ARRET DE LA PRODUCTION DE AIRBUS 380

Une page se tourne chez Airbus. L'avionneur toulousain a annoncé l'arrêt de son programme A380. Les livraisons vont se poursuivre pendant deux ans pour cesser en 2021.

Emirates n'aura donc pas sauvé le programme A380. La compagnie de Dubaï a finalement décidé de réduire ses commandes de superjumbo de 39 exemplaires faisant tomber de 162 à123 le nombre d'appareils qu'elle a commandés.

Depuis le début du programme A380 il y a douze ans, le superjumbo n'a donc enregistré que 288 commandes, loin des 1200 avions prévus à son lancement. A la place des A380, Emirates achète 40 A330 NEO et trente A350.

En 2019 et 2020, Emirates finira de prendre livraison de 14 A380 déjà commandés par le passé. Conséquence immédiate: la production d'A380 sera arrêtée dans le courant de l'année 2021.

« En conséquence de cette décision, nous ne disposons pas d'un carnet de commandes substantiel pour poursuivre la production malgré tous nos efforts commerciaux auprès d'autres compagnies aériennes ces dernières années.

Cela nous amène à arrêter les livraisons d'A380 en 2021 » a réagi Tom Enders.

Le président d'Airbus qualifie cette décision de « douloureuse » d'autant que l'A380 est sur le plan technique et industriel une vraie réussite et que les passagers du monde entier le plébiscitent. L'A380 a été élu à deux reprises meilleur avion au monde.

Mais cet appareil n'est plus considéré comme adapté au marché actuel des long-courriers. Les compagnies aériennes ont en effet quasiment tiré un trait sur les avions dotés de quatre réacteurs, pour leur préférer des biréacteurs tels que l'Airbus A350, ou les Boeing 787 ou 777, qui possèdent le même rayon d'action que l'A380.

Contrairement à l'A380, les A350 ou Boeing Dreamliner n’obligent pas les aéroports à réaliser des travaux supplémentaires pour les accueillir. Ils consomment moins, avec des moteurs optimisés, et à cinquante passagers près, ils ont la même capacité d’emport que le gros porteur d’Airbus.

Cette décision va provoquer un impact social important puisque l'avionneur chiffre entre 3000 et 3500 le nombre d'emplois qui seront affectés en Europe par l'arrêt de l'A380.

La direction de l'avionneur va ouvrir des discussions avec les organisations syndicales dans les prochaines semaines.

Toutefois, la montée en cadence des autres programmes comme l'A320 ou l'A350 doit offrir d'importante opportunités de mobilité pour les compagnons, techniciens et ingénieurs.

Paul Emison pour DayNewsWorld