French (Fr)English (United Kingdom)

SPECIAL PROJECTS  DES FERRARI UNIQUES

ET MEME CERTAINES BELLES


Saviez-vous que n'importe qui peut commander à Ferrari une voiture unique ?

Enfin, n'importe qui ayant les moyens et ses entrées chez Ferrari.

Ferrari a montré sa dernière Ferrari personnalisée avec son propre numéro de modèle : SP38.

Les lettres SP correspondent aux initiales de «Special projects», une division de Ferrari ouverte en 2007 et qui en est à sa 38e livraison.

Ferrari offre ce service aux ultra-riches, le 0,001 % de la planète, généralement des gens ayant déjà acheté des voitures à l'étalon cambré.

La Ferrari SP38 est basée sur le châssis et la mécanique de la 488 GTB mais petite spécificité : les designers ont fait une carrosserie qui permettra à son seule propriétaire de rouler dans sa voiture.

Pour quel client ?

On saura seulement-discrétion oblige- que ce client,* est «profondément passionné de course automobile».

Le contraire nous aurait étonné !

Cette Ferrari en fibre de carbone est mue par un V8 double turbo de 3,9 L en position centrale arrière générant 670 ch.

La SP38 est inscrite au Concours d'élégance Villa d'Este, au bord du lac de Côme près de Milan.

Boby Dean pour DayNewsWorld

 

AUTOMOBILE DES REGLES PLUS STRICTES POUR HOMOLOGUER LES VEHICULES NEUFS

Après le Dieselgate, de nouvelles règles permettront d'améliorer la transparence des procédures d'homologation et de mise en service des véhicules neufs. En 2015, le Dieselgate avait affaibli le secteur automobile. Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600 000 aux Etats-Unis, d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution. Il pouvait également dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Après le scandale du Dieselgate, l'Europe continue de tirer des conclusions et de se doter de nouvelles règles. L'accord entrera en vigueur le 1er septembre 2020.

Bruxelles en a décidé ainsi : le durcissement des règles d'homologation des véhicules neufs. Un accord a été voté jeudi 19 avril par les eurodéputés.

Les contrôles et le pouvoir de sanction seront renforcés. Si la commission d'enquête parlementaire avait évoqué la création d'un organe européen d'homologation, l'idée n'a finalement pas été retenue.

Des contrôles obligatoires

« Cette législation rendra les voitures plus sûres et plus propres et, en combinaison avec les tests en condition réelle de conduite, va garantir qu'un dieselgate n'arrivera plus jamais », a déclaré le rapporteur du texte, l'eurodéputé Daniel Dalton (Royaume-Uni). Concrètement, la Commission pourra infliger des amendes administratives aux constructeurs ou aux services techniques. De plus, elle pourra effectuer des essais et des inspections de véhicules de son propre chef.

Quant aux Etats membres, ils devront mener tous les ans un nombre minimum de contrôles des véhicules : Au moins un contrôle tous les 40 000 nouveaux véhicules à moteur enregistrés dans le pays l'année précédente et au moins 20% de ces tests devront concerner les émissions.

De plus les services techniques qui pratiquent les tests d'homologation feront l'objet d'audits réguliers et indépendants.

Andrew Preston pour DayNewsWorld

VOITURES ELECTRIQUES ET REVOLUTIONS

ACTE I

Le bouleversement dans le secteur automobile va être sans précédent d'une radicalité aussi féroce que l'a été le passage de la machine à vapeur au moteur à explosion, prédit-on. Et tout le monde ne gagnera pas au change !!!

Quand on pense que il y a peu d'année encore on pensait voiture à pétrole. Mais le Dieselgate est passé tel un ouragan rasant nos vieilles certitudes et le tout environnement a ouvert d'autres perspectives dont la plus attendue : la voiture électrique.

Le tout environnement ? faire baisser les émissions de gaz à effet de serre et assainir l'air localement ? Une appellation de « voiture écologique » qui fait déjà polémique depuis sa (re)naissance. ... Une lapalissade : la seule voiture vraiment écologique est celle qui n'existe pas !

Mais quelle uelle capitale n'a pas annoncé à grand coup de fanfare sa volonté de bannir les moteurs thermiques des villes : Paris, Madrid, Oslo, Athènes pour aboutir d'ici 2030 à plus de 30% pour la part de marché des véhicules hybrides ou électriques.

