre, lieu saint du christianisme, jusqu'au mur des Lamentations, lieu de prière de la communauté juive.

Une visite dans la vieille ville de Jérusalem. Donald Trump a visité le Saint-Sépulcre, lieu le plus saint du christianisme.

Puis, sous très haute protection, il a parcouru les quelques centaines de mètres à travers les ruelles séculaires de la Vieille ville de Jérusalem, jusqu'au mur des Lamentations, site de prière le plus sacré pour les juifs.

En surplomb du mur s'étend l'esplanade des Mosquées (le mont du Temple pour les juifs), troisième lieu saint de l'islam. Donald Trump a touché alors de près les complexités israélo-palestiniennes.,

C'est le premier président américain en exercice à s'y rendre.Puis entretien avec Benjamin Netanyahu.

La paix au Proche-orient est un rêve lointain, le président Trump l'a découvert à travers sa visite dans Jerusalem. Evoquant sa visite de dimanche en Arabie saoudite et sa rencontre avec le roi Salmane, le président des Etats-Unis a parlé d'une "rare opportunité" de faire progresser les discussions en faveur de la paix.

A défaut d' «un accord ultime » il espère néanmoins tirer profit des rapprochements entre l'Arabie Saoudite et Israël au sujet d'un ennemi commun, l'Iran.

Il a déclaré devant le président Rivlin:

"Les Etats-Unis et Israël peuvent affirmer d'une même voix que l'Iran ne doit jamais posséder une arme nucléaire, jamais, et qu'il doit cesser le financement, l'entraînement et l'équipement meurtrier de terroristes et de milices, et qu'il doit cesser immédiatement".

Mardi Donald Trump : en Cisjordanie, l'un des territoires palestiniens occupé par Israël, où il rencontrera le président palestinien Mahmoud Abbas.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

Donald Trump au Moyen-Orient Explosif

Donald Trump en Tournée

Donald Trump quitte le territoire américain, pour une tournée au Moyen-Orient : cinq pays en huit jours. Son périple le mènera en Israël, dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l'OTAN et du G7 où les alliés européens de Washington seront en quête d'engagements clairs.

C'est son premier voyage à l'étranger en tant que président des Etats-Unis. Donald Trump a commencé samedi 20 maison périple par un accueil royal en Arabie saoudite et l'annonce de méga-contrats excédant 380 milliards de dollars

Un accueil chaleureux pour le couple présidentiel.

Ryad était enfin pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient ornées de photos montrant le roi et Donald Trump avec un slogan "Ensemble, nous triomphons".

Le roi Salmane a accueilli en personne DonaldTrump, accompagné de son épouse Melania, sur le tapis rouge déroulé au pied d'Air Force One. La fille aînée du président, Ivanka, et son époux Jared Kushner font partie de la délégation présidentielle ainsi que Stephen Bannon, conseiller stratégique de Donald Trump. Le président a par ailleurs participé brièvement à la danse traditionnelle au sabre lors d'une cérémonie d'accueil.

De juteux contrats ont été signés.

Outre les rencontres bilatérales, dont celle avec le roi Salmane âgé de 81ans, Donald Trump a axé la première de ses deux journées à Ryad aux investissements avec l'annonce d'une série de contrats gigantesques C'était une journée formidable", a lancé samedi le président républicain. "Des centaines de milliards de dollars d'investissements aux Etats-Unis et des emplois, des emplois, des emplois." L'agence officielle saoudienne SPA a fait état de 34 accords dans des domaines de la défense, du pétrole et du transport aérien.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a pour sa part évoqué des contrats militaires d'une valeur de près de 110 milliards de dollars, présentés comme "l'accord d'armements le plus important de l'histoire des Etats-UnisIls ont pour but de "soutenir la sécurité à long terme de l'Arabie saoudite et de l'ensemble du Golfe face à la mauvaise influence iranienne et aux menaces liées à l'Iran qui existent aux frontières de l'Arabie saoudite", a assuré Rex Tillersou

Un "nouveau partenariat"

Si ses prédécesseurs réservaient traditionnellement leur premier déplacement à leur voisin direct - Mexique ou Canada -, l'ex-magnat de l'immobilier a choisi la monarchie pétrolière saoudienne, première étape d'un long périple qui s'achèvera en Europe.

La méfiance des pays sunnites du Golfe vis-a-vis de M. Obama était notoire. À l'instar d'Israël, l'Arabie saoudite et ses alliés avaient salué haut et fort l'élection de M. Trump.

C'est pourquoi le roi Salmane a appelé à « un nouveau partenariat » entre les États-Unis et les pays musulmans, dont nombre de dirigeants seront présents dimanche à Riyad.

Ce qui le différencie de son prédécesseur Barack Obama qui avait amorcé un début de rapprochement avec l'Iran réside dans le fait que la nouvelle administration américaine a durci le ton à l’égard des Iraniens, même si cette semaine, Washington a prudemment prolongé la suspension de toute une série de sanctions américaines contre la République islamique.

En effet vu de Riyad, l’accord nucléaire a permis à la République islamique de sortir de son isolement politique et économique, alors que l'Arabie saoudite et l'Iran s’affrontent par alliés interposés dans les crises de la région en Syrie et au Yémen.

Or depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, l’Arabie saoudite a pu observer les Etats-Unis bombarder une base syrienne suite à une attaque chimique attribuée au régime de Damas, soutenu par Téhéran. Riyad a aussi pu constater que la nouvelle administration américaine a durci le ton à l’égard des Iraniens, même si cette semaine, Washington a prudemment prolongé la suspension de toute une série de sanctions américaines contre la République islamique.« Il aura un message plus dur sur l'Iran il ne leur fera pas la leçon sur la démocratie et les droits de l'Homme et il sera applaudi », résume Philip Gordon, du Council on Foreign Relations. « Mais la véritable question est de savoir ce qu'il leur demandera et ce qu'il peut espérer obtenir ».

Outre les rencontres bilatérales, dont celle avec le roi Salmane, Donald Trump a axé la première de ses deux journées à Ryad aux investissements.

Contrat d’armement

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a pour sa part évoqué des contrats militaires d'une valeur de près de 110 milliards de dollars, présentés comme "l'accord d'armements le plus important de l'histoire des États-Unis".

