PANAMA PAPERS OU 1,06 MILLIARDS RECOLTES

QUAND LES FRANCAIS SONT PRETS

A METTRE LEUR ARGENT DANS LES PARADIS FISCAUX


L’enquête mondiale sur les « Panama Papers » a permis aux Etats de récupérer plus d’un milliard d’euros recouvrés par 22 pays grâce aux Panama Paper. La mise au jour par la presse internationale du scandale des Panama Papers, un vaste système d’évasion fiscale orchestré par un cabinet d'avocats.

Trois ans après le scandale des Panama Papers, les 22 États concernés par ce tentaculaire scandale d’évasion fiscale ont à ce jour réussi à recouvrer 1,2 milliard de dollars, a annoncé mercredi le consortium d’enquête à l’origine des révélations.

Cette vaste enquête sur l’évasion fiscale avait été menée il y a trois ans par 100 rédactions sous la houlette du Consortium des journalistes d’investigation. Plus d’un milliard d’euros ont été récupérés par les Etats du monde entier auprès de fraudeurs fiscaux, sur la base des révélations des « Panama Papers » parus en avril 2016, dont 120 millions d’euros par le fisc français, ont appris le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et ses médias partenaires, dont Le Monde en France.

Trois ans après l’ICIJ a entrepris d’effectuer un bilan de l’argent récupéré à ce stade par les différentes administrations fiscales. Pour ce faire , il a sollicité pour cela ses médias partenaires, dont Le Monde et le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, pour récupérer les données des « Panama Papers ».

Un chiffre tout compte fait qui paraît assez faible: 1,06 milliard d’euros récupérés par les administrations fiscales en impôts dus et en pénalités en regard des centaines de milliards d’euros perdus chaque année par la communauté internationale, du fait de la fraude fiscale et de paravents offerts aux fraudeurs par les paradis fiscaux (comptes bancaires rattachés à des sociétés-écrans, hommes de paille, trusts, fondations, etc.), c'est peu il est vrai.

Cependant, cette investigation ne traduit-elle pas la volonté des Etats d’y porter un coup d’arrêt ?

Dans ce jeu de piste international pour débusquer les fraudeurs, la France a déclenché plus de 500 contrôles fiscaux sur la base des « Panama Papers » dès août 2016, et identifié alors 415 fraudeurs potentiels.

Tandis que l'hexagone a récolté près de 120 millions d’euros de redressement, en « droits et pénalités », le fisc britannique a collecté auprès des fraudeurs 252 millions de dollars, l’Australie 92 millions. Les enquêteurs allemands ont pour leur part rapatrié 183 millions de dollars dans les caisses du fisc.

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung, qui a le premier rendu public les résultats de cette enquête, souligne que « Les Panama Papers n’auront pas seulement permis aux gouvernements de retrouver des fonds cachés […], ils auront également permis, à plus long terme, de modifier les comportements et l’attitude des citoyens », se félicite le consortium dans ce bilan d’étape.

Et pourtant près de 20% de nos compatriotes affirment tout de même qu'ils rejoindraient volontiers les rangs des évadés fiscaux si leur situation financière le permettait. C'est en tout cas la conclusion d'un sondage Odoxa réalisé dans la foulée du scandale des Panama Papers.

Pour preuve les effets d'un État- Glouton à la Hollande.

Un fondateurs de Mossack Fonseca.

« C’est une attaque contre Panama car plusieurs pays n’apprécient pas que nous soyons très compétitifs pour attirer les entreprises ».

« Il y a deux manières de voir le monde: la première est d’être compétitif et la seconde de créer des impôts » a-t-il déclaré, ajoutant qu’ « il y a une guerre entre les pays ouverts, comme le Panama, et les pays qui taxent de plus en plus leurs entreprises et leurs citoyens ».

Messieurs les Présidents cela mériterait une réflexion !

Dans une France à bout de souffle !

Joanne Courbet pour DayNewsWorld.