Révolution économique

Des prédictions à prendre au sérieux tant la filière automobile va affronter un  big bang !

Dans tous les cas c'est un chamboulement radical qui s'annonce tant pour les constructeurs que pour les usagers.

Quand on sait que dès le premier maillon, les constructeurs vont devoir changer leur chaînes de production et mettre sur la table des milliards d'euros alors même que l'incertitude sur le choix de l’investissement : 100% électrique, hybride, hybride rechargeable ? Nul ne sait encore. Prudence oblige chez PSA on a choisi « une stratégie de plate-forme multi-énergie qui permet d’amortir les investissements industriels » révèle Christian Chapelle, responsable du développement des chaînes de traction du groupe PSA. Les autres constructeurs emboîtent le pas, excepté Renault et Tesla,

Mais à quel prix ? L’Alliance Renault-Nissan n'a pas hésité à investir4 milliards d’euros. Mais que de mutations en cours :

1°Pour les moteurs cette activité occupait 112.000 salariés en 2015 répartis dans 126 usines en Europe. "Si le marché s’oriente vers l’hybride, ce sera une bonne nouvelle pour l’emploi automobile, car fabriquer ce type de modèle demande 50% de temps en plus que pour un véhicule thermique, commente Laurent Petizon, directeur chez AlixPartners. Mais si c’est l’inverse…

2° Le profil du salarié. Le véhicule zéro émission requiert davantage de qualifications dans l’électronique et le "soft" que dans la mécanique...

3°Les marges vont aller diminuant la structure de coût du véhicule électrique étant plus élevée que pour le thermique .. D'où des plans d’économies à prévoir pour les groupes à l’image de Daimler: 4 milliards.

 

Les équipementiers dans le monde automobile de demain vont devoir se mettre rapidement à la page : ainsi les experts de la société de services financiers UBS ont démonté pièce par pièce une Chevrolet Bolt de General Motors, vendue en Europe sous le nom d’Opel Ampera-e. Résultat : le coréen LG contribuait pour plus de 50% au contenu du véhicule avec sa batterie et une myriade des modules clés. Les équipementiers traditionnels, du type Delphi ou Bosch eux seulement pour 28%.Donc un virage à prendre éminemment pour certains…

Le pétrole et les pétroliers vont devoir aussi changer leur stratégie si les projections de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)se réalisent : près de 450 millions de voitures électriques sillonneraient les routes d’ici à 2035 (batterie et hybrides rechargeables confondus). Une baisse de 4 millions de barils par jour en consommation mondiale de pétrole qui ne semble pas dramatique par rapport au 55 millions de barils/jour pour l'automobile. De plus le parc de voitures "classiques" dans les pays émergents, devrait continuer son augmentation sans compter celui des bus et camions des besoins des transports aérien et maritime…Et aux pétroliers de rester sur leur lancée de développement de carburants alternatifs plus verts (bio et gaz) et de se préparer à la mutation technologique.Ce qu'ils font déjà puisque le fabricant de batteries Saft a été racheté par Total qui

installera des bornes de recharge. A Shell d'avoir repris le néerlandais spécialiste de la recharge électrique NewMotion à la tête de 30.000 points privés et de 50.000 points publics en Europe.

Les compagnies minières spécialisées dans le cobalt, le lithium, le nickel ou le graphite présents dans les batteries sont de grandes gagnantes. Tout comme les producteurs de cuivre

Fabricants de batteries ont tout à gagner. D'ailleurs dans la chimie des batteries les asiatiques Panasonic, LG Chem, Samsung, CATL et d'autres ont acquis une avance déterminante. Or les accumulateurs (10.000 euros en moyenne) représentent aujourd’hui la moitié du coût de fabrication d’un véhicule électrique et plus du tiers de son prix final !!!

Mis à part Mercedes, les autres se fournissent en Asie avant l'assemblage des packs dans leurs usines. Une dépendance à l’égard de l'Asie préoccupante pour Bruxelles qui envisagerait de monter un"Airbus des batteries automobiles" en Europe. Tesla n'a pas attendu pour installer son « Boeing » dans le Nevada...