Ils ont pour but de "soutenir la sécurité à long terme de l'Arabie saoudite et de l'ensemble du Golfe face à la mauvaise influence iranienne et aux menaces liées à l'Iran qui existent aux frontières de l'Arabie saoudite", a dit Rex Tillerson. L'Arabie saoudite sunnite considère l'Iran chiite comme son principal rival au Moyen-Orient. Les deux pays s'opposent notamment sur les conflits en Syrie et au Yémen.

La Maison Blanche a précisé que les contrats militaires allaient aussi renforcer la capacité du royaume à "contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région", ce qui "réduira le fardeau" pour l'armée américaine. Donald Trump compte ainsi voir Ryad jouer un plus grand rôle dans la lutte contre les groupes jihadistes de l’organisation État islamique et Al-Qaïda.Accord militaires

Le royaume saoudien, de son côté, compte sur les États-Unis pour contrer l'influence de l'Iran, son rival au Moyen-Orient, alors que Washington espère un plus grand engagement de Riyad dans la lutte contre «le terrorisme» et l'extrémisme religieux.

La Maison-Blanche appelle donc de ses voeux une implication plus forte des pays du Golfe dans la lutte contre ceux que Donald Trump qualifie de « terroristes islamiques radicaux ».

« L'énorme point d'interrogation à garder en tête si l'Arabie saoudite signe des contrats pour un total de 100 milliards de dollars, est de savoir comment ils pourront régler la facture, avec les prix actuels du pétrole », tempère Bruce Riedel, ancien de la CIA aujourd'hui analyste à la Brookings Institution.

Un discours attendu sur l'islam

L'absence de voile de Melania est un premier signe de respect que l'on peut interpréter de la part des musulmans aux non -musulmans

En Arabie saoudite, le président américain participera à un sommet avec 50 dirigeants de pays musulmans. Il doit prononcer devant eux le discours fondateur de sa politique moyen-orientale, et leur faire comprendre notamment qu'il souhaite lutter contre le terrorisme, et non contre l'Islam.

« J'exprimerai la position du peuple américain de manière franche et claire », a promis M. Trump dans son allocution hebdomadaire diffusée vendredi soir.

Il devrait souligner ses "espoirs" pour une "vision pacifique" de l'islam. Son influent conseiller à la sécurité nationale, le général H.R. McMaster, a promis un discours "source d'inspiration" mais aussi "franc". "Il sera très direct, en évoquant la nécessité d'affronter l'extrémisme et le fait que nombreux sont ceux dans le monde musulman qui n'ont non seulement pas fait assez mais aussi encouragé cet extrémisme, au-delà des belles paroles de surface", a expliqué un responsable de la Maison Blanche Nul doute qu'il opte pour un registre qui pourrait finalement ne pas être très éloigné de celui de ses deux prédécesseurs, Barack Obama et George W. Bush..

Voyage long au programme chargé.

Dans la même semaine, il doit également visiter les lieux saints des trois grandes religions monothéistes, et parler au pape François, aux Israéliens et aux Palestiniens.

Dans un voyage très long, chaque mot va compter et  les pièges sont multiples pour un président qui n'aime pas lire les dossiers. En termes de communication, le programme est chargé: à chaque étape, un discours ou une rencontre essentielle.

Ce baptême du feu de Donald Trump sur la scène internationale sera tout aussi important en Europe ou au Proche-Orient qu'en politique intérieure, où le président a besoin de soigner son image écornée

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

NOUVELLE CONTROVERSE

QUE SE PASSE-T-IL A LA MAISON BLANCHE

Le président aurait suggéré, en février, au patron du FBI d’interrompre une enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn.

Le rythme des révélations montre la combativité d’une partie de la presse américaine face à un président avec lequel elle entretient de mauvais rapports. La multiplication des « fuites » qui alimentent les accusations des républicains les plus radicaux pleuvent.

 

Le limogeage du directeur du FBI, James Comey avait déjà fortement secoué la Maison Blanche.

Puis une première enquête du Washington Post affirmait que le président des Etats-Unis avait divulgué des informations classifiées à une délégation russe, le 10 mai.

Certes M. Trump était habilité à partager des informations classifiées concernant des projets d’attentats de l’organisation Etat islamique (EI) avec le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Mais selon des médias américains, Israël aurait fourni ces informations aux États-Unis dans le cadre d'un strict accord de renseignement et ne voulait surtout pas qu'elles soient partagées avec un autre pays.

Ces informations concernent la capacité du groupe État islamique à armer de manière sophistiquée des ordinateurs portables. Elles sont tellement sensibles qu'elles n'ont même pas été partagées au sein de l'alliance des «Five Eyes» (États-Unis, Royaume-Uni, Australie, Canada et Nouvelle-Zélande), selon le Wall Street Journal.

Et voilà maintenant le New-York Times qui dévoile d'autres informations troublantes : le président des États-Unis est désormais soupçonné d'avoir voulu mettre fin à une enquête du FBI visant son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, dont il venait d’obtenir la démission.

M. Flynn avait été contraint,on s'en souvient, de démissionner le 13 février pour avoir omis de révéler des contacts répétés avec l'ambassadeur russe aux États-Unis l'an dernier, dont certains auraient porté sur des sanctions américaines contre Moscou.

Cet échange aurait fait l’objet d’une note rédigée par le directeur de la police fédérale aussitôt après son entrevue, dans le bureau Ovale de la Maison Blanche.

Ce bref échange entre les deux hommes se serait tenu au terme d’une rencontre à laquelle participaient également le vice-président, Mike Pence, et l’attorney général des Etats-Unis, Jeff Sessions.

L'ancien patron du FBI James Comey aurait pris l'habitude de rédiger des mémos sur ces conversations avec Donald Trump en raison de ce qu'il percevait comme des «tentatives déplacées du président d'influencer une enquête en cours».

La Maison Blanche a nié en bloc ces affirmations, en assurant que le contenu de la note ne correspondait pas à une « description juste ou honnête de la conversation entre le président et M. Comey ».

Elle a catégoriquement contesté cette version des faits, qui pourrait constituer une possible obstruction à la justice, affirmant que le président n'avait «jamais demandé à M. Comey ou qui que ce soit d'autre de clore une enquête».«Ce n'est pas un récit fidèle (...) de la conversation entre le président et M. Comey», a indiqué un responsable de l'administration sous couvert d'anonymat.

