CRASH D'ETHOPIAN AIRLINES DE NOMBREUX PAYS CLOUENT LES BOEING 337 MAX AU SOL

Après le crash d'un Boeing 737 Max 8 d'Ethiopian Airlines qui a coûté la vie à 157 personnes ce dimanche 10 mars, plusieurs pays et compagnies aériennes ont pris la décision de clouer provisoirement au sol ce modèle d'avion. Australie, Royaume-Uni, Corée du Sud, Indonésie , Chine, Oman, Mongolie  ...

Sur Twitter, le président américain a commenté ce mardi les conséquences du crash subi par le Boeing au décollage d’Addis-Abeba :

« Les avions deviennent beaucoup trop complexes à faire voler. Les pilotes ne sont plus nécessaires, mais il faut plutôt des informaticiens du MIT (la prestigieuse université de Cambridge qui forme des ingénieurs, ndlr).

Je le constate tout le temps pour de nombreux produits.

On cherche toujours à avancer vers une étape inutile quand souvent le vieux et le plus simple valent mieux. Il faut prendre des décisions en une fraction de seconde mais la complexité créé le danger. Tout cela pour un coût énorme et très peu de gain. »

C'est pourquoi les Etats-Unis ont mis Boeing sous pression pour le contraindre à modifier ses appareils 737 MAX après deux accidents mortels en moins de six mois.

C'est en effet un autre exemplaire de ce modèle qui s'était abîmé en mer en Indonésie en octobre, entraînant la mort des 189 personnes à bord, là aussi quelques minutes après le décollage.

Le crash de Lion Air en Indonésie avait attiré  l'attention sur les capteurs d'incidence (AOA) dont un dysfonctionnement peut conduire l'ordinateur de bord, pensant être en décrochage, à mettre l'appareil en piqué alors qu'il faudrait au contraire le redresser.

Si les Etats-Unis de leur côté n'ont pas interdit le vol de ledit Boeing - le constructeur aéronautique emploie plus de 150.000 personnes aux Etats-Unis-, l'agence fédérale de l'aviation (FAA) par contre a demandé à l'avionneur américain d'effectuer des changements « au plus tard en avril » sur des logiciels et sur le système de contrôle MCAS conçus pour éviter les décrochages. Boeing doit également actualiser le manuel destiné à la formation des pilotes.

En n' immobilisant pas totalement les 737 MAX 8, Boeing entend limiter les pertes.

Mais si une modification logicielle ou matérielle du Boeing 737 MAX devait  être réalisée, cela prendrait plusieurs mois.

Pour Boeing, ce serait une catastrophe industrielle, mais elle concerne aussi l'ensemble de la filière aéronautique internationale.

Paul Emison pour DayNewsWorld