Quant aux garagistes ils vont devoir passer des habilitations délivrées par un organisme de formation. Dans le cas de l’hybride il faudra deux homologations pour maîtriser la nouvelle technologie.Les Midas, Speedy, Norauto et autres verront également environ 20% des interventions traditionnelles disparaître mais ces réseaux aux plus gros moyens sont déjà très tournées vers l’électronique.

A SUIVRE...
Carl Delsey pour DayNewsWorld

LE SEMI-REMORQUE DE TESLA DEVOILE

Que ce soit du côté du design, du type d'énergie ou de la conduite sans conducteur, nombreux sont les constructeurs a avoir déjà passé la seconde. ​​​

En 2016, Trevor Milton présentait sa nouvelle start-up, Nikola Motor et son futur camion électrique, le One.

Jeudi soir dans la soirée, c'était au tour du  visionnaire né en Afrique du Sud Elon Musk de dévoiler en grande pompe près de Los Angeles un semi-remorque aux lignes futuristes 100% électrique.Il est arrivé à bord de l'un des camions, sautant sur la scène telle une rock star. Après sa voiture Tesla électrique, il s'attaque aux camions une nouvelle frontière du transport routier "vert".

"Nous avons conçu le camion Tesla pour qu'il soit (aérodynamique) comme une balle", a déclaré Elon Musk, le patron de Tesla, lors de la présentation. Son design futuriste avec son profil aérodynamique, ses lignes épurées et sa carrosserie aux couleurs sombres mates ou métallisées fait pâlir les camions traditionnels. Ce nouveau semi-remorque est doté de 4 roues indépendantes et d'autant de moteurs .Il accélère de 0 à presque 100 km à l'heure en seulement 5 secondes, selon la présentation de l'entreprise. A titre de comparaison, cela correspond aux performances d'une Porsche 911, il y a 20 ans ! Elon Musk assure que l'écart de performance avec un camion à moteur thermique demeure si une remorque chargée est tractée.

Son autonomie annoncée est de 800 km (500 miles) "chargé à son poids maximum et à vitesse d'autoroute", a encore affirmé Elon Musk devant un parterre de centaines de clients potentiels. "Comme 80% de trajets font moins de 400 km (250 miles), ça veut dire qu'on peut aller à sa destination et revenir sans recharger", a encore ajouté M. Musk.

Le designer a privilégié dans sa conception le confort du conducteur. En effet la cabine de pilotage du Semi possède une hauteur permettant au camionneur de se tenir debout et de se déplacer sans contorsions aucune dans la cabine. "Le Semi Tesla sera bien plus agréable pour les conducteurs de camions, tout en augmentant leur sécurité et réduisant de manière importante le coût du transport de marchandises", selon Tesla

Si le prix d'achat du Semi n'a pas été dévoilé, Elon Musk a assuré que le coût kilométrique du camion serait inférieur de 20% à celui d'un camion traditionnel: les moteurs du camion auront une garantie 1,6 million de kilomètres et les freins ne devront pas être changés pendant la durée de vie du véhicule.

Même avec un seul rapport de démultiplication, le Tesla Semi gravit une pente de 5 % à la vitesse de 65 mph (104 km/h), contre 45 mph pour un tracteur Diesel. Une différence qui permet à Tesla Motors de promettre un prix de revient kilométrique sur itinéraire montagneux inférieur de moitié au meilleur des tracteurs Diesel du moment.

La société a annoncé. que la production commencera en décembre 2019.Avec cette petite nouveauté, c'est une petite révolution qui se prépare dans le transport routier !

Boby Dean pour DayNewsWorld

LE NOUVEAU BONUS-MALUS

LA QUASI TOTALITE DES AUTOMOBILISTES CONCERNES

Début juillet, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, avait dévoilé son plan d’action pour la lutte contre le réchauffement climatique. Ce plan ambitionne notamment la neutralité carbone à l’horizon 2050 ainsi que la fin des véhicules diesel et essence d’ici à 2040.