Dans le cas contraire ce serait une tentative d’obstruction visant la justice...ce qui dépasse en importance les révélations précédentes.

Les réactions à cette dernière révélation ont fusé de toute part.

Le leader de l'opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer, a déclaré depuis l'hémicycle. «C'est un test sans précédent pour le pays. Je le dis à tous mes collègues du sénat: l'histoire nous regarde» sur un ton grave

«C'est une des plus graves accusations qu'on puisse porter contre un dirigeant», a renchéri le sénateur démocrate Dick Durbin.

Quant au républicain Richard Burr, président de la commission sénatoriale du renseignement, il s'est montréplus circonspect. «Je pense que le directeur (Comey) nous aurait peut-être informé s'il y avait eu une demande de cette nature», a-t-il affirmé, jugeant qu'il faudrait «plus que des sources anonymes» pour le convaincre.

Il est vrai que quatre mois après son arrivée au pouvoir et à quelques jours de son départ pour son premier grand voyage à l'étranger, ces révélations explosives en cascade placent le locataire de la Maison-Blanche Donald Trump dans une position inconfortable.

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TRUMP N'AURAIT-IL PAS PARTAGE DES INFORMRMATIONS CLASSIFIEES AVEC LES RUSSES?

Le président américain Donald Trump a reçu à la Maison Blanche le 10 mai 2017 le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Lundi soir, la Maison Blanche a démentit officiel des révélations du Washington Post, selon lesquelles Donald Trump aurait partagé des informations « hautement classifiées » avec Moscou mercredi dernier, 24 heures après le limogeage du patron du FBI.Mais de nombreux élus demandent des explications la polémique pouvant abimer les relations de Washington avec ses alliés et mettre en danger des sources sur le terrain.

Le quotidien américain, rapporte que Donald Trump aurait  déclaré dans le bureau ovale devant le chef de la diplomatie russe, Sergeï Lavrov, et l’ambassadeur russe Sergueï Kislyak les propos suivants :

« Je reçois de très bonnes informations. Il y a des personnes qui me briefent sur le renseignement chaque jour. ».

Et au président américain de fournir des détails très précis autour d’une menace liée à l’utilisation d’ordinateurs portables explosifs par Daesh.

Une information fournie par un allié; « L’article, tel que rapporté, est faux. J’étais dans la pièce », a affirmé son conseiller à la sécurité nationale, le général McMaster.

« A aucun moment, des méthodes de renseignement ou des sources n’ont été évoquées », a-t-il martelé mais il n'aurait pas contester explicitement que des informations classifiées aient été divulguées.

Le commandant en chef des Etats-Unis, rappelle le New York Times, a le droit de partager des informations classifiées mais si l’information a été fournie dans le cadre d’un programme de collaboration sur le renseignement Washington par un allié, il est nécessaire d'obtenir l’accord explicite de son partenaire.

Bien-entendu les réactions n'ont pas tardé. Au sénateur démocrate Cory Booker de déclarer : « Partager des informations hautement classifiées avec la Russie met à mal notre sécurité nationale et la confiance de nos alliés, et met des vies en danger ». Selon le républicain Bob Corker, « la Maison Blanche doit se ressaisir. Le chaos produit par le manque de discipline crée un climat inquiétant ».

Donald Trump n'a pas a priori enfreint la loi puisque un président dispose d'une grande marge de manœuvre pour déclassifier les informations dont il dispose. Mais son initiative pourrait mettre en danger le partage de renseignement avec des alliés proches. La divulgation de ces informations sensibles ont de graves incidences dans la mesures où ces dernières pourraient fournir la façon dont elles ont été collectées par ailleurs mettre en difficulté des sources.

"les menaces posées par des organisations terroristes à nos deux pays, y compris les menaces pesant sur l'aviation civile".

"L'histoire, telle qu'elle a été rédigée, est fausse", a déclaré le général H.R. McMaster, qui dirige le Conseil de sécurité nationale et a assisté à la réunion.

Selon le quotidien américain, Donald Trump "a commencé à décrire les détails d'une menace terroriste posée par le groupe EI et liée à l'utilisation d'ordinateurs portables dans des avions".

"Nous n'avons aucun moyen de savoir ce qui a été dit mais la protection des secrets de notre nation est cruciale", a déclaré Doug Andres, porte-parole de Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

Ces révélations tombent au moment où le rôle joué par Moscou dans la campagne présidentielle américaine après le limogeage surprise du patron du FBI James Comey, reviennent à l'ordre du jour. Elle tombent aussi à quelques jours du départ de Donald Trump pour son premier voyage à l'étranger , en Arabie saoudite, en Israël, au Vatican, à Bruxelles (sommet de l'Otan) et en Sicile (G7).

 

La rencontre entre Trump et Lavrov n'aurait-elle pas été perçue comme un coup diplomatique du Kremlin, quelques mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l'élection présidentielle de 2016 ?
Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LIMOGEAGE DU PATRON DU FBI

JAMES COMEY PAR DONALD TRUMP

«Le président a accepté la recommandation du ministre de la Justice et du ministre de la Justice adjoint concernant le limogeage du directeur du FBI», a indiqué le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer

« Le FBI est l'une des institutions les plus respectées de notre pays et aujourd'hui marquera un nouveau départ pour l'agence-phare de notre appareil judiciaire », a indiqué Trump dans un communiqué.

Le président des États-Unis Donald Trump a limogé mardi le patron du FBI James Comey.

La recherche d'un nouveau directeur du FBI débute « immédiatement », a précisé la Maison-Blanche.L'ex-maire de New York Rudy Giuliani (qui fut aussi procureur fédéral dans cette ville), le gouverneur du New Jersey Chris Christie, ou encore l'amiral Mike Rogers, directeur de la NSA, le service d'écoute et d'espionnage des Etats-Unis, font partie des pressentis au Federal Bureau Investigation.

.Mardi après-midi, Donald Trump a justifié le licenciement du directeur du FBI en s'appuyant sur une note du ministre de la justice adjoint, Rod Rosenstein. "Il aurait dû transmettre les conclusions de son enquête au ministère de la Justice, et ne pas clore l'enquête seul. Cette affaire des emails est l'enquête criminelle la plus retentissante de ces dernières années, et James Comey a outrepassé ses droits".