Le bonus-malus lancé en 2008 connaît chaque année une baisse des paliers de rejets de dioxyde de carbone (CO2). Et en 2017, le système avait évolué en passant de tranches à une évolution progressive du malus au gramme près. La loi de finances 2017 avait fait baisser le barème de 131 à 127 grammes. Résultat aujourd’hui, « à partir de 127 g de CO2 par kilomètre parcouru (gCO2/km), vous, devez payer 50 euros puis la somme augmente en fonction du taux d’émission, jusqu’à un plafond de 10 000 euros pour les véhicules émettant 191 g et plus », selon le quotidien

Et voilà que le ministère veut encore faire évoluer le barème du bonus-malus à l’achat de voitures neuves, au moment où se préparent les arbitrages de la loi de finances 2018. « Le gouvernement prépare un ajustement du bonus-malus automobile », a indiqué le ministère de la Transition écologique et solidaire, ce qui confirme en partie un article du Parisien.

Il s'agirait d'instaurer un double malus. Le seuil minimal d’émission à partir duquel le malus serait déclenché pourrait être abaissé à 122 grammes de CO2 par kilomètre contre 127 aujourd’hui.

Mais ce ne serait qu'une mise en bouche pour faire payer davantage les automobilistes.

En parallèle, le gouvernement voudrait mettre en place un second malus qui, lui, toucherait tous les véhicules émettant entre 95 grammes CO2/km et 122 grammes ! centaines d’euros selon les catégories ». Or en moyenne, le niveau d’émission de CO2 pour les voitures particulières neuves vendues en 2016 se portait à 110 grammes de CO2 par kilomètre. Tous les véhicules, même les plus vertueux dépassent le seuil des 95 grammes ! Qu'en conclure ? Simplement que la quasi totalité des voitures seraient concernées. La tranche de 95 à 121 g/km de CO2 concerne actuellement environ 85 % des voitures neuves vendues en France. Les véhicules au-delà de 122 g/km (soit environ 13 % des ventes) devraient donc subir un double malus.

Même les véhicules Toyota, qui obtiennent les meilleurs résultats, émettent 100,7 grammes en moyenne. Ce nouveau malus s'appliquerait aux véhicules neufs dès 95 g/km de CO2 seuil que l'Union européenne veut imposer à tous les constructeurs dès 2021.

Le ministère piloté par Nicolas Hulot indique simplement que les annonces seraient rendues publiques « courant septembre ». « Les hypothèses envisagées sur le malus sont éloignées de ce qu’indique Le Parisien, sur les seuils ou les montants, l’objectif n’étant pas de taxer les petits véhicules assez peu émissifs », a-t-on souligné au ministère.

L’objectif du dispositif est d’atteindre une moyenne de 95 grammes CO2/km pour les voitures neuves vendues en 2020, soit l’objectif européen. « A ce stade, l’objectif 2020 n’est pas atteint », précise-t-on encore du côté du ministère

Au Conseil National des Professions de l’Automobile de dénoncer sur Twitter une mesure qui serait « injuste et inefficace » dans la mesure où les ménages les plus fragiles ne changeraient pas pour autant de véhicules.

Le gouvernement a aussi manifesté sa volonté d'étendre la prime à la conversion, soit la subvention à l’achat d’une voiture électrique contre la mise au rebut d’un vieux diesel. Côté financement, le ministère affirme que « l’Etat ne gagnera pas un centime dans cette opération ». « L’intégralité du malus est recyclée en aide aux ménages pour l’acquisition de véhicules plus propres », explique-t-il.

Attendons septembre et les arbitrages sur le budget 2018 pour en savoir plus.

Carl Delsey pour DayNewsWorld

 

PORSCHE LA 911

LA PLUS PUISSANTE DE SON HISTOIRE

Porsche a dévoilé la semaine dernière la variante la plus puissante de sa 911 .

Non pas dans un salon automobile ou d'une présentation média, mais bien au E3 :

le plus important événement annuel de l'univers des jeux vidéo.

La 911 GT2 RS 2018 embarque un six-cylindres à plat biturbo qui produit près de 700 ch.

Impressionnant !!!

 

Ce dévoilement n'est pas le fruit du hasard. Il vient souligner la sortie du très attendu Forza Motorsport 7, un jeu de course issu d'une des plus notoires franchises et qui sera offert dès le 3 octobre sur Xbox One X et Xbox One.

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

DS DEVOILE SA VOITURE DE LUXE: LA DS7 CROSSBACK

« Le premium pèse entre 10 et 15 % du marché automobile mondial. A notre échelle, générer à terme 10 % des ventes de PSA, soit 300.000 ventes, c'est raisonnable. »selon Yves Bonnefont

La DS7 la rivale des Range Rover Evoque, Audi Q3, BMW X1 et Lexus NX.