 

Cette décision a provoqué une onde de choc à Washington . La raison officiellement avancée par l'administration Trump pour ce limogeage est la façon dont M. Comey, 56 ans, a mené le dossier des courriels de la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton. James Comey est accusé notamment d'avoir mal traité cette dernière en dévoilant de nombreux détails de l'enquête....

En effet le 28 octobre 2016, James Comey provoquait l'effet d'une bombe dans la dernière ligne droite de la campagne: il annonçait au Congrès la découverte de nouveaux messages justifiant une relance des investigations sur ces courriels, closes en juillet.

Ce n'est que deux jours avant le scrutin du 8 novembre que M. Comey annoncera n'avoir finalement à nouveau rien trouvé de pénalement répréhensible.Le directeur du FBI avait été accusé de partialité dans la campagne présidentielle.

Mais M .Comey continuait à mener son enquête sur les liens éventuels entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.

La police fédérale continuait notamment à être chargée de l'enquête.

Donald Trump a donc limogé le directeur du FBI James Comey, qui continuait à mener une enquête pour déterminer si des membres de l’entourage du président ont collaboré aux efforts russes pour influencer l’élection présidentielle américaine de 2016. La décision du président Trump surviendrait à la fin d’une journée où le ministère de la Justice et le FBI aurait envoyé une lettre au Congrès pour rectifier le témoignage de Comey devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat la semaine dernière. Le directeur du FBI aurait fourni des détails inexacts en tentant de justifier sa décision de rouvrir l’enquête sur les courriels d’Hillary Clinton à quelques jours de l’élection présidentielle !!

Selon cet article du New York Times, ce serait la raison pour laquelle Comey aurait été congédié pour l’ensemble de sa gestion de l’enquête sur les courriels d’Hillary Clinton.

Comey avait confirmé l’existence d’une enquête du FBI sur des membres de l’entourage de Trump en mars dernier lors d’une audition tenue par la commission du Renseignement.Le FBI enquête actuellement sur une éventuelle « coordination » entre des proches de Donald Trump et des responsables russes pendant la campagne américaine . Comey a estimé que la Russie représentait « la plus grande menace d'un pays sur terre, étant donné ses intentions et ses capacités ».

. « Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois, vous faites une grave erreur », a déclaré le chef de file de l'opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer. Lors d'une conférence de presse au Capitole, il a appelé à la nomination d'un magistrat indépendant pour prendre en main l'enquête russe, actuellement menée par le FBI, jugeant que les Américains étaient en droit de soupçonner que ce limogeage était une tentative d'« étouffer » l'affaire.

Mercredi à la Maison-Blanche le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov devait initialement rencontrer son homologue américain Rex Tillerson au sujet du conflit en Syrie.

Il s'agit d' « une affaire interne » américaine, a réagi mercredi le Kremlin, « espérer que cela n'aura pas d'impact » sur les relations entre les deux pays.

Interrogé à ce sujet, Sergueï Lavrov, souvent ironique devant la presse:

« Il a été viré ? Vous plaisantez, vous plaisantez. »

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN LIKE DECAPANT DE LA FIRST LADY AMERICAINE QUI DEVRAIT RAPPELER A LA MODESTIE NOS GUIGNOLS DE POLITIQUE SURTOUT EN CE JOUR DE VOTE!!
ET AUJOURD'HUI ELLE A UNE FOIS DE PLUS MONTRE SON CARACTERE BIEN TREMPE FACE A SON EPOUX EN REPOUSSANT LA MAIN QU'IL LUI TENDAIT SUR LE TAPIS ROUGE EN ISRAEL!!!

Un tweet moqueur de la First Lady destiné à son époux de Président et voilà que toute la Toile s'enflamme ! C'est que me direz-vous on est habitué à entendre de telles rumeurs sur cette belle femme ,ex-mannequin glamour, que personne en réalité ne connaît !

Toujours est-il qu'il lui en a fallu du courage pour quitter sa patrie la Slovénie aussi jeune et que sa merveilleuse plastique n'a certainement pas suffi à lui ouvrir les portes de l'Amérique, ne vous-en-déplaise.

D'ailleurs il n'échappera à personne qu'elle a un visage déterminé et des yeux expressifs sous leur air rêveur .Garder à plus de quarante ans une aussi belle silhouette signifie également un entraînement sportif quasi quotidien. Bref on est bien loin de la femme soumise et se pliant aux humeurs fantasques d'un homme pour de l'argent que l'on veut bien nous décrire..

C'est qu'il faut tenir sur la longueur, un marathon et non un sprint.

La first Lady ne doit pas manquer d'humour pour partager la vie d'un tel personnage haut en couleur qu'est le président Donald Trump investi le 20 janvier dernier à Washington. A les voir côte à côte rien de simiesque pour sûr. Une Mélania Trump sûre de son pouvoir de séduction mais discrète dans sa carapace, un Président turbulent et enfant terrible : voici une alchimie qui peut faire fonctionner un couple aux antipodes dans leur personnalité et leur parcours. Car qui vous dit que sous cet air bravache et fanfaron ne se cache pas un ancien enfant Fragile ?

La belle Mélania n'a-t-elle pas révélé qu'elle avait l'impression d'avoir deux garçons ? Donald et Baron Junior.

Alors oui Mélania Trump est une femme au caractère trempé et ce petit tweet liké désinvolte via son ancien compte (@MELANIATRUMP) avec près de 900 000 abonnés ne fait que corroborer la force de caractère de la First Lady. Trois jours de délai avant un démenti obligé pour ne pas frôler le scandale d 'Etat, certes, trois jours surtout pour se délecter d'un commentaire amusant parodiant son époux sur le mur : "Il semble que le seul mur que Donald Trump ait construit est celui entre lui et Melania Trump",commentait l'écri­vain Andy Ostroy ce mardi 2 mai en montrant sur un GIP le changement d'expression de la première dame, souriante devant Donald Trump jusqu'à ce qu'il ne lui tourne le dos.

Un petit épisode à l'avantage de notre First Lady américaine avant le communiqué de presse diffusé par ses équipes "Elle igno­rait tout de la polé­mique lorsque j'ai abordé le sujet, a-t-elle expliqué. Il s'avère que c'est un ancien compte Twit­ter qu'elle n'uti­lise presque plus. Depuis, nous avons changé le mot de passe."

Comme le remarque le site américain People, @MelaniaTrump n'a aimé que deux messages depuis le lancement de son profil en janvier 2010: son premier message, dans lequel elle dit "Bonjour Twitter".

Un peu d'humour cinglant décaperait nos marionnettes politiques à la française !

Bon baiser d'une électrice blasée.
Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

ÉTATS-UNIS: LES CENT JOURS DE DONALD TRUMP

"Aucune présidence n'en a fait autant en si peu de temps", a proclamé Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 16 février.

 

Le cap des 100 jours est arrivé ce samedi, mais Donald Trump a, semble-t-il, oublié son rendez-vous avec le peuple américain.. Lui parler de cette échéance ? «Ridicule», tweete-t-il le 21 avril .Il n 'a eu de cesse depuis le début de son mandat d' inviter les médias pour exhiber sa signature sur ses actes présidentiels. Mais qu'a-t-il fait depuis ces cents jours de marquant ?

Donald Trump a choisi l'hyperbole : " Aucune administration n'a accompli davantage en quatre-vingt-dix jours ", " nous avons déjà créé 600.000 emplois ", " nous tenons nos promesses, une à une " et de " grands changements sont en train de se produire " !

Le président n'a en réalité fait passer aucun texte significatif :

Où sont les dix projets de loi qu'il avait promis de présenter au Congrès au cours de ses cent premiers jours de mandat ? Le président a certes mis en œuvre une partie des 18 mesures promises pour le premier jour avec l'augmentation des expulsions de clandestins, le retrait de l'Accord de partenariat transpacifique, l'obligation d'accompagner toute nouvelle loi par la suppression de deux autres et la nomination d'un juge conservateur (Neil Gorsuch) à la Cour suprême .

L'envoi de missiles sur une base aérienne syrienne après l'emploi d'armes chimiques par le régime d'Assad a été bien perçue même si cette frappe ne s'inscrit dans aucune stratégie claire vis-à-vis de la Syrie...

Des échecs par contre.

L'abrogation mort-née de l'Obamacare, la fameuse réforme de la santé instaurée par son prédécesseur. Même cette loi abrogeant et remplaçant l'Obamacare n'a pas obtenu le soutien des Républicains !

Sa grande promesses "d'annulation de tout financement fédéral aux villes sanctuaires" et "d'interdiction de l'immigration en provenance des pays terroristes" se voit bloquée par les tribunaux ...

Par contre il a signé force décrets.

"Un décret présidentiel indique à tous les fonctionnaires et employés fédéraux qu'il s'agit d'un ordre du président des États-Unis, consigné par écrit", explique un haut fonctionnaire sous couvert de l'anonymat, dans l'avion officiel Air Force One qui ramène le président à Washington D. C. "C'est l'acte exécutif le plus élevé dans l'ordre hiérarchique."

Mais les experts en droit ont démontré que Donald Trump pouvait envoyer un simple courriel aux administrations en charge de les exécuter plutôt que d'avoir recours au décret. Qu'il s'agisse de l'étude de la manière de resserrer certaines conditions d'obtention d'un visa de travail ou d'un mémorandum pour la vérification des importations d'acier par le département du Commerce ...là où une simple demande à son ministre Willbur Ross aurait suffi.

Pour quel bilan ?

Rien d'un Franklin Roosevelt en 1933, qui avait fait voter illico presto les quinze lois de son New Deal.

Reste la hausse de la Bourse, la baisse des entrées illégales depuis le Mexique et la forte croissance de l'emploi...mais ce n'est pas du fait du nouveau locataire de la Maison Blanche mais un héritage de l'ère Obama.

Les 100 jours le symbole de son efficacité ?

Une impopularité après trois mois de pouvoir à un niveau stratosphérique (54 %).

Mais le plus grave pour Donald Trump est d'ordre politique : Il se trouve bloqué à droite, au centre et à gauche. L'aile conservatrice a fait échouer sa loi remplaçant l'Obamacare , la fraction modérée des républicains se méfie de celui qui risque de lui faire perdre la prochaine élection et les démocrates n'ont pas la moindre envie de lui faire un cadeau.

Il mécontenterait à peu près tout le monde et sur la scène internationale il reste imprévisible.

Larry Ricky pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

PREMIERE SORTIE PUBLIQUE DE BARACK OBAMA .

«Il s'est passé des choses en mon absence?»

Depuis fin janvier, on a vu l'ancien président démocrate écumer les mers du sud, des Caraïbes à la Polynésie, faire du kite surf ...loin des trépidations de la vie politique à Washington. Le prédécesseur de Donald Trump n'avait fait aucun discours ni donné aucune interview depuis son départ de la Maison-Blanche le 20 janvier .A part une dizaine de tweets et quelques communiqués que ce soit pour la défense de sa grande loi sur la santé ou la réfutation des allégations de son successeur sur une mise sur écoute de la Trump Tower pendant la campagne électorale.

Trois mois de vacances pour se délester du lourd poids d'une charge présidentielle de huit ans auront suffi à l’ancien président américain, Barack Obama. Ce dernier est apparu très à l’aise à Chicago , sa ville d'adoption : détendu et tout sourire, sans cravate, bref plus cool que jamais, il s'est même permis une plaisanterie en guise d' introduction: «Il s'est passé des choses en mon absence?»

Une standing ovation de près de 500 étudiants l'ont accueilli de quoi lui inspirer une nouvelle vocation longuement mûrie cependant.

Ce lundi à l’Université de Chicago (États-Unis) il a donc renoué ses liens avec la jeunesse américaine et prononcé son premier discours depuis son départ de le Maison-Blanche dans un auditorium de l’Université de Chicago (États-Unis). Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l’événement se déroulait à l’université de Chicago : il y a été professeur de droit constitutionnel et le revoilà au contact de la jeunesse qui semble le faire vibrer. Retour aux sources donc.

En effet abandonnant la politique au sein d'un parti il a décidé de commencer une nouvelle phase de sa carrière : encourager une nouvelle génération d’Américains à s’engager en politique.