Emancipé de Citroën en 2014 suite à l'arrivée de Carlos Tavares, DS affiche sa marque premium son "SUV" de luxe la DS7 Crossback .

Ce mardi 28 février, à deux pas de la place Vendôme à Paris,symbole du luxe, DS a dévoilé à la presse son

Un véhicule résolument haut de gamme, avec une profusion de cuirs, matériaux feutrés qui parsèment généreusement selleries, planches de bord dans des coloris chauds, avec des pièces comme le cristal , des produits nobles, parfois travaillés à la main.Le modèle entend jouer la carte du « savoir-faire et du raffinement, davantage que la seule performance mécanique », indique Yves Bonnefont, le patron de la marque.

Elle sera vendu au prix d'un Audi Q3 et livrable en janvier 2018. La marque haut de gamme de PSA veut profiter du grand boom mondial des voitures "premium".

Le succès, les marques de haut de gamme le doivent surtout à leur image de qualité, leur raffinement, le confort et le plaisir de conduite mais aussi à leur technologie avancée. "SUV" DS7 Crossback n'y manque pas : Vision de nuit (phares intelligents capables de s'adapter à l'environnement, caméras infrarouges permettant de voir les obstacles sur la route), aide à la conduite (pilotage semi-autonome, surveillance de la fatigue du conducteur...), parking100 % automatique... Les feux arrière intègrent un motif 3D en écailles.

Le DS7 Crossback, c'est d'abord un style propre qui renvoie au concept Divine de 2014.Les proportions sont harmonieuses aux lignes montrant un souci du détail .

. Côté mécanique, la DS7 s'appuie sur la plateforme déjà existante EMP2 partagée notamment avec les Peugeot 3008 et 5008 .Elle propose une nouvelle boîte de vitesse automatique à huit rapports et des moteurs capable d'aller chercher jusqu'à 220 chevaux tout en restant sur du quatre cylindres..

La DS7 Crossback sera produite en France à Mulhouse et en Chine dans l'usine de Wuhan. Le constructeur nourrit de grandes ambitions pour ce nouveau modèle lancé début 2018 en Europe et au printemps 2018 en Chine et entend bien rivaliser les autres grandes marque du luxe qui affichent des ventes record. Lexus, Jaguar Land Rover, Volvo rivalisent avec les marques allemandes Mercedes-Benz, son rival bavarois BMW et Audi .Ces trois premières marques haut de gamme germaniques représentent ensemble 6 millions d'unités. .Avec Porsche, carrément 70% des ventes des labels "premium" dans le monde !

Paul Emison pour DayNewsWorld

 

LES MARQUES LES PLUS PUISSANTES DE L'AUTOMOBILE
Interbrand a dévoilé son classement 2016 des marques les plus puissantes du monde et l’automobile est le secteur le plus largement représenté.

 

Palmarès annuel des 100 marques les plus fortes dans le monde :les géants du numériques dominent le top 10 avec Apple et Google qui caracolent en tête, mais le secteur de l’automobile suit avec quatorze marques dans le top 100.

 

Le constructeur japonnais Toyota s'arroge la cinquième place avec une valeur estimée à 53,58 milliards de dollars et une progression de 9% sur un an. Toyota conforte sa place de constructeur ayant la plus forte valeur mais la marque japonaise n’est pas seule ;

 

En effet, Mercedes-Benz profite d’une progression de 18% par rapport à 2015 pour se classer neuvième (43,49 milliards de dollars) devançant maintenant son rival BMW qui reste onzième mais affiche également une belle progression (+12% sur un an et une valeur estimée à 41,53 milliards de dollars).

Honda par contre avec une baisse de 4% est vingt-et-unième de ce classement (22,11 milliards de dollars) loin cependant devant Ford (33ème avec une valeur de 12,96 milliards de dollars et une progression de 12%). Hyundai s'affiche au 35ème rang avec une valeur de 12,55 milliards de dollars et une progression de 11%)et Audi progresse de 14% au 38ème avec une valeur de 11,80 milliards de dollars.

Joanne COURBET pour DayNewsWorld.

FUN !

No Comment !!
Simon FREEMAN pour DayNewsWorld