Tout d'abord en glissant malicieusement ce petit conseil du professeur-mentor aux jeunes de la génération « selfie » : « Soyez un peu plus circonspects avec vos selfies et vos photos », plaisantant sur le fait qu’il n’aurait peut-être jamais été élu président si des photos avaient existé sur sa période de lycée, quand il fumait du cannabis !

Mais surtout en déclarant : « La chose la plus importante que je puisse faire est d’aider à préparer la prochaine génération de leaders à prendre le relais pour tenter de changer le monde »

Pourquoi ce choix ? : « Notre taux de participation aux élections est l’un des plus bas de toutes les démocraties […] Les seuls à pouvoir résoudre ce problème ce sont les jeunes, la prochaine génération. » a-t-il déploré.

C'est donc en prenant le problème à sa racine et en abattant les obstacles à l'engagement politique qu'il faut s'attaquer. «Si on y parvient, tout se passera bien. Je suis toujours incroyablement optimiste», a-t-il insisté.

Puis il a animé une conversation de plus d’une heure avec six jeunes de toutes origines, lycéens et étudiants de Chicago pour la plupart, jouant au conférencier- modérateur.

Ce faisant, Barack Obama n’a en revanche pas prononcé une parole sur Donald Trump à presque cent jours de la nouvelle présidence.

La jeunesse et la citoyenneté sont bien ancrées également au cœur du projet de la Fondation Obama. Ce sera la mission principale de la fondation Obama, qu’il a lancée avec sa femme, Michelle. Elle sera implantée dans un quartier du sud de Chicago, là où précisement le prédécesseur de Donald Trump a commencé sa carrière de militant associatif.Le futur «Centre présidentiel Barack Obama», pas encore construit, abritera notamment une bibliothèque et les bureaux de la fondation. Les archives de l’administration du 44e président des États-Unis y seront entreposées pour être indexées et progressivement déclassifiées.

Et l'agenda de l'ex-président des Etats-Unis commence à se remplir !

Le 7 mai, remise de la distinction « Profile in courage » de la fondation John F Kennedy à Boston décernée pour la réforme de la santé, le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba et la signature de l’Accord de Paris sur le climat

Le 9 mai, le voilà à Milan (Italie) pour la conférence sur l’innovation alimentaire, consacrée à l’utilisation de la technologie dans l’agriculture (Global food innovation summit).

Le 25 mai, à Berlin en compagnie de la chancelière Angela Merkel, pour une discussion dans le cadre de la célébration du 500e anniversaire de la Réforme protestante.

Sans compter ses interventions payées devant des audiences privées. Le couple Obama est en effet enregistré auprès de l’agence Harry Walker qui organise les conférences.

Tout un programme !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

LES REVIREMENTS SPECTACULAIRES DE

TRUMP PRESIDENT EN POLITIQUE ETRANGERE .

A peine trois mois après son installation à la Maison Blanche et voilà que Donald Trump oublie ses prises de position fracassantes de sa campagne. Ce revirement du président américain en faveur d'une politique étrangère plus conventionnelle intervient sur fond de luttes d'influence au sein de son gouvernement avec le déclin de la prééminence des politiques, en particulier de son principal conseiller en stratégie, Steve Bannon au profit des hommes de terrain.

Ces changements radicaux trahissent la complexité des équilibres mondiaux et de leur géopolitique.

«Les circonstances changent», a reconnu sur CNN le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer, une théorie bien connue à Washington qui veut qu'une fois assis dans le Bureau ovale les présidents des États-Unis voient les choses d'un autre œil !

Jeffrey Rathke, ancien porte-parole de la diplomatie américaine, qui s'exprimait auprès de l'AFP pense que ces changements traduisent une forme de normalisation de la politique étrangère de Trump et «une grande continuité» avec celle d'Obama.

Le président Trump qui se voulait «isolationniste» et «protectionniste» a opéré en effet de spectaculaires revirements que ce soit sur la Chine, la Syrie, la Russie ou l'OTAN .

Dans ses meetings de campagne, il s'en prenait sans cesse à la Chine accusant Pékin d'être un "champion" de la manipulation, qualifiait l'Otan d'obsolète et exprimait le souhait d'un réchauffement des relations russo-américaine.

Or le candidat Trump laissait entendre qu'il souhaitait à tout prix nouer une alliance avec la Russie de Vladimir Poutine. un dirigeant «fort» et «intelligent». iIl se rend compte des différends entre les deux puissance avec l'épineuse question de la Syrie. Donald Trump a insisté sur le fait qu'il «ne connaissai(t) pas Poutine», que les relations entre les puissances nucléaires étaient «peut-être au plus bas (niveau) de tous les temps» . En effet après l'attaque chimique du 4 avril, il a tenu le président syrien, Bachar al Assad, pour responsable .Le locataire de la Maison Blanche est allé jusqu'à traiter le président Bachar al-Assad de «boucher et d'«animal».

Et la Russie soutient le régime syrien...D'ailleurs en recevant mercredi le secrétaire d'État Rex Tillerson, Poutine n'a pas manqué de déplorer une relation très détériorée entre les deux ex-adversaires de la Guerre froide. Pire que sous la présidence de Barack Obama ! M. Tillerson et l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley ont en effet demandé à Moscou de revoir sa position sur Damas, son allié . On est bien loin du rapprochement avec Moscou qui fut la grande affaire de la campagne du milliardaire...

En ce qui concerne la Chine, le revirement est également radical : Non Pékin n'est plus accuser d'être un «manipulateur de devises» comme il le déclamait durant sa campagne, Pékin ne sous-évalue plus le yuan au risque de provoquer une «guerre commerciale ! M. Trump a changé totalement puisqu'il déclare lui-même dans le Wall Street Journal que les Chinois «ne manipulent pas leur monnaie».

Et plus encore, le courant est très bien passé avec son homologue chinois Xi Jinping qu'il avait reçu les 6 et 7 avril en Floride. Il est allé jusqu'à vanter «une bonne alchimie» entre les deux chefs d'Etat qu'ils sont ! "Le président Xi veut faire ce qui est bien. Le contact a été très bon, je pense qu'il y a eu une bonne alchimie, je pense qu'il nous aidera avec la Corée du Nord", a-t-il précisé, laissant tout de même entendre que Washington pourrait régler seul le "problème" de la Corée du Nord, si nécessaire. Les deux hommes se sont même entretenus par téléphone de la situation en Corée du Nord, quelques jours après leur rencontre en Floride. Quitte à ce que ses bonnes relations avec le président chinois, Xi Jinping, déboussolent les alliés asiatiques des États-Unis (Taiwan) ...

Venons-en à l'OTAN et son spectaculaire retournement sur la question.

L'Otan, subitement, n'est plus obsolète et sait s'adapter aux nouvelles menaces.

Durant sa campagne et au début de sa présidence, l'homme d'affaires avait taxé l'Alliance atlantique d'«obsolète» et exhortait les alliés du Vieux continent d'augmenter leurs dépenses militaires. Il incombait selon lui de mieux répartir le «fardeau financier». Et voilà que lors d'une conférence de presse mercredi avec le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg, M. Trump a fait volte-face : « c'était obsolète »..Cependant il demande que ses alliés montent leurs budgets militaires à 2% de leur PIB.

Pourquoi de tels revirements ?

Lors de sa première grosse crise diplomatique, le président des Etats-Unis s'est entouré d' experts militaires plutôt que de politiques...

Selon Christine Wormuth, ancienne sous-secrétaire à la Défense dans le gouvernement Obama, Donald Trump "commence à avoir une approche plus nuancée et une compréhension plus en profondeur d'un grand nombre de questions".

Cette évolution en matière de politique étrangère semble montrer qu'il accorde maintenant sa confiance aux experts du sujet et non plus exclusivement à son équipe de campagne.Ainsi il s'accorde aux vues de son secrétaire à la Défense, James Mattis, du chef de la diplomatie, Rex Tillerson, et du conseiller national à la sécurité, H.R. McMaster.

Désormais on ne peut plus qualifier Donald Trump de président «isolationniste» qui voudrait dégager l'Amérique des crises internationales ...

Joanne Courbet pour DayNewsWorld

 

There are no translations available.

LA "MERE DE TOUTES LES BOMBES"

LARGUEE EN AFGANISTAN PAR LES ETATS-UNIS

La frappe avec la bombe GBU-43 d’environ 10 000 kilos, a visé à environ 16 h 30 heure française une « série de grottes » dans la province de Nangarhar (est de l’Afghanistan)

Il s'agit de la plus puissante bombe non-nucléaire jamais utilisée par les américains.

C'est là qu' un soldat américain a été tué dans une opération le week-end dernier contre les djihadistes.

«La mère de toutes les bombes»- le surnom donné à l'engin- est une bombe thermobarique GBU-43, pèsant plus de 10.000 kilo longue de plusieurs mètres et guidée au GPS,Il s'agit de la plus puissante bombe non-nucléaire jamais utilisée par les américains . Elle n'avait jamais été utilisée au combat auparavant.Elle est dénommée MOAB (Massive Ordnance Air Blast) bombe à effet de souffle massif.

« Alors que leurs pertes augmentent», les djihadistes ont recours «à des bunkers et tunnels pour renforcer» leur défense, a indiqué dans un communiqué le général John Nicholson, le chef des forces américaines en Afghanistan. La bombe GBU-43 «est la bonne munition pour venir à bout de ces obstacles et maintenir l'élan de notre campagne» contre le groupe État islamique en Afghanistan, a-t-il ajouté.La bombe GBU-43 « "est la bonne munition pour venir à bout de ces obstacles et maintenir l'élan de notre campagne » contre le groupe Etat islamique en Afghanistan, . «Nous devons leur dénier leur liberté de mouvement, et c'est ce que nous avons fait», a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Sean Spicer lors de son briefing à la presse.

Cette frappe est destinée à soutenir les forces américaines et afghanes sur place, dans leurs combats contre les talibans et le groupe Etat islamique . Il faut savoir que les Etats-Unis ont environ 8 400 soldats en Afghanistan qui forment, conseillent et appuient les forces afghanes dans leurs combats.

Paul Emison pour DayNewsWorld
There are no translations available.

UN PORTE-AVION AMERICAIN ENVOYE

VERS LA COREE DU NORD PAR PRECAUTION ?

La menace numéro un dans la région reste la Corée du Nord, en raison de son programme de missiles irresponsable, déstabilisateur et imprudent, et de la poursuite (de ses recherches) en vue de disposer d'armes nucléaires» a exposé le commandant Dave Benham.

Les Etats-Unis manifestent clairement leur volonté de contrer les pays menaçant d'après Donald Trump l'intégrité de leur territoire.

C'est ainsi qu'après sa frappe en Syrie pour punir le régime Assad d'une attaque chimique présumée, , ils s'en prennent à un autre pays la Corée du Nord visant son programme nucléaire. Les services de renseignement américains pensent que la Corée du Nord serait en capacité d'avoir d'ici deux ans un missile à tête nucléaire capable de frapper le sol américain .

Un porte-avions américain et sa flotte se dirige donc vers la péninsule coréenne.

Ce groupe aéronaval comporte le porte-avions Carl Vinson, de la classe des porte-avions Nimitz, son escadron aérien, deux contre-torpilleurs avec missiles et un croiseur lanceur de missiles.

"Le commandement américain dans le Pacifique a ordonné au groupe aéronaval déployé autour du porte-avions USS Carl Vinson d'être à disposition et présent dans l'ouest du Pacifique, et ce par mesure de précaution", a déclaré son porte-parole, le commandant Dave Benham, à l'AFP. Il a précisé que "la menace numéro un dans la région reste la Corée du Nord, en raison de son programme de missiles irresponsable, déstabilisateur et imprudent, et de la poursuite (de ses recherches) en vue de disposer d'armes nucléaires".

L'attitude des Etat-Unis ne fait que conforter la Corée du Nord dans la poursuite de son programme nucléaire. Samedi la Corée du Nord a qualifié l'attaque américaine en Syrie d'"acte d'agression intolérable". "La réalité d'aujourd'hui montre que nous devons exercer pouvoir contre pouvoir, et cela prouve plus d'un million de fois que notre décision de renforcer notre dissuasion nucléaire a été le bon choix", a ajouté un porte-parole non identifié du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle KCNA.

D'autant que le président américain s'est prêt à intervenir unilatéralement en Corée du Nord . N"ous (...) sommes prêts à agir seuls si la Chine n'est pas capable de se coordonner avec nous" pour contrer les ambitions nucléaires de Pyongyang, qui violent le droit international, avait déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson depuis Mar-a-Lago, en Floride.

Donald Trump et ont longuement discuté, à Mar-a-Lago, et Donald Trump aurait d'ailleurs demandé à son homologue chinois Xi Jinping de faire pression sur Kim Jong-Un lors de leurs entretiens dans la résidence privée du nouvel hôte de la Maison Blanche.

Si les experts soulignent les avancées nord-coréennes dans le domaine du nucléaire , ils estiment cependant que la Corée du Nord est encore loin de maîtriser la technologie de missiles stratégiques mer-sol (MSBS) seule capable de menacer les Etats-Unis...

Larry Ricky pour DayNewsWorld
There are no translations available.

FRAPPE AMERICAINE EN SYRIE

APRES

L'ATTAQUE CHIMIQUE

Les Occidentaux n'ont pu être que surpris par la rapidité de la frappe américaine en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad. C'est un avertissement fort lancé au dictateur Bachar al-Assad après l'attaque chimique perpétrée : Pas moins de 59 missiles Tomahawk tirés par deux navires américains en Méditerranée ont visé une base militaire d'Al-Chaayrate du régime située dans la province d'Idleb ,au centre du pays.

Assiste-t-on à un revirement géopolitique avec l'arrivée de Trump à la Maison Blanche ? Pour le Président américains « la ligne  rouge» a été franchie.

Le 4 avril, Khan Cheikhoun, une ville contrôlée par des rebelles et des jihadistes est touchée par une attaque chimique lors d'un raid aérien.On déplore au moins 160 morts dont 27 enfants, et plus de 160 blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Ce raid n'est pas sans rappeler l'"attaque chimique" au gaz sarin qui avait fait plus de 1.400 morts dans la banlieue de Damas en 2013.

La menace claire du président américain Donald Trump de passer à l'action tombe dès le lendemain le 5 avril. "Ces actes odieux par le régime d'Assad ne peuvent pas être tolérés", affirme le président. Il est passé à l'acte dans la nuit du 7 au 8 avril sans passer par une solution orchestrée dans le cadre des Nations unies.

A la télévision depuis sa résidence en Floride, Donald Trump a expliqué que ces frappes étaient "associées au programme" d'armes chimiques de Damas et "directement liées" aux événements "horribles" de mardi. « Empêcher l’utilisation et la diffusion d’armes chimiques mortelles relève de l’intérêt vital de la sécurité nationale des Etats-Unis, a ajouté le président Trump. Il est incontestable que, en ayant recours à des armes chimiques, la Syrie a violé ses obligations aux termes de la convention internationale » sur l’interdiction de ces armes.

Le principe économique de Donald Trump  « América first » vaut dans tous les domaines.

Il n'y a pas encore eu de réaction officielle du gouvernement syrien mais la télévision d'Etat a qualifié les frappes d'"agression".

Beaucoup - Royaume-Uni, Israël, Allemagne, Arabie Saoudite, Australie et d'autres membres de la communauté internationale – se réjouissent de l'initiative américaine.

En revanche Moscou condamne vivement l'opération et suspend l'accord avec Washington sur la prévention d'incidents aériens. Vladimir Poutine juge "inacceptable" d'accuser sans preuve"objective", "fiable" et "réaliste le régime. la Russie dénonce une "agression contre un Etat souverain". "Cette action de Washington cause un préjudice considérable aux relations russo-américaines, qui sont déjà dans un état lamentable", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par les agences de presse russes. La Russie a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

Mais d'après les services de renseignement américains les avions qui ont mené l'attaque du 4 avril auraient décollé de la base d'al-Chaayrate . C'est une base connue comme un lieu de stockage d'armes chimiques avant 2013, selon le Pentagone.

Faut-il voir dans ce coup de semonce envers la Syrie un avertissent également pour la Corée du Nord ?

Joanne Courbet pour DayNewsWorld
There are no translations available.

TIR D'UN NOUVEAU MISSILE

DE LA COREE DU NORD

EN DIRECTION DE LA MER DU JAPON.

À la veille d'une rencontre importante entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, à la Corée du Nord de provoquer à nouveau ces voisins en tirant ce mercredi un missile balistique en direction de la mer du Japon.

 

Selon un responsable sud-coréen interrogé par Reuters, "le tir a eu lieu possiblement en lien avec le sommet États-Unis Chine, tout en visant, en même temps, à vérifier les capacités du missile". Nul doute que sera évoquée la menace nord-coréenne à Mar-a-Lago en Floride entre Pékin et Washington.L'administration Trump a plusieurs fois estimé que Pékin était la clé d'une solution du problème nord-coréen, mais n'en faisait pas assez dans la résolution de cette question.

Le tir de missile de moyenne portée de type KN-15 a eu également lieu alors que lundi, des manœuvres militaires entre Séoul, Tokyo et Washington ont commencé dans le but de contrer la menace des missiles stratégiques mer-sol tirés par les sous-marins nord-coréens.

Il s'agit d'une « version améliorée » d'un missile de type Musudan de portée intermédiaire, a indiqué l'état-major sud-coréen. Ce type d'engin est conçu pour parcourir 3000 à 4000 kilomètres.Il ne s'agit pas donc pas d'un missile balistique que dont rêve Pyongyang et qui serait susceptible de menacer les États-Unis.

Bien entendu les réactions de Seoul et du Japon ont été virulentes y voyant une provocation supplémentaire enfreignant les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU .Quant aux États-Unis ils ont répondu de manière laconique et Donald Trump a même envisagé d'agir seul contre la Corée du Nord si les tirs persistaient. Dans le Financial Times du 2 avril le président américain Donald Trump ne s'est-il pas dit prêt à «régler» seul le problème nord-coréen, sans l'aide de la Chine. Car il s'agissait d'une deuxième provocation armée , après celle du 12 février, destinée à tester la réaction de la nouvelle administration américaine dirigée par le président